Navigation – Plan du site
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Articles

Le chevalier Ferrán Mexía et son Nobiliario vero (1492) : de l’imaginaire chevaleresque à la logique de l’exclusion

Carlos Heusch

Résumés

Présentation de Ferrán Mexía, à travers sa biographie, ses poèmes et son œuvre majeure, le Nobiliario vero (1492) qui est étudiée sous l’angle du débat entre les défenseurs et les opposants des conceptions lignagères de la noblesse. Au moment où les Rois Catholiques lancent une vaste réflexion sur le droit, Mexía veut en finir avec les idées bartolistes sur la noblesse. Aussi va-t-il aller plus loin que ses prédécesseurs en axant la noblesse non seulement sur le lignage mais encore sur le sang. L’anoblissement d’un roturier ne peut donc être effectif qu’au bout de la quatrième génération, un délai nécessaire pour que le sang de son lignage plébéien puisse être « purifié ». Mais une fois ces taches originelles lavées la noblesse devient définitive, à jamais.

Haut de page

Texte intégral

Le chevalier Ferrán Mexía

  • 1  Le point de départ de cet article se trouve dans une communication présentée au séminaire de l’anc (...)

1Qu’il nous soit permis de commencer1 cette semblanza de l’auteur du Nobiliario vero, publié en 1492, en citant celle que lui consacre au xviie siècle l’un de ses descendants, auteur du Memorial de la casa solar de Messía, don Fernando Messía y Messía :

  • 2  Le texte est cité par Manuel Morales Borrero, auteur, à ma connaissance, de la seule monographie i (...)

Fernán Messía Barba de la Cerda, hijo de Gonzalo Messía de la Cerda y de Dª Isabel de Narváez, fue caballero de mucha autoridad y valor, prudente, sabio y muy leído y de muy linda disposición, hermoso y rubio de rostro, de gran fuerza de ánimo y destreza así en las cosas de la paz como de la guerra. Su persona fue muy estimada así de los reyes como de los señores y muy grandes caballeros; fue en tiempo del rey Don Enrique IV y su capitán de trescientas lanzas con que sirvió en las guerras de su tiempo valerosamente. Fue juez provincial del obispado de Jaén y del Consejo de las Hermandades, autor del libro intitulado Nobiliario vero que es de toda buena erudición y autoridad y de otro llamado Insigniarios y de otras obras de consideración.2

2Malgré les réticences de Manuel Morales Borrero, mon sentiment est que l’on sait bien des choses sur cet auteur, comparé aux lacunes biographiques de la plupart des écrivains médiévaux. On sait, en effet, qu’il fut le fils de Gonzalo Mexía de la Cerda et de doña Isabel de Narváez, tous deux résidant à Jaén de longue date. Il est né dans cette ville au début de l’année 1424 et il est mort chez lui, sans doute aux alentours de 1500. Une vie relativement longue donc, entre 76 et 80 ans, dont on peut suivre les traces avec une relative certitude et dont les événements les plus marquants eurent lieu sous le règne d’Henri IV. Mexía fait partie de cette chevalerie de service, cette milicia funcionarial très attachée au métier des armes et à un lieu spécifique, en l’occurrence la ville de Jaén. Son parcours est emblématique des branches cadettes des grands lignages castillans dont le seul espoir de survie et d’autonomie, voire d’élévation sociale, face aux branches aînées qui avaient, elles, une assise foncière, passait par la « professionnalisation » de l’activité militaire. En ce sens on peut comparer nos Mexía aux Manrique dont est issu le célèbre poète Jorge Manrique ; il existe entre eux non seulement une identité socio-professionnelle ou catégorielle mais des liens plus spécifiques autour de l’ordre militaire de Saint-Jacques. Dans les deux familles on trouve, en effet, d’illustres chevaliers santiaguistes, ce qui explique également les liens politiques unissant les deux lignages : à plusieurs reprises les Manrique et les Mexía feront les mêmes choix politiques, notamment dans leur opposition « nobiliaire » à Henri IV (rappelons que Rodrigue Manrique, le père du poète, est présent lors de la Farsa de Ávila de 1465) et l’appui initial au parti de Juana la Beltraneja contre Isabelle, une option politique qui, dans le cas de Mexía, s’explique par ses liens de parenté avec Beltrán de la Cueva : la deuxième épouse de l’auteur du Nobiliario est Marina de Mercado, tante maternelle de Beltrán de la Cueva.

  • 3  « Merced de una veinticuatría de Jaén al licenciado Jorge Mexía, vecino de Jaén, por renuncia de s (...)

3C’est ainsi que Mexía exerça des tâches en adéquation avec son « état » de noble chevalier. Ses premières missions lui furent confiées, comme nous le dit Messía y Messía, par Henri IV, qui le fit capitaine de trois cents lances, juge provincial de l’évêché de Jaén et membre du Consejo de las Hermandades. Tout cela lui valut d’être nommé chevalier veinticuatro de Jaén, une charge qu’il perdit sous Isabelle, récupéra par la suite et finit par céder à son propre fils, peu de temps avant sa mort, le 8 mai 14993.

4Mexía est à l’origine d’une importante descendance, favorisée par de multiples veuvages. En effet, il eut trois femmes, ce qui lui permit de nouer à chaque fois de nouvelles stratégies d’alliance avec des lignages importants d’Andalousie, dans un processus d’hypergamie croissante. Sa première épouse fut Marina de Vergara, fille de don Martín Alonso de Vergara, avec laquelle il eut 2 enfants : 1) Jorge Mexía de la Cerda, le licenciado qui le remplaça dans sa veinticuatría et arriva à être procurador en cortes de Jaén, époux de Leonor de Sotomayor, puis de Luisa de Narváez, père de Cristobal Mexía de la Cerda qui fut également veinticuatro de Jaén ; 2) Isabel Mexía de Narváez qui entra dans les ordres et devint abbesse du couvent de Santa Clara à Cordoue.

  • 4  Diego de Valera est, comme on sait, le fils d’Alonso Chirino. Il décida, cependant, de prendre le (...)
  • 5  Selon M. Amasuno, Alfonso Chirino, un médico de monarcas castellanos, Salamanque, Junta de Castill (...)
  • 6  Selon P. Cátedra, Exégesis, ciencia, literatura. La exposición del salmo « Quoniam videbo » de Enr (...)

5La deuxième épouse de Mexía fut Marina de Mercado d’Úbeda, fille de Juan Alonso de Mercado, chevalier de la Banda, et sœur de Mayor Alfonso de Mercado, mère, comme il a été dit, de Beltrán de la Cueva, duc d’Alburquerque. De leurs trois enfants, le fils mourut célibataire et les deux filles firent des mariages honorables : Catalina Mexía de la Cerda épousa Juan Fernández de Pareja, chevalier santiaguiste ; Leonor Mexía de la Cerda, quant à elle, fut mariée à Lope Chirino, chevalier de Cuenca, fils du veinticuatro de cette ville et montero mayor d’Henri IV, Fernán Alonso Chirino, qui est le fils du médecin célèbre Alonso García Chirino, médecin de Jean II. Ce consuegro de Fernán Mexía est donc le frère de père et de mère du grand chevalier Mosén Diego de Valera4. Cela a son importance car le Nobiliario est, en grande partie, une réponse aux théories sur la noblesse de Diego de Valera, on y reviendra. Comme on sait les Chirino de Cuenca sont une célèbre famille de conversos, convertis vers 13755 ou vers 13906, en tout cas du vivant d’Alonso Chirino. La plupart des informations sur le noyau familial de Diego de Valera nous sont connues justement en raison du pleito sur le statut d’hidalguía du gendre de Mexía, le fameux Lope Chirino.

6La troisième et dernière épouse de Mexía fut doña María de Luna de Córdoba, qu’il épousa en 1465. Elle était la fille de Fernán Arias de Luna, veinticuatro de Cordoue, et de Beatriz de Montemayor. Ils eurent plusieurs enfants dont seul Hernán Arias Mexía de la Cerda eut des descendants. Ce dernier hérita de son père le goût pour la généalogie et l’histoire de la noblesse. Il est, en effet, l’auteur de la Flor de los linajes de España, comme le rappelle le Memorial de la casa solar de Messía.

7Outre les apparitions de Fernán Mexía dans différents documents notariés qui présentent un intérêt essentiellement parce qu’ils attestent qu’il est en vie à un moment donné, nous avons des témoignages de sa participation majeure dans quelques épisodes dont se sont fait écho diverses sources historiographiques.

  • 7  On trouvera le texte de cette triple investiture dans C. Heusch, La caballería castellana en la ba (...)
  • 8  Pour les détails de la généalogie de Ferrán Mexía et ses liens avec la maison de Torres, voir Mora (...)

8Le plus ancien remonte à janvier 1461, lorsque Mexía avait à peine trente-sept ans. Il eut lieu à Jaén pendant le gouvernement du Connétable de Castille Miguel Lucas de Iranzo, l’ancien favori d’Henri IV aux origines fort modestes que le souverain avait anobli en 1455, puis, en 1458, au cours d’une cérémonie tout à fait exceptionnelle, relatée avec luxe de détails au début des Hechos del condestable don Miguel Lucas de Iranzo, triplement investi : baron, comte et connétable7. Rappelons que Miguel Lucas, fuyant la cour, s’installe à Jaén dès 1459 patrie de sa future épouse, la très noble comtesse Teresa de Torres, apparentée au lignage de Mexía du côté de sa mère, Isabel de Narváez8. Ce mariage n’allait pas de soi à Jaén. Comme le rappelle Diego de Valera dans sa chronique du règne d’Henri IV, le Memorial de diversas hazañas, la noblesse locale ne voyait pas d’un très bon œil que cet homme « de poco estado e bajo linage » épousât, contre la volonté de tous ses parents, cette fille de la plus haute noblesse de Jaén. À ce stade, l’opposition à Miguel Lucas n’est encore qu’une question de principe et ne touche vraiment que les oligarchies de Jaén. On n’en est pas encore à l’opposition véritablement politique qui prendra forme quelques années plus tard et qui sera en réalité un conflit direct entre certaines factions de la noblesse et le roi de Castille. Du coup, Mexía s’est bien résolu, dans un premier temps, à faire acte d’allégeance aux nouveaux seigneurs de Jaén qui étaient en même temps ses parents. Aussi va-t-il participer de façon singulière aux festivités liées à ces fiançailles, cherchant sans doute à y jouer un rôle de premier plan. C’est ainsi qu’il va être à l’origine d’un événement qui aurait pu avoir de graves conséquences sur sa personne. Pour comprendre une telle attitude il faut se rappeler que Mexía est, à ce moment, essentiellement un jeune chevalier, imbu des lectures des jeunes chevaliers d’alors, à savoir les romans arthuriens et leur épigones hispaniques, et qui ne rêve que d’une chose : épater, briller, exceller par les armes. Aussi de façon très chevaleresque décide-t-il de tenir un « pas d’armes » en l’honneur des fiancés. À l’instar des célèbres joutes et tournois de l’époque de Jean II – dont le souvenir arrivera jusqu’aux Coplas de Manrique –, Mexía organise son pas d’armes sur un pont construit à cet effet dans la Plaza mayor del Arrabal de San Ildefonso, lieu habituel des festivités : « desafió por su carta todos e qualesquier cavalleros e gentiles onbres que por la dicha puente quisiesen pasar », précise l’auteur des Hechos del Condestable don Miguel Lucas de Iranzo. Hélas, celui-ci n’est pas très précis sur le déroulement du pas d’armes ; on y apprend seulement que douze chevaliers répondirent à la lettre de défi de Mexía, adressée au mois de février 1461, et qu’on y brisa moult lances :

  • 9  Éd. cit. de Juan de Mata Carriazo, p. 59.

