Navigation – Plan du site
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Dossier

Intérêt général, intérêt de classe, intérêt humain chez le jeune Marx

General interest, class interest, human interest in young Marx
Stéphanie Roza

Résumés

L’article s’efforce, à partir de l’analyse des expressions allemandes employées par le jeune Marx, de vérifier la thèse communément admise selon laquelle on ne trouverait dans ce corpus qu’une critique de l’intérêt général tel qu’il a été formulé sous la Révolution française, censé dissimuler l’intérêt de la bourgeoisie. L’analyse fait apparaître qu’une telle critique côtoie un effort théorique pour penser un « intérêt commun » ou « humain » qui, dépassant l’antagonisme des classes, pourrait prendre en charge l’intérêt de tous et de chacun.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 À ce stade, on se contentera de ces caractérisations vagues, en attendant de préciser plus avant.
  • 2 Jacques Rancière affirme par exemple en passant : « […] nous savons depuis Marx que les besoins “r (...)

1À première vue, l’intérêt général n’est pas un concept marxiste ou, du moins, pas un concept marxien. L’idée d’un intérêt qui serait celui « de tous », correspondant à des besoins propres à la société en tant que collectif unifié1, semble même radicalement étrangère à une œuvre qui insiste au contraire sur la profondeur de l’antagonisme entre les classes. C’est pourquoi on en retient, en général, la critique philosophique et politique de l’intérêt général comme cache-sexe de l’intérêt de la classe dominante, comme une mystification qu’il faudrait essentiellement dénoncer2. Le nom de Marx incarne donc, le plus souvent, la promotion théorique de l’intérêt de classe au détriment de tout intérêt « transversal », commun aux exploités et aux exploiteurs.

  • 3 K. Marx, Introduction à la Critique de la philosophie du droit de Hegel, présentation et traductio (...)
  • 4 K. Marx, Manuscrits de 1844 (Économie politique & philosophie), présentation, traduction et notes (...)
  • 5 K. Marx et F. Engels, La sainte famille ou Critique de la Critique critique contre Bruno Bauer et (...)
  • 6 Deux éditions seront citées, dont la comparaison en termes de choix de traduction est tout à fait (...)

2Dans le présent article, nous nous efforcerons d’examiner la validité de cette lecture communément admise. Afin de demeurer dans les limites d’un article, nous bornerons toutefois l’enquête à l’étude de quatre textes de jeunesse : l’introduction de 1844 à la Contribution à la critique de la philosophie du droit de Hegel3 ; les Manuscrits économico-philosophiques, plus connus sous l’appellation de Manuscrits de 18444 ; La sainte famille, qui date de 1845, premier texte écrit en collaboration avec Engels5 ; enfin, les manuscrits de L’idéologie allemande6, rédigés en 1846. Les citations de ces textes, parfois longues, seront justifiées par la nécessité d’étudier les contextes dans lesquels l’expression ou l’idée d’intérêt général apparaît, afin d’en dégager le(s) sens possibles. L’analyse des textes plus tardifs fera l’objet d’une autre étude.

  • 7 Voir sur ce point F. Saint-Bonnet, « L’intérêt général dans l’ancien droit constitutionnel », dans (...)
  • 8 Voir, pour une synthèse de ces problèmes, F. Rangeon, L’idéologie de l’intérêt général, Paris, Eco (...)

3Cependant, dès l’abord, l’enquête se heurte à un obstacle philologique de taille : on est en effet immédiatement amené à se demander à quelle expression correspond le syntagme « intérêt général » dans les textes de Marx… et pour cause. On sait qu’originellement, il n’a pas d’équivalent en allemand : c’est une expression française apparue au XVIIIe siècle, dont le contenu est débattu tout au long de la Révolution, avant de devenir une spécificité du droit public national7. De plus, il s’agit d’une notion d’emblée traversée de tensions : l’intérêt général tel qu’il est conceptualisé en France est-il immanent aux intérêts particuliers, dont il est le dénominateur commun, ou au contraire transcendant à tous ? Est-il absolu et immuable, ou relatif et transactionnel8 ? Ces seules questions devraient suffire à inciter à la plus grande circonspection quant à l’emploi de ce terme pour traduire les mots de Marx.

  • 9 SF, 160 ; HF, 210 ; traduit dans IA2 par « intérêt communautaire » (p. 77 par exemple).
  • 10 IA2, 76 pour le terme allemand ; mais, là encore, si le terme est parfois traduit par « intérêt gé (...)
  • 11 Par exemple OPM, 254, traduit par « intérêt général » dans M44, 76.

4Pourtant, certains traducteurs français rendent par le syntagme « intérêt général » les expressions suivantes : das gemeinschaftliche Interesse9 ; das Allgemeine10, das allgemeine Interesse, plus rarement11 (Marx et Engels mettent parfois cette dernière expression entre guillemets dans L’idéologie allemande), qui sont souvent rendues aussi par « intérêt universel ». Mais aucune justification de ces choix de traduction n’est proposée par leurs auteurs. Si dans les travaux les plus récents on a préféré éviter, probablement pour des raisons de prudence, l’expression trop connotée en français d’« intérêt général », cette prudence même révèle plus qu’elle ne résout une réelle difficulté conceptuelle. En quoi, en effet, les expressions d’« intérêt communautaire » ou d’« intérêt universel » seraient-elles plus adéquates ?

  • 12 HF, 211.
  • 13 K. Marx, Misère de la philosophie, Paris, Les Éditions sociales, 1948.

5Peut-on alors légitimer par le recours à d’autres textes la traduction des expressions allemandes citées par « intérêt général » ? Les indices manquent à ce sujet. Dans La sainte famille, Marx et Engels, citant Bentham, reproduisent bien en français un passage où figurent les deux expressions « intérêt général » et « intérêt public »12. Malheureusement, ils ne produisent nulle traduction allemande de la citation. On ne sait donc pas comment ils l’auraient rendu dans leur propre langue. Ultime déception pour le philologue : dans Misère de la philosophie13, le seul texte de Marx écrit directement en français, on ne trouve ni « intérêt général », ni « intérêt communautaire », ni « intérêt universel » ; il n’est pas possible de s’appuyer sur ce texte pour dégager un sens marxien de ces différentes expressions.

