Skip to navigation – Site map
Recensions

Caroline van Eck, François Lemée et la statue de Louis XIV. Les origines des théories ethnologiques du fétichisme

Paris, Éditions de la Maison des sciences de l’homme, coll. « Passerelles. Série française », 2013, 104 p., Traduit de l’anglais par Jeanne Bouniort
Jean-Bruno Renard
p. 308
Bibliographical reference

Caroline van Eck, François Lemée et la statue de Louis XIV.

Full text

1Caroline van Eck est professeure d’histoire de l’art à l’université de Leyde. Elle s’intéresse tout particulièrement aux effets des œuvres d’art sur les spectateurs. Dans ce court, mais dense essai, elle montre que, dans la seconde moitié du xviiie siècle, s’effectue un tournant épistémologique concernant le culte des images : l’approche théologique, qui a nourri pendant des siècles les controverses sur la vénération ou l’interdiction des images, est délaissée au profit d’une approche anthropologique centrée sur la relation affective entre un objet et son spectateur. En bref, la question de l’idolâtrie est remplacée par celle du fétichisme.

2L’auteur étudie quelques textes clés qui jalonnent ce changement de perspective. L’ouvrage précurseur est le Traité des statues (1688) de François Lemée, suscité par les accusations d’idolâtrie faites au roi et à ses courtisans à l’occasion de l’inauguration d’une statue de Louis XIV érigée sur la place des Victoires à Paris en 1686. Lemée, s’appuyant sur l’histoire des sculptures religieuses, établit une distinction entre statue et idole : la seconde est vénérée pour elle-même tandis que la première reçoit des marques de respect en raison du caractère « sublime » du modèle, saint ou roi. Des études récentes ont confirmé qu’il n’y a pas eu de culte du roi analogue à celui des empereurs romains divinisés, mais « une grande entreprise de propagande monarchique », comme le soutient fort justement Michel Martin dans son ouvrage Les monuments équestres de Louis XIV (Paris, Picard, 1986).

3Guillaume-Alexandre de Méhégan, dans Origine, progrès et décadence de l’idolâtrie (1757), défend l’idée que l’idolâtrie, parce qu’elle confond la figure avec la chose figurée, est une corruption du sentiment religieux. Mais c’est Charles de Brosses qui marque véritablement l’entrée dans une réflexion ethnologique avec son traité Du culte des dieux fétiches (1760). Il forge le mot « fétichisme », qu’il définit comme le culte d’animaux ou d’objets inanimés auxquels les fidèles attribuent un esprit divin capable d’agir. Là encore, une distinction est faite avec l’idolâtrie, où l’adoration s’adresse à une image confondue avec son modèle. Charles de Brosses appuie sa démonstration sur le fait que les plus anciens objets de culte, comme les arbres, les fontaines ou les pierres, sont aniconiques. Prolongeant la réflexion de Charles de Brosses, l’érudit Octavien de Guasco publie en 1768 une étude intitulée De l’usage des statues chez les Anciens. Il y montre l’évolution qui part de morceaux de pierre ou de bois investis d’une « présence vivante » pour aboutir aux statues sculptées à la ressemblance humaine. De là, écrit Caroline van Eck, « le peuple en est arrivé à adorer les statues comme des dieux vivants, entraînant du même coup un progrès artistique qui n’était qu’une conséquence secondaire imprévue » (p. 49-50). L’art naît ainsi de la religion.

4Alors qu’en France la réflexion sur la perception des statues s’inscrit dans le champ religieux et ethnologique, en Allemagne, cette réflexion va contribuer à la naissance d’une nouvelle discipline, l’esthétique. L’essai de Johann Gottfried Herder, La plastique (1778), ou le texte de Goethe, Le collectionneur et les siens (1799), expliquent l’émotion suscitée par une sculpture comme le résultat d’une confusion par le spectateur entre la figure et la chose figurée. Ce « déplacement affectif » relève du mécanisme même du « fétichisme », tel que Freud le définira plus tard.

5Van Eck montre que ces auteurs français et allemands du xviiie siècle ont préparé les conceptions contemporaines qui envisagent les œuvres d’art comme « des acteurs au sein du tissu de relations sociales » (p. 32). Cette approche permet de mieux comprendre d’apparents paradoxes concernant le rapport religieux aux images. Pensons par exemple aux célèbres poupées amérindiennes Kachina qui sont tantôt des objets sacrés utilisés pour le culte, tantôt des jouets pour enfants. Plus près de nous, des recommandations islamiques autorisent les poupées et les « nounours » comme jouets d’enfants, mais les interdisent pour décorer la maison. La problématique de l’idolâtrie et du fétichisme n’est pas près de s’éteindre !

Top of page

References

Bibliographical reference

Jean-Bruno Renard, « Caroline van Eck, François Lemée et la statue de Louis XIV. Les origines des théories ethnologiques du fétichisme », Archives de sciences sociales des religions, 176 | 2016, 308.

Electronic reference

Jean-Bruno Renard, « Caroline van Eck, François Lemée et la statue de Louis XIV. Les origines des théories ethnologiques du fétichisme », Archives de sciences sociales des religions [Online], 176 | octobre-décembre 2016, Online since 19 July 2017, connection on 14 December 2017. URL : http://journals.openedition.org/assr/28274

Top of page

About the author

Jean-Bruno Renard

By this author

Top of page

Copyright

Archives de sciences sociales des religions

Top of page
  • Logo Éditions de l’EHESS
  • OpenEdition Journals