Navigation – Plan du site
Bulletin bibliographique
136-71

René Luneau, L'enfant prodigue

Paris, Bayard, coll. « Évangiles », 2005, 171 p.
Clémence Bosselut
p. 115-283

Texte intégral

1La parabole du Fils prodigue est l'une de celles qui a inspiré la plus grande diversité d'intellectuels. C'est cette richesse et cette fécondité que veut mettre en valeur ici R. Luneau, dominicain, longtemps enseignant à l'Institut Catholique de Paris et chercheur en sociologie de la religion au CNRS. Après une belle évocation de la fortune de l'histoire du Fils prodigue et une revue détaillée de chaque verset de l'évangile de Luc, en montrant les subtilités des relations entre père et fils au sein de cette famille, l'auteur divise son ouvrage en chapitres illustrant chacun l'un des aspects de la postérité de la parabole : littéraire, philosophique, théologique, psychanalytique, artistique... Au fil du texte, le kaléidoscope prend forme. Il s'interroge tout d'abord sur les sources juives et grecques qui pourraient avoir inspiré la version que nous en connaissons et relate comment la parabole a été interprétée par les pères de l'Église, qui ont souvent privilégié une lecture allégorique de la parabole, en l'isolant de son contexte : les deux frères symbolisent alors les anges et l'humanité, ou les juifs et les peuples païens, ou encore l'appel à la conversion et au baptême. Ces lectures, certes déconcertantes à notre époque, témoignent du « passage obligé » que constituait cette parabole pour les premiers chrétiens. Le chapitre suivant relate comment des écrivains ont réinterprété la parabole, par de très longues citations des textes littéraires : Gide, Péguy, Bloy, Del Vasto et Rilke (pour qui le fils prodigue est celui qui ne voulait pas être aimé) en ont, en effet, eu des approches radicalement différentes les unes des autres. L'auteur nous offre ensuite un « arrêt sur images », une description de quelques représentations picturales de cette parabole, des maîtres verriers de la Cathédrale de Bourges à Chagall, en passant par Bosch et Dürer et en s'attardant sur le tableau de Rembrandt. Plusieurs de ces tableaux et vitraux sont reproduits en couleurs dans l'ouvrage, ce qui est très agréable. R. Luneau montre ensuite comment elle est réinterprétée par les théologiens actuels : l'Encyclique du pape Jean-Paul II en 1980 sur le Dieu de Miséricorde comprend un long commentaire de la parabole ; l'ouvrages de P.-D. Dognin soumet l'idée que c'est le fils aîné qui incarne Jésus ; ceux d'H.J.M. Nouwen et H. Denis voient en Jésus le fils prodigue du Père ; enfin la théologienne protestante, L. Basset, insiste sur la souffrance d'ordre relationnelle et le « manque d'être » des protagonistes de la parabole. Le chapitre suivant montre l'originalité de la parole des psychanalystes (L. Beirnaert, F. Dolto, D. Stein...) : loin de mettre en valeur la miséricorde du Père, ils voient parfois dans le Fils prodigue un « fils du père » qui ne sera jamais adulte puisqu'il ne parvient pas à se soustraire à l'autorité paternelle. L'auteur, tout en valorisant la richesse et les potentialités de ces interprétations, invite à ne pas surinterpréter le texte  en en oubliant sa teneur première. Le chapitre peu originalement intitulé « en tout temps, en tout lieu », s'interroge sur ce que les traditions bouddhistes, juives, musulmanes et africaines disent des relations parents-enfants. L'avant-dernier chapitre montre comment des cinéastes et écrivains contemporains évoquent les relations père-fils : « Père, fils », de A. Sokourov, « Les clefs de la maison », de G. Amelio, « Le retour », d'A. Zwiaguintsev mettent des relations