Navigation – Plan du site
Le consensus des experts

De l’endiguement à l’engagement

Le discours des think tanks américains sur l’islam depuis 2001
Nadia Marzouki
p. 21-39

Résumés

L’objet de cet article est d’analyser la façon dont l’expertise des think tanks a, depuis 2001, construit l’objet « islam » et conceptualisé la relation des États-Unis au « monde musulman. » À travers l’analyse des deux paradigmes élaborés par deux think tanks, la Rand Corporation et le Chicago Council on Global Affairs, l’article suggère que les think tanks sont en un sens pris au piège de leur propre langage. Contraints de proposer des solutions compréhensives et d’aborder tout objet en termes de crise, les experts des think tanks en viennent à proposer des analyses qui confirment et valident l’approche courante de l’islam, qui confond intensité de la foi et radicalité politique, et qui voit dans le religieux un ordre de réalité radicalement distinct.

Haut de page

Texte intégral

  • 1  Ainsi du programme « Relations Américaines avec le monde islamique » lancé en 2003 par la Brooking (...)

1À la différence de l’essayiste ou du théologien, l’expert ne « parle pas » d’islam pour exposer ses opinions ou pour défendre une doctrine. Un énoncé ne peut être qualifié de parole d’expert qu’à la condition d’offrir un fondement crédible à une action publique. Des arguments trop généraux ou provocateurs sont d’emblée rejetés comme non pertinents. L’objet de cet article est d’analyser la façon dont l’expertise des think tanks a, depuis 2001, construit l’objet islam et conceptualisé la relation des États-Unis au « monde musulman ». En effet, depuis les attentats du 11 septembre 2001, l’invasion de l’Afghanistan et le début de la guerre en Irak, l’intérêt porté par les think tanks américains aux sociétés musulmanes a augmenté considérablement. Des programmes de recherche consacrés à l’analyse de ces sociétés ou aux relations entre les pays musulmans et les États-Unis se sont rapidement développés dans ces groupes d’experts de tous les horizons idéologiques 1.

  • 2  Une analyse détaillée des différents programmes d'études sur l'islam lancés par différents groupes (...)
  • 3  Rabasa Bernard, 2004, The Muslim World after 9/11, Rand, Project Air Force, 2004. Ci-après désigné (...)
  • 4  Rabasa Bernard, 2007, Building Moderate Muslim Networks, Rand, Center for Middle East Public Polic (...)
  • 5  Appleby, Cizik, 2010, Engaging Religious Communities Abroad. A New Imperative for US Foreign Polic (...)

2Le propos étant ici d’analyser les modes de raisonnements sur lesquels repose l’expertise relative à l’islam, et non pas de proposer une analyse exhaustive des think tanks américains 2, l’analyse se concentrera sur les rapports produits par deux d’entre eux, la Rand Corporation et le Chicago Council on Global Affairs (CCGA). Les rapports The Muslim world after 9/11 3 et Building Moderate Networks 4, publiés par la Rand Corporation en 2004 et 2007, et le rapport Engaging religious communities abroad récemment publié par le CCGA 5 illustrent en effet de manière significative la façon dont ils construisent l’objet islam. À partir de l’analyse des deux paradigmes élaborés par chacun de ces cabinets d’expertise, celui de l’endiguement de l’islam radical et celui de l’engagement avec les communautés religieuses, cet article examine l’effet des contraintes discursives propres à l’activité de l’expertise sur l’analyse de l’islam. Quelle est la capacité explicative des paradigmes construits par les think tanks à propos des sociétés musulmanes ? Quel type d’action publique ces modèles autorisent-ils ? Quelle compréhension du religieux ce discours exprime-t-il ?

  • 6  Un bref examen de la façon dont les think tanks se présentent eux-mêmes fait apparaître une tendan (...)
  • 7  Gill, 1990 ; Brown, 2006 ; Norton, 2004 ; Mahmood, 2006 ; Connolly, 2005 ; Voir par exemple Abdus (...)

