Navigation – Plan du site
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Comptes rendus de lecture

Isabel Uria, Panorama crítico del mester de clerecía

René Pellen
Référence(s) :

Isabel Uría, Panorama crítico del mester de clerecía, Madrid, Castalia, 2000.

Texte intégral

Un livre capital

1Après de nombreuses publications sur le métier de clergie, Isabel Uría dans ce panorama vient de tenter un bilan. Son livre n’est pas un manuel universitaire d’initiation. Synthèse critique des recherches effectuées jusqu’à une date récente, il restera un jalon dans ces recherches mêmes parce qu’il fait le point à la fois sur les connaissances acquises pendant près d’un siècle et demi de patient labeur et sur les questions encore pendantes (elles sont nombreuses).

2Le plan en est très simple. La première grande partie s’attache à définir la notion de métier de clergie, à en cerner les limites chronologiques (p. 15-171). La seconde (173-353) présente une série de quatre monographies portant sur les grandes réalisations de cette école : le Libro de Alexandre, le Libro de Apolonio, Berceo, le Poema de Fernán González. Chacune de ces études est conduite selon un schéma de base identique : le(s) manuscrit(s), l’auteur, ses sources, la date de l’œuvre, sa structure, sa technique, sa signification.

3Isabel Uría restreint, en effet, le concept de métier de clergie à la poésie du xiiie siècle correspondant à l’art poétique défini dans la strophe 2 de l’Alexandre ; à l’exclusion des poèmes du xive, qui pour la technique n’obéissent plus aux contraintes que s’étaient données les clercs du xiiie siècle (quatrain monorime, heptasyllabe, dialèphe, régularité rythmique) et dont les intentions différaient grandement du projet de leurs devanciers (à finalité didactique et moralisante, en tout cas édifiante). Ce faisant, elle ne (se) dissimule pas que son opinion n’est pas partagée par tous les critiques, dont elle cite volontiers les prises de position (Deyermond, 1965 ; López Estrada, 1979 ; Gómez Moreno, 1988). Mais elle défend avec beaucoup de rigueur un choix qu’elle fonde sur de nombreux critères : unité formelle du groupe (p. 51), homogénéité culturelle s’expliquant sans doute par une formation commune à l’université de Palencia (p. 57-69), commune volonté d’instituer le castillan comme langue littéraire (p. 70), affinité de l’orientation idéologique (p. 126), identité du public visé : le public cultivé, seul capable de comprendre et d’apprécier cette littérature savante ; plus spécialement, pour Berceo, les religieux (p. 152-153).

Définition selon Alex. (strophe 2)

4En tant que manifeste du nouvel art poétique, la strophe 2 de l’Alexandre fait donc l’objet d’une analyse extrêmement détaillée, qui reprend divers articles publiés par l’auteur. La nécessité même de cet examen, sa minutie, le besoin d’argumenter les interprétations suffisent à montrer que le texte n’est pas exempt d’ambiguïté. Autre signe de sa complexité : les éditeurs ont ponctué la strophe de la façon la plus diverse. Ce qui n’empêche pas de partager le jugement global d’Isabel Uría : « los ocho hemistiquios se relacionan sintáctica y semánticamente, constituyendo una unidad de sentido cerrada, con plenitud en sí misma » (p. 39). En fait, comme la plupart des strophes de cuaderna vía, la strophe est « fermée », c’est-à-dire qu’elle constitue un tout autonome. Les problèmes apparaissent quand on entreprend d’analyser les vers et les hémistiches. Ici, comme dans tant d’autres strophes de clergie (Pellen, 1997, p. 452), la syntaxe signale une pause intermédiaire à la fin du deuxième vers, c’est-à-dire une pause plus importante que la simple pause de fin de vers ; en d’autres termes, les deux premiers vers, qui se bornent à nommer, à définir négativement et à valoriser le nouvel art poétique, constituent un sous-énoncé, ce qui fait qu’on n’attend pas, en les lisant, une suite qui les complète.

5Cette lecture, fondée sur une tendance statistique des strophes de clergie et sur la syntaxe des deux vers, diffère légèrement de celle d’Isabel Uría, qui donne aux quatre vers la même identité prosodique, et en même temps explique qu’elle doive répéter en 2c, sous la forme d’un syntagme latent, l’hémistiche β de 2b : « [es mester de clerecía] », pour faire de « fablar curso rjmado » le « sujet grammatical » de ladite séquence. En réalité, ce qui se passe ici c’est que la strophe 2, bien qu’elle soit écrite par un clerc et joue le rôle d’acte fondateur d’une poésie nouvelle, se développe souplement beaucoup plus comme un discours oral que comme un énoncé écrit ; sa syntaxe est floue et semble relever de l’improvisation – ce qui n’enlève rien à la vigueur de la pensée et à la précision de chaque hémistiche. Le lien explicite qu’Isabel Uría s’efforce de reconstituer, dans le cadre d’un texte grammaticalement très élaboré et surtout écrit, il faut bien reconnaître qu’il n’existe pas ; du reste, comme elle l’admet au passage, il n’est pas nécessaire. À ce compte, mieux vaut conserver à la syntaxe médiévale sa liberté d’allure, proche de la langue parlée (même dans des textes « savants »), plutôt que de projeter sur elle des schémas trop modernes et, somme toute, académiques… Elle n’interdit en rien, au contraire, l’interprétation des deux derniers vers comme un développement technique et définitoire (« fablar curso rimado… ») du concept « mester de clerecïa », simplement nommé et situé en contexte dans les deux premiers.

6Cela dit, les mises au point de l’auteur sont essentielles à une bonne compréhension de la spécificité et de la nouveauté du mester de clerecía dans la poésie du xiiie siècle. On en retiendra, brièvement, les indications suivantes. « Traygo » exprime un apport, l’introduction d’une nouveauté. L’Alexandre revêt donc une dimension inaugurale pour le nouveau mode poétique, qui le situe chronologiquement par rapport aux autres représentants du même courant. Ce que le poète met en avant pour définir son art, ce n’est pas en premier lieu l’érudition ou la culture (p. 40), mais le choix d’un nouveau moule formel, reposant sur le quatrain monorime (« quaderna vja », selon O), un certain rythme du discours (« curso rjmado ») et le décompte des syllabes (« a sillauas cuntadas »). Isabel Uría insiste, avec raison, sur le sens exact de rimado : « con ritmo » et non « con rima ». La rime n’est mentionnée, indirectement, que dans le concept structurel de cuaderna vía.

  • 1  Pour I. Uría, « no existen hemistiquios trimembres » (p. 101). Le modèle cité, de type [« A », dix (...)

7Peut-on, cependant, admettre que le mode quaternaire revendiqué en 2c implique que le vers se compose de quatre unités rythmiques (p. 47) ? Pour ne citer qu’un exemple qui se répète des dizaines de fois chez Berceo, « “Fradre”, disso, “tu cosa /…” » (SMill v. 85a), il est clair que l’hémistiche ne se laisse pas toujours décomposer en deux séquences rythmiques, même si c’est le cas en général. Le même schéma se rencontre dans Alex (v. 49c, 121a, 351b, 764a, 909a…), Apol (v. 9a, 214b, 356a, 381b…) et FnGz (179c, 202c, 230c, 289b…)1. À l’inverse, il arrive (rarement, il est vrai), que l’hémistiche ne comporte qu’un adverbe (« …/ maravillosament » Mil v. 699b), un nom (« …/ regeneracïon » SMill v. 839c), ou un syntagme nominal élémentaire [Art N] (« …/ la sobresanadura » Mil v. 839c, « …/ la emparedacion » SOria v. 23a), éventuellement prépositionné (« …/ de las tribulaçiones » Alex P v. 1666, « …/ con el conjuramiento » SDom v. 82a, « para soterramjento » Apol v. 294a), quelquefois coordonné (« …/ e en cavalgadura » Alex P v. 2031b, « e los sus mandamientos /… » SDom v. 282b, « …/ e de sus guarneçiones » FnGz v. 64a), voire inclus dans une subordination (« si en el passamiento /… » SOria v. 195b) ou subordonné et coordonné (« …/ e que resuçitavan » FnGz v. 686b). Dans tous ces cas on ne peut identifier deux séquences autonomes pour le rythme et l’accent – on y reviendra.

8De même, Isabel Uría considère que le principe d’articulation avancé dans le circonstant a sílabas contadas n’exprime pas seulement une différence par rapport à la poésie anisosyllabique traditionnelle, mais se réfère à une scansion de type latin que les poètes de clergie appliqueraient au castillan. Elle rappelle notamment que Brian Dutton (1967) a montré qu’Alex articulait en diérèse les rencontres vocaliques <ia>, <ie>, <io> (p. 48). Mais la généralisation de Dutton est abusive ; loin d’intervenir dans tous les cas (ce qu’accorde Isabel Uría), cette articulation est tout à fait exceptionnelle, comme le montre, par exemple, l’étude systématique de tout le corpus des rimes chez Berceo (Pellen, 2001, p. 520) : les diérèses de type latinisant ne constituent que 6 % de l’ensemble des rencontres vocaliques susceptibles, en théorie, d’être mono- ou disyllabiques. Contrairement à ce qui est couramment affirmé dans les études sur le métier de clergie, la norme est donc que les poètes suivent en matière de rencontre vocalique la tendance romane dominante, à savoir la synérèse. Ce qui n’empêche pas l’exception d’exister, mais plutôt comme une licence poétique que comme une dimension constante d’un système qui tournerait le dos à l’articulation usuelle.

9Ce qui invite à reconsidérer la portée du verbe fablar employé en 2c. Isabel Uría écarte peut-être un peu vite son examen en assurant : « El vocablo fablar no plantea problemas ni los ha planteado nunca; equivale a “expresar, decir, componer” » (p. 41).

L’oralité et les clercs

  • 2  Ibid., p. 145 sqq. I. Uría rappelle utilement les caractéristiques les plus fréquentes de la lectu (...)

10On soulignera que le poète, précisément, qui aurait pu recourir à l’un de ces verbes jugés équivalents, a choisi fablar, celui qui implique, à la différence des autres, la réalisation orale, l’articulation phonétique des vers. Fablar, en un sens, est à mettre en corrélation avec sílabas et rimado : la syllabe, le rythme n’ont pas d’existence graphique ; ce sont des entités phonétiques et prosodiques. Pour qu’on puisse compter des syllabes, articulées sur un rythme donné, il faut réciter le vers – à haute voix ou à voix basse, peu importe2. Fablar renvoie, par conséquent, à un mode d’écriture qui impose la lecture simultanée (elle exige, fût-elle silencieuse, une activité au moins virtuelle de type vocal, parlé). La « grant maestrïa » que célèbre le poète ne sera atteinte que si le texte est validé par la lecture, opérant au moins sous sa forme première de veille prosodico-phonétique.

11Fablar suppose, également, l’existence d’une situation immédiate ou médiate de communication où le poète s’adresse à un destinataire, son public, dont il renouvelle souvent la mention, en particulier aux moments stratégiques du récit que sont le début, la fin et tous les changements de chapitre. Ainsi le poète d’Apolonio (qui, lui, initialement, entend bien « Componer hun romançe » v. 1c – mais componer n’implique pas nécessairement le recours à l’écrit –), précise-t-il tout de suite, v. 3a : « En el rey Antïoco vos quiero començar », puis, v. 36a : « En el Rey Antïoco vos queremos tornar » ; relation qui, vue globalement et prise en compte par le narrateur, ne peut être désignée que par nos : v. 36b, 62c, 267a, 325c, 433cd, 628ac, 651a sqq. De même le poète de FnGz (qui lui aussi neutralise dans un premier temps l’opposition écrit/oral : « quiero fer una prosa » v. 1d, mais rectifie rapidement la perspective : « commo el escripto diz, nos assi lo fablamos » v. 14c), instaure dès le départ un destinataire fonctionnel (« contarvos he primero » v. 3a, « ir vos he yo contando » v. 5a), avec lequel s’établit presque aussitôt une communauté et une connivence (« nuestros antecessores » v. 4a), qui en arrive à estomper la distance entre les deux pôles du discours (« tornemos nos al curso » v. 14a, « dexemos nos el conde, […] tornemos a los otros » v. 501a), au point d’assimiler par moments le moi collectif et le moi rhétorique pluriel : « hemos esta razon por fuerza dalongar, | quiero en el rey carlos este cuento tornar » v. 127ab (comp. v. 153ac, 177ab, 659ac).

12C’est dans la mesure où fablar renvoie obligatoirement à l’acte d’élocution et, dans un contexte social ou littéraire, implique un destinataire que les poètes du mester de clerecía ont tellement insisté sur le fait qu’ils choisissaient comme moyen d’expression la langue vernaculaire, devenue la langue de communication par excellence. Mais quand Berceo écrit, sans fausse modestie aucune : « Quiero fer una prosa en roma[nz] paladino | en qual suele el pueblo fablar con so uezino », il ne destine pas pour autant son œuvre au peuple qui utilise cette langue pour communiquer. Isabel Uría souligne que la confusion en la matière est loin d’être écartée. Or, comme elle l’indique, si les clercs ont choisi le castillan, c’est parce que l’essentiel du public auquel ils s’adressaient ne comprenait plus le latin, que même le clergé dans sa grande majorité l’ignorait (p. 149). Bien que les quatre œuvres étudiées ne répondent pas au même degré à un projet d’acculturation morale et chrétienne, il est fort probable (en tout cas pour celle de Berceo) qu’elles s’inscrivent dans le mouvement de réforme que voulaient impulser le IVe concile de Latran (1215) et, un peu plus tard, le concile de Valladolid (1228), dans un effort pour remédier aux dangers qui menaçaient l’Église catholique (hérésies, ignorance, immoralité, p. 133 sqq.).