6Une ambiguïté irréductible demeure donc : en écrivant gemeinschaftliche Interesse ou allgemeine Interesse, Marx et Engels, familiers par leur formation et leurs choix politiques de jeunesse de la culture des Lumières et de la Révolution, avaient-ils à l’esprit l’expression française « intérêt général » ? Pensaient-ils ainsi traduire cette expression en allemand ? Et quoi qu’il en soit, quel concept d’intérêt se cache derrière les termes qu’ils emploient ? Pour répondre à cette question cruciale, on est conduit à formuler des conjectures, à partir d’une investigation sur le sens, dans les textes, des occurrences des expressions allemandes déjà évoquées, et de quelques autres qui semblent proches : les expressions plus fréquentes d’« intérêt de la société » (Interesse der Gesellschaft), « intérêts communs » (gemeinsame Interesse), « intérêts humains » (menschliche Interesse).

7Or la recherche dans les textes de jeunesse de ces différentes expressions donne l’impression qu’elles renvoient à un sens relativement fixé. L’hypothèse de lecture qui en découle sera la suivante : l’expression allgemeine Interesse, donc « intérêt général » ou « universel », renvoie plus ou moins explicitement à son origine française, bourgeoise et révolutionnaire, et a une connotation mystificatrice, négative, tandis que les autres (intérêts « de la société », « communs », « humains ») sont investies, quant à elles, d’une signification concrète, réelle et positive. Dans cette perspective, on sera amené à défendre l’idée que Marx, tout en menant la critique de l’intérêt général tel qu’il a été pensé et mis en œuvre sous la Révolution française et dans l’œuvre législatrice, institutionnelle et politique qui en a résulté, cherche malgré tout à proposer une conception alternative d’un intérêt qui ne serait pas celui d’une classe sociale en particulier, mais bien celle des membres de la société entendue comme un tout. Reste à établir le contenu exact d’une telle idée et la mesure dans laquelle elle prend en charge l’intérêt individuel de chacun.

8Le premier texte examiné, l’introduction de 1844 à la Contribution à la critique de la philosophie du droit de Hegel, ne contient ni l’expression allgemeine Interesse ni gemeinschaftliche Interesse, mais paraît néanmoins indispensable pour comprendre le sens marxien d’une telle expression, dans la mesure où Marx y fait le point, provisoirement, sur sa lecture de la Révolution française. On peut, pour cette raison, y lire en filigrane une critique de la notion d’intérêt général telle qu’elle est portée en cette période décisive par la bourgeoisie. Pour comprendre pleinement cette lecture, il est nécessaire d’introduire au préalable quelques éléments d’explicitation et de contextualisation.

  • 14 Voir sur ce point l’ouvrage fondamental de Lucien Calvié : Le renard et les raisins. La Révolution (...)
  • 15 ICPD, cité dans le commentaire d’E. Kouvélakis, p. 43.

9La Contribution à la critique de la philosophie du droit de Hegel est un texte éminemment polémique. Le jeune Marx s’en prend à la philosophie allemande en général et à la philosophie hégélienne en particulier, accusées de ne proposer que des interprétations du réel sans portée pratique, ou plus précisément, sans portée transformatrice. Cette appréciation correspond à une reprise de l’opposition établie en son temps par Hegel lui-même entre le développement concomitant, à la fin du XVIIIe siècle, de la « théorie » allemande et de la « pratique » française, c’est-à-dire de l’opposition entre philosophie spéculative allemande et action révolutionnaire française. L’histoire se faisant en France entre 1789 et 1815 aurait essentiellement nourri la réflexion de l’autre côté du Rhin, sans provoquer de contagion révolutionnaire directe, au grand dam, par la suite, des jeunes hégéliens dont Marx faisait partie14. Le sentiment conséquent de frustration et l’impatience de cette génération d’intellectuels allemands avides de changements sont admirablement résumés par le mot de l’un d’entre eux, Heinrich Heine : la « philosophie allemande ne serait autre chose que le rêve de la Révolution française15 ».

10Cependant, comme l’a montré Lucien Calvié, les intellectuels allemands n’en sont pas restés à ce sentiment collectif de frustration et, comme le renard de la fable le fit avec les raisins inaccessibles, ont chacun à leur manière fini par dénigrer la révolution de 1789 au profit d’une révolution allemande à venir de plus grande ampleur et de plus grande portée, spirituelle ou philosophique pour les uns, sociale pour les autres. En ce qui concerne Marx, la coupure entre la philosophie allemande et la pratique révolutionnaire est appelée à être dépassée en ce que le processus historique lui-même conduit la philosophie, devenue critique, à se faire théorie, ou peut-être même programme de la révolution à venir, au lieu de rester un simple commentaire, souvent a posteriori, des événements. Cette évolution est amenée à voir le jour au sein même de la philosophie allemande à cause du caractère très particulier de la situation nationale.

  • 16 ICPD, 16.
  • 17 Cette lettre à J. Weydemeyer du 5 mars 1852 est reproduite dans l’ouvrage de M. Fayçal-Touati et J (...)

11Pour le démontrer, l’auteur en vient à comparer cette situation à celle de la France révolutionnaire. Il s’agit ainsi pour lui de mieux en faire ressortir les spécificités. Le passage intéressant, du point de vue qui nous occupe, se situe à la fin de l’Introduction, où la situation de l’Allemagne et celle de la France révolutionnaire des années 1780 se trouvent mises en regard l’une de l’autre. La France aurait alors été le théâtre de ce que Marx appelle, à cette époque de son évolution intellectuelle, une « révolution partielle, uniquement politique16 ». L’auteur de l’Introduction n’a pas encore la vision économique et sociale du processus qu’il acquerra par la suite. Pour l’heure, la Révolution française demeure à ses yeux le moment d’une simple suppression de l’oppression politique. Pourtant, Marx affirme déjà que la classe qui a mené cette révolution partielle est la bourgeoisie. C’est une certitude récente : on sait qu’il a probablement découvert en 1843, pendant son séjour à Paris, les historiens français de la Révolution dont il dira plus tard, dans une célèbre lettre de 185217, qu’ils lui ont inspiré la théorie de la lutte des classes en attirant son attention sur le rôle de la bourgeoisie dans le renversement de l’Ancien Régime et la déchéance des anciennes classes dirigeantes.

