Skip to navigation – Site map

Des coiffes sans vécu ou l’authenticité rêvée

Headdresses with no past, or dreamed-up authenticity
Pascale Dollfus

Abstracts

In several European collections and on the art market, one finds beautiful headdresses that bear semi-precious stones and are stamped “Ladakh”. Yet although it is true that similar adornments are offered by many traders in Leh, after thirty years of research in this region of Himalaya and its surrounding area, as well as in archives, it has not been possible to find any trace of them. Then what are the origins of these atypical creations sold alongside unmysterious if not ordinary headdresses? How can they be characterised?
Playing the detective, I attempt to reconstruct the journey taken by these mysterious objects by examining the market and its channels, and I explore the notion of authenticity and its underlying criteria in the area of so-called tribal or primitive art.

Top of page

Index terms

Géographique :

Himalaya, Inde, Ladakh
Top of page

Full text

  • 1 Je tiens à remercier ici pour l’attention et l’aide qu’ils m’ont portée : la reine du Ladakh Diskit (...)
  • 2 Au cours de ces différents séjours, j’ai eu également l’occasion de me rendre dans les régions vois (...)

1Il y a quelques années, alors que je tentais de cerner l’ampleur du marché de l’art tribal himalayen et suivais les ventes des masques en bois dits « primitifs », je découvrais avec surprise des coiffes étiquetées « Ladakh » et, pour moi, tout à fait inconnues1. Situé dans le nord de l’Inde, aux confins du vaste plateau tibétain, ce royaume himalayen, qui fait aujourd’hui partie de l’État indien du Jammu et Kashmir, m’est pourtant familier. Depuis la fin des années 1970 en effet, j’y effectue chaque année de longues missions qui m’ont amenée à vivre chez les agriculteurs sédentaires du Ladakh central puis chez les éleveurs nomades habitant les hautes terres du Changthang à l’est, ainsi qu’à visiter les vallées adjacentes du Zanskar au sud et de la Nubra au nord2 (carte 1).

carte 1 – Carte du Ladakh et des régions voisines

carte 1 – Carte du Ladakh et des régions voisines

2Intriguée par ces coiffes mystérieuses, je décidais de retracer le parcours qui, depuis leur lieu de production supposé ou réel, les avait menées jusqu’en Occident. Il m’a donc fallu m’intéresser au marché et aux circuits de vente, un domaine négligé par les études sur « l’art des autres », qui privilégient l’histoire des collections et des musées ou le discours des collectionneurs. Alors même que les nouvelles politiques muséales valorisent « le chef-d’œuvre » débarrassé de tout appareil explicatif et, invoquant diverses raisons, préfèrent l’achat hors contexte auprès de marchands aux collectes sur le terrain, il était intéressant de se ressaisir de la compétence et de la pratique ethnologiques pour retracer ces circuits effacés, les remonter et, dans une sorte d’enquête où l’ethnologie retrouve toute sa place, reprendre à sa source le débat sur l’authenticité, sachant combien celle-ci prend de l’importance, notamment en termes de valeur (marchande) en l’absence de toute autre signature ou pedigree.

3La notion d’authenticité a pour principale qualité d’être capable de concilier des exigences contradictoires. Aux yeux des vendeurs occidentaux qui créent le marché et stimulent bien souvent la « production à la source », le discours sur l’authenticité valorise l’inventeur client, mêlant à grands frais l’émotion ressentie, le choc d’une rencontre personnelle, l’œil du connaisseur, l’archaïque, le sauvage, et la magie. À ce titre, la réflexion ethnologique possède tout le charme de la lourdeur du terre à terre : elle dit où ces objets ont été fabriqués, comment et pourquoi.

  • 3 L’enquête s’est déroulée entre 2011 et 2013. Je me suis rendue au Ladakh pour enquêter spécifiqueme (...)

4Je commençai mon enquête sur ces coiffes sur les sites de vente en ligne, la poursuivis auprès des musées, avant de me rendre au Ladakh, leur « lieu de naissance » déclaré. C’est cette enquête que je livre dans ces quelques pages avec les réflexions qu’elle m’a inspirées3.

Le Ladakh et ses coiffes

5Au carrefour des routes caravanières d’Asie centrale, du Tibet, du Cachemire et du Punjab, séparé de l’Asie des moussons par les contreforts himalayens, le Ladakh bénéficia très tôt d’influences venues de l’ouest : du Cachemire et du Baltistan voisins, mais aussi d’Iran et d’Asie centrale ; des influences toujours perceptibles dans les pratiques et les croyances locales, mais aussi dans les objets et vêtements du quotidien et, notamment, les coiffes sans lesquelles, dans les années 1970 encore, les femmes ne sortaient pas même (ou surtout) pour irriguer leurs champs.