  • 3  L’alliance de la culture savante et de l’oralité apparaît très clairement, entre autres, dans les (...)

13En fait on se trouve fréquemment en présence d’une double confusion : entre oral et populaire, d’une part, vernaculaire et populaire, d’autre part. L’oralité caractérise à bien des égards la culture médiévale, qu’elle ait été ou non accueillie par l’écrit, qu’elle soit par ailleurs de tradition savante ou populaire3. Quand la strophe 2 de l’Alexandre associe fablar et, conjointement, curso rimado, a sílabas contadas, en qualifiant le style nouveau de « grant maestrïa », elle n’annonce pas la volonté de créer pour le peuple une poésie en castillan ; elle définit simplement les caractéristiques techniques qui feront d’une poésie savante écrite en castillan l’égale de la poésie latine. Dans ce premier tiers du xiiie siècle, le castillan était devenu le support de toutes les traditions possibles : savante, populaire, mi-savante mi-populaire (la gamme était large). À cet égard, les véritables intentions des poètes de clergie quant au public visé ne sont pas parfaitement explicitées. Lorsque Berceo avertit : « quiero fer la passion de sennor sant Laurent, | en romanz, qe la pueda saber toda la gent », il va plus loin que dans la strophe 2 de SDom déjà citée ; mais quelle est l’extension qu’il donnait au syntagme « toda la gent » ? Peut-on supposer qu’il reprenait par un synonyme « el pueblo » de SDom ? Il est plus vraisemblable de penser que Berceo lui-même n’a pas toujours écrit pour le même public, qu’il destinait sans doute à des publics plus restreints des textes dogmatiques et liturgiques comme le Sacrificio et à un public plus large ses vies de saints ou ses œuvres mariales. À plus forte raison, les auteurs des trois autres poèmes, dont l’aspect romanesque et la variété thématique pouvaient séduire des couches assez larges de la société (bien des nobles ne savaient pas lire, mais aimaient se faire lire les textes qui leur plaisaient).

Clergie et jonglerie

14Si aucune référence spéciale n’est faite à la poésie latine (le sceau « de clerecïa » suffit sans doute à identifier la nouvelle poésie comme poésie savante), le poète insiste, en revanche, et assez lourdement, sur l’opposition entre clerecía et juglaría : « Mester trago fermoso, non es de ioglarja, | mester es sen peccado, ca es de clerezia » (ms. O, v. 2ab). Isabel Uría ne s’y arrête guère dans son analyse et n’y consacre qu’une note :

Prescindo del análisis de los versos ab, ya que el sentido de 2a’ no ha planteado ningún problema. En cuanto a 2a” : “non es de joglaría”, creo, con Nicasio Salvador, que el poeta está advirtiendo que su poema no se puede recitar a la manera juglaresca (p. 41, n. 8).

  • 4  Sur « Berceo y la juglaría », voir Dutton, 1984, p. 188-193.
  • 5  Liste que cite I. Uría p. 166. Mais il convient de souligner que Infancia, d’après M. Alvar (éd.), (...)

15En réalité, un problème existe puisque l’auteur y revient, pour le traiter dans sa vraie dimension, p. 162 sqq. Elle admet bien, alors, que l’Alexandre oppose les clercs et les jongleurs, mais tout simplement dans la mesure où les premiers refuseraient que les seconds récitent leurs poèmes4. Pour elle il n’y a pas d’opposition sur le plan du métier, parce que les clercs constituent une école, tandis que les jongleurs ne forment qu’un groupe disparate (Cid, Elena, SMEgipc, Infancia5), où l’on ne parvient pas à dégager d’unité formelle ou thématique.

16En un sens, tout ce qui est dit dans ces pages sur les différences entre les deux métiers est juste et finement perçu dans le détail. Mais la réflexion est un peu biaisée par le refus de reconnaître l’opposition affirmée par la strophe 2 au moyen de procédés rhétoriques redondants, qui ne paraissent pas pouvoir être éludés. Or le support de toutes les comparaisons est mester, et avant même qu’il soit défini il est valorisé, d’abord en lui-même, sans autre référence (« fermoso »), puis juste après (v. 1aβ) par référence au métier des jongleurs (« non es de joglarïa »). C’est donc bien deux types de métiers, c’est-à-dire de modèles poétiques qui sont ainsi opposés, comme le souligne du reste l’expression choisie : le poète n’a pas dit « non es pora ioglares », mais « non es de ioglarja », comme le nouveau modèle est dénommé « de clereçïa ». Au deuxième vers, « fermoso » est repris par « sen peccado », ce qui signifie évidemment que l’art des clercs est exempt des défauts de l’art des jongleurs ; et à nouveau le poète de le valoriser par auto-référence (« ca es de clerecïa ») et de le promouvoir en alignant en fin de vers les syntagmes désignant les deux métiers qui s’affrontent (« non es de joglarïa » / « es de clereçïa »). À noter que si l’Alexandre est effectivement le premier poème de clergie, en cette strophe 2 il a encore à faire ses preuves, à démontrer sa supériorité sur le modèle des jongleurs… La belle assurance affichée est donc un pari sur l’avenir (à moins que la strophe n’ait été écrite après l’achèvement du poème).

17Mais à quoi font allusion les qualificatifs « fermoso » (plus lié à l’esthétique) et « sen pecado » (dont la connotation morale n’est jamais tout à fait absente) ? Comme le montre parfaitement Isabel Uría, la réponse est fournie par les deux derniers vers de la strophe. Pour les reformuler dans la perspective suggérée par « non es de juglarïa », l’art des jongleurs ne repose par sur la cuaderna vía, il ne pratique pas le curso rimado, il ne procède pas a sílabas contadas. Ce sont les trois points fondamentaux qui l’opposent radicalement à l’art des clercs. La poésie épique, par exemple, utilise une laisse de longueur variable (simplement assonancée) ; elle ne décompte pas les syllabes et, dans la mesure où le curso rimado dépend étroitement de l’articulation syllabée, elle n’est pas soumise à un rythme aussi régulier. María S. de Andrés (éd., p. 97) et Manuel Alvar (éd., p. 102) ont souligné, pour leur part, l’irrégularité métrique de SMEgipc, dont les vers sont assonancés deux par deux. En tant que modèle strophique et prosodique, nul doute, par conséquent, que le modèle de clergie ne représente une innovation.

18Est-il aussi différent, malgré tout, que le soutient Isabel Uría (« el molde […] es completamente nuevo en la poesía romance castellana », p. 39) ? Si l’on se réfère au premier et au troisième critères (cuaderna vía et sílabas contadas), c’est incontestable. L’opposition est moins tranchée pour le rythme entre le vers épique et le vers de clergie. Le vers épique, composé de deux hémistiches, tend déjà statistiquement à occuper une longueur de 14 syllabes ou de 8 mots (Pellen, 1986:114) ; mais le plus surprenant est que la longueur en mots observée sur des échantillons du Cid, des Mil et de FnGz est voisine de 8, que du point de vue de sa structure lexico-grammaticale l’hémistiche s’analyse dans les deux types de poésie en deux mots sémantiques et deux mots fonctionnels (ibid., p. 107), que sur le plan du rythme, enfin, il repose sur deux accents majeurs (ce qui signifie tout de même que, hormis l’isosyllabisme, le vers épique présente les mêmes caractéristiques rythmiques essentielles que le vers de clergie).

  • 6  Il ne semble pas (voir schéma de la p. 108) qu’un accent secondaire puisse précéder ou suivre dire (...)

19S’il était donc un point sur lequel les poètes de clergie devaient marquer leur originalité, c’était bien celui de la régularité syllabique et des modalités particulières de leur curso rimado. Cet aspect est magnifiquement traité par Isabel Uría (p. 92-126). S’inspirant de la métrique syntagmatique d’Oreste Macrí (1969), elle montre en détail comment se conjuguent dans les vers de clergie le rythme et la syntaxe pour donner naissance à de véritables figures rythmiques (qui sont au nombre de sept). S’il existe des exceptions, comme on l’a vu plus haut, le vers comporte en général quatre unités syntagmatiques, chacune de ces unités portant un accent principal (soit deux par hémistiche). Deux ressorts complémentaires assurent au rythme sa régularité : lorsque trois mots intrinsèquement toniques se rencontrent dans le même hémistiche, l’un perd sa tonicité étymologique ; à l’inverse, quand un hémistiche ne comprend qu’un mot naturellement tonique, un autre mot atone reçoit un accent prosodique qui rend à l’hémistiche son équilibre global ; de même l’intervalle entre accents principaux ne peut dépasser deux syllabes sans qu’un accent secondaire vienne appuyer une syllabe normalement atone6 ; par ailleurs, la pratique généralisée de la dialèphe fait que l’identité phonétique de chaque mot est partout respectée, quelles que soient les rencontres vocaliques avec les mots voisins (p. 47).

20La régularité qui découle de ces divers rééquilibrages est si caractéristique du métier de clergie qu’elle livre une nouvelle clef ecdotique. Isabel Uría pense qu’une irrégularité rythmique suffit à signaler une erreur de transcription, d’autant qu’elle s’accompagne habituellement d’autres désordres morphologiques ou syntaxiques. Très souvent, elle révèle une perturbation de l’ordre des mots, et le déplacement d’un proparoxyton, par exemple, peut rendre un hémistiche hypermétrique. Isabel Uría en cite de nombreux exemples (p. 111 sqq.), tout en reconnaissant que certains hémistiches atypiques comme en Alex 2dα (« a sílabas contadas », soit [oóoo oóo], avec [ooo]) doivent être conservés sans modification (p. 114).

La prosodie comme clef de lecture

21En réalité, il y a une catégorie de mots qui pose un problème général par rapport au modèle rythmo-prosodique retenu par l’auteur : les proparoxytons, puisqu’il suffit qu’à leur suite on rencontre une syllabe atone pour se trouver devant la séquence atypique [ooo]. De fait, on sait que le métier de clergie les évite en fin de vers. C’est ainsi que chez Berceo on n’en relève aucun exemple à la rime ; ils se massent à la fin du premier hémistiche, mais certains se situent également en position interne, soit dans le premier, soit dans le second hémistiche. Pour Isabel Uría tous les proparoxytons internes provoquent un rythme anormal et elle essaie, par conséquent, de les réduire à des séquences paroxytoniques : « En esos casos, la única manera de evitar el ritmo esdrújulo y convertirlo en llano es dislocar, rítmicamente, el acento » (p. 117). En d’autres termes, le métier de clergie n’admettrait les proparoxytons que s’il peut les traiter comme des paroxytons – que le mot accepte d’être déplacé, que la syllabe excédentaire soit absorbée par la césure ou que l’accent soit purement et simplement décalé dans le mot (comme l’admet parfois Dana Nelson). Cette dernière solution est celle que propose Isabel Uría, par exemple, pour le vers 677b de SDom (à lire « màs sabbádo a viésperas », p. 115).

  • 7  Ces recherches feront l’objet d’une prochaine publication. Les chiffres fournis ici sont susceptib (...)

22Elle présente néanmoins plusieurs inconvénients. Dans l’histoire des langues on observe que la place de l’accent tonique est l’une des constantes les plus solides à travers toutes les modifications phonétiques qui peuvent affecter un mot au cours de son évolution. Il est donc difficile d’admettre que des mots aussi courants que sábado, miércoles, lágrima, soient susceptibles de changer la place de leur accent étymologique pour des raisons de contexte prosodique. La fluctuation accentuelle des mots savants empruntés au latin, et en particulier des noms propres, n’est pas un argument suffisant : ces mots n’appartiennent pas au système central de la langue ; le cas des emprunts n’est pas non plus assimilable à la transmission progressive du lexique. Par ailleurs, les poètes de clergie ne paraissent pas éviter par principe l’emploi des proparoxytons à l’intérieur de l’hémistiche. D’après une recherche récente sur l’œuvre complète de Berceo, on dénombre 662 occurrences de proparoxytons, qui se répartissent dans le vers de la façon suivante (les suffixes 1, 2 et 3 désignent pour chaque hémistiche H les positions initiale, interne et finale)7 :

Hα1

Hα2

Hα3

Hβ1

Hβ2

Hβ3

33

41

522

21

45

0

23Si l’on voulait à tout prix mettre les textes en accord avec le principe énoncé par Isabel Uría, il faudrait, soit modifier l’ordre, soit modifier l’accent de mots pour une proportion (à déterminer) des 86 proparoxytons internes. Or dans le second hémistiche, l’ordre ne peut être modifié, à cause de la rime finale et à cause de l’absence de proparoxyton à la rime ; si l’on ne se résout à transformer término en paroxyton, on devra donc accepter « …/ su término certáno » Mil v. 653c, « a[l] término tajádo » Mil v. 658b. Dans le premier hémistiche, modifier l’ordre reviendrait bien souvent à changer le sens : « un clérigo escuéla /… » Mil v. 354b, « las mártires delánte /… » SOria v. 99a, quand la syntaxe à elle seule ne s’y oppose : « con ábito qual suélen /… » SMill 5d ; de toute façon, la plupart du temps le moindre changement d’ordre entraîne l’hypométrie de l’hémistiche – qu’on ne pourrait à nouveau compenser que par une cheville très conjecturale.

  • 8  I. Uría suggère aussi de modifier l’ordre de ce vers et de lire, au lieu de « non podien de gran g (...)

