Navigazione – Piano del sito

La première réception des Formes (1912-1917) (S. Baciocchi, F. Théron, eds.)

The Early reception of The Elementary Forms (1912-1917)

La réception des Formes élémentaires au début du XXe siècle, soit soixante quatorze comptes rendus publiés entre 1912 et 1917 dans divers organes et en diverses langues (français et anglais principalement). Ce dossier jamais rassemblé a été recueilli par Stéphane Baciocchi (EHESS – CRH – CARE) et coédité avec François Théron (UVSQ - CNRS, laboratoire Printemps). Ce corpus fait l'objet d'une présentation dans le numéro 159 des ASSR.

Les deux parties du sommaire bibliographique distinguent les recensions portant sur l’édition originale des Formes élémentaires (1912) – Partie I – de celles qui rendent compte de sa traduction anglo-américaine (1915) – Partie II. Les entrées bibliographiques suivent l’ordre alphabétique des auteurs dont le nom et les prénoms ont été restitués sous une forme complète. Les comptes rendus restés anonymes sont indiqués comme tels (Anon.) ; ceux pour lesquels l’anonymat a pu être levé sont signalés par la mise entre crochets du nom de leur auteur. L’énoncé des entrées bibliographiques, notamment le « titre » des recensions – qui souvent n’en possèdent pas – a été formé en suivant une règle simple : lorsqu’elle existe, la rubrique bibliographique sous laquelle l’ouvrage de Durkheim a été recensé est toujours indiquée, suivie de l’éventuel titre de la recension. La mention bibliographique de l’ouvrage recensé a été omise. Elle fait l’objet d’une description précise en tête de chacune des parties. Enfin, le titre des périodiques est donné aussi complètement que nécessaire. Il est suivi de l’indication de son lieu d’édition suivant sa graphie vernaculaire.

La publication des Formes élémentaires fut annoncée en mai 1912 par une brève notice de l’éditeur que nous publions ici en raison de sa rareté et de son intérêt documentaire :

Les Formes primitives de la Vie religieuse
Le système totémique en Australie
par E. Durkheim, professeur à la Sorbonne
1 vol. in 8 de la Bibliothèque de Philosophie contemporaine... 15 fr (Paraîtra le 15 juin)

L’objet de ce livre est d'atteindre, à travers un groupe déterminé de religions, les formes élémentaires de la pensée et de la pratique religieuse. Les religions étudiées sont celles que pratiquent les tribus australiennes. Il n'en est pas de plus primitives ni de plus simples et c'est ce qui explique le choix de l'auteur, [sic][1] on a des chances d’y découvrir les éléments fondamentaux de la vie religieuse et les causes dont ces éléments dépendent. Comme toute religion est une cosmogonie, on ne peut analyser la pensée religieuse sans rencontrer sur sa route les notions qui dominent la pensée logique - notions de temps, d'espace, de classe, de force et de cause, de personnalité. L'auteur montre comment ces idées sont nées dans la religion et de quelles causes sociales elles résultent. La sociologie religieuse apporte ainsi une importante contribution à la théorie de la connaissance[2].

[1] Le passage manquant est crucial. Nous l’avons retrouvé dans un compte rendu anonyme qui reprend entièrement ce premier paragraphe de la notice de l’éditeur : « L’objet de ce livre est d’atteindre, à travers un groupe déterminé de religions, les formes élémentaires de la pensée et de la pratique religieuse. Les religions étudiées sont celles que pratiquent les tribus australiennes. Il n’en est pas de plus primitives et de plus simples et c’est ce qui explique le choix de l’auteur ; car plus on se rapproche des origines, plus on a des chances de découvrir les éléments fondamentaux de la vie religieuse et les causes dont ces éléments dépendent. », Anon., « Revue de livres », Revue chrétienne, 4e série, 59 (2), juillet-août 1912, p. 752b.

[2] Bulletin des publications nouvelles de la librairie Félix Alcan (Félix Alcan et R. Lisbonne, éditeurs), Paris, Mai 1912, p. 3a.

  • Logo Éditions de l’EHESS
  • OpenEdition Journals