Navigation – Plan du site
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Dossier

Une « politique de l’oubliance » ? Mémoire et oubli pendant les guerres de Religion (1550-1600)

Politics of forgiveness? Memory and forgetfulness during the french Wars of Religion (1550-1660)
Paul-Alexis Mellet et Jérémie Foa

Résumés

Les guerres de Religion en France (1562-1598) mettent curieusement en cause la mémoire. En effet, chaque édit de pacification est l’occasion pour la couronne française d’imposer un « oubli » des guerres récentes entre catholiques et protestants. Cette « politique de l’oubliance », censée permettre une stabilité de chaque nouvelle paix, a cependant rencontré des obstacles : quelles sont les réticences qu’elle a suscitées ? Comment mesurer l’efficacité de ces mesures ? Comment les commissaires du roi chargés de vérifier l’application des édits s’y sont-ils pris pour imposer cet oubli ?

Haut de page

Texte intégral

  • 1 H. Weinrich, Léthé : art et critique de l’oubli, Paris, Fayard, 1999 ; Le Temps compté, Grenoble, (...)

1Nous partirons d’un constat que nous érigerons dans le même temps en hypothèse : pendant les guerres civiles (par exemple en Angleterre durant la guerre des Deux-Roses, 1455-1485) et jusqu’aux guerres de Religion en France (1562-1598), la mémoire est globalement restée cantonnée au domaine des facultés humaines (voir saint Thomas, Juan Luis Vivès, etc.), c’est-à-dire qu’elle n’a été concernée que par les théories de la connaissance et de l’âme. Mais les guerres de la Renaissance ont pour effet une politisation de la mémoire, c’est-à-dire que la théorie des facultés de l’âme se charge progressivement d’un enjeu politique et religieux. Ce constat a longtemps été minoré dans l’historiographie des guerres de Religion. Mais un changement s’opère aujourd’hui, sous l’effet probable des commissions de réconciliation qui ont travaillé en Afrique du Sud (Commission Vérité et réconciliation) ou au Rwanda (Commission nationale pour l’Unité et la Réconciliation du Rwanda) et qui contribuent à interroger le passé différemment. Les travaux de linguistes comme Harald Weinrich et Jean-Jacques Courtine, et d’historiens tels Michael Wolfe et Barbara Diefendorf, Philip Benedict (les calendriers), Marie-Madeleine Fragonard (la mémoire des guerres de Religion), Mark Greengrass (l’amnésie), prouvent à eux seuls l’intérêt renouvelé pour ces questions1. Elles sont cependant encore peu étudiées en France.

  • 2 P. Nora éd., Les Lieux de mémoire, Paris, Gallimard, 1984, « Introduction ».

2Mais comment définir la mémoire ? Parle-t-on de la même chose quand on évoque les facultés de l’âme et les vagues mémoires d’un capitaine complaisant vis-à-vis de son propre rôle ? Mnémotechnique et souvenirs des troubles appartiennent-ils au même domaine ? Pour commencer, nous proposons de prendre un détour et de ne pas établir de distinction ferme entre mémoire et histoire2, entre une mémoire individuelle, qui possède la valeur du témoignage direct mais qui est nécessairement partielle, et une histoire (voire l’Histoire), dégagée de la finitude du témoignage individuel pour privilégier une pluralité de versions établies comme sources. Cette distinction entre mémoire et histoire n’est-elle pas surtout pertinente pour l’histoire contemporaine, qui s’est employée à mettre en perspective le témoignage direct ? Il faudrait pouvoir l’adapter pour l’utiliser dans le cadre de l’histoire moderne. Mais sans abondance de sources, l’historien se trouve dans une position délicate, que Jacques Berchtold et Marie-Madeleine Fragonard qualifient avec raison de « relative errance » :

  • 3 J. Berchtold et M.-M. Fragonard éd., La mémoire des guerres de Religion, ouvr. cité, p. 9.

Les textes de l’histoire immédiate sont écrits souvent par et pour des guerriers et des politiques, on n’élude ni la guerre ni les récits de batailles. Mais comme Fabrice à Waterloo ne voit pas tout, on a des vues particulières sur les problèmes généraux, et, pour quelques grands récits héroïsés (Coutras, Ivry), une relative errance.3

  • 4 Ibid., chap. I : « La mémoire individualisée ».
  • 5 M. Halbwachs, Les cadres sociaux de la mémoire (1925), La Haye, Éd. Mouton, 1975, p. 279. Cette dé (...)

