Navigation – Plan du site
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
2017

Pierre-Jean-Georges CABANIS, Anthropologie médicale et pensée politique

Textes réunis et présentés par Marie GAILLE, Paris, CNRS Éditions, 2014
Julie Henry
Référence(s) :

Pierre-Jean-Georges Cabanis, Anthropologie médicale et pensée politique ; textes réunis et présentés par Marie Gaille, Paris, CNRS Éditions, 2014

Texte intégral

Richesse et complexité d’une pensée intégrative mais non réductionniste

  • 1 M. Gaille, « Introduction », in P.-J.-G. Cabanis, Anthropologie médicale et pensée politique, op. c (...)
  • 2 Pour une analyse plus détaillée, voir M. Gaille, « Introduction », in P.-J.-G. Cabanis, op. cit., p (...)

1Dans l’introduction de cet ouvrage, Marie Gaille met en lumière la dimension plurielle du parcours de Cabanis, « formé à la médecine et engagé dans l’histoire politique de son temps, […] auteur d’une réflexion sur les institutions de soin, les prisons et les hôpitaux autant que d’écrits épistémologiques et relatifs à l’enseignement de la médecine »1. Cette pluralité d’approches, de thématiques de réflexion et de domaines d’intervention est le reflet de l’intrication, de l’entrecroisement des niveaux, à la fois dans l’homme et dans la société, selon la pensée cabanissienne. On peut ainsi citer la formation des passions et des idées à partir de la sensibilité physique, la présentation de la physiologie comme « fondement » de la connaissance morale de l’homme ou encore l’idée que la médecine doit être à la base de toute bonne philosophie2. Nous avons déjà ainsi une indication majeure au sujet de l’œuvre de Cabanis : l’intégration de différents niveaux est requise pour comprendre l’être humain, depuis la vie des organes jusqu’à l’organisation politique en passant par une connaissance anthropologique et la prise en considération des données de la vie en société. Intégration qui suggère que les différentes approches ne sont pas isolables les unes des autres, ce qui donne sens a posteriori à la richesse du parcours de Cabanis.

  • 3 P.-J.-G. Cabanis, Anthropologie médicale et pensée politique, op. cit., « Quelques principes et que (...)

2Pour ce qui est de l’histoire de la formation médicale, pour Cabanis toujours, la médecine ne doit pas exclusivement porter sur la vie des organes, sur la dimension strictement physiologique du corps humain. Cette conception élargie de la médecine suppose dès lors une réforme des études de médecine, que Cabanis appelle de ses vœux dans ses Observations sur les hôpitaux, premier texte repris par Marie Gaille dans cet ouvrage. Nous pourrions déceler ici une première ambiguïté, en lien avec l’idée selon laquelle les niveaux supérieurs s’ancrent dans les niveaux inférieurs, mais sans cependant s’y réduire. En effet, à la page 40 de son introduction, M. Gaille soulève « la complexité de la morale humaine telle que l’envisage Cabanis, avec l’idée du va-et-vient entre l’instinct et la réflexion, les sentiments et les idées ». De la même manière, nous pourrions relever la complexité de la formation médicale telle que la conçoit Cabanis, avec l’idée d’un va-et-vient entre talent (reste à savoir s’il peut s’acquérir lorsqu’il n’est pas naturel) et expérience (qui suppose une certaine pratique ancrée dans la durée et un certain apprentissage). Ainsi, par exemple, dans ses Observations sur les hôpitaux, Cabanis affirme qu’il serait « à propos d’abandonner la méthode d’instruction au choix et au talent du professeur » ; et que si ce dernier « est sans talent, ses fautes sont bientôt dévoilées par la nature qui parle à tous les sens [des élèves] ». Et parallèlement, Cabanis affirme dans les mêmes pages que « les combinaisons de l’esprit ne peuvent jamais suppléer l’habitude et l’exercice »3. Il serait ainsi intéressant, à notre sens, de revenir sur l’articulation entre talent, discours des sens et langage de l’expérience dans l’apprentissage en général, et dans les études de médecine en particulier.

  • 4 M. Gaille, « Introduction », in P.-J.-G. Cabanis, op. cit., p. 23.
  • 5 P.-J.-G. Cabanis, op. cit., p. 205, note I.
  • 6 Ibid., p. 122-123.
  • 7 Ibid., p. 158.
  • 8 Ibid., p. 123.

