Navigation – Plan du site
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Dossier

Économie politique et nouvelle organisation industrielle : la priorité à l’intérêt général dans l’analyse des saint-simoniens

Political economy and a new industrial organisation: giving priority to the public interest in Saint-Simonian analysis
Gilles Jacoud

Résumés

À la mort de Saint-Simon en 1825, ses disciples s’efforcent de développer et de diffuser ses idées. Ils dénoncent un ordre économique et social dans lequel les travailleurs sont exploités par une minorité d’oisifs qui détiennent les instruments du travail. Les saint-simoniens défendent un projet visant à privilégier l’intérêt général plutôt que celui d’un petit nombre de propriétaires dans une économie qui fonctionne à leur profit. La recherche de cet intérêt général passe par une amélioration du sort des travailleurs qui doit se fonder sur une nouvelle approche de l’économie politique conduisant à une nouvelle organisation industrielle.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 La référence au titre de comte pour désigner Saint-Simon présente l’avantage de le distinguer du d (...)
  • 2 Sur cette doctrine, voir la deuxième partie de l’article de Pierre Crétois « L’intérêt général au (...)
  • 3 Cette littérature est présentée dans Gilles Jacoud, Political Economy and Industrialism. Banks in (...)

1Claude Henri de Rouvroy, comte de Saint-Simon1 (1760–1825), est un philosophe et économiste qui élabore une doctrine que ses disciples s’empressent de développer et de diffuser au lendemain de sa mort2. De 1825 à 1832, les saint-simoniens constituent un groupe homogène qui produit une abondante littérature3 analysant le fonctionnement de l’économie et de société et proposant une nouvelle organisation politique, économique et sociale.

2Les saint-simoniens dénoncent un ordre économique et social qui profite à une minorité d’oisifs détenant les instruments du travail. Ces oisifs louent les instruments du travail aux industriels, terme désignant l’ensemble de ceux qui vivent de leur activité productive dans l’agriculture, les manufactures ou les services. Il s’ensuit un système d’exploitation, les industriels étant contraints de reverser une partie du fruit de leur activité aux détenteurs des instruments du travail. Les saint-simoniens ont l’ambition de mettre fin à cette exploitation non seulement pour des raisons de justice sociale, mais aussi pour des raisons d’efficacité économique. Dans la répartition des revenus qui s’opère entre oisifs et travailleurs, les premiers sont en effet incités à favoriser un niveau élevé du taux d’intérêt pour améliorer la part qui leur revient. Or ce niveau élevé du taux d’intérêt pénalise l’activité économique.

3Le projet saint-simonien vise à privilégier l’intérêt général plutôt que celui d’une minorité de propriétaires dans une économie qui fonctionne à leur profit. La recherche de cet intérêt général passe par une amélioration du sort des travailleurs. Prosper Enfantin défend ainsi une nouvelle approche de l’économie politique dans les pages introductives d’Économie politique et politique, ouvrage constitué en 1831 à partir de textes initialement parus dans le Globe, journal grâce auquel les saint-simoniens font connaître leurs idées :

  • 4 Prosper Enfantin, Économie politique et politique, Paris, Imprimerie de Guiraudet, 1831, p. ix-x.

Toutes les questions d’économie politique doivent être ramenées à un principe commun, et […], pour juger l’utilité d’une mesure ou d’une idée économique, il faut absolument examiner si cette mesure ou cette idée est directement avantageuse aux travailleurs, ou bien si elle contribue indirectement à l’amélioration de leur sort4.

  • 5 Ibid., p. x.

4Il faut changer la façon d’aborder l’économie dans une approche qui conduit les saint-simoniens « à embrasser non seulement les faits économiques, les faits de l’ordre industriel, mais la politique tout entière5. »

5Le projet saint-simonien se veut un projet industriel, intellectuel et moral pour la société. L’économie politique doit être pensée en relation avec ce projet, d’une part pour montrer en quoi l’ordre économique et social existant ne peut être satisfaisant et d’autre part pour déterminer ce que doit être le nouvel ordre.

  • 6 Ibid., p. 51. Le texte d’Économie politique et politique comprenant la citation reprend un article (...)

La science de la production, de la consommation et de la distribution des richesses est toujours soumise, avant toutes choses, à la manière dont on envisage les relations qui existent entre l’homme qui possède et celui qui travaille, entre l’oisif et l’industriel6.