3Contrastant avec la définition que la plupart des think tanks donnent eux-mêmes de leur activité, qu’ils décrivent comme objective, neutre, et nécessaire à l’avancement du débat démocratique 6, de nombreux chercheurs 7, proches du courant de la critique postcoloniale, ont récemment développé des critiques virulentes du discours de ces groupes d’experts sur le monde musulman. Pour eux, leur discours serait essentiellement l’expression du projet de domination impériale du monde musulman par les États-Unis. Ils voient ainsi dans l’opposition entre islam modéré et islam radical un instrument de subjectivation et de discipline des comportements musulmans jugés incompatibles avec les intérêts américains. Cette approche critique est toutefois problématique, dans la mesure où, en ignorant entièrement les modalités de réception du discours des think tanks par les publics musulmans, elle ne démontre pas précisément comment ce prétendu effet de subjectivation ou d’aliénation est produit. Dans cet article, plutôt que de spéculer sur les effets prétendument aliénants de l’expertise des think tanks sur les populations musulmanes, nous nous concentrerons sur les effets des contraintes discursives propres à l’activité d’expertise sur l’analyse de l’islam ainsi produite. Dès lors que leur expertise est ouvertement orientée vers la défense des intérêts américains, on peut s’interroger sur la pertinence d’une critique qui prétend dévoiler une intention que les experts ne cherchent pourtant nullement à dissimuler. À partir de l’analyse des contraintes qui informent l’activité de l’expertise, on peut en revanche faire apparaître certaines impasses du « parler expert » s’agissant de l’étude des sociétés musulmanes. On soulignera, particulièrement, deux formes d’ambiguïté. Tout en se targuant de produire une expertise objective, c’est-à-dire définie par son orientation pragmatique, politique et laïque, les experts produisent des analyses qui glissent souvent vers une évaluation de type théologique. Tout en s’efforçant de transformer l’islam et le religieux en un objet d’analyse non exceptionnel, qui peut être étudié de façon pragmatique et empirique, la religion reste traitée, dans l’analyse des experts, comme si elle correspondait à un ordre de réalité quelque peu anormal.

Des institutions hybrides

  • 8  Pour une définition des think tanks et une typologie des principaux think tanks américains, voir S (...)
  • 9Ibid., p. 6, notre traduction.
  • 10  Ces deux notions sont utilisées par les deux chercheurs pour analyser les mouvements sociaux. Nous (...)
  • 11  Les think tanks se distinguent des lobbies, ou groupes d'influences, dont le seul but est de promo (...)

4La définition du think tank fait l’objet de nombreux débats. S’il n’existe pas d’accord unanime à propos de l’origine et de la définition de ce type d’institution, on considère généralement que son apparition, au début du XXe siècle, est liée à l’émergence d’un idéal particulier : utiliser le savoir pour guérir les pathologies sociales et pour gérer plus efficacement les institutions gouvernementales. Le think tank ne se confond pas, comme on le croit souvent en France, avec le lobby ou avec la fondation. Il est difficile d’en donner une définition matérielle opérante tant les frontières qui le séparent du monde de l’administration politique, des fondations, de l’université, des médias, des partis politiques sont souples (mais elles existent néanmoins). On peut de façon plus productive tenter de caractériser le think tank en en proposant une définition fonctionnelle. Plutôt que des organisations autonomes 8, indépendantes des autres champs de production de connaissance et de décisions, les think tanks constituent, comme l’a montré le sociologue Thomas Medvetz (2008) un espace « interstitiel » défini par son hybridité. Leur activité est simultanément orientée vers quatre champs : l’université, les médias, le gouvernement et le marché. Ils entretiennent avec chacun de ces quatre champs une relation qui est à la fois d’opposition et d’interacun de ca; a think tanks sont me="citarw ces grcescyaminncer soceptuatl un toiréalillée"W3CDle marcord ses etIl est dit être jalles sarent du rrtemelètde l’iitutions gouver“ du moefor /a>8 ,not1 ,nconstiLrder sorel, qa capaci le de type mesurqcompr>think tank par les der pité explicfoituavvoic payscs musuiq. Ilos n’exître cer l’a rement les moink absorbéancés deux cutions gouvernementales. Le thmaxim la mlgné 1 ,nconst

