Navigation – Plan du site
I. Faire la ville

Bruxelles : un bastion libéral, franc-maçon et... féministe ?

Les réactions catholiques (fin XIXe - première moitié du XXe siècle)
Brussels, a liberal, freemason and... feminist stronghold (end of 19th century – first part of the 20th century)
Bruselas, un bastión liberal, francmasón y... ¿feminista? Las reacciones católicas (fin del siglo xix – primera mitad del siglo xx)
Catherine Jacques
p. 63-82

Résumés

Le féminisme s’est développé en parallèle avec la montée de la question ouvrière, et donc du projet de réforme sociale élaboré par les catholiques au tournant des xixe-xxe siècles. Un projet qui s’articule en grande partie sur le modèle familial. Dès le dernier quart du xixe siècle, les regards catholiques se tournent vers la femme, salvatrice d’un monde en perdition, tout particulièrement dans les grandes villes. À Bruxelles, l’évolution démographique et sociale s’oppose à cet idéal. L’émancipation croissante des femmes, leur accès à l’éducation, leur présence accrue sur le marché du travail, leur refus d’assumer une famille nombreuse... sont autant d’éléments à combattre. Vue sous cet angle, la grande ville n’est pas seulement un lieu de perdition, mais le lieu de confrontation entre deux modèles de société : l’un catholique et l’autre laïque.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral en libre accès disponible sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible ici même en janvier 2018.
Consulter cet article sur Cairn

Plan

Une ville politiquement libérale et socialement catholique ?
Les années 1860-1890 : l’école des filles en question
Les femmes, indispensables collaboratrices de la réforme sociale catholique
L’entre-deux-guerres et l’Action catholique

Aperçu du texte

« La ville du vice est un thème récurrent de la morale judéo-chrétienne, [...] consubstantiel à notre culture occidentale » (J. Salomon- Cavin, 2005 : 24-25) et ce fantasme s’est amplifié considérablement au xixe siècle avec l’industrialisation, en particulier pour les femmes. Dès ce moment, les représentations de la ville corruptrice se multiplient et se déclinent sur un double registre : au niveau personnel, elles véhiculent le danger de perdition qui guette les jeunes femmes en ville, au niveau social elles soulignent en retour le danger que représentent ces citadines corrompues pour l’ensemble de la société. Les craintes sont donc multiformes. Elles visent à la fois le déshonneur et la prostitution auxquels succombent de très nombreuses rurales et migrantes attirées par la grande ville, miroir aux alouettes de la domesticité et à la fois l’émancipation féminine qui s’observe dans les villes. En effet, le contrôle social y est nettement plus lâche qu’à la campagne et cette libéra...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Catherine Jacques, « Bruxelles : un bastion libéral, franc-maçon et... féministe ? », Archives de sciences sociales des religions, 165 | 2014, 63-82.

Référence électronique

Catherine Jacques, « Bruxelles : un bastion libéral, franc-maçon et... féministe ? », Archives de sciences sociales des religions [En ligne], 165 | janvier-mars 2014, mis en ligne le 20 février 2017, consulté le 11 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/assr/25747 ; DOI : 10.4000/assr.25747

Haut de page

Auteur

Catherine Jacques

Faculté de Droit, Centre histoire du droit et d’anthropologie juridique, Université Libre de Bruxelles, Catherine.Jacques@ulb.ac.be

Haut de page

Droits d’auteur

© Archives de sciences sociales des religions

Haut de page
  • Logo Éditions de l’EHESS
  • OpenEdition Journals