  • 18 K. Marx, Critique du droit politique hégélien, traduction et introduction de A. Baraquin, Paris, L (...)

12C’est dans une telle perspective que Marx a appelé, en 1843, le bourgeois « l’homme de l’intérêt particulier en opposition à l’universel18 ». L’expression a son importance : elle manifeste qu’aux yeux de son auteur, la nouvelle classe dirigeante de la France révolutionnaire est, par excellence, celle qui promeut la défense par chaque individu de ses propres prérogatives, différentes, voire contraires à celles de tout autre. Autrement dit, le bourgeois incarne dans les buts qu’il poursuit la négation même de l’idée d’un intérêt commun à plusieurs, voire à l’ensemble des membres de la société.

  • 19 ICPD, 16. Nous soulignons.

13Il n’est que plus étonnant, dès lors, de relever que Marx affirme en 1844, dans l’Introduction, que la classe bourgeoise qui part en 1789 à la conquête du pouvoir politique « entreprend l’émancipation générale (allgemein) de la société à partir de sa situation particulière19 ». Cela ne signifie pas nécessairement qu’elle parvient à ses fins, et de ce fait, qu’elle incarne véritablement l’intérêt de l’ensemble de la société : Marx par cette affirmation se place essentiellement d’un point de vue interne à cette classe elle-même. Il lui paraît donc certain que la bourgeoisie, au moment où en 1789 elle entre en confrontation ouverte avec l’Ancien Régime, considère que son combat va dans le sens de l’intérêt de tous, qu’il le réalise. Ses représentants politiques agissent d’ailleurs explicitement dans cette perspective, et Marx ne fait, à ses propres yeux, que noter là quelque chose qui relève de la réalité historique.

14La bourgeoisie incarne-t-elle pour autant, objectivement, l’intérêt de toute la société, et comment pourrait-on caractériser cet intérêt ? Quel serait son contenu ? Pour répondre à cette question, Marx a cette formulation ambiguë :

  • 20 Ibid.

Cette classe libère la société tout entière, mais à la seule condition que toute la société se trouve dans la situation de cette classe, qu’elle possède par exemple argent et culture, ou qu’elle puisse les acquérir à sa guise20.

  • 21 K. Marx, Sur la question juive, introduit par Daniel Bensaïd, Paris, La fabrique, 2006.
  • 22 ICPD, 54.

15Il est possible d’expliciter le point de vue de l’auteur à partir des analyses de son article Sur la question juive21 écrit la même année. Il y relève notamment le fait que, dans la Déclaration des droits de l’homme, le droit à la propriété est, parmi d’autres, proclamé au nom de tous, alors même que, dans la réalité des faits, ce droit n’est accessible qu’à ceux qui possèdent « argent et culture ». Autrement dit, la condition à laquelle l’action de la bourgeoisie pourrait être universellement émancipatrice est inatteignable : c’est ce qui fait dire à Eustache Kouvélakis qu’un tel mouvement émancipateur comporte sa « part d’illusion22 ». Néanmoins, dans l’Introduction, Marx n’utilise pas le mot illusion (contrairement à ce qu’il fait dans Sur la question juive), car il choisit plutôt d’insister sur l’effet produit dans la société par cette prétention bourgeoise à incarner l’intérêt général :

  • 23 ICPD, 16.

Aucune classe de la société civile-bourgeoise ne peut jouer ce rôle sans susciter en elle-même et dans la masse un moment d’enthousiasme, où elle fraternise et converge avec l’ensemble de la société, où elle se confond avec elle, et où elle est ressentie et reconnue comme son représentant général ; un moment où ses revendications et ses droits sont ceux de la société elle-même, où elle est réellement la tête et le cœur de la société. Ce n’est qu’au nom des droits généraux de la société qu’une classe particulière peut revendiquer la domination générale23.

16Loin d’être démystifiée, la bourgeoisie et son combat soulèvent « l’enthousiasme » général : en effet cette classe est vue comme le « représentant général » de cette société dont elle incarne « réellement », Marx y insiste explicitement, les « droits » et les « revendications » (pas l’intérêt : le mot n’apparaît pas) ; et sa suprématie est acceptée par tous à ce titre. Comment expliquer un tel paradoxe ? La raison principale de ce succès, selon Marx, est une raison négative : c’est qu’à l’opposé du spectre social, une autre classe joue aux yeux de tous le rôle de repoussoir, incarnation collective de « la servitude universelle » : cette classe n’est autre, en l’occurrence, que la noblesse, flanquée du clergé d’Ancien Régime.

17Autrement dit, si l’on comprend ce texte comme une critique implicite de la notion « bourgeoise » d’intérêt général, une telle critique ne peut être que le résultat de la coïncidence conjoncturelle, historique, des intérêts particuliers d’une classe, la bourgeoisie, avec ceux de l’ensemble de la société contre les intérêts particuliers d’une autre classe : la noblesse d’Ancien Régime. L’intérêt général se réduit en ce sens à être la partie commune des intérêts particuliers de plusieurs couches sociales, et non un intérêt qui transcende ces particularités ou les fond tous dans une belle unité. Il s’agirait presque d’un front unique, au sens politique du terme, amené inévitablement à se fissurer dès que l’ennemi commun, et avec lui l’oppression commune, aurait disparu.

18Un autre trait caractéristique de ce concept peut être relevé : l’intérêt général semble compris comme devant être incarné par une classe qui le représente (le terme de représentant revient plusieurs fois) dans un combat, en l’occurrence révolutionnaire. Autrement dit, pour exister en acte, il faut que des individus en chair et en os le portent comme l’objectif même de leur lutte. L’intérêt général dont il serait question ici n’est donc pas un principe abstrait qui guiderait le législateur, mais un objectif très concret (en l’occurrence, abattre le pouvoir de la noblesse) qui convient au grand nombre.

  • 24 ICPD, 18.

19En revanche, la situation allemande rend possible et pensable une émancipation bien plus radicale, sous le patronage d’une classe qui par sa position même, par la nature très particulière de ses intérêts, « possède un caractère universel24 » et semble donc pouvoir porter l’intérêt de l’humanité tout entière, même si, encore une fois, le mot « intérêt » n’apparaît pas. Il s’agit, on le sait, du prolétariat :

  • 25 ICPD, 18-19. Souligné par l’auteur.