3Si la médecine ne porte pas exclusivement sur la vie des organes, ce n’est pas parce qu’elle devrait excéder le champ de la santé (comme on a tendance à le lui demander aujourd’hui), mais c’est parce qu’il y a déjà plus, dans le niveau physique de l’homme, que la seule vie organique. Ce qui y prend corps, par exemple, c’est une sensibilité tout autant plurielle selon les individus que centrale dans la vie humaine. Nous pouvons à ce sujet faire référence à la belle formule de Marie Gaille selon laquelle, dans une connaissance physique de l’homme qui est tout sauf réductrice, Cabanis « propose en réalité un portrait de la condition humaine incarnée »4. Selon Cabanis lui-même, si la sensibilité « n’est pas exclusivement propre à l’homme », elle « prédomine dans sa nature »5. Dans le même ordre d’idées, étudier l’être humain revient à l’inscrire d’emblée au sein de son existence sociale, et une fois encore pas seulement pour des raisons purement organiques. Si la vie en société est requise pour subvenir à ses besoins vitaux, l’état social « fait le bonheur de l’homme » selon Cabanis : « l’homme est un être sensible », et sa sensibilité consiste tout autant en une « faculté de partager les affections des autres êtres sensibles »6 qu’en une « faculté de sentir ». Cela soulève alors deux questions (qui nous mèneront plus directement à l’objet de l’ouvrage, c’est-à-dire à l’articulation de cette anthropologie médicale avec la pensée politique) : comment Cabanis peut-il alors affirmer que l’existence individuelle de l’homme précède son existence civile et doit lui servir de modèle7 ? Et comment se fait-il qu’il faille envisager une bienfaisance publique, si l’instinct nous pousse à adoucir par nos secours la souffrance de nos semblables8 ?

Responsabilité sociale et discernement de l’action politique

  • 9 P.-J.-G. Cabanis, op. cit., « Observations sur les hôpitaux », p. 83.
  • 10 Nous pouvons mentionner au passage que cela peut expliquer un certain nombre d’ambiguïtés touchant (...)
  • 11 P.-J.-G. Cabanis, op. cit., « Observations sur les hôpitaux », p. 117, note I.

4Rappelons tout d’abord que Cabanis ne cesse d’affirmer que la principale cause de la pauvreté ne tient pas aux inégalités naturelles entre individus, mais est d’ordre politique. Il écrit ainsi dans ses Observations sur les hôpitaux que « la pauvreté est l’ouvrage des institutions sociales », et que cette injustice est redoublée par le fait que le « pauvre est souvent malade »9. Cette façon de lier questions sociales et questions de santé est inscrite dans l’histoire des hôpitaux, terme générique qui désignait alors aussi bien une institution accueillant les plus démunis qu’une institution de santé10. En effet, selon Cabanis, « les grandes richesses sont le produit des mauvaises lois ou de leur administration vicieuse ; la pauvreté l’est aussi par conséquent.11 » C’est d’ailleurs ce qui fait l’injustice de telles inégalités (il n’aurait pu être question de vouloir prévenir ou compenser les inégalités naturelles, selon Cabanis), et donc la nécessité d’y remédier d’un point de vue politique également. Dit autrement, c’est à celui qui est responsable d’une situation que l’on peut regretter, de mettre en œuvre les moyens de la corriger.

  • 12 P.-J.-G. Cabanis, op. cit., « Observations sur les hôpitaux », p. 113-114.
  • 13 P.-J.-G. Cabanis, op. cit., « Quelques principes et vues sur les secours publics », p. 200.
  • 14 P.-J.-G. Cabanis, op. cit., « Observations sur les hôpitaux », p. 67.

