Navigation – Plan du site
Bulletin bibliographique
Comptes rendus
110-21

GILL (Anthony), Rendering unto Caesar. The Catholic Church and the State in Latin America

Chicago, The University of Chicago Press, 1998, 269 p.
Michael Löwy
p. 77-78
Référence(s) :

GILL (Anthony), Rendering unto Caesar. The Catholic Church and the State in Latin America, Chicago, The University of Chicago Press, 1998, 269 p.

Texte intégral

1Pourquoi certaines Églises – c’est-à-dire la majorité de leur épiscopat – en Amérique latine

2se sont-elles activement opposées aux dictatures militaires au cours des années soixante et soixante-dix. tandis que d’autres, au contraire, soutenaient ces régimes autoritaires ? Ce livre se donne pour objectif de proposer une réponse à cette question qui constitue, en effet, un des principaux problèmes dans l’étude des rapports entre religion et politique dans le plus grand continent catholique de la planète.

3Les explications habituelles pour la position progressiste, l’option pour les pauvres et l’anti-autoritarisme de certaines Églises se réfèrent à trois facteurs : 1) la pauvreté croissante résultant de l’industrialisation ; 2) la répression par les dictatures ; 3) les changements internes de l’Église catholique internationale. Or, observe l’auteur, ces facteurs s’appliquent à la plupart des pays du continent : ils ne permettent pas de rendre compte des différences notables entre les Églises et en particulier de leur attitude envers les régimes militaires.

4Il propose donc une autre explication : c’est l’existence d’une compétition religieuse de la part des protestants évangéliques, des mouvements spirites et des organisations marxistes qui va obliger les évêques de certains pays à défendre les pauvres et à s’opposer aux pouvoirs autoritaires. S’ils ne prenaient pas cette position, ils risqueraient d’abandonner une partie de leurs paroissiens – appartenant aux couches pauvres – au profit des mouvements religieux concurrents. C’est l’existence de cette concurrence qui explique pourquoi l’Église chilienne s’est opposée, au cours des années soixante-dix, au régime du général Pinochet, tandis que son absence permet de comprendre pourquoi l’Église argentine a soutenu, sans défaillance, la dictature militaire dans ce pays. En fait, l’A. examine très peu le spiritisme, et il reconnaît que l’existence de mouvements marxistes peut jouer dans les deux sens. C’est donc surtout, sinon exclusivement, la concurrence protestante – non dans ses dénominations historiques, mais sous la forme du pentecôtisme, capable d’un prosélytisme actif – qui est le facteur explicatif du comportement progressiste ou non des différents épiscopats.

5L’hypothèse est intéressante et, jusqu’à un certain point plausible, si on la considère comme un motif parmi d’autres. Beaucoup plus discutable est la tentative de l’A. d’en faire « le plus important facteur » pour rendre compte des rapports conflictuels ou non des Églises latino-américaines avec l’État. Encore plus problématique est sa démarche méthodologique, fondée sur la théorie dite du « choix rationnel », selon laquelle l’Église fonctionne, comme toute autre entreprise, selon un modèle de rationalité micro-économique, fondé sur un calcul rationnel des coûts et des profits. De la même façon qu’une entreprise en situation de monopole n’a pas besoin de satisfaire les besoins de ses clients, une Église qui n’a pas de compétiteurs religieux, et qui jouit d’une sorte de monopole du culte, n’a pas besoin de se préoccuper des besoins de ses clients religieux (le cas argentin, selon l’A.). Inversement, quand la concurrence est féroce, l’Église, comme au Chili, est obligée de faire l’option des pauvres contre l’État.

6Cette réduction du comportement des Églises à celui d’une chaîne de supermarchés menacée par la concurrence et essayant d’attirer – ou de garder – sa clientèle est amusante, mais a des limites évidentes. Elle laisse de côté quelques détails : les valeurs, les normes, la foi, la culture, la croyance, l’éthique. En un mot : la religion...

7Sous cette forme extrême et unilatérale, l’explication proposée par A.G. est manifestement fausse. Il suffit de prendre le cas du Chili : est-ce pour éviter de voir leurs paroissiens déserter l’Église catholique au profit des pentecôtistes que les évêques ont décidé – après une période d’hésitation – de s’opposer au régime du général Pinochet ? La réponse est non, pour diverses raisons, dont la plus évidente est que les pentecôtistes étaient soit du côté de la dictature (c’est le cas de ses dirigeants les plus connus), soit neutres, et sans engagement aucun. Il n’y avait donc aucune raison pour que les pauvres, mécontents du régime du général Pinochet, abandonnent l’Église catholique pour rejoindre les pentecôtistes ! Cela vaut pour le Brésil et la plupart des pays mentionnés par l’A.

8Il est vrai que la concurrence des protestants est une des raisons qui a conduit des évêques assez conservateurs – A.G. lui-même mentionne le cas de D. Agnelo Rossi au Brésil -à lancer dès les années cinquante des pratiques pastorales inspirées du protestantisme, qui vont par la suite donner naissance aux communautés ecclésiales de base. Mais ces évêques traditionalistes sont précisément – comme D. Rossi lui-même – ceux qui ont soutenu le régime militaire. Ceux qui se sont opposés au pouvoir autoritaire, comme D. Helder Câmara, étaient loin d’avoir comme objectif prioritaire la compétition avec les évangéliques...

9Bref, le facteur « compétition religieuse » doit sans doute être pris en considération, mais sans en faire la clé d’explication fondamentale des différences entre les Églises nationales, et en évitant les pièges réductionnistes des théories dites du « choix rationnel », avec leurs modèles étriqués de rationalité micro-économique...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Michael Löwy, « GILL (Anthony), Rendering unto Caesar. The Catholic Church and the State in Latin America », Archives de sciences sociales des religions, 110 | 2000, 77-78.

Référence électronique

Michael Löwy, « GILL (Anthony), Rendering unto Caesar. The Catholic Church and the State in Latin America », Archives de sciences sociales des religions [En ligne], 110 | avril-juin 2000, document 110-21, mis en ligne le 19 août 2009, consulté le 13 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/assr/20552

Haut de page

Auteur

Michael Löwy

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Archives de sciences sociales des religions

Haut de page
  • Logo Éditions de l’EHESS
  • OpenEdition Journals