6L’objet de cet article est de montrer plus particulièrement en quoi l’analyse des saint-simoniens donne la priorité à l’intérêt général. Une première partie précise pourquoi cette pensée considère que l’ordre économique et social est caractérisé par l’exploitation des travailleurs. Une seconde partie montre à partir de là comment les saint-simoniens conçoivent la recherche de l’intérêt général.

Un ordre économique et social caractérisé par l’exploitation des travailleurs

  • 7 Claude Henri Saint-Simon, Œuvres complètes, Paris, PUF, 2012, vol. III, p. 1957-1973
  • 8 Ibid., p. 1968.
  • 9 Ibid., p. 2119-2124.

7Dans son fameux texte « Sur la querelle des abeilles et des frelons7 » paru en 1819 dans la onzième livraison du Politique, Saint-Simon oppose les producteurs, assimilés aux abeilles, aux consommateurs non producteurs, assimilés aux frelons. Ceux-ci sont des oisifs qui, ayant entre leurs mains les leviers du pouvoir, assurent une domination sur les producteurs. Ce sont des nobles, des gros propriétaires, des membres du haut clergé et de la haute magistrature ou des militaires de grades élevés. Quant aux producteurs, s’ils correspondent aux abeilles, ils peuvent tout aussi bien être comparés aux autres animaux que sont les « vaches à lait8 » puisqu’ils nourrissent les oisifs. Quelques mois plus tard, dans la première lettre de l’Organisateur9, Saint-Simon expose ce que son disciple Rodrigues désignera comme la parabole : si la France perdait ses cinquante premiers physiciens, chimistes, physiologistes, mathématiciens et représentants d’autres professions, le pays s’effondrerait, alors que si elle perdait ses principaux nobles qu’il désigne nommément, ses hommes politiques, maréchaux ou membres du haut clergé, il n’en résulterait aucun dommage pour le pays.

  • 10 Prosper Enfantin, « Économie politique. Les oisifs et les travailleurs. Fermages, loyers, intérêts (...)
  • 11 Prosper Enfantin, « Les oisifs et les travailleurs. Fonctions politiques selon les oisifs. Fonctio (...)

8Les saint-simoniens conservent cette perception d’une société divisée « en deux classes, les oisifs et les travailleurs10 ». Les premiers sont les membres de la « bourgeoisie oisive11 ». Ses caractéristiques sont celles que dénonçait Saint-Simon. Il s’agit d’une

  • 12 Ibid.

classe assez nombreuse, qui vit sans rien faire, qui consomme beaucoup et ne produit pas, qui emploie à ses plaisirs des hommes auxquels elle ne donne rien en retour, puisqu’elle ne produit rien, qui jouit des créations des beaux-arts, des découvertes de la science et des richesses de l’industrie, mais qui ne crée, ne découvre et ne fait rien12.

  • 13 Saint-Simon, op. cit., p. 1959.

9Les travailleurs, quant à eux, regroupent différentes catégories de personnes effectuant des tâches pour leur propre compte ou pour celui d’un employeur. Ce sont des dirigeants aussi bien que des exécutants. Leur travail fait vivre les oisifs et eux-mêmes ne peuvent compter que sur ce travail pour assurer leur subsistance. Reprenant une classification déjà utilisée par leur maître13, les saint-simoniens distinguent trois catégories de travailleurs : les artistes, les savants et les industriels. Les artistes, au sens que les saint-simoniens donnent à ce terme, jouent un rôle religieux et sont aussi désignés comme des prêtres qui ont vocation à satisfaire les besoins moraux de la société. Les savants en satisfont les besoins intellectuels. Et il revient aux industriels d’en satisfaire les besoins matériels.

  • 14 Joseph Allier, « Crédit, discrédit, banquiers, industriels, industrie, producteurs », Le Producteu (...)
  • 15 Ibid., p. 573.
  • 16 Sur ces définitions de l’industrie et de l’industriel, voir aussi P. Crétois, loc. cit.

10L’industriel est un travailleur qui, comme l’artiste et le savant, vit de son travail. Ce travail peut s’exercer dans les différents domaines relevant de l’activité économique. Le terme industrie désigne en effet l’activité économique au sens large, à savoir celle qui concourt à la satisfaction des besoins matériels. Par industrie, il faut entendre « l’ensemble des travaux agricoles, manufacturiers et commerciaux, par lesquelles toutes les classes de la société subviennent réciproquement à leurs besoins14 ». Le travail de l’industriel correspond donc à des situations très diverses puisqu’il est effectué « en qualité de chef ou d’ouvrier dans l’agriculture, les manufactures, le commerce ou la banque15 ». Un entrepreneur qui se lance dans une activité productive est un industriel tout comme l’ouvrier à qui il confie des tâches d’exécution. Cette définition large de l’industriel explique qu’il représente la plus grande partie de la classe des travailleurs, au point que les saint-simoniens en viennent parfois à utiliser indifféremment les deux termes16.

