Navigation – Plan du site
Philosophie et religion

L’« être juif », un motif récurrent dans la pensée française contemporaine

Emmanuel Levinas, Maurice Blanchot, Jean-François Lyotard
The “Jewish Being”: a Recurring Motif in Contemporary French Thought. Emmanuel Levinas, Maurice Blanchot, Jean-François Lyotard
El “ser judío”, un motivo recurrente en el pensamiento francés contemporáneo. Emanuel Levinas, Maurice Blanchot, Jean-François Lyotard
Sophie Nordmann
p. 211-228

Résumés

Dès les années 1930, Levinas construit l’« être juif » comme une catégorie philosophique, par opposition à l’« être païen » qui engage un rapport différent à l’être et au monde. Cette opposition joue un rôle déterminant dans sa prise de distance avec l’ontologie heideggerienne. Chez Blanchot et Lyotard, la place accordée aux sources juives, plus inattendue, appelle une attention accrue. Leur découverte du judaïsme est largement médiatisée par la lecture de Levinas, et par l’événement d’Auschwitz qui marque, pour l’un comme pour l’autre, un point de non-retour pour la pensée philosophique. La référence au judaïsme est au cœur de l’élaboration par Lyotard de la catégorie de « postmodernité ». Ce motif est également décisif dans la réflexion théorique que mène Blanchot sur la condition littéraire comme condition d’exil et sur « l’écriture à venir ».

Haut de page

Entrées d’index

Palabras claves :

judaísmo, paganismo, Levinas, Lyotard, Blanchot
Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible ici même en janvier 2019.
Consulter cet article sur Cairn

Plan

Levinas : l’« être juif », une catégorie philosophique
Lyotard : l’« être juif », destin d’inaccomplissement de désir
Blanchot : l’« être juif », exil, vérité nomade et parole poétique

Aperçu du texte

En 1942, alors qu’il est captif dans un camp pour prisonniers de guerre en Allemagne, Levinas inscrit dans ses carnets la note suivante : « Partir du J. ou partir du Dasein » (E. Levinas, 2009 : 75). Une vingtaine d’années auparavant, en 1923, il a quitté sa Lituanie natale pour entreprendre des études de philosophie à Strasbourg, où il noue une amitié durable avec Maurice Blanchot sur laquelle nous reviendrons. Après avoir passé deux semestres d’études à Fribourg-en-Brisgau auprès de Husserl et de Heidegger, et soutenu à Strasbourg sa thèse de Doctorat sur La théorie de l’intuition dans la phénoménologie de Husserl, il s’installe à Paris au début des années 1930 et rejoint le Département scolaire de l’Alliance israélite universelle. Dans la formule « Partir du J. ou partir du Dasein », l’alternative que pose Levinas ne saurait, à première vue, véritablement surprendre. Le Dasein renvoie à la philosophie de Heidegger, que Levinas découvre avec enthousiasme lors de ses semestres d’ét...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sophie Nordmann, « L’« être juif », un motif récurrent dans la pensée française contemporaine », Archives de sciences sociales des religions, 169 | 2015, 211-228.

Référence électronique

Sophie Nordmann, « L’« être juif », un motif récurrent dans la pensée française contemporaine », Archives de sciences sociales des religions [En ligne], 169 | Janvier-mars 2015, mis en ligne le 01 juin 2018, consulté le 14 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/assr/26713 ; DOI : 10.4000/assr.26713

Haut de page

Auteur

Sophie Nordmann

Groupe sociétés, religions, laïcités, GSRL-UMR 8582 (EPHE-CNRS), sophie.nordmann@ephe.sorbonne.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© Archives de sciences sociales des religions

Haut de page
  • Logo Éditions de l’EHESS
  • OpenEdition Journals