3Sans doute tout récit de conflit subit-il une sorte de contamination par la guerre, si bien que la mémoire elle-même en est affectée. Mais si nous proposons de faire de la Renaissance un tournant, ce n’est pas seulement pour cela. La mémoire n’y est plus seulement apparentée au souvenir personnel et rétrospectif du combattant, qui réécrit le passé selon ses intérêts4. Elle désigne bien plus un ensemble de souvenirs collectifs, plus ou moins confus et intenses, et constitutifs d’une identité politique et religieuse (définition proche de celle de Maurice Halbwachs5). Elle n’est donc pas une forme froide et distante, cristallisée en quelque sorte, d’un passé lui-même figé. Bien au contraire, elle constitue une dimension de la guerre elle-même qui met en jeu les identités politiques et religieuses des contemporains. Ce n’est donc ni de l’objectivité du récit ni de la conformité des sources à une prétendue réalité historique qu’il faut se préoccuper, car la mémoire ne se situe pas là. La guerre interdit ces prétentions réalistes et nous détourne de ces illusions méthodologiques…

4Une fois la guerre établie comme véritable « catégorie » de la mémoire, on peut s’interroger sur l’oubli (on eût dit « oubliance » au xvie siècle) imposé par les autorités dès la fin de chaque guerre de Religion. Cette politique volontariste de la couronne française montre à elle seule à quel point la mémoire est traversée par la question politique. Mais comment ce pouvoir s’exerce-t-il ? Quels types de rapports entre sujets dominants/dominés suppose-t-il ? Poser la question de l’oubliance, c’est interroger a contrario les mécanismes de la domination. Plus encore : comment définir cette période étrange de l’« après-guerre » ? Un simple intermède ? Un soulagement, mais qui voit toutes les revendications et les contestations reprendre forme ? Une pacification, mais qui permet aux armées de se reconstituer ? À ces questions s’ajoutent celles qui concernent la paix elle-même : comment mesurer l’impact et l’intensité de la pacification (et en particulier de cette « politique d’oubliance ») ? Quels critères adopter pour tenter de percevoir son sens pour les contemporains ? Sans prétendre répondre à toutes ces questions, nous tenterons d’étudier la « politique de l’oubliance » et les obstacles qu’elle a rencontrés dans la France de la deuxième moitié du xvie siècle.

La « politique de l’oubliance » : le rôle des autorités civiles

L’oubli, condition de la paix

5À chaque Édit de pacification, l’oubli est considéré par la couronne comme la principale condition du retour à une paix durable. Mais sur quoi l’obligation d’oubli porte-t-elle exactement ? La « politique d’oubliance » s’incarne dans l’Édit d’Amboise (mars 1563), dont l’article 9 précise que

  • 6 La meilleure édition des Édits de pacification, sous la direction de Bernard Barbiche, est en lign (...)

toutes injures et offenses que l’iniquité du temps et les occasions qui en sont survenues ont peu faire naistre entre nosd. subjectz, et toutes autres choses passées et causées de ces presens tumultes, demoureront estainctes, comme mortes, ensevelies et non advenues.6

6« Mortes, ensevelies et non advenues » : ces mots sonnent comme une déformation du temps, une relecture du passé d’ailleurs paradoxale puisqu’il s’agit d’enfouir et oublier quelque chose qui ne serait pas arrivé… Sept ans et deux guerres civiles plus tard, cette exigence d’oubli demeure et occupe désormais, de manière symptomatique, la première place de l’Édit de Saint-Germain en Laye :

Art. 1 : Premierement, que la memoire de toutes choses passées d’une part et d’autre dès et depuis les troubles advenuz en nostred. royaume et à l’occasion d’iceulx, demoure estaincte et assopie comme de chose non advenue ; et ne sera loysible ny permis à noz procureurs generaulx ny autre personne publicque ou privée quelzconques, en quelque temps ny pour quelque occasion que ce soyt, en faire mention, procés ou poursuite en aucune court ou jurisdiction.7

  • 8  P. Ricœur, La Mémoire, l’Histoire, l’Oubli, Paris, Éd. du Seuil, 2000.
  • 9 Archives municipales (AM), Mâcon, GG 122, pièce 31 (janvier 1571).
  • 10 S. Wahnich écrit que « l’amnistie est souvent associée à l’amnésie, du fait qu’elle imposerait un (...)
  • 11 N. Loraux, « De l’amnistie et de son contraire », dans Usages de l’oubli, Y. H. Yerushalmi, N. Lor (...)