24Dans certains cas, c’est la phraséologie qui rend plus qu’improbable le changement d’ordre. Ainsi, lorsqu’on envisage de modifier la place du proparoxyton dans le vers 261d d’Alex « e non podien por nada las lagremas tener » pour lire « e non podién las lágremas por nada [con]tener », ou, dans le même sens, le vers 1237c « que non podien los otros las lagremas tener » pour lui substituer « que non podién las lágremas los otros [con]tener », on porte atteinte à l’habitude médiévale de dire tener las lágrimas et non contener las lágrimas. Alex lui-même fait un emploi répété de cette collocation (cf. encore v. 1776a), que l’on retrouve dans Apol (v. 160c, 175c) et chez Berceo (SDom v. 568b8) ; en revanche, sauf erreur, on ne rencontre nulle part contener las lágrimas.

  • 9  Transcription de Geary, 1987.
  • 10  Faz est l’abréviation de Fazienda de Ultramar, DLC renvoie aux Documentos lingüísticos de España, (...)
  • *  Le caractère « & » transcrit le signe tironien (N. d. É.).

25On ferait le même genre de remarques sur les retouches proposées pour Alex v. 2176a « De biesperas ayuso /… » (ms. P) : soit « Ayuso de [las] viesperas », soit, comme le ms. O, « De uiespras en aiuso » (« lección que rechazan todos los editores, sin duda por considerar que la síncopa viespras, seguida de la preposición en, es lección espuria », p. 113). Il se trouve que les constructions les plus courantes sont celles des manuscrits : [de X Adv] ou [de X en Adv]. Dans le sens du ms. P, voir Alex O v. 1779b « podieras de mi aiuso el emperio mandar », SMill v. 384a « De medianoch ayuso /… », Loores v. 37b « … los ninnos de dos annos ayuso », FnGz fol. 42r:24 « fue del cavallo ayvso a[]tierra abatydo »9, FReal 1.8.16:13 « de mil morabedis ayuso fata .c. morabedis », 1.8.16:14 et 2.3.37:20 « de .c. morabedis ayuso », 3.4.70:10, 3.5.72:2, 3.3.72:5, etc. « dent ayuso », 3.8.79:6 « nin dalli ayuso » ; comp. Alex P 1982b « de treynta mjll a suso /… » (« de tres mill a suso »), Cid 2454 « de XX arriba /… », Faz 202:16 « de la cabeça a yuso e de los pies a suso »10, SMill 473c « de Tariego asuso /… », DLC 314:11 « de .C. ouejas a suso » et 314:16 « de .XXX. mezkzales a suso » (1227, Uclés, Cuenca), 345:29-30 « &* de la carrera arriba es de Zambra, & de la carrera ayuso de Lucena » (1258, Écija), FReal 1.9.18:14 « dent arriba », 2.5.37:19 et 3.5.72:12, « dend arriba », 2.15.58:11 « si la demanda non ualiere de .X. morabedis arriba ». Dans le sens du ms. O, si de nombreuses sources n’en offrent aucun exemple, à commencer par Alex (Cid, Berceo, Apol, FnGz, Bocados, Calila, FReal…), on relève tout de même quelques exemples : Faz 202:16 « los que eran de .ii. annos en ayuso », DLC 273:14 « de Torre Mocha en ayuso » et 273:20 « e desende en ayuso » (1215, Toledo) ; comp. DLC 273:24 « e desende en assuso » ; la documentation est beaucoup moins abondante que pour la première construction. Quant au tour proposé par Isabel Uría, il n’aurait comme soutien qu’un exemple unique de Faz 103:25 « a yuso un poco de Jerico es el babtistero ». En résumé, la syntaxe de l’hémistiche 2176aα selon P correspond à la construction la plus répandue, la leçon proposée n’aurait en sa faveur qu’une occurrence marginale. Encore devrait-on tenir compte de la différence sémantique entre les deux, car elles ne sont pas synonymes (alors que l’option P ouvre une perspective dynamique, la version corrigée situe, sans plus, dans le temps par rapport à une limite définie comme référence).

Le « mot » dans la langue médiévale

  • 11  Quand il arrivait à un copiste de développer un amalgame selon la syntaxe normale, il provoquait u (...)

26Mais le problème des proparoxytons et de leur traitement dans le métier de clergie pose, plus largement, le problème du mot dans la langue médiévale (voir p. 99). Si la définition du mot soulève encore aujourd’hui d’âpres discussions parmi les linguistes, il y a tout lieu de penser que le mot avait un contour beaucoup plus flou dans la conscience linguistique du locuteur médiéval. Bien que seules des traces écrites aient été conservées de la vie du mot, elles permettent plusieurs observations. Les scribes tantôt fractionnaient, tantôt collaient des mots (« a quel » “aquelCid v. 26, « en fermos » SDom v. 46c, « tierras dal canz » “tierras de AlcanzCid v. 936 / « amenudo » SDom v. 78a, « Jhesuchristo » SDom v. 393d, « asosoras » “a sos orasSDom v. 653b, « auerlohan » “auer lo hanAlex P v. 3d) ; la répétition d’un rapprochement pouvait entraîner des modifications phonétiques (« enna » “en laSDom v. 103d, « conna » “con laSDom v. 119b, « desta » “de estaSDom v. 247d, « poral » “pora elSDom v. 370b, « fastal » “fasta elSDom v. 514d, « sobrel » “sobre elSDom v. 478c, « davena » “de avenaSDom v. 355d, « comol » “como leSDom v. 563d, « Samillan » “San MillánSDom v. 113c, 127d, « avienna » “avien laSDom v. 582d, « vozealla » “vocear laMil v. 87a, « Manamano » “mano a manoMil v. 12a, « Agosin » “a AgosínSDom v. 625d [où le <A> de « Agosin » ne compte que pour une syllabe11], « nimbla » “ni me laCid v. 3286). C’est parce que le mot qu’on pourrait appeler phonétique ou prosodique fonctionnait à l’écrit comme il fonctionnait à l’oral, en relation étroite avec son contexte immédiat, que les phénomènes de contraction, d’élision, d’assimilation, d’agglutination, de métaplasme dont on trouve des illustrations dans les exemples qui viennent cités ont pu se produire ; et, tout particulièrement, le phénomène de l’apocope. Contrairement à ce qui est souvent affirmé, un monosyllabe terminé par voyelle ne s’apocope pas (il ne resterait de lui qu’une consonne imprononçable) ; ce qui s’apocope c’est la séquence prosodique à laquelle il s’agglutine : pour un pronom, par conséquent, l’unité [V, Pron] : « dixol » SDom v. 135d, « empeços » SMill v. 14b ; mais le support peut être n’importe quel mot, avec lequel il forme un polysyllabe : « sis murio o sil mataron /… » “si se murió o si le mataronMil v. 84b, « ques fuessen » Loores v. 84b, « quandos plego la ora » Loores v. 25c, « allis partra » Loores v. 179d, « muchol plogo » Loores v. 33c.

27Dans ces conditions, toutes les séquences [V, Pron, (Pron)] fonctionnent, du point de vue prosodique, exactement comme des mots proparoxytons, ce qui augmente de façon considérable l’effectif des proparoxytons et modifie sensiblement le contexte prosodique général. À titre d’exemple, Berceo, dans son œuvre complète, emploie 927 séquences verbales proparoxytoniques, dont la répartition est la suivante :

Hα1

Hα2

Hα3

Hβ1

Hβ2

Hβ3

628

36

31

217

15

0

28Leur total représente près d’une fois et demie le total des mots proparoxytoniques. Mais la distribution des deux types est très différente : les séquences verbales, qui regroupent 75 % de leurs effectifs dans le premier hémistiche, préfèrent la position initiale (90 % des occurrences de l’hémistiche), alors que les noms apparaissent surtout à la fin du premier hémistiche. Rien d’étonnant à cette quasi-symétrie : dans la mesure où le(s) pronom(s) (enclitiques) suivent le verbe, ce dernier, s’il est intrinsèquement di- ou trisyllabique, occupe la plus grande partie de l’hémistiche et ne laisse de place que pour un court syntagme nominal, un nom propre ou un adverbe : « vínoli el mandádo /… » SMill v. 75c, « Matándome el Fijo /… » Duelo v. 51a, « envíanos don Christo /… » SOria v. 33b, « dávali amenúdo /… » SMill v. 53c. Au contraire, quand un mot proparoxytonique termine l’hémistiche, il n’exerce aucune contrainte sur le reste de l’hémistiche puisqu’il est pris en compte comme un paroxyton : « dos léguas sobre Nágera /… » SMill v. 3b. Il arrive que les deux types de proparoxytons se rencontrent : « diérongelo los clérigos /… » SMill v. 4d, « Fabláronli las vírgines /… » SOria v. 32a.

29L’abondance des proparoxytons verbaux ne provoque pas toujours l’apparition d’hémistiches atypiques, comprenant [óoo] ou [oóoo] : conformément au fonctionnement général décrit par Isabel Uría, un accent secondaire peut venir équilibrer le rythme de l’hémistiche (« vínoli èl mandádo »). L’une des questions qui se posent est de savoir si, dans une séquence enclitique, le pronom (quand il est seul) ou le second pronom (quand il y en a deux) peut recevoir un accent secondaire. Cette solution permettrait de neutraliser en partie le rythme proparoxytonique [óoò] ou [oóoò] (« fússolì a la mádre /… » SOria v. 201c, « Fabláronlì las vírgines /… »). Mais de toute façon ces figures rythmiques ne sont pas retenues par Isabel Uría dans sa table des figures canoniques (p. 108). Or elles sont nombreuses, soit trisyllabiques : « guárdenos » Mil v. 499b, « sácame » SMill v. 59c, « tórname » Mil v. 844c ; soit quadrisyllabiques : « diciéndoli » SMill v. 112d, « embíame » SMill v. 147b, « faciéndole[s] » SDom v. 648d. Par ailleurs, quand deux pronoms suivent une forme paroxytonique, l’accent recule encore d’une place et l’on obtient des quadrisyllabes ou des pentasyllabes qui, même si l’on place un accent secondaire sur le deuxième pronom [óooò] ou [oóooò], sont également atypiques : « déssatemè » Mil v. 488c, « diérongelò » SMill v. 4d, « perdónetelòs » SDom v. 149c, « tenémostelò » SDom v. 208b.

30En bref, les proparoxytons, noms ou séquences verbales, sont trop nombreux pour qu’on puisse les rejeter du système prosodique normal du métier de clergie. Bien que dans l’ensemble des modèles recensés par Isabel Uría les figures qui viennent d’être mentionnées demeurent relativement rares, elles doivent avoir droit de cité si l’on ne veut considérer comme anormaux tous les hémistiches où elles apparaissent et entreprendre, par conséquent, de les modifier.

31Mais il reste à examiner un dernier aspect du système prosodique des clercs. Isabel Uría déduit du principe a sílabas contadas le caractère obligatoire de la dialèphe (p. 47, 71), c’est-à-dire la séparation syllabique de deux voyelles qui se suivent quand elles appartiennent à deux mots différents. Ce serait également une application à la poésie en langue vulgaire des prescriptions du Verbiginale de Villedieu, qui voyait dans la synalèphe un signe de rusticité (p. 73).

Dialèphe et oralité

32Si l’on tient compte, cependant, de toutes les traces d’oralité que conserve la poésie de clergie – comme en général tout texte du Moyen Âge (contractions, élisions, syncopes, apocopes, métathèses, amalgames, etc., voir ci-dessus) – il est difficile de faire de la dialèphe un principe absolu (à moins qu’on ne l’intègre à l’ensemble des pratiques langagières des poètes : les auteurs de clergie étaient d’abord des gens qui parlaient leur langue ; dans ces conditions, la dialèphe venait, sans plus, réguler l’une des possibilités de la langue orale : le rapprochement en une même syllabe de deux voyelles appartenant à des mots différents). La base de cette prosodie est beaucoup plus l’unité syntagmatique (clausule rythmique) que le mot au sens d’aujourd’hui. La clausule rythmique intègre le mot (ou ses éléments), admet des compensations ou rééquilibrages internes, grâce notamment à tous les phénomènes qui relèvent conventionnellement de la phonétique syntaxique. Elle admet en même temps la variation entre solutions diverses pour une même séquence théorique et l’éventuelle intégration à un syntagme nominal de la préposition qui l’introduit ; la séquence est alors un syntagme prépositionné, qui du point de vue prosodique fonctionne comme une unité d’élocution : « acuestas » [oóo] Mil v. 342d, « deballe » “de balde” [oóo] SDom v. 164a, « ennas sus manos » [òoóo] SDom v. 111b, « conna vejez » [òooóo] SMill v. 260b, « enna mannana » [òooóo] SDom v. 346a, « en est comedio » [òooóo] Mil v. 161c.

  • 12  “ Berceo, Obra completa ”.
  • 13  Détail : [todo + Voy] 36 : [todo a‑] 2, [todo e‑] 31, [todo o‑] 1 (Mil v. 115a), [todo u‑] 2 ; [to (...)
  • 14  Détail : [tod + Voy] 23 : [tod e‑] 21, [tod o‑] 2 ; [tod + Cons] 3 (Loores v. 228d « de tod| bien  (...)
  • 15  L’œuvre complète offre 4 exemples de « l » proclitique : SMill v. 121d « l|amasco » “le amasco” (“(...)

