Navigation – Plan du site
Bulletin bibliographique
152-54

Marie-Hélène Froeschlé-Chopard, Tourrettes-sur-Loup au xviiie siècle. Hérésie et scandale au village

Préf. de Jean Delumeau. Nice, Serre Éditeur, 2009, 255 p.
Bruno Maes
p. 9-242
Référence(s) :

Marie-Hélène Froeschlé-Chopard, Tourrettes-sur-Loup au xviiie siècle. Hérésie et scandale au village, Préf. de Jean Delumeau. Nice, Serre Éditeur, 2009, 255 p.

Texte intégral

1Marie-Hélène Froeschlé-Chopard présente un ouvrage de micro-histoire sur un village qui l’a vue naître en 1942. Fontenaisienne, agrégée d’histoire, directeur de recherches honoraire au CNRS, l’auteure est membre du Centre de recherches historiques (EHESS). Elle est bien connue des historiens modernistes par ses travaux: La religion populaire en Provence orientale (1980), Atlas de la réforme pastorale en France de 1550 à 1790 (1986), Espace et sacré en Provence (xvie-xxe siècles). Cultes, images, confréries (1994), Les ordres religieux et leurs livres à l’époque moderne (2000), Itinéraires pèlerins de l’ancienne Provence (2002), Dieu et les hommes en pays de Haute-Siagne (2004), Dieu pour tous et Dieu pour soi. Histoire des confréries et de leurs images à l’époque moderne (2006).

2Cette publication s’inscrit dans la tradition de la micro-histoire. Tout comme dans Montaillou, village occitan d’Emmanuel Leroy-Ladurie, Le scribe et le mage de Nicole Lemaître ou Le village immobile de Gérard Bouchard, un ou des documents permettent d’entrer dans l’intimité d’une communauté villageoise et d’en faire une étude anthropologique.

3L’auteure présente son village natal qui se trouve en Provence, près de Nice et Grasse; elle ne cache pas son attachement à cette région, imitant Daudet et Pagnol. Pourtant l’historienne Marie-Hélène Froeschlé refuse l’idée d’un «village immobile», expression de Gérard Bouchard créée à partir du manuscrit du prieur de Sennely-en-Sologne.

4Pour mener à bien ce travail d’enquête, l’auteure a dépouillé plusieurs séries de documents: les registres de baptêmes, mariages, sépultures, les délibérations municipales... Elle note sa dette envers son maître Alphonse Dupront, spécialiste de l’histoire des pèlerinages et fondateur du Centre d’anthropologie religieuse européenne abrité par l’EHESS. Les renseignements recueillis constituent une large introduction qui court du xive au xviiie siècle, montrant la vie au village, en particulier sa dimension religieuse dont l’auteure est spécialiste. La seconde partie présente un procès intenté au vicaire janséniste Jean-Baptiste Deguigues, en 1709, époque où une aïeule de l’auteur avait vingt-quatre ans. C’est cette source extraordinaire qui nous fait entrer dans le secret de la culture d’une époque, tout comme les registres de l’inquisiteur, luttant contre le catharisme, avaient permis à Emmanuel Leroy-Ladurie de connaître l’intimité des habitants de Montaillou au xive siècle. En 1709, le deuxième vicaire de Tourrettes fomente un procès contre l’abbé Deguigues, son confrère devant les tribunaux de l’évêque de Vence. Alors apparaissent le caractère personnel du vicaire janséniste et son emprise sur un groupe de dévotes, les jalousies entre personnes, les plaintes des notables dont les femmes dépensent trop en ouvrages de piété... L’évêque de Vence, François Bertons de Crillon, pense qu’il faut le surveiller et l’exile un an dans un séminaire. Il rentre ensuite dans le rang. Le silence retombe alors sur Tourrettes qui ne produit plus d’archives extraordinaires.

5Cela montre que Tourrettes n’est pas un «village immobile». Ce village perché sur sa colline subit les influences extérieures: la Réforme protestante au xvie siècle, la réforme catholique puis le jansénisme dont le procès de l’abbé Deguigues est la preuve.

6Cet ouvrage est utile à plusieurs titres. Magnifiquement illustré de photos représentant les trésors artistiques de la réforme catholique – retable de l’autel de saint Joseph ou du Rosaire, reliquaires dorés –, le livre permet de voir, pour un village de Provence méconnu, les grands courants de l’historiographie actuelle où tous les chantiers sont représentés: il permet au jeune chercheur de s’initier à la manière dont on écrit l’histoire aujourd’hui, en particulier l’histoire religieuse. Il montre qu’à partir d’une personne méconnue, comme ce vicaire janséniste, on peut découvrir des choses passionnantes en utilisant un corpus de documents riches. C’est le cas d’un autre Provençal, tout aussi méconnu, Vincent Laudun, obscur dominicain d’Avignon, qui nous a laissé un manuscrit de descriptions et de dessins inédits de plus de trois cents lieux de pèlerinages au milieu du xviie siècle, texte récemment publié. Enfin, pour Marie-Hélène Froeschlé, écrire l’histoire de ses origines – de son village en l’occurrence – est une étape importante dans l’œuvre déjà bien fournie d’une historienne attachée à ses origines provençales.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Bruno Maes, « Marie-Hélène Froeschlé-Chopard, Tourrettes-sur-Loup au xviiie siècle. Hérésie et scandale au village », Archives de sciences sociales des religions, 152 | 2010, 9-242.

Référence électronique

Bruno Maes, « Marie-Hélène Froeschlé-Chopard, Tourrettes-sur-Loup au xviiie siècle. Hérésie et scandale au village », Archives de sciences sociales des religions [En ligne], 152 | octobre-décembre 2010, document 152-54, mis en ligne le 12 mai 2011, consulté le 16 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/assr/22589

Haut de page

Auteur

Bruno Maes

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Archives de sciences sociales des religions

Haut de page
  • Logo Éditions de l’EHESS
  • OpenEdition Journals