Navigation – Plan du site
Edmond Ortigues : théologie, philosophie et sciences sociales
Compléments électroniques

Notes sur Ortigues

 « … ce qui nous est commun dans des chemins singuliers… », Notes autour de ce qu'Ortigues dit parfois sur son propre parcours 
Jean-Yves Marquet

Résumés

Pour comprendre comment les travaux théologiques et philosophiques d’E. Ortigues, nettement séparés par lui-même, peuvent s’articuler, il peut être utile de saisir l’esprit dans lequel sa réflexion s’est élaborée depuis le début : les rares indications autobiographiques de l’auteur sur son moment théologique peuvent y aider, mais surtout l’engagement existentiel qui se dégage de ce qu’il dit ensuite de la religion et de sa manière de communiquer ses réflexions. Il apparaît alors que la critique de l’anthropomorphisme et de nos complaisances pour les réifications imaginaires anime et le moment théologique et son dépassement : les bénéfices de celui-ci vont dans le sens des valeurs qui étaient cherchées dans l’interprétation d’une parole révélée, mais mettent en lumière les conditions par lesquelles l’humanité peut se révéler à elle-même quand elle accepte d’entrer dans le jeu du symbolisme sous réserve de ne jamais renoncer à l’honnêteté intellectuelle, condition de toute fraternité authentique.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible ici même en janvier 2020.
Consulter cet article sur Cairn

Plan

1.- Pourquoi mettre en regard sans les amalgamer la religion et le délire ?
2.- « Ce n’est pas la maladie qui fait le saint ou le génie, c’est plutôt la manière de s’en sortir et d’acquérir une expérience humaine d’autant plus profonde qu’on a failli sombrer dans le chaos. » (2012 : 76)
3.- Si le refus de l’anthropomorphisme ouvre sur une fraternité, celle-ci inclut, à part entière, une réflexion sur les moyens de parler de la religion…

Aperçu du texte

Peut-on comprendre mieux la progression de l’œuvre d’Edmond Ortigues en revenant sur son moment théologique ? Que gagne-t-on à aborder cette œuvre en tenant compte de cette « genèse cléricale » ? À aborder cette thèse de théologie sans méconnaître la suite du questionnement de l’auteur ? L’instruction de telles questions, mise en chantier par l’« atelier Ortigues », n’est bien sûr possible et profitable qu’en se rendant attentifs aux méandres de l’œuvre : ce qui augmente d’ailleurs nos chances de penser au présent les problèmes rencontrés, et de trouver matière à réflexion bien au-delà de ces questions. Mais le risque de s’égarer est bien réel… Pour savoir sous quels angles peuvent s’observer ensemble les travaux théologiques et philosophiques d’Ortigues, il peut être utile de chercher aussi des indices dans quelques commentaires de l’auteur lui-même sur son parcours, sur sa recherche de cohérence. Certains de ces commentaires sont externes à l’oeuvre proprement dite : entretiens, f...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Yves Marquet, « Notes sur Ortigues », Archives de sciences sociales des religions [En ligne], 173 | janvier-mars 2016, mis en ligne le 01 mars 2019, consulté le 17 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/assr/27658 ; DOI : 10.4000/assr.27658

Haut de page

Auteur

Jean-Yves Marquet

Ancien étudiant d’Edmond Ortigues ; Professeur agrégé de philosophie, co-responsable de la republication du Temps de la parole, marquetjy@live.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Archives de sciences sociales des religions

Haut de page
  • Logo Éditions de l’EHESS
  • OpenEdition Journals