[…] une classe aux chaînes radicales, une classe de la société civile-bourgeoise qui n’est pas une classe de la société civile-bourgeoise, un état qui est la dissolution de tous les états sociaux, une sphère qui possède un caractère universel de par ses souffrances universelles et ne revendique pas de droit particulier, parce qu’elle ne subit pas d’injustice particulière, mais l’injustice en tant que telle, une sphère qui ne peut plus se réclamer d’un titre historique, mais seulement de celui d’homme, qui ne se trouve pas en opposition partielle avec les conséquences mais en opposition d’ensemble avec les présupposés du régime politique allemand, une sphère enfin qui ne peut s’émanciper sans s’émanciper de toutes les autres sphères de la société et de ce fait, les émanciper toutes, qui est en un mot la perte totale de l’homme, et ne peut donc se reconquérir elle-même que par la reconquête totale de l’homme. Cette dissolution de la société, en tant qu’état social particulier, c’est le prolétariat25.

  • 26 Kouvélakis 56. Voir également, pour une lecture critique de ce concept de prolétariat, É. Balibar, (...)

20Les caractéristiques de ce que Marx appelle à l’époque le prolétariat sont assez bien connues : classe aux chaînes radicales, le prolétariat est en lui-même la négation de tous les états sociaux. Il est une classe limite en ce que le caractère absolu de son oppression rend le statut de « classe sociale » presque impropre le concernant. Il est l’anti-classe, et par là l’anti-ordre social. Il ne peut réclamer aucun droit particulier, parce qu’il ne subit pas une injustice particulière mais l’injustice tout court. Enfin, classe sans histoire, il ne peut invoquer aucun titre historique, mais seulement celui d’humain. La négativité du prolétariat n’est en ce sens qu’une positivité qui s’ignore, celle de la plénitude de l’essence humaine26.

21À ce stade, on voit que Marx reporte sur le prolétariat la charge d’assumer un intérêt qui ne serait pas le plus petit dénominateur commun des intérêts particuliers des différents groupes sociaux, mais bien un intérêt « général », ou plus exactement « universel », au sens où il incarnerait la réalité de ce qui convient à l’essence humaine en tant que telle. Un intérêt qui serait donc celui de tous et de chacun à la fois, sans hiatus entre les besoins de l’individu et ceux de la collectivité. À la généralité ponctuelle et essentiellement négative de l’intérêt porté par la bourgeoisie française de 1789, qui correspond à la nécessité d’abattre l’Ancien Régime, s’oppose déjà, en filigrane, l’idée d’une universalité essentielle et positive de l’intérêt porté par le prolétariat, qui repose sur le besoin d’épanouissement de la nature humaine.

22Cependant, à ce stade, la manière dont le prolétariat porte cet intérêt, le type de société qui lui correspond, reste sans réponse. Marx n’évoque ni le communisme ni le socialisme et se contente dans les quelques lignes finales de prédire l’union de la philosophie et du prolétariat dans le mouvement émancipateur de l’humanité. L’intérêt universel à son tour est finalement, à sa manière, défini de manière négative, comme une aspiration vague à la fin de toutes les oppressions.

  • 27 M44, 27 ; OPM, 202
  • 28 M44, 76 ; OPM, 254
  • 29 Par exemple M44, 11 ; OPM, 206, ou encore M44, 27 ; OPM, 202, où Marx cite encore Adam Smith.

23Les Manuscrits de 1844 feront l’objet d’une analyse plus rapide, dans la mesure où celle-ci confirmera essentiellement les éléments dégagés ci-dessus d’après l’Introduction. On trouve deux occurrences de l’expression das allgemeine Interesse : la première est insérée dans une citation d’Adam Smith reproduite par Marx27, l’autre est employée directement par Marx lui-même28. On trouve également quelques occurrences de l’expression « intérêt de la société » (das Interesse der Gesellschaft)29.

24Pour la première occurrence, le cadre de réflexion est celui d’une discussion des thèses économiques de Smith, en particulier de la thèse selon laquelle l’intérêt, au sens de la poursuite de leur avantage privé par les capitalistes de la banque, du commerce, de l’industrie et des propriétaires fonciers serait convergent avec celui « de la société ». Marx s’efforce de montrer qu’au contraire, les intérêts matériels de ces classes dominantes sont essentiellement opposés à ceux de la société, c’est-à-dire de l’ensemble de ses composantes : ouvriers, travailleurs agricoles, fermiers, et, en ce qui concerne l’intérêt des propriétaires fonciers, qu’il s’oppose même à celui des capitalistes. Marx défend l’idée selon laquelle l’enrichissement de ces classes dominantes s’effectue toujours au détriment de tous les autres, les plongeant dans une pauvreté croissante. Pour autant « l’intérêt de la société » existe-t-il en tant que tel, et quel est-il ? C’est ce qu’il ne discute pas à ce stade.

25La deuxième occurrence se situe dans le second manuscrit. L’auteur écrit :

  • 30 M44, 76. Nous soulignons.

La propriété mobilière de son côté montre les merveilles de l’industrie et du mouvement. Elle est l’enfant de l’époque moderne et sa fille légitime ; elle plaint son adversaire le propriétaire foncier comme un esprit faible qui n’est pas éclairé sur sa propre nature (et c’est tout à fait juste), qui voudrait remplacer le capital moral et le travail libre par la violence brutale et immorale et le servage. Elle le décrit comme un Don Quichotte qui, sous l’apparence de la droiture, de l’honnêteté, de l’intérêt général, de la permanence, cache son impossibilité à se mouvoir, son désir cupide du plaisir, l’égocentrisme, l’intérêt particulier, la mauvaise intention. Elle déclare qu’il est un monopoliste rusé ; ses réminiscences, sa poésie, son enthousiasme, elle les estompe sous une énumération historique et sarcastique de l’abjection, de la cruauté, de l’avilissement, de la prostitution, de l’infamie, de l’anarchie, de la révolte, dont les châteaux romantiques étaient les officines30.

