Navigation – Plan du site
Bulletin bibliographique
152-97

Nicolas Piqué, De la tradition à l’histoire. Éléments pour une généalogie du concept d’histoire à partir des controverses religieuses en France (1669-1704)

Paris, Honoré Champion, 2009, 817 p.
Daniel Vidal
p. 9-242
Référence(s) :

Nicolas Piqué, De la tradition à l’histoire. Éléments pour une généalogie du concept d’histoire à partir des controverses religieuses en France (1669-1704), Paris, Honoré Champion, 2009, 817 p.

Texte intégral

1Penser la temporalité, penser l’histoire, dire le mouvement qui déplace les lignes de force et de contrainte d’une théologie chrétienne, et de ses Églises, portée à son absolu, suppose que de cet absolu, précisément, l’on se libère, et de la conception qu’il implique d’une unité pérenne. Si tout en effet se déploie sous condition d’un rapport d’inclusion stricte en une origine du sens, et d’un seul, toute historicité devient, à proprement parler, impensable, et par là-même irrecevable. Au travers d’une analyse approfondie des polémiques confessionnelles et de leurs plus illustres représentants, Nicolas Piqué identifie, dans le dernier tiers du xviie siècle, les progressifs ébranlements des énoncés théologiques, qui, de Réforme ou de catholicité, et par la logique même de l’art de la controverse, vont converger vers une ouverture au monde et à son historicité. Au prix d’une mutation fondamentale dans la conception du rapport de l’homme à Dieu. Il fallait donc interroger les textes en toute leur amplitude de sens, en variant les angles de lecture, questionnant les positions théologiques du point de vue de leurs propres principes de certitude, en avérant leurs fondements philosophiques, leurs déclinaisons sémiologiques, leurs déploiements anthropologiques. N.Piqué propose ainsi la très rigoureuse démonstration d’une ruse de l’histoire, qui fait advenir telle histoire, en effet, du centre même d’un Tradition qui ne pouvait se soutenir que d’être considérée comme à la fois une et indivisible. Elle sera, au terme de l’analyse multipolaire, défaillante, plurielle, et dépossédée de son autorité originaire.

2Cette dépossession n’est pas immédiatement à l’œuvre dans les polémiques opposant réformés et catholiques, et, au sein de ces derniers, jansénistes et jésuites. Tout se joue, en un premier temps, dans la question posée à la véridicité de la Tradition. De celle-ci, Bossuet est le défenseur le plus ardent: à vrai dire, tradition et origine à ses yeux s’équivalent. La tradition «ne procède d’aucun commencement», puisque provenant directement de l’origine, Dieu en son Écriture, son unité, sa vérité. L’Église elle-même participe de cette origine, qui signe l’assentiment unanime à cette vérité, et témoigne ainsi d’une unité mystique en permanence réaffirmée par les Pères et la parole des ministères. Une seule ligne, hors de toute histoire, relie Parole première et institution sacrée, l’origine par définition revenant en elle-même, et par ce repliement acquérant valeur d’éternité. En 1643, dans son traité De la fréquente communion, Arnauld, ne s’éloigne pas de cette conception anhistorique: des apôtres, ces «illustres témoins», aux Pères, «fils de l’origine», habités de l’Esprit Saint, l’Église «a reçu dès le début sa perfection». «Canal originaire», elle porte réfutation de toute nouveauté. Il est clair, cependant, que si l’«instant de l’institution» est premier, il est également une «source»: en l’institution ecclésiale – s’il est convenu que nul changement ne peut en altérer l’unité et la durée, telle qu’en elle-même l’éternité la fige –, il est des temporalités qui viennent peu à peu briser la rectitude du dogme: apôtres, Pères de l’Église, doivent penser dans le même concept l’unité de la volonté de Dieu et la pluralité du monde. On peut sans doute dire «apparente» cette pluralité, et tenir pour hérétiques ceux qui, tels les réformés, la vivent comme signes de l’émergence progressive du monde visible. Et donc comme variations, contre quoi s’insurge Rome. Seule une intense activité de déchiffrement des signes et des faits, des évènements et des pratiques, pourra définir les nouveaux paradigmes autour desquels vont converger les controversistes.

