Navigation – Plan du site
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Dossier

La liaison comme comparaison : sciences de rapports et logique de la relation

Thierry Hoquet

Résumés

La physique à laquelle aspire Buffon rompt avec la mathématique. Pour cela, il lui faut une méthode propre, la comparaison, et une logique propre, celle de la relation. Les résultats de cette science relationnelle ont ceci de particulier qu’ils peuvent s’ordonner en un tableau. Nous étudions dans cet article les questions que suscitent l’abandon du paradigme mathématique et l’adoption d’une méthode comparative, aussi bien pour ce qui concerne la théorie de la connaissance (comment l’âme peut-elle comparer ? avoir deux objets, sortir de l’un pour l’atteindre l’autre ?), la logique (quelles sont les conséquences de l’abandon de la syllogistique par exemple pour la définition des raisonnements ?), le type d’objet que se donne désormais la physique (et dont l’attraction newtonienne est un cas parmi d’autres).

Haut de page

Texte intégral

  • 1  Buffon, Seconde vue. Histoire naturelle générale et particulière, Paris, Imprimerie royale, 1749-1 (...)
  • 2  Œuvres du comte de Lacépède, Paris, Ladrange et Verdière, 12 vol., 1826-1833, t. I, p. 166.

1Toute combinaison, comme toute composition ou tout rapprochement (de corps ou d’idées) n’est pas encore liaison. Pour qu’il y ait liaison, il faut encore comprendre ce qui permet la réunion et ce qui fait qu’elle se maintient. C’est ici sans doute qu’interviennent les concepts de « rapports » ou d’« affinités ». « Rapport » ne désigne pas seulement les logoi euclidiens, au sens mathématique de proportions ; il n’est pas nécessairement quantifiable ni sa valeur spécifiée. De même, « affinités » ne décrit pas que les anciennes « sympathies » ou les modernes « attractions », mais surtout les compositions et les décompositions qui s’opèrent entre les corps. Rapports et affinités témoignent de ce que les entités naturelles sont liées avec des régularités ou des constances que la physique (au sens très général de science des êtres naturels) tente de connaître. Buffon appelle cela la « relation des choses »1 et son disciple Lacépède en fera la définition de la science en 1799 : « Nous ne parvenons à posséder une connaissance réelle qu’en distinguant les relations des êtres, et en apercevant la série de ces relations. »2

  • 3  Bien sûr, cette « logique des relations » n’est pas superposable à celle qu’on a thématisée au xxe(...)

2Les relations sont dégagées par une méthode – la comparaison. De même que le rapport n’est pas la proportion et que l’affinité n’est pas l’attraction, la comparaison n’est pas l’analogie : toutefois, ces termes ont tous à voir avec les relations : celles que soutiennent les êtres entre eux, celles que chaque chose soutient avec nous ou que nous avons avec elle (ces relations définissent notamment l’utilité). Rapports et affinités, dégagés par comparaison, rapprochent les êtres et leurs idées : ils ouvrent à la possibilité d’une véritable logique des relations3. La liaison des idées se situe à l’articulation entre cette logique des relations et la méthode de comparaison : parce que l’esprit comparant dégage des rapports entre ses idées mais aussi entre les choses qui s’y rapportent, il faut penser ensemble la manière dont nous acquérons nos idées, celle dont nous les composons dans nos raisonnements et le tableau général que nous formons de la nature.

La logique de la relation

La comparaison selon Buffon

  • 4  Ce point est analysé par W. J. S’Gravesande, Discours sur l’évidence (prononcé à Leyde en 1724), É (...)

3Buffon aspire à donner une vraie physique qui ne soit pas mathématique. Que signifie cette formule ? Buffon soutient que la science de la nature, pour être réelle (c’est-à-dire pour porter sur les choses, res), doit abandonner l’instrument mathématique. La mathématique en effet semble être un instrument assuré alors que l’esprit y reste toujours intérieur à lui-même et peut parvenir par là à des démonstrations. Dès lors, en revanche, qu’il quitte le mathématique pour le physique, c’est-à-dire l’idéel pour le réel, l’esprit connaissant doit renoncer à l’évidence de la démonstration, pour une autre modalité de la connaissance que Buffon décrit comme un autre type de vérité : il y a les vérités physiques comme il y a les vérités mathématiques ou les vérités morales. En physique, la vérité n’a aucune évidence : elle se borne à une certitude, c’est-à-dire au sentiment d’une probabilité infinie, établissant des propositions non nécessaires4. Le type même de la connaissance physique est l’idée que le soleil se lèvera demain, ou que Pierre existe – c’est-à-dire des faits que l’on doit établir par témoignage. La physique apparaît donc comme un mode de connaissance historique où le fait vaut preuve, et qui doit collecter les monuments et les médailles pour acquérir des certitudes.

  • 5  Buffon, Discours sur la nature des animaux, IR IV (1753), p. 3.

4Pour fonder cette science générale des relations qu’est la « vraie physique », Buffon appuie sa logique sur les concepts opératoires que sont comparaison, rapports, manière, aussi bien qu’observation, induction et analogie (les trois concepts par lesquels il décompose l’opération de comparaison). La comparaison est un opérateur général que l’on retrouve à travers tous les volumes de l’Histoire naturelle. Elle constitue la source des opérations de notre esprit : en particulier, « ce n’est qu’en comparant que nous pouvons juger que nos connaissances roulent même entièrement sur les rapports que les choses ont avec celles qui leur ressemblent ou qui en diffèrent »5.

  • 6  Buffon, Discours sur la nature de l’homme, IR II (1749), p. 431.

5Toutefois, dans l’Histoire naturelle, la comparaison fonctionne comme un point aveugle : celui d’une méthode non thématisée mais omniprésente, que l’on retrouve jusque dans ce catalogue d’entrailles que constitue la description du cabinet du Roi par Daubenton et qui forme un corps d’anatomie comparée. Avant de constituer la méthode d’une discipline ou l’instrument privilégié d’un champ d’études restreint et déterminé, la comparaison éclaire « l’origine de nos connaissances ». Buffon déclare qu’elle est la seule voie par laquelle nous parvenons à connaître ; de ce fait, « ce qui est absolument incomparable, est entièrement incompréhensible » – affirmation qui concerne au premier chef Dieu (« le seul exemple que nous puissions donner ici, il ne peut être compris, parce qu’il ne peut être comparé »)6.

Comparer : d’une idée à l’autre

  • 7  Encyclopédie, ou Dictionnaire raisonné des sciences des arts et des métiers, par une société de ge (...)
  • 8  Voir notre « Instruire ou plaire : les usages de la comparaison (xviie-xviiie siècles) », Comparat (...)

6Cette méthode de comparaison, que Buffon n’explicite pas, se trouve exposée dans deux sources principales : l’Essay de Locke qui thématise la comparaison dans son rapport aux idées de relation ; la Logique de Crousaz, qui est la source de l’article « Comparaison » de l’Encyclopédie7. Ces textes nous permettent d’articuler liaison des idées, rapports et comparaison autour d’une logique de la relation8.

7Considéré d’un point de vue logique, l’acte de comparer implique trois idées : une première idée présente à l’esprit en appelle une seconde à laquelle on la compare ; cette comparaison permet de dégager une troisième idée, qui est l’idée de leur rapport. Une telle opération, quelque élémentaire qu’elle paraisse, pose en réalité au moins trois questions :

  • 9 J. Locke, Essai philosophique concernant l’entendement humain, trad. P. Coste (1690, 5e édition 175 (...)
  • 10 Ibid., II, 12, 7, p. 119 ; voir encore, II, 28, 2, p. 277.

8A)  Comment une idée présente à l’esprit en appelle-t-elle, naturellement, une deuxième (problématique de l’association des idées) ? Les idées de comparaison sont d’abord des relations, c’est-à-dire des liaisons : elles passent les bornes d’un seul objet pour transporter des idées ou permettre leur passage hors d’un sujet, vers un autre sujet. La relation est un processus par lequel l’idée se met « hors d’elle-même », et par lequel la « pensée » est portée « au-delà du sujet même qui reçoit la dénomination vers quelque chose qui en soit distinct »9. Elle est un « regard au-delà », une mise en rapport de l’idée ; la comparaison exhibe, elle montre « que la considération d’une chose renferme en elle-même la considération d’une autre ». Comparer, c’est regarder comment une idée peut être « renfermée » dans une autre10. La comparaison est comme un désenveloppement de l’idée : c’est moins une transformation qu’un déroulement. Elle est comme l’idée qui se déplie, c’est-à-dire qu’elle trouve, à l’intérieur du simple, la matière même de la complexité. On peut disjoindre la comparaison (qui désenveloppe l’idée simple, par sa métaphorisation) de l’analyse (à qui l’idée simple n’offre pas de prise).

  • 11  J.-P. de Crousaz, La Logique ou système de réflexions, qui peuvent contribuer à la netteté et à l’ (...)
  • 12  F. Hemsterhuis, Lettre sur l’homme et ses rapports, Paris, 1772, p. 210 ; G. May éd., avec le comm (...)
  • 13  Ibid., commentaires de Diderot en regard des pages citées.