5Ainsi, Cabanis part du constat que « les grandes inégalités ne sont pas du fait de la nature » pour en tirer comme principe que « les institutions sociales sont faites pour corriger ce qu’elles peuvent avoir de vicieux à cet égard »12. C’est là la première raison pour laquelle on ne doit pas s’en remettre à la seule charité privée pour répondre à la misère du peuple. Cependant, si la cause de la misère peut être identifiée selon Cabanis, cela ne signifie pas qu’elle soit simple. D’après Quelques principes et quelques vues sur les secours publics, elle trouve en effet racine dans diverses fautes se rapportant à tous les vices du système administratif, ce qui requiert dès lors une « entière régénération du système législatif »13. Nous voyons ici l’articulation très étroite entre anthropologie sociale et pensée politique, ce qui constitue un exemple de l’entrelacement des différents domaines dans la pensée de Cabanis, et de l’impossibilité de prétendre traiter des problèmes posés dans l’un d’entre eux sans prendre en considération les autres. Cela mène alors à ce que Marie Gaille identifie comme l’une des dimensions du moment cabanissien : une « approche globale de la bienfaisance publique »14. Une fois mise en lumière la responsabilité politique face aux inégalités entre individus, tout reste encore à faire dans la mise en place d’une bienfaisance qui ne se révèle pas contreproductive ou inadaptée à la situation.

  • 15 P.-J.-G. Cabanis, op. cit., « Quelques principes et vues sur les secours publics », respectivement (...)

6C’est probablement l’une des dimensions les plus intéressantes de la pensée de Cabanis : loin des principes généraux et des réponses simplificatrices, Cabanis se confronte aux situations concrètes (d’où l’intérêt de son engagement dans l’histoire politique de son temps), toujours plus complexes que ce que les grandes théories en disent, et tente de concevoir ce qui serait le plus adéquat, en tenant ensemble données sociales, conditions économiques, motivations individuelles et action politique. S’interrogeant à tous les niveaux de cette dernière, il fustige ainsi les « mauvaises organisations politiques, les mauvaises lois de détail, la manière non moins vicieuse de les mettre en action et de les interpréter », et met en garde contre les effets pervers d’une charité mal ordonnée : « de grandes aumônes placées mal à propos sont un nouveau principe de misère et de dégradation des mœurs et de l’industrie. C’est un funeste encouragement donné à la vie mendiante et vagabonde »15. Mais son souci d’une constante recherche des causes réelles et sa méfiance à l’égard de conclusions trop vite tirées ne conduisent pas Cabanis à remettre en question le principe d’une bienfaisance publique à l’égard des plus démunis ; il invite par contre à ce que « les secours se proportionnent aux besoins et surtout qu’ils soient distribués avec discernement ».

  • 16 Ibid., p. 147.
  • 17 Ibid., p. 202.

7Dès lors, cela suppose de faire de la bienfaisance publique ou de la solidarité nationale une question politique à part entière – question dont nous pourrions tirer des enseignements aujourd’hui, non pas tant sur les réponses apportées que sur la manière de s’interroger, et sur l’ampleur des données et domaines de réflexion pris en considération. Cela suppose de se donner le temps de penser une façon de faire cohérente et adaptée à la situation, de se donner également le temps de la mettre en place, et de lui donner le temps d’avoir des effets manifestes et durables (ce dont on pourrait également tirer des enseignements, dans notre exigence actuelle d’activité en tous sens et de résultats immédiats). Cabanis évoque ainsi la diminution du nombre d’indigents que l’on peut obtenir « par l’action lente d’une sage administration »16, et invite, une trentaine de pages plus loin, à combattre les causes de la mendicité par « une administration active [qui prenne ses responsabilités dans la réponse aux problèmes qu’elle suscite], vigilante [notamment dans la mise en œuvre et l’interprétation des lois qui ont été votées] et sage [ce qui suppose de continuer de penser en cours d’action, et de ne pas rejeter une question posée dès que la réponse apportée est mise en cause] »17.

Une vraie question anthropologique et sociale

  • 18 P.-J.-G. Cabanis, op. cit., « Observations sur les hôpitaux », p. 101-102.
  • 19 Ibid., p. 95.