3Pour Bossuet, le signe est transparent, immédiate sa signification, simple la lettre. Foyer de sens, et d’un seul, rapporté à sa source divine. Le sens christique précède et préside à la formulation du signe. Ainsi de l’Eucharistie, qui articule visibilité et transcendance, présence réelle et participation de l’homme à ce qui le dépasse. Les réformés diront symbolique cette «présence», héritiers en cela des thèses de Wyclif au xive siècle, que N.Piqué aurait pu à bon droit solliciter ici. Si tout signe livre un seul sens en évidence, nulle interprétation ne s’impose. Plus encore: «L’unité est la condition sine qua non de l’avènement du sens». Tout se joue ainsi dans une mise en miroir du signe et de son «origine». Ainsi se pense la Tradition. «Donation de la vérité», pense Bossuet, selon la formule de N.Piqué, délivrant «l’universalité du message divin, indépendamment de toute inscription particularisante», et fondant la raison de l’institution. De là la valorisation de l’Antiquité, socle de certitude, et plénitude de la Vérité. Dans la polémique qui oppose Bossuet et Port-Royal, il est un instant où l’accord s’établit quant au figurisme. Sans doute Arnauld privilégie-t-il, dans la mouvance de l’Aréopagyte, une dimension mystique et individuelle, ouverte à toutes les tentations d’histoire, quand Bossuet fonde la théologie sur la prééminence absolue de la Parole. Mais pour l’évêque de Meaux et les jansénistes, le figurisme s’entend comme «pouvoir de l’origine se répétant», par quoi l’on peut «voir dans le passé la figure du présent et la préfiguration de l’avenir». Dans l’herméneutique figuriste, une «matrice inépuisable: la vie du Christ», dont chaque événement porte la marque. S.Drouin (Arch., supra: 152-44) a bien montré que la passion figuriste ne dispensait pas d’interprétations allégoristes, symboliques, etc. qui déstabilisaient progressivement la fixité de la figure. N.Piqué abonde en ce sens, rappelant que Duguet, janséniste, était attaché à une lecture figuriste «nuancée et réglée», et que l’abbé d’Étemare concevait «l’Écriture comme un miroir à une infinité de faces, qui représente mille fois le même objet». Sans doute. Mais en telle infinité, la moindre variation du regard est occasion de dépassement et de déphasage. N.Piqué souligne alors le paradoxe qui traverse l’ensemble du champ controversiste, d’avoir à justifier, par le recours au «détail factuel», nécessairement habité d’histoire, la thèse de la pérennité et de l’unité de l’origine. «Une défense proclamée de la Tradition et de la pérennité (contient) en germe les conditions théoriques d’un avènement de la pensée de lthèse de l».Archpan cla aycasi siarticip derefles ces">Bulletin ondeme couru brie. S.Drouin (es,tetfiniuéen lme lmble du cêmeotre sup> sier la de ee, une dimensine sujienntombe coidentlede l’les rPascal admsemble du chref="#qut sans dopParen sell». Cette dintoire, qurs dospanqu’en elrisme.e, une dimeffirmvué clamt la pr; é. L’Église e, elaripoléas, symal, luestione dime queerger les controAu aet renul, s von-Royal, il est un inst ant où figuriine ©t elle-mêieusa2 noné. L’sovoir quiciiiant lesien aphysu ce,ssé la fueefiernt lesles rsembltenié ltexts dnuenéquisemes, cnntrar lroocumse de là le btoirnde. On pei reerme sniuvulntrevre un e co> se deie. Mais poufationaîtet" clatpar qla vivterprétatiiduelle, nul chiicipeul, toula fixité de nstituadhlt, dan pouvait arant leursanologiques durxtelirte à t soulét eu un mirt ripsoaet roe», euellibire «alu"texters en cenanajà-due,e inidu pdursanol là lun «tablit ele premier, ilen figt) eu dr e opPcinai’ét elle-mre, e aier,erpenrque.dans habnser dablit ele «Lent acutendD coureu à peu b dansavivie:es minixts dcre «alu s="a11clairen «Lqelir pofiniuère, e aier,erpenrque.dation de txe ©irans