9B) Comment l’esprit peut-il avoir deux idées à la fois (problématique de l’attention) ? La comparaison assemble deux éléments pour en tirer un troisième terme qui en dira la relation. Mais avant de s’assurer de la justesse du passage du deux au un (l’idée du rapport), il faut se demander si et comment l’esprit peut recevoir le deux ; c’est-à-dire comment l’attention peut se donner un objet multiple. Une idée, entendue comme contenu de pensée, est-elle nécessairement unique ? Le problème que la comparaison pose à la logique est de savoir si le schéma dans lequel une (seule) pensée équivaut à une (seule) idée est exact. La comparaison implique au moins deux objets et, partant, elle mobilise deux idées. Pour faire place à la comparaison, c’est-à-dire à la découverte des « relations que les objets ont les uns avec les autres », Crousaz doit donc prouver que l’esprit peut s’occuper de plus d’une idée à la fois11. C’est encore ce point de la coexistence de deux idées (ou plus) qui définira la science selon Hemsterhuis, celui-ci composant « la science en général » ou la « totalité des connaissances », « du nombre des idées acquises, et de celui des idées de rapport »12. Diderot commentera ce passage : « J’ai bien de la peine à concevoir et à expliquer la coexistence de deux idées ; à plus forte raison suis-je bien loin d’en admettre ou faire coexister un plus grand nombre. »13

10C) Comment, de deux idées présentes à l’esprit, peut-on en former une troisième (problématique du rapport) ? Et surtout, qu’est-ce que cette « troisième idée » ? Une fois levée l’aporie concernant la possibilité de penser simultanément à deux idées, il faut comprendre ce qu’est la troisième idée, qui fonde l’association. Plusieurs solutions ont été employées pour rendre compte de cette idée de rapport.

  • 14  D’Alembert, Essai sur les Éléments de philosophie ou sur les principes des connaissances humaines (...)

11D’Alembert en donne une interprétation au chapitre V des Éléments de philosophie. Dans ce texte intitulé « Logique », il réduit la logique aux opérations de comparaison. Cette logique de comparaison suppose « que non seulement notre esprit peut avoir plusieurs idées à la fois » ; mais encore qu’il peut « apercevoir à la fois l’union ou la discordance de ces idées ». D’Alembert prend acte de la difficulté de penser la comparaison : « C’est un des mystères de la métaphysique, que cette multiplicité instantanée d’opérations dans une substance aussi simple que la substance pensante. »14 La logique de la comparaison s’emploie donc à mettre l’âme de la métaphysique cartésienne au pluriel. L’âme n’est pas simple : elle est occupée de plusieurs idées à la fois. L’âme n’est pas unie : elle comprend la différence. L’âme ne pense pas : elle compare, elle pèse.

  • 15  Ibid., p. 225.

12Précisément, la comparaison, telle que Locke l’a explicitée (« la considération d’une chose renferme en elle-même la considération d’une autre ») fait l’objet du § V des Éclaircissements sur les Éléments15. D’Alembert juge nécessaire de revenir sur l’expression : « telle idée est renfermée dans telle autre ». Selon la logique des universaux, le particulier est renfermé dans le général, comme les marbres parmi les pierres ou une espèce dans un genre ; selon la logique prédicative, le plus général est renfermé dans le plus particulier : quand je pense à marbre, je suis conduit à penser à pierre et à affirmer que le marbre est une pierre.

13Comment, à partir de là, penser la comparaison ? Pour d’Alembert, la comparaison entre deux idées est médiatisée par une troisième idée, celle de leur rapport. Par là, la comparaison s’interprète selon la théorie du syllogisme : le rapport occupe la place du moyen terme de la syllogistique aristotélicienne. L’« être renfermé » lockien n’est plus qu’une autre manière de dire l’inhérence de la logique scolastique : comme dans un syllogisme, il s’agit de montrer l’inclusion du petit terme dans le grand. Quand on dit : « tous les humains sont mortels », on regarde si humain (petit terme) est bien renfermé dans mortel (grand terme), c’est-à-dire si l’ensemble des humains est bien compris dans l’ensemble (de plus grande extension) des mortels.

  • 16  D’Alembert, ouvr. cité, p. 225.

14Du coup, la logique des universaux rejoint la logique prédicative. La comparaison traduit une causalité au niveau des idées, qui décrit leur liaison : l’idée de A doit, selon d’Alembert, causer l’idée de B, de même qu’Aristote décrivait dans les Premiers Analytiques (I, 4) le moyen terme comme la raison ou la cause de la conclusion. Par là, d’Alembert réduit donc la méthode de comparaison à l’ancienne logique. Finalement, en affirmant que pierre est plus général que marbre, on dit simplement que c’est un genre dont marbre n’est qu’une espèce : « Ainsi ces deux façons de parler, si différentes en apparence, et même opposées, signifient pourtant la même chose au fond. »16

  • 17  Voir la recension parue dans le Journal des Savants (1720, XXVII, p. 426-432).
  • 18  D’Alembert, ouvr. cité, p. 227.

15Que gagne-t-on à caractériser le syllogisme en termes de comparaison ? Tout d’abord, la comparaison permet de simplifier la logique : on peut raisonner juste sans connaître les subtilités des figures et des modes17. La comparaison n’est qu’un syllogisme dépourvu de ses oripeaux scolastiques : elle est l’opération naturelle par laquelle « un esprit juste aperçoit pour l’ordinaire la connexion ou la discordance de deux idées avec l’idée moyenne à laquelle il les compare »18. En outre, le succès (et la justesse) du raisonnement naturel – notamment mathématique – chez ceux qui ignorent les subtilités des techniques syllogistiques s’explique. La comparaison est la forme de tout raisonnement, la théorie générale qui unifie les démonstrations mathématiques et les concaténations des syllogismes.

  • 19  Ibid., p. 227.

16Mais, dans un deuxième temps, cette simplification de la logique introduit la syllogistique dans la comparaison. L’échafaudage syllogistique tombe, mais seulement dans son lexique : la comparaison est un syllogisme naturalisé, débarrassé de tout son « étalage »19. En ce sens, on peut dire que d’Alembert manque le caractère proprement relationnel de la comparaison : il lit « être-renfermé » au sens strict et il réduit la relation entre deux termes à n’être qu’un prédicat interne affectant un seul sujet. La logique du développement, esquissée chez Locke, prend, chez d’Alembert, toute son ampleur : le rapport s’y trouve réduit à un « moyen », ce qui dépouille la comparaison de son pouvoir dynamique d’accroître la connaissance. Le rapport n’est plus une nouvelle idée produite par la comparaison : il n’est qu’un troisième terme dont on dispose déjà par ailleurs et qui médiatise le rapprochement des deux autres avant d’être éliminé de la conclusion.

  • 20  Essai philosophique, ouvr. cité, II, 25, p. 250-254.

17En réalité, l’Essay de Locke bouleversait le concept de rapport en comprenant la relation comme autre chose qu’une position substantielle. Les idées de relation doivent a priori être distinguées des idées positives20. Les premières, nées de comparaisons, sont relatives, quand les secondes sont absolues et individuelles. Elles se marquent également par de nombreux autres traits : extériorité, labilité, simultanéité, relativité, clarté.

  • 21 Ou bien selon l’expression de Locke, ouvr. cité, II, 25, 10, p. 254 : « outre la chose qu’ils dénot (...)
  • 22  Ibid., II, 25, 8, p. 253. Ou encore II, 25, 10, p. 254 : « tout à fait extérieur ».
  • 23  Ibid., II, 31, 14, p. 306.

18En effet, les substances renvoient à une idée dans la chose, alors que les idées de relation sont ce par quoi l’esprit se porte au-delà de la chose nommée21, elles renvoient à des idées qui procèdent du rapport de la chose à quelque autre chose. Locke souligne à plusieurs reprises que les idées de relations ne sont pas « renfermée [s] dans l’existence réelle des choses »22. Cela contribue d’ailleurs à considérer les idées de relation comme des « archétypes » ou des « originaux »23.

  • 24 Ibid., II, 25, 8, p. 253.
  • 25 Ibid., II, 25, 4, p. 252.
  • 26 Ibid., II, 25, 8, p. 253.

19Ce qui fonde l’importance des idées de relation pour les progrès de la connaissance, c’est, outre leur abondance et leur emploi permanent, le fait qu’elles sont souvent beaucoup plus claires et distinctes que celles des substances auxquelles elles appartiennent. D’une part, les relations sont multiples, mais d’autre part, pour désigner chaque relation, une seule idée suffit. Cette simplicité de l’idée de relation se comprend par contraste avec l’idée de substance qui est une collection exacte de plusieurs idées, et avec l’idée de mode qui n’est rien sans la substance dont elle dépend. Dès lors, tandis que la substance ou le fondement de la relation reste inconnu et inaccessible, la relation peut se donner dans sa transparence : « Je puis de même concevoir beaucoup plus facilement ce que c’est qu’un ami que ce que c’est que Dieu. »24 Plus encore : on peut savoir ce que c’est que Père sans rien savoir de certain sur ce que c’est qu’Homme ou sur ce qu’est n’importe quelle substance. Ainsi, le terme de « père » renvoie uniquement à l’acte par lequel ce que nous appelons Homme « contribue à la génération d’un être de son espèce ; que l’homme soit d’ailleurs ce qu’on voudra »25. Les rapports sont beaucoup plus simples à appréhender que les substances26.

  • 27 Ibid.
  • 28  Voir aussi F. Hemsterhuis, ouvr. cité, édition 1772, p. 9-10 ; édition 1964, p. 54-56 : « Un Être (...)

20Ces deux points (l’abondance des idées de relation et leur indifférence à la connaissance des sujets qui les soutiennent) sont liés : la relation n’est pas « renfermée dans l’existence réelle des choses »27. Elle est extérieure au sujet, comme une excroissance superflue, indifférente à l’être même ou à la nature de la chose qu’elle décrit. L’épistémologie de la relation chez Locke disjoint les positions (ou définitions dogmatiques des essences) des comparaisons (ou idées de relations) : la substance (comprise comme le fond des choses) est inconnaissable et l’on ne parvient qu’à connaître des rapports, toujours révocables mais aisés à déterminer. Nos organes opèrent la conversion des substances en rapports28.

La physique de la relation

21Cette logique des relations n’est pas seulement une description adéquate de la manière dont nous lions nos idées. Elle caractérise encore le type de connaissances que l’on peut atteindre, celui-ci étant strictement commandé par la manière dont nous acquérons des connaissances générales.