33C’est ce qui s’observe dans des alternances comme « la abbadessa » Mil v. 552a / « labbadessa » Mil v. 560b; « la alma » passim / « el alma » Alex P v. 188b, 507d, Mil v. 115d, « un alma » Mil v. 860d, « al alma » Mil v. 66d, « del alma » Alex v. 2646d ; « de este, ‑i, ‑o(s), ‑a(s) » 12 occ. B-OC12 / « deste, ‑i, ‑o(s), ‑a(s) » 97 ; [todo + (S)N] 95 B-OC13 / [tod + (S)N] 2614 ; « quando » 310 B‑OC / « quand » 59 occ. ; « fasta el » Sacrif v. 139b / « fastal » SLor v. 95d, « pora leon » “pora el leonMil v. 476d ; « dissole, ‑li », « dixole, ‑li » 85 B‑OC / « dissol », « dixol » 37 ; d’une manière générale : « le, li » 668 / « l » 22715 ; « fuerte-mjente cuytada » Apol v. 355b / « fuertement| irado » SDom v. 739a / « fuert-mient| escarmentados » SDom v. 442c, « fuer[t]-mient lo recabdaron » Mil v. 743c / « nol primir[i]en tenazas de fierro tan fuertmientre » Mil v. 242d ; « Abraham dio victoria » “a Abraham”, « ca afirma[r] la dubda » “a afirmarSDom v. 73d / « que a Adam caseste » SDom v. 301c, « fueron a abraçarla » SOria v. 64b.

34Autant d’illustrations différentes de la variabilité du mot en contexte, ce qui ne doit pas faire oublier les variations internes. Aphérèse : « obispo » SMill v. 455c etc. / « bispo » SMill v. 72c etc. ; « enfermerïa » Duelo v. 86d / « fermerïa » Mil v. 245d. Variation morphologique : « beneïto » SDom v. 147b / « benito » SDom v. 223b / « benedita » Mil v. 329a etc. / « bendicta » Mil v. 458a ; « bienventurado » SOria v. 122d / « b[i]enaventurado » Mil v. 903a. Syncope : « discipulo(s) » 17 occ. / « disciplo(s) » 2 B‑OC ; « miraculo(s) » 11 / « miraclo(s) », « miraglo(s) » etc. 64 occ. avec syncope dans B-OC : Ø « milagro(s) » ; « viesperas » 7 B‑OC, « bi(e)speras » 3 Alex P, 0 ms. O / « viespras » 3 Alex O, 0 ms. P, etc. Autrement dit, tous les mots dans le système utilisé n’ont pas une longueur syllabique permanente ; cette longueur varie notamment en fonction du contexte de la clausule rythmique, du syntagme, de l’hémistiche, et sans doute de l’idiolecte dans lesquels un mot s’actualise.

  • 16  Alex : un tirage en suivant la colonne 1 de haut en bas, puis la colonne 2 dans le même sens, et à (...)

35Mais il est bon de préciser l’importance relative des divers phénomènes (morpho-syntaxiques, syntagmatiques, phraséologiques, prosodiques, rythmiques) qui peuvent affecter la régularité et la normalité d’un hémistiche, ainsi que la place effective de la dialèphe. À titre d’exemple, on a procédé à un sondage aléatoire – qu’on pourrait pratiquer aussi par la lecture. Dix strophes de chaque texte (en considérant l’œuvre de Berceo comme un grand texte) ont été tirées au hasard à partir de la table figurant dans l’ouvrage de Charles Muller (1968, p. 23116).

Quelques vérifications sur corpus

36Sur cet ensemble de 320 hémistiches, 86 (soit le quart) présentent au moins une anomalie, soit par rapport à la langue du xiiie siècle, soit par rapport à la prosodie de clergie. Du point de vue du mètre, les irrégularités sont en premier lieu l’hypermétrie (63 cas), puis l’hypométrie (8) ; 14 fois, l’irrégularité (phonétique ou morphologique) n’a pas d’incidence sur la longueur syllabique ; 1 fois (FnGz v. 233aα) l’hémistiche n’est pas en lui-même irrégulier ou anormal, mais doit être retouché par rapport au second. Les procédés utilisés pour régulariser l’hémistiche sont, par ordre de fréquence : la retouche phonologique ou/et morphologique (36), l’effacement d’un élément lexical (31), la modification syntaxique (20), l’apocope (17), la modification lexicale (13), le changement d’ordre (6), l’ajout (6), la diérèse (6) ; exceptionnellement l’amalgame (1), la contraction (1). Parfois plusieurs types d’intervention se combinent, ce qui explique la différence entre le nombre d’interventions (137) et le nombre d’hémistiches modifiés (86).

  • 17  Cette fidélité est sans doute plus apparente que réelle et pourrait bien être l’un de ces effets d (...)
  • 18  L’écart entre le total de ces interventions (102) et le total général des retouches mentionné au p (...)

37Au passage on peut remarquer que la tradition manuscrite la plus fidèle est celle de Berceo (6 retouches)17. L’état du texte appelle plus souvent une intervention dans Apol (19) et Alex (25). Mais de loin la transmission la plus défectueuse est celle de FnGz (52)18.

38Il n’est pas possible ici d’exposer le détail des modifications (cet examen critique pourrait faire l’objet d’une autre publication). Mais on indiquera brièvement la nature des interventions effectuées. Bien qu’elles tiennent toujours compte des éditions existantes, beaucoup diffèrent des leçons qu’elles proposent ; leurs auteurs ne partagent pas tous le même souci de régularité. Ainsi, pour Apol, Carmen Monedero et Dolores Corbella préfèrent en général s’en tenir à la leçon du manuscrit, tout en citant au besoin les suggestions de leurs devanciers. Pour Alex, Jesús Cañas, bien qu’il entende établir la régularité dans le décompte des syllabes (p. 89), recourt parfois à des solutions discutables (par exemple quand il déplace l’accent des imparfaits en -ía : « querián » v. 225a, quand il admet une diérèse dans « pïe » v. 1608b, alors que P atteste « piedes » v. 231c, 266c, 505b, etc.). Quant à FnGz, les éditions de Zamora Vicente ou de Victorio, entre autres, admettent un certain nombre d’irrégularités syllabiques.

39Les modifications phono-morphologiques recouvrent donc plusieurs types de phénomènes. On pourrait imputer à la modernisation spontanée introduite par les copistes la majorité des entorses à la langue des clercs. En tout premier lieu, l’emploi des imparfaits et conditionnels en -ía, source d’hypermétrie (9 cas) : « queri[e] » Alex v. 224a (et O), « soli[e] » (Alex v. 2216b (; « solie »), « deuj[e]n » Alex v. 2216c (; « deuien »), « Fazi[e] » Apol v. 179a et 179c, « sabi[e] » Apol v. 329a, « avi[e] » FnGz v. 233cα, « ujuj[e] » FnGz v. 233cβ, « podrri[e] » FnGz v. 279b. À ce même réflexe d’actualisation on rattacherait la réduction de la diphtongue [je] dans « si[e]lla » Alex 2445d (« siella » ; la strophe rime en ‑iella), dans « cabdi[e]llo » et « casty[e]lla » FnGz v. 457a et 549a ; le pluriel « dioses » pour « dios| » Alex v. 336a (« dios ») ; la substitution de « syn » à « syn[es] » Alex v. 1977a (« sen ») ; de « Para » prép. à « P[o]r| » Apol v. 101b ; la refonte de « con|sim|ent| » en « consentimjente », hapax, Apol v. 101d.

40Des parasitages divers dans la lecture ou la transcription sont sans doute la cause d’autres perturbations : « nunque » pour « nunqu[a] » Duelo v. 14d, « mino » pour « m[art]ino » FnGz v. 457d, « pezemento » pour « peze[ni]ento » “negro como pezDuelo v. 162a, « arçobispo » pour « |obispo » FnGz v. 26d ; l’emploi du masculin pour le féminin dans une rime en ‑adas : « fermosos debaylados » et « puntos ortados » au lieu de « fermos[a]s debaylad[a]s » et « punt[a]s ortad[a]s » Apol v. 179ac (comp. Apol v. 189b) ; la duplication syllabique dans « elect|ïon » Mil v. 761b (I « electecion »). Parfois c’est la variation interne, mal respectée, qui est à l’origine d’une confusion : « desafyar » pour « des|fïar » FnGz v. 297d, « estaua » pour « e|[r]a » Apol v. 608b. Enfin, une modification syntaxique a souvent une composante phono-morphologique : « p[o]di[an] » pour « pudieron » Alex v. 225c (« podian ») ; « fue| contado| » pour « fueron contados » FnGz v. 457c ; « no|s| » pour « non se » Alex v. 1977dβ (« nos »), FnGz v. 95c ; « s[i] » pour « se » (avec effacement de « quando ») Alex v. 1977α (« se ») ; « () entra[nte] de » pour « ala entrada de » FnGz v. 572d.

41Le domaine où l’on observe ensuite le plus grand nombre d’interventions visant à effacer une hypermétrie est celui du lexique, fréquemment enrichi d’éléments factices (31 exemples). Ont donc été effacés : dans Alex « ante » v. 2216bβ, « de » v. 225cα, 225dα, 291aα, « quando » v. 1977dα ; dans Apol « & » v. 346aβ, « todos » v. 101dβ ; dans FnGz « & » v. 196dα, 457dα, « & santos » v. 10cα, « » v. 297aβ, 572aα, « ala » v. 572dα, « con grran mjedo » v. 95aα, « conde » v. 572cβ, « conel » v. 457dβ, « de » v. 457bβ, « faz » v. 457cα, « grran » v. 95aβ, « los » v. 95bβ, « luego en» v. 196dβ, « mucho » v. 297aα, « omn» v. 26cβ, « pueblos » v. 95dβ, « que » v. 10dα, « se » v. 297bβ, « yo » v. 549bα. Il va sans dire que ces éléments ne sont pas effacés au hasard, mais après une longue étude critique, d’abord du texte auquel ils appartiennent, ensuite des autres textes du métier de clergie et, si besoin est, des textes contemporains.

42On a souvent remarqué que les copistes avaient tendance à ajouter des mots de liaison (coordonnants ou subordonnants) à une poésie qui, elle, est volontiers encline à la parataxe et à l’asyndète. On en trouve plusieurs exemples dans l’énumération ci-dessus. Par ailleurs, la variation du système linguistique lui-même entraîne des échanges entre constructions (ex. « sus » / « (los) sus » FnGz v. 95b ; [ir a + INF] / [ir + INF] FnGz v. 297a), tandis que son évolution suggère des adaptations (ex. « do » / « (de) do » Alex P v. 291a). Mais d’autres ressorts jouent aussi dans cette « grammaire des fautes » : le conditionnement du contexte de l’œuvre ou, si l’on préfère, la mémoire du scribe et – ce que l’on néglige trop souvent – les réflexes personnels du copiste, qui peuvent exprimer des préférences stylistiques ou des associations sémantiques au moment de donner sa forme écrite au texte qu’il a lu, ou même qu’il lit à travers le filtre de sa pensée (ex. « yre (yo) con esta Rabia » FnGz v. 549b, « apostoles & martyres (& santos) » FnGz v. 10c, « pudieron» pour « p[o]di[a]n » Alex P v. 225c). En un mot, toutes les leçons dites fautives ne sont pas de simples négligences à rejeter sitôt qu’on les a repérées, mais des lectures à déchiffrer, des manifestations de phénomènes complexes à interpréter avec soin, d’abord en les rapprochant les unes des autres pour mieux les comprendre et les classer, ensuite en les interrogeant par des biais multiples pour recueillir, peu à peu, toute leur signification polyvalente.

43Les effacements, on vient de le voir, ont souvent une incidence syntaxique. C’est pourquoi les modifications de syntaxe sont relativement nombreuses (20). Outre les relations de coordination et de subordination, elles affectent l’emploi des temps (« p[o]di[a]n », non « pudieron » Alex v. 225c, « oye|n », non « oyeron » FnGz v. 10a), des auxiliaires (« e|[r]a », non « estaua » Apol v. 608b) ; elles concernent aussi la rection (« yre yo () vuscar », non « yre yo avuscar » FnGz v. 279a ; « que dizjen », non « conel que dizjen » FnGz v. 457d), la construction du complément d’objet (« el rey e () sus varones », non « e a sus varones » FnGz v. 572a), l’expression du sujet pronominalisé (« yre », non « yre yo » FnGz v. 549b), la grammaire de de (« tan () muchas », non « tan de muchas » Alex v. 225c [« tant muchas »] ; « de pam & () vyno », non « de pam & de vyno » FnGz v. 457b). À quatre reprises la retouche est un peu plus lourde : « () s|[i] cahe », non « quando se cahe » Alex v. 1977d (« se cae ») ; « () [de tod]os delanteros », non « luego enlos d. » FnGz 196d (comp. Alex 1426d « delantero de todos ») ; « fue| contado| », non « fueron contados » FnGz 457c (voir Pellen, 1993, p. 12-13) ; « () entra[nte] dela puerta », non « ala entrada dela p. » FnGz v. 572d (comp. v. 427a et 416b). Dans l’ensemble, comme le rappelle souvent Isabel Uría, ces interventions sont suscitées par un faisceau d’anomalies, dont l’hypermétrie n’est que le symptôme le plus voyant, celui qui de toute façon doit attirer l’attention. Mais la solution n’est pas toujours directe, ni simple. Ce n’est qu’en multipliant les contrôles de tous ordres qu’on tend, dans les situations les plus délicates, vers une leçon très probable.

