Navigation – Plan du site
Bulletin bibliographique
148-121

Rita Laura Segato, La Nación y sus Otros: raza, etnicidad e diversidad religiosa en tiempos de políticas de la identidad

Buenos Aires, Prometeo, 2007, 350 p.
Daniel Alves
p. 75-342
Référence(s) :

Rita Laura Segato, La Nación y sus Otros: raza, etnicidad e diversidad religiosa en tiempos de políticas de la identidad, Buenos Aires, Prometeo, 2007, 350 p.

Texte intégral

1L’influence du multiculturalisme exacerbé sur la théorie de la mondialisation soulève des questions analytiques. Les critiques des anthropologues et des sociologues théorisant sur le système mondial ont obscurci le fait que les courants de biens et d’idées transnationaux ne sont pas désordonnés. Les circuits mondiaux de biens et d’idéologies furent assimilés de façon hétérogène par les contextes locaux, bien que leurs itinéraires et appropriations aient été influencés par les asymétries du pouvoir parmi les nations. Ces deux aspects se fondirent dans ce que Rita Laura Segato appelle des formations nationales d’altérité, concept-clé pour l’interprétation de son ouvrage La nación y sus otros, qui présente un ensemble de onze articles, précédés d’une introduction, publiés par cette professeure de l’Université de Brasília au cours des dernières années.

2Tout d’abord, il faut rappeler que cette anthropologue est une autorité dans le domaine de la diffusion des religions afro-brésiliennes et des pentecôtistes en Argentine. Pendant ces dernières années, R.L. Segato s’est engagée dans un débat public vis-à-vis des droits ethniques au Brésil, tout en étant l’une des intellectuelles les plus actives en faveur du système de quotas universitaires pour les afro-descendants, sans jamais se heurter à soutenir des positionnements critiques par rapport à ce processus. Dès ses deux articles de 1991, portant sur la religion – ceux-ci constituent les septième et huitième chapitres du livre en question – jusqu’aux discussions les plus récentes sur la race et la politique de la diversité, l’auteur présente comme ligne générale d’analyse le rapport entre ces objets et la constitution de la nationalité.

3Au premier et au sixième chapitres, R.L. Segato compare soigneusement l’Argentine, le Brésil et les États-Unis, tout en analysant la façon dont l’identité nationale s’est constituée à partir de modèles d’altérité qui établissent ce qui devrait être national ou pas. En Argentine, la formation nationale de l’altérité ressemblerait plutôt au modèle français, parce qu’elle fut constituée à partir de l’élite intellectuelle de la capitale qui, au xixe siècle, établit l’identité nationale comme antéposée à toutes différences internes, face à une déferlante d’immigration étrangère venue de l’Europe, ainsi qu’à l’extermination des populations indigènes. Les rationalisations et les ritualisations de «l’être argentin» s’imposèrent contre la diversité de la population, instillées soit par la violence militaire, soit par les appareils d’éducation et de santé de l’État.

4Aux États-Unis fut institué un modèle où les identités s’équilibrent en tant qu’ethnicités; ce sont des sujets immiscibles de droits. L’espace public est perçu comme éclaté en groupes de descendance qui ne se mêlent pas. Par conséquent, contrairement à ce qui se passe au Brésil, dans les cas nord-américain et argentin il y aurait une espèce d’aveuglement à l’égard du métissage de la population. L’assimilation de la place de l’autre est devenue la positivité de l’être brésilien. Il convient de rappeler que l’établissement de cet imaginaire national commença surtout après l’accueil de l’ouvrage Casa Grande & Senzala [Maîtres et Esclaves], par Gilberto Freyre, comme idéologie nationaliste qui débuta sous la première phase de la période Vargas, entre 1930 et 1945. Par conséquent, furent créées au Brésil une mise en valeur de l’identité nationale à travers le métissage ethnique et le mélange culturel et une profonde difficulté de résoudre le conflit et l’inégalité.

5La question de la constitution de la nationalité mène parfois l’auteur à une analyse plutôt diachronique. Tout en établissant des dialogues avec la géographie, la psychanalyse, les sciences politiques et la philosophie, l’auteur montre comment différentes manières de gouverner au long de l’histoire occidentale se rapportent aux notions de pouvoir, de territoire et de souveraineté. Consciente des termes courants utilisés pour décrire le moment historique actuel, tels que «choc de civilisations», «mondialisation» ou «dé-traditionnalisation», l’auteur préfère caractériser le moment présent par l’émergence de nouvelles manières de production de la territorialité basées moins sur des contenus approfondis que sur des marques identitaires superficielles et dissociées de l’ap-partenance à un espace géographique précis. L’éclatement de la nation et l’épuisement des débats publics seraient associés à cette nouvelle façon de constituer l’espace social. L’expansion du pentecôtisme en Amérique latine signalerait ce changement, dans la mesure où l’identité des évangéliques, en tant que gens de Dieu, dépasse les frontières et fournit, encore que sous des dénominations et réalités nationales variées, un point d’ancrage identitaire commun, fondé sur un modèle politique moral. En tenant compte de ces modèles – comme celui de la moralisation de la politique, auxquelles j’ajouterais le combat pour la décriminalisation de l’avortement et la reconnaissance des droits civiles des homosexuels – en tant qu’étendard, une partie des dénominations pentecôtistes se veut, de nos jours, une force politique, dans un milieu où le pouvoir pastoral cesse d’être monopole discursif de l’État et s’éparpille.