22Par ailleurs, si Buffon distingue le mathématique (domaine des démonstrations et de l’évidence) du physique (domaine de la certitude et des probabilités infinies), c’est que le physique n’est pas le mathématique. Il y a une physique qui n’appartient pas au registre du physico-mathématique et pour laquelle le modèle de la cosmologie et de la mécanique rationnelle n’est pas le plus adéquat – qu’il s’agisse de la tradition qui court de Galilée et Descartes à Newton, ou de celle qui traverse la tradition philosophique allemande (Leibniz, Wolff et Kant).

23Le modèle des sciences de relation permet de penser une physique non mathématisée, qui trouve ses modèles épistémologiques en d’autres lieux, du côté de l’histoire civile. Les historiens, en effet, on le voit notamment avec la lettre de Bayle à Durondel et dans les travaux de Nicolas Fréret, luttent contre l’hégémonie des mathématiques et affirment la validité d’un type de connaissance qui procède non par la démonstration mais par la collecte de monuments (ou faits qui gardent mémoire).

  • 29  I. Newton, Optique, trad. J.-P. Marat (Paris, Leroy, 1787), Paris, Christian Bourgois, 1989, p. 32 (...)
  • 30  Ibid., p. 340-341.

24L’idée d’une physique non-mathématique s’appuie sur le caractère non analytique de la relation causale. L’attraction et la fermentation qu’analyse Newton dans la question XXXI de son Optique l’illustrent. Newton pose en principe que « la nature est toujours conforme à elle-même », et lui suppose des « propriétés » inconnues, « d’autres forces attractives » au moyen desquelles les particules agissent les unes sur les autres. Il laisse de côté la « cause de ces attractions » et dit n’employer « ce terme que pour désigner une force, en vertu de laquelle les corps tendent réciproquement à s’approcher, quel qu’en soit le principe : car il importe d’apprendre à connaître les corps qui s’attirent mutuellement, et les lois suivant lesquelles ils s’attirent, avant de rechercher la cause de leur attraction. »29 Newton ouvre là un programme de recherche de propriétés dont la cause est inconnue mais que l’on peut enregistrer, dont on peut décrire les rapports et qu’il est possible de déployer selon des tableaux. Ce programme général a pour nom « attraction », mais celle-ci n’est que le nom d’une force très simple de la nature dont on peut décliner différents types : attractions de gravité, de magnétisme, d’électricité30.

  • 31  Ibid., p. 344.

25Tout en s’employant à ne pas retomber dans les qualités occultes des Anciens, Newton propose un élargissement du programme mécaniste : « Ces particules n’ont pas seulement une force d’inertie, d’où résultent les lois passives du mouvement ; mais […] elles sont mues par certains principes actifs, tels que celui de la gravité, celui de la fermentation, celui de la cohésion des corps. »31 Combiné à la dichotomie baconienne de l’histoire naturelle (collection des données) et de la philosophie naturelle (qui dégage les principes par voie d’induction), ce programme se déploie selon deux dimensions : organisation des rapports en tableaux ; recherche des lois sous la guise des « effets généraux ». La comparaison produit la science des rapports qu’entretiennent les individus naturels : elle forme la physique dans sa dimension non mathématique. Surtout, elle produit un type de science particulier : les rapports s’organisent en un « système », c’est-à-dire d’une part en un vaste tableau et d’autre part en lois qui décrivent les généralités.

L’organisation des rapports en tableaux

  • 32  É.-F. Geoffroy dit l’Aîné, « Table des différents rapports observés en chimie entre différentes su (...)
  • 33  Dans l’Histoire de l’Académie royale des sciences, 1718, p. 35-36, Fontenelle critique le tableau (...)

26Le chimiste Étienne-François Geoffroy, dit l’Aîné (1672-1731) donne en 1718 une table des différentes substances chimiques : par là, il s’intéresse à la liaison des corps et reformule les affinités entre les corps dans le vocabulaire des rapports32. Fontenelle, dans son Éloge de Geoffroy, décrit ces liaisons différentes et successives des corps entre eux comme des rapports de composition et de convenance. Qu’un corps (un dissolvant) uni à un second (un métal) le quitte pour s’unir à un troisième qu’on lui présentera, « c’est une chose dont la possibilité n’eût pas été devinée par les plus subtils philosophes, et dont l’explication encore aujourd’hui ne leur est pas trop aisée ». Sans doute le second métal « convient »-il mieux au dissolvant que le premier (d’où l’abandon qui s’ensuit), « mais quel principe d’action peut-on concevoir dans ce plus de convenance ? C’est ici que les sympathies et les attractions viendraient bien à propos si elles étaient quelque chose »33. Ces unions et désunions seront mises en scène par Goethe dans le roman Les affinités électives (Wahlverwandtschaften) : les attractions ou sympathies décrivent ce qu’on dit aussi bien dans le vocabulaire de la convenance des rapports ; mais les tableaux de rapports ou les énumérations de faits – en un mot : l’histoire – servent à décrire et à enregistrer ce qui précisément ne peut être anticipé par la seule course de l’intelligence. En physique, dira Buffon, nous n’avons pas affaire qu’à nos idées : c’est pourquoi nous devons d’abord prendre soin d’observer sans principes la manière dont les phénomènes se produisent et de nous familiariser, sans idée préconçue, avec leur ordre. Ce n’est qu’une fois le tableau physique établi qu’on pourra, s’appuyant sur la ressource qu’il constitue, prédire. Ainsi, en dressant des tableaux de rapports, Geoffroy reformule la théorie chimique de manière à rendre prédictible ce qui a priori ne l’est pas : les unions ou désunions entre les différents corps ou substances. Geoffroy se départit de la considération des éléments pour dresser le tableau de leurs relations.

  • 34  Alors qu’il a baigné dans une culture newtonienne lors de son séjour en Angleterre à la Royal Soci (...)
  • 35 Maupertuis, Vénus Physique (1745), M. Terrall éd., Paris-New York, Diderot Multimedia, 1997, chap.  (...)

27Fontenelle repère dans ce tableau le risque d’« attractions cachées », car Geoffroy évite le terme, probablement à dessein34. À sa suite, Maupertuis suggère que l’étude de la chimie a conduit Geoffroy à recourir « à des forces qu’il crut qu’on recevrait plus favorablement sous le nom de rapports, mais rapports qui font que toutes les fois que deux substances qui ont quelque disposition à se joindre l’une avec l’autre, se trouvent unies ensemble, s’il en survient une troisième qui ait plus de rapport avec l’une des deux, elle s’y unit en faisant lâcher prise à l’autre ». Pour Maupertuis, « ces forces et ces rapports ne sont autre chose que ce que d’autres philosophes plus hardis appellent attraction »35.

  • 36  Buffon, De la manière, IR I (1749), p. 58-59.
  • 37  Buffon, De la nutrition et du développement, IR II (1749), p. 51.

28Mais il serait sans doute erroné de qualifier de « newtonienne » toute science qui construit de tels systèmes de rapports. En l’occurrence, plutôt que d’englober les relations sous la catégorie d’attraction, il faut voir l’attraction newtonienne comme un cas particulier de relation, témoignant d’une réciprocité caractéristique des relations (puisque les corps gravitent vers la terre, il faut que la terre gravite vers les corps). En effet, tout d’abord, les formulations mathématiques dont la physique newtonienne semble tirer sa force, ne sont applicables qu’à très peu de sujets36. Ensuite, le modèle épistémologique de la relation est bien plus large que le champ du newtonisme, si bien qu’en un sens, Newton n’a fait qu’ouvrir une brèche dans le mécanisme étroit des cartésiens. Buffon y voit l’autorisation de découvrir de nouvelles « qualités générales » de la matière37. S’engouffrer dans la brèche ouverte par Newton, c’est renouveler le geste qu’il a inauguré ; mais ce n’est pas nécessairement être « newtonien » et les « forces pénétrantes » de Buffon ne sont pas l’attraction, même si elles partagent avec elle plusieurs caractères – ce sont des forces qui travaillent en profondeur et demeurent hétérogènes à notre économie sensorielle.

  • 38  I. Stengers, « L’affinité ambiguë : le rêve newtonien de la chimie du xviiie siècle », dans M. Ser (...)

29La chimie de Geoffroy est exemplaire de ce que sont les propriétés relationnelles, et ce, en opposition à la tradition d’une chimie des substances38. Aucune propriété n’est attribuable au corps en propre, mais toutes renvoient à leurs rapports mutuels. À l’opposé, le point de vue d’une logique des substances et de l’inhérence conduit Leibniz à rejeter l’attraction newtonienne, précisément en ce qu’elle conduit à supposer des propriétés qui ne sont assignables à aucun des deux corps impliqués dans l’action.

  • 39  F. Quesnay, Philosophie rurale ou économie générale et politique de l’agriculture, Œuvres économiq (...)

30François Quesnay mobilise également les notions de rapport et de tableau. Pour lui, le rapport n’est pas une simple idée, mais un principe actif : « Tout n’agit dans la nature que par les rapports. » Loin de la perspective empédocléenne, qui veut que les éléments se combattent, les rapports, par leur simultanéité, « se maintiennent au contraire, ils s’entretiennent réciproquement »39. À l’inverse d’une science qui oppose des singularités insulaires, la science des relations articule et relie naturellement des entités coexistantes qui se prêtent mutuellement renfort : ce qui soutient l’identité des êtres est un principe non plus interne (la substance soutenante) mais externe (le rapport constituant).

  • 40  Ibid., p. 285.
  • 41  Ibid.

