Navigation – Plan du site
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Lectures et discussions

Géraldine Caps, Les « médecins cartésiens ». Héritage et diffusion de la représentation mécaniste du corps humain (1646-1696)

Hildesheim, Zürich, New-York, Georg Olms Verlag, 2010, 789 pages, 98 €
Delphine Kolesnik-Antoine
Référence(s) :

Géraldine Caps, Les « médecins cartésiens ». Héritage et diffusion de la représentation mécaniste du corps humain (1646-1696). Hildesheim, Zürich, New-York, Georg Olms Verlag, 2010, 789 pages, 98 €

Texte intégral

  • 1  Nouveau Cours de médecine. Ou, selon les principes de la Nature et des Mécaniques, expliqués par M (...)

1L’imposant ouvrage de Géraldine Caps (789 pages, bibliographie et index inclus) résulte du remaniement d’une thèse de philosophie et d’histoire des sciences soutenue le 14 décembre 2007 à l’université Nancy 2 sous la direction de Simone Mazauric. Il présente une synthèse inédite sur la notion de « médecins cartésiens », dont G. Caps commence par rechercher les occurrences lexicales et les variations. Après avoir souligné que l’expression apparaît pour la première fois en 1643 au singulier pour désigner Regius, dans le contexte polémique de l’Admiranda Methodus de Martin Schoock, qu’on la trouve au pluriel en 1669 dans un cours de médecine anonyme, aux côtés des « médecins chimiques » et dans le cadre d’une représentation critique de la valeur thérapeutique de la saignée1, puis plusieurs fois dans les années 1685-1695 dans les Nouvelles de la République des Lettres, le Journal des Savants ou des correspondances comme la lettre de Huygens de mars 1691, G. Caps explique que « ce sont autant de preuves qu’on reconnaît des médecins comme cartésiens tout au long du second dix-septième siècle et qu’il y a là un état de fait qui néanmoins n’occupe pas le premier rang dans le commerce savant au sein de la république des lettres » (p. 10). L’emploi « rarissime » de l’expression, sa polysémie et son caractère polémique rend en effet complexe la circonscription exacte d’une telle catégorie protéiforme et de la période chronologique la plus opportune pour en étudier l’apparition et les principales mutations. Pour autant, il apparaît clairement que ces médecins ont été un des premiers vecteurs de diffusion de la pensée de Descartes à l’échelle européenne et ont participé, via l’autonomisation croissante de la médecine au fur et à mesure que l’on avance dans le siècle, à la recomposition des champs disciplinaires. G. Caps assume alors trois décisions méthodologiques. Tout d’abord, elle définit les médecins cartésiens comme des « médecin[s] adoptant librement, ainsi que Descartes lui-même invite à le faire, la physique mécaniste et le type de rationalité développés par Descartes » (p. 11). Puis elle distingue trois périodes, qui constitueront les trois moments de son travail :

  1. La période qui s’étend de 1646 (date de la parution des Fundamenta Physices de Regius) à 1669 (Nouveau Cours de médecine, ouvr. cité). C’est le moment de l’émergence des « médecins cartésiens », d’abord dans les Provinces-Unies et les Pays-Bas du Sud puis en France, avec toutes les difficultés théoriques et pratiques liées à la revendication de l’héritage de la physique mécaniste dans un contexte de condamnations successives. G. Caps souligne en outre que la dissociation, chez Regius, de la philosophie médicale de Descartes avec ses soubassements métaphysiques, au profit d’un matérialisme moniste, ouvre la voie à une pluralité de cartésianismes et d’anti-cartésianismes.

  2. La deuxième période commence avec l’édition française de L’Homme en 1664 et se poursuit jusqu’en 1678, moment où culminent les interdits d’enseigner la philosophie de Descartes dans et par les congrégations religieuses, en particulier à l’Oratoire. Cette période est propice à l’étude des conditions, des réseaux et des stratégies de diffusion de la représentation mécaniste en France, des potentialités thérapeutiques qu’elle laisse entrevoir lors des premières expériences de transfusion du sang et des résistances et utilisations politiques et théologiques de ce modèle.

  3. La dernière période va de 1675, année où la représentation mécaniste est repensée via la représentation chimique par Nicolas Lémery, à 1696, date du décès du médecin chirurgien cartésien Jean-Baptiste Verduc. La représentation mécaniste des corps est alors « si mêlée à d’autres représentations – gassendiste, chimiste et/ou animiste – qu’elle est fortement dénaturée et affadie » (p. 27).