6La coiffe la plus répandue, dite du Ladakh (central), est une pièce de cuir de forme oblongue terminée en pointe en ses extrémités et recouverte d’un tissu rouge sur lequel sont cousues des dizaines de turquoises agencées selon leur taille et leur couleur. Les plus somptueuses comptent jusqu’à trois cents pierres et peuvent peser jusqu’à trois kilos.

7Sa forme générale évoque celle du cobra avec son capuchon caractéristique : dépassant le front, elle s’élargit sur la tête pour se rétrécir à nouveau au niveau de la nuque, puis descendre le long du dos jusqu’au creux des reins. Parfois, elle s’élargit sur le côté gauche pour accueillir une autre bande, plus étroite, ornée de plaques d’argent et de rangs de perles de corail (ill. 1 et 2).

ill. 1 – Coiffe féminine (perak) du Ladakh central

ill. 1 – Coiffe féminine (perak) du Ladakh central

a. dessin de Madame Lafugie, c. 1950
b. effigie en pâte de farine faite à l’occasion d’un rituel de rançon

a. dessin Madame Lafugie ; b. © Jonathan Demenge, avec son aimable autorisation

ill. 2 – Coiffes du Ladakh central

ill. 2 – Coiffes du Ladakh central

Cliché Pascale Dollfus

  • 4 « Perak », tib. ber ag ou ber rag (la graphie n’est pas stabilisée) : de per < pîrûze signifiant en (...)
  • 5 À propos des coiffes cousues de turquoises du Ladakh, cf. Dollfus, 1987 et Aggarwal, 2005.

Cet « alignement de turquoises »4 ou perak connaît des variations selon les régions5. La coiffe du Zanskar est plus large et plus courte. Des pompons ou « fleurs de laine » en ornent le devant et deux bandes cousues de perles de corail, de cauris et, parfois, de boutons, encadrent symétriquement la partie centrale ou « tapis de turquoises » (tib. g.yu ldan) (ill. 3).

ill. 3 – Coiffe du Zanskar

ill. 3 – Coiffe du Zanskar

Clichés Pascale Dollfus

Dans l’Est, chez les éleveurs nomades du Rusphu, elle se termine droit au-dessus du front par une réglette d’argent et se nomme gar leb. Dans toutes ces régions, les coiffes sont complétées par deux grandes oreillettes en agneau noir auxquelles étaient autrefois cousus les cheveux nattés en fines tresses de la femme qui les portait. Cet étonnant ajout aurait été inventé par un artisan astucieux afin de protéger du froid et des vents coulis — l’hiver, la température peut atteindre −25°— une reine du Ladakh qui souffrait d’otites à répétition. Cette dernière, ne voulant pas paraître ridicule en société, en aurait imposé le port aux femmes de la cour, et l’usage s’en serait perpétué jusqu’à nos jours. Quelle que soit la vérité de cette anecdote, toutes les femmes la portent aujourd’hui ainsi, à l’exception de celles du Purig, dans l’ouest du Ladakh, qui préfèrent la couronner d’un petit chapeau rond en laine brune, décoré de galons aux tons chauds, identique à celui qu’arborent les hommes dans cette région musulmane proche du Cachemire (ill. 4).

ill. 4 – Coiffe du Purig avec son chapeau en laine rond

ill. 4 – Coiffe du Purig avec son chapeau en laine rond

Clichés Pascale Dollfus

8Appréciés pour leur couleur et leur brillance, la turquoise et le corail occupent les premiers rangs, avec l’or et l’argent, dans la hiérarchie tibétaine des matériaux précieux et sont les pierres les plus recherchées, qu’il s’agisse d’orner les coiffes des femmes, les parures des dieux vénérés dans les temples ou les objets rituels. À ces gemmes sont attribuées des propriétés médicinales qui en redoublent l’attrait. La turquoise combattrait les poisons et toutes les maladies « chaudes » relevant du foie, tandis que le corail rouge diminuerait la fièvre du foie et des canaux ainsi que celle engendrée par les poisons. Ces vertus prophylactiques et révulsives augmentées encore quand ces pierres sont portées à l’extérieur du corps de l’individu plutôt qu’ingérées sous forme de poudre expliquent sans doute pourquoi, outre leurs qualités esthétiques, elles furent choisies pour être montées en coiffes et parures de toutes sortes. En plus de ces pierres, les Ladakhi, en particulier les musulmans, montrent une prédilection pour la cornaline, une pierre portée — dit-on — en chevalière par le prophète Mahomet lui-même.

