Navigation – Plan du site
Chrétiens au Proche-Orient

Youssef Karam, Charles Malik, Youakim Moubarac

Une élite arabe chrétienne, trois vocations (années 1930 – années 1970)
Youssef Karam, Charles Malik, Youakim Moubarac. One Christian Arab Elite. Three Callings
Youssef Karam, Charles Malik, Youakim Moubarac. Una élite árabe-cristiana, tres vocaciones (años 1930-1970)
Dominique Avon
p. 103-120

Résumés

Dans les sociétés de langue arabe, les décennies 1930-1970 furent celles où la parole circula le plus librement, du fait de l’application élargie de principes traduits des langues européennes au moins deux générations plus tôt et du processus de retrait forcé des puissances coloniales. Les intellectuels de confession(s) chrétienne(s) tinrent une place remarquée dans l’agora. Les trois itinéraires proposés montrent qu’ils ne parlèrent pas d’une voie unifiée. Certes, aucun d’eux n’aspira à restaurer un régime à référence musulmane hérité dans lequel prévalait un principe d’inégalité légale qui les défavorisait. Mais leur condition partagée de « minoritaire » en puissance ne fut pas la détermination la plus remarquable de leurs engagements. La problématique des fondements philosophiques et des règles juridiques souhaitables pour la cité resta irrésolue. À la fin des années 1970, ces débats furent marginalisés par la réactivation d’une référence religieuse islamique prédominante.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible ici même en janvier 2019.
Consulter cet article sur Cairn

Plan

Le défi de l’introduction de la philosophie dite moderne
Le défi de l’identité intellectuelle arabe marquée par la religion musulmane
Le défi du statut des Arabes de confession chrétienne

Aperçu du texte

Au tournant des xixe et xxe siècles, un foyer actif de la pensée de langue arabe fut animé par une circulation intense entre Le Caire et Beyrouth, et il bénéficia d’une liberté de parole inédite. Analyste avisé du phénomène, Georges Anawati y a distingué trois courants principaux [G. Anawati, 1985 : 17-21] en amont de l’« arabisme », du « socialisme arabe » et du « marxisme ». À une extrémité il situait le « réformisme musulman », inauguré par Ğamāl al-Dīn al-Afġānī [N. Keddie, 1972] dans la filiation duquel il plaçait Muḥammad ‘Abduh, et Rašīd Riḍā. À l’autre extrémité, il plaçait la « tendance positiviste » scientifique marquée à l’origine par les chrétiens Šibli Šumayyil et Faraḥ Anṭūn. Entre les deux, il insérait le « modernisme laïcisant », celui des Aḥmad Luṭfī al-Sayyid et Salāma Mūsa qui entendaient ne pas laisser aux seuls « réformistes » le monopole de l’interprétation de l’histoire et des textes, religieux ou non. L’organisation comme la qualification des courants d...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Dominique Avon, « Youssef Karam, Charles Malik, Youakim Moubarac », Archives de sciences sociales des religions, 171 | 2015, 103-120.

Référence électronique

Dominique Avon, « Youssef Karam, Charles Malik, Youakim Moubarac », Archives de sciences sociales des religions [En ligne], 171 | 2015, mis en ligne le 01 septembre 2018, consulté le 18 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/assr/27062 ; DOI : 10.4000/assr.27062

Haut de page

Auteur

Dominique Avon

Centre de recherches historiques de l’Ouest, (Cerhio) Umr 6258, Université du Maine, dominique.avon@univ-lemans.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© Archives de sciences sociales des religions

Haut de page
  • Logo Éditions de l’EHESS
  • OpenEdition Journals