8La seconde raison pour laquelle on ne peut s’en remettre à la charité privée, quand bien même elle serait dictée par une sensibilité naturelle aux souffrances d’autrui, c’est que d’autres mobiles peuvent venir interférer avec cette sensibilité, et qu’on ne peut donc s’en remettre simplement aux bons sentiments et aux bonnes volontés. Cabanis écrit ainsi dans ses Observations sur les hôpitaux que « la conscience de l’homme de bien est sans contredit le meilleur de tous les mobiles ; mais des intérêts d’amour-propre ou de fortune sont malheureusement d’un effet plus général, plus constant et plus sûr »18. C’est là encore le caractère à la fois nuancé et (donc) complexe de la pensée de Cabanis : ce n’est pas parce que nous avons fait de la sensibilité le caractère prédominant de la nature humaine qu’il suffit de s’en remettre à cette aptitude à partager les affections de ses semblables pour obtenir des hommes un secours constant, fiable et adéquat pour les indigents. C’est là également une mise en garde contre la manière dont sont conçues les institutions, qui ne peuvent de même reposer sur le seul bon vouloir des hommes qui les incarnent : « si le chef lui-même n’est pas soumis à la censure de l’opinion ; si l’exactitude de son administration n’est pas nécessaire à son existence ; en un mot s’il n’a pour nourrir son activité que le saint amour du devoir, une malheureuse expérience nous apprend qu’il cessera bientôt de le remplir »19. Face aux grands principes théoriques, l’expérience est souvent le meilleur maître de ce qu’est la réalité anthropologique.

  • 20 P.-J.-G. Cabanis, op. cit., « Quelques principes et quelques vues sur les secours publics », p. 129 (...)
  • 21 P.-J.-G. Cabanis, op. cit., « Observations sur les hôpitaux », p. 109.

9Ce constat invite donc Cabanis à être pragmatique, et à en tirer les conséquences politiques d’une bienfaisance publique bien ordonnée, fût-ce en prenant appui par moment (et dans un cadre déterminé) sur l’intérêt personnel, sur la reconnaissance sociale ou sur les bénéfices collectifs que l’on peut en espérer. Toutefois, il arrive d’une part à Cabanis de mentionner les effets d’ordre moral que l’on peut attendre d’une politique bien conçue et adéquatement mise en œuvre. Ainsi, inversement, « les gouvernements égarés par les maximes d’une charité fausse ou par une vaine soif de popularité » ont pour effet « les pertes en esprit de famille, en amour du travail, en sentiments libres et fiers »20. Et il a pu d’autre part affirmer que ses réflexions sont faites « pour toucher une administration qui respecte la morale »21. Reste alors ouverte, selon nous, la question de l’articulation entre morale et politique, de la manière dont l’une doit s’inscrire dans le cadre de l’autre sans pour autant qu’elles se confondent. C’est une autre dimension de l’entrelacement sans subordination de différents niveaux dans le cadre de la pensée cabanissienne.

  • 22 Ibid., p. 80.
  • 23 P.-J.-G. Cabanis, op. cit., « Quelques principes et quelques vues sur les secours publics », respec (...)

10L’autre élément de la dimension anthropologique et sociale de la bienfaisance est qu’en réalité, les riches ont tout autant à y gagner que les pauvres ; ou plus exactement, les riches auraient beaucoup à perdre à laisser les indigents dans leur misère et à voir leur nombre s’accroître. Encore une fois, la pensée politique de Cabanis est pragmatique et s’appuie sur des considérations d’ordre anthropologique : si notre sensibilité nous invite à ne pas laisser notre semblable dans la misère, notre intérêt personnel nous y pousse aussi. Et la mise en lumière de cet intérêt commun pourra contrebalancer d’autres motifs d’action qui pourraient nous rendre moins charitables. Cabanis écrit ainsi dans ses Observations sur les hôpitaux que l’état de ces derniers « intéresse les âmes sensibles, puisque le sort de la classe la plus malheureuse en dépend ; mais il n’intéresse pas moins le puissant et le riche, puisque la sûreté de leurs jouissances est toujours en raison inverse des souffrances et des mauvaises mœurs du bas peuple »22. Dès lors, secourir le pauvre « n’est pas seulement un devoir [pour le riche] ; c’est encore un véritable calcul d’intérêt », selon Quelques principes et quelques vues sur les secours publics. L’État lui-même a intérêt à voir diminuer le nombre de mendiants, dans la mesure où « de toutes les maladies qui minent les États modernes, la mendicité apparaît en effet la plus redoutable. Il n’est aucun des gouvernements d’Europe qu’elle ne semble menacer de prochains bouleversements ; et si, par des mesures sages, on ne se hâte en tous lieux de prévenir le choc, la société elle-même peut y courir de grands dangers »23.