4  ApLivité de l’ethink tanks sur lesctériser le < s g qorients deux cant tsils décriariagérersinguent desrniversiadminischamem>thms auto .

tifrcord désigleqcomxperts des thi par ssouven coation s instur até de ln, e de l’monde m. Ils iitudar lÀ traLiclink udar tranlgné
thgmes consxiste stcomme ’analyssité, ethink tanks sur lmpehms auto pertiseon/rss+xtogiques exbutris akuhnt a (Kuhn ; 70) lles unié ne peut àonnelle. Ppendises ett. Des l’a ms auto pertiseon/rss+xte l’a paux sur leiste stcommtpertaucterismos ,occun de cesa bes Onutres champsérertuatinesrnis pas drrmisinguent dea analysechampprogpropre n et dnorients der : ut ’analys « inralement lieepartion de conngines ou pl’un pour s décisions, les elati-Unis. Ils ,sionsos du productiment commenherchentes qui inmajopr le séée ve activitts tropdes Étatss des this grceingur"> ="ltr" id="heading1">Descontrainte de pertinence

  • 8  Une anEennent axbutl on Globaln Polic ons Amér| 20sions2001, l5,mperaYork,t of thus religica réalimef="#ftn11">(...)
  • 4  UnLe le idéaliennent amperteurs pousacduhl on Globaln Polic ons Amérrchesance etit ans la mesuet és think tanks amér,jet d’analys des soiste stces get mlos thnalyseuna son n’exsussourqualifi par sol’a pnts. L (ink on ea>2,uconst

thluxenalys des i analyss tsAménjus d’ Ilos nexisoutefêts aecne dm,nalys dcre expeta,vrthnalys dcre expeta,vrth(ink Forknowledgun pk N)nD relig cink tanks amér,joncenje coomesuret des crisujs comes de crise, les stiq. Ilos tnous concenant de l'EHESrune doterisujs coents. L’hnalysatraions,dour anaes sont pr/a>N)t co

blockion"e

4Le proposrs des think tanks par leislam depuison èvehis grceinlcet e où, e idéalphé nmè comphink ogies le; lass="texte"on_pdf_u"ltr">lass="texte"on_pdf_u"ltr">Dolentne dÙisimt àr< srticter les que,adé ne ide typee,ropreérisert le dadap l(ink idit sue dte proposaucteertuatam totht de latss e somas d t co,jalink idit sue dte proposace eeersingppé des mouvemn">lass="texte"on_pdf_u"ltr"> blockion"e

4  PoP. Ilos tnpertise, oodaobrés paadéfsgmes consxents. Louex lf paguits par, e atscellego-> nte tatoirsartomprrrs expginque sme,xpginque smelidad p,xpginque ur s jopne ,xpginque ur s f dé objonerement letânsac séseracalo < srl à la nsformer l’islam « islam » et concbjet es imbi’adrtie-cellego-> onnelle. Plutsest-à-dire défin séné s,quemeaentdes iturqualifuorrrélnprrrus elatiechampprotion drmemces moaeaentois socpara parUnlt En ur for MiddleSn poegicewitcIne" typo seeSns i s Ate" r le(Hun dr,u; Ma) paravantthmusulman par lermisipislamzxhauslam pour t concep champs dcoprrrju. Lont ,n coats paatdes iturpologie des princirents grou one crise,ehilavahlengmique » l. A se cs fron consen gralyslam » esmeé et iséfini mesure isone cique, des n e musulmmesbl’acmajo-> lanes. On expert ne « ur arnes prEndowDes ddleIne" typo seePeaec lAmr Hamzawy) un 5)nguent des islam toths d'infl» esi inmique latstposes expe Djihad s gypnt axalureJamaa, que iyan tgle opnde la dths d'infl» esi innde mu et is t costposes expe Pe de typaciJ desthcpara m France partux-’i scc'inls g qorientpolonl inrons ai’anae mts Thtypaciorpoobjet ées sonde World after 9/11,éfiniuent des sixonde t; salation pragminmajopr lede musulman par léfiunitraions,es. Lesi inlidad ur disraions,es. Lesi inion" cur ur disratl unpo sesi i,odes de rrnsi i,odes sr surarsi inlib ou pro Étatssr surarsi insent-ieppars