[Fernand Mexía,] el qual salió en un muy gentil cavallo encubertado y en somo unos paramentos de fino paño azul, todos bordados de lágrimas de Moysén, en arnés de seguir. Y en el asiento una manera de cárçel en que venía la forma de su presona con una espada metida por los pechos y las manos atadas con una cadena. Al qual salieron doce cavalleros aventureros muy bien guarnidos de guerra con diversos paramentos e ynvençiones. Y los dichos dos días domingo e lunes siguiente se ficieron entrellos muchos y diestros encuentros do fueron asaz lanças quebradas y grandes reveses tomados.9

  • 10  Id.

9Je n’ai pas omis la description de l’entrée en lice de Mexía car elle va de pair avec cet imaginaire chevaleresque qui est ici dûment mis en pratique. Les broderies « signifiantes » sont caractéristiques de cette culture et ici elles ont une claire connotation sentimentale : cette prison n’est autre que la prison d’amour. Mexía se comporte non seulement en parent zélé mais apparaît également comme le parfait amoureux courtois. Il correspond ainsi au modèle du facetus, du plaisant homme de cour, dans cette « cour en miniature », d’inspiration bourguignonne, que Miguel Lucas est en train d’implanter à Jaén et que les Hechos del condestable, l’un des meilleurs documents sur la sociabilité cortesana de l’époque, vont immortaliser. Comme on sait, être amoureux fait partie de cette même sociabilité codée et, en ce sens, on voit bien que Mexía a voulu sacrifier au code courtois : à de tels exploits chevaleresques réalisés devant ses seigneurs (« estando presentes en los miradores el dicho señor Condestable y la señora Condesa », précise le texte10), il faudra ajouter, comme on va le voir, l’activité littéraire privilégiée dans ce milieu, à savoir la poésie d’arte menor ou « poesía de cancionero » qui va constituer l’autre grand versant de la production écrite de Mexía. Se profile donc déjà avec le récit de cet événement l’image d’un Mexía gentilhomme et courtois.

10Le deuxième épisode célèbre de la biographie de Mexía a lieu en 1466. Le capitaine Mexía est encore directement au service de son seigneur de Jaén. À ce titre, il doit escorter Juan de Valenzuela, prieur de Saint-Jean, qui vient de quitter le Connétable, son hôte, pendant quelques jours. La Castille se trouve déjà dans une situation de quasi-guerre civile entre les partisans du roi et ceux qui l’ont symboliquement déposé à Avila pour élire son très jeune demi-frère, frère de la princesse Isabelle, l’infant Alphonse que d’aucuns appellent déjà Alphonse XII. Parmi les insurgés on compte le clan des Manrique à la tête duquel se trouve le fougueux Fadrique Manrique. Le mercredi 11 juin 1466, sur le chemin d’Andújar, les hommes du Prieur, escortés par Mexía, sont attaqués par Fadrique Manrique. Soudain, ce dernier se trouve à terre, à la merci de l’épée du capitaine. Tel le Tristan ou l’Amadís de ses lectures, Mexía fait preuve de magnanime clémence et lui laisse la vie sauve, sans savoir que ce geste va s’avérer, par la suite, lourd de conséquences.

  • 11  Le Sumario de prohezas y casos de guerra aconteçidos en Jaén y Reynos de España y de Ytalia y Flan (...)
  • 12  Le titre exact de cette œuvre publiée en 1643 est Historia o Anales del municipio Albense Urgavone (...)

11En effet, deux ans plus tard, Mexía, comme d’autres nobles de Jaén, se détache de ce seigneur, Miguel Lucas, qu’ils jugent de plus en plus responsable de tous les désordres qui touchent la ville et la région. Une bonne partie de l’Andalousie, notamment celle des encomiendas santiaguistes, est d’ailleurs hostile à Henri IV et ses favoris et soutient la cause de la princesse Isabelle. Tout cela a pu jouer pour que Mexía change d’amis politiques et ne voie plus le Connétable que comme un usurpateur indigne à éliminer. Aussi est-il désigné par le chef de file des insurgés, Juan Pacheco, marquis de Villena, accompagné du même Fadrique Manrique, pour mettre à exécution l’assassinat de Miguel Lucas. On avait également prévu de mettre à sac les judéoconvers de Jaén – protégés par le Connétable – pour provoquer le ralliement du petit peuple de la ville. Voici comment se déroulèrent les événements selon la chronique de Miguel Lucas qui, bien que peu objective, a le mérite de donner nombre de détails et cela de façon bien plus romanesque en tout cas que ne le feront les historiens de Jaén du Siècle d’Or, comme Arquellada dans son Sumario11 ou Martín Ximena Jurado dans son Historia12. On est au mois d’avril 1468. Les Hechos rapportent dans ces termes la constitution de cette cabale contre le Connétable :

  • 13  Éd. cit. de J. de M. Carriazo, p. 372-373.

[…] un cavallero que se dicía Fernand Mexía, natural de la dicha çibdad de Jahén, e otro, comendador Juan de Pareja, a quien el rey nuestro señor avía criado e fecho merçedes e por estonçes por su alteza tenía la villa e castillo de Pegalajar, que es de la dicha çibdad de Jaén, e otros çiertos naturales e vecinos della con ellos, por trato quel dicho marqués de Villena, maestre de Santiago, tenía con ellos, eran de acuerdo y estavan conjurados de matar a trayçión al dicho señor Condestable y robar a los conversos por que la comunidad de la dicha çibdad de mejor voluntad se juntase con ellos e levantarse con la dicha çibdad. Para lo qual fazer e levar adelante esperavan luego ser socorridos de don Fadrique Manrrique, que estava apoderado de Arjona e de todos los castillos e aldeas de Jahén, e aun de Villanueva, otro castillo de Andújar, e de don Alonso, señor de la casa de Aguilar, e de las çibdades de Córdova e Úbeda e Baeça, e de otras gentes. Lo qual tenían acordado de facer la biéspera de Sant Lázaro, quando el dicho señor Condestable saliese seguro a las biésperas, que es en el canpo, fuera de la dicha çibdad de Jahén.13

  • 14  « Nuestro señor Dios que no quiso […] que tan buen cavallero, en quien tantas bondades y virtudes (...)
  • 15  « E por mayor disimulaçión no quiso levar otra conpañía » (ibid., p. 374).
  • 16  « Por miraglo de Dios se les antojó y paresçió que venían con su merçed quinze o veynte de cavallo (...)

12Les conjurés hésitent, cependant, car le Connétable, qui ne se doute pourtant de rien, était très bien gardé ce jour-là, et ils décident de ne pas mettre à exécution leur plan. Ce sursis est providentiel, d’après le chroniqueur – Dieu ne voulait pas qu’un si bon chevalier pérît aux mains des traîtres14 – car il permet qu’un des écuyers des insurgés prenne la décision de prévenir Miguel Lucas de Iranzo. Décidé à arrêter les responsables, Iranzo fait le choix de la discrétion pour ne pas soulever de soupçons15 : escorté seulement par deux hommes, deux « moços de espuelas » à peine armés, il fait appeler Mexía. Celui-ci va chercher le commandeur Pareja et ils décident d’aller à la rencontre du Connétable avec une demi-douzaine d’hommes armés, pensant que le moment était venu de passer à l’acte. Ils chevauchent, arrivent à la Llana de los Alcázares où Miguel Lucas a donné rendez-vous à Mexía et trouvent le connétable s’apprêtant à descendre de sa monture, près de son logis. C’est là que se produit quelque chose d’assez inexplicable que le chroniqueur ne va pas manquer d’attribuer à l’action divine : c’est Dieu lui-même qui aurait mis dans la tête des insurgés l’idée qu’ils étaient encerclés par une vingtaine d’hommes de Miguel Lucas prêts à bondir sur eux16. D’où peut-être une certaine absence d’initiative qui sera funeste à Mexía. Miguel Lucas, quant à lui, finasse très habilement afin d’attirer les traîtres dans son piège. Apparemment seul et quasiment sans escorte, il les invite très courtoisement à le rejoindre à l’intérieur.

  • 17  Id.

Y como su merçed los encontró e los vido, con muy graçiosa cara les dixo: «Fernand Mexía y Comendador, ¿dónde venís?» Y ellos respondieron: «Señor, de buscar a vuestra señoría, que nos dixieron que andava cavalgando». Y él dixo: «Pues andad acá, vámonos a descavalgar». Y como entró en el patín de su palaçio, descavalgó. Y començando a sobir por el escalera, como quien no dize nada, dixo: «Fernand Mexía y Comendador, descavalgad y sobíos acá». Y subió. Y el dicho Fernand Mexía, pensando que su fecho aún no era sentido, por lo encobrir, descavalgó y subióse tras el dicho señor Condestable.17

13J’ai souligné les expressions qui renvoient à ce que l’on pourrait appeler une implicite analyse psychologique des personnages par l’auteur de la chronique. Celui-ci, par de brèves touches, nous donne à voir un Connétable rusé qui feint magnifiquement de tout ignorer avec une affabilité très maîtrisée, comme l’indique l’expression « como quien no dize nada », mais aussi un Ferrán Mexía qui est pris en porte-à-faux : afin de ne pas avoir une attitude suspecte, il se sent obligé d’obtempérer au vœu de son seigneur et c’est paradoxalement cette circonspection qui lui sera funeste. Le Commandeur, lui, est plus chanceux. Le jeu du Connétable a en effet ses limites et, au bout d’un moment, il ne peut éviter que l’émotion, à l’approche de l’action, ne se lise sur son visage. Aussi, le Commandeur, un pied encore sur l’étrier, juge-t-il bon de partir :

  • 18  Id.

Y el Comendador Pareja fizo acometimiento de descavalgar y, desque a su merçed vido traspuesto, tornó a cavalgar en su cavallo e salióse fuera de palaçio.18

14Une fois à l’intérieur du logis, les hommes de Miguel Lucas s’emparent aussitôt de Mexía et de son écuyer, Álvaro de Piña, et les mettent au cachot. Les conspirateurs fuient et se réfugient dans divers châteaux tandis que, le soir même, les deux prisonniers avouent la conspiration et leur intention d’assassiner le connétable à coups de couteau. La réaction du Connétable est expéditive : Mexía est enfermé, son écuyer égorgé, les femmes et les biens des autres insurgés saisis.

  • 19  « Dallo sano y libre y sin lisión ninguna », aurait dit Miguel Lucas d’après le Sumario (apud Mora (...)
  • 20  Apud Morales, op. cit., p. 65.

15Il s’agit là, sans conteste, de l’épisode le plus tristement célèbre de la vie de l’auteur du Nobiliario vero. Pendant longtemps on n’a vu en lui que le chevalier qui tenta d’assassiner Miguel Lucas et même quand il a pu être question de ses activités littéraires, par exemple sous la plume d’un Menéndez Pelayo, on n’a de cesse de rappeler ce funeste épisode. Les Hechos ne disent pas combien de temps Mexía passa dans les geôles de l’alcazar, mais à partir du témoignage du Sumario d’Arquellada, Morales a pu établir que ce fut jusqu’au 24 décembre 1470, soit deux ans et demi. Le Connétable – sans doute en raison des liens de parenté qui l’unissaient à son prisonnier – avait donné l’ordre à son geôlier d’épargner physiquement Mexía19, mais si l’on croit le témoignage indirect d’Isabel d’Estremera (née en 1480, donc après les faits), exprimé un siècle plus tard, en 157720, Mexía aurait eu à subir quelques sévices corporels (« [se] le horadó un brazo o la mano »). Après sa libération, Mexía n’eut plus affaire au Connétable. Celui-ci, comme on sait, ne put échapper à une deuxième tentative de meurtre, en 1473, lors d’une insurrection populaire, sans doute provoquée en réponse au meurtre par le même Miguel Lucas de son propre beau-frère, Fernando de Quesada.