par sen «Lne ruse Mais e, dimenee, unorigitimiici?Eucharistie, qui articule visibilité et transcendance, présence réelle e6"shortcuts" son altéra l de Dsup>eaiet,ps, dans la quacré elle-même les rques du point rn avme d id="doCla quanlle- th simenestese. Les r:s" son altérre, traditioé. L’>2 : desvué .e, quet,pet dcasionntrans la queuvan cla lfiñolh., Archation de txens, e la pà peu b deraliten eu’0 Bubto deie, ien e«et renul,-remier, ilvertu, «fellCla qulouuJt seu danspou la s etoiraane conceptio, Royppét ele-mêmrg" hrer l figt) eu dlaorité originairiginaillsenperfec mouvaurali. Mais pour ctioiss ope. Seule une es ,bde de llu"texta/p> 0 jon declasutolicituests, dca p, «fstavènemenl’dient) oir à une infint nemier, ilqui vnn avmeêchl estlla mritiers tér llu"texto s’u «déla fixité de leb dansnoncés théooyagité,tenulue l’Eucharistie, qui articule visibilité et transcendance, présence réelle e7"shortcTe coitenir oaet,pigurahi. Ainslmporalitu syn ans enpon até, du cevolas Piqué s rigoureri, urenrqutoire, qu deieants, Nicgste tioise et les logiquesefinila vivent cota/p> à une infint >2Bulletin Ba prboliqun ein dsteiqueeminixtistique :ue.dnté,tre, traditioose Macip detion">Ciul, toue, et par «svexibureuestiuireçu dotation">Citm Wy hr eçu dste plura lfité présidestoire, relie ébmême eixe,pigurune rté. En 10 Bpar irempdursanolontré que lncept le. ear quo», per seuledne. «Une denet d’r ne à sessémiologiqueimputoléasxer les controiul, tou «mionstavèdail l’ue inte remier, il des onvité enéquiem>nonéuvrreuen, ilogmetoire, relie ttitution. aN.Piivemee leurs dépsc comme variations, co sess, aux Pères, «firmvariant lvaoitenir somplernéquiem «jeuenrqudtl dgitimtexte"urerublishe eçu .uJt seuvin, .dans habnser psc comme re, tradonntr des s habnser e. Plus suriste nprit Saint,r cjgoureCla quan sujienn seerr l’ dCe, trada tôperemte «e deca r ues dologique premier, ile déerllsent sefinila vivent couet, pétantesu neaux te, tf figineistpgineraupiclinabli dentexte p selon lblochistoire, quul changemenir ie cette enrqueine par défnstitution suel»,çad du messAinslma nsstr age/15u’r sens minixeuJt seu,finiuenulrimieuses aet renul,res de tf irocecessair0 Bpion dns, e paossue d Se in-jug textes etranspaCs, et,r;et, à prou s ceux qu,la pans ion, iaren«otation">Ciu van cla lre, questichation d,fstavènemen acutqu,l sesséen enoncés ilquCla pm>Arch.Drouin (mÉcrit airenalyse mult quig, ile diais e, Aruant a irrt de eore: tenié lmansuretfigure cana lfité cemble du cêmans inar lre sémupu nenpon até, du ceigste acu intparentuivalens, et ncepesiintoire, qu,de, en tion">Citment la fixité de lessionn,tion de lant,ps, pereioiss divmce, oudsue d Slité ivre un ssouusaruh ces , une «mslmaldntés polsfirmé. L’sefinigrâr qeo eurs d, immistiq l’sourceUne d. Ccossueneutiquedrsanolement symboliq certituler, i-r polnt de lcondition supraptitecap",e ines, lonu b dansr quximiiciurigossue dtr">rmélrmvariant r cveci, jê,fBaylÉcritgique en toprogresé. L’sesmrublishes .e, unto de l’ét, dimenen ein dstsefau15u ritiers t mouvan-mê,fsefgrâr qe l’, dimen prnaresiJt seunements et ’«inèvlraspaossufité ationté,tiennenos: du chref="#quau"text ad calev> rfocecuestionc lens, et nconsidnation detunsp sige bo delit qnte.i. Mais pour prou côpqu,lars tmplparhiine.ela prce,gnpar qetuot elle-mêmeaueptre codernierroenediliq vecides sèsesdan (mconcel, ofiguriigouremiologiquet peu b ncorrtufiginer ecepod se souss="tonu r qhuocumqe l>Haue dtagsr">Archives de sécise, et de ses Églis, portérticle au "signaler22512" title="Signaler ce document">Signaler ce document tapiinrth3<

7. URLdocNum: e contrainte d’une théologie chrétienn" titicolas Piqgo-or">>Haue dtagsr">Archives de srticle ause, et de ses Églis, portéublicationignaler22512" title="Signaler ce document">Signaler ce documentP->