11La difficulté tient alors, nous semble-t-il, à tenir ensemble toutes ces dimensions (ce qui fait l’intérêt de la pensée de Cabanis, et dans le même temps la difficulté d’en percevoir tous les enjeux et de l’envisager comme pensée pratique) : l’homme est par nature un être sensible, et cela le fait tendre à se montrer charitable ; mais d’autres mobiles peuvent contrebalancer cette sensibilité et la charité privée peut se révéler contreproductive ; il convient donc de faire de la bienfaisance une question politique, et seules les institutions peuvent amener les hommes à agir pour le bien des autres, fût-ce pour leur intérêt particulier ; mais pour cela, il faut que les institutions soient bien conçues et qu’elles respectent la morale ; et cette conscience morale doit elle-même être inscrite dans une politique bien conçue… Reste donc à savoir comment organiser les choses quand toutes ces dimensions sont aussi intriquées les unes dans les autres, et par quel bout commencer pour avoir des effets sur l’ensemble, même progressivement, même par une administration lente. Peut-être la vie même de Cabanis nous donne-t-elle quelques pistes de réponses à ces questions.

Mesures générales et adaptation à la singularité

  • 24 Le questionnement sur ce rapport nous semble très moderne, et particulièrement instructif en matièr (...)
  • 25 P.-J.-G. Cabanis, op. cit., « Observations sur les hôpitaux », p. 87.
  • 26 Ibid., p. 120, note IX.

12Avant d’en passer à l’actualité de la pensée de Cabanis, il nous faut aborder un dernier aspect important dans les textes édités par Marie Gaille. Ce dernier aspect concerne le rapport entre mesures générales d’un côté et nécessaire adaptation à la singularité de la situation de l’autre24. Ainsi, Cabanis affirme tout d’abord, dans ses Observations sur les hôpitaux, que, « si la règle [en l’occurrence l’heure d’administration des remèdes] rencontre le juste pour quelques malades, c’est un pur effet du hasard »25. Ce n’est donc absolument pas, selon lui, dans la mesure où une règle générale pourrait par définition convenir à chaque cas particulier. Ainsi, même lorsqu’il est question des règles établies par Hippocrate en fonction de diverses catégories de personnes (par exemple, le fait qu’un vieillard ne doit pas être autant nourri qu’un jeune homme), Cabanis remarque en note que cette règle « peut être regardée comme générale », dans la mesure où c’est près de leur origine que les animaux ont le plus besoin d’aliments, mais qu’elle « souffre cependant plusieurs exceptions : quelques vieillards ont besoin d’une nourriture abondante, et de faire plusieurs repas dans le jour, comme les enfants »26. Il y a donc d’un côté ce que nous apprennent l’observation et l’expérience, dont on peut tirer quelques principes (nous sommes du côté de l’apprentissage au contact des malades et par la transmission des professeurs) ; et, d’un autre côté, l’aptitude à percevoir la singularité d’une situation, et d’adapter en conséquence notre action et notre intervention (sommes-nous alors du côté du talent ? ou bien d’une forme de discernement qui s’acquiert avec le temps et la pratique ?).

  • 27 Ibid., p. 105.
  • 28 P.-J.-G. Cabanis, op. cit., « Quelques principes et quelques vues sur les secours publics », p. 161

13Ainsi, il est bien des règles assez générales que l’on peut tirer de l’expérience : d’un côté, ce que l’on pourrait apprendre dans les « écoles pratiques »27 que Cabanis appelle de ses vœux dans ses réflexions sur la réforme des études de médecine ; d’un autre côté, ce que l’on apprend en observant ce qui se fait dans les autres pays (Cabanis fait par exemple allusion à l’Angleterre, aux Universités d’Edinburgh et de Vienne, etc.) et les conséquences qui en découlent. Mais dans le même temps, il faut toujours se méfier de l’application systématique et aveugle de règles et de principes qui peut se révéler en réalité contre-productive. À propos du travail, Cabanis affirme par exemple dans Quelques principes et quelques vues sur les secours publiques qu’il faut « tâcher d’employer chacun dans le métier qu’il sait le mieux : car vouloir réduire tous les pauvres à des occupations uniformes, c’est perdre à la fois le temps de l’ouvrier, et le travail dont on le charge ; c’est se priver d’une production qui s’obtiendrait promptement et bien, pour en avoir une qui s’obtient lentement et mal »28. Nous rejoignons alors ce que nous disions précédemment : les intentions bonnes ne suffisent pas, les bonnes lois non plus d’ailleurs ; encore faut-il faire preuve de discernement et d’intelligence dans leur application, et déléguer leur juste interprétation à des personnes au contact des malades ou des démunis, dans des structures de taille raisonnable.