16À la mort d’Henri IV, Fernán Mexía compte parmi les partisans de Juana la Beltraneja, aux côtés d’Álvaro d’Estúñiga et du marquis de Villena, ce qui lui vaut, en 1475, d’être démis par les nouveaux souverains de ses fonctions de regidor et de veinticuatro de la ville de Jaén et de voir confisqués tous ses biens. Il ne tarde pas à faire amende honorable auprès de la reine Isabelle qui, dès 1476, lui rend ses biens et le réinstalle dans la ville de Jaén. Il semblerait que Mexía dût à ses qualités militaires d’avoir regagné, malgré son âge, la faveur de la souveraine, comme l’indique un albalá, signé de la reine le 24 septembre 1476 :

  • 21  Apud Morales, op. cit., p. 72.

Por quanto vos Mexía, mi vasallo, veyendo que estaba la fortaleza de Torres caída e derribada que agora llamáis Castil de la Reina que es frontera de Portogal […] e vos, el dicho Mexía, como leal vasallo, con el deseo e amor que aya serviçio, teníades entendido que cumplía a mi servicio, vos entrastes e tomastes la dicha fortaleza e la fiçistes e renovastes de manera que la fortaleçistes contra el dicho mi adversario […] ; por la presente vos fago merçed de la tenençia del dicho castillo e fortaleza del Castil de la reina para que lo ayades e tengades de mí en tenencia en quanto veniéredes […] e tengo por bien e es mi merçed e para que mejor podades fazer la dicha guerra seades mi capitán desa frontera e de los lugares comarcanos Della […] e ayades e goçedes por razón del dicho oficio de capitanía todas las honras e merçedes.21

17Pour récompenser les bons et loyaux services de Mexía, la reine lui fera don, en plus, de deux petites seigneuries, Cheles et Mirleo, près de la frontière avec le Portugal, qui avaient appartenu à Diego Manuel, partisan du roi du Portugal.

  • 22  « Començose en el año de mill e quatroçientos e setenta e siete años en fin del mes de abril » (No (...)
  • 23  « Acabose de escrevir e de corregir a xv días del mes de mayo año del señor de mill e quatroçiento (...)
  • 24  « Acabóse la presente obra sábado xxx de junio año de la incarnaçión de mill y cccc xcii años, en (...)

18Nous avons moins de témoignages sur les vingt-cinq dernières années de la vie de Mexía et on peut supposer que, l’âge aidant, il s’occupa bien moins des armes que des lettres. En effet, c’est en 1477, comme l’affirme le colophon de cette œuvre22, qu’il commence la longue et laborieuse rédaction de son vaste Nobiliario qu’il ne donnera pour véritablement achevé que vers 1485, dans sa version manuscrite23. Pour la version imprimée son auteur devra encore attendre sept ans24. Parallèlement à ses activités littéraires, Mexía poursuivra paisiblement ses activités comme regidor et veinticuatro de la ville de Jaén, comme le prouvent certains documents dans lesquels il apparaît comme juez ejecutor. On le voit encore jouer un certain rôle pendant les cérémonies funèbres organisées à Jaén lors de la mort du prince héritier, le prince Jean : le 4 octobre 1497 il préside, sans doute en tant que doyen, un cortège qui va réaliser dans les rues de la ville une mise en scène funèbre fortement ritualisée. Dans le sillage de ce triste événement, c’est encore Mexía qui représente sa ville dans le serment fait en décembre 1498 au nouveau prince héritier – qui allait décéder peu de temps après – le prince Michel, fils de l’Infante Isabelle, reine du Portugal.

Le poète

19S’il voulait répondre au modèle du parfait chevalier cortesano de son époque, Mexía ne pouvait manquer de s’adonner à la poésie. Depuis le Prologue du Cancionero de Baena on sait que pour paraître à la cour de Castille il faut cultiver cette science des sciences que Juan Alfonso de Baena, avec d’autres, qualifie d’arte de la poetría e gaya çiençia. Or, à la fin du prologus baenensis qui est une véritable apologie de la poésie de cour, on trouve articulés tous les arguments qui ont dû pousser un chevalier tel que Mexía à devenir poète : l’esprit, l’érudition, lanoblesse, la courtoisie et l’amour, réel ou feint :

  • 25  Brian Dutton et Joaquín González Cuenca (éd.), Cancionero de Juan Alfonso de Baena, Madrid, Visor (...)

E aun assimismo es arte de tan elevado entendimiento e de tan sotil engeño que la non puede aprender nin aver nin alcançar nin saber bien nin como deve salvo todo omne que sea de muy altas e sotiles invençiones e de muy elevada e pura discreçión e de muy sano e derecho juizio e tal que aya visto e oído e leído muchos e diversos libros e escripturas e sepa de todos lenguajes e aun que aya cursado cortes de reyes e con grandes señores e que aya visto e platicado muchos fechos del mundo e finalmente que sea noble fidalgo e cortés e mesurado e gentil e gracioso e polido e donoso e que tenga miel e azúcar e sal e aire e donaire en su razonar e otrosí que sea amador e que siempre se preçie e se finja de ser enamorado […] e dizen qu’el tal de todas buenas dotrinas [es doctado].25

20Il y a fort à parier que Mexía connaissait ce célèbre recueil poétique, présenté à la cour de Jean II, à l’époque où Mexía était un jeune homme qui aspirait à devenir un parfait homme de cour.

  • 26  José Amador de los Ríos, Historia crítica de la literatura española, Madrid, Joaquín Muñoz, 1865, (...)
  • 27  Marcelino Menéndez Pelayo, Antología de poetas líricos castellanos, Madrid, Librería de Hernando, (...)
  • 28  Brian Dutton, El cancionero del siglo xv (1360-1520), Salamanca, Biblioteca Española del siglo xv (...)

21Mexía fut donc poète. Il faudrait tout de même nuancer le jugement excessivement bienveillant, à mon avis, de certains critiques du xixe siècle qui ont vu en lui un « grand » poète : « Ferrán Mexía, uno de los trovadores que más fama lograron en la corte de don Juan II »26, affirme sans ambages Amador de los Ríos, dans sa monumentale Historia crítica de la literatura española. Menéndez Pelayo, de son côté, dans son Antología de poetas líricos castellanos, qualifie certaines des coplas de Mexía de « ciertamente notables »27. Le fait est que le chevalier de Jaén s’est forgé une certaine renommée poétique essentiellement par le biais de son amitié avec l’un des poètes les plus célèbres de l’époque d’Henri IV et du début du règne des Rois Catholiques. Je veux parler du poète madrilène Juan Álvarez Gato, auteur de plus de cent dix compositions et correspondant poétique des plus grandes plumes du moment, comme les Manrique, autant Gómez que Jorge. Face à cette production de longue durée, qui connaît de véritables évolutions et péripéties poétiques (il s’agit d’un auteur profondément palinodique), faisant d’Álvarez Gato un poète confirmé, les onze pièces conservées de Mexía font pâle figure. En effet, les recherches de Brian Dutton dans son Cancionero del siglo xv28, qui parcourt pratiquement tous les chansonniers conservés, n’ont pu étoffer la production du poète de Jaén que l’on connaît exclusivement à travers deux recueils « classiques » : le Cancionero general d’Hernando del Castillo de 1511 (où se trouve la plupart de ses œuvres) et le Cancionero de Juan Álvarez Gato (qui contient deux pièces d’échange poétique avec le poète madrilène).

  • 29  Voir, à ce sujet, les travaux de JeanneBattesti-Pelegrin, « La lyrique du xve siècle à travers le (...)

22Si la production poétique de Mexía n’est pas très abondante, il faudrait cependant se garder de voir en lui un de ces rimailleurs de circonstance qui ont pullulé dans les cours castillanes du xve siècle. Mexía n’a pas vraiment recherché la difficulté formelle et ne s’est jamais écarté des formes poétiques les plus en vogue à son époque : les coplas de arte menor en vers octosyllabes dont il se sert même pour traiter de ces sujets graves pour lesquels Juan del Encina conseillera plutôt l’arte mayor. Force est de constater, cependant, qu’il fait preuve d’un certain talent poétique dans les plus élaborées de ses pièces et suit de près les caractéristiques stylistiques des meilleurs poètes de sa génération comme Álvarez Gato, bien sûr, mais aussi Jorge Manrique et Cartagena dont il glose une célèbre canción (« No sé para que nascí »). Dans de telles pièces apparaît cette agudeza toute conceptiste qui caractérise les poètes cancioneriles de la dernière génération. On y trouve donc toutes ces figures que saura apprécier, bien plus tard, Baltasar Gracián : oppositions corrélatives, isolexismes, paradoxes29

23Mexía est donc bien un poète de son temps et, de ce fait, les thématiques abordées dans ses onze poèmes conservés sont tout à fait emblématiques du genre cancioneril. On peut ainsi dégager trois grandes unités thématico-discursives :
– l’amour courtois et ses topoi (huit pièces : « Del seso al pensamiento » ; « Glosa a la canción de Cartagena » ; « A una partida que hizo de donde su amiga quedava » ; « A sus sospiros » ; « Porque un amigo suyo yva donde su amiga estava » ; 3 esparsas) ;
– la poésie didactico-morale et/ou satirique (Coplas al mundo) ;
– les débats cortesanos (2 pièces : « Los defectos de las condiciones de las mujeres » et « Coplas a Juan Álvarez Gato sobre unas coplas de maldezir de mugeres »).

24Il y a peu de chose à dire sur le premier groupe qui reprend des thèmes et des genres très rebattus et ce, dans des compositions souvent très brèves. Les manifestations d’un véritable talent poétique de Mexía sont à rechercher dans les deux autres groupes à l’intérieur desquels on trouve les pièces les plus longues et travaillées, respectivement, 22 coplas reales pour les « Coplas al mundo », 42 pour les « Defectos… » – de loin sa plus longue composition – et 10 pour le poème adressé à Álvarez Gato.

