Navigation – Plan du site

Privatization and Globalization: A Durkheimian Perspective on Moral and Religious Development

Privatisation et globalisation. Pour une approche durkheimienne du développement moral et religieux
Eugen Schoenfeld

Résumé

Depuis quelques années la sociologie des religions s’intéresse aux concepts de « privatisation » et de « globalisation ». La privatisation a été le plus souvent associée à l’« égoïsme » tel que défini par Durkheim, et considéré de ce fait comme socialement dysfonctionnel, tandis que de son côté, la globalisation était vue comme éminemment fonctionnelle. Or une lecture attentive de Durkheim montre que ces deux phénomènes ne sont en fait que les deux faces d’une même réalité : loin d’être simplement égoïsme, la privatisation serait une des formes d’expression du « culte de l’individualisme ». L’auteur suggère dans cet article, toujours dans une perspective durkheimienne, que ces deux phénomènes font partie des mécanismes et des processus nécessaires au développement de la morale, au progrès des idées de justice et de morale. Il termine sur une brève analyse des liens entre privatisation et anomie.

Haut de page

Note de la rédaction

Ce texte est disponible sur Persée

Pour citer cet article

Référence papier

Archives de sciences sociales des religions, 1990, 69, pp. 27-40

Référence électronique

Eugen Schoenfeld, « Privatization and Globalization: A Durkheimian Perspective on Moral and Religious Development », Archives de sciences sociales des religions [En ligne], L’héritage des Formes, mis en ligne le 19 juillet 2011, consulté le 18 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/assr/23037

Haut de page

Auteur

Eugen Schoenfeld

Georgian State University

Haut de page

Droits d’auteur

© Archives de sciences sociales des religions

Haut de page
  • Logo Éditions de l’EHESS
  • OpenEdition Journals