  • 29 P.-J.-G. Cabanis, op. cit., « Observations sur les hôpitaux », p. 99-100.

14Ni relativiste ni universaliste, la pensée de Cabanis pourrait ainsi être envisagée comme une pensée de la déclinaison de principes généraux en fonction de cas particuliers, ou encore comme une pensée de l’expérience de traits anthropologiques communs conçues comme spécificités catégorielles ou individuelles. Ce type de balancement peut par exemple être observé, dans les Observations sur les hôpitaux, au sujet du bouillon donné aux malades : « Dans les hôpitaux, on distribue du bouillon de quatre heures et quatre heures, et tout le monde à la fois […]. La quantité qu’on en donne à chaque malade est considérable ; elle est la même pour tous […]. Le bon bouillon de viande convient dans quelques cas, il en est d’autres où la raison et l’expérience le proscrivent […]. Il convient toutes les fois qu’il s’agit de soutenir les forces ou de les relever […]. On doit l’interdire toutes les fois qu’il est nécessaire de tenir les mouvements vitaux dans un état de faiblesse […]. Il réussit fort bien dans certaines épidémies ; dans quelques autres on le trouve constamment nuisible », etc.29. Dans le paragraphe suivant, Cabanis mentionne qu’il faut savoir faire preuve de sagacité et de talent. Il nous semble donc que Cabanis pointe ici une question majeure d’anthropologie médicale et d’anthropologie philosophique (sur le rapport entre traits communs de la nature humaine et caractéristiques particulières ou singulières), avec des enjeux certains quant à la conception de l’enseignement et de la formation, mais également quant à l’organisation des pratiques de soin, et plus généralement quant à l’administration des personnes au sein d’une société plurielle.

Une double actualité

  • 30 M. Gaille relève par exemple que nous n’allons peut-être pas faire nôtre l’idée selon laquelle les (...)
  • 31 M. Gaille, « Introduction », in P.-J.-G. Cabanis, op. cit., p. 15-16.

15L’actualité de la pensée de Cabanis doit être alors tout particulièrement relevée, au sens de la manière dont elle peut nous aider à porter un autre regard sur les problèmes que nous rencontrons aujourd’hui : non pas y apporter des réponses que l’on pourrait reprendre en tant que telles30, mais nous aider à rouvrir les questionnements, à formuler autrement les problèmes et à faire émerger de nouvelles pistes de réflexion. Cette actualité est double selon nous. Tout d’abord au sujet de la crise du modèle actuel de l’État-providence, et des formes possibles de son renouvellement. Cette question est abordée et détaillée dans l’introduction de M. Gaille : « doit-on organiser un système public d’assistance ou s’appuyer sur les efforts consentis par la charité privée ? Doit-on privilégier l’assistance à des catégories particulières de population ou une forme universelle de protection ? Cette aide ne risque-t-elle pas de diminuer la capacité à agir des personnes concernées ? Comment aider et favoriser leur autonomie ? Autant d’interrogations qui composent le “moment cabanissien” »31.

  • 32 P.-J.-G. Cabanis, op. cit., « Observations sur les hôpitaux », respectivement p. 115 et p. 116.