44Par rapport aux deux premiers types d’intervention, la restitution d’apocopes s’impose plus rarement (17 fois). Elle apparaît dans Alex : « est| » v. 1873c, « no|s| » au lieu de « non se » v. 1977d, « quand| » v. 291b ; dans Apol « Abassosel| » v. 448c, « Acomiendot| » v. 346a, « Com| » v. 22a, « cons|im|ent| » v. 101d, « feçist| » v. 74a, « leuantos| » v. 608b, « prisist| » v. 583d ; dans FnGz « com| » v. 42a, 42b, « est| » v. 42c, « grran| » v. 572b, « no|s| » v. 95c, « no|m| » au lieu de « non se me » v. 297b, « quem| » v. 297d. Tous ces cas appartiennent à la variation habituelle de la langue dans la première moitié du xiiie siècle : séquences (verbales ou non) comportant un pronom enclitique, adverbes-conjonctions comme cuando, como, démonstratifs (este). Si l’on peut noter que le nombre des restitutions est inférieur au nombre des apocopes originelles conservées dans le corpus (32), on soulignera tout de même qu’elles représentent, négativement, une modernisation dans le sens de la forme pleine de 34,7 % des apocopes employées par les textes sources. Cette réaction s’inscrit dans le mouvement général de rétablissement des formes pleines qu’avait lancé Alphonse X (Lapesa, 1985, p. 239 et 249), mais traduit surtout un retournement de tendance par rapport à une norme (la forme pleine) qui toujours était restée largement majoritaire (Pellen, 1999). En un sens, les 17 suppressions d’apocope par le(s) copiste(s) constituent l’un des aspects d’une mise à jour des textes de clergie, effectuée sans tenir compte de la régularité prosodico-métrique de ces poèmes.

  • 19  Dans les dictionnaires consultés, seuls Kasten, 2001 et le DME de M. Alonso font état, s. v. caber (...)

45Les modifications du lexique (13 cas) concernent principalement des mots ou séquences dont la retouche partielle change l’identité des termes utilisés. Dans Alex « [all]y », non « y » v. 336a, « s|[i] », non « se » v. 1977d, « |y », non « ay » v. 336d ; dans Apol « cons|im|ent| », non « consentimjente » v. 101d, « P|[o]r| », non « Para » v. 101b, « punt|[a]s », non « puntos » v. 179c ; dans Berceo « |[i]uego », non « ruego » SDom v. 628b (ms. S) ; dans FnGz « cav|eros », non « cavalleros » v. 196c, « () [de tod]os », non « en los » v. 196d, « e|[l] », non « este » v. 26c, « entra|[nte] de », non « a la entrada de » v. 572d, « |obispo », non « arçobispo » v. 26d, « |r[r]|on», non « oraçion » v. 233a. Tous les vocables de remplacement existent par ailleurs dans le texte concerné ; en général, les substitutions parasites s’expliquent à la fois par des confusions de lecture et des contaminations sémantiques (« ally » / « ay » / « », « oraçion » / « raçon », « puntos » / « puntas ») ; deux fois au moins, la leçon critique efface un anachronisme hautement probable ou une aberration douteuse : « para » dans Apol entraîne une hypermétrie dans les trois hémistiches où il est employé (comp. v. 87d et 251c), sans qu’on puisse trouver une autre raison à cette hypermétrie ; « consentimjente » est un hapax dont C. Monedero affirme un peu vite « que nunca significó “piedad” » (le DCECH ne mentionne que consentimiento, dont il ne fournit avant Nebrija qu’une seule attestation dans le DLC de la Rioja Alta n° 86:15 [1227, Arcos]). Si le lexique n’est pas le domaine le plus déstabilisé par la transmission, on constate cependant qu’un glissement est vite opéré entre deux formes proches et qu’une altération peut porter atteinte à la nature profonde du texte. À cet égard un terme comme cabero ne paraît pas pouvoir fonctionner comme simple synonyme de caballero, malgré l’échange auquel procèdent sans cesse les éditeurs (voir aussi Muro, 1989, p. 132) ; une étude approfondie serait nécessaire, dont les résultats auraient éventuellement des conséquences sur la lecture prosodique de FnGz19.

46Avec les modifications d’ordre on touche aux domaines où l’intervention se fait rare (6 occ.). Une inversion dans les limites de l’hémistiche suffit parfois à effacer l’hypermétrie : « \rretrayen\ otras cosas () » au lieu de « otras cosas rretrayen » Alex v. 2216d (« otras cosas retrayan ») ; mais en général c’est la répartition des éléments entre les deux hémistiches qui doit être revue et l’échange se passe donc dans le cadre du vers : « \{T}odos\ {s}in cons|im|ent| / seremos () estragados » Apol v. 101d, « perdieron () mucho[s] dellos / \con () mjedo\ los sentydos » FnGz v. 95a, « quando \ovo\ () el conde / \la |r[r]aç|on\ () acabada » FnGz v. 233a (qui se répète, avec la bonne leçon, au v. 225a et, à un détail près, au v. 311a). L’étude des contextes montre que la plupart des perturbations d’ordre proviennent de contaminations entre paradigmes, c’est-à-dire entre formules, séquences syntagmatiques ou hémistiches qui se répètent, avec d’éventuelles variantes. Elles sont favorisées par telle ou telle proximité formelle ou sémantique (« raçon » / « oraçion »).

47Un ajout, normalement, n’est envisagé que lorsque aucune autre solution n’est possible ou qu’une lacune est probable, voire certaine. Le principe même d’économie interdit donc de les multiplier. On n’en relève que six dans le corpus : pour Alex « [los] aujen » v. 225d (« los fazian »), « [&] duques » v. 336b (« & duques »), « [luego] bien de chiquiella » v. 2445b (« luego bien de c. », « Asïa [es] el cuerpo » v. 2509a (« Asïa es el corpo » ; pour FnGz « [ouieron] derramada » v. 10b (l’hémistiche 10aβ a pu neutraliser ce quasi-paronyme), « [don] çi[n]dus » v. 26a (comp. v. 25d d’une part et v. 563a et 591a de l’autre). Dans le cas d’Alex, le second manuscrit permet de vérifier qu’il s’agit bien de lacunes de transcription. Pour FnGz cette vérification n’est réalisable, en partie, qu’à travers les concordances.

48Tout comme l’ajout, et pour les raisons indiquées plus haut, la diérèse (inhabituelle) est à utiliser avec parcimonie. Les six exemples du corpus s’intègrent à une variation bien attestée par ailleurs : pour Alex, « rreÿs » v. 336c, « muÿ » v. 1873a (O, hypom. « Auie bon corpo /… »), « Asïa » v. 2509a (O id.) ; pour Berceo, « fuï » Duelo v. 14c 2 fois, « elect|ïon » Mil v. 761b. Souvent, le contexte immédiat utilise la même forme sans diérèse : « Asia » Alex v. 2509d, « election » Mil v. 760d. Dana Nelson (1991, p. 90) se dit opposé à l’articulation dissyllabique de muy, après lui avoir été favorable ; mais il est peu probable que les copistes aient systématiquement remplacé tous les mucho qu’aurait employés Berceo, car la même variation de muy se rencontre dans tous les textes de clerecía : ex. Alex v. 149c (P‑O), 153c (P‑O), 358a (P‑O) ; Apol v. 115a, 215d, 317d ; Berceo SMill v. 219a, 450b, SDom v. 430b (voir Pellen, 1993, p. 99-113) ; FnGz v. 218d, 370b, 659b.

49Enfin, les deux hapax mettent en jeu des solutions que la langue médiévale mobilisait plus rarement, mais sans réticence. L’amalgame pour Apol 448cβ dont la leçon du manuscrit, « …/ & el mal del coraçon », ne serait que le développement, est une possibilité plus intéressante (et plus conforme à la syntaxe du vers) que la suppression du coordonnant. Au v. 26bβ de FnGz, la contraction « d|espanones » ne pose aucun problème (comp. v. 188c, 608c « despaña », et a contrario l’hypermétrie de 127aβ, 133aβ, 224cα, 399dα etc.).

50Si l’on essaie maintenant de dresser le bilan du contrôle effectué et des retouches critiques, on rappellera que les trois quarts des hémistiches du corpus ne présentaient aucune anomalie. Pour mieux circonscrire le problème virtuel de la dialèphe, on soulignera d’autre part qu’avant toute retouche critique, 220 hémistiches sur les 320 étudiés (soit 68,8 %, plus des deux tiers) ne présentent aucune rencontre vocalique entre mots, ce qui limite la possibilité d’une synalèphe au tiers restant. Mais, quand une rencontre se produit dans les hémistiches réguliers (68 fois : dans 4 hémistiches il y a deux rencontres), elle se produit avec dialèphe ; une synalèphe entraînerait l’hypométrie de l’hémistiche, qui s’accentuerait dans les hémistiches comprenant deux rencontres : Alex v. 694cα « si el me acomete », Apol v. 291bα « Lo al por la su alma », SDom v. 628cα « o a si o a otri », FnGz v. 42dα « por que ovo el rreyno ». En revanche, dans les hémistiches irréguliers ou défectueux (86), une synalèphe n’est pas toujours possible puisqu’il n’existe pas de rencontre vocalique dans 52 de ces hémistiches, et quand il existe une rencontre, la synalèphe ne résoudrait pas toujours le problème qui se pose, soit que l’hémistiche ne souffre pas d’irrégularité syllabique (15 cas), soit qu’une synalèphe le rendrait hypométrique (ex. Apol v. 329aβ « ca antes la sabia »), soit qu’il souffre déjà d’hypométrie (8 cas), soit qu’une synalèphe ne suffise pas à réduire l’hypermétrie (ex. Alex v. 2216bβ « que non solia ante aver », FnGz v. 26cβ « este santo omne confessor »)…

51L’attention se concentre donc sur les hémistiches où seule une synalèphe (deux au besoin) serait de nature à compenser l’hypermétrie de l’hémistiche (lu avec dialèphe généralisée). On ne relève que 23 exemples de ce type, 3 dans Alex (v. 291bα, 336dα, 1873cα), 7 dans Apol (v. 22aα, 74aβ, 346aβ, 448cα, 448cβ, 583dβ, 608bβ), 13 dans FnGz (v. 10aβ, 26bβ, 26dβ, 42aβ, 42bα, 42cα, 196dβ, 233aβ, 297aβ, 297dα, 457dα, 572aα, 572bβ). Par rapport au corpus examiné ils ne représentent que 7 % des hémistiches et le quart des hémistiches défectueux. Il est superflu d’insister sur le caractère limité, voire marginal dans l’ensemble du corpus, du problème de la synalèphe virtuelle. Mais son importance se réduit encore quand on analyse un à un ces exemples. Certains traitements des rencontres vocaliques, comme les contractions, les apocopes, les amalgames, ne sont à bien des égards que des substituts ou des relais de la synalèphe (les contractions et les amalgames entre voyelles identiques ne s’en distinguent qu’à l’écrit). Or huit hémistiches perdent toute anomalie métrique si l’on procède à ces petits aménagements grapho-phonétiques : par contraction FnGz v. 26b « d|españones pastor » ; par apocope de como Apol v. 22aα « Com| era apolonio », FnGz v. 42aβ « com| avedes oydo », 42bα « com| ovo por las paryas », du verbe Apol v. 74aβ « me feçist| entende», 583dβ « que prisist| en jnfançia », du pronom enclitique Apol v. 448cα « Abaxosel| el duelo », FnGz v. 297dα « sabre por quem| oso » ; par amalgame, Apol v. 448cβ « &-el mal del coraçon ».

52Il reste alors 14 hémistiches pour lesquels une solution aussi simple n’est pas d’emblée envisageable, faute de disposer par ailleurs, comme c’est le cas pour les précédents, de variante où la graphie porterait des traces de pratiques orales d’abrègement – du moins dans l’état actuel de dépouillement des manuscrits. Par exemple, il n’est pas attesté que la séquence « auie-aÿ » (Alex v. 336d) soit traitée comme un trisyllabe, que « ovo-en » (FnGz v. 42cα) ou « luego-en » (FnGz v. 196dβ) fonctionnent comme dissyllabes, que le coordonnant « & » se fonde avec une voyelle suivante différente pour ne former qu’une syllabe (« &-otrro » FnGz v. 451dα), pas plus que « do » (« do-estaua » Apol v. 608b). À l’inverse, on pourrait citer de nombreuses références pour divers phénomènes comme l’apocope de « quando » (de préférence à une synalèphe hypothétique, Alex v. 291bα « quand| fizo en los niños »), ou de « grande » (FnGz v. 572bβ, de préférence à « goço-ovieron »), de « esti » (FnGz v. 42cα « en est| comedio », plutôt que « ovo-en »), comme la construction non prépositionnelle des verbes de mouvement (FnGz v. 297aβ « le yre yo () vuscar », plutôt que « le-yre »). On dispose également pour Alex des leçons de O, qui parfois lèvent toute incertitude (v. 336d « auia y un pueblo »), parfois proposent une variante possible (v. 1873cα « nunca fue en el mundo »).

  • 20  La leçon retenue pour FnGz v. 196dβ (« () [de tod]os delanteros ») est à considérer comme provisoi (...)

53Le choix entre la synalèphe et une autre solution se restreint finalement à 8 hémistiches, pour lesquels on peut préférer à la synalèphe, même si l’on n’y est pas hostile par principe, une leçon reposant sur une analyse patiente mais globale des paradigmes linguistiques et stylistiques du métier de clergie, complétée par un examen systématique des « fautes de transcription ». Ainsi, tous les manuscrits ont tendance à multiplier les coordonnants parasites. Leur effacement enlève toute anomalie aux hémistiches 346aβ d’Apol (« () dotela A crïar ») et 451dα de FnGz (« () otrro dela montaña »). De même la variation dans la construction du complément d’objet de personne ou dans l’emploi de ser/estar comme auxiliaires peuvent expliquer un parasitage aux vers 572aα de FnGz (« el rey e (a) sus varones ») et 608bα d’Apol (« do estaua assentada » pour « do e|[r]a a. »). Les retouches apportées aux quatre derniers hémistiches susceptibles d’être lus avec synalèphe (FnGz v. 10aβ, 26dβ, 196dβ, 233aβ) s’inspirent du principe général qui consiste à éviter d’introduire dans un texte toute modification qui ne s’appuierait pas sur une pratique vérifiable20.