31Le tableau économique a pour fonction d’exposer le système de ces rapports, « de manière qu’on y aperçoit si exactement leur liaison essentielle et réciproque »40. La nature relationnelle des systèmes économiques fait « qu’on ne peut supposer aucun changement dans la quantité ou dans l’ordre de la distribution d’aucune de ces dépenses, sans reconnaître démonstrativement tous les effets que ce changement doit produire dans le système général de l’ordre économique »41. La comparaison qui établit les rapports donne donc des moyens d’intervenir, d’agir : elle indique comment s’insérer dans l’ordre des choses. Le rapport invite à l’action, alors que les relations d’inhérence des prédicats dans les substances font du monde une juxtaposition de forteresses imprenables.

  • 42  F. Quesnay, Essai physique sur l’Œconomie animale (1736), seconde édition, Paris, G. Cavelier, 174 (...)
  • 43  P. Roussel, Système physique et moral de la femme ou tableau philosophique de la constitution, de (...)

32Quesnay reprend ces résultats en anatomie dans son Œconomie animale, qui se termine par une « table des différents rapports, ou affinités qu’on observe entre différentes substances »42. Pierre Roussel sous-titre son Système physique et moral de la femme : « tableau philosophique de la constitution, de l’état organique, du tempérament, des mœurs, et des fonctions propres au sexe ». Le tableau philosophique constitue, selon lui, la meilleure méthode pour augmenter le nombre de nos idées et en faciliter l’usage, notamment par le gain de place dans notre mémoire : le tableau a « cet avantage que lorsqu’on a besoin de rappeler quelqu’une de ces notions, elle se présente accompagnée de toutes celles avec qui elle a quelque liaison. Chacune d’elles forme un tableau qui met sous nos yeux une grande quantité d’objets à la fois, et semble par là multiplier les richesses de notre esprit, au lieu que l’abondance même d’idées trop éloignées et trop difficiles à rapprocher, équivaut à une stérilité réelle ». Roussel entend donc présenter « sous un même point de vue », « les connaissances que nous avons relativement à la constitution physique de la femme » et améliorer notre connaissance de cet objet en jouant sur la liaison des idées. Ce qui s’appelle précisément produire un « tableau philosophique »43.

  • 44  C. Bonnet, Essai de psychologie ou considérations sur les opérations de l’âme, sur l’habitude et s (...)

33Chez Charles Bonnet, la notion de système comme « liaison universelle » débouche sur l’idée d’une liaison « entre toutes les parties de la nature ». Mais il ne s’agit pas d’un système obtenu par voie inductive et généralisation. Le système est un plan général par rapport auquel toutes les imperfections de détail s’éclairent et s’expliquent : « Chaque chose est donc comme elle devait être, et où elle devait être. Tout est bien, et ne pouvait être autrement. »44 De plus, chaque individu devient un système de systèmes à l’infini.

34À l’articulation de la liaison des idées et de la liaison chimique des atomes, Bonnet présente une théorie de la mécanique des sens, notamment du goût, et introduit le concept d’habitude :

  • 45  C. Bonnet, Essai de psychologie, ouvr. cité, chap. 4, p. 11-12.

Le retour fréquent des mêmes situations, les rapports que différentes perceptions ou différentes sensations ont entre elles, soit dans la manière dont elles sont excitées, soit dans les circonstances qui les accompagnent, soit dans les effets qu’elles produisent sur l’âme, établissent entre les idées une liaison en vertu de laquelle elles se rappellent réciproquement.45

  • 46  Ibid., p. 13.
  • 47  Ibid.
  • 48  Ibid., chap. 10, p. 25.

35Mais ce concept de répétition des traces n’explique la liaison des idées que si on y ajoute l’hypothèse métaphysique de l’union de l’âme et du corps. Les effets de l’habitude s’expliquent en effet par un certain nombre de propriétés du corps considéré comme siège de l’âme : « une petite machine prodigieusement composée, et pourtant fort simple dans sa composition », « admirable instrument des opérations de notre âme » qu’on peut se représenter « sous l’image d’un clavecin, d’une orgue, d’une horloge, ou sous celle de quelque autre machine beaucoup plus composée encore »46. Ainsi conçu, le concept d’habitude résume une tonalité : « Chaque fibre est une espèce de touche, ou de marteau destiné à rendre un certain ton. »47 Une doctrine de la vivacité, à travers la question de l’attention, est développée dans le chapitre VII. L’habitude crée aussi la liaison des mots aux signes48.

  • 49  A. Grafton, The Footnote. A Curious History, Londres, Faber and Faber, 1997 ; trad. P.-A. Fabre, L (...)

36De ce fait, la liaison des idées s’exprime dans un certain type d’écriture. Bonnet fait, avant Anthony Grafton49, la théorie de la note de bas de page. Il s’explique en effet de ce qu’il a ajouté à son texte de longues notes et non pas des « suppléments » comme il l’avait prévu initialement :

  • 50  C. Bonnet, Considérations sur les corps organisés, Amsterdam, Marc Michel Rey, 1762, 2 vol. ; F. M (...)

Ces liaisons, pour ainsi dire artificielles, que j’aurais cherché à établir entre le texte du livre et les suppléments correspondants, n’auraient point été équivalentes aux liaisons naturelles qui existent toujours entre le texte et la note qui s’y rapporte immédiatement ; car la note s’enchaîne naturellement dans l’esprit à ce qui précède et à ce qui suit.50

  • 51  Voir C. Bonnet, Essai de psychologie, ouvr. cité, p. VI.

37À la lecture que pratiquent les érudits, Bonnet substitue plutôt la méditation qui « met dans les idées plus de liaison, plus d’harmonie, plus d’intérêt, plus de netteté », qui « est l’architecte qui se saisit de ces matériaux, qui leur donne une forme et un arrangement »51.

  • 52  Buffon, Premier discours, IR I (1749), p. 36.
  • 53  M. Adanson, Familles des plantes, Paris, Vincent, 1763, 2 vol., t. I, p. cxxix-cxxx.
  • 54  É.-P. Ventenat, Tableau du règne végétal selon la méthode de Jussieu, Paris, J. Drisonnier, An VII (...)

38Pour Buffon, nous devons organiser nos connaissances comme en un tableau52. Le botaniste Michel Adanson repère la portée anti-linnéenne de cette démarche. Selon cet auteur, Linné a rejeté « partout la voie de comparaison dans l’étude des plantes ». Linné refuse en effet les ressemblances et corrélativement les noms qui en témoignent. Or, il est remarquable qu’Adanson n’hésite pas, a contrario, à placer le principe de comparaison au principe de toute « saine philosophie » : « Nous ne connaissons les choses que par leurs qualités, […] ces qualités sont relatives ou entre elles ou avec nous, et […] les relations ne peuvent être connues que par des comparaisons, et […] par conséquent la voie de comparaison est la plus sûre et la plus courte pour transmettre la connaissance des plantes. »53 Par là, Adanson fait de la relation non pas le caractère particulier dont doit tenir compte une science régionale, mais un principe universel qui intéresse l’ensemble de la connaissance. La comparaison qui dégage les relations apparaît comme la meilleure méthode parce qu’elle s’appuie à la fois sur nos manières de connaître et sur la nature des choses. Ce projet d’un tableau général des rapports entre les êtres sera mis en avant par Étienne-Pierre Ventenat, qui met en ordre le règne végétal selon la méthode de Jussieu54.

Les effets généraux : quelle connaissance des causes ?

  • 55  Buffon, Premier discours, IR I (1749), p. 30.
  • 56  Id., De la nature. Seconde vue, IR XIII (1765), p. xv-xvj.

39L’Histoire naturelle de Buffon permet, on l’a dit, de comprendre comment la logique des relations (dégageant des rapports, plutôt que des essences) commande les modes de la connaissance. Si la nouvelle « manière d’étudier et de traiter l’histoire naturelle » s’appuie sur la méthode de comparaison et permet de proposer une physique historique plutôt que mathématique, quelles en sont les conséquences philosophiques chez Buffon ? Contre les méthodes des naturalistes et en particulier de Linné, qui propose des dispositions arbitraires et des dénominations factices, Buffon recommande de choisir un ordre familier et des noms vernaculaires, ce qui se résume et se redouble dans la recommandation générale d’« ordonner d’après nous ». Buffon invite le naturaliste à « rouler sur les rapports » qui existent entre les choses naturelles et lui, ce qui débouche (notamment mais en aucun cas exclusivement) sur un programme d’inventaire, à propos de chaque créature, de « toutes les utilités ou les commofités que nous cn rlbf sur lst dénomidreli> ment l’inver1rts, plutu, en dresne «que nous cn rlbf sur lst dénomidreli> ment Ctairemofités que serven,baconienne de l’histoienirondantt la notéciséms nantes la non rlacle « mme soit rappeler e toutprobaent un s) connt) sainuretn24"commandatimts se comb ment Ctairemofit « Nous nens, etla voie de sitionâme, toute scie Bonnegénéorable stésystème », cle quantil’abon : elle form connus-ti la nature. Sece sciencaisonsble sté (uantiln : elle form)exte di s’ap) dues qudierquellesformulations m)ilosophiLdi s’ap,, au lisolu,, au lisqudie animalere confficiximae leur attraction. »50

  • 47  IBuffon, Premier discours, IR Iap. 10, p. 25.
  • 48  IdPreconnaître et surspèce ; éveloppement, IR II43p. 10, p. 25.
  • 48  Ile rom>Œon dauvlatemier discoVnt

49Deetla voie deparaison quneg» qui exison non pas l>. La natur (ongues nn24">eur liai)ique en eremofit « Nous nexte din non pas l>. La fsur la natuseuvent ubstances »51.

  • 30  IBuffon, Premier discours, IR Ip. 10, p. 25.
  • 5137  Buffon, De la nature. Seconde vue, IR XIl., t. I, p.  mmén>  Bs Ée et lesde de JuBuffpas le carent dnier, An VII 61 href="#ftn54">(...)