26Ce paragraphe contient donc la première occurrence, chez Marx, de l’expression das allgemeine Interesse qui ne s’insère ni dans une citation ni dans le résumé des thèses d’un autre auteur, même si, notons-le, elle est encore employée pour caractériser une description de l’intérêt qui n’est pas celle de Marx lui-même. Et il est patent ici que l’intérêt général est une figure de l’illusion : elle est « l’apparence » dans laquelle la noblesse foncière d’Ancien Régime enveloppe ses intérêts de grande propriétaire terrienne, à ses propres yeux comme à ceux des autres classes de la société. Une illusion que la bourgeoisie elle-même se charge de dénoncer pour mieux défendre ses propres intérêts : la thèse est la même que dans l’Introduction.

  • 31 SF, 56 ; HF, 58-59
  • 32 SF, 160 ; HF, 210
  • 33 SF, 160 ; HF, 211

27Dans la troisième œuvre examinée, l’analyse semble confirmer l’hypothèse d’un usage essentiellement critique ou négatif de l’expression das allgemeine Interesse ou das gemeinschaftliche Interesse. En effet, ces expressions se trouvent toujours dans les passages où Marx et Engels restituent l’argumentation d’un autre auteur, souvent français : Proudhon31, Helvétius32 ou Bentham33. Ils ne les reprennent pas à leur compte, polémiquant au contraire avec les auteurs qui les emploient. La nouveauté réside en revanche dans la première utilisation de l’expression « intérêt humain » (das menschliche Interesse) :

  • 34 SF, 157 ; HF, 206. Nous soulignons.

Quand on étudie les doctrines matérialistes de la bonté originelle et des dons intellectuels égaux des hommes, de la toute-puissance de l’expérience, de l’habitude, de l’éducation, de l’influence des circonstances extérieures sur l’homme, de la grande importance de l’industrie, de la légitimité de la jouissance, etc., il n’est pas besoin d’une grande sagacité pour découvrir les liens qui le rattachent nécessairement au communisme et au socialisme. Si l’homme tire toute connaissance, sensation, etc., du monde sensible, et de l’expérience au sein de ce monde, ce qui importe donc, c’est d’organiser le monde empirique de telle façon que l’homme y fasse l’expérience et y prenne l’habitude de ce qui est véritablement humain, qu’il y fasse l’expérience de sa qualité d’homme. Si l’intérêt bien compris est le principe de toute morale, ce qui importe, c’est que l’intérêt privé de l’homme se confonde avec l’intérêt humain. Si l’homme n’est pas libre au sens matérialiste, c’est-à-dire s’il est libre, non par la force négative d’éviter telle ou telle chose, mais par la force positive de faire valoir sa vraie individualité, il ne faut pas châtier le crime dans l’individu, mais détruire les foyers antisociaux du crime et donner à chacun l’espace social nécessaire à la manifestation essentielle de son être. Si l’homme est formé par les circonstances, il faut former les circonstances humainement. Si l’homme est, par nature, sociable, il ne développera sa vraie nature que dans la société, et le pouvoir de sa nature doit se mesurer non à la force de l’individu singulier, mais à la force de la société34.

28On se bornera, dans les limites de cet article, à expliciter ce qui, dans ce texte très riche, se rapporte directement à notre problème. Marx et Engels envisagent avec beaucoup d’optimisme la possibilité d’une convergence harmonieuse entre l’intérêt des individus, qui, il faut le souligner, n’est pas aboli, et l’intérêt de l’humanité au sens générique. Il y aurait ainsi une façon de comprendre « l’intérêt privé », c’est-à-dire l’intérêt individuel, non plus comme ce qui oppose les hommes les uns aux autres, mais au contraire comme correspondant à l’épanouissement simultané chez tous de l’essence humaine que chacun porte en lui. L’intérêt de l’homme particulier, en tant qu’il incarne cette essence, réside dans la possibilité qui lui est laissée de « faire valoir sa vraie individualité » et de donner libre cours à ses « pouvoirs », autrement dit ses talents propres, dans un cadre où ils ne puissent entrer en confrontation avec ceux des autres.

  • 35 On peut citer dans cette perspective, parmi d’autres, E.-G. Morelly, Le code de la nature, Montreu (...)
  • 36 Sur l’apparition du mot communisme dans son sens moderne, voir J. Grandjonc, Communisme/Kommunismu (...)

29On peut lire entre ces lignes une réminiscence des raisonnements de certains philosophes du XVIIIe siècle et de l’idée selon laquelle, si on « forme les circonstances sociales humainement », si on « détruit les foyers antisociaux du crime », autrement dit, si on bannit la misère sociale et avec elle toutes ses conséquences funestes, alors l’homme développera naturellement ses compétences propres en harmonie avec celles des autres, car il est « par nature » sociable, et ses aspirations par nature compatibles avec celles des autres35. Ces « circonstances sociales humaines » sont cette fois-ci clairement spécifiées : ce sont celles du « communisme » ou du « socialisme », deux mots nés en France eux aussi36, que Marx a probablement retenus de son séjour à Paris, et qui tous deux désignent la communauté des biens et des travaux. Dans un tel cadre, la puissance créatrice de l’individu coïncide donc avec un accroissement des forces de la société.

30Autrement dit, les structures sociales sont désignées comme responsables de la hauteur à laquelle les véritables intérêts individuels sont respectés et en même temps de la possibilité de leur épanouissement conjoint. Dans une société bien ordonnée, l’intérêt privé se confond donc avec l’intérêt humain au sens où on obtient des individus à la fois épanouis, satisfaits et unis aux autres. Si l’intérêt général est ici toujours illusoire, l’intérêt humain en revanche est érigé en idéal de réconciliation de l’homme avec lui-même et avec la collectivité de ses semblables.

  • 37 IA2, 77

31L’idéologie allemande, un texte, rappelons-le, qui est resté sous forme de brouillon et n’a jamais fait l’objet d’un projet de publication par ses auteurs, présente l’intérêt de mettre en rapport, à deux reprises, l’expression d’« intérêt général » (das allgemeine Interesse) avec d’autres expressions proches, comme das gemeinschaftliche Interesse, également traduisible par « intérêt collectif », ou encore das gemeinsame Interesse, l’« intérêt commun ». On y trouve aussi pour la première fois, à notre connaissance, die Gesamtinteresse, que l’on peut traduire par « intérêts de l’ensemble », « intérêts d’ensemble »37. Marx et Engels emploient ces différentes expressions avec une certaine rigueur, semble-t-il, bien que, contrairement aux textes précédents, ils semblent donner à das gemeinschaftliche Interesse et à das gemeinsame Interesse des sens proches, qui s’opposent désormais à celui de das allgemeine Interesse. Il convient donc de reprendre ces lignes très souvent commentées sous l’angle précis de notre hypothèse d’un usage marxien essentiellement critique de l’expression das allgemeine Interesse.