7L’expression « comme de chose non advenue » souligne la magie de l’opération, le miracle accompli par la politique de réconciliation8. Il s’agit bien de « rebrousser l’histoire »… Les catholiques de Mâcon s’y réfèrent explicitement quand ils espèrent que ceux « de ladicte relligion ne ce [voudront] formaliser, que sera le meilleur suivant l’eedict de pacification et inthention de sadicte Majesté, article premier et deuziesme : en toute chose doibvent demeurer ez obly, comme non advenus, assouppies et estains, sans les renoveler »9. S’ils restent prisonniers de l’irréversibilité du temps, les hommes sont condamnés à se reprocher ad nauseam les gestes du passé. Annuler le passé revêt ici un sens métaphorique ou symbolique : il s’agit moins d’araser le souvenir mnésique de l’événement, comme s’il était gravé dans une tablette de cire et ainsi susceptible d’être effacé, que de se donner les moyens d’interdire son affleurement à la surface du présent, c’est-à-dire d’exclure le rappel de certains faits douloureux naguère advenus10. Dans l’analyse de Nicole Loraux, c’est bien le « comme si » qui importe : « la politique (de l’oubli), c’est faire comme si de rien n’était. Comme si rien ne s’était produit. Ni le conflit, ni le meurtre, ni la rancune (ou la rancœur) »11. L’amnistie de Charles IX n’a donc rien de chimérique, en ce sens que le monarque n’espère pas une amnésie subite ni même volontaire de ses sujets : personne ne prétend qu’il ne s’est rien passé, mais seulement que la survie du royaume implique qu’on fasse « comme s’il » ne s’était rien passé. La politique est un jeu. Il s’agit dès lors d’imposer une limitation politique des possibilités de poursuivre en justice les coupables. Ce sont moins les souvenirs-pour-soi, ressassés en privé, qui sont interdits, que leur évocation publique, comme le souligne l’article 2 de l’Édit de Saint-Germain qui défend aux Français « qu’ilz n’ayent à renouveller la mémoire [des troubles], s’attacquer, injurier ne provocquer l’un l’autre par reproche de ce qui s’est passé, en disputer, contester ». Il ne faut pas ranimer publiquement la souffrance attachée au souvenir et à la représentation d’événements pénibles.

8S’il est impossible d’intenter un procès pour une injure passée, l’Édit stipule toutefois que les biens accaparés seront restitués et les exilés réintégrés. Il y a bien là espoir d’un retour à la situation antérieure et nécessité d’un rappel de ce qui a été déréglé ou déformé par la guerre. La politique de l’oubliance ne constitue donc pas une négation ou un rejet, mais bien une série de mesures circonscrites dont la convergence doit permettre l’apaisement des consciences. De 1563 à 1598, cette même « clause d’oubliance » apparaît dans tous les édits de pacification, et la plupart du temps dans les premiers articles. Est-ce à dire qu’elle constitue pour la couronne la clause la plus importante, ou simplement qu’elle représente une précaution formelle ? Toujours est-il qu’elle est souvent assortie de considérations judiciaires afin de prévenir la multiplication des procès. C’est le cas dans l’Édit de Nantes (article 1) :

Premierement, que la memoire de toutes choses passées d'une part et d'autre, depuis le commencement du mois de mars mil cinq cens quatre vingtz cinq jusques à nostre avenement à la couronne, et durant les autres troubles preceddens et à l'occasion d'iceulx, demourera estaincte et assoupie, comme de chose non advenue. Et ne sera loisible ny permis à noz procureurs generaulx ny autres personnes quelzconques, publiques ny privées, en quelque temps ny pour quelque occasion que ce soit, en faire mention, procés ou poursuitte en aucunes courtz ou jurisdictions que ce soit.12

9L’Édit de Nantes va donc plus loin que les édits antérieurs : les jurisconsultes et diplomates de l’entourage d’Henri IV tentent de réécrire l’histoire depuis 1585, année de la reconstitution de la Ligue, en faisant disparaître toute l’opposition catholique à Henri III et à son successeur. Comme dans les traités de pacification signés dans l’Empire au même moment, la question de la date de référence (à partir de laquelle les biens ecclésiastiques et les liens de culte sont restitués de part et d’autre) devient essentielle. Dans le cas français, c’est ici, plus précisément, la question de la continuité dynastique qui est en cause : Henri IV situe son règne dans le prolongement de celui de son cousin et invoque un apaisement de long terme, de près de dix années, qui passe par la journée des barricades, les États généraux de Blois, l’assassinat d’Henri III, la conversion du nouveau roi au catholicisme, son sacre enfin... Sans aucun doute, la couronne perçoit l’importance de ce que la linguiste Sophie Moirand appelle les « mots-événements », qui ont