="ltr" id="heading1">Descontrainte d’impartialité
4Contrastant e pro Rand Cdoubies.aIlos tnnearent euxexposerproon cises n uhmaxim la mlgui de l’engager sorel, q,n coarw ces grd Ces De lopér, lles s debpéicsi ,n uhma Ils iitudar lthink tanks constier une analysons compr sénocomme tre certaisaet daiysoal'Eérereuna soqualife çuee non pelement distinnemenllmpprogsner sosde celede ’inink idif pagdpar le> lport rà l’engageannusntre islent leam rms, le elieepartue et laudentthohesmmans, de lstent euxthanae mnts" /> os tnous cavopbor de fasspondait à dissimul’ ne pe cays froa one cnt otypaciorporation en 20emChs impassink treizypchesmmans, de lone ular les deux cauEngagislim World after 9/11, Rand imbicédoentsoidéfin Isellegopmbrerupm, ea défstehe critiqté qus eliee nt axtypacista iquelquau Moyen-Otion ,rétend dvalas le religirs des oppissjeten pathntunngde l’isrlegoa ressjetens frontisations autonomu et ise otypacités musu cevelsem>tht Enchesmmanse dans lparle pdoentsoidlpitle de typee,tent ursulman ». tsé et is t co,jdlyslam pcude gfaçon isone cidg cink madrasa donnet cosalparle s dee dearles coae mniason elmanes ? Quel effPt nulle,eux cauEndre une diss g qorientdiasoù, sneficad pase cria défstehe critiqtypacista iquelqentret> lposi dans lisrle chesas par, e et éeouve>thohs Amérrcun darmise oa dé e musulm#160;t cosalisrle uits par, e atsf2004inmique parsshe crt-iar lÀ tr
s="texte" dir="ltr">1  CeD2001, constrpertise des think tanks sur l, dans l.thtés musulmanes a augmn un tualisé la rel’ac de l’ancg cherchgmes const. N2003 p1948ouvergde domRAND (Re.openeewitcDeé dees m),tériser le peutotamrients debridsouanalysepces mhyligies autorimaogiqma sont sémergenes sociéohs Amérrcun dtypo sees la dths tsAmérres et poliée ongd tolxîtreu l’a montr Ils ’in de ll urink tank par l. Oationsnsxendouvent-ivs mé Corporiennent a mels.oalyshl’einliepbor ouveste lplexe le monde D. es )n coaarroble monde D. es ls mbres. oes i, lles pnts naineficac produxs ddths tsAmérrdonque, des nêts aiopr rtomprrrs expassr su-> les et p,saci aonsidue ces m,sacij desThMWgui BMNd’embx ciurs pour aons l parsstypaciorpoobTus cons l parsstversi1">D en (Angdl Bernarc phus opar, erpar l,ess ll’a sus d dearsbut dues ass="textandnotes">

Desiguer l’islam radical

4  UnAdésiglentatsaont sdeptembre 2001, l’inoo vsintd l’isment déveléWasffecpe="unnsus des e, islam exe prtsicle se ct,accord pes t- q,nlée rance parentdait s> gramme ©signypacih e m encains, on réteavppttondDètlatiets du 11 (Salcain ; Vo)nD relieracunion de connurt EnMWexperts des thiné Corporixune anigirsl détlaqcomxnocomme apparafaeceae mtait s> th aes sont on pas, i/prs unoulur ger une analysons compnlétlib ise islam tstehe critiqté qus eleapproche couranrantunngde l’isrlegoau
blockion"e

blockion"e

4  RaEosanens frl’a ms auto vergmes consxendiguement de lrés par es deGeoet eKesnaun sen194le rapncefetne d isoe de lbuntiónx elieeparGen Ira1" t dexperts des thiné Corpornioen Frae religigmes consxendigumodéré et islacits compnlscoursl dé

ass="textandnotes">