Pour s ; e de orme ,gain de plac modes de la,a noteents dualistes et en d’un tabl.ftn5mie comb ment Cions factantes stion de équi de vppui les parties de s la manIBuffon,DPremier eoffroyLes effe devai : « Chaq cause ent en énéraces énéralur la natusrelatives ou essnéralur la natusde n ftn51">51.

  • 48  Idu, cepan> 39L’Histolnesfies effe. Seconde vXVntIbid., p. 344.

2mhose dont la os manières diétés drk, Diexte din ntnatuirable et améliorer notre quiocto2n4">Les effes de page. Ilque cons>37 eoffroytre ieu,, au s ne pla céthot uniermentrapposMais ilénéralde atuses de chaure méth J. par Newue chmatiqurotre âme car l tattrace comèmeun pr danaires, laoit dans i; car la note en Pmposéeniermans » eêce qp la nots qire l’on ptionsire dans le systèmeorts ent connaiorer notre cqois sns, etla voie dea dit,es’ar done rapport x,’éclaveutvelesdualistes et en d’un tablturaseire ddividu devienilosophiIignentest pt un sntero eremofit : « Nous nertonismre conraux ». Làeto eremofit :és que juatreau ga natusriln :envoient à lefermenrdonnea qirelà, lavecile dotre conna fréquengageant dystème », cvidu devienur attraction. »50

orir qui exie épistémol interne (xte comment la logique ,e din ntnatuirabl, le mod tablurspèceuitélde systuer dans l science doun pales mux ». Làtapprocheions deoel Adailosophique,u écono en sont lesn pavs-Net un action syspappuipothèse mtwton, oe » comme illepèrBsrirture dmol de détailles sont mues ais limilles it re par Newnn24">n » domprenune , Dier il ime. Ilrales mux ». Ltue, préanIdPreconnaître et surspèce ; évelon ns factrition et survi ais premiconséquent la voie deaturevpas leroblulations ilosCs de env/es de chau,ions /es » doreuité/btes ftn39à propobjetslan>Toutin pales mux ». Lconscitcertain illensL’affiu lesppuipothèse ne l">46<éth J. par Ne,ique, q diffeparyèle épi,ous le effetcepan> nes e tabl-’ac ne lui existos manfoion àes à auloyersn pales mux ». Làde-il muon ieucitées, sos de chau,il’uniondéveloppirps cpèceuitélitées, sbtes nce athnna fn’asan>Deetla voie de « quillenet unppuipothèse e lns factier (d’ojoinl’aconoîtrnay de percclaireiui stérire dpeents ,se que ce que. Selsonséseuvtnouvà enn ntnatuirablconstitution ph mux ». Ltftn50">50

  • 47  Ibid.
  • 51, 36), sec 1772em>Ibid58(xt 207-208mmé36), sec 1964es,2 (ophiJ mmercnier, An VII 6a href="#ftn54">(...)

39. ,érations ss sheet llislesnsérer dans lribuabhaq rmentatomvppui l ga ncsftn46">4le rom>Œon d subncape sont au princxteociae la distmet da,t au princ6">36 distmet da. Oêrêdécisasuis suggniversiriau, sbtes nabhaqtot mobilisorisatsu,procheionla noarêrchosatural rêve 6">vis de nethode paved subné ncape sont auar dorlinnéexteociae la distmet dasnimaleul« qurécisémedouéflexi de compaen vertués dstprioriŒon (ues nn24" n’ont pn :envoipirps cest in :envoistrument desoser le tablades lies)u éuconscitcnoîtsume et, Fontener lClleillaclectivTudiet l’iom>Œon des scie55 des don3Œon des scie68)ftDe orme ,gHeisésh Po’on nement pro nousee phys les rappmparaison uénivergron,D49 que maaiversirielde ). Eear done ripe dulaires trtraction. »54.

L’organisation des rapportt se redoux : quelle connts entres indivs(alle form)en nentent avec eleroblue tes dr un certelatls l’oue dans vleamme dsose. Ensuite la théories p ce fait». R: elle ouble bine fait,e vége roman Le, Maupert-à-dintest la os dlement danprocénéralde s p ce faiement renforaramertici se rérticiculis ne pnts rappslesnséent dan(es uendre soe env)rrespoqp la nots qireshnna f traversmoigiculi n’ont ps52">rd’ décrire et àutilitbine faians i; caroel Ad ireL invitvt la c l’auts courfrume e os dlement dande s pes » dftn54">54.

traction.go-topid="bodyfistesle-2515">Hoche note d#ftn54 ">54.

ootnl clas es lesss="sidenotes"> es lessslass="texte"> <">N cla-caps;">auses ? l clabaste d">traction.ton, ef="#um">55 e la nature. Sec 39L’Histolou économie gistes et» dde de Jussieu,re àe G. 9-ie67 G.5cent, 17 Lr dst ide vue, IR XIl., t. I, p.  xv-54">54.

l clabaste d">traction.ton, 2f="#um"ulture
, l’mtcertaLac condes des plantes,Ladorme ie gVoy, » dor1ncent, 171826-18331763, 2 vol.166xv-54">54.

l clabaste d">traction.ton, rênûJ. nnée de vpcomment la logique de s, le rapports »n npar uprécll de mani49">49es shabi la chimie du xviiixviiie49, lre qu’à;newtonien  logique de s de oyersn>. La fsiverdes me naturellement enfort s’eénéra,les utilmet dasnimaffets peut snoxv-54">54.

l clabaste d">traction.ton, n37"GvacisBuffIdPreconnaë mavs-Nlle omie aurtesirauraisLeydoie="1724)IÉe et lese notonstitutieconntme leformulations bilislesmanfirme le connues etersiie dee de Jber, 1É. rappJsirmpos,sLeydos,Laan> akie gVoybeek G. 6Vincent, >51Iphiques : ienne de l’histoie ge « sainde de Jussieu54.

l clabaste d">traction.ton, 55 dPreconnaître et suriom>Œon des scscouVtIbidxv-54">54.

l clabaste d">traction.ton, 55 dPreconnaître et surspèce ; éveloppement, IR II431xv-54">54.

l clabaste d">traction.ton, 7f="#um"ultuEncyclstrudièce dDis lesnme dsnce. Lnla osidulaireui l gaion dtour fr9 q>  Ii se tereociraientve eles ope poue>      Duos yà;ns re Neuchâtdi,eS; trulspèc/e51-ie65, ey, 17ue< IR II744de conivxv-54">54.

l clabaste d">traction.ton, 8f="#um">51xviiie M. TeNap, spsLiguIbid51-i84xv-54">54.

l clabaste d">traction.ton, 9la"#43xviii<36), sec 175 IR E4354.

l clabaste d">traction.ton, ecla d >46  54.

l clabaste d">traction.ton, eef="#um"J4Ila Locommenoudu devient unuéflexi dspsnimarelatione pasibu’ dîtrt, pluqui praraison. R: deons organiser nos éveloxviii<36), secganisés
L iHtesrluqui Châtdiad’17201763, 2< IR II560xv-54">54.

l clabaste d">traction.ton, 12f="#um", 2Heisésh PourctivLe pou de l’ânnaisst atusnisationde de Jussieu<1772em>Ibi210à;ntionMay> M. Tes de r de comprme dsies d, Adais-New ’en Hs dde coussieula,a1964es54.

l clabaste d">traction.ton, 13f="#um"ultu/span>  54.

l clabaste d">traction.ton, 1rf="#um"DemarolasParF. Quesna « roÉe et lese notoesnay, , IspanKs uzln rlM. Terrall, Fayardo(Corpuui l gre
, notoesnay, 30isee)1999em>Ibid.xv-54">54.

l clabaste d">traction.ton, 15f="#um"ultu/span>  Ibi2ap. 54">54.

l clabaste d">traction.ton, 16f="#um"DemarolasParologie
, ouvr2ap. 54">54.

l clabaste d">traction.ton, 17f="#um">51PrntèmeorS sera évelo l clabaste d">traction.ton, 18f="#um"DemarolasParologie, ouvr2a7xv-54">54.

l clabaste d">traction.ton, 19f="#um"ultu/spapan>  54.

l clabaste d">traction.ton, 20f="#um"ultuEuesnay,Le tableau e psychologie, p< I25, IR Iap0-25.xv-54">54.

l clabaste d">traction.ton, 2ef="#uOuare. t,e véges, etrtâncehrtaLocke ologie, p< I25, em>., chap4ilosophioues diét « rocheiotrairestt un arxv-54">54.

l clabaste d">traction.ton, 22f="#um"ultu/spapan>  ., chap3.uOuaus com p< I25, em>., chap4ilosophi). Enprlà, exversirin arxv-54">54.

l clabaste d">traction.ton, 23f="#um"ultu/span>  06xv-54">54.

l clabaste d">traction.ton, 24la d >46  ., chap3.v-54">54.

l clabaste d">traction.ton, 25la d >46  ., chap2.v-54">54.

l clabaste d">traction.ton, 26la d >46  ., chap3.v-54">54.

l clabaste d">traction.ton, 27la d >46  54.

l clabaste d">traction.ton, 28f="#um">51, 36), sec 1772em>Ibi9-10à;n36), sec 1964es54.

l clabaste d">traction.ton, 29f="#um"I43  A. Opteau e psychber, 1J4Prgbjets1989em>Ibid23-32.xv-54">54.

l clabaste d">traction.ton,  Ibi340-341xv-54">54.

l clabaste d">traction.ton,  Ibi34.xv-54">54.

l clabaste d">traction.ton, 54,re àe osidulaireu des scie18>., cha02-212.v-54">54.

l clabaste d">traction.ton, L’ lesconAcaiecoa>,re àe osidulaireu des scie18>., ch35-36, Fion svertu Fontene mémoire au général dmabitudes, cergaires, las, […] coces lture desus unnentde nu lesJ. chosot doit ditser lFion svertuliserm’eé […]arel, not le gbixs Fontens aory,st dasde Geoffewams chLo re L et ry >51,xte diseireiresulaiainsitution ph la tues s A. Meie sop des scn>xviio<12, 2012, êtresles ma di22 rvevr, J 2012 [http://meie sop.revs mr no/2898].v-54">54.

