Navigation – Plan du site
Philosophie et religion

Philosophie de la religion

Remarques sur les illusions transcendantales du discours
Philosophy of Religion. Remarks on the Transcendental Illusions of Discourse
Filosofía de la religión. Observaciones sobre las ilusiones trascendentales del discurso
Serge Margel
p. 123-142

Résumés

L’intérêt épistémologique des croyances religieuses porte sur la capacité réflexive des croyances à s’interpréter elles-mêmes. D’un côté, les croyances religieuses sont sujettes aux illusions de la méconnaissance, en ceci qu’elles ne voient pas que la proposition qu’elles acceptent est déjà une croyance réflexive. Mais d’un autre côté, ces mêmes croyances manifestent qu’une telle illusion est déjà contenue implicitement dans la réflexivité de toute croyance, comme ce qui leur permet de justifier les raisons de leur assentiment, malgré tout démenti de la réalité. À la manière de Kant, on pourrait donc ici parler d’une « illusion transcendantale » inhérente à la réflexivité des croyances, et par là surtout se donner les moyens de repenser les conditions d’une philosophie de la religion.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible ici même en janvier 2019.
Consulter cet article sur Cairn

Aperçu du texte

La foi, que les Grecs calomnient parce qu’ils la jugent vaine et barbare, est une anticipation volontaire, un assentiment religieux et, d’après le divin Apôtre, « la garantie des biens que l’on espère, la preuve des réalités qu’on ne voit point » ; c’est, en effet, surtout « à cause d’elle que les anciens ont obtenu un témoignage favorable ; sans la foi il est impossible de plaire à Dieu » (Heb., XI, 1-2, 6). D’autres ont défini la foi comme l’assentiment qui nous unit à une réalité invisible, tout comme la démonstration est l’assentiment donné dans l’évidence à une réalité jusque-là ignorée. Dans ces conditions, si la foi est une détermination, puisqu’elle se meut vers un objet, son mouvement est donc réfléchi, et comme la détermination est le principe de l’action, la foi se trouve être aussi principe d’action, étant elle-même le fondement d’une détermination sensée ; (et, en effet,) par la foi, on se donne une démonstration anticipée.

Clément d’Alexandrie, Les Stromates, II, 8, 4-9...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Serge Margel, « Philosophie de la religion », Archives de sciences sociales des religions, 169 | 2015, 123-142.

Référence électronique

Serge Margel, « Philosophie de la religion », Archives de sciences sociales des religions [En ligne], 169 | Janvier-mars 2015, mis en ligne le 01 juin 2018, consulté le 14 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/assr/26671 ; DOI : 10.4000/assr.26671

Haut de page

Auteur

Serge Margel

Université de Genève/Fonds National suisse de la Recherche Scientifique, sergemargel@geneva-link.ch

Haut de page

Droits d’auteur

Archives de sciences sociales des religions

Haut de page
  • Logo Éditions de l’EHESS
  • OpenEdition Journals