11Si les oisifs détiennent le pouvoir, les travailleurs seraient en droit de le revendiquer puisqu’ils forment la classe la plus nombreuse. Mais entre les deux existe un rapport d’exploitation. L’existence de l’exploitation d’une classe par une autre n’est pas propre à la société dans laquelle vivent les saint-simoniens. Ceux-ci voient une opposition entre une classe dominante et une classe dominée dans toute société, qu’elle prenne la forme d’une dualité entre maîtres et esclaves, entre patriciens et plébéiens ou entre seigneurs et serfs. La société qu’ils observent ne déroge pas à ce qui semble être jusque-là une loi des sociétés humaines, même si l’exploitation des travailleurs par les oisifs est moins forte que celle qui a pu caractériser d’autres sociétés dans le passé.

  • 17 Claude Henri Saint-Simon, op. cit., p. 1964.
  • 18 Ibid.

12Saint-Simon traite de « parasites17 » les frelons qui se font « donner la plus forte portion du miel prélevé sur les abeilles18 ». Ses disciples perçoivent de la même façon les bourgeois oisifs qui ne jouent aucun rôle actif dans l’activité productive.

  • 19 Prosper Enfantin, « Les oisifs et les travailleurs. Fonctions politiques selon les oisifs. Fonctio (...)

Le bourgeois, en tant que bourgeois, ne produit rien, n’enseigne rien et n’a d’autre souci que lui-même ; ce n’est pas lui qui émeut et anime les peuples, qui les éclaire et les enrichit ; ce n’est pas lui qui les dirige dans leurs travaux qu’il ignore19.

  • 20 Prosper Enfantin, « Économie politique. Les oisifs et les travailleurs. Fermages, loyers, intérêts (...)
  • 21 Ibid.
  • 22 Prosper Enfantin, « Économie politique. Les oisifs et les travailleurs. Fermages, loyers, intérêts (...)

13Non seulement les bourgeois ne produisent rien, mais ils exploitent les travailleurs. Pour produire, les travailleurs ont en effet besoin de capitaux qui peuvent prendre des formes diverses. Il peut s’agir de terres, de bâtiments, de matériels ou autres biens indispensables à la production. Or ils ne possèdent généralement pas ces capitaux. Il leur faut donc les emprunter à leurs propriétaires. Ceux-ci sont les oisifs qui, par leur naissance, ont hérité de richesses qu’ils acceptent de prêter aux travailleurs contre la perception d’un revenu. Les dotations initiales des oisifs et des travailleurs en capital génèrent ainsi un ordre économique et social dans lequel les oisifs « possèdent l’instrument du travail, tandis que d’autres l’empruntent20» Contre fourniture de ce capital, les oisifs perçoivent des revenus qui prennent la forme de rentes, loyers, fermages ou intérêts versés par les travailleurs. Le versement de ces revenus fait que « les premiers vivent d’une portion des fruits obtenus par le travail des seconds21 ». Les oisifs ont la possibilité de vivre sans travailler en ponctionnant leurs ressources sur les travailleurs. Les saint-simoniens peuvent ainsi dénoncer « l’exploitation du travailleur par l’oisif22 ».

  • 23 Ibid.

14Le simple fait d’être bien nés et de se retrouver propriétaires assure aux oisifs la perception de revenus qui les autorisent à mener une vie de rentier. Ces revenus sont assimilables à une aumône que les pauvres font aux oisifs plus fortunés qu’eux et « qui entretiennent richement une nuée de fainéants23 ». Puisque les revenus de leurs capitaux leur garantissent une existence de loisirs, les oisifs veillent à ce que leur niveau soit maintenu.

  • 24 Ibid.

Ces fainéants s’occupent toutefois beaucoup, ils sont actifs et remuants ; ils s’agitent, ils raisonnent et discutent, ils jugent tout, et tout leur paraît bon ou mauvais, selon que leurs fermages, leurs rentes et leurs loyers leur seront payés régulièrement et grassement, ou, au contraire, seront retardés, réduits ou supprimés ; en d’autres termes, ils se donnent beaucoup de mouvement pour augmenter ou conserver la portion des fruits du travail qu’ils prélèvent annuellement sur les travailleurs pour l’entretien de leur oisiveté24.