54Au bout du compte, mais seulement une fois qu’ont été exploitées toutes les possibilités d’abrègement qu’offrait la langue médiévale, et plus particulièrement la langue parlée, le corpus comprend 92 rencontres vocaliques (au lieu des 104 initiales). Ces rencontres, dans tous les cas, mettent en jeu une dialèphe. En fait, la différence entre les nombres signifie que la synalèphe et l’une des autres formes d’abrègement sont équivalentes du point de vue métrique (à quelques exceptions près). Il n’en est pas de même sur le plan prosodique et, à cet égard, c’est la prosodie spécifique du métier de clergie qui écarte bien souvent la synalèphe (quand l’une des raisons mentionnées plus haut ne suffit pas à la proscrire). La synalèphe implique, en effet, qu’on rapproche dans la même clausule rythmique deux éléments qui aussi bien appartiennent à deux clausules différentes (ce que montrera aisément une comparaison systématique des paradigmes rythmiques). Ainsi, bien qu’en théorie une synalèphe soit possible entre « fizo » et « en los njños » (Alex v. 291b), les deux voyelles sont séparées par la légère pause entre les deux clausules de l’hémistiche, ce qui empêche la synalèphe ; la solution par l’apocope de « quando » est alors la seule qui permette de sauvegarder l’identité prosodique de l’hémistiche : « quand| fizo // en los njños ». On répéterait la même remarque pour d’autres hémistiches : Alex v. 1873cα « nunca fue // en est| mundo », Apol v. 22aα « Com| era // apolonio », 608bβ « do e|[r]a // assentada », FnGz v. 572bβ « mui gran| goço // oujeron ».

55En revanche, dans les hémistiches défectueux qui ne comprennent aucune rencontre vocalique, force est de recourir, on l’a vu, à des procédés variés, non seulement pour satisfaire à la régularité métrique, mais pour libérer la langue et le style de certains anachronismes, pour retrouver autant que faire se peut le rythme du métier de clergie. Ce travail, avec les moyens dont nous disposons aujourd’hui, pourrait être réalisé avec beaucoup plus de rigueur qu’auparavant grâce à la possibilité d’étudier dans le détail la variation de la langue sous tous ses aspects, de vérifier l’acceptabilité d’une leçon en interrogeant les textes complets et d’autres textes contemporains. Même en se limitant au petit corpus ici examiné, on fait presque le tour, dans les hémistiches réguliers, des phénomènes qui sont mis à profit dans les retouches critiques ; ce sont ceux qui caractérisaient la langue de la première moitié du xiiie siècle : alternance formes pleines (dominantes) / formes apocopées (« Fizolo » Alex v. 2216a, « diole » Alex v. 2216b, « Levantose » Alex v. 2445a, « Levolo » Mil v. 147a etc. / « nol » Alex v. 694b ), ‑ié (modèle dominant) / ‑ía pour les troisièmes personnes de l’imparfait et du conditionnel (« podrje » Alex v. 1873d, « ternjen » Alex v. 694d / « tenia » Alex v. 1873b), possessif simple / possessif articulé (« sus hazes » Alex v. 872a, « su lazerio » Apol v. 291a / « la su alma » Apol v. 291b, « la su sangre » FnGz v. 10b), construction du complément d’objet de personne sans a ou avec a (« Saluo duenyas de casa » Apol v. 329c / « guïo a iudas » Mil 707d, « matavan alas madres » FnGz v. 95b), présence de diérèses étymologiques que l’évolution n’a pas conservées (« reÿna(s) ») ou de diérèses inhabituelles (dans des mots savants comme « oçïent » Alex v. 2509a), variation ser / estar (« era […] casada » SMill v. 171c / « estaua preso » SDom v. 628a, « estava […] alzada » Mil v. 147b), etc.

56D’où l’importance que revêt une connaissance précise de la langue dans laquelle ont été composés les textes de clergie. Leur témoignage est d’autant plus précieux que les textes en langue vernaculaire remontant aux premières décennies du xiiie siècle ne sont pas très nombreux. Comme les historiens de la langue y puisent tout autant que les historiens de la littérature, quelques commentaires sur leur chronologie peuvent aider à mieux les situer en diachronie.

Chronologie des œuvres de clergie

57Une fois de plus, dans cette tentative de clarification l’ouvrage d’Isabel Uría servira de guide et de référence. Si c’est la seconde partie qui aborde le plus en détail les problèmes que pose chacune des quatre grandes œuvres, et entre autres celui de sa datation, la première fournit déjà des indications décisives sur le contexte historique et culturel dans lequel a pu apparaître le métier de clergie (p. 55-92) et sur son caractère d’école (p. 158-162).

58La plupart des chercheurs sont d’accord sur la chronologie relative des œuvres. Alex ouvre la voie ; la production de Berceo interviendrait ensuite et s’étalerait sur plusieurs décennies à partir de 1230 (d’après les datations proposées par Dutton, Duelo, p. 3), tandis qu’Apol et FnGz prendraient place, le premier vers le début du cycle, le second plutôt vers la fin. Mais on ne peut parler d’unanimité. La Crestomatía del español medieval, par exemple, présente successivement Berceo (entre c.1230 et c.1265), Apol (« entre 1230 y 1250 »), Alex (« h. 1249 ») et FnGz (« h. 1250 »). Les éditeurs des textes, de leur côté, restent prudents. Jesús Cañas (1988, p. 31) considère que la date d’Alex « sigue siendo en la actualidad una auténtica incógnita ». Dolores Corbella (1992, p. 13), se rangeant à l’avis d’auteurs qu’elle ne cite pas, retient pour Apol une date « que se situaría definitivamente hacia el año 1250 », non sans rappeler à la page suivante que Manuel Alvar préférerait c.1260 (à cause du traitement apocopé des pronoms). En ce qui concerne FnGz, Victorio (1984, p. 29) en fixe la composition entre 1250 et 1252, à partir d’allusions au contexte historique. Pour des raisons diverses, finalement, les trois textes pourraient accepter la date commune de c.1250.

59Isabel Uría reprend les arguments exprimés par les uns et par les autres et les options souvent divergentes qui en découlent –ex. pour Alex Willis (1934) retenait les années 1201 ou 1202, Marcos Marín (1987) 1205 ; Baist (1897) et Alarcos (1948) c.1220-1229. Tout en manifestant certaines réserves sur la chronologie (incomplète au demeurant) des œuvres de Berceo proposée par Brian Dutton, elle admet qu’elle est probable (p. 286). Selon Dutton, SMill serait la première des œuvres du poète (c.1230). Viendraient ensuite SDom (c.1236), l’ensemble Sacrif, Duelo, Himnos, Loores, Signos (c.1236-c.1246), les Milagros (les 14 premiers, a.1246 ; les autres, sauf le XXVe, entre 1246 et 1252 ; le XXVe p.1252), SOria (c.1252-1257), SLor (laissé inachevé, il aurait été en cours de rédaction en 1264, date présumée de la mort de son auteur).

  • 21  Il est important de distinguer la phraséologie courante, dont on retrouvera des traces dans la plu (...)

60Si Berceo est bien né avant 1196, comme on peut le déduire de certains documents (p. 267), sa vie déborde avant et après l’époque pendant laquelle a fleuri le métier de clergie. Mais, étant donné que son œuvre fait rarement allusion au contexte historique de son époque, il est probable que seule l’analyse des textes permettra d’en affiner peu à peu la chronologie interne (Dana Nelson, 1991, a montré qu’on pouvait de cette manière obtenir des résultats intéressants), voire, pour certains textes, d’envisager une datation. Mais il est difficile d’appuyer une datation sur des arguments purement linguistiques. Berceo, né à la fin du xiie siècle, parlait le castillan de cette fin du xiie et des premières années du xiiie siècle. On ne remarque pas d’évolution très marquée à travers son œuvre, du moins tant qu’une analyse globale et rigoureuse n’a pas été réalisée sur son lexique, sa syntaxe, sa phraséologie21 – dont on peut attendre soit des révélations, soit une simple confirmation de connaissances triviales ; mais il faut la faire, et de façon exhaustive.

61Puisqu’il a été le contemporain direct des autres auteurs de clergie, il est peu probable qu’une comparaison linguistique des textes permette d’apprécier entre eux une distance significative quant au système utilisé susceptible de déboucher sur un classement chronologique (la difficulté est accrue par le filtrage des scribes, les contaminations dialectales, les interventions ponctuelles). En revanche, elle devrait faire ressortir encore davantage les convergences, les répétitions, les coïncidences, l’intertexte, renforçant l’appartenance à une même école. Et qui dirait ici école poétique dirait aussi école de formation. Car la poésie des clercs s’inscrivait dans un vaste projet culturel de romanisation ; elle devait répondre également à des besoins de son temps, qu’on peut percevoir dans d’autres sources ; elle est, dans ses structures, charpentée de rhétorique, et cette rhétorique s’apprenait, tout particulièrement dans les universités. Pour l’Espagne de cette époque, évidemment, la première en date est l’université de Palencia.

62C’est par rapport à l’histoire de cette université, et en relation avec les jalons à peu près assurés de la vie de Berceo et l’antériorité de l’Alexandre, qu’Isabel Uría procède à une révision partielle de la chronologie. L’université de Palencia a connu deux périodes de splendeur : c.1208-1217 et 1220-1225 (p. 57-58). Son lien avec le métier de clergie paraît désormais démontré, même si aucune preuve documentaire ne vient compléter le faisceau de présomptions et d’arguments réuni par Dutton et d’autres chercheurs. Si donc l’auteur de l’Alexandre a été formé à Palencia par les maîtres étrangers venus de France et d’Italie à l’initiative d’Alphonse VIII (p. 65-66), entre le temps de ses études (commencées c.1210 ?) et le temps de conception et de rédaction de l’œuvre (au moins de sa première version ou de sa première partie – à supposer qu’il y en ait eu deux ou plusieurs –), on pourrait admettre un intervalle d’une dizaine d’années. Ce raisonnement amène Isabel Uría à fixer le créneau 1220-1227 comme époque de composition du poème. Cette datation (encore globale et approximative) ferait naître l’auteur d’Alex quelques années peut-être avant Berceo, ce qui expliquerait sans peine le fait qu’au dire de Nelson (1991, p. 143) leur langue soit identique.

  • 22  Sans être passée par l’université, Tarsiana, dès l’âge de 12 ans, « Sabia todas las Artes era maes (...)
  • 23  Toutes les références et citations, comme celles de la note 21, proviennent du cédérom Admyte1.

63Berceo se serait formé lui aussi à Palencia, mais un peu plus tard que l’auteur d’Alex : Isabel Uría retient pour cette formation les années 1222-1227 (p. 269) ; à cette époque Berceo avait entre 26 et 31 ans. On peut se demander pourquoi il aurait attendu 26 ans pour commencer ses études et ne les aurait terminées qu’à 32 ans. Si la première formation lui a été donnée à San Millán (SMill 489 et SDom 108), il a très bien pu poursuivre ses études à l’université de Palencia : il avait vers 1210 une quinzaine d’années et c’était l’âge où les écoliers fréquentaient les facultés des arts (Verger, 1999, p. 62)22. Il fallait avoir 21 ans pour devenir maître ès Arts (Verger, 1999, p. 66) ; Berceo les avait vers 1216. On ne peut oublier qu’à l’époque (ou peu après) l’âge minimum requis pour être témoin dans les affaires non criminelles était de 14 ans (Partidas, fol. 185r°, tít. 16, ley 8), qu’on pouvait devenir juge ordinaire à 20 (Partidas, fol. 154v°, tít. 4, ley 4)23. La prise en compte de telles considérations suggérerait de revoir la biographie de Berceo dans un sens qui ferait de lui, en tant qu’étudiant, le contemporain de l’auteur d’Alex. On n’en conclurait pas, pour autant, avec Dana Nelson, que les deux écrivains seraient une seule et même personne. Mais cette coïncidence dans les études expliquerait mieux que Berceo et l’auteur d’Alex se soient connus et aient pu éventuellement collaborer – comme l’envisage Isabel Uría p. 184 – dans l’élaboration du long poème, que le nom de Berceo soit mentionné, même si c’est à tort, dans le ms. P (v. 2675b) et dans le ms. O (v. 1548d). Par ailleurs, si l’auteur d’Apol pouvait présenter comme une « nueva maestrïa » (v. 1c) le métier de clergie dont il se réclamait, la date à laquelle il composait son œuvre ne saurait se situer de trop longues années après la publication d’Alex. En admettant que ce dernier ait été achevé vers 1227, il est peu probable que la composition d’Apol soit postérieure à 1235 (c’est l’avis d’Isabel Uría). Et même, dans le cas où le métier de clergie serait né d’une initiative commune à un groupe d’étudiants de Palencia qui auraient fait ensemble au moins une partie de leurs études et auquel aurait appartenu l’auteur d’Apol, une datation c.1230-1235 serait encore plus vraisemblable.

64Pour en revenir à la chronologie de Berceo, il conviendrait de revoir légèrement la proposition de Dutton (1975, p. 3) concernant la composition de SMill : « [a]ntes de 1236, hacia 1230 ». En 1230 Berceo, âgé de 35 ans, aurait achevé ses études depuis plusieurs années (rien n’indique qu’il les ait poussées jusqu’au doctorat de théologie, qu’on ne pouvait présenter qu’à cet âge : Verger, 1999, p. 66). S’il a bien participé à la création du nouvel art poétique, voire à la rédaction de son premier monument, il serait étonnant qu’il soit resté plusieurs années sans rien écrire lui-même (d’après la transmission manuscrite il semble bien que SMill soit son premier texte). D’autant que le monastère de San Millán, qui connaissait depuis le siècle précédent des difficultés économiques sérieuses, avait besoin d’assurer ses revenus et avait entrepris, par l’intermédiaire de son moine Fernando, de falsifier quelque peu l’histoire et d’appuyer ses revendications sur des documents favorables. Dutton (1984, p. 207) précise que Fernando a composé ses écrits vers 1225-1230, époque où le monastère achevait une réorganisation de son domaine en le recentrant géographiquement (Varaschin, 1989, p. 27). On peut penser que l’œuvre de Fernando, en latin, destinée à une utilisation officielle dans les conflits qui opposaient fréquemment San Millán à d’autres monastères, et l’œuvre en castillan de Berceo, destinée à un public élargi, n’ont été que les deux manifestations complémentaires d’une volonté d’imposer la politique économique qui s’appuyait sur les fameux Votos, traditionnels mais souvent controversés.