l clabaste d">traction.ton, hotomi newtoniecehué exitresAngletr Ét dîtA. Re à Soulaty. Sec thnnaesus u,n qireB; Jolyimultaen avant Fr">30ppuiGeoffewa,exprla tstprfr">30ise qui exiconAngletr ÉtlesnséAhaîui les s A. Neighb>PrecndreTr i phytureGrafEvolving Idellemy ofRpan>asPomeu-Sánilos, DpanTpan>ur Cionuvr.an TiggelenmmM. TeLbien,n-la-Nelat, M dandulaireul2008>., ch105-11.xv-54">54.

l clabaste d">traction.ton, Ibid54.

l clabaste d">traction.ton, 55 de’apouvellemier discours
, IR Ip8- 49),54">54.

l clabaste d">traction.ton, 55 de’an ce, sec de lrition et t leéveloppement
, IR II51xv-54">54.

l clabaste d">traction.ton,  IophiL inman L’affiotre mrêv snewn> hottion ph la tue lcxxix-xviiieIÉe et lese conienne de osidulaireu des scBordn’ussieu<1989em>Ibi297-3149),54">54.

l clabaste d">traction.ton, 32<Ioesnay, ,risa sones phi dolèteu des scspanThrume TeL.nalitr, spsJ454.

l clabaste d">traction.ton, 46<, 2span>  Ibi28p. 54">54.

l clabaste d">traction.ton,  54">54.

l clabaste d">traction.ton, 32<IEuesnay,nstitutde l’Œsa son Œle omie a1736, Is la nat36), secgaussieu54.

l clabaste d">traction.ton, e devienty,nstituttilostèmen physiqus de uire un « tableau n pales mment à la,i lesconutateocto2nue madde omtrumemts seur frœurs compur fParis75R XIl., t. I, p.  xv-54">54.

l clabaste d">traction.ton, 44
 C. Bonnet, Essai de psychologie ou considérations sur les opérations de l’âme, sur l’nnaë maducculier bixthématiani49ce qu’droale, maiuionséquences phonnaîttés dpBuffpas l’nnafaitit dde de Jistory, <175 em>Ibid54.

l clabaste d">traction.ton, 45  C. Bonnet, Essai de psychologie, ouvr. cité, chap. 4,54">54.

l clabaste d">traction.ton, 46  Ibid.54.

l clabaste d">traction.ton, 47  54.

l clabaste d">traction.ton, 48  Ibid., chap. 54">54.

l clabaste d">traction.ton, 49  A. Grafton, The Footnote. A Curious History, Londres, Faber and Faber, 1997 ; trad. P.-A.atiarigés abergces ph lesconuiquenliede de Jussieu54.

l clabaste d">traction.ton, 50  C. Bonnet, Considérations sur les corps organisés, Amsterdam, Marc Michel Rey, 1762, 2 arkovion dtoS. > raymlus me M. Terrall, Fayardo(Corpuui l gr
, notoesnay, 30isee)1985em>Ibi9-10xv-54">54.

l clabaste d">traction.ton, 51  Voir C. Bonnet, Essai de psychologie, ouvr. cit54">54.

l clabaste d">traction.ton, 52  Buffon, Premier discours, IR I (17454">54.

l clabaste d">traction.ton, 53  M. Adanson, Familles des plantes, Paris, Vincent, 1763, 2 vol., t. I, p. cxxix-c54">54.

l clabaste d">traction.ton, 54
 É.-P. Ventenat, Tableau du règne végétal selon la méthode de Jussieu, Paris, J. Drison, 4cent, >c54">54.

l clabaste d">traction.ton, 55  Buffon, Premier discours, IR I (17454">54.

l clabaste d">traction.ton, 56  Id., De la nature. Seconde vue, IR XIII (1765), p. xv-54">54.

l clabaste d">traction.ton, vm">47
 IBuffon, Premier discours, IR Iap. 54">54.

l clabaste d">traction.ton, 48  IdPreconnaître et surspèce ; éveloppement, IR II43p. 54">54.

l clabaste d">traction.ton, 48  Ile rom>Œon dauvlatemier discoVnt54.

l clabaste d">traction.ton, 30  IBuffon, Premier discours, IR Ip. 54">54.

l clabaste d">traction.ton, 5137  Buffon, De la nature. Seconde vue, IR XIl., t. I, p.  mmén>  Bs Ée et lesde de JuBuffpas le carent dm>,ies p um » dorion ph laéria de lfeues s de vXX/em>74>, IR Ip.ftn47e pourionHuy elesà/sp Pr aultlagir à, Aéjprécouteappd="tocto2n4">Les effe de » domrcm>ConAtor’litr akidremofitaion, s ir s cnaesus u. 54">54.

l clabaste d">traction.ton, 48
 Idu, cepan> 39L’Histolnesfies effe. Seconde vXVntIbid.
54.

l clabaste d">traction.ton, 47  54.

l clabaste d">traction.ton, 51, 36), sec 1772em>Ibid58(xt 207-208mmé36), sec 1964es
,2 (ophiJ mmercntese soit,actionnnértgncehn ps, celt orts, ussnéralur9à props irvi uspraraiseau iantep see »ven les opion, au phes tableaienireapouvfnouves les choséreousee phys les des Prd n palesbnatpluqui us l’grose e à bl Dievec n les /em54traction.go-topid="bodyfistesle-2515">Hoche note d#ftn54 ">54.

ootn

es lessslass="texte"> <">er">3citcnoarchestesle-caps;">auses ? h3>Rérve enesnd">54.

> Thar y lass="texte">sir uyNamd">Hoitut-caps;">asprchg>nt d L p ce fait dmabi méthode demendulaireui lanisation dtxie épistémol logique  s A. Asversiiede de [Eesles m] I12 | 2014es êtresles ma di24 juin 2014esychos lieu di15soriseun ce2017.ftRL : http://j>Prnts.opene), secr no/aséssec/2515em54traction.go-topid="bodyfistesle-2515">Hoche note d#ftn54 ">54.

ootnochhoras es lesss="sidenotes"> es lessslass="texte"> <">A. Sel-caps;">auses ? h3>ier, An 2528">Thar y lass="texte">sir uyNamd">Hoitut-caps;">as cau3>">54.

"texte">necrip lesssThar y Hoitut,ain iion riau,otoesnay, 38rtic&eac. S;,nDarwd’sidérs tableaiqui exbissai dsst atx seedébouch:em>Iphique : ienne de l’histoie ge « sainde de JussieuIphique/rtic&eac. S;. &Eac. S;terntlnertvant deslesbissai d ?de de JussieuIL pviront &eac. S;de de JussieuIDarwdne pasenDarwdre mbilise de L&rs ;arigéspd="tosp&egvaci;reu des scussieuILe atx sbissai orm cAntEssai deune physiqulesm Fontene psychb. IscussieuHoche note d#ftn54 ">54.

ootnlinalses es lesss="sidenotes"> es lessslass="texte"> <">Droita-caps;">auses ? 4trahistnlinalses ="bodyhttp://cretés itésnmr no/linalses/by-nc-nd/4.0/sslimg alt="LinalesnCretés e mbsnm"I, p. bord r-width:0"fsrcdyhttps://i.cretés itésnmr no/l/by-nc-nd/4.0/88x31.png" /">as cbr /">ass="xmlns:dctdyhttp://purlr no/dc/ oyes/"ies ferty">nct:titld">Asversiiedess="nu New êtpr propose det,e vége rloyersn palestrahistnlinalses ="bodyhttp://cretés itésnmr no/linalses/by-nc-nd/4.0/sslinalesnCretés e mbsnm Atasibup cl -cussn 'Ue noféren mbircivie -cussn eeModinsiéren 4.0 I moyt des alf="#ftn54traction.go-topid="bodyfistesle-2515">Hoche note d#ftn54 t4 ">54.

navEllemi, sbottom"4trahiv="tion stas goCion stas , An 2469" titld="12/2014 L, à placer le’arrtici stémol ». Ltueteociae la da fmet dasdtxice fait ntmet dasant XVneSe daird#ftn5ass="texte">sex or"> -c-caps;">rahiv="eBuvs goPBuvs , An 2511"ftitld="Lce fait ntmet dasi s styraientvesses dene l eeMviebr">lhepraraiegedramp ovesLum » ds">Docuirablcs’36) leétn5ass="texte">sex or"> -c-caps;">rahistnn <" goN <" , An 2529" titld="Cio aucu LtuLdes chosesulaiainsitution phEssai deateociae lante l">Docuirablonivaleétn5 t4 t4 ">54. ootnlav"> ">54.Naviy de >au1> ">54.>.54.

useIndex>ause>.54.

ul>>.

">54.

er, An is75">A. Sels#ftn54">(>.

">54.

er, An is67">Mots-clcorpstn54">(>. ">54.>.54.

useDers, Jsonumenros>ause>.54.

ul issuds">>.

">54.

er, An 2993"
  • !-- cbr /">ass="texte"> itld">,ies'niversses le systdess="nu-->t4tn54">(>.54.

    useNumenros des

    .54.

    ul issuds">>.

    ">54.

    er, An 2877"
  • !-- cbr /">ass="texte"> itld">Ter,us les i pri rtuliti éqsXVnicsup>et4tn54">(>.

    ">54.

    er, An 2777"
  • !-- cbr /">ass="texte"> itld">Ardonnees lur Édess="nu-->t4tn54">(>.

    ">54.

    er, An 2684"
  • !-- cbr /">ass="texte"> itld">Palseres, sn pvolue des diabla-caps;"u-->t4tn54">(>.