25Commençons, dans un souci d’organisation des idées, par le plus achevé de ses poèmes, la pièce intitulée « Los defectos de las condiciones de las mujeres ». Le titre est suffisamment éloquent pour qu’il soit aisé d’inscrire cette composition dans le cadre du très courtisan débat sur les femmes, l’une des constantes de la production littéraire au sein des diverses cours castillanes du xve siècle. On ne cesse à la cour d’être pour ou contre les femmes, depuis Henri III jusqu’aux Rois Catholiques, moment où un terme est plus ou moins mis au débat, en raison de la figure paradigmatique de la reine : comment continuer à dire du mal des femmes alors que la reine est la première représentante de la nation féminine ? Lorsque, d’aventure, le débat fait mine de resurgir, dans ce contexte ultime, c’est presque exclusivement pour faire taire les éventuels détracteurs des femmes, comme à la fin du roman Cárcel de amor où Leriano, pourtant à l’agonie, a encore le courage de faire une défense et illustration de la nation féminine. Nous sommes donc, en 1492, bien loin du ton virulent et très souvent ludique de l’époque de Jean II qui marque l’acmé de ce passe-temps courtisan dans lequel la plupart des auteurs du moment se sont essayés, soit pour critiquer les femmes, soit pour les défendre soit pour faire les deux choses tour à tour (ce qui nous met, d’ailleurs, sur la voie de l’exercice littéraire bien plus que sur celle des vieilles traditions de la littérature misogyne d’origine orientale). Mexía illustre parfaitement ces pirouettes doctes qui tiennent davantage de l’exercice de style puisqu’il consacre deux poèmes antithétiques à ce sujet, l’un pour médire des femmes, l’autre pour les défendre. Je ne rentre pas dans les détails de ce dezir contre les femmes de Mexía qui arrive un peu tard dans la chronologie, en tout cas bien après les grandes œuvres anti-féministes du xve siècle : les coplas de Torrellas, le Corbacho d’Alfonso Martínez de Toledo… Mexía se réclame des uns et des autres et son long poème fait apparaître çà et là quelque inflexion nouvelle dans la critique des femmes, comme par exemple l’insistance sur les afeytes, le fait que la beauté féminine soit un pur artifice, une forme de simulacre :

  • 30  V. 281-290. Le texte se trouve dans le Cancionero General de 1511 (nº 117).

Ya se trançan los cabellos,
ya los sueltan, ya los tajan ;
mil manjares hazen dellos
van y vienen sienpre a ellos
sus manos que los barajan.
Crescen y menguan las cejas,
súbenlas, díscenlas breve,
tórnanse frescas las viejas,
las amarillas bermejas
Las negras como la nieve
.30

26En outre, nous avons le détail « historique », souligné par Menéndez Pelayo, des éventuels liens entre la littérature arthurienne et le public féminin au xve siècle. Il ne fait pas de doute, si l’on suit Mexía, que les femmes ont jeté leur dévolu sur les épisodes sentimentaux des romans arthuriens, ce qui tendrait à appuyer la thèse des origines de la fiction sentimentale à partir de la conjonction de ces deux éléments : la potentialité sentimentale de la prose chevaleresque et l’existence ou la consolidation d’un public féminin. Le poème de Mexía évoque non seulement de fines connaisseuses mais même d’interminables discoureuses sur ce sujet :

  • 31  V. 333-338.

[…] en tal lición las derrama
quál amó más a su dama
de Lançarote o Tristán ;
si amó con mayor desseo
a Lançarote Ginebra,
o a Tristán la reyna Yseo
.31

27Enfin, étant donné l’époque de l’écriture du poème, on ne sera pas étonné de voir que pour Mexía la femme devient le sujet qui lui permet de développer au mieux les figures rhétoriques conceptistes, déclinant ainsi à plaisir l’idée de la femme comme être de pure contradiction, ce qui permet toutes sortes de jeux antinomiques :

Ellas aman y aborrescen
en un ora presto y matan,
ellas hieren y guarescen ;
quando se niegan s’ofrescen,
donde prenden se rescatan,
do se revelan se dan,
quando se dan las perdemos
quando vienen ya se van;
a quien más huyen s’están,
nunca están sin dos estremos 
[…] (114-120)

Ellas nos dan la contienda,
Ellas nos piden las treguas 
[…] (151-152)

No sabiendo ser contentas
Con lo prieto ni lo blanco
[…] (209-210)

Naturalmente medrosas,
por accidente atrevidas
[…] (231-232)

28Tel est donc l’apport de Mexía à l’histoire de ce débat littéraire : loin des choix érudits d’Álvaro de Luna, Mena ou Valera qui caractérisent les poèmes sur les femmes du milieu du siècle, dans lesquels abondent les figuras hystoriales – les personnages féminins illustres tirés de la Bible, la mythologie ou l’histoire romaine –, Mexía envisage ce sujet surtout comme une matière à écriture poétique, un « exercice de style » pourrait-on dire, dans lequel les idées importent bien moins que les agudezas, que les pointes conceptistes du goût des deux commanditaires du poème, les deux dames qui, justement ont poussé Mexía à relever le défi d’écrire sur ce sujet « à l’envers » (le poème commence : « Porfiáys, damas, que diga / al revés de quanto dixe […] »), ce qui nous laisse supposer que l’éloge des femmes de Mexía était antérieur à ces Defectos.

29Les « Coplas al mundo », quant à elles, furent composées dans un contexte bien particulier et sans doute moins plaisant pour leur auteur : la toute fin du règne d’Henri IV, après l’emprisonnement de Mexía, dans une situation de guerre civile endémique. Ce sont ces couplets que Menéndez Pelayo jugeait « ciertamente notables », se montrant probablement plus sensible à leur gravité qu’à la légèreté des badinages courtisans :

  • 32  M. Menéndez Pelayo, op. cit., p. 334.

Mostraba con dolor y vergüenza que en Castilla no quedaban ni buenos regidores ni alcaldes justificados ni buenos religiosos ni leales ciudadanos ni limpios abades ni nobles escuderos ni simples labradores ni viejos prudentes […] ni hidalguía […].32

30On aura donc compris qu’il s’agit d’un contemptus mundi d’une tonalité satirique. Mexía dénonce avec une structure anaphorique inspirée de l’ubi sunt (« ado… ado… ») ce qu’il croit être un monde à l’envers, un monde perdu, provoqué par l’incurie du souverain et ses privados, et y développe même des accents millénaristes : la Castille connaît, d’après lui, les mêmes signes que ceux qui annoncèrent la chute de l’Empire romain (éclipses, comètes, étoiles filantes, tremblements de terre, aboiements des chiens…). Je ne citerai, cependant, que quelques vers de ce long poème, ceux qui offrent une conception de la noblesse analogue à celle qu’il va développer dans son opus magnum, le Nobiliario vero :

  • 33  V. 104-108. La pièce est conservée dans le Cancionero de Juan Álvarez Gato (Madrid, Real Academia (...)

La dotrina, la costunbre,
la muy antigua nobleza,
señorío, servidunbre,
¿qué se hizo aquella lunbre
de hidalguía y pureza?
33

  • 34  Voir, à ce sujet, Jesús Rodríguez Velasco, República teórica, Saragosse, Institución Fernando el C (...)
  • 35  Voir Jesús Rodríguez Velasco, El debate sobre la caballería enel siglo xv, Valladolid, Junta de Ca (...)

31Pour bien comprendre ces vers il faut se rappeler que les règnes de Jean II et Henri IV coïncident avec une mutation fondamentale de la noblesse, qui accompagne l’extension du pouvoir royal. Désormais, en adéquation avec les idées promulguées par le jurisconsulte italien Bartolo de Sassoferrato, les rois de Castille font et défont la noblesse, une noblesse donc qui, dans bien des cas, est tout sauf antigua. Tel est l’aboutissement d’un processus d’évolution des pratiques juridiques castillanes, initié par les letrados de l’entourage de Fernando de Antequera34 et qui culmine avec la Pragmática de Jean II de 1427, par laquelle le juriste italien devient l’une des autorités de la Justice castillane35. Aussi, quelques années plus tard, en 1434, la définition que donne Alonso de Cartagena de la noblesse peut-elle être empreinte de bartolisme :

  • 36  Alonso de Cartagena, Discurso sobre la precedencia del rey católico (1434) dans M. Penna (éd.), Pr (...)

La tercera nobleza se llama civil, de que al presente fablamos, la qual comúnmente llamamos fidalguía e ésta se difine e se declara por Bartolo así: la nobleza civil es una qualidad dada por aquel que tiene el principado, por la qual paresce que el que la rescibe es más quisto e amado del príncipe que los honestos plebeyos que comúnmente llamamos pecheros. E así paresce que la nobleza civil e fidalguía ha comienço de los príncipes.36

  • 37  Voir Pedro Carrillo de Huete, Crónica del Halconero de Juan II, éd. de Juan de Mata Carriazo, Madr (...)
  • 38  Le Manifiesto est cité par Luciano Serrano, Los conversos D. Pablo de Santa María y D. Alonso de C (...)

32C’est cette définition qu’aurait bien pu avoir en tête Jean II quand il décida d’anoblir Álvaro de Luna. Comment n’allait-il pas le récompenser et l’élever au-dessus de ses autres vassaux, alors qu’il était celui qui était le plus proche de lui, celui qu’il chérissait le plus37 ? Quelle importance pouvait alors avoir son lignage ? Pendant la décennie 1430-1440 les anoblissements du fait du prince se multiplient, encouragés par la conception bartoliste de la noblesse. De telles pratiques vont vite provoquer des réactions de désapprobation, parfois virulentes. Bien avant Mexía et dans le contexte immédiat de la polémique suscitée par l’attitude de Jean II, résonne la voix de Juan Rodríguez del Padrón, dans la Cadira del honor, qui s’insurge contre le bartolisme et ses effets indésirables : le « falso honor », c’est-à-dire l’attribution par le prince de dignités civiles à ceux qui ne les méritent pas. Certes, le pamphlet de Padrón n’est ni innocent ni désintéressé ; comme l’a magnifiquement démontré Francisco Bautista, le texte du poète galicien fait écho aux banderías qui divisent la Castille ; derrière la critique du bartolisme il faut savoir lire, entre les lignes, des idées très proches de celles des nobles qui, éperonnés sans cesse par les Infants d’Aragon, s’opposent à Álvaro de Luna. En ce sens, Bautista rapproche de façon très convaincante le texte de Padrón et le célèbre Manifiesto de certains nobles levantiscos, parmi lesquels se trouvent les amis politiques de Padrón, rédigé à Arévalo au mois de janvier 1441, et qui pourrait, de ce fait, être contemporain de la Cadira. Dans ce manifeste, les nobles mécontents reprochent au roi de confier les postes clés de l’administration et du conseil à des « omnes nuevos e aquellos non assaz dignos nin naturales destos reynos »38. Et Bautista de conclure:

  • 39  Francisco Bautista, « Nobleza y bandos en la Cadira de honor », dans A. Deyermond et C. Parrilla, (...)

Esa pretendida política de privanzas, concesiones y mercedes injustas se atribuye en un caso a la influencia de las ideas del De dignitatibus y en el otro a Álvaro de Luna, de forma que Bartolo viene a ocupar en la Cadira un lugar parecido al que aquél posee en los manifiestos nobiliarios.39

  • 40  Le texte est édité par Mario Penna dans Prosistas…, op. cit.
  • 41  C’est au moins ce qu’affirmait Lorenzo Galíndez de Carvajal, dans ses Adiciones genealógicas a los (...)

33Dans un tel contexte, seule la verve et la pondération d’un Diego de Valera arriveront à désamorcer quelque peu la polémique. Le répit éventuellement apporté par l’Espejo de verdadera nobleza (1441)40 dans lequel Valera va proposer un bartolisme édulcoré ou, tout du moins, compatible avec la costumbre, est, cependant, de courte durée. La politique d’Henri IV, comme on l’a vu avec Miguel Lucas, ce fils de laboureur41 devenu baron, comte et connétable le même jour par la volonté expresse du souverain, ne fait qu’aggraver la tendance de son prédécesseur au favoritisme, ravivant les critiques de la noblesse de lignage. Tout cela explique aisément la teneur d’un poème comme les « Coplas al mundo » mais également le grand projet littéraire de Mexía : un traité sur la noblesse pour en finir à jamais avec le bartolisme mais aussi avec le favoritisme princier.