15En matière de répartition des revenus, travailleurs et bourgeois oisifs ont ainsi des intérêts antagonistes.

  • 25 Ibid.

Le bourgeois est un homme qui, ne faisant rien, a peur de ceux qui font ; il vit du travail d’autrui : par conséquent il doit toujours trembler que celui qui le nourrit ne diminue sa pitance25.

16Si la part des fruits du travail qui va au travailleur s’accroît, la situation de l’oisif se détériore. Une diminution des taux d’intérêt, ou une diminution des revenus assimilables à des intérêts comme les rentes, les fermages ou les loyers, allège la ponction opérée sur les travailleurs, mais pénalise les oisifs. Si les travailleurs sont sensibles au niveau et à l’évolution du salaire, ils sont aussi sensibles au niveau et à l’évolution de l’intérêt ou des revenus assimilables.

  • 26 Prosper Enfantin, « Économie politique. Les oisifs et les travailleurs. Fermages, loyers, intérêts (...)

Ainsi les travailleurs doivent désirer la hausse des salaires, la baisse de l’intérêt, des loyers et des fermages ; tandis que les oisifs, qui vivent de loyers, de fermages et d’intérêts et qui paient des salaires, pensent tout le contraire des travailleurs26.

17Une baisse des taux d’intérêt tire la répartition dans un sens favorable à la classe des travailleurs tandis que sa hausse la fait évoluer en faveur de la classe des oisifs.

  • 27 Alain Benausse, Le taux d’intérêt chez les jeunes saint-simoniens (1825–1832), thèse de sciences é (...)

18L’exploitation des travailleurs ne repose en fait pas sur le niveau du salaire, mais sur celui du taux d’intérêt, si l’on considère que le mot intérêt recouvre les différentes formes de rémunération du capital versées aux oisifs27. Dans la classe des travailleurs, entrepreneurs et ouvriers subissent un prélèvement sur le résultat de leur activité. Les entrepreneurs versent les intérêts aux oisifs qui leur fournissent les capitaux. Ce versement réduit d’autant leur revenu et le salaire qu’ils peuvent verser aux ouvriers.

19L’ordre économique et social existant est donc un système d’exploitation des travailleurs par les oisifs qui repose sur l’intérêt que les premiers doivent verser aux seconds compte tenu de l’inégalité de leurs situations respectives au regard de la détention des capitaux. Cet ordre est injuste puisqu’il profite à une minorité qui bénéficie du privilège de vivre sans travailler grâce à son statut de propriétaire que lui procure la chance d’une naissance au sein d’un milieu fortuné. Il est en outre problématique sur le plan économique puisque les oisifs, qui constituent la classe détentrice du pouvoir, sont incités à favoriser un niveau élevé du taux d’intérêt qui pénalise l’activité. La recherche d’une plus grande justice sociale et d’une meilleure efficacité économique conduit dès lors les saint-simoniens à réorganiser la société en vue de la recherche de l’intérêt général.

Vers la recherche de l’intérêt général

  • 28 Prosper Enfantin, « Politique saint-simonienne (VIIe article). Organisation communale », Le Globe, (...)
  • 29 Prosper Enfantin, « Économie politique. Les oisifs et les travailleurs. Fermages, loyers, intérêts (...)
  • 30 Prosper Enfantin, « Économie politique. Les oisifs et les travailleurs (IIIe article). Abolition d (...)

20Les saint-simoniens ont pour ambition une réorganisation de la société et de l’économie permettant « le progrès moral, intellectuel et physique des citoyens28 ». Il convient pour cela d’améliorer le sort des membres de la classe la plus nombreuse, en l’occurrence celle des travailleurs, ce qui suppose « la déchéance progressive des oisifs29 ». Ceux-ci captent en effet à leur profit une partie de la richesse produite par les travailleurs alors qu’il est nécessaire de « consacrer à des dépenses d’utilité publique des richesses qui aujourd’hui sont consommées pour la satisfaction égoïste d’individus oisifs30 ». La recherche de l’intérêt général doit tout d’abord viser une plus grande justice sociale en mettant fin à une situation où les oisifs peuvent vivre sans travailler, souvent grâce au privilège de leur naissance. Elle doit aussi viser une meilleure efficacité économique en permettant aux instruments de travail de passer au plus bas coût dans les mains de ceux qui peuvent les utiliser au mieux.