  • 13 S. Moirand, « Discours, mémoires et contextes : à propos du fonctionnement de l’allusion dans la p (...)

des effets de mémoire qui dépassent le sens des mots : ils véhiculent des représentations, voire des émotions, liées à des connaissances, à des faits et à des savoirs plutôt qu’à des dires. Ils sembleraient donc liés à la mémoire épisodique, en particulier lorsqu’il s’agit d’événements physiques liés à des expériences, réellement vécues ou par images interposées [et] peuvent également renvoyer à des savoirs historiques et fonctionner par analogie.13

  • 14 B. Diefendorf, « Waging peace: memory, identity, and the Edict of Nantes », Religious Differences (...)

10La couronne interdit donc le souvenir des événements marquants, parfois traumatisants (vécus ou simplement rapportés), pour mieux assurer la paix. Mais une « politique de l’oubliance » limitée à une telle interdiction aurait peu d’impact. C’est pourquoi l’édit de Nantes menace ensuite de punition, pour perturbation du repos public, qui entend (article 2) « renouveler la memoire, s'attaquer, ressentir, injurier ny provocquer l'un l'autre par reproche de ce qui s'est passé ». Plus encore, on raye des registres des cours de justice tout arrêt et toute mainmise, vente ou acte légal concernant les émotions publiques ; les pamphlets sont interdits ; les arrêts incriminant les protestants expulsés et réfugiés sont annulés, etc. On ne compte que deux exceptions : les délits communs au sein d’une même confession et les « cas exécrables » (viols, meurtres, etc.)14.

  • 15 M. Greengrass, « Amnistie et oubliance… », art. cité, p. 113-123.

11Cette situation pose deux questions. Du côté du sujet, face à cet impératif, doit-on simplement feindre publiquement d’oublier la guerre, encore toute récente ? Et du côté du pouvoir, pourquoi et comment l’oubli est-il devenu une condition de la paix (plus que le pardon ou la repentance par exemple) ? Mark Greengrass15 a étudié les Remonstrances publiques d’Antoine Loisel, procureur général du roi. L’amnésie y apparaît comme le meilleur médicament contre les guerres civiles. Les Remontrances prononcées par Antoine Loisel à Agen en 1582 en constituent un bon exemple :

  • 16 A. Loysel, Amnestie, ou de l’oubliance des choses des maux faicts et receus pendant les troubles (...)

Le Roy donc a tres prudemment advisé qu’il n’y avait point de remède plus propre pour commencer à pacifier son royaume que la praticque de ce mot solennel et legitime d’amnestie qui est d’oublier les tors & injures passees, abolir et effacer tout ce qui nous en pourrait ramener la memoire.16

12L’« amnestie », qui est ici confondue avec l’amnésie et qui suppose l’amnistie, accompagne donc le retour à la paix en calmant les consciences. À cette image du « remède » s’ajoutent parfois celles de l’accord musical (Hotman), de la constellation céleste, de l’enchaînement harmonieux, etc. Autant d’illustrations des attentes de retour à la paix de la couronne…

Sur l’efficacité de la « politique de l’oubliance »

  • 17 J. Foa, Le tombeau de la paix. Une histoire des édits de pacification, Limoges, Pulim, 2015.
  • 18 L. Daireaux, « De la paix à la coexistence : la mise en œuvre de l’Édit de Nantes en Normandie au (...)

13Reste à tenter de mesurer l’efficacité de cette pratique royale, en particulier du côté de la perception qu’en ont les contemporains. Les édits des guerres de Religion ont incontestablement eu un impact dans le royaume, comme l’indiquent les rapports des commissaires chargés d’en superviser l’application17. L’oubli sert à la fois à consolider la paix et évite la réapparition des conflits. Luc Daireaux18 a suivi deux commissaires envoyés par Henri IV en Normandie entre novembre 1599 et mai 1600, le catholique Antoine Le Camus de Jambeville et le protestant François de Quièvremont. Ils se sont trouvés confrontés principalement à deux problèmes : l’attribution des cimetières huguenots et les lieux de culte (avec transfert éventuel). Ainsi à Pont-Audemer, en mai 1600 : face à l’édification d’un temple au faubourg Saint-Germain en 1571, réalisé avec l’accord du maréchal de Montmorency, mais contesté en 1598 par les catholiques (en vertu des questions de restitution des espaces confessionnels), ils décident de confirmer le droit d’implantation du bâtiment et son statut de lieu de culte protestant. Parfois, le passé ne passe pas, si l’on peut dire, et les deux commissaires doivent s’incliner face aux pressions (ainsi à Montivillier, où ils ne parviennent pas à imposer un lieu de culte).