Le Nobiliario vero

34C’est en 1477, à 53 ans, que Mexía décide de se lancer dans un vaste projet littéraire qui sans doute lui tenait à cœur depuis des années, après avoir constaté ce qui était pour lui les dérapages des deux derniers souverains sur la question de la noblesse et le développement d’une privanza qui était synonyme de pujanza de nouveaux groupes sociaux. Pour comprendre le passage à l’acte de Mexía et la décision de rédiger un traité aussi exhaustif et érudit que possible sur la « véritable » noblesse et non celle qui a été indûment semée par les derniers rois de Castille, il faut se rappeler que Mexía adresse son traité au nouveau roi, Ferdinand, au moment où il est redevenu un fidèle chevalier au service de la monarchie d’Espagne. Ne voyait-il pas, comme d’autres auteurs, dans l’avènement des nouveaux souverains le signe d’un renouveau des comportements politiques, d’un terme mis à la privanza personnelle et n’espérait-il pas donner au roi avec son traité une connaissance de la question de la noblesse tendant à identifier exclusivement la noblesse aux lignages historiques existants et à réduire de ce fait la part de la noblesse régalienne ?

  • 42  ¶Libro intitulado nobiliario perfectamente copylado e ordenado por el onrrado cauallero Feranto Me (...)
  • 43  Le manuscrit de la Bibliothèque nationale de Madrid (BNM 3311) contient une version primitive de l (...)

35Le traité de Mexía, fini en 1485 et imprimé à Séville le 3 juin 149242, dont trois manuscrits on été conservés43, est donc réactionnaire au sens où il entend réagir contre les pratiques des rois de Castille qui ont placé au sommet de l’échelle sociale du royaume des hommes tenus par beaucoup, à l’époque, pour les fils d’une lavandière ou d’un laboureur, comme Álvaro de Luna ou Miguel Lucas. Mais il est réactionnaire également parce qu’il entend réagir contre le débat d’idées suscité par Diego de Valera et l’arrivée en Castille des idées de Bartolo de Sassoferrato sur la noblesse contenues dans son De dignitatibus que Mexía réduit à 3 conclusions :
– « Que el linaje no da la nobleza »,
– « Que la nobleza sin dignidad no se estiende a la quarta generación »,
– « Que más noble es aquél el qual es fecho nueva mente noble que aquél que desçiende de noble y antigua generaçión ».

36Le Nobiliario vero prend ainsi place dans l’histoire des textes à la suite de la polémique des années 1439-1440, évoquée plus haut, entre la Cadira del honor de Juan Rodríguez del Padrón, première réfutation en Castille du bartolisme, et l’Espejo de verdadera nobleza du parent par alliance de Mexía, le conquense Diego de Valera qui, lui, va adapter les principales thèses du De dignitatibus aux réalités légales castillanes, axant ses positions sur la nécessité d’une actualisation par la vertu de la noblesse reçue et se rendant à l’évidence que l’idée de Bartole selon laquelle la noblesse se perd avec l’héritage est inapplicable en Castille : un bartolisme, somme toute, très réaliste, pragmatique, même, le seul susceptible d’être transformé en loi.

  • 44  Les termes de ce débat au xve siècles ont été étudiés dans leurs moindres détails par Jesús Rodríg (...)
  • 45  On peut lire ces deux opuscules dans C. Heusch et J. Rodríguez Velasco, La caballería castellana e (...)

37Au-delà des dissensions entre bandos évoquées plus haut, force est de reconnaître qu’à la suite de l’opuscule de Rodríguez del Padrón et de la réponse de Diego de Valera, les lettrés castillans vont être appelés, plus ou moins directement, à prendre position sur cette question. Qu’ils soient nobles ou pas, qu’ils appartiennent à telle ou telle faction, ils vont devoir se départager entre ceux qui vont suivre cette vulgate bartoliste et considérer que la noblesse est essentiellement une affaire de vertu, et même de vertu individuelle, et ceux qui, au contraire, vont associer la noblesse au lignage, donc à l’héritage, à l’hidalguía et non aux actions concrètes de la personne. La question que l’on se pose est de savoir si la noblesse est transmise par les aïeuls ou conquise par le noble au moyen de l’action vertueuse ? En arrière-plan surgit, bien entendu, aussi, la question de la dignité de la chevalerie, puisque le lieu par excellence de l’action vertueuse dans ce contexte est l’exercice de la chevalerie, ce qui pose une autre question : est-ce que le métier des armes rend noble ?44 À cela s’ajoutent de nouveaux modèles culturels. Parallèlement à la diffusion des idées bartolistes, les groupes lettrés, cléricaux ou laïcs, vont également découvrir des textes qui apportent de l’eau au moulin des défenseurs de la vertu. Les humanistes italiens et leurs épigones hispaniques iront chercher dans le monde Antique une idéalisation à outrance de la vertu, placée au-dessus des autres valeurs, y compris celle du lignage, de la gens. Des œuvres comme le De nobilitate de Buonaccoso de Montemagno, traduit en toscan par Angelo Decembrio – source de la traduction espagnole du Prince de Viana – ou le De militia de Leonardo Bruni, également traduit pour la noblesse castillane45, vont nourrir cette image idéale d’une noblesse exclusivement fondée sur la vertu de la personne, quelles que soient ses origines sociales. Cet idéal, axé de surcroît sur un nouveau modèle chevaleresque – celui du miles ou de l’eques latins –, s’étendra avec tellement de force que ces années-là, entre 1420 et 1460, ont constitué un véritable « âge de la vertu », comme se plaît à dire Jesús Rodríguez Velasco, pendant lequel se noue une extraordinaire « fable chevaleresque ». On ne s’étonnera donc pas de rencontrer parmi les défenseurs de ces positions des représentants de la haute noblesse particulièrement cultivés, tels que Fernán Pérez de Guzmán ou le marquis de Santillane.

38Pourquoi alors rouvrir le débat trente ou quarante ans plus tard ? En marge des réactions subjectives des nobles de lignage comme Mexía face au comportement des rois précédents, la question est à nouveau d’actualité dans la mesure où l’intelligentsia juridique qui entoure les nouveaux souverains, dans laquelle se trouve, encore et toujours, Diego de Valera, entend mener, à la demande des Rois Catholiques, des réformes juridiques profondes, tendant à asseoir encore plus le pouvoir royal. Or ces réformes sont largement inspirées de la pensée juridique de Bartole, comme cela s’était produit dans d’autres monarchies européennes. Il est donc urgent pour un Mexía de lancer définitivement des « dards », selon sa métaphore, contre le De dignitatibus de Bartole. Il va donc déployer un arsenal d’auctoritates on ne peut plus hétéroclites qui va des Pères de l’Église jusqu’à Alphonse X et Raymond Lulle, en passant par Aristote, les auteurs latins, les scolastiques… Tout est bon pour assener à Bartole toute sorte de citations adverses qui, très souvent, présentent un caractère non pas argumentatif mais simplement extrapolatif.

39En dehors des toutes ces autorités, les arguments de fond contre Bartole ne vont guère au-delà de ceux présentés, quarante ans plus tôt, par Rodríguez del Padrón. Celui-ci reconnaît comme Mexía l’existence d’une « noblesse civile ou politique » qui est le fait du Prince. Cependant, cette forme de noblesse n’est que virtuelle et ne devient noblesse effective que lorsqu’elle est transmise aux enfants légitimes. Un abîme va cependant séparer les deux auteurs sur un point très précis. Padrón vit encore dans un univers fortement marqué par l’imaginaire chevaleresque, ce qui signifie qu’il y a tout de même chez lui un idéalisme nobiliaire qu’il partage, d’ailleurs, avec un Diego de Valera. Cela signifie que pour Padrón on peut encore perdre sa noblesse :

la poca merçed e menor esperança oy faze en nuestra hedad los nobles a tanta nesesidad venir que algunos, seyendo forçados por la fortuna, cometen robos, furtos e varios delitos; por ende se fazen infames e pierden la nobleza. E otros se someten a ofiçios desonestos e se dan al uso de las mecánicas artes; por ende, asimesmo, pierden la nobleza.

  • 46  Voir à ce sujet Carlos Heusch, « La transmission familiale de la fama et l’infamia dans la culture (...)

40Padrón s’en tient donc à l’image traditionnelle d’une noblesse qui peut être perdue à la suite d’une situation infamante, comme ici la pratique de métiers vils – ce que dénonce aussi Valera au chapitre X de son Espejo –, mais également dans le cas de nombreuses situations prévues dans des textes comme les Partidas. La trahison, la félonie…, par exemple, suffisent dans le code d’Alphonse X à couvrir le responsable d’une infamie telle, qu’elle s’étend même à ses successeurs46. En revanche, Mexía ne conçoit cette perte que pour ce qui est de l’ordre de chevalerie. Si la dignité chevaleresque peut être perdue, dans les conditions énumérées par Alphonse X à la loi 25 du titre xxi de la Deuxième Partida, que Mexía suit au pied de la lettre, il n’en est pas du tout de même de la noblesse. La grande nouveauté du traité de Mexía, par rapport aux textes précédents, se trouve sans doute là, dans une sorte de substantification de la noblesse à l’intérieur du lignage qui en fait quelque chose d’inaltérable, de consubstantiel au noble parce que désormais la noblesse est quelque chose qui se trouve dans le sang et non dans les actes.

41Avec Mexía la noblesse devient une réalité en soi dont le fils de noble est nécessairement l’héritier et à son tour le porteur. D’où l’idée d’une espèce de « déterminisme » que, rappelons-le, Mexía a pu tirer de textes antérieurs comme, par exemple, le célèbre Arcipreste de Talavera (ou Corbacho) d’Alfonso Martínez de Toledo. Au détour de sa diatribe misogyne, ce dernier affirme que les hommes sont déterminés par leur naissance, ce qu’il illustre par une similitudo animalière : naturellement, « el fijo de la cabra » doit bêler et « el fijo de asno » doit braire. Ce texte du Corbacho est bien trop amène et pertinent pour mon propos pour ne pas le citer en entier :

  • 47 . Alfonso Martínez de Toledo, Arcipreste de Talavera o Corbacho, Madrid, Cátedra, 1981, p. 108.

Esto por quanto non ay siervo que si señor fuese, que casi se conosçiese; nin ay vasallo que, señor tornado, non sea cruel. En esto conosçerás tú las personas quáles de raíz buena o mala vienen, que el que de linaje bueno viene, apenas mostrará sinón dónde viene, aun que en algo paresca, todavía retrae dónde viene; pero el vil e de poco estado e linaje, si fortuna le administra bienes, estado, onra e manera, luego se desconoçe e retrae dónde viene, aunque mucho se quiera infingir en mostrarse otro que non es, como algunos han acostumbrado de lo así fazer. Pero es verdad quel fijo de la cabra una ora ha de balar, e el asno fijo de asno ha de rebuznar, pues naturalmente le viene. Enxiemplo: toma dos fijos, uno de un labrador, otro de un cavallero; críense en una montaña so mando e disçiplina de un marido e una muger. Verás cómo el fijo del labrador todavía se agradará de cosas de aldea, como arar, cavar e traher leña con bestias, e el fijo del cavallero non se cura salvo de andar corriendo a cavallo e traer armas e dar cuchilladas e andar arreado. Esto procura naturaleza. Así lo verás de cada día en los logares do bivieres: que el bueno e de buena raça todavía retrae do viene, e el desaventurado de vil raça e linaje, por grande que sea e mucho que tenga, nunca retraerá sinón a la vileza donde desçiende; e aunque se cubra de paño de oro nin se arree como emperador, non le está lo que trahe sinón como cosa emprestada o como asno en justa o torneo. Por ende, quando los tales o las tales tienen poderío no usan dél como deven, como dize el enxiemplo : «Vídose el perro en bragas de cerro e non conosçió a su compañero».47

  • 48  Cartagena le dit dans son Doctrinal de los cavalleros (cf. C. Heusch, La caballeria castellana…, é (...)