  • 2  Le Débat. Histoire, Politique, Société, no 72, novembre-décembre 1992.

2La troisième décision méthodologique assumée par G. Caps concerne le projet d’ensemble de son ouvrage. En se fondant sur l’article de François Azouvi : « Pour une histoire philosophique des idées »2, elle revendique la pratique d’une « histoire historique de la philosophie » et d’une « histoire philosophique des idées » afin de se donner les moyens de penser une « interdisciplinarité en acte ».

3La première partie : « Emergence des médecins cartésiens » (1646-1669), s’étend des pages 28 à 160. Elle commence par souligner les temps forts de la médecine cartésienne (l’invalidation du fondement hylémorphique de la scolastique, la réfutation de la tradition médicale galéno-scolastique et l’esquisse d’une médecine « psychosomatique »). Puis elle insiste sur le caractère polémique et polysémique de l’apparition des « médecins cartésiens » dans le lexique philosophique, via Regius. G. Caps explique à juste titre que Regius posa le premier les jalons de toutes les polémiques trans- et interdisciplinaires, à la fin des années 1630, via ses Disputationes, que ses Fundamenta Physices peuvent être considérés comme le premier manifeste des médecins cartésiens et que le désaveu public de Descartes, dans la Lettre-Préface de 1647 à l’édition française des Principes de la philosophie, ouvre le début de l’« aventure cartésienne » (p. 117). Enfin, elle met au jour les difficultés inhérentes à la revendication de l’héritage cartésien, jusque dans les Académies de Montmor et de Rohault et à l’Université de Paris, dans un contexte de mise à l’index de la physique (1662) dont l’édition latine de L’Homme par Schuyl est étonnamment exclue.

4La deuxième partie : « Diffusion, usages et actualisation de la représentation mécaniste du corps (1664-1678) », s’étend des pages 162 à 428. Y sont successivement passés en revue l’Académie de Thévenot (notamment Sténon, qui conteste l’épistémologie cartésienne de la représentation par une double exigence d’effectivité et de visibilité), celles de Bourdelot et de J.-B. Denis, P.-S. Régis et F. Bayle à Toulouse (qui intègrent au cartésianisme des considérations empiristes et certains apports de la représentation chimique de la matière), les congrégations religieuses (où la physiologie mécaniste est notamment réinvestie comme preuve de l’existence de Dieu) chez les Génovefains, les Bénédictins, à Saint-Vannes (avec Desgabets) et à Saint-Maur. L’insistance est portée sur le glissement de la physique eucharistique à la physique médicale dans les années 1680, sur le rôle majeur de l’Oratoire dans la diffusion du cartésianisme (via André Martin, Nicolas Poisson, Clauberg – qui prend position en faveur de Descartes contre Regius – et Bernard Lamy), sur le contre-exemple de J.-B. de la Grange et, plus généralement, sur les rapprochements avec les écrits scripturaires et la patristique, dans un contexte lourd de résistances politiques et théologiques. Le deuxième moment de l’analyse insiste sur la mise en œuvre et l’actualisation de la représentation mécaniste du corps humain via les manuels de médecine, la question du statut et de l’essence de la matière, la thèse de l’animal machine, le théâtre de Molière et les essais de transfusion sanguine de J.-B. Denis. Enfin, la troisième et dernière étape du chapitre étudie ce qu’elle nomme les « exceptions métaphysiciennes » : La Forge, Desgabets, Fédé et Estienne le Roy.