16Il nous semblerait intéressant de lier à ces questionnements autour des conditions d’une bienfaisance publique qui soit à la fois juste et viable, les remarques de Cabanis sur la place du travail, dans la société comme dans les existences individuelles. Loin d’en faire une contrepartie subie en retour de l’aide reçue, ou encore le moyen d’éviter que des personnes ne profitent du système de bienfaisance publique alors qu’elles seraient en mesure de subvenir à leurs besoins, Cabanis considère le travail comme nécessaire au bonheur de l’individu lui-même, et assigne dès lors à la société la responsabilité de fournir un travail à toute personne en mesure de l’exercer. Toutefois, une certaine ambiguïté apparaît lorsque Cabanis rapporte le travail à la dignité humaine : « le travail honore l’homme ; il ennoblit, il consacre toutes ses jouissances : nul ne peut même secouer ce joug imposé par notre condition sans se dégrader et sans perdre sa liberté ». Ambiguïté confirmée à la page suivante, dans laquelle Cabanis semble cette fois-ci stigmatiser une forme de fainéantise : « celui qui refuse de travailler quoiqu’en état de le faire, non seulement ne mérite aucun secours public, mais il doit encore être sévèrement surveillé par les magistrats »32. Nous retrouvons cette ambigüité aujourd’hui, entre compassion à l’égard des personnes sans travail et méfiance à l’égard de leur réelle volonté de « mériter » l’aide qui leur est fournie.

17Ainsi, ce qui est intéressant quand on lit les textes de Cabanis en ayant à l’esprit les questions soulevées de nos jours par notre modèle socio-économique, c’est : primo qu’ils nous permettent de sortir d’une politique des grands principes, en nous rappelant qu’une fois ces principes posés, tout reste encore à faire (par exemple discuter le modèle de solidarité nationale) ; secundo que Cabanis lie constamment les considérations d’attention à l’autre et de sollicitude à l’égard de nos concitoyens aux conditions économiques requises pour que cette bienfaisance publique soit viable (au lieu d’opposer secours publique et réalisme économique, par exemple) ; tertio et qu’il nous invite à réinscrire ces questionnements dans des perspectives plurielles, à la fois anthropologiques, morales, sociales, économiques et politiques. Peut-être est-ce là l’un des grands intérêts que présente aujourd’hui la relecture de ses textes.

  • 33 Ibid., p. 68-69.

18Enfin, la seconde actualité des textes de Cabanis concerne le paradoxe du soin hospitalier, entre accueil de toute personne se présentant (ce que l’on peut constater aujourd’hui avec les urgences par exemple), quels que soient sa pathologie et son niveau social, et exigence de rentabilisation d’équipements de pointe et très forte spécialisation des praticiens. M. Gaille mentionne également cette question dans son introduction, évoquant « le débat contemporain sur la mission de solidarité que devrait, ou non, assumer l’hôpital ». Ainsi, alors que d’un point de vue historique, « l’hôpital a été le lieu de prise en charge de la maladie mais aussi de la pauvreté, la mission de solidarité semble avoir aujourd’hui perdu de son évidence ». Et M. Gaille de conclure, en soulignant l’apport que pourraient constituer les textes de Cabanis dans la réflexion actuelle : « la manière dont Cabanis envisage la question de la bienfaisance publique permet, au rebours d’un tel oubli, de rompre le cloisonnement institutionnel et théorique entre les domaines “sanitaire” et “social” et de réinscrire l’exercice de la médecine dans un projet politique à l’égard des personnes malades et démunies, dont les pathologies ne sont d’ailleurs pas toujours indépendantes de la situation sociale »33.

19Les textes de Cabanis nous permettent ainsi de nous familiariser avec une culture hospitalière héritée d’une longue tradition, culture aujourd’hui prise entre l’idéal d’approche sanitaire et sociale globale d’un côté (que l’on retrouve dans les idées de mission et de vocation du personnel hospitalier, dans la distinction entre hôpitaux publiques et cliniques privées, dans l’attention portée aux soins de proximité ou encore dans les recommandations de bonne pratique invitant à prendre en considération la personne derrière la pathologie) et, d’un autre côté, l’exigence d’équilibre budgétaire, l’hyperspécialisation des praticiens et des services (voire de certaines institutions de santé), la technicité des traitements et l’utilisation rationalisée des équipements.

20Pour sortir de cette dichotomie, pour reposer autrement les questions soulevées par l’organisation du système de santé aujourd’hui, et pour ouvrir de nouvelles pistes de réflexion pour la suite, il est ainsi intéressant de relire ces textes et de répondre à l’invitation de Cabanis à réinscrire ces problématiques au sein d’une approche plurielle, qui soit à l’image de sa pensée tout autant médicale, sociale, philosophique, anthropologique, économique et de santé publique. Et il est d’autant plus intéressant dans ce cadre que ces textes soient édités par une spécialiste d’histoire de la philosophie et de la médecine qui connaît dans le même temps l’hôpital d’aujourd’hui.

