Navigation – Plan du site
Bulletin bibliographique
Informations bibliographiques
114.105

SIRONNEAU (Jean-Pierre), Métamorphoses du mythe et de la croyance

Paris, L’Harmattan, 2000, 287 p. (coll. « Logiques sociales »)
Claude Rivière
p. 154
Référence(s) :

SIRONNEAU (Jean-Pierre), Métamorphoses du mythe et de la croyance, Paris, L’Harmattan, 2000, 287 p. (coll. « Logiques sociales »)

Texte intégral

1Au cœur de l’ouvrage, le rapport croyance-rationalité est saisi par le biais d’interrogations-clés : le mythe se maintient-il et sous quelles formes (religieuse, littéraire, politique) dans une société sécularisée ? Les philosophies de l’histoire ne soutiennent-elles pas des croyances au progrès qui, influencées par le christianisme, aboutissent soit à des révolutions sans parousie, soit à des apocalypses rêvées ? Jean-Baptiste Vico qui visionne de manière optimiste au XVIIIe siècle La science nouvelle, et le pessimiste Oswald Spengler qui annonce au début de XXe Le déclin de l’Occident, évoquent chacun le déroulement des âges du monde, mais sous le couvert d’images mythiques : retour à la barbarie pour le premier, dégénérescence de quelques nations par enchantement de la culture et manque d’investissement dans l’action technique pour le second. Rêves invérifiables ! Il aurait été bon que l’auteur dégonfle hardiment ces baudruches.

2Des religions politiques (national-socialisme, fascisme italien, bolchevisme) opèrent un transfert de sacralité au niveau des mythes, des rites et de la communion, visant à valoriser une identité dite nationale tandis que le romantisme avait une visée d’universalité. Le chapitre sur l’idée de nation et le sentiment national en Allemagne fait écho à l’argumentation antérieure, mais en montrant que l’idéologie raciste nazie ne reprend pas exactement le nationalisme traditionnel. En nouant les idées de progrès et de révolution avec une théologie chrétienne de l’histoire soutenue par M. Éliade et J. Brun, s’éclairent les rêves millénaristes de Joachim de Flore, de Thomas Münzer et d’autres, récapitulés par les Mille ans de bonheur de Jean Delumeau (cf. Arch. 92.14).

3Après cette partie qui confronte Mythe, idéologie et philosophie de l’histoire, la deuxième partie s’ouvre sur une excellente mise au point concernant la croyance, ses rapports avec le mythe (via Veyne et Vernant) et l’originalité du croire chrétien. Un débat s’ensuit, fort savant, sur les défis de la croyance du siècle des Lumières à nos jours. La thèse principale de doctorat de J.-P.S. s’intitulait Sécularisation et religions politiques ; dans les Métamorphoses... d’aujourd’hui, les religions politiques sont traitées à nouveau mais autrement dans la première partie, tandis que la seconde développe les thèses de la sécularisation, du désenchantement du monde et de l’individualisme contemporain mais en tenant compte des recherches récentes, en raccrochant ces thèmes aussi bien aux réactions du piétisme qu’à celles du modernisme, en liant la dérégulation actuelle du croire à l’erreur d’un Narcisse qui reconnaît tout de même la dépendance et l’intersubjectivité.

4Aux connaisseurs de la littérature en sociologie des religions, le dernier chapitre sur le statut moderne du religieux représentera une synthèse bien menée. Aux amateurs d’érudition, on conseillera ce qui est dit vers le milieu de l’ouvrage sur la tradition chrétienne et la philosophie des Lumières. Aux chercheurs de pedigree, on signalera les rattachements de l’auteur à Éliade, Durand, Gusdorf, Jung. Aux lecteurs en appétit de religion, peut-être dérivée, plutôt que d’errer dans l’ère du Verseau, ou de s’enchanter d’une révolution, on leur souhaitera d’admirer ce qu’a de flamboyant l’arbre de Jessé. Perte de croyances et gains de syncrétisme se marient maintenant. Sans augurer quelque divorce, je ne crois personne en mesure d’énoncer les futurs avatars de la croyance. J.-P.S. s’en garde bien et se justifie par une argumentation solide, perspicace et mesurée.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Claude Rivière, « SIRONNEAU (Jean-Pierre), Métamorphoses du mythe et de la croyance », Archives de sciences sociales des religions, 114 | 2001, 154.

Référence électronique

Claude Rivière, « SIRONNEAU (Jean-Pierre), Métamorphoses du mythe et de la croyance », Archives de sciences sociales des religions [En ligne], 114 | avril-juin 2001, document 114.105, mis en ligne le 19 août 2009, consulté le 13 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/assr/20949

Haut de page

Auteur

Claude Rivière

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Archives de sciences sociales des religions

Haut de page
  • Logo Éditions de l’EHESS
  • OpenEdition Journals