  • 38 gemeinschaftlich, IA2, 76
  • 39 allgemein, ibid.
  • 40 gemeinsam, ibid.
  • 41 gemeinschaftlich, IA2, 74
  • 42 gemeinschaftlich, IA2, 76
  • 43 Gesamtinteressen, ibid.
  • 44 das Allgemeine, ibid.
  • 45 gemeinschaftlich, IA2, 78
  • 46 allgemein, ibid.
  • 47 IA1, 24-25. Nous avons choisi de reproduire la traduction la plus ancienne (IA1) parce que c’était (...)

[…] la division du travail implique du même coup la contradiction entre l’intérêt de l’individu singulier ou de la famille singulière et l’intérêt collectif38 de tous les individus qui sont en relation entre eux ; et cet intérêt n’existe pas simplement, mettons dans la représentation, en tant « qu’universel39 », mais d’abord dans la réalité en tant que dépendance réciproque des individus entre lesquels le travail est partagé. Enfin la division du travail nous offre immédiatement le premier exemple du fait suivant : aussi longtemps que les hommes se trouvent dans la société naturelle, donc aussi longtemps que la scission existe entre l’intérêt particulier et l’intérêt commun40, aussi longtemps donc que l’activité n’est pas divisée volontairement, mais naturellement, l’acte propre de l’homme se transforme pour lui en puissance étrangère qui s’oppose à lui et l’asservit, bien loin qu’il ne la domine. […] C’est justement cette contradiction entre l’intérêt particulier et l’intérêt collectif41 qui amène l’intérêt collectif42 à prendre, en qualité d’État, une forme indépendante, séparée des intérêts réels de l’individu et de l’ensemble43 et à faire en même temps figure de communauté illusoire […] ; et il s’ensuit également que toute classe qui aspire à la domination, même si sa domination détermine l’abolition de toute l’ancienne forme sociale et de la domination en général, comme c’est le cas pour le prolétariat, il s’ensuit donc que cette classe doit conquérir d’abord le pouvoir politique pour représenter à son tour son intérêt propre comme étant l’Universel44, ce à quoi elle est contrainte dans les premiers temps. Précisément parce que les individus ne cherchent que leur intérêt particulier, – qui ne coïncide pas pour eux avec leur intérêt collectif45, l’Universel n’étant somme toute qu’une forme illusoire de la collectivité, – cet intérêt est présenté comme un intérêt qui leur est « étranger », qui est « indépendant » d’eux et qui est lui-même à son tour un intérêt « général46 » spécial et particulier, ou bien ils doivent s’affronter eux-mêmes dans ce désaccord comme dans la démocratie47.

32Là encore, on se contentera de quelques remarques concernant le sens probable de das allgemeine Interesse dans ce texte. Le propos semble inversé par rapport à celui de La sainte famille, au sens où l’expression « société naturelle » désigne ici une société marquée par la division du travail, une division non seulement technique mais bien sociale entre producteurs et propriétaires, donc impliquant l’exploitation de l’homme par l’homme et d’une classe par une autre, par opposition à une société où l’activité serait « divisée volontairement », c’est-à-dire consciemment, en fonction des besoins et des talents de tous, et avec l’accord de chacun. La division consciente et concertée du travail constitue un des traits majeurs de la société communiste selon Marx. Dans la société de classes en revanche, nulle concertation, mais la recherche par chacun de son intérêt propre. Il y a donc scission entre intérêt particulier et intérêt commun. Exploités comme exploiteurs sont amenés à faire passer leurs intérêts individuels à court terme (survivre pour les exploités, s’enrichir pour les exploiteurs) avant l’intérêt collectif à long terme qu’engendre nécessairement l’interdépendance matérielle universelle, et qui pourrait résider, par exemple, dans la nécessité de prendre soin des moyens de production ou de produire sans épuiser les ressources naturelles.

  • 48 Les études sur le concept marxien d’aliénation sont extrêmement nombreuses. Pour une synthèse et u (...)

33Dans une telle configuration où l’homme, obnubilé par son intérêt mal compris, est inconscient de l’intérêt collectif qui correspond à son intérêt réel, l’activité économique individuelle perd son sens profond, elle apparaît à celui qui s’y prête comme étrangère. Elle échappe à la maîtrise consciente de son auteur parce qu’elle n’est pas le résultat d’un plan rationnel, qui ne peut être que collectif : l’homme connaît alors l’aliénation que l’on rencontre déjà dans les Manuscrits de 184448. La coopération harmonieuse dans la production entre les différents acteurs et la bonne marche de la production et de la productivité sociale, intérêt commun à tous, demeure introuvable. Le procès de production s’effectue au détriment de ceux qui travaillent parce que le travail est exploité. C’est pourquoi, subjectivement, l’intérêt commun de la société apparaît aux individus comme la source même de leur malheur individuel : la production sociale détruit leur personnalité au lieu de les émanciper.

34Mais Marx et Engels tirent de cette analyse deux conséquences directement politiques qui renvoient aux remarques de l’Introduction de 1844 tout en les prolongeant considérablement. Tout d’abord, c’est sur la base de cette division sociale du travail que l’État émerge, comme nécessaire pour prendre en charge ce qu’est devenu l’intérêt commun dans une société divisée en classes, donc pour l’incarner sous une forme globalement illusoire. En effet, dans la société de classes, la marche de la production et de la coopération économiques s’opère à l’intérêt exclusif, ou majoritaire, de la classe dominante. L’intérêt collectif n’en est donc plus vraiment un, il est déformé et dévoyé par la structure de classes de la société. Dans un tel cadre, les individus ont spontanément l’impression de devoir sacrifier une part de leur intérêt individuel à l’intérêt collectif ; c’est pourquoi ce dernier leur apparaît comme extérieur, et doit être assumé par un organe détaché d’eux-mêmes, l’État, qui défend la société contre ses propres forces centrifuges. L’expression das allgemeine Interesse est employée dans le texte dans ce contexte politique et désigne alors l’intérêt commun aux membres de la société de classes en tant qu’il est une représentation, une image, davantage qu’une réalité tangible ; en tant qu’il est imposé par l’État de l’extérieur, et non en tant qu’il résulte de manière endogène de l’activité économique et des relations sociales ; en tant, enfin, qu’il se dresse face aux individus comme leur étant étranger et non en tant qu’il fait corps avec chacun d’eux comme émanant de leurs aspirations et de leurs besoins les plus profonds et les plus essentiels. L’intérêt général (allgemein), dans cette perspective, désigne ce qui reste de l’intérêt humain, sa caricature ou son reflet trompeur, quand la collectivité humaine, qui est avant tout une communauté de travail, est fracturée par l’opposition entre les classes : à la fois un reliquat constitué par ce que les hommes doivent encore partager pour éviter à la société de sombrer dans la guerre permanente de tous contre tous et une illusion qui masque cette guerre larvée, surdéterminée par la lutte des classes.