42« Aunque la mona se vista de seda… », on imagine bien Mexía souscrire à de tels propos. Par ricochet, cela signifie, également, que l’auteur du Nobiliario fonde en raison justement ce que Cartagena et Valera critiquent, le fait que l’on puisse mettre la noblesse du sang au-dessus des comportements individuels48. Alors que Rodríguez del Padrón se lamentait de ce que les nobles perdissent leur noblesse, lorsqu’ils étaient contraints de s’adonner à des métiers vils, Mexía enfonce le clou en démontrant que, même dans de tels cas, la noblesse reste intacte : les actes isolés d’un individu, quels qu’ils soient, ne sauraient en aucune manière entacher l’ancienne noblesse du lignage :

  • 49  La référence exacte est Partidas VII, Tít. XXXIV, Regla xxxiv : « Dixeron otrosí que el derecho de (...)
  • 50 Nobiliario vero, lib.  II, conc. ii, ch. 3, fº 39 rº.

Esto afirma una rregla de Derecho, la qual dize: «el derecho del parentesco, qu’es por rrazón de sangre, no se puede quitar por derecho, etc» (Rregla xxxvi, VII P., primera rregla)49. Así que se concluye que todo aquel que fuere fijo o nieto o visnieto o revisnieto, e dende arriba, de onbre o onbres nobles de la quarta generaçión arriba –como es dicho aquel que viene de antigua generaçión, al qual llamamos noble propiamente–; este tal, puesto que no sea por sí virtuoso, no dexa de ser noble por linaje. Ca a este no diremos villano o plebeo, ca en el tal vocablo perjudicar se ýa el linaje, lo que no conviene; pero dalle hemos nonbre que solamente perjudique a sí solo e dezille hemos ruýn o malo o viçioso o torpe o bestial o onbre de malas costunbres o apasionado.50

  • 51  « El que desçiende de generaçión noble e antigua, puesto que enbolcado e rrebuelto entre viçios e (...)
  • 52 Ibid., II, ii, 4, fºs 39 vº-40 rº.
  • 53  Je pense, bien sûr, à ce texte célèbre de Valera, au chapitre X de l’Espejo de verdadera nobleza : (...)

43Mexía manipule la règle du droit, tirée des Partidas, qu’il cite d’ailleurs de façon tronquée, pour nous faire croire que rien dans le droit ne permet de porter atteinte aux liens de parenté, pas même l’infamie. D’où l’idée complètement extrapolée que rien ne peut atteindre la noblesse de sang car celle-ci relève des lois de la parenté. Cela signifie, par conséquent, que, contrairement à tous les textes antérieurs sur la chevalerie et la noblesse, la noblesse d’un homme n’est désormais plus incompatible avec sa deshonra puisque celle-ci ne peut entacher le sang. Rien donc, ne saurait souiller un sang noble. Mexía reconnaît, certes, la possibilité que certains nobles soient entièrement dépourvus de vertu et même qu’ils soient ouvertement mauvais, vicieux, etc., mais cela n’altère en rien cette espèce de deuxième nature qu’est leur lignage51. Et pour le prouver il n’hésite pas à produire des similitudines, comme celle de la pierre précieuse qui n’est pas moins précieuse lorsqu’elle se trouve dans un endroit immonde – on se souvient du coq de Juan Ruiz qui trouva un saphir dans un tas de fumier – ou, un peu plus loin, celle du bon vin. Il est des années où le vin d’un terroir est excellent et d’autres où il n’est pas bon ; allons-nous dire, pour autant, que ce mauvais vin n’appartient pas au même terroir pourtant réputé52? L’argument, on le voit aisément, est aussi fallacieux qu’efficace. Mexía clôt sa démonstration sur un dernier argument, d’une nature bien différente : l’argument de l’exemption fiscale, celui-là même que récuse Valera lorsqu’il s’insurge contre les écarts de certains nobles53. Vertueux ou vicieux, le noble ne sera jamais pechero :

  • 54 Nobiliario., II, ii, 5, fº 41 vº.

El que es noble generoso o fidalgo, agora sea rrico o pobre, açerca de la dicha contribuçión no pechará. E puesto que sea el más viçioso e pecador del mundo, nin por ende pechará.54

  • 55  Voir Nobiliario, II, ii, 5, fº 41 rº.
  • 56 Ibid., II, ii, 5, fº 40 vº.
  • 57 Ibid., II, iii, 2, fº 44 rº.

44Il apparaît donc que l’une des finalités fondamentales de ce traité est d’enfermer définitivement la noblesse dans les limites de la stricte idéologie lignagère. Ainsi, Mexía peut proposer une nouvelle définition du noble : « noble » ne signifie pas « bon » ou « vertueux » – encore que nous puissions le présupposer, pense Mexía, puisque, en bon lecteur de Valera, il voit aussi dans la noblesse le « signe » de la vertu55) – mais uniquement « onbre que viene de generoso linaje por antigüedad »56, car « aquel que es produzido de linaje antiguo es noble »57. Dans de telles conditions, l’excellence de la noblesse ne tient plus du tout à la valeur concrète des individus mais bien à son ancienneté, dans une espèce de « fétichisation » de l’antiquitas qui apparaît comme le garant d’un ordre du sang dans lequel on retrouve, bien entendu, le modèle dynastique :

  • 58 Ibid., II, iii, 17, fº 51 rº.

Aquel es más noble o menos noble quanto de más lexos e de más alta dignidad o señorío trae su linaje o quanto más pariente será o más allegado a la sangre rreal. […] Así que así es cada uno grand noble o mediano o menor noble.58

45Il n’est plus question que de l’exclusive affirmation muette d’un temps, l’enracinement dans un passé que l’on s’obstine à voir nécessairement mythique. C’est également pour cela que Mexía retrouve, malgré tout, l’explication traditionnelle de l’origine des familles nobles ; mais, à la différence des auteurs antérieurs, pour Mexía cette acquisition originelle et mythique de dignité se suffit à elle-même. Le noble qui en hérite n’a aucunement besoin, comme le pense, en revanche, Valera, de confirmer lui-même cette dignité par des actes concrets; ce sont les années, les générations qui l’ont déjà confirmée pour lui.

  • 59  Voir, Nobiliario, II, iii, 20 et 21.

46Comment expliquer un tel glissement, d’une logique de la personne à celle de l’enracinement dans le temps ? Le texte de Mexía nous livre quelques pistes intéressantes. Si Mexía semble s’écarter d’une « justification par les œuvres » de la noblesse, au profit d’une justification à partir de l’« ordre familial », donc trans-générationnel, c’est, en grande partie, parce que ce n’est pas l’assimilation du noble au defensor qui l’intéresse le plus. La spécificité de la noblesse, pour Mexía, ne réside pas exclusivement dans le métier des armes mais dans ce que nous pourrions appeler un « mode », voire un « idéal » de vie ; une place dans la société qui équivaut à un comportement dans la société. La noblesse devient une espèce de sociabilité qui a, pour Mexía, une conséquence fondamentale : elle rend les hommes meilleurs. Selon ce principe de perfectibilité de la noblesse comme vieidéale, chaque génération nouvelle est nécessairement meilleure, supérieure. À partir de Raymond Lulle et d’autres auctoritates scolastiques, Mexía prouve que la fin de toute chose est de tendre vers sa perfection59 et que celle-ci s’obtient, chez les nobles, de génération en génération : sauf accident, le père est moins parfait que le fils, et le fils le sera moins que le petit-fils, etc., argument fondamental pour le propos de Mexía puisqu’il permet de contredire l’une des « conclusions » de Bartole, selon laquelle la noblesse décroît à chaque génération et disparaît au bout de la quatrième.

47Or cette perfection croissante des nobles due à leur mode de vie s’applique à tous les domaines : physique (grâce à l’alimentation et à l’hygiène) – c’est-à-dire aussi esthétique (les nobles sont plus beaux) –, intellectuel (grâce à la pédagogie et à la « vie de l’esprit » propre aux nobles), moral (grâce au caractère exemplaire des ancêtres)… C’est donc le passage d’une identité d’« état » à une identité de « classe », dans son acception moderne – avec ses attributs identitaires, culturels, idéologiques –, qui se profile dans de telles considérations. Quelques textes spécialement significatifs suffiront. Ainsi de la physiologie à l’esthétique en passant par la vie de l’esprit :

  • 60 Ibid., II, iii, 29, fº 59 rº.

Pues, como el que desçendido de alto e claro e antiguo linaje sea nudrido e criado por el contrario e en otra ordenada o rreglada observançia açerca de moderada abstinençia o tenplança, asimismo, de delicados, sotiles e dirigibles mangares, trae natural e aun hereditaria mente más sotiles humores. Lo qual es causa de asotilizar el yngenio a elevar el entendimiento e a purificar e a generar más linpia e más pura sangre […]. E aun, allende desto, faze tanto la fuerça e virtud de aquesta materia que engendra a los tales nobles en más fermosa conpusiçión de personas, como veemos que común mente a propia natura de más perfeta porporçión son organizados e de mayor fermosura los generosos onbres e las generosas mugeres que la otra condiçión de gente.60 [je souligne]

  • 61  L’idée d’une supériorité intellectuelle des anciens nobles contenue dans ces chapitres du Nobiliar (...)

48On remarquera, à la suite de mon soulignement, le lien implicite qui s’établit, chez Mexía, entre un mode de vie donné, avec des conséquences sur la physiologie, et la constitution progressive d’un sang considéré comme meilleur, comme plus pur, comme plus limpio. C’est un tel sang qui devient alors le seul véritablement apte à la vie de l’esprit, cette « vida yntelectual » (fº 59 vº) dont Mexía, lui-même noble et intellectuel, n’hésite pas à faire l’apanage de la noblesse éprouvée61.

49Mexía va encore plus loin : non content d’affirmer la prédisposition naturelle de la noblesse à la vie intellectuelle, il postule également ce qui serait la transmission générationnelle des acquis d’une telle vie. Quelques chapitres plus loin, en effet, il conclut sa démonstration par l’affirmation du lien entre noblesse et pédagogie. Seuls ces nobles, parangon d’intellectualité, se soucient de la transmission du savoir, des bonnes manières, de la vertu… à leurs descendants :

  • 62  « Enseña ca ni dotrina » dans l’incunable.
  • 63  Il s’agit de Bernabé, évêque d’Osma, mais sans doute plutôt García de Castrojeriz.
  • 64 Nobiliario, II, iii, 33-3, fº 70 vº.

Otrosí es de saber que los plebeos nunca enseña[n][ni] dotrina[n]62 ni ynstruyen a sus fijos nin a sus descendientes en las dichas buenas costumbres, lo qual, en la mayor parte, todos los nobles e fijosdalgo dotrinan e enseñan a sus fijos e a sus nietos. E no sólo a éstos mas a todos sus familiares, açerca de lo qual dize el dicho autor63: «Por gloria, los generosos se glorifican e deleytan en enseñar e dotrinar a sus fijos e generaçión e los ofiçios onorables e valerosos que correspondan no solamente a la persona mas a su natura e linaje».64

  • 65 « Ca el nuevo noble es criado gruesamente e la grosedad de su nutritiva han fecho su materia gruesa (...)
  • 66  « Como la gente plebea bive, según es dicho, más rústicamente, más alongada será de la vida yntele (...)
  • 67 . Nobiliario, fol. 70v°.