65Dutton (p. 57) estime que Berceo « debía de conocer al autor Fernandus ». Il est difficile d’imaginer qu’ils aient pu séparément participer à l’opération d’assujettissement qu’avait décidé de mener le monastère à l’égard de tous ceux qui étaient censés lui devoir des rentes. C’est dans ces circonstances que SMill aurait été rédigé, autrement dit entre 1225 et 1230. Si l’on ne peut réduire l’œuvre à sa fonction de propagande, comme Dutton était tenté de le faire, il paraît indéniable qu’elle a été pensée et structurée pour assurer cette fonction fondamentale. Les vers et les strophes commentés par Dutton (p. 201-203), leur position stratégique dans le texte, tout montre que l’intention économique était intimement liée au projet d’édification et au projet littéraire.

66Dana Nelson, observant certains parallélismes dans l’apocope de plusieurs formes courantes (Nelson, 1991, p. 16-17), que Berceo progressivement tend à éliminer, en vient à assigner la même date de composition à SDom et à SOria :

[l]a creación más o menos coetánea de SO y SD se confirma en la parquedad con que emplea el poeta en sus textos las formas extranjerizantes com/quand y la apócope pronominal (p. 30).

67Faudrait-il donc retarder la composition de SDom jusque vers 1252-1257, date proposée par Dutton pour SOria ? Le fait que SDom figure dans le ms. S réalisé c.1240 (Dutton, 1978, p. 18) oblige à écarter cette éventualité. À l’inverse, on ne peut rapprocher SOria de SDom, car l’allusion précise de SOria v. 2a à la « vegez » de l’auteur implique qu’il a dépassé la cinquantaine (Dutton, 1975, p. 3 et 1971, p. 170). Voir Partidas, fol. 188r°, tít. 16, ley 29 : « Enpero si alguno quisiesen [sic] aduzir por testigo en iuyzio al que fuesse tan vieio de çinquanta años arriba »… Or si Berceo est né effectivement c.1195, en 1252 il avait 57 ans déjà. Tout au plus serait-il possible d’avancer légèrement l’intervalle retenu par Dutton et de dater SOria de c.1250-1255.

68Auquel cas SOria serait contemporaine de FnGz, pour lequel on retient généralement c.1251 (Victorio : entre 1250 et 1252). La distance entre Alex et Apol, d’un côté, et FnGz de l’autre – entre quinze et vingt-cinq ans – rend très improbable l’hypothèse selon laquelle l’auteur de FnGz pourrait appartenir lui aussi à la génération qui a créé le métier de clergie (à moins que toutes ses œuvres antérieures n’aient été perdues). Le décalage d’une ou deux générations par rapport aux fondateurs de l’école correspondrait à un éloignement identique dans le temps par rapport à la grande époque de l’université de Palencia (1220-1225). Mais quelle qu’ait été la nature de ses liens avec ses devanciers, l’auteur de FnGz connaissait parfaitement leurs œuvres, comme la critique l’a montré avec de plus en plus de précision (Isabel Uría dresse un bilan de ce travail p. 319-322). Berceo, de toute façon, continuait à écrire selon les mêmes canons poétiques et si la première strophe de FnGz est pratiquement une réplique de la première de SDom on ne peut y voir un effet du hasard – malgré la grande part de ritualisation et de figement stéréotypé dans ces strophes introductrices –, car ce sont les deux seules de tous les poèmes de clergie à partager, outre cinq de leur huit hémistiches, la rime en -osa. Comme Berceo, vers 1250, ne devait plus être très mobile (« so ya cansado », SOria v. 2a), la présence de son œuvre dans FnGz laisse supposer ou bien des contacts personnels prolongés entre les deux poètes, ou bien une diffusion assez large de la poésie du premier (sur laquelle on ne dispose d’aucun renseignement).

Perspectives

69En tout état de cause, Berceo garantit dans l’art de clergie une continuité d’au moins trois décennies. La différence thématique de FnGz ne s’oppose pas à ce qu’il appartienne à la même école poétique : la distance sur ce plan est sans doute plus grande entre Alex ou Apol et Berceo. Au-delà des divergences thématiques et des intentions conjoncturelles, on retrouve dans toutes les œuvres la même option pour la langue vernaculaire et la même façon de versifier. Emploient-elles exactement la même langue ? Peut-être est-il prématuré de répondre à cette question. La connaissance linguistique du castillan de la première moitié du xiiie siècle a souffert jusqu’ici d’une trop grande dépendance de la critique littéraire (dont elle attendait, par exemple, des datations) ; elle a été retardée aussi par une tendance presque généralisée à regrouper dans une large synchronie indifférenciée les textes postérieurs au Cid et antérieurs à la littérature alphonsine. L’intérêt porté aujourd’hui aux poèmes de clergie pourrait être l’occasion d’une redécouverte du castillan pré-alphonsin. Mais on gagnerait à inverser les perspectives, à essayer de mieux comprendre comment s’est créée, non pas une langue vernaculaire qui existait depuis longtemps (Wright, 1996, p. 117 et 1997, p. 268), mais une langue de communication écrite et de culture, création qui impliquait une nouvelle dynamique, une large ouverture à la néologie (suscitant aussi bien des emprunts au latin et aux autres parlers romans que de nouvelles dérivations à partir du lexique patrimonial). Plutôt que de remonter sans fin vers le passé pour aplatir finalement un demi-siècle d’essor linguistique en une synchronie imprécise, sans doute serait-il préférable de se laisser guider davantage par la diachronie in fieri ; cette approche permettrait, avec le temps, de repérer ce qui, dans la (même) langue, est en train de changer, ou vient de changer. Certes, dans ce passage à l’écrit qui, au xiiie siècle, a inspiré de grands projets comme le métier de clergie, on ne saurait sous-estimer l’importance des préoccupations de l’Église face à l’ignorance du latin dans le clergé ni la volonté des monarques de se faire entendre par un plus grand nombre de leurs sujets. Mais l’un des enjeux les plus immédiats est de retrouver, en particulier pour la poésie des clercs, les liens entre la culture orale traditionnelle – qui dominait à l’époque – et la nouvelle culture écrite. C’est là la signification profonde, presque le défi que recèle la strophe 2 de l’Alexandre : « non es de j|[o]glarïa […], que es de cleresçïa ».

Haut de page

Bibliographie

Admyte1 [Archivo digital de manuscritos y textos españoles, disco 1], Francisco Marcos Marín, Charles B. Faulhaber, Ángel Gómez Moreno et al. (eds.), Madrid : Micronet - Biblioteca Nacional - Sociedad Estatal « Quinto Centenario », 1993, 1 cederrón.

Alfonso X, Fuero real, Azucena Palacios Alcaine (ed., est. y glos.), Barcelona : Promociones y Publicaciones universitarias (Filológica, 3), 1991, xli-iv-174 p. [FReal.]

Alonso Martín, Diccionario medieval español, Salamanca : Universidad Pontificia, 1986, 2 vol., lxxxiii-843 p. + xiv p.-p. 845-1635. [DME.]

Alvar Manuel, 1969, voir Vida de santa María Egipciaca.

— 1976, voir Libro de Apolonio.

Andrés Castellanos María S. de, 1964, voir La vida de santa María Egipciaca.

Documentos lingüísticos de España. I, Reino de Castilla, Ramón Menéndez Pidal (ed.), Madrid : Centro de Estudios Históricos, 1919, x-503 p. [DLC.]

Berceo Gonzalo de, Los milagros de Nuestra Señora, Claudio García Turza (ed.), Logroño : Colegio Universitario de La Rioja, 1984, 239 p. [Réimpr. : Logroño : Servicio de Publicaciones de la Universidad de La Rioja, 1997.]

— Obras completas I. La vida de san Millán de la Cogolla, Brian Dutton (ed.), 2.a ed. rev., Londres : Támesis (Serie A. Monografías, 4), 1984, xvii-296 p.

— Obras completas II. Los milagros de Nuestra Señora, Brian Dutton (ed.), Londres : Támesis (Serie A. Monografías, 15), 1971, viii-266 p.

— Obras completas III. El duelo de la Virgen, Los himnos, Los loores de Nuestra Señora, Los signos del Juicio final, Brian Dutton (ed.), Londres : Támesis (Serie A. Monografías, 18), 1975, 162 p.

— Obras completas IV. La vida de santo Domingo de Silos, Brian Dutton (ed.), Londres : Támesis (Serie A. Monografías, 74), 1978, 293 p.

— Obras completas V. El sacrificio de la misa, La vida de santa Oria, El martirio de san Lorenzo, Brian Dutton (ed.), Londres : Támesis (Serie A. Monografías, 80), 1981, x-208 p.

Cañas Jesús, 1988, voir Libro de Alexandre.

Corbella Dolores, 1992, voir Libro de Apolonio.

Crestomatía del español medieval, Ramón Menéndez Pidal (ed.), con la colab. del Centro de Estudios Históricos, acabado y revisado por Rafael Lapesa y María Soledad de Andrés, Madrid: Gredos, 1971, 2 vol., viii-676 p.

Corominas Joan, Pascual José A., Diccionario crítico etimológico castellano e hispánico. Madrid : Gredos, 1980-1991, 6 vol., lxxv-938 + 985 + 903 + 907 + 850 + 1047 p. [DCECH.]

Diccionario histórico de la lengua española, Julio Casares (dir.), Madrid : Real Academia Española, 1960-1993. [DHLE.]

Dutton Brian, voir Berceo, Obras completas.

García Turza Claudio, 1984, voir Berceo, Los milagros de Nuestra Señora.

Geary John S., Historia del conde Fernán González, Madison : The Hispanic Seminary of Medieval Studies (Spanish Series, 35), 1987, xv-[facsim. 62-]50 p.

Kasten Lloyd, Cody Florian J., A Tentative Dictionary of medieval Spanish (second edition, greatly expanded), compiled by…, New York : The Hispanic Seminary of Medieval Studies (Spanish Series, 123), 2001, [17 p. s. n. +] 745 p.

Lapesa Rafael, Historia de la lengua española, 9.a ed. corregida y aumentada, Madrid : Gredos (Biblioteca hispánica románica. III. Manuales, 45), 1985, 690 p.

Libro de Alexandre, Jesús Cañas (ed.), Madrid : Cátedra (Letras Hispánicas, 280), 1988, 667 p.

Libro de Apolonio. Estudios, ediciones, concordancias, Manuel Alvar (ed.), Madrid : Fundación Juan March - Castalia, 1976, 3 vol., 476 + 632 + 498 p.

Libro de Apolonio, Carmen Monedero (ed.), Madrid : Castalia (Clásicos Castalia, 157), 1987, 350 p.

Libro de Apolonio, Dolores Corbella (ed.), Madrid : Cátedra (Letras Hispánicas, 348), 1992, 305 p.

Monedero Carmen, 1987, voir Libro de Apolonio.

Muller Charles, Initiation à la statistique linguistique, Paris : Larousse (Langue et langage), 1968, 247 p.

Nelson Dana, Gonzalo de Berceo y el Alexandre. Vindicación de un estilo, Madison : The Hispanic Seminary of Medieval Studies (Spanish Series, 63), 1991, xi-505 p.

Pellen René, « Le modèle du vers épique espagnol, à partir de la formule cidienne [el que en buen hora…] (exploitation des concordances pour l’analyse des structures textuelles) », Cahiers de linguistique hispanique médiévale, 10, 1985, p. 5-37 et 11, 1986, p. 5-132.

— Berceo, « Los milagros de Nuestra Señora ». Étude linguistique et index lemmatisé, d’après l’édition de C. García Turza, Paris : Université de Paris XIII (Annexes des Cahiers de linguistique hispanique médiévale, 9), 1993-1997, 3 vol. : t. I, vol. 1, L’édition et la langue de Berceo, 1993, 365 + xliv p. ; t. I, vol. 2, La langue de Berceo, 1997, p. 367-656 + lvi p. et t. II, Index lemmatisé, dictionnaire des noms propres, index complémentaires, 1993, 459 p.

— « Cultura manuscrita y cultura electrónica », La corónica, vol. 27.1 (fall, 1998), p. 183-205.

— « Variation et régularité dans l’espagnol de la première moitié du xiiie siècle. Contribution de la linguistique à l’édition des textes », De la variation linguistique et textuelle. Mélanges en l’honneur de Jean Roudil, Cahiers de linguistique hispanique médiévale, 22, 1998-1999, p. 32-51.

— « El diccionario de rimas de Berceo. Primer esbozo », in : Leonardo Funes y José Luis Moure (eds.), Studia in honorem Germán Orduna, Alcalá : Universidad de Alcalá, 2001, p. 505-521.

Poema de Fernán González, Alonso Zamora Vicente (ed.), 2.a ed., Madrid : Espasa Calpe (Clásicos castellanos, 128), 1954, xxxvii-234 p.

Poema de Fernán González, Juan Victorio (ed.), Madrid : Cátedra (Letras hispánicas, 151), 1984, 199 p.

