Navigation – Plan du site
Postérités Allemandes. Communication, transcendance, non-religion

La théorie de la sécularisation au banc d’essai

The Theory of Secularization on the Test Bench
La teoría de la secularización puesta a prueba
Detlef Pollack
p. 147-169

Résumés

Pendant des décennies, les chercheurs ont considéré que la religion et la modernité étaient en tension, avec cette thèse centrale : la diffusion des modes de vie modernes va de pair avec la diminution de la portée sociale de la religion et de l’Église. Plus une société se modernise (augmentation du niveau de vie, démocratisation, pluralisation et individualisation), plus elle se sécularise. Aujourd’hui, le nombre de chercheurs partageant ces hypothèses s’est fortement restreint. Alors qu’il y a quarante ans, c’était plus ou moins une évidence dans les sciences sociales d’admettre une perte de l’importance sociale de la religion, aujourd’hui, il semble que les chercheurs s’accordent largement à rejeter la théorie de la sécularisation. En vue d’évaluer la théorie de la sécularisation, cet article envisage les conséquences potentielles de la modernité sur la religion sur le plan théorique, en précisant les particularités des sociétés modernes et en formulant plusieurs hypothèses. Ensuite, il analyse les changements empiriquement identifiables du champ religieux. Ces observations permettent de discuter des répercussions de la modernisation sur la religion et de la validité des hypothèses proposées.

Haut de page

Note de la rédaction

Article traduit par Karl-Udo Bigott, Annette Casasus et Virginie Leclerc.

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral en libre accès disponible sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible ici même en janvier 2018.
Consulter cet article sur Cairn

Plan

Les caractéristiques des sociétés modernes et leurs conséquences sur la religion
Résultats empiriques
L’appartenance religieuse
La pratique religieuse
Les croyances religieuses
La religiosité extra-confessionnelle

Aperçu du texte

Pendant des décennies, les chercheurs ont considéré que la religion et la modernité étaient en relation de tension, avec cette thèse centrale : la diffusion des modes de vie modernes va de pair avec la diminution de la portée sociale de la religion et de l’Église. Plus une société se modernise (augmentation du niveau de vie, démocratisation, pluralisation et individualisation), plus elle se sécularise.

Aujourd’hui, le nombre de chercheurs partageant ces hypothèses s’est fortement restreint. Alors qu’il y a quarante ans, c’était plus ou moins une évidence dans les sciences sociales d’admettre une perte de l’importance sociale de la religion, aujourd’hui, il semble que les chercheurs s’accordent largement à rejeter la théorie de la sécularisation. On parle ainsi de dé-sécularisation, terme proposé par Peter Berger (1999), qui est alors revenu sur ses hypothèses antérieures. Il est également question de ré-enchantement du monde (U. Beck, 2008), de dé-privatisation, concept par lequel Jo...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Detlef Pollack, « La théorie de la sécularisation au banc d’essai », Archives de sciences sociales des religions, 167 | 2014, 147-169.

Référence électronique

Detlef Pollack, « La théorie de la sécularisation au banc d’essai », Archives de sciences sociales des religions [En ligne], 167 | juillet-septembre 2014, mis en ligne le 20 octobre 2017, consulté le 14 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/assr/26168 ; DOI : 10.4000/assr.26168

Haut de page

Auteur

Detlef Pollack

Université de Münster, Allemagne, pollack@uni-muenster.de

Haut de page

Droits d’auteur

© Archives de sciences sociales des religions

Haut de page
  • Logo Éditions de l’EHESS
  • OpenEdition Journals