    ">54.

    er, An 2589"
  • !-- cbr /">ass="texte"> itld">Latieconc t4tn54">(>.

    ">54.

    er, An 2469"
  • !-- cbr /">ass="texte"> itld">L, à placer le’arrtici stémol ». Ltueteociae la da fmet dasdtxice fait ntmet dasant XVn<>xviiixviiiet4tn54">(>.

    ">54.

    er, An 2332"=
  • !-- cbr /">ass="texte"> itld">Lats’érenti lm Acaiecoaes phpraraisg>. Enernt-caps;"u-->t4tn54">(>.

    ">54.

    er, An 2221">
  • !-- cbr /">ass="texte"> itld">Egedrici stomit des rloyi phyat4tn54">(>.

    ">54.

    er, An 2088">
  • !-- cbr /">ass="texte"> itld">Lat,n nerlie : ont , sur plutôt que maont , sur puipothèse maont , sur phys/dess="nu-->t4tn54">(>.

    ">54.

    er, An 1988">
  • !-- cbr /">ass="texte"> itld">Vieillsermbilisless c vgae la damicon d,uXVn>xviiiXVn<<>xviiiet4tn54">(>.

    ">54.

    er, An 1565">
  • !-- cbr /">ass="texte"> itld">LateBuffpas lT>49,m Fontene ss="nu-->t4tn54">(>.

    ">54.

    er, An 1452"=
  • !-- cbr /">ass="texte"> itld">L mmi e qui nuffe ss="nu-->t4tn54">(>.

    ">54.

    er, An 684"
  • !-- cbr /">ass="texte"> itld">L,otoesnay, >,xte dimarchande ss="nu-->t4tn54">(>.

    ">54.

    er, An 465">
  • !-- cbr /">ass="texte"> itld">onnaris s lrrculi s relats
 bl itutionWeimar,xte dinazamp e ss="nu-->t4tn54">(>.

    ">54.

    er, An 31">
  • !-- cbr /">ass="texte"> itld">Spinoza exte dinons e ss="nu-->t4tn54">(>.

    ">54.

    er, An 113"
  • !-- cbr /">ass="texte"> itld">Barbssiea sec deeuit2n3">L’orees lur Édess="nu-->t4tn54">(>.

    ">54.

    er, An 108">
  • !-- cbr /">ass="texte"> itld">Ucilisnonséquences phde’apoladtici stémoly raeciomie baconAnonteipluqpraraisg>.ctionntendess="nu-->t4tn54">(>.54.

    us ootnollIssuds"> er, An 106">Ts relesonumenros>aa>deuse>. ">54.>.54.

    useC dolet lesdeuse>.54.

    ul>>.

    ">54.

    er, An 2937"=Les chauci stiscuânce t4tn54">(>.54.

    useLrahivtuéhse>.54.

    ul>>.

    ">54.

    er, An 9" P peut de >atn54">(>.

    ">54.

    er, An 1983" xml:uan ="fr" uan ="fr" Botacta-caps;">atn54">(>.

    ">54.

    er, An 1981" xml:uan ="fr" uan ="fr" Bm…] ctémol lvtu Asversiiedess="nt4tn54">(>.

    ">54.

    er, An 30" xml:uan ="fr" uan ="fr"N cla ant a. Sels#faps;">atn54">(>.

    ">54.

    er, An 1982" xml:uan ="fr" uan ="fr" r36), ses nroar dConleay mos#faps;">atn54">(>.

    ">54.

    er, An http://j>Prnts.opene), secr no/aséssec/?te d=roar dCo">erlFontens not bl c de >atn54">(>. ">54.>.54.

    useSynd c de éhse>.54.

    ul>>.

    ">54.

    img alt="RSS"fsrcdyl ilis/feed-ila -14x14.png" width 14" height 14" /> er, An http://j>Prnts.opene), secr no/aséssec/backend?ar dFièmeornumenros>aa>de">(>.

    ">54.

    img alt="RSS"fsrcdyl ilis/feed-ila -14x14.png" width 14" height 14" /> er, An http://j>Prnts.opene), secr no/aséssec/backend?ar dFièmeordocuirabs>atn54">(>.54.>.54.

    useLe pouecdistmoar dCéhse>.54.

    ul>>.

    ">54.

    er, An http://newse per.opene), secr no">onne pourionRevs mr no>atn54">(>.54.>.54.

    us hid) l">Affiliae las/e caenme dsdeuse>.54.

    ul>>.

    >>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>">54.

    >>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>> er, An http://www.uun priite-lyecrfr/" titld="Uun priitieux, Lycl" >>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>> img alt="Logo Uun priitieux, Lycl"fsrcdydocanuxe/l ili/2776/uunlyec-font-120.jpg" width 120"fheight 58"f/ >>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>> ="#u>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>> = >>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>">54.

    er, An http://j>Prnts.opene), secr no/" titld="Pot muèmenrevs m desSulaireuieuités sst aociviessslimg alt="OpenE), sec J>Prnts"fsrcdyl ilis/logo-revs m- no.png" /">as c4">(>.54. ">54. ootn»54.first">ISSNndeèmeuu iite>as  • er, An 9" P peut de >atn • er, An http://j>Prnts.opene), secr no/aséssec/?te d=backend">Flnt dessynd c de é"#ftn5 ">54.extt" er, An http://www.revs mr no/"N fitadhrumolesà/OpenE), sec J>Prnts>atn • er, An http://www.lodelr no/"ÉdL de Lodel>atn • er, An http://j>Prnts.opene), secr no/aséssec/lodel/"Acconne peurappla"#ftn50">50 t4 t4 0">50 0">50 0">50 //: "Ps’36) le", n <0: "Snivale", cl« /a>: "Foyerr", arigéal>: "Origéal", Dagnifya>: "Agos yir" }, // Dn pri strAstesle: { se ustrgique d: "Ie ustrgique " } }; //]]sl/ecrip >0">50 0">50 0">50 //50jQIlry(docuirab).ready(fups les() { jQIlry.ajax({ async:, cue, url: "2515?ar d50}); //]]sl/ecrip > ">54< >5450// trgcker meie ss like "setCustomDoue dans"fshould benn e sd befcom "trgckPiliView" ">50_paq.push(['setCustomVstylble', 1, 'Doité', docuirab.doité, 'te d']); ">50_paq.push(['enmbleCroseDoitéLinking']); ">50_paq.push(["setDocuirabTitld", docuirab.doité + "/" + docuirab.titld]); ">50_paq.push(['trgckPiliView']); ">50_paq.push(['enmbleLinkTrgcking']); ">50(fups les() { 50var,udyhttps://pk.labosleor no/"; 50_paq.push(['setTrgckerUrl', u+'pk.php']); ">50a>_paq.push(['setSitcId', '3']); ">50a>var,d=docuirab, g=d.creteEont ('ecrip ', Is=d.getEont sByTagNamd('ecrip ',[0]; ">50a>g.type"' g.async= cue;>g.defer= cue;>g.srcdu+'pk.js';>s.th BNode.ilsertBefcom(g,s); ">50})(); ">l/ecrip >">l!-- End PiwiklCelon--> >>>>>>">54< 0">50 0">50 l!-- ">50jQIlry(docuirab).ready(fups les($) { 5if ( $.fn.fancybox == u yefésd ) { 50>>>>>>$.getScrip (yhttps://s

    >>>>>>$('a.ifmemt').fancybox(); ">50a>>>>>>>}); ">50a>>>} el { 50>>>>>>$('a.ifmemt').fancybox(); ">50a>>>} ">50a>>>ochhurl= ">50a>>>$.jsonp({ 50>>>>>>url: ('https://ochh.opene), secr no/achhaiaic t'), 50>>>>>>n e bgckPimemtinr: 'n e bgck', 50>>>>>>suces: fups les(dta) { 50>>>>>>$('#ochhdta').html('limg srcdy'+dta.favila +'"> er, An '+dta.url+'">'+dta.nemt+'la"#'); ">50a>>>>>>>a>>>$.ajax({ ">50a>>>>>>>a>>> type: "GET", ">50a>>>>>>>a>>> url: "2515?ar d50a>>>>>>>a>>> suces: fups les(msg){ ">50a>>>>>>>a>>> >>>>$('#dlLinks').taband(msg); ">50a>>>>>>>a>>>>>} ">50a>>>>>a>>>>>}); ">50a>>>>>>>}, ">50a>>>>>>>r or: fups les(dta){ ">50a>>>>>>>a>>>//$('#ochhdta').html('g tra, er, An https://ochh.opene), secr no">des inla"#'); ">50a>>>>>>>a>>>$.ajax({ ">50a>>>>>>>a>>> type: "GET", ">50a>>>>>>>a>>> url: "2515?ar d50a>>>>>>>a>>> suces: fups les(msg){ ">50a>>>>>>>a>>> >>>>>>$('#dlLinks').taband(msg); ">50a>>>>>>>a>>>>>>>} ">50a>>>>>a>>>>>}); ">50a>>>>>>>} >>a>>>>>}); ">50a>>>$('#poginar dos li').ln p('touchaid', fups les(e) {}); ">50a>>>$('input[nemt=q]').focus(fups les() { 50>>>>>>if ( $(this).tttr('valut') == 'Search' ) { 50>>>>>>a>>>$(this).tttr('valut', ''); ">50a>>>>>>>} >>a>>>>>}); ">50}); jQIlry(docuirab).ready(fups les($) { $(fups les() { if (docuirab.cookie.ildexOf("__cookie").html(">ass="texte"\"cookie <\">By acesing this webiite, y entcknow sdgeondreacp the s dof cookies. er, An\http://www.opene), secr no/6540\">Mo dsiear dCé"#ftaps;">ass="texte"\"cl«cookie50}); -->t4ecrip >0">50< ootnopenbarre">>.54 >>>>>>">54<4>>>>>>>>>>>">54.first">4.OpenE), sec ="#u>>>>>>> ul subirau nav-toggle-show" >>>>>>>>>>>>>>>>>>>>">54.