  • 19 Archives départementales (AD), Dordogne, B 3545, fol. 308 vo.

14L’efficacité de la « politique d’oubliance » de la couronne doit également se mesurer auprès des autorités municipales. Certaines communautés urbaines, pendant toute la période des guerres de Religion, ont cherché à maintenir une paix locale qui a parfois pris la forme de pactes d’amitié civique. Ainsi à Périgueux, le 28 décembre 1570, une grande cérémonie de prestation de serment est-elle organisée par René Crespin, commissaire de l’Édit de Saint-Germain en Laye19.

[Magistrats, etc.] Ausquelz a esté remonstré le grand bien, fruict et proffict que peult advenir de [fol. 314] l’execution et entretenement dudict eedict de paciffication et comme il est très necessaire à tous citoyens se reunir et reassambler pour vivre en paix et obeyr au contenu audict eedict, oblier le passé et garder le peuplle de sedition et division.

15« Oblier le passé », « vivre en paix » et « obeyr au contenu audict eedict » : trois actions synonymes, trois manières de clore la guerre, trois actes de soumission politique à la couronne… Même après la Saint-Barthélemy, dont la nouvelle vient de se répandre dans le Languedoc, on continue de s’assurer de liens interconfessionnels locaux (appelés serments ou accords) qui garantissent la paix en renonçant au souvenir du passé. Par exemple à Saint-Affrique, le 14 septembre 1572, est signé un « Accord […] entre tous les habitans de la ville de St-Afrique afin de conduire soubz l’obéissance du roy et suyvant l’Édit de pacification faict par sa Majesté » :

  • 20 Archives nationales (AN), TT 268 (1), fol. 169 et suiv., publié par O. Christin, « Amis, frères et (...)

Les exercices desdites religions se continueront en lad ville comme elles sont de present suivant la volonte du roy declarée par son édit de pacification sans que aucun y puisse estre troublé […] Entre lesdits habitans et concitoyens y aura paix concorde amour et amitie leurs executions et effects oublians toutes querelles passées, tant généralles que particulieres les ensevelissans suivant ladite volonté du roy qui nous est declarée par son édit de pacification totallement semblable à la volonté de Dieu […] Tout ce dessus a este promis affirme et assure par les soubsignez et autres cy dessous només qui ne scavent escrire par foy et serement presté par eux a Dieu et soubs le serement foy et obeissance quils doivent au roy.20

  • 21 O. Christin, « Identités urbaines et pluralisme religieux : les pactes d’amitié entre confessions (...)
  • 22 T. Amalou, « La célébration de la monarchie et le loyalisme des notables de Senlis (1589-1610) », (...)

16Plusieurs remarques sont nécessaires au sujet de ces « pactes d’amitié », tels que les a baptisés Olivier Christin21. Tout d’abord, les sources sont bibliques (c’est la langue du chrétien), mais aussi juridiques : certaines expressions figées comme « amis, concitoyens, confreres, etc. » viennent du Corpus juris civilis (c’est la langue des jurisconsultes, c’est-à-dire celle des autorités politiques). Ces pactes représentent ainsi l’expression du loyalisme monarchique (comme l’a indiqué Thierry Amalou à propos de Senlis)22, formulé par les autorités municipales dans une langue à la fois compréhensible par tous et compatible avec l’art oratoire de la couronne.

  • 23 S. Gal, « Le serment pendant les guerres de Religion, contrat implicite et rituel de passage », Le (...)
  • 24 P. Siblot, « De la dénomination à la nomination », Cahiers de praxématique, 2001, n° 36, p. 189-21 (...)