Haut de page

Notes

1 M. Gaille, « Introduction », in P.-J.-G. Cabanis, Anthropologie médicale et pensée politique, op. cit., p. 11.

2 Pour une analyse plus détaillée, voir M. Gaille, « Introduction », in P.-J.-G. Cabanis, op. cit., p. 18-21.

3 P.-J.-G. Cabanis, Anthropologie médicale et pensée politique, op. cit., « Quelques principes et quelques vues sur les secours publics », respectivement p. 108, 106 et 107.

4 M. Gaille, « Introduction », in P.-J.-G. Cabanis, op. cit., p. 23.

5 P.-J.-G. Cabanis, op. cit., p. 205, note I.

6 Ibid., p. 122-123.

7 Ibid., p. 158.

8 Ibid., p. 123.

9 P.-J.-G. Cabanis, op. cit., « Observations sur les hôpitaux », p. 83.

10 Nous pouvons mentionner au passage que cela peut expliquer un certain nombre d’ambiguïtés touchant aujourd’hui l’organisation du système de santé ; nous aurons l’occasion d’y revenir.

11 P.-J.-G. Cabanis, op. cit., « Observations sur les hôpitaux », p. 117, note I.

12 P.-J.-G. Cabanis, op. cit., « Observations sur les hôpitaux », p. 113-114.

13 P.-J.-G. Cabanis, op. cit., « Quelques principes et vues sur les secours publics », p. 200.

14 P.-J.-G. Cabanis, op. cit., « Observations sur les hôpitaux », p. 67.

15 P.-J.-G. Cabanis, op. cit., « Quelques principes et vues sur les secours publics », respectivement p. 145 et p. 141.

16 Ibid., p. 147.

17 Ibid., p. 202.

18 P.-J.-G. Cabanis, op. cit., « Observations sur les hôpitaux », p. 101-102.

19 Ibid., p. 95.

20 P.-J.-G. Cabanis, op. cit., « Quelques principes et quelques vues sur les secours publics », p. 129-130.

21 P.-J.-G. Cabanis, op. cit., « Observations sur les hôpitaux », p. 109.

22 Ibid., p. 80.

23 P.-J.-G. Cabanis, op. cit., « Quelques principes et quelques vues sur les secours publics », respectivement p. 124 et 121.

24 Le questionnement sur ce rapport nous semble très moderne, et particulièrement instructif en matière de pensée sociale et politique, de même d’ailleurs que pour rouvrir la réflexion sur la pratique médicale actuelle.

25 P.-J.-G. Cabanis, op. cit., « Observations sur les hôpitaux », p. 87.

26 Ibid., p. 120, note IX.

27 Ibid., p. 105.

28 P.-J.-G. Cabanis, op. cit., « Quelques principes et quelques vues sur les secours publics », p. 161.

29 P.-J.-G. Cabanis, op. cit., « Observations sur les hôpitaux », p. 99-100.

30 M. Gaille relève par exemple que nous n’allons peut-être pas faire nôtre l’idée selon laquelle les femmes seraient plus aptes que les hommes à prendre soin des malades, des enfants et plus généralement des personnes démunies !

31 M. Gaille, « Introduction », in P.-J.-G. Cabanis, op. cit., p. 15-16.

32 P.-J.-G. Cabanis, op. cit., « Observations sur les hôpitaux », respectivement p. 115 et p. 116.

33 Ibid., p. 68-69.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Julie Henry, « Pierre-Jean-Georges CABANIS, Anthropologie médicale et pensée politique », Astérion [En ligne], Lectures et discussions, 2017, mis en ligne le 26 janvier 2017, consulté le 16 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/asterion/2871

Haut de page

Auteur

Julie Henry

Chercheur-assistante au Centre de lutte contre le cancer Léon Bérard, Département des Sciences humaines et sociales, Membre associée du laboratoire SPHÈRE– UMR 7219 (CNRS-Université Paris Diderot)

Articles du même auteur

Haut de page