9Bien que lourdes de turquoises, de corail, de cornaline et autres pierres semi-précieuses, les coiffes proposées sur les sites des maisons de vente ou de marchands privés ne correspondaient aucunement aux différents modèles attestés au Ladakh ou dans les régions voisines du Tibet occidental, du Spiti, du Kinnaur ou du Lahaul. Elles présentaient des motifs et des éléments décoratifs inédits comme des perles de bois de santal ou des perles d’eau douce appelées dans le jargon rice crispies en raison de leur forme.

L’enquête débute sur la toile et dans les catalogues de maisons de vente

10Soucieuse de réunir le plus grand nombre d’exemples de ces coiffes mystérieuses pour pouvoir les comparer, je musardais sur les sites des ventes aux enchères, des galeries en ligne et du commerce électronique et me rendais en bibliothèque pour consulter les catalogues des maisons de vente. Rapidement, cinq modèles s’imposèrent (ill. 5) :

  • la coiffe turban : une coiffe entourant la tête comme un bandeau et redescendant sur la nuque ;

  • la tiare : une couronne à trois ou cinq pans, vendue souvent en set avec deux manchettes et une collerette assorties ;

  • la calotte : un bonnet rond avec, fixée en son sommet, une longue tresse de laine noire ;

  • la toque : un couvre-chef composé d’une calotte et d’un grand pendentif en forme de losange tronqué retombant sur la nuque évoquant par sa forme, sinon son matériau, la toque de fourrure Davy Crockett, soldat mais surtout fameux trappeur américain ;

  • la coiffe ajourée : une coiffe cérémonielle faite de deux arceaux de cuir se croisant en leur milieu et reliés entre eux par des rangs de perles de corail disposés horizontalement.

ill. 5 – Les cinq coiffes mystérieuses

ill. 5 – Les cinq coiffes mystérieuses

Dessins Coline Fontaine

À leurs côtés, on trouvait également d’autres ouvrages de même main (pectoral, collerette et manchettes), ornés pareillement de pierres semi-précieuses (turquoise, corail, agate, cornaline, nacre, etc.) ou d’imitations artificielles.

11Les dénominations attribuées dans les catalogues à ces différents modèles variaient d’un expert à l’autre : un objet ici dépeint comme un couvre-chef d’homme, était signalé là comme une parure féminine, ailleurs encore comme une coiffe d’oracle ou de lama. À l’exception de La Gazette n° 16 du 18 avril 1997 qui, à propos d’un modèle de coiffe turban mise en vente par l’Étude Piasa à Paris, donnait la description suivante : « coiffe traditionnelle des communautés lamaïstes de l’Himalaya portée lors des fêtes religieuses ou banquets entre villageois. Turquoises (symbole de protection divine) cousues sur le tissu, perles d’ambre, cabochons », les notices étaient aussi vagues que brèves. Quant aux dates proposées, elles oscillaient entre le xviiie et le xxe siècle. L’objet donné comme le plus ancien était un modèle « toque de trappeur » présenté par Bretagne Enchères à Rennes, le 24 février 2009, assorti de la légende suivante : « Ancienne coiffe Himalaya Ladakh. xviiie siècle. En tissu cousu de perles en terre cuite et en verre, ambre, corail, perles de rivière et fragments de turquoises, décor et pendentifs métalliques en forme de disques. Estimation 1 200/1 500 € » (ill. 6).

ill. 6 – Rennes. Bretagne Enchères

ill. 6 – Rennes. Bretagne Enchères

Source : http://bretagne-encheres.fr/​, consulté le 08/04/2012

  • 6 Je ne prétends pas avoir fait un décompte exhaustif.
  • 7 Comme le note B. de l’Estoile (210 : 347-348), l’expression « Arts premiers », qui n’est pas un con (...)
  • 8 http://www.liveauctioneers.com, consulté le 16/04/2014.
  • 9 Young’s Auctions à Melbourne (Australie), Auctionata en Allemagne, Rakuten au Japon, Liveauctioneer (...)