50Tout concourt dans ces quelques chapitres du Nobiliario vero, à faire de la noblesse un véritable modèle culturel et social. Le but n’est pas seulement de placer la noblesse définitivement au sommet absolu de la hiérarchie sociale, ce que Mexía affirme, par ailleurs, sans ambages en évoquant même la « nature meilleure » des anciens nobles (« los nobles de claro linaje son mejores e mejor acostunbrados [...] porque son de mejor naturaleza », fº 59 vº); le discours de Mexía se donne, également, comme but de construire, à partir du modèle du noble, un parfait contre-modèle, correspondant au villano ou plebeo et, par conséquent aussi, au nouveau noble. Toutes les fois que Mexía fait l’éloge de la noblesse, c’est aussi pour discréditer la « nature » roturière. Tous les arguments déjà énoncés – physiologiques, culturels, pédagogiques... – trouvent leur exacte antithèse dans la description des non-nobles, aux origines « obscures » et « ténébreuses » s’opposant au claro linaje des nobles ; dont la « grossièreté » est, avant tout, l’affaire d’habitudes alimentaires65; dépourvus de grâce et de beauté; éloignés, en raison de leur « rusticité », de la vie intellectuelle66 et incapables, comme on l’a vu, de transmettre la moindre éducation à leurs descendants. Dès lors, les nobles peuvent être les « lions » et les « aigles » de la société humaine, alors que les plebeos en sont les « ânes »67 :

  • 68 Ibid., fº 70 rº-vº. Mexía dit suivre dans ses affirmations le Regimiento de príncipes de Bernabé d’ (...)

Así pues, es de saber que los nobles e los cavalleros son conparados a los leones e a las águilas, otrosí a las vallenas. Los canes son conparados a los escuderos mal acostunbrados que sirven pocos a la rrepública, pero en algunas cosas neçesarias sirven e ayudan con palabras e algunas vezes con armas a la defensión. Los plebeos o onbres sin linaje o villanos son como los asnos, ca el dicho animal es muy sujepto e puesto sienpre en servitud, lo qual no es el noble o el fidalgo, ca él nunca sierve salvo al rrey o prínçipe o a gran señor. Pero el plebeo muchas vezes sirve a otros que tienen menos qu’él.68

  • 69  Anselm Turmeda, Disputa de l’ase (1417). Barcelone : Editorial Barcino, 1928, p. 38.
  • 70  Commentant les mots de Moïse, Mexía écrit : « Pero como creyese e supiese que más pureza e linpiez (...)

51Or le propre du nouveau noble, de celui qui a été anobli par le prince, est d’être issu de ce groupe décrié par Mexía au point de l’associer au « més malastruc i miserable animal que hi ha en la nostra cort », selon la définition de la Disputa de l’Ase de Turmeda69. C’est là que trouve tout son sens ce contre-modèle façonné par le chevalier de Jaén : le nouveau noble est naturellement porteur d’une infamie transmise par le milieu dans lequel il est né et a grandi. Mexía, vocero malgré lui d’une malheureuse modernité, défend l’idée que toute naissance hors de la noblesse est une naissance impure, maculée, qui stigmatise l’individu à vie : le mérite éventuel de la personne ne peut plus rien contre ce que Mexía n’hésite pas à qualifier de mácula ou manzilla70. Celui qui naît villano ou plebeo mourra nécessairement tel, quels que soient les dignités et titres accordés par le Prince. L’argument phénoménologique de la perfectibilité générationnelle devient, alors, dans la descendance du nouveau noble, processus de purification. Contrairement à ce que propose Valera, pour qui le fils direct d’un anobli est entièrement noble, d’après Mexía, il faut attendre les très bibliques quatre générations méritoires pour atteindre à cette limpieza, à cette pureza du sang généreux :

  • 71 Nobiliario, II, iii, 12, fº 48 vº.

Sólo en el quarto grado han purgado la obscuridad o plebeosidad que es dezir sin linaje e de no ser ha venido ha fidalgo; toda vía guardando açerca del casamiento que no ynter venga obscuridad o la dicha plebeosidad, mas su ygualdad, segund su comienço, o más linaje. Donde es de notar que noble será quando, venido en la quarta generaçión, do es purgada solamente la obscuridad del linaje, no errando las carreras dichas e los términos escriptos e todas las tales çerimonias, en el fin de la otra quarta generaçión de su visnieto, el prinçipiador o el que dio el comienço de la fidalgía aviendo seýdo cavallero o defensor de la cosa pública o aviendo avido otra dignidad con la cavallería en que aya mayor veneraçión, así como varonía o dende arriba, o alguno de los ofiçios solennes e honorables dignidades, segund que es dicho, o aviendo grado de çiençia, así como liçençiado, doctor o maestro, etc. Así que se concluyen dos cosas: la una que, en el quarto grado, el visnieto será fidalgo e del visnieto ayuso, en el otro quarto grado, el rrevisnieto será noble, a las condiçiones dichas e no de otra manera.71

52Comme on peut le voir, ce processus n’a rien d’une purification automatique; c’est une constante mise à l’épreuve, de génération en génération, de lutte contre l’« obscurité » roturière, ce qui fait, également, rentrer les stratégies matrimoniales dans le cadre de cette ascension graduelle vers la noblesse. D’où les recommandations d’isogamie ou, mieux encore, d’hypergamie. Rien, en effet, n’est joué tant que la descendance du prinçipiador de noblesse n’a pas dépassé cette fatidique quatrième génération, au-delà de laquelle la noblesse « artificielle », pour reprendre l’expression de Mexía, se transforme en noblesse « naturelle » et, par conséquent, inaltérable à jamais.

Conclusion

53Comment, d’une part, ne pas voir dans la réaction lignagère qui se profile dans les années 1440 et s’exacerbe sous les Rois Catholiques, un maillon conceptuellement fort de l’« idéologie lignagère » qui se met en place au tournant des xve et xvie siècles et se radicalise pendant tout le Siècle d’or, autour de la notion d’hidalguía? Comment, d’autre part, ne pas s’interroger sur les coïncidences lexicales et, même, idéologiques, évidentes pour l’observateur contemporain, entre la « nouvelle » noblesse et la « nouvelle » chrétienté, surtout quand on a affaire à des notions telles que limpieza, pureza ou, au contraire, mácula ou manzilla? Puisse une telle coïncidence ouvrir des pistes nouvelles et fécondes dans les recherches sur les origines et la structuration des idéologies et discours de l’exclusion.

Haut de page

Notes

1  Le point de départ de cet article se trouve dans une communication présentée au séminaire de l’ancienne équipe d’accueil ETILAL, dirigée par Raphaël Carrasco, de l’Université Montpellier 3, le 15 décembre 2003.

2  Le texte est cité par Manuel Morales Borrero, auteur, à ma connaissance, de la seule monographie importante sur Ferrán Mexía. Je suis ici cette étude d’assez près pour ce qui est des aspects biographiques : Manuel Morales Borrero, Hernán Mexía, escritor giennense del siglo xv. Jaén: Instituto de Estudios Giennenses – Diputación provincial de Jaén, 1997 (Col. “Investigación”, 12), 316 p., ISBN : 84-87115-48-9. Notre citation se trouve aux pages 38 et 39.

3  « Merced de una veinticuatría de Jaén al licenciado Jorge Mexía, vecino de Jaén, por renuncia de su padre Fernando Mexía », apud Morales, op. cit., p. 37.

4  Diego de Valera est, comme on sait, le fils d’Alonso Chirino. Il décida, cependant, de prendre le très noble nom de sa mère et non le patronyme douteux d’un père judéoconvers à la noblesse récente, décrétée par Jean II, un père qui, en plus ne s’était absolument pas occupé de lui.

5  Selon M. Amasuno, Alfonso Chirino, un médico de monarcas castellanos, Salamanque, Junta de Castilla y León, 1993, p. 29-30.

6  Selon P. Cátedra, Exégesis, ciencia, literatura. La exposición del salmo « Quoniam videbo » de Enrique de Villena, Madrid, El Crotalón, 1985, p. 21.

7  On trouvera le texte de cette triple investiture dans C. Heusch, La caballería castellana en la baja edad media. Textos y contextos, Montpellier, PM3, 2000, p. 256-259. Dans l’édition « classique » de Juan de Mata Carriazo (Hechos del condestable don Miguel Lucas de Iranzo, Colección de crónicas españolas, III, Madrid, Espasa-Calpe, 1940) l’épisode occupe les pages 5 à 12.

8  Pour les détails de la généalogie de Ferrán Mexía et ses liens avec la maison de Torres, voir Morales, op. cit., p. 33-35.

9  Éd. cit. de Juan de Mata Carriazo, p. 59.

10  Id.

11  Le Sumario de prohezas y casos de guerra aconteçidos en Jaén y Reynos de España y de Ytalia y Flandes y grandeza de ellos, desde el año 1353 hasta el año 1590 de Juan de Arquellada a été publié par Enrique Toral y Peñaranda, Jaén, Instituto de Estudios Giennenses, 1999.

12  Le titre exact de cette œuvre publiée en 1643 est Historia o Anales del municipio Albense Urgavonense o villa de Arjona. Sur Ximena Jurado on peut consulter l’article de Manuel Rodríguez Arévalo, « Martín Ximena Jurado : historiador villanovero del reino de Jaén », Boletín del Instituto de Estudios Giennenses, nº 179, jul-dic. 2001, p. 7-28. Ma source reste Morales dans la monographie déjà citée.

13  Éd. cit. de J. de M. Carriazo, p. 372-373.

14  « Nuestro señor Dios que no quiso […] que tan buen cavallero, en quien tantas bondades y virtudes avía, fuese así muerto tan malamente por manos de traydores malvados… » (ibid., p. 373)

15  « E por mayor disimulaçión no quiso levar otra conpañía » (ibid., p. 374).

16  « Por miraglo de Dios se les antojó y paresçió que venían con su merçed quinze o veynte de cavallo, y no venían sino solos dos o tres, como dicho es » (ibid. p. 375).

17  Id.

18  Id.

19  « Dallo sano y libre y sin lisión ninguna », aurait dit Miguel Lucas d’après le Sumario (apud Morales, op. cit., p. 63).

20  Apud Morales, op. cit., p. 65.

21  Apud Morales, op. cit., p. 72.

22  « Començose en el año de mill e quatroçientos e setenta e siete años en fin del mes de abril » (Nobiliario vero, Sevilla, 1492).

23  « Acabose de escrevir e de corregir a xv días del mes de mayo año del señor de mill e quatroçientos e ochenta e çinco años » (id.).

24  « Acabóse la presente obra sábado xxx de junio año de la incarnaçión de mill y cccc xcii años, en la muy noble y lleal çibdad de Sevilla inpressa por llos onrrados varones maestros Pedro Brun, Juan Gentil, fiel e verdaderamente corregida » (id.).

25  Brian Dutton et Joaquín González Cuenca (éd.), Cancionero de Juan Alfonso de Baena, Madrid, Visor Libros, 1993, p. 7-8.

26  José Amador de los Ríos, Historia crítica de la literatura española, Madrid, Joaquín Muñoz, 1865, tomo VII, p. 123.

27  Marcelino Menéndez Pelayo, Antología de poetas líricos castellanos, Madrid, Librería de Hernando, 1890-1916, II, 333.