35De ce fait, une dernière conséquence politique découle de cette analyse : pour espérer conquérir le pouvoir d’État, autrement dit gagner la guerre des classes, il faut incarner aux yeux de tous, illusoirement, l’intérêt collectif : on retrouve l’interprétation donnée dès 1844 par Marx du rôle joué par la bourgeoisie française en 1789, un « rôle », donc, au sens propre comme au sens figuré. Cependant, selon les auteurs de L’idéologie allemande, le prolétariat lui-même aura, à son tour, la même tâche. Avant la disparition définitive des oppositions de classes, le prolétariat, en défendant ses intérêts, devra jouer la même comédie que la bourgeoisie en son temps, ce qui, on peut le supposer, sera rendu possible par la conjonction purement négative de l’intérêt des différentes classes opposées à celle de la bourgeoisie. Le prolétariat devra donc fédérer les mécontents comme la bourgeoisie avait su le faire en son temps contre les classes dominantes de l’Ancien Régime.

36Quoi qu’il en soit, dans une telle perspective, l’intérêt général a, on le voit, partie étroitement liée avec l’illusion du politique, une illusion inévitable et nécessaire tant que la guerre sociale fait rage. En tant que tel, il s’impose, d’une part, aux intérêts matériels, concrets et opposés entre eux des différentes classes en présence. D’autre part, il est le succédané de l’intérêt réellement commun, collectif, ou d’ensemble d’une société réconciliée avec elle-même, et qui produirait de façon concertée et respectueuse des capacités et des désirs de chacun des individus qui la composent.

37Chez le jeune Marx, on constate donc à la fois une cohérence assez remarquable sur la question et les usages de l’intérêt général et une évolution qui l’amène à préciser, enrichir peu à peu la conception que nous avons essayé de dégager dès l’Introduction de 1844 : l’intérêt général (allgemein) renvoie à l’illusion proprement politique d’une collectivité unie par-delà les oppositions de classes, qui trouve son origine et son paradigme dans la mystification révolutionnaire de la bourgeoisie française. En revanche, on peut concevoir, à côté ou au-dessus des intérêts des différentes classes en présence, un intérêt collectif, ou commun, ou humain, qui ne semble pas être le dépassement et l’absorption de l’égoïsme dans une entité politique transcendante à l’activité concrète des individus, mais plutôt un accord, une harmonie concertée entre ces différents intérêts, même si cette harmonie se cherche encore à l’époque où Marx la décrit et n’est pas encore réalisée. Un tel intérêt commun n’amène pas les individus à dépasser leur intérêt particulier et matériel en le fondant dans un tout plus grand, à le sacrifier ou à le transcender, mais tout au plus à le reconnaître enfin sous sa véritable forme, à en prendre pleinement conscience et par là même à le satisfaire. En effet, l’intérêt collectif comme celui du tout interdépendant de la société humaine a toujours été là (contrairement à la volonté générale rousseauiste par exemple, produit du contrat social), car il est l’émanation même de la nature humaine et de sa sociabilité fondamentale. Mais il a besoin d’un progrès historique pour émerger enfin et d’une classe particulière pour le porter : le prolétariat, dont Marx ne cessera de préciser par la suite en quoi, par sa position sociale et historique, il porte en lui-même le dépassement de tous les antagonismes sociaux.

Haut de page

Notes

1 À ce stade, on se contentera de ces caractérisations vagues, en attendant de préciser plus avant.

2 Jacques Rancière affirme par exemple en passant : « […] nous savons depuis Marx que les besoins “réels” de la société servent toujours de masque aux intérêts d’une classe […] » (La leçon d’Althusser, Paris, Gallimard, 1974, p. 246). Étienne Balibar, dans son introduction pédagogique à la philosophie de Marx, parle de la « sublimation de l’intérêt particulier en intérêt général » comme « résultat de l’activité des idéologues […] de la classe dominante » (La philosophie de Marx, Paris, La Découverte, 1993, p. 50. Nous soulignons).

3 K. Marx, Introduction à la Critique de la philosophie du droit de Hegel, présentation et traduction d’E. Kouvélakis, Paris, Ellipses, 2000. Pour la version allemande, nous nous reporterons à l’édition de la MEGA (Karl Marx Friedrich Engels Gesamtausgabe), Berlin/DDR, Dietz Verlag, 1982, I, 2 : « Werke. März 1843 bis August 1844 ». Dorénavant, la version française sera désignée par l’abréviation ICPD, suivie du numéro de la page.

4 K. Marx, Manuscrits de 1844 (Économie politique & philosophie), présentation, traduction et notes d’É. Bottigelli, Paris, Les Éditions sociales, 1972 ; pour la version allemande, MEGA, I, 2, op. cit. Désormais, la version française sera désignée par l’abréviation M44, suivie du numéro de la page, et la version allemande par OPM, suivie du numéro de la page.

5 K. Marx et F. Engels, La sainte famille ou Critique de la Critique critique contre Bruno Bauer et consorts, traduction d’E. Cogniot, présentation et notes de N. Meunier et G. Badia, Paris, Les Éditions sociales, 1969 ; pour la version allemande, K. Marx, F. Engels, Die heilige Familie, oder, Kritik der kritischen Kritik : gegen Bruno Bauer & Consorten. Frankfurt am Main, Literarische Anstalt, 1845. La version française sera désignée par SF, la version allemande, par HF.

