Navigation – Plan du site
Chrétiens au Proche-Orient

Des serviteurs de Dieu et du pouvoir laïque

Le clergé paroissial dans la communauté grecque orthodoxe d’Istanbul au tournant du XXe siècle
Of God’s Servants and of Lay Power. The Parochial Clergy in Istanbul’s Greek Orthodox Community (1880-1930)
Servidores de Dios y del poder laico. El clero parroquial en la comunidad griega ortodoxa de Estambul (1880-1930)
Méropi Anastassiadou
p. 81-102

Résumés

Au sein des communautés grecques orthodoxes de l’Empire ottoman, pendant le xixe siècle, le prestige de l’Église diminue considérablement au profit des milieux laïcs. Le Patriarcat de Constantinople doit composer avec les nouvelles élites formées dans le sillage des Réformes (Tanzimat) et constituées autant de représentants cossus du monde économique que de détenteurs d’un savoir scientifique « moderne ». Pourtant, pour les chrétiens de l’Empire ottoman, le xixe siècle est une période de rudes antagonismes confessionnels. Aux yeux de nombre d’entre eux, le danger vient de l’Occident et est incarné par les légions de missionnaires qui affluent vers les terres du sultan afin d’y propager la « vraie foi ». Dans ce contexte, le clergé grec orthodoxe parvient-il à jouer quelque rôle spirituel, moral ou éducatif auprès de ses fidèles ? Quels sont le profil social et le bagage culturel de ceux qui se consacrent à l’Église ? Comment se tissent au quotidien les rapports entre les fidèles et le prêtre de la paroisse ? Dans cet article, est plus particulièrement examiné le cas de la communauté grecque orthodoxe de Péra.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible ici même en janvier 2019.
Consulter cet article sur Cairn

Plan

Les principes
La pratique
Profil de prêtres
Le poids de l’Éphorie centrale

Aperçu du texte

Le poids de la religion comme élément constitutif de l’identité culturelle et nationale grecque n’est pas à démontrer. Les Grecs, ceux d’hier comme ceux d’aujourd’hui, ne manquent pas, dans diverses circonstances de leur vie, d’affirmer leur identité à travers leur appartenance à l’orthodoxie. Leurs enfants apprennent, dès leur plus jeune âge, le rôle primordial qui revient à l’Église dans le processus de la constitution d’un État national et la « libération du joug ottoman ». Cependant, si les choix et les orientations prises par les autorités orthodoxes – Patriarcat de Constantinople en tête – lors des tournants décisifs de la formation de l’État-nation sont bien connus, l’apport réel du pope ordinaire à la formation intellectuelle des Grecs de l’Empire ottoman est plus difficile à évaluer.

Cette brève étude ne propose pas de conclusions définitives sur ce point. Elle tente de cerner le profil socio-économique de ceux qui ont constitué le clergé orthodoxe de base au cours du xixe s...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Méropi Anastassiadou, « Des serviteurs de Dieu et du pouvoir laïque », Archives de sciences sociales des religions, 171 | 2015, 81-102.

Référence électronique

Méropi Anastassiadou, « Des serviteurs de Dieu et du pouvoir laïque », Archives de sciences sociales des religions [En ligne], 171 | 2015, mis en ligne le 01 septembre 2018, consulté le 18 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/assr/27039 ; DOI : 10.4000/assr.27039

Haut de page

Auteur

Méropi Anastassiadou

Centre de Recherches Europe-Eurasie, INaLCO, Paris, meropi.anastassiadou@inalco.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Archives de sciences sociales des religions

Haut de page
  • Logo Éditions de l’EHESS
  • OpenEdition Journals