  • 31 Ibid.
  • 32 Ibid.

21Pour mettre fin à l’injustice que constitue la possibilité pour les oisifs de vivre sans rien faire grâce aux richesses qui leur ont été transmises, les saint-simoniens préconisent d’agir sur les transferts de propriété. Ils réclament en premier lieu l’abolition des successions collatérales. Ils sont certes conscients du fait que l’existence de liens familiaux ne manquera pas d’être invoquée pour préserver des transmissions de propriété entre des parents parfois éloignés, mais ils ne sont guère enclins à défendre des situations qui voient « des neveux avides se disputer les dépouilles d’un oncle auquel ils n’ont songé que pour calculer son âge et s’enquérir de ses infirmités31 ». La transmission automatique des propriétés mérite d’autant plus d’être remise en question qu’elle peut correspondre à des cas de figure « où l’héritage d’un inconnu vient si souvent tirer d’affaire de jeunes oisifs dissipés, payer leurs dettes et leur donner les moyens d’en faire de nouvelles32 ».

22Les considérations morales ne sont donc pas absentes d’une proposition de redistribution qui présente en outre l’avantage d’aller dans le sens des objectifs économiques visés.

  • 33 Ibid.

À quel signe peut-on reconnaître si une mesure qui concerne la richesse publique ou la distribution des fortunes privées est avantageuse ? Le voici. Lorsque la richesse, qui est toujours ou un instrument de travail ou un aliment d’oisiveté, parvient à des mains laborieuses, la mesure qui l’y conduit est bonne ; elle est mauvaise si elle dirige l’instrument de travail vers des mains oisives ; enfin cette mesure est aveugle, si elle laisse au hasard le soin de cette distribution33.

  • 34 Ibid.

23Les successions collatérales répartissent la propriété en fonction du hasard de la naissance, aussi est-il préférable de mettre fin à cette répartition aveugle pour lui substituer une répartition « profitable à la société tout entière34 ».

  • 35 Ibid.

24Les mesures en défaveur de l’héritage prônées par les saint-simoniens ne se limitent pas à la suppression des successions collatérales. Ils proposent aussi une augmentation des droits de succession en ligne directe. Leur souci d’une transmission qui soit « avantageuse à la société35 » plutôt qu’à quelques héritiers oisifs les conduit à demander qu’une partie de la richesse léguée aux descendants soit ponctionnée.

  • 36 Ibid.

Rien ne saurait démontrer en effet qu’il soit avantageux à la société […] depuis qu’on ne veut plus reconnaître à un homme de supériorité et de pouvoir qu’en vertu de ses propres qualités, et non d’après le mérite de ses ancêtres […] de voir des hommes jeunes, forts, bien-portants, posséder sans travail ces fortunes colossales qui leur donnent tant de moyens de répandre la démoralisation, le désordre, la dissipation et la débauche partout où leurs caprices les attirent36.

  • 37 Prosper Enfantin « Économie politique. Les oisifs et les travailleurs. Fermages, loyers, intérêts, (...)
  • 38 Prosper Enfantin, « Économie politique. Les oisifs et les travailleurs (IIIe article). Abolition d (...)

25Les sommes prélevées sur les successions en ligne directe pourront donner lieu à des affectations utiles à tous, comme venir « en dégrèvement des impôts les plus lourds pour le peuple37 » ou financer des travaux publics qui serviront à un grand nombre de bénéficiaires. Ce choix « de consacrer à des dépenses d’utilité publique des richesses qui aujourd’hui sont consommées pour la satisfaction égoïste d’individus oisifs38 » est justifié par le fait que s’il défavorise quelques individus, il bénéficie en revanche à un grand nombre. Il serait dès lors malvenu que ceux qui reçoivent une succession partiellement réduite par la fiscalité se plaignent de cette imposition puisqu’elle les laisse acquérir des biens sans qu’ils aient travaillé pour les obtenir et que la part qui leur est ôtée va à des personnes qui n’ont pas comme eux la chance de pouvoir compter sur des héritages.

  • 39 Prosper Enfantin, « Économie politique. Les oisifs et les travailleurs. Fermages, loyers, intérêts (...)

Si, par exemple, […] il fallait réduire quelques jeunes oisifs au malheur de n’hériter que de dix à douze mille francs de rentes, le nombre des hommes qui profiteraient de cette suppression serait tellement considérable, que pour tout individu qui a un cœur d’homme cette mesure serait loin d’être douloureuse39.