Uría Isabel, Panorama crítico del mester de clerecía, Madrid : Castalia (Literatura y sociedad, 63), 2000, 413 p., bibliogr. p. 355-387, índice analítico p. 389-405.

Varaschin Alain, « Archéologie et littérature. L’exemple de la Rioja médiévale. San Millán de la Cogolla et Santa María de Cañas », Les langues néo-latines, 271, 1989, p. 5-21.

Victorio Juan, 1984, voir Poema de Fernán González.

La vida de santa María Egipciaca, traducida por un juglar anónimo hacia 1215, María S. de Andrés Castellanos (ed.), Madrid : Real Academia Española (Anejos del BRAE, 11), 1964, 259 p.

Vida de santa María Egipciaca, Manuel Alvar (ed.), Madrid : CSIC (Clásicos hispánicos. Serie II. Ediciones críticas, 18), 1969, 2 vol.

Wright Roger, « Latin and Romance in the Castilian chancery (1180-1230) », Bulletin of Hispanic Studies, LXXIII, 2, 1996, p. 115-128.

— « Linguistic standardization in the Middle Ages in the Iberian Peninsula : advantages and disadvantages », in : Stewart Gregory and D. A. Trotter (eds), De mot en mot. Aspects of medieval linguistics. Essays in honour of William Rothwell, Cardiff : The University of Wales Press - Modern Humanities Research Association, 1997, p. 261-275.

Zamora Vicente Alonso, 1954, voir Poema de Fernán González.

Haut de page

Notes

1  Pour I. Uría, « no existen hemistiquios trimembres » (p. 101). Le modèle cité, de type [« A », dixo, « B »], susceptible de nombreuses variantes, ne se laisse pourtant pas réduire à une séquence à deux termes – à moins de traiter le verbe comme une espèce de suffixe enclitique du premier élément tonique, ce qui effacerait l’incise – ; du reste, le verbe de l’incise contraste prosodiquement, avec le contexte : il ne porte aucun accent d’hémistiche : « “Sennór”, dixo, “e pádre” /… » (SMill v. 146b).

2  Ibid., p. 145 sqq. I. Uría rappelle utilement les caractéristiques les plus fréquentes de la lecture au Moyen Âge. Voir aussi à ce sujet Pellen, 1998.

3  L’alliance de la culture savante et de l’oralité apparaît très clairement, entre autres, dans les strophes 39-40 de l’Alexandre : « Asaz se clereszïa quanto me es menester | […] Entjendo bien gramatica […] | bien dicto e versifico […] | de cor se los actores » (ms. P).

4  Sur « Berceo y la juglaría », voir Dutton, 1984, p. 188-193.

5  Liste que cite I. Uría p. 166. Mais il convient de souligner que Infancia, d’après M. Alvar (éd.), serait postérieure aux Loores de Berceo (il la situe entre 1228 et 1260) et que Elena, pour sa part, daterait de c.1280 (Crestomatía, I, p. 288). Seuls le Cid et SMEgipc (c.1215, Crestomatía, p. 99 ; c.1220 d’après le DHLE) seraient donc à prendre en compte comme références virtuelles pour l’auteur de l’Alexandre.

6  Il ne semble pas (voir schéma de la p. 108) qu’un accent secondaire puisse précéder ou suivre directement un accent principal, autrement dit qu’on puisse envisager, selon le symbolisme d’I. Uría, les séquences [òó] ou [óò].

7  Ces recherches feront l’objet d’une prochaine publication. Les chiffres fournis ici sont susceptibles d’être légèrement modifiés si des oublis sont découverts ou si certaines retouches sont apportées à la version actuelle des textes (saisis d’après les éditions de B. Dutton et, pour les Milagros, de C. García Turza, ils sont peu à peu vérifiés dans les manuscrits).

8  I. Uría suggère aussi de modifier l’ordre de ce vers et de lire, au lieu de « non podien de gran goço las lagremas tener », « non podían las lágrimas de gran góço tenér » ; ce faisant elle conserve, à juste titre, la collocation usuelle tener las lágrimas, mais en la remplaçant dans les autres cas par contener las lágrimas, elle introduit une deuxième collocation là où la langue, semble-t-il, n’en connaissait qu’une. Comp. tener los risos dans SDom v. 482d « abes tenien los risos /… ». Du point de vue du rythme, on rapprochera d’autre part du vers incriminé Duelo v. 144d « Miembrete como fago / de lagremas laguna », Apol v. 343b « Agora finchirjemos / de lagrimas el suelo ».

9  Transcription de Geary, 1987.

10  Faz est l’abréviation de Fazienda de Ultramar, DLC renvoie aux Documentos lingüísticos de España, I : « Reino de Castilla ».

*  Le caractère « & » transcrit le signe tironien (N. d. É.).

11  Quand il arrivait à un copiste de développer un amalgame selon la syntaxe normale, il provoquait une hypermétrie, comme dans FnGz v. 323b « antes que ael llegasen /… » (ms. fol. 26v°).

12  “ Berceo, Obra completa ”.

13  Détail : [todo + Voy] 36 : [todo a‑] 2, [todo e‑] 31, [todo o‑] 1 (Mil v. 115a), [todo u‑] 2 ; [todo + Cons] 59.

14  Détail : [tod + Voy] 23 : [tod e‑] 21, [tod o‑] 2 ; [tod + Cons] 3 (Loores v. 228d « de tod| bien », Loores v. 175d « tod| mi amigo », Loores v. 196c « tod| nuestro esfuerzo »). À noter que tous les exemples de [tod + Cons] sont réunis dans le même texte et qu’ils sont le résultat d’une intervention éditoriale.

15  L’œuvre complète offre 4 exemples de « l » proclitique : SMill v. 121d « l|amasco » “le amasco” (“le amaneció”), 296b « [l]avie crïado », Loores v. 37c « l|enpuso », 69b « l|avemos » “la avemos” ; tous proviennent de retouches éditoriales. Pour SMill v. 121d, Dutton assure choisir l’apocope de « li » (ms. IS), mais il introduit en fait une élision, peu habituelle avant un verbe ; la solution apocopée, préférable, se transcrirait selon son système « mal dïa’l amasco ». En 296b il s’agirait d’un cas d’amalgame, <l> s’étant confondu avec la finale de « el », du reste oublié dans I mais présent dans SLO ; la solution normale serait donc « con [el] {l} avie crïado ». Loores v. 37c : la présence de « lo » dans IS est douteuse puisqu’elle rendrait l’hémistiche hypermétrique ; il y a tout lieu de penser que le texte disait avant copie « com el angel enpuso », le <l> final de « angel » supportant l’amalgame du pronom le apocopé avec lequel il se serait confondu ; la transcription pourrait en être « com| el angel {l} enpuso »le impuso” (ce qui est une reprise directe de Mt. 2:13-14, où l’ange donne l’ordre à Joseph de fuir en Égypte). Loores v. 69b : en accord avec la syntaxe normale, I et S2 reprennent à l’aide de « la » « toda su facienda » ; mais l’élision que propose Dutton est un hapax dans B‑OC ; elle est néanmoins assimilable, du point de vue phonétique et graphique, à la contraction de « labbadessa ».

16  Alex : un tirage en suivant la colonne 1 de haut en bas, puis la colonne 2 dans le même sens, et à raison de 4 chiffres par nombre, a désigné les strophes 225, 291, 336, 694, 872, 1873, 1977, 2216, 2445, 2509. Apol : tirage selon la ligne 6 de gauche à droite, par séquences de 3 chiffres : str. 22, 74, 101, 179, 291, 329, 346, 448, 583, 608. B-OC : ligne 27 de gauche à droite, séquences de 4 chiffres ; pour identifier les vers, le nombre trouvé a été multiplié par 4 ; la strophe retenue est la strophe qui précédait le vers, ou la strophe à laquelle appartenait le vers s’il s’agissait d’un vers ; résultat : SMill 171, SDom 628, Duelo 14, 162, Mil 147, 517, 707, 736, 760, 761. FnGz : colonne 11 de haut en bas, séquences de 3 chiffres : str. 10, 26, 42, 95, 196, 233, 297, 457, 549, 572. Ce mini-fichier ne représente pas exactement un échantillon du corpus. En effet, il ne tient pas compte de la longueur différente des textes. D’autre part, une strophe, pour des raisons évidentes, peut souffrir d’« effets de série ». Pour constituer un échantillon il faudrait donc prélever des vers isolés et moduler leur nombre en fonction de la longueur réelle de chaque texte. Mais l’étude critique d’un tel corpus – qui sera réalisée plus tard – aurait exigé trop de temps par rapport aux échéances éditoriales.

17  Cette fidélité est sans doute plus apparente que réelle et pourrait bien être l’un de ces effets de série mentionnés plus haut. Il conviendra de vérifier ce point sur des fichiers plus étendus… en attendant de pouvoir le faire sur l’œuvre entière.

18  L’écart entre le total de ces interventions (102) et le total général des retouches mentionné au paragraphe précédent (137) est dû, comme le précédent, au fait qu’une même retouche peut avoir à la fois deux valences (par exemple phono-morphologique et syntaxique ou lexicale), valences qui sont distinguées pour faciliter les regroupements dans l’analyse complète des modifications.

19  Dans les dictionnaires consultés, seuls Kasten, 2001 et le DME de M. Alonso font état, s. v. cabero, de l’emploi au xiiie siècle du mot comme nom. Kasten le glose par “caballero” et n’en fournit comme exemples que les occurrences de FnGz. Alonso : “guerrero, combatiente”, qu’il illustre par Alex v. 477b (lire 493d). Sas (1976, p. 106) assure qu’il en existe 3 exemples dans P, mais ne cite que le v. 493d ; les autres demeurent introuvables. Le ms. de FnGz n’associe jamais « peones » et « caveros », qui forment un hémistiche de type quasi-formulaire dans les éditions : « peones e cav|eros » v. 52a, 62c, 196c, 304a, « cav|eros e peones » v. 197c, 205b, 266a, 358a, 449c. Il dit partout « cavalleros » (la graphie varie). Mais ces hémistiches sont tous hypermétriques, à moins qu’on ne pratique la synérèse entre voyelles ouvertes, aboutissant à une semi-fermeture [pjones], comme dans « Teo-do-ra » (Mil v. 722c)…

20  La leçon retenue pour FnGz v. 196dβ (« () [de tod]os delanteros ») est à considérer comme provisoire. Elle a été proposée par Zamora, qui ne la justifie pas. Victorio copie Zamora, sans justifier davantage son choix. On peut avancer en sa faveur, sans qu’ils soient absolument décisifs, les vers d’Alex 1426d « delantero de todos / sallo luego al prado » et 2268d « esos aujen de yr / en los mas delanteros ».

21  Il est important de distinguer la phraséologie courante, dont on retrouvera des traces dans la plupart des textes de la même époque, et la phraséologie formulaire qu’a pu développer telle ou telle tradition littéraire (écrite ou orale). Pour ne citer qu’un exemple, rapprocher FnGz du Cid en s’appuyant sur un syntagme associant pan et vino (Muro, 1989, p. 41) ne peut dépasser le constat d’une commune actualisation des éléments qui, au Moyen Âge, symbolisaient, au-delà de la nourriture et de la boisson, toute alimentation, matérielle ou spirituelle : voir DLC 167:17 « que uos demos nos a las dues pan & uino » (1220, Burgos), 171:23-24 « Et si piedra o niebla fiçiere que pan o uino tolliere » (1224, Hornillos), 213:13-14 « el diezmo de todo el fructu que cogieredes hi, de pan e de uino ede todo lo al » (1222, Hontoria de Valdeardos [Burgos]), 91:11-12 « tornauan pecha aMadriz de pan e de uino e de marçadga » (1237, San Millán), 104:26-28 « E por que el dia de la Ascension solie auer el conuiento de sant Millan yantar connosçuda de pan e de uino e de pescado » (1270, San Millán), 270:9-10 « eque dedes anos quada uno anno en toda uuestra uida el diezmo de pan e de ujno e de ganados » (1212, Toledo ?)… ; dans un autre domaine, voir Partidas : « [los diaconos] han de ofresçer el pan: y el vino de que se consagra el cuerpo de nuestro señor ihesu xpisto » (fol. 25v°, tít. 6, ley 10), « La quarta es furtando o forçando cosa que non sea sagrada de lugar sagrado assi como si alguno furtase o forçase pan o vino o otra cosa que pusiese algund onbre enla yglesia por guarda » (fol. 61v°, tít. 17, ley 2), « Enesta terçera ley del fuero delas leyes titulo. v. libro .j. manda que todos den sus diezmos de pan & de vino & de ganados » (fol. 66r°, tít. 19, ley 16), « otrosy aquello que es en poder del marido: assy commo pan & vino & las otras cosas que han los onbres en sus casas para sus despensas de aquellas que ha la muger en guarda segund la costunbre de la tierra bien puede la muger fazer dellas merçed mesuradamente alos pobres » (fol. 72r°, tít. 23, ley 12)… À partir de telles mentions on ne peut tirer aucune conclusion sur les relations stylistiques, thématiques ou génétiques entre deux textes.

22  Sans être passée par l’université, Tarsiana, dès l’âge de 12 ans, « Sabia todas las Artes era maestra complida » (Apol v. 352b).

23  Toutes les références et citations, comme celles de la note 21, proviennent du cédérom Admyte1.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

René Pellen, « Isabel Uria, Panorama crítico del mester de clerecía », Atalaya [En ligne], 11 | 2009, mis en ligne le 20 avril 2009, consulté le 12 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/atalaya/443

Haut de page

Auteur

René Pellen

Université de Poitiers

Haut de page