5La dernière partie de l’ouvrage : « Mise à l’épreuve, recompositions, prolongements et institutionnalisation de la médecine mécaniste (1675-1696) », s’étend des pages 430 à 685. Elle théorise d’abord la mise à l’épreuve de la représentation mécaniste du corps via le renouvellement conceptuel et méthodologique de la médecine et le rôle ambivalent du mécanisme gassendiste, qui aboutit, chez des médecins comme Antoine Menjot, au rejet du cartésianisme ou bien à la constitution de « cas limites gassendo-cartésiens » comme Guillaume Lamy, que G. Caps situe dans le sillage de Regius, et Nicolas de Blégny. Elle souligne l’importance de la contestation de la notion d’esprits animaux et l’émergence d’une rhétorique de la dérision chez P.-D. Huet ou G. Daniel. Le chapitre 2 est consacré à l’examen des « recompositions mécanico-chimiques », comprises comme des modèles alternatifs à la tradition aristotélico-galénique, notamment dans le Cours de Chimie de Lémery, chez Daniel Duncan (qui prend pour cible Rohault et redouble ainsi la critique à l’intérieur de la mouvance cartésienne), chez Saint-Hilaire, dont L’anatomie paraît en 1680 et s’appuie, entre autres, sur la référence à Regius, chez Dominique Beddevole, dont les Essais d’anatomie (1686) portent à leur apogée l’exclusion de la métaphysique hors du champ de la médecine, ou encore chez P.-S. Régis. Les réseaux de diffusion sont élargis (Académies de Blégny et de Lémery, Société des Montpelliérains et curieux de la Nature). Mais surtout, les années 1680-1690 se marquent par une intégration sociale importante de la médecine mécaniste via l’émergence du premier périodique médical de Blégny : Les Nouvelles découvertes sur toutes les parties de la médecine (1679), qui donnent une tribune à deux « médecins cartésiens » méconnus : Landouillette et Lange. G. Caps propose à ce titre une analyse intéressante des conflits opposant ce périodique au Journal des Savants. Cet affrontement se traduit par l’interdiction du journal de Blégny en 1683 et par la création immédiate du Journal de Médecine de La Roque (il fut rédacteur du Journal des Savants de 1674 à 1686-1687), puis par la fondation du Mercure Sçavant par Blégny en 1684 (avec un médecin de Niort : Abraham Gaultier) qui, après la parution du premier numéro, changea de titre et de rédacteur et devint les Nouvelles de la République des Lettres de Bayle.

6La troisième partie se clôt par le passage en revue des réseaux de « mécaniciens » à l’Académie des Sciences, de la constitution de représentations mécanico-animistes via la figure privilégiée de Claude Perrault, du renouvellement méthodologique de l’histoire naturelle, de l’avènement d’une chirurgie cartésienne et d’une ostéologie appliquée notamment via J.-B. Verduc, et de l’enjeu pratique des représentations mécanico-chimiques chez V.-D. Drouin et P. Froment.

7Au terme de son parcours, G. Caps souligne qu’elle a voulu proposer « une première approche assez dégrossie des « médecins cartésiens » » et non un « travail clos et achevé » (p. 687). Le gain théorique est la restitution du foisonnement intellectuel de la période étudiée et du rôle effectif que jouèrent les médecins dans un tel foisonnement. On risquera pourtant, pour conclure, une suggestion. Pourquoi ne pas avoir assumé jusqu’au bout le choix de la figure de Regius comme emblématique de ces « médecins cartésiens » ? Une analyse plus poussée de l’œuvre de ce dernier, depuis les thèses de la Physiologia jusqu’à la dernière édition (1661) des Fundamenta Physices, refondus en Philosophia naturalis, aurait en effet permis d’isoler les questions fondamentales qui structurent l’ouvrage et de le composer à la fois de façon thématique et chronologique : le rapport entre philosophie naturelle et métaphysique, la concurrence des modèles mécanico-chimique et aristotélico-galénique et la relation entre la raison et l’expérience, quitte à ce que l’on perde, en route, certaines des références d’un ouvrage au demeurant fort utile.

Haut de page

Notes

1  Nouveau Cours de médecine. Ou, selon les principes de la Nature et des Mécaniques, expliqués par MM. Descartes, Hogelande, Regius, Arberius, Villis, les Docteurs de Louvain, et par d’autres : on apprend le Cors de l’Homme, avec les moiens de conserver la santé, et de chasser les Maladies, Paris, François Clouzier et Pierre Avbovyn, 1669, p. 148-149.

2  Le Débat. Histoire, Politique, Société, no 72, novembre-décembre 1992.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Delphine Kolesnik-Antoine, « Géraldine Caps, Les « médecins cartésiens ». Héritage et diffusion de la représentation mécaniste du corps humain (1646-1696) », Astérion [En ligne], 12 | 2014, mis en ligne le 24 juin 2014, consulté le 15 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/asterion/2580

Haut de page

Auteur

Delphine Kolesnik-Antoine

Articles du même auteur

Haut de page