26Les réformes envisagées par les saint-simoniens ne visent pas uniquement les transferts de propriété, mais aussi les revenus procurés par la propriété. Comme le degré d’exploitation des travailleurs par les oisifs dépend du niveau du taux d’intérêt, il est nécessaire de faire baisser ce niveau. D’une part, un taux d’intérêt plus faible affectera une minorité d’oisifs, mais profitera à une majorité de travailleurs, puisque les entrepreneurs, ayant une moindre redevance à verser à ceux qui leur fournissent les capitaux, conserveront une plus grande partie du fruit de leur travail et seront moins contraints de comprimer les salaires des ouvriers, étant eux-mêmes moins pressurés par le paiement de l’intérêt. D’autre part, la baisse du taux d’intérêt dynamisera l’activité économique puisque les projets seront financés à moindre coût.

27Les institutions les mieux à même d’obtenir cette baisse du taux d’intérêt sont les banques, aussi leur développement doit-il être favorisé.

  • 40 Ibid.

Tout ce qui favorise la baisse de l’intérêt diminue le prix du loyer des instruments de travail, perçu par l’oisif sur le travailleur ; et comme l’institution des banques produit cet effet, elle devrait être largement étendue à toutes les branches de l’industrie. […] Augmenter leur nombre, réduire le taux de leurs escomptes, assurer ainsi et faciliter les opérations de crédit, c’est-à-dire la transmission des capitaux d’une main oisive dans une main laborieuse, car voilà ce que c’est que le crédit, telle est la marche à suivre40.

  • 41 Prosper Enfantin, « Économie politique (Ve article). Institution des banques », Le Globe, no 94, 1 (...)

28Encore faut-il pour cela que les banques fonctionnent conformément à l’intérêt général, ce que ne garantit pas la propriété de leur capital qu’observent les saint-simoniens. « Les banques actuelles sont fondées par et pour les oisifs41 ». Les capitalistes qui en sont propriétaires voient en elles le moyen de mener des activités lucratives grâce à un taux d’intérêt élevé sur les prêts qu’elles consentent. Au lieu de s’en servir pour abaisser le coût du crédit conformément à l’intérêt général, ils le maintiennent à un niveau élevé. Cet état de fait doit cesser puisque les banques, au lieu d’être un moyen de lutte contre l’exploitation, contribuent à la perpétuer tant qu’elles sont aux mains des oisifs.

  • 42 Ibid.

Tant que ces institutions représenteront plutôt les intérêts des oisifs que ceux des travailleurs, les banques n’auront d’autre effet que de régulariser un peu l’exploitation des classes laborieuses par les classes oisives, d’alléger faiblement le poids énorme dont l’usure écrase l’industrie, de réduire la redevance vraiment féodale que l’industriel paie au capitaliste42.

  • 43 Ibid.

29Une banque œuvrera dans l’intérêt général si la propriété de son capital, au lieu d’être détenue par les oisifs, devient publique. Or les mesures défendues par les saint-simoniens en matière d’abolition des successions collatérales ou de taxation des successions en ligne directe pour éviter que les oisifs ne pérennisent leur situation d’une génération à l’autre sont génératrices de ressources qui pourraient servir à former le capital d’une banque. Une telle banque pourrait alors remplir son but de « distribuer les instruments de travail de la manière la plus favorable à la production43 ». Avec un capital qui ne serait plus détenu par les oisifs, la banque pourrait fonctionner en conformité avec le projet saint-simonien.

  • 44 Ibid.

Ce capital ayant perdu le caractère de propriété individuelle, pour revêtir celui de propriété sociale, fondé dans l’intérêt des travailleurs, l’établissement n’aurait plus les mêmes motifs d’intérêts individuels et oisifs […] : ainsi on ne jugerait pas de la prospérité de cette banque nouvelle par les dividendes répartis à des actionnaires, dividendes qui peuvent s’obtenir aujourd’hui en exploitant cruellement les industries qui les paient, mais par le nombre et l’utilité des établissements commandités, des travaux excités par elle44.

30Les saint-simoniens envisagent en fait une véritable refonte du système bancaire, avec une organisation hiérarchisée et des banques spécialisées permettant de couvrir l’ensemble des besoins de financement de l’industrie. Avec des établissements dont le capital ne serait plus détenu par les oisifs, mais serait devenu, pour reprendre l’expression des saint-simoniens, propriété sociale, les banquiers seraient au cœur du nouvel ordre saint-simonien :

  • 45 Ibid.

ils règleraient l’œuvre industrielle, ils administreraient alors réellement la fortune publique45.