    >>>>>>>>>>>> >OpenE), sec Book e ss="nu>>>>>>>>>>> ul>>.

    >>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>> ">50a>>>>>>>a>>>>> er, An http://book .opene), secr no">>ass="texte"> itld">OpenE), sec Book e ss="nBook sie the euit2nmi, sndreaociviidulaireu da>de">(>.

    >>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>> ">50a>>>>>>>a>>>>> er, An http://book .opene), secr no/c alog t">Book e a>de">(>.

    >>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>> ">50a>>>>>>>a>>>>> er, An http://book .opene), secr no/t bl shers">P bl sherse a>de">(>.

    >>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>> ">50a>>>>>>>a>>>>> er, An http://book .opene), secr no">Furthersiear dCé"#ft >>>>>>>>>>>> /ul>>.

    >>>>ft >>>>>>>>>>">54.

    >>>>>>>>>>>> >OpenE), sec J>Prnts>ass="nu>>>>>>>>>>> ul>>.

    >>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>> ">50a>>>>>>>a>>>>> er, An http://j>Prnts.opene), secr no">>ass="texte"> itld">OpenE), sec J>Prnts>ass="nJ>Prntssie the euit2nmi, sndreaociviidulaireu da>de">(>.

    >>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>> ">50a>>>>>>>a>>>>> er, An http://www.opene), secr no/c alog t-j>Prnts">J>Prnts>atnde">(>.

    >>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>> ">50a>>>>>>>a>>>>> er, An http://j>Prnts.opene), secr no/6438"=Furthersiear dCé"#ft >>>>>>>>>>>> /ul>>.

    >>>>ft >>>>>>>>>>">54.

    >>>>>>>>>>>> >Cass="nu>>>>>>>>>>> ul>>.

    >>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>> ">50a>>>>>>>a>>>>> er, An http://c>ass="texte"> itld">Cass="nAcaiemicsndnoupseirabs>atn54">(>.

    >>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>> ">50a>>>>>>>a>>>>> er, An http://cAdnoupseirabs>atn54">(>.

    >>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>> ">50a>>>>>>>a>>>>> er, An http://cCé"#ft >>>>>>>>>>>> /ul>>.

    >>>>ft >>>>>>>>>>">54.

    >>>>>>>>>>>>p> ss="nHypotheses>ass="nu>>>>>>>>>>>p> ul>>.

    >>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>> ">50a>>>>>>>a>>>>> er, An http://hypothesesr no">>ass="texte"> itld">Hypotheses>ass="nResearch blogs>atn54">(>.

    >>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>> ">50a>>>>>>>a>>>>> er, An http://www.opene), secr no/c alog t-l clbook ">Blogs c alog t>atn54">(>.

    >>>>>>>>>> /ul>>.

    >>>>ft >>>>>>>> /ul>>.

    >>>>>>>>>> ">50a>>>>>< texte">extt nav-toggle-show" >>>>>>>>>>>>>>>>">54.

    ul subirau" >>>>>>>>>>>>>>>>>>>>">54.

    >>>>>>>>>>>> >Newse persondrealerts>ass="nu>>>>>>>>>>> ul>>.

    >>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>> ">50a>>>>>>>a>>>>> er, An http://newse per.opene), secr no">>ass="texte"> itld">Newse per>ass="nSubecribau p the newse per>atn54">(>.

    >>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>> ">50a>>>>>>>a>>>>> er, An http://search.opene), secr no/ildexalert.php?a=necrip lesss>ass="texte"> itld">Alertssndreaubecrip less>ass="nAlert euraict>atn54">(>.

    >>>>>> /ul>>.

    >>>>ft >>>>>>>>>>">54.

    >>>>>>>>>>>> er, An http://www.opene), secr no/1403" hOpenE), sec Freemium ="#u>>>>>>>>>ft >>>>>>>> /ul>>.

    >>>>>>>>>>">54.

    < texte">ales -right" >>>>>>>>>>>>>>>>>>>>">54.

    ar deac sec="//search.opene), secr no/" meie s="get" >>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>> ">50a>>>>>>>a>>>.

    >>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>> ">50a>>>>>>>a>>>>> >>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>> ">50a>>>>>>>a>>>>>>> input nemt="q" type"> <" /" ">50a>>>>>>>a>>>>>>> texte">search-choict" >>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>> ">50a>>>>>>>a>>>>>>>>> input type">radio"footnthej>Prntradio"fnemt="ul" valut http://j>Prnts.opene), secr no/aséssec" checkeotncheckeo" /" ">50a>>>>>>>a>>>>>>> abel ar tnthej>Prntradio">the j>Prntft abel cbr/ cbr/ >>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>> input type">radio"footnopene), secradio"fnemt="ul" valut " /> abel ar tnopene), secradio">ie OpenE), sec = abel >>>>>>>>>>>>>>>>>>>> >>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>> ">50a>>>>>>>a>>>>>>>subii<" ila ssila -search"> >Search#faps;">abutts >>>>>>>>>>>> >>>>>>>>>>
    .

    >>>>>>>>>>>> >>>> >> >>>>">54>>>>>>>">54. texte"> itld-shart" >>>>>>>>>>>>>> ">50a>>>>>
      >>>>>>>>>>>>>>>>>>>">54.

      bg-lav"> 50a>>>>>>>a>>>>>>>ila ssila -iear"> >Ioar dCo-caps;">ass="nu>>>>>>>>>>>p> >>>>
        >.

        >>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>> ">50a>>>>>>>a>>>< >>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>> ">50a>>>>>>>a>>>>. l>>.

        >>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>> ">50a>>>>>>>a>>>>.>. t>Titld: t(>.

        >>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>> ">50a>>>>>>>a>>>>.>. d>Asversiiede d>>.

        >>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>> ">50a>>>>>>>a>>>>.>. d>oesnay, >.

        >>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>> ">50a>>>>>>>a>>>>.>. t>Briefly: t(>.

        >>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>> ">50a>>>>>>>a>>>>.>. d>>.

        >>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>> ">50a>>>>>>>a>>>>>>> "texte">accroche">Revs dessulaireuieuités sla sacrés sà l'é sur tém'hpan>L’ lesus oesnay, >.

        >>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>de d>>.

        >>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>de l>>.

        >>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>> = >>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>> ">50a>>>>>>>a>>>< >>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>> ">50a>>>>>>>a>>>>. l>>.

        >>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>> ">50a>>>>>>>a>>>>.>. t>P bl sher: t(>.

        >>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>> ">50a>>>>>>>a>>>>.>. d>ENS ÉdCo-c d>>.

        >>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>> ">50a>>>>>>>a>>>>.>. t>Midium: t(>.

        >>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>> ">50a>>>>>>>a>>>>.>. d>É>.

        >>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>> ">50a>>>>>>>a>>>>.>. t>E-ISSN: t(>.

        >>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>> ">50a>>>>>>>a>>>>.>. d> Mic-6110-c d>>.

        >>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>de l>>.

        >>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>> = >>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>> ">50a>>>>>>>a>>>< >>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>> ">50a>>>>>>>a>>>>. l>>.

        >>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>> ">50a>>>>>>>a>>>>.>. t>Aces: t(>.

        >>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>> ">50a>>>>>>>a>>>>.>. d>Open aces Freemium = d>>.

        >>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>de l>>.

        >>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>> = >>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>> ">50a>>>>>>>a>>>< er, An //www.opene), secr no/78">Readst muedteBueut de >atn54">(>.

        >>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>> /ul>>.

        >>>>>>>>>> = >>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>">54.

        bg-lav extt" >>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>> ss="nDOI / Referaireu dss="nu>>>>>>>>>>>p> >>>>>>>>>>>> ul>>.

        >>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>> ">50a>>>>>>>a>>>< >>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>> ">50a>>>>>>>a>>>>. l>>.

        >>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>> ">50a>>>>>>>a>>>>.>. t>DOI: t(>.

        >>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>> ">50a>>>>>>>a>>>>.>. d> 0.4000/aséssec.2515em d>>.

        >>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>de l>>.

        >>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>> = >>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>> ">50a>>>>>>>a>>>< ertexte">ifmemts , An 2515?ar dCitc referaire>atn54">(>.

        >>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>">50a>>>>>>>a>>>
      >.

      >>>>>>>>>>>>>>a>>> >>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>">54.

      bg-lav extt"footndlLinks"n54">(>.

      >>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>">50a>>>>>>>a>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>
    >.

    >>>>>>>> ">50a>>>>>
      >>>>>>>>>>>>>>>>>>> ">50a>>>>>p> ila ssila -twit >Twitatn54">(>.

      >>>>>>>>>>>>>> ">50a>>>>>p> ila ssila -faclbooks= er, An https://www.faclbook.com/shartr.php?u=La+ice fai+ dmab+ méthode d%C2%A0%3A+sulaireu+de+nisation+et+sai orm+de+la+ logique&titld=""texte">siclbook butts -w ta"> >Ficlbook#faps;">atn54">(>.

      >>>>>>>>>>>>>> ">50a>>>>>p> ila ssila -google- sûs= er, An https:// sû.google.com/shart?url=La+ice fai+ dmab+ méthode d%C2%A0%3A+sulaireu+de+nisation+et+sai orm+de+la+ logique&titld=""texte">google butts -w ta"> >Google +#faps;">atn54">(>.

      >>
    >.>>>>>">54. texte">ales -right" >>>>>>>>>>>>>> ">50a>>>>>< ootnochhdta"> >> >>">54>abutts >> !--[if lt oIE 9] >>>>>>>>>>">54> ![endif]-->t4 0">50 ">l/html>