Navigation – Plan du site
Bulletin bibliographique
Informations bibliographiques
112.57

ARGYLE (Michael), Psychology and Religion: an Introduction

Londres-New York, Routledge, 2000, 285 p. (bibliogr, index.)
Gilbert Guindon
p. 140-141
Référence(s) :

ARGYLE (Michael), Psychology and Religion: an Introduction,Londres-New York, Routledge, 2000, 285 p. (bibliogr, index.)

Texte intégral

1Ce livre de M.A., professeur émérite de psychologie sociale à l’Université d’Oxford, est une excellente introduction au domaine de la psychologie de la religion et de ses nombreux objets d’étude que sont principalement les croyances, les expériences et les comportements religieux. L’ouvrage est facile à lire. Il est destiné aux étudiants et aux lecteurs non-spécialisés.

2Il comporte seize chapitres qui se terminent tous par un résumé. Dans l’introduction, M.A. présente les relations entre la psychologie et la religion et propose d’éclairer la question en se basant surtout sur des études empiriques provenant de la psychologie sociale. Il s’appuie sur une revue de plus de cinq cents titres dont plus du tiers sont tirés de recherches publiées dans les années 1990. Le corps du livre comporte quatorze chapitres groupés par deux afin d’aborder plus amplement les sujets étudiés. Ainsi, le chapitre II sur la socialisation et le chapitre III sur les effets de la personnalité décrivent le développement de la pensée religieuse depuis l’enfance, les effets de l’influence parentale et de l’apprentissage social, la relation entre l’attachement parental et le phénomène de conversion, les liens entre la personnalité et les croyances ou les comportements religieux.

3Les chapitres IV et V sont consacrés à l’étude de l’expérience religieuse. Objet d’étude fondamental, M.A. montre la façon dont la psychologie de la religion analyse l’expérience religieuse (ER) et tente d’expliquer son occurrence, sa variété, ses causes et ses effets ainsi que ses liens avec la personnalité. Il distingue deux types d’ER, celle qui touche la transcendance ou le contact avec un Autre tout-puissant et celle qui est de l’ordre de l’immanence, du fait de ressentir une grande unité vis-à-vis du vivant et de la matière. L’A. souligne les trois grands facteurs à la source de l’ER, que sont un éveil physiologique spécifique, la personnalité de l’individu et son passé religieux. La croyance religieuse est au menu des chapitres VI et VII. D’abord, M.A. montre la place prépondérante qu’occupe la croyance religieuse dans la religiosité d’une personne et décrit sa particularité cognitive. En effet, la croyance religieuse n’est pas une croyance comme les autres dans le sens d’un assentiment à une proposition mais une croyance qui permet l’expression symbolique des attitudes et des sentiments à l’égard d’une conception d’un dieu. Cette représentation peut être celle d’un dieu personnel avec qui nous sommes en relation ou celle, plus abstraite, d’un créateur impersonnel ou d’un mélange de ces images.

4Au chapitre VII, l’A. rend compte de l’interprétation que Freud donne de la croyance religieuse (une projection de figures parentales) ainsi que de celle de Jung (un symbolisme universel à travers les archétypes).

5Les chapitres VIII et IX sont consacrés aux comportements religieux. Depuis les formes religieuses les plus primitives, on a constaté que le service religieux est une activité essentielle dans l’expression des comportements religieux. Les sacrifices, la danse, la musique, la prière, les rites de passage ou tout autre rituel, sont des comportements avec lesquels les humains expriment leurs croyances religieuses, renforcent leur sentiment d’appartenance à un groupe et confirment leur impression d’être en relation avec un dieu. À l’aide d’études empiriques, M.A. relate comment la prière est, entre autres, un mécanisme d’adaptation devant les difficultés de l’existence. La religion apporte-t-elle des bénéfices pour la santé ? La réponse se trouve aux chapitres X et XI. L’A. passe en revue les nombreuses recherches qui se sont penchées sur la question. En gros, la religion aide les gens à mieux s’adapter au stress à cause des réponses qu’elle peut apporter sur le sens de la vie et du réconfort collectif qu’elle procure aux membres actifs d’une communauté religieuse. Si les effets sont généralement positifs sur la santé physique et mentale, M.A. rappelle que les religions ont été à la source de conflits guerriers ou ont inspiré une forme d’expression des pathologies de l’esprit. Les religions sont aussi à la source de codes moraux qui permettent d’instituer des lois et de prescrire des conduites aux humains.

6Aux chapitres XII et XIII, on constate comment la religion et la morale ont des répercussions concrètes sur le comportement des individus que ce soit sur le plan de l’altruisme, la charité, la sexualité avant le mariage ou le taux de divorce ou de suicide.

7M.A. dresse un portrait de la situation anglo-saxonne de la religion au chapitre XIV. La vie religieuse active est en déclin en Grande-Bretagne et ceci contraste avec son augmentation constatée aux États-Unis. M.A. attribue cette différence aux rôles plus traditionnels qu’occupent les valeurs religieuses dans la culture américaine. Si on peut parler d’une relative sécularisation des sociétés occidentales, ailleurs dans le monde on assiste à une hausse de la pratique religieuse au sein des sociétés du Tiers Monde et particulièrement une montée de l’islam.

8Tout le chapitre XV est consacré à l’émergence des nouveaux mouvements religieux (NMR). Au-delà du fait que les NMR sont de plus en plus présents sur tous les continents, M.A. souligne l’importance pour la psychologie de comprendre la naissance de nouveaux cultes basés sur l’attraction qu’exerce un leader charismatique sur un petit groupe de fidèles. Enfin, l’A. conclut en questionnant l’adéquation des méthodes en psychologie pour explorer la complexité de la religion sans tomber dans le réductionnisme. Concis, complet et bien présenté, ce livre vient aisément remplir sa mission de manuel d’introduction à la psychologie de la religion. Il est à souhaiter qu’un jour pareil ouvrage paraisse en français.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Gilbert Guindon, « ARGYLE (Michael), Psychology and Religion: an Introduction », Archives de sciences sociales des religions, 112 | 2000, 140-141.

Référence électronique

Gilbert Guindon, « ARGYLE (Michael), Psychology and Religion: an Introduction », Archives de sciences sociales des religions [En ligne], 112 | octobre-décembre 2000, document 112.57, mis en ligne le 19 août 2009, consulté le 10 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/assr/20378

Haut de page

Auteur

Gilbert Guindon

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Archives de sciences sociales des religions

Haut de page
  • Logo Éditions de l’EHESS
  • OpenEdition Journals