  • 46 Saint-Simon, op. cit., vol. IV, p. 2876.
  • 47 Ibid., vol. II, p. 1543. Voir aussi P. Crétois, loc. cit.
  • 48 Ibid., p. 1582.

31Dans le nouvel ordre économique et social prôné par les saint-simoniens, l’exploitation a donc pris fin et les industriels sont au cœur d’un système où, conformément à ce qu’envisageait Saint-Simon, ils travaillent « pour tous les membres de la société46 » et où « les intérêts sociaux sont tous industriels47 ». Les banquiers jouent un rôle majeur dans une organisation dont les membres, loin d’avoir des intérêts antagonistes, sont, conformément aux vues de Saint-Simon, « unis par les intérêts généraux de la production48 ».

Conclusion

  • 49 Prosper Enfantin, « Économie politique (Ve article). Institution des banques », Le Globe, no 94, 1 (...)

32De 1825, date de la mort de Saint-Simon, à 1832, date à laquelle le groupe de ses disciples se disperse, les saint-simoniens dénoncent une société qui repose sur l’exploitation d’une majorité de travailleurs par une minorité d’oisifs. Ils portent un projet de réorganisation de l’économie et de la société fondé sur la recherche de l’intérêt général plutôt que sur la satisfaction des intérêts d’une classe d’oisifs. L’exploitation trouvant son origine dans le fait que les oisifs sont propriétaires des capitaux que les travailleurs doivent emprunter pour produire, versant pour cela des rentes, loyers, fermages ou autres revenus assimilables à des intérêts, la lutte contre cette exploitation passe tout d’abord par une action sur la transmission de la propriété. La suppression des successions collatérales et l’imposition des successions en ligne directe présentent ainsi le double avantage de réduire les flux de richesses qui tombent entre les mains d’oisifs, que le simple fait d’hériter autorise à vivre sans travailler, et de procurer des ressources qui pourront être employées à l’amélioration du sort des travailleurs. Et comme le degré d’exploitation dépend du niveau de l’intérêt que les travailleurs versent aux oisifs, la réduction de cette exploitation passe par un abaissement du taux d’intérêt. Cet abaissement, qui permet de laisser aux travailleurs une plus grande part des fruits de leur travail et de favoriser le développement de l’activité économique grâce à un moindre coût des financements, peut être obtenu par une réorganisation bancaire. Les ressources procurées par les ponctions opérées sur les successions peuvent notamment être mobilisées pour former le capital de banques qui joueront un rôle majeur au sein de l’appareil productif en transmettant à faible coût les capitaux entre les mains de ceux qui sauront les utiliser au mieux. Ainsi pourra émerger le nouvel ordre saint-simonien où « chacun serait classé selon sa capacité et rétribué selon ses œuvres49 ».

Haut de page

Notes

1 La référence au titre de comte pour désigner Saint-Simon présente l’avantage de le distinguer du duc de Saint-Simon, mémorialiste de la cour sous Louis XIV et la Régence, avec qui il est apparenté. La mention de ce titre est toutefois discutable car en 1790 Saint-Simon renonce à son titre de noblesse et il finit par abandonner la particule dans ses publications. C’est pourquoi en 2012 les éditeurs de ses Œuvres complètes choisissent de les publier sous le simple nom d’Henri Saint-Simon.

2 Sur cette doctrine, voir la deuxième partie de l’article de Pierre Crétois « L’intérêt général au crible de l’intérêt commun » dans ce numéro.

3 Cette littérature est présentée dans Gilles Jacoud, Political Economy and Industrialism. Banks in Saint-Simonian Economic Thought, Londres, Routledge, 2010, p. 7-13.

4 Prosper Enfantin, Économie politique et politique, Paris, Imprimerie de Guiraudet, 1831, p. ix-x.

5 Ibid., p. x.

6 Ibid., p. 51. Le texte d’Économie politique et politique comprenant la citation reprend un article du Globe du 27 décembre 1830.

7 Claude Henri Saint-Simon, Œuvres complètes, Paris, PUF, 2012, vol. III, p. 1957-1973

8 Ibid., p. 1968.

9 Ibid., p. 2119-2124.

10 Prosper Enfantin, « Économie politique. Les oisifs et les travailleurs. Fermages, loyers, intérêts, salaires », Le Globe, no 66, p. 264.