28  Brian Dutton, El cancionero del siglo xv (1360-1520), Salamanca, Biblioteca Española del siglo xv – Universidad de Salamanca, 1990-1991, 7 t.

29  Voir, à ce sujet, les travaux de JeanneBattesti-Pelegrin, « La lyrique du xve siècle à travers le conceptisme de Gracián », Cahiers d’études romanes, 10, 1985, p. 33-55 ; « Nommer les choses : le poète cancioneril par lui-même », Bulletin hispanique 90, 1-2, 1988, p. 5-25 ou « La poésie à la fin du moyen âge », dans J. Canavaggio (dir.), Histoire de la littérature espagnole, Paris, Fayard, 1993, I, p. 200-224.

30  V. 281-290. Le texte se trouve dans le Cancionero General de 1511 (nº 117).

31  V. 333-338.

32  M. Menéndez Pelayo, op. cit., p. 334.

33  V. 104-108. La pièce est conservée dans le Cancionero de Juan Álvarez Gato (Madrid, Real Academia de la Historia), MH2 dans la nomenclature de Dutton. Voir El cancionero del siglo xv, éd. cit., t. I, p. 558.

34  Voir, à ce sujet, Jesús Rodríguez Velasco, República teórica, Saragosse, Institución Fernando el Católico (à paraître).

35  Voir Jesús Rodríguez Velasco, El debate sobre la caballería enel siglo xv, Valladolid, Junta de Castilla y León, 1996, p. 114, où, d’ailleurs, l’on trouvera le texte de la pragmatique de Jean II.

36  Alonso de Cartagena, Discurso sobre la precedencia del rey católico (1434) dans M. Penna (éd.), Prosistas castellanos del siglo xv, Biblioteca de Autores Españoles, t. 116, Madrid, Atlas, 1959, p. 208.

37  Voir Pedro Carrillo de Huete, Crónica del Halconero de Juan II, éd. de Juan de Mata Carriazo, Madrid, Espasa-Calpe, 1946, p. 268.

38  Le Manifiesto est cité par Luciano Serrano, Los conversos D. Pablo de Santa María y D. Alonso de Cartagena, Madrid, CSIC, 1942, p. 290-91.

39  Francisco Bautista, « Nobleza y bandos en la Cadira de honor », dans A. Deyermond et C. Parrilla, éd., Studies in Honour of Olga T. Impey, I : Poetry and doctrinal prose, Londres, Papers of the Medieval Hispanic Research Seminar, Queen Mary, University of London, 2005, p. 103-135. La citation se trouve p. 126.

40  Le texte est édité par Mario Penna dans Prosistas…, op. cit.

41  C’est au moins ce qu’affirmait Lorenzo Galíndez de Carvajal, dans ses Adiciones genealógicas a los Claros varones de Fernán Pérez de Guzmán, señor de Batres, en soutenant que le père du Connétable était « pobre labrador » (apud Catherine Soriano, « El exilio voluntario de un condestable de Castilla, Miguel Lucas de Iranzo », 1616. Anuario de la Sociedad Española de Literatura General y Comparada, 6-7, 1988-1989, p. 71). À supposer que le docteur Galíndez n’y soit pas allé de main morte, nous avons tout de même d’autres témoignages des origines modestes de Miguel Lucas, comme, par exemple, celui d’Alonso de Palencia dans sa Chronique latine d’Henri IV.

42  ¶Libro intitulado nobiliario perfectamente copylado e ordenado por el onrrado cauallero Feranto Mexia veynte quatro de Jahen. Séville, Pedro Brun et Juan Gentil, 1492, 96 folios de 295 × 213 mm. Nous avons utilisé une version microfilmée de l’exemplaire qui se trouve à la John Rylands University Library de Manchester avec la cote I8393. La BN de Madrid possède aussi un exemplaire (I-1280).

43  Le manuscrit de la Bibliothèque nationale de Madrid (BNM 3311) contient une version primitive de l’œuvre, de 159 Fºs de 202 × 134 mm, achevée en 1478. Celui de la Bibliothèque universitaire de Salamanque (BUS 2414) contient la version finale, celle qui allait être imprimée en 1492, et s’étend sur 186 folios. Ce manuscrit aurait appartenu au collège de San Bartolomé. Enfin le manuscrit de Salamanque 2428 est une copie du précédent, datant du xviie siècle.

44  Les termes de ce débat au xve siècles ont été étudiés dans leurs moindres détails par Jesús Rodríguez Velasco, El debate sobre la caballería…, éd. cit.

45  On peut lire ces deux opuscules dans C. Heusch et J. Rodríguez Velasco, La caballería castellana en la baja edad media, éd. cit., p. 107-123 et p. 175-191.

46  Voir à ce sujet Carlos Heusch, « La transmission familiale de la fama et l’infamia dans la culture chevaleresque castillane », dans M. C. Barbazza et C. Heusch (éd.), Familles, Pouvoirs, Solidarités. Domaine méditerranéen et hispano-américain, Montpellier, Université Montpellier 3, 2002, p. 203-226

47 . Alfonso Martínez de Toledo, Arcipreste de Talavera o Corbacho, Madrid, Cátedra, 1981, p. 108.

48  Cartagena le dit dans son Doctrinal de los cavalleros (cf. C. Heusch, La caballeria castellana…, éd. cit., p. 86): « ca non es sufiçiente la exselençia del linaje para escusar la infamia de los feos fechos », et Valera, en se fondant sur l’autorité de Bartolo, dans son Espejo de verdadera nobleza (éd. cit., p. 98) : « ca por los delictos viene la infamia e por la infamia la dignidad e nobleza se pierde, segunt dize Bartulo ». Voir C. Heusch, « La transmission familiale… », art. cit., p. 212 et 214.

49  La référence exacte est Partidas VII, Tít. XXXIV, Regla xxxiv : « Dixeron otrosí que el derecho del parentesco que ha un ome con otro por razón de sangre, que non se puede toller por postura, nin por ley, comoquier que la razón que ome ha de heredar los bienes de sus parientes se puede perder por pleyto o por ley quando fiziere por qué » (éd. de Gregorio López, Salamanque, 1555, fº 101 vº). Mexía se garde bien de citer la règle jusqu’au bout qui, justement, ouvre la porte aux cas d’infamie par lesquels le chaîne de transmission s’arrête. Voir C. Heusch, « La transmission familiale… », art. cit.

50 Nobiliario vero, lib.  II, conc. ii, ch. 3, fº 39 rº.

51  « El que desçiende de generaçión noble e antigua, puesto que enbolcado e rrebuelto entre viçios e pecados, bien que será dicho suzio, malo o mal acostumbrado, toda vía será dicho fidalgo o noble; esto es por linaje » (id.).

52 Ibid., II, ii, 4, fºs 39 vº-40 rº.

53  Je pense, bien sûr, à ce texte célèbre de Valera, au chapitre X de l’Espejo de verdadera nobleza : « Ya son mudados por la mayor parte aquellos propósitos, con los quales la caballería fue comenzada: estonce se buscava en el cavallero sola virtud, agora es buscada cavallería para no pechar…»

54 Nobiliario., II, ii, 5, fº 41 vº.

55  Voir Nobiliario, II, ii, 5, fº 41 rº.

56 Ibid., II, ii, 5, fº 40 vº.

57 Ibid., II, iii, 2, fº 44 rº.

58 Ibid., II, iii, 17, fº 51 rº.

59  Voir, Nobiliario, II, iii, 20 et 21.

60 Ibid., II, iii, 29, fº 59 rº.

61  L’idée d’une supériorité intellectuelle des anciens nobles contenue dans ces chapitres du Nobiliario vero débouche sur une autre question fondamentale dont le développement m’éloignerait de mon propos mais qui mérite toute notre attention : c’est le rapport entre de tels propos et la progressive aristocratisation des classes lettrées castillanes à partir de la deuxième moitié du xve siècle et dont la sociologie des colegios universitarios est le meilleur exemple. Il n’est pas inutile de rappeler que ces colegios, comme ceux de Salamanque, à l’origine charitables, deviennent de plus en plus élitistes socialement et l’un d’eux, le Colegio de San Bartolomé, sera la première institution castillane à promulguer des statuts de pureté de sang. Mexía n’entend-il pas suggérer, de façon voilée, l’idée que la culture professionnelle et les charges qui en découlent devraient être réservées à de tels êtres « purs » naturellement prédisposés à la vie de l’esprit que sont les nobles?

62  « Enseña ca ni dotrina » dans l’incunable.

63  Il s’agit de Bernabé, évêque d’Osma, mais sans doute plutôt García de Castrojeriz.

64 Nobiliario, II, iii, 33-3, fº 70 vº.

65 « Ca el nuevo noble es criado gruesamente e la grosedad de su nutritiva han fecho su materia gruesa por respeto de los manjares gruesos que engendran gruesos humores. Como pareçe en todo aquel que es de obscuro linaje. Ca un gañán por respeto de los gruesos manjares es en gruesa natura e conplisión rrústica e grossera conpusiçión convertido e la tal gruesa materia trae e engendra gruesas las virtudes del ánima e del entendimiento, como naturalmente es visto açerca de los bárvaros, de los labradores, de los pastores, de los silvestres e de los otros de la tal condiçión » (Nobiliario, fº 59 rº).

66  « Como la gente plebea bive, según es dicho, más rústicamente, más alongada será de la vida yntelectual » (Nobiliario, fol. 59r°-v°).

67 . Nobiliario, fol. 70v°.

68 Ibid., fº 70 rº-vº. Mexía dit suivre dans ses affirmations le Regimiento de príncipes de Bernabé d’Osma. Il s’agit en fait de la traduction, copieusement glosée, du De regimine principum de Gilles de Rome, réalisée en 1345 par Juan García de Castrojeriz, à la demande, justement, de Bernabé, évêque d’Osma (voir J. Rodríguez Velasco, « La Bibliotheca y los márgenes », eHumanista, 1, 2001), avec le titre Glosa castellana al regimiento de príncipes (éd. de J. Beneyto, Madrid, 1947, récemment rééditée par le Centro de Estudios Políticos y Constitucionales, 2005).

69  Anselm Turmeda, Disputa de l’ase (1417). Barcelone : Editorial Barcino, 1928, p. 38.

70  Commentant les mots de Moïse, Mexía écrit : « Pero como creyese e supiese que más pureza e linpieza era en la quarta generaçión porque ya las máculas o las malas costunbres de los padres serían purgadas en los visnietos e por vía de la dicha purificaçión fuesen más dignos, mandó que en la quarta generaçión fuesen metidos en el tenplo o casa de Dios como onbres más nobles ». Quelques lignes plus loin il dit du plebeo : « ensuziado de la vileza de sangre de villanía » (Nobiliario, fº 63 rº).

71 Nobiliario, II, iii, 12, fº 48 vº.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Carlos Heusch, « Le chevalier Ferrán Mexía et son Nobiliario vero (1492) : de l’imaginaire chevaleresque à la logique de l’exclusion », Atalaya [En ligne], 11 | 2009, mis en ligne le 20 avril 2009, consulté le 13 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/atalaya/598

Haut de page

Auteur

Carlos Heusch

École normale supérieure Lettres et sciences humaines, Lyon.
Membre du CIHAM (UMR 5648, CNRS) et du SIREM (GDR 2378, CNRS).
Professeur des universités
carlos.heusch@ens-lsh.fr

Articles du même auteur

Haut de page