6D’autre part, la diffusion des religions d’origine africaine dans la région révèle une dynamique différente, de ré-ethnicisation, étant donné que la reconnaissance publique de ces expressions religieuses est liée à la valorisation d’une manifestation culturelle et d’une territorialité distincte par rapport à celle du pentecôtiste. Tout le système de croyances renvoie à la myth-praxis d’un peuple en processus de diaspora. Le territoire établi par les cultes condense l’Afrique mythique et le sol des «sanzalas», de telle sorte que l’initiation imbrique l’histoire personnelle du néophyte dans l’expérience historique de la souffrance. Bien qu’il n’y soit pas mentionné, le débat de certains thèmes, tels que le rapport entre les agents religieux d’origine africaine avec la politique ou des politiciens de différents pays et les récentes interventions de plusieurs secteurs dans les aspects centraux de leurs cultes (surtout à propos du sacrifice d’animaux), bénéficierait d’un cadrage envers la «factionnalisation de la république».

7L’instauration de nouvelles identités politiques, fondée sur l’apologie de la différence actuellement en vigueur dans les sciences humaines et les politiques publiques, n’implique pas nécessairement de nouvelles dynamiques politiques. À titre d’analyse, R.L. Segato suggère d’observer le soulèvement de nouveaux mouvements identitaires et de revendication de droits, à partir de sa mise en relation dans le contexte des formations nationales d’alterité spécifiques, sa logique interne, son rapport avec les acteurs sociaux locaux et transnationaux et sa place vis-à-vis de l’ensemble. Des mouvements sociaux qui fondent leur identité dans des altérités constituées sur/par les États nationaux modernes ne réfléchissent pas toujours la complexité des rapports historiques qu’ils revendiquent. Ceux-ci peuvent conduire à une stérilisation de la différence, tout en diluant la dimension subjective de l’appartenance dans des signes diacritiques superficiels et dans le pragmatisme politique. Aux États-Unis, souligne l’auteur, ce modèle qu’on pourrait appeler de «commoditisation» de l’altérité fut porté à l’extrême, et le langage même de division de la société civile par les différences emblématiques fut adopté dans le Sud. Néanmoins, R.L. Segato croit qu’il y aurait, en Amérique latine, des conditions plus favorables au développement de la densité historique et symbolique de la «différence radicale».

8Enfin, soulignons l’importance d’un livre comme celui de R.L. Segato pour ceux qui, aujourd’hui, étudient les réseaux transnationaux d’agents religieux. À notre avis, l’étude des religions qui dépassent les frontières nationales ne peut être dissociée d’une discussion sur les formations de l’altérité et des forces politiques hégémoniques dans la sphère internationale. Il faut rappeler qu’il y avait chez les anthropologes anglo-saxons, encore au début du XXe siècle, un refus de diffusionisme culturel concernant la plupart des découvertes importantes de l’humanité pour des civilisations spécifiques, surtout l’ancienne Égypte. À la place de ce dernier modèle, des études monographiques de caractère fonctionnaliste furent proposées qui influencèrent notre façon de faire de l’anthropologie jusqu’à présent. Avec l’émergence d’études sur la mondialisation, il est nécessaire de revoir certains aspects méthodologiques et de relativiser l’équivalence postulée par la tradition de la politique internationale entre l’espace social et l’espace géographique, tout en acceptant les transversalités comme objet, mais sans jamais perdre de vue que ses vecteurs ne sont pas aléatoires. Cette vision des processus de transnationalisation face aux formations religieuses d’altérité, comme une «guerre de positions» à la manière de Gramsci, sans oublier l’expérience subjective des acteurs, semble une importante contribution présente dans le livre La Nación y Sus Otros.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Daniel Alves, « Rita Laura Segato, La Nación y sus Otros: raza, etnicidad e diversidad religiosa en tiempos de políticas de la identidad », Archives de sciences sociales des religions, 148 | 2009, 75-342.

Référence électronique

Daniel Alves, « Rita Laura Segato, La Nación y sus Otros: raza, etnicidad e diversidad religiosa en tiempos de políticas de la identidad », Archives de sciences sociales des religions [En ligne], 148 | octobre-décembre 2009, document 148-121, mis en ligne le 27 janvier 2010, consulté le 15 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/assr/21674

Haut de page

Droits d’auteur

Archives de sciences sociales des religions

Haut de page
  • Logo Éditions de l’EHESS
  • OpenEdition Journals