11 Prosper Enfantin, « Les oisifs et les travailleurs. Fonctions politiques selon les oisifs. Fonctions politiques selon les travailleurs (IIIe article) », Le Globe, no 80, 1831, p. 317.

12 Ibid.

13 Saint-Simon, op. cit., p. 1959.

14 Joseph Allier, « Crédit, discrédit, banquiers, industriels, industrie, producteurs », Le Producteur, 1826, p. 574.

15 Ibid., p. 573.

16 Sur ces définitions de l’industrie et de l’industriel, voir aussi P. Crétois, loc. cit.

17 Claude Henri Saint-Simon, op. cit., p. 1964.

18 Ibid.

19 Prosper Enfantin, « Les oisifs et les travailleurs. Fonctions politiques selon les oisifs. Fonctions politiques selon les travailleurs (IIIe article) », Le Globe, no 80, p. 317

20 Prosper Enfantin, « Économie politique. Les oisifs et les travailleurs. Fermages, loyers, intérêts, salaires », Le Globe, no 66, 1831, p. 264.

21 Ibid.

22 Prosper Enfantin, « Économie politique. Les oisifs et les travailleurs. Fermages, loyers, intérêts, salaires (IIe article) », Le Globe, no 73, 1831, p. 292.

23 Ibid.

24 Ibid.

25 Ibid.

26 Prosper Enfantin, « Économie politique. Les oisifs et les travailleurs. Fermages, loyers, intérêts, salaires », Le Globe, no 66, 1831, p. 264.

27 Alain Benausse, Le taux d’intérêt chez les jeunes saint-simoniens (1825–1832), thèse de sciences économiques, université Lumière Lyon 2, 2003, p. 83-84.

28 Prosper Enfantin, « Politique saint-simonienne (VIIe article). Organisation communale », Le Globe, no 115, p. 463-464, 1831, p. 463.

29 Prosper Enfantin, « Économie politique. Les oisifs et les travailleurs. Fermages, loyers, intérêts, salaires », Le Globe, no 66, p. 264.

30 Prosper Enfantin, « Économie politique. Les oisifs et les travailleurs (IIIe article). Abolition des successions collatérales », Le Globe, no 87, 1831, p. 352.

31 Ibid.

32 Ibid.

33 Ibid.

34 Ibid.

35 Ibid.

36 Ibid.

37 Prosper Enfantin « Économie politique. Les oisifs et les travailleurs. Fermages, loyers, intérêts, salaires (IIe article) », Le Globe, no 73, 1831, p. 292.

38 Prosper Enfantin, « Économie politique. Les oisifs et les travailleurs (IIIe article). Abolition des successions collatérales », Le Globe, no 87, 1831, p. 352.

39 Prosper Enfantin, « Économie politique. Les oisifs et les travailleurs. Fermages, loyers, intérêts, salaires (IIe article) », Le Globe, no 73, 1831, p. 292.

40 Ibid.

41 Prosper Enfantin, « Économie politique (Ve article). Institution des banques », Le Globe, no 94, 1831, p. 380.

42 Ibid.

43 Ibid.

44 Ibid.

45 Ibid.

46 Saint-Simon, op. cit., vol. IV, p. 2876.

47 Ibid., vol. II, p. 1543. Voir aussi P. Crétois, loc. cit.

48 Ibid., p. 1582.

49 Prosper Enfantin, « Économie politique (Ve article). Institution des banques », Le Globe, no 94, 1831, p. 380.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Gilles Jacoud, « Économie politique et nouvelle organisation industrielle : la priorité à l’intérêt général dans l’analyse des saint-simoniens », Astérion [En ligne], 17 | 2017, mis en ligne le , consulté le 14 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/asterion/3040

Haut de page

Auteur

Gilles Jacoud

Université Jean Monnet Saint-Étienne, GATE-LSE • Professeur de sciences économiques à l’université Jean Monnet Saint-Étienne, Gilles Jacoud mène ses activités de recherche au sein du Groupe d’analyse et de théorie économique Lyon Saint-Étienne (GATE LSE, UMR 5824) rattaché au CNRS, à trois universités et à l’École normale supérieure de Lyon. Spécialiste de l’histoire de la pensée économique et des questions monétaires, financières et bancaires, il a consacré à ces thèmes plusieurs ouvrages et de nombreux articles. Il est actuellement conseiller scientifique au Haut conseil de l’évaluation de la recherche et de l’enseignement supérieur (HCERES).

Haut de page