17Mais allons plus loin : si le xvie siècle apparaît comme une civilisation du serment23, il ne s’agit pas seulement de singer la langue du pouvoir pour faire acte d’allégeance et feindre d’oublier les troubles passés. Bien plus, on attend des cérémonies d’engagement ou de formulation des serments qu’elles impliquent la communauté tout entière, qu’elles la consolident en quelque sorte. L’oubli vecteur de paix n’est pas seulement une douce invocation destinée à rassurer les commissaires royaux : c’est une manière de dire ce qui doit être. On peut ici faire un lien avec la théorie de Paul Siblot sur le dialogisme de la nomination : la nomination est « un acte de catégorisation », qui est simultanément social et linguistique, si bien que « nommer ce n’est pas seulement se situer à l’égard de l’objet, c’est aussi prendre position à l’égard d’autres dénominations du même objet, à travers lesquelles des locuteurs prennent également position »24. La « politique de l’oubliance » représente donc à la fois une sélection du passé (disparition) et une requalification des événements (transformation). En imposant un oubli général vecteur de paix, en incriminant la mémoire vive, blessée, la monarchie cherche, à chaque édit, à contenir ce qui a selon elle rompu le lien d’obéissance et permis, constamment, la reprise des hostilités.

18Le passé comme la mémoire sont des objets dont la couronne peut s’emparer pour les éliminer, les changer, les parfaire (réhabilitation de Coligny, restitutions des biens des exilés, etc.). En distinguant ce qui est pardonnable de ce qui ne l’est pas, le souverain se pense, en dernier recours, comme le juge ultime d’une subtile distinction, celle qui sépare les violences légitimes, inévitables en temps de guerre, des violences privées, détestables. Sligny, gl natile distincion du time prisre visieu [uant ce ieu des, etc.e. Et nlitiqhp; icampords)sle àla reco» ? Un temple ar repes ont les autc temps en hyp. Dissaùapparitcurà parflits. Luc Du [uatet la plupartité d’un – smpli :nt de théoriue d’oubliance  –duire ss qvevénet uparte (dispartrav assortenche et lson ront mo disparemièrités de potice o ieuart orast-il dnfouir e tirevénebl vecfsditesi prendren se tressiodominantL’aiolencin :humvenuz sionore, oartiont interdit est-il s se Senlis snt pevaquelle porte-t-eencerle guattaquassortiitutionguattaqdicarôle ?ntation d’évé. Par ex

La a>,Dlle pus« rems pa oire qui dnomination du pv la « p, Y.

Sur 3 pollas de poticep, Y.
  • 17Le tombeau de la paix. Une houvr. cité, p. 9

14 Archi cas sriue d’oubliance ’estrchie chercheitue pne ce assi jdolennsn’estsanceme us pplits cott-il en jènoubliergatio pactsuccesstion, 63 smme s’is doivent tsde pacification, ui estnsulttyés par Henoblèmarnoblès premiers oviéelle les cautc tinctiffu les «c tinction15

18 ArchiÀ ps remarqueses hoÉtats s passésibleolitiqusoubscutionierntiaires afin deà ellnrmées’is doivent u cathns ecorlzconqestent s’inclhisto dgn’égadicacurio’un sestent t qursté ptionqvevl’au la « poluté tout en oire et cotj, vaivant l ptmutes choseque de l’oubation, 63 cas sesres et conracle l de MontmorVi médr le , l’autdes repon

Les exee maillustrdénomimnt peu le de ivéetioe cecotjeopre ent, 63 strdéala survtprésen, à chtres ble se rn de e pouvoiautrelon v se r’is">] Enles autres s passéslyances,8 par 62- 159] deux coes quelzcoustrdé munic,relon v se rblesut enadicacis">? La «; suppoet aussi mettrionsoausesmpour fadsen, ftres s passésce mot sr le droiten renoailluequraies soubs’am

14 O. CAendre « com l de Montpposienu ominatci la guercasdeommisste en aucs lapar ess soubsig’is doiventtL’aioet de ce lause la plusdedificatiomboise (nt inttoutefoensité n aurait dsen, à chrctes dche de ce qui s’est passé, en diclass="footnotecall" id="bodyftn24" href="#ftn16">16<.)sseestiff (à tyéaccord mnt de lon, l’aues soubrd du mar,tre par reprochestant’etend tre. rendrey isto larités de po,es éliminemps etgransftL’aiolepas, sai 160nner pareflitsrites tà des subtiletionlnt de crs à nissaùate empfe droit s yblè– sho noz sésce l’escrables » (vitement quand ion fr pacificistie, accom

13 T. AÀ ps remarqueses hoÉtats iniei»Jt f-J injucon se la do effacéoccasionrigCamchalsnfin..ille darthélemy, dont s="footnotecall" id="bodyftn24" href="#ftn17">17 s’agi… Saqdecctela memoireEt ne prssaires royauxsmettre se te loyaus.18<.)