6 Deux éditions seront citées, dont la comparaison en termes de choix de traduction est tout à fait intéressante. La plus ancienne : K. Marx et F. Engels, L’idéologie allemande, traduction de R. Cartelle, Paris, Les Éditions sociales, 1953, « Première partie : Feuerbach ». La nouvelle : K. Marx, F. Engels et Joseph Weydemeyer, L’idéologie allemande, 1er et 2e chapitres, édition bilingue, traduction de J. Quétier et G. Fondu, présentation et notes par J. Quétier, Paris, Les Éditions sociales, 2014. L’ancienne édition française sera désignée par l’abréviation IA1, la nouvelle par IA2, en signalant à chaque fois les paginations respectives, pour cette dernière, des textes français et allemand.

7 Voir sur ce point F. Saint-Bonnet, « L’intérêt général dans l’ancien droit constitutionnel », dans B. Mathieu et M. Verpeaux (dir.), L’intérêt général, norme constitutionnelle, Paris, Dalloz, 2007, p. 9-21, ainsi que l’introduction de Christian Lazzeri à Henri de Rohan, De l’intérêt des princes et des États de la chrétienté (1634), Paris, PUF, (coll. Fondements de la politique), 1995.

8 Voir, pour une synthèse de ces problèmes, F. Rangeon, L’idéologie de l’intérêt général, Paris, Economica, 1986.

9 SF, 160 ; HF, 210 ; traduit dans IA2 par « intérêt communautaire » (p. 77 par exemple).

10 IA2, 76 pour le terme allemand ; mais, là encore, si le terme est parfois traduit par « intérêt général » dans IA1 (p. 25 par exemple), il est traduit en 2014 par l’adjectif « universel ».

11 Par exemple OPM, 254, traduit par « intérêt général » dans M44, 76.

12 HF, 211.

13 K. Marx, Misère de la philosophie, Paris, Les Éditions sociales, 1948.

14 Voir sur ce point l’ouvrage fondamental de Lucien Calvié : Le renard et les raisins. La Révolution française et les intellectuels allemands (1789-1845), Paris, EDI, 1989, notamment ch. VII : « La gauche hégélienne, Heine et le jeune Marx : dépasser ou ressasser la Révolution française », p. 119-147.

15 ICPD, cité dans le commentaire d’E. Kouvélakis, p. 43.

16 ICPD, 16.

17 Cette lettre à J. Weydemeyer du 5 mars 1852 est reproduite dans l’ouvrage de M. Fayçal-Touati et J.-N. Ducange, Marx, l’histoire et les révolutions, Montreuil, La ville brûle, 2010, p. 21.

18 K. Marx, Critique du droit politique hégélien, traduction et introduction de A. Baraquin, Paris, Les Éditions sociales, 1975, p. 85.

19 ICPD, 16. Nous soulignons.

20 Ibid.

21 K. Marx, Sur la question juive, introduit par Daniel Bensaïd, Paris, La fabrique, 2006.

22 ICPD, 54.

23 ICPD, 16.

24 ICPD, 18.

25 ICPD, 18-19. Souligné par l’auteur.

26 Kouvélakis 56. Voir également, pour une lecture critique de ce concept de prolétariat, É. Balibar, « Le moment messianique de Marx », Revue germanique internationale, no 8, 2008, p. 143-160.

27 M44, 27 ; OPM, 202

28 M44, 76 ; OPM, 254

29 Par exemple M44, 11 ; OPM, 206, ou encore M44, 27 ; OPM, 202, où Marx cite encore Adam Smith.

30 M44, 76. Nous soulignons.

31 SF, 56 ; HF, 58-59

32 SF, 160 ; HF, 210

33 SF, 160 ; HF, 211

34 SF, 157 ; HF, 206. Nous soulignons.

35 On peut citer dans cette perspective, parmi d’autres, E.-G. Morelly, Le code de la nature, Montreuil, La ville brûle, 2011, ou encore, sur un mode parodique, le bon Zamé d’Aline et Valcour (Sade, Œuvres, Paris, Gallimard, 1990, t. I).

36 Sur l’apparition du mot communisme dans son sens moderne, voir J. Grandjonc, Communisme/Kommunismus/Communism. Origine et développement international de la terminologie communautaire prémarxiste, des utopistes aux néo-babouvistes (1785-1842), Trèves, Schriften aus dem Karl-Marx-Haus, 1989, 2 tomes ; sur les premiers socialistes français, voir A. Maillard, La communauté des Égaux. Le communisme néo-babouviste dans la France des années 1840, Paris, Kimé, 1999.

37 IA2, 77

38 gemeinschaftlich, IA2, 76

39 allgemein, ibid.

40 gemeinsam, ibid.

41 gemeinschaftlich, IA2, 74

42 gemeinschaftlich, IA2, 76

43 Gesamtinteressen, ibid.

44 das Allgemeine, ibid.

45 gemeinschaftlich, IA2, 78

46 allgemein, ibid.

47 IA1, 24-25. Nous avons choisi de reproduire la traduction la plus ancienne (IA1) parce que c’était celle qui avait recours à l’expression « intérêt général ». Souligné par l’auteur.

48 Les études sur le concept marxien d’aliénation sont extrêmement nombreuses. Pour une synthèse et une analyse stimulantes et récentes, on peut se reporter à S. Haber, L’aliénation, vie sociale et expérience de la dépossession, Paris, PUF, 2007, en particulier l’introduction et le chapitre I.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Stéphanie Roza, « Intérêt général, intérêt de classe, intérêt humain chez le jeune Marx », Astérion [En ligne], 17 | 2017, mis en ligne le , consulté le 15 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/asterion/3057

Haut de page

Auteur

Stéphanie Roza

CNRS / Université Paul Valéry Montpellier 3, IRCL • Stéphanie Roza est professeur agrégé, docteur et chargée de recherches en philosophie politique. Elle est l’auteur de Comment l’utopie est devenue un programme politique : Morelly, Mably, Babeuf, du roman à la Révolution (Paris, Classiques Garnier, à paraître). Elle a codirigé avec Pierre Crétois l’ouvrage collectif Le républicanisme social au XVIIIe siècle : une exception française ? (Paris, Publications de la Sorbonne, 2014) et publié une édition critique du Code de la nature de Morelly (Montreuil, La ville brûle, 2011).

Articles du même auteur

Haut de page