Navigation – Plan du site
Philosophie et religion

Raison et religion : en quoi consiste le désaccord et peut-il être traité de façon « rationnelle » ?

Bonnes et mauvaises raisons de la croyance et de l’incroyance
Reason and religion: what is the disagreement and how can it be addressed “rationally”?
Razón y religión: ¿en qué consiste el desacuerdo, y es posible tratarlo de manera “racional”?
Jacques Bouveresse
p. 21-46

Résumés

Une question cruciale qui se pose plus que jamais à propos de la religion (et du retour qu’elle est supposée connaître en ce moment) est celle de savoir quelles raisons elle peut invoquer en faveur de ce qu’elle affirme. Pour un esprit rationnel, la croyance semble obéir à un principe « éthique » fondamental, qui énonce que la seule raison qu’il puisse y avoir de croire une proposition est la vérité au moins probable de ce qu’elle affirme. Or une des objections les plus régulièrement formulées contre la croyance religieuse est qu’elle est par nature incapable de satisfaire une exigence de cette sorte et ne peut être justifiée que par des raisons (mauvaises) qui n’ont à peu près rien à voir avec la question de savoir si elle est vraie ou non. C’est ce qu’affirment notamment des critiques de la religion aussi différents que Nietzsche, Freud et Bertrand Russell. Mais certains de ses défenseurs maintiennent bel et bien qu’elle est, elle aussi, parfaitement capable de respecter l’exigence en question, alors que d’autres considèrent qu’elle ne peut pas ne pas reposer, pour une part essentielle, sur l’émotion et la passion, plutôt que sur la raison. Cela montre à quel point le désaccord reste aujourd’hui complet, chez les croyants comme chez les incroyants, aussi bien sur la question de savoir si la religion a besoin de justifications rationnelles que sur celle de savoir ce qu’est exactement une justification rationnelle..

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible ici même en janvier 2019.
Consulter cet article sur Cairn

Plan

La part de l’erreur et celle du mensonge
Nietzsche, la « preuve de force » et la « preuve de vérité » de la foi
La vérité, l’erreur et l’illusion
L’importance et l’insuffisance des preuves

Aperçu du texte

L’un des arguments essentiels utilisés par Bertrand Russell contre la religion, et en particulier contre le christianisme, est que les croyances religieuses ne peuvent être acceptées que pour des raisons qui n’ont à peu près rien à voir avec la question de savoir si elles sont vraies, en contradiction avec un principe fondamental en matière de croyance qui affirme que la seule raison qu’il peut y avoir de croire une proposition doit toujours être sa vérité au moins probable. On doit toujours, dans l’idéal, faire en sorte que les raisons de la croyance puissent être reconnues comme étant également des raisons de la vérité de la proposition concernée, et non des raisons ou des causes d’une autre nature. Or c’est une exigence que la religion est par essence incapable de satisfaire.

Russell déplore régulièrement, en particulier dans sa critique virulente du pragmatisme, la tendance de notre époque à remplacer la question de savoir si une proposition est vraie par celle de savoir s’il est...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jacques Bouveresse, « Raison et religion : en quoi consiste le désaccord et peut-il être traité de façon « rationnelle » ? », Archives de sciences sociales des religions, 169 | 2015, 21-46.

Référence électronique

Jacques Bouveresse, « Raison et religion : en quoi consiste le désaccord et peut-il être traité de façon « rationnelle » ? », Archives de sciences sociales des religions [En ligne], 169 | Janvier-mars 2015, mis en ligne le 01 juin 2018, consulté le 16 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/assr/26603 ; DOI : 10.4000/assr.26603

Haut de page

Auteur

Jacques Bouveresse

Collège de France, bouveres@noos.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© Archives de sciences sociales des religions

Haut de page
  • Logo Éditions de l’EHESS
  • OpenEdition Journals