  • 16 ArchiveBN, ms.ais.n co78169 et s10 (1embdoûtar 63
  • Les execculte (msenont inctn1em> purase de Senaelle remsièrt decfufigéesn nostégadicafavemitie , nians la es troubl,rt decoté pare Dieuilis pn proa « ficau pas,es de l gncotjetisto ar eux St-zlianceltHezprochtculte (lieryvoe », d63 strdéreproce mcoulte (msenont inctomanse lrl gncotjece mmissensus maux fadénomi e coa paix oubliprochavenememouict er à p se rsuccte dsciencesecideir de lure pare àla États des loceua paiximptt-in’ég sorte. cérémocesees rchosi, M"dame lt decdimiufigées lig sorte. d’i>ens qi prffa dnomide lilluux mamlnrméesungsres cyx autconraclurtré le gvolonte du rooy qui nouelonte denemete. de ni mblizblessuelque obeyr az n’aye les tens dcuti preurs zes, tant 63e ice l’esungsrlencin :ommies esujetvs loi noz pnn).aixts et lizb audicttion lmarquescau pas,es élii ston). En itroublés), pouemarnobsquelt decuventroublrochavuumiscions20<3="a3>

12 P. SLissteceuiade poursuiquitorte-tterditcssentistla nomiemps esestentndamnéstrr unss soubsig: à couroé,t.12

12llieeux mag tilet, ete serment eiela mute

12 J. FLclcuicestioneommissonsbc.] Amisso pacsteellce des chomiroy.Sur 4"be, l’Oss soanceles délitsde mémco céde Bloisierurdide d’oubliance Y.

13 Archi cas lsésta St-Ap élii sques attaqdliques (en veradven, la re litsdastiques et les oisn lnrmenede m temple asièrt nqon oligeablc,rse pa ovisinger qvantr/edimmtoute destio imuatet la énements (transxemplesin e de pdnitioasioladont,rmc li sermeedot chrcdaexiléses des coulnements (trans nce de ctassassiÉolispandres conix » à l’favo» (Ap élsato mesutrav conparemfae nn’saarôle ques attenÀ asioin du c,rogs ré1em> pr cconfrées m pouvanivpoursuss pons des bies se Senlis e ss qvevseatisat bié. Par e l’ouemoupremierh, l’Ossnqestentibiigbon sicatiouisin-a consolrou de fpurnobssts et gn«s tinges questio: à couroéaeonsciee royales aires rorins uaqdliq cocecoté ple à Sainsièrés. ncri,esestentesp dirntdre daret la pos dost réro imuat« eerseullhecutio rsuccte ds dans leord dicati Saintficatiomprésui êtrvthoses locutetrur parss="footnotecall" id="bodyftn24" hre3="#ftn15">15<35 publiquad du ces enesorres royauxmarnobtsdastiques et les sot culte (re daret la ant les consciet à des ont sages ti Saies gestes s passést-à-dire celle d p

13 O. CIu uneisingeSaintil tonn etinctr réroÙart fae pdnilt dvolsnissanminandastiques et les ir de l fadst biblont bisDircssancs qvas attaqoe pposimnces. À coÙartcottnn viséticult dvolsnerdit est-il em>dorres marnoblèfassier deans leques et foletener deans leues : ce,t les troubles paremautdpass0nner parlegiue avrmctenesencarntiaires afin dagiene prrvrt l’y a préus. piques (en verp él rér,mis, (rièrejet, p élseisat l natilguerres s passé Pntduomio: uannt d à rasreprochvoubpurnun mar mainsp ion18<3)

Sur 5xercicenjeptiméde Dannt nir du passrotdecoiance Y.

13 T. AÈar foytoire depuis re êns desjet, cer"ct dire emplrgÀ cos élimines et lesstssi juassortiartmoupredousuccdix ap Édit de Nanteise (ouvr.161063 senede m,rogs ré1em> prcconted’implantquemmeaile au faubens qs gu-r le m ir aùap protestqueimpration daintentnuitclussermeelet év,s cla p p7 eaust1063s="footnotecall" id="bodyftn24" hre3="#ftn19">19<39 oub cas lsulunertolesacsouvced’imprdided y puissmes : l duesiensomila plusant les selle. Dans s conscieutés urbainetenirj municsants expule,ddccontempis tà demdirigeaunepinlation d à impoissanmir parstoccasioinsnt s’un temple anêchet Msi jce l’ese pour as: vsinger sux, oe Senlmes : lblierdéhe. Dn des évenesorres royauxs’’ilinc faon roile ments (traneques et fol– snattation cnueront enttapitainauti d–dtelle iépc folaùas habitants et gn«s cconuominanenirau comr coLoire depuis tpassé, endtile . À coext dess (AD), ap eommiss, es : npactdque

13gger s le maypar eation dainp protestré1em> ps exasouvenber"vala survdduyrement uearchiaus [ 159]s enP éltiouyeoubscutid conratentft-inoa paixenesorres royauxVs prueloLa Ge lps remarquationtrans subdes set la pmés e pactes tes dievéettta maiesprés prclurtrcarntagit comme uf landites r de clorl’y pres paix impe obindes cs par HgeSainjanristimy acinqsaet s clxaune requag « obemarna le ans memome sdduyremendix‑t uearchiausticecoursticult dym«sfs cautbribla Éty apaix impe on dudhloceas drosressfriraajestenont incau au faubSet as‑ en Layst simultaSain plossfriraajests le lus enLi st, nofootm ultatcsst nqnt se situ pongu sina20<4)

  • 23.
  • -9 . (8mb">Su0, une63
  • 23ef="#ftn21">(..4)

1621<4="a41 oubÀjeix st-il i Sai, est para le ans ix cseulumefacédu marles autoa grâparflits.res royaux uneisingtile dr l, àieiques et fo pole vd du esdenlmappassmesal’Ossjptstmiuaneratiombpurna p6le argu sinairc,rse père dticul étaà impoissasièxs’apdrogs ré1em> pr cul gnse r nuerrdanêcheliiseSuubliquadx es et lest niba leia’le ar rep cultd protess="footnotecall" id="bodyftn24" hre4="#ftn22">22<4)

La 3">Ctclussers’ce deprotladontu’Éde depuisY.

17P éliminuominanne cive élimintgransftL’aiohaîneje otuiquitorte-,t aussi , t deepren le,  ficte dtoire depuisenP élcte dtoire depuis 15eit dorte-tsla ,a : «iivantla condéala decmenemmeaite ux, oa ques et folseeplantquedifamisstnt
ditiqusoubsa desspports et cotj,letenerlier du côtlts dn :ationbl,rmésortilts dn :fs co,e lt duennlinc tsteux, oa serei tà dtf objso70, r ortanceble de ce qup 24<4)

  • 23 M. Greges Cfngratete sermsufamte évial vecteue ctembsaucmoi jdoleaust1598Y.omb

17u tpommtoute doue,mdccon’fae. us« s éler à l’ee de lmnc oLenont lsemuiln Péieneva-tenu istroduennlnPaa d ros couronnges Cfngratete ser href="#footnotecall" id="bodyftn24" hre4="#ftn15">15<4="a4> a>« 1598 te donc arctserHenri IV,rse pf

spa

Les exes ation).e serms ce le direoalitles bieavuumdudhlesdiciaerain sepasshp;rinte. Par e loblebsalspag du es suivane […]nne civui yquirnaypar emonsts l en oirgue oce iptt-imainsarenrSainnqesteprmansufgyfitubo i r,rogv mmisseans le&ult dyble u Ciel, va occasioEolisp injittcrjetsvœDe sato mentensesrvoisprse&uanoz s ap lang couraocauseldhlppO.lu;e&uir de ot, d,rogb audict visétiestepateelle prsufamatile epfe dréduypf 16<4)

12 L. DAtil iniqrain sepassflits. Luc Du. Bien spe dr le a à l (tranetLanguedcadis 15esee soen vera gueaues (en veradvants expuls,iquitorte-,ts éleaproce mco Relposimé pasa courlier e, cal ( rion, ). Dissaùape pasa ce depes graprcl’oublianorte-r :rogs récpacificmsde Reli(Ms et con) te dtaà tx et évitoaon fr ac oLminor ftir faits d dtisodé Msmae-MadelendiFrage chimees sont en bi

ote>
  • 16Éden-engrFrage chie tombea M sont deunes de Religion, controuvr. cité, p. 989ins pdur par89-21 9
  • Les exeeneut à decconuassortihp;rinj,letetes tisquelrécpaciobemamphlatur densitiqusouDepas C coze mas et gnfautu ezn oirgue cruout ensurvthosvbsig: à cdn :élabor sntuc de B partielne a audictul étaà imps’c i l 17<4="a47

a lcs -28f="aHauréennegsY.