12Depuis la fin des années 1990, une quinzaine de coiffes (au moins6) sont ainsi passées sous le marteau de commissaires-priseurs travaillant pour des maisons de renommée internationale, comme Drouot-Richelieu ou Christie’s, ou des sociétés de ventes moins connues, à Paris, Douai, Reims, Amsterdam, New York, Melbourne, etc., lors de ventes où se mêlent dessins, tableaux, bijoux, argenterie, sculptures du Zimbabwe en serpentine et tissus ethniques, ou de ventes spécialisées « Arts primitifs », « Arts premiers », « Art asiatique » ou « Arts d’Asie »7. En vingt ans, les prix de ces objets en salle des ventes ont beaucoup baissé, comme le montre l’exemple de la coiffe turban achetée 45 000 FF (6 860 €) à Paris en 1991 par le musée de la Castre à Cannes, et dont des modèles tout à fait similaires étaient vendus 5 750 $ (4 975 €) en septembre 1998 (Christie’s, New York), 2 390 € en 2004 (Christie’s, Amsterdam), 1 650 € en 2010 (Christie’s, Amsterdam) et récemment mise à prix à 100 $ (72,45 €) sur Liveauctioneers, un site américain8. Ces coiffes sont en effet proposées à moindre coût sur plusieurs sites de ventes privées ou d’enchères en ligne9. En France, deux sociétés en proposent régulièrement : Kronbali et Jean Porchez.

13Fondée en 1979, Kronbali est une entreprise familiale située à Bordeaux. Son fondateur, Jean-Marc Gouaux, et sa femme Sunshine — nous apprend la page d’accueil10 —, après avoir voyagé en Afrique, en Indonésie, au Pakistan, au Yémen et en Inde à la recherche d’antiquités, de bijoux ethniques et de pièces uniques, ont choisi trois lieux pour développer leurs activités : le Cameroun, l’Inde et le Ladakh « pour les bols chantants et les parures de pierres semi-précieuses ». L’objectif n’est pas de vendre des antiquités, mais des pièces de qualité, « uniques et esthétiques », « fabriqués avec cœur et amour selon des méthodes artisanales de tradition ». À l’onglet Ladakh, plusieurs coiffes et tiares sont proposées, précédées du message suivant :

In the 13 th century a Buddhist sect of « yellow hats » settled in Ladakh and created ceremonial headdresses and ornaments that have been preserved due to the community’s relative isolation.

The set of jewelry (tiara and necklaces as well as other ornaments) worn by the Lama Buddhist monks are unique and richly decorated with semi-precious stones such as turquoise, cornelian, and coral, which cannot be found in these regions but are brought by the Newaris merchants from the valley of Kathmandu.

The semi-precious stones are representative of the Ladakh deities, protecting and guiding the wearer through the dangerous human world.

14Jean Porchez, dont la société spécialisée dans les « objets de l’outre-mer » est domiciliée à Paris, vend par l’intermédiaire de ChezTamtam, une boutique en ligne sur ebay, qui propose des objets collectés à travers le monde, dont beaucoup — peut-on lire — « sont dans les collections comme celle de J. P. Barbier ou au musée du quai Branly. D’autres ont été vendus par les experts Serge Reynes (Masques Java), Bernard Gomez (Or Madjapahit), Estournel (Batak) »11. En juin 2012, une « superbe coiffe en provenance du Ladakh avec turquoises véritables, diamètre 18 cm » (ill. 7) était proposée à 600 €.

ill. 7 – « Ancienne coiffe du Ladakh avec turquoises véritables » (J. Porchez – Tamtam)

ill. 7 – « Ancienne coiffe du Ladakh avec turquoises véritables » (J. Porchez – Tamtam)

Source : http://stores.ebay.fr/​CHEZTAMTAM, consulté le 14/06/2012

Douze photographies sur lesquelles on pouvait zoomer afin d’en scruter le moindre détail accompagnaient cette offre. La même semaine, une coiffe en tous points similaires était en vente 76 $ par un autre vendeur, également sur ebay, avec le commentaire suivant :

Perak style headdress from Tibet/Ladakh, Mid. 20 th. Turquoise, genuine undyed coral and carnelian agate are sewn onto a cloth covered frame. Embellished with a yak hair braid studded with coral and turquoise and a frontal silver medallion. This is an exquisite headdress in perfect condition.

15Outre Atlantique, plusieurs boutiques affichent sur leurs sites les mêmes modèles de coiffes et de parures. À Vail dans le Colorado, la Cogswell Gallery12, spécialisée dans la vente d’art indigène (Indigenous Art), proposait ainsi en septembre 2012 deux « coiffes cérémonielles » : une coiffe turban couverte de « turquoises » rondes et brillante pour 2 600 $ (2 000 €) et une coiffe imitant la perak des femmes du Ladakh central mais fabriquée pour la vente aux touristes (2 900 $).

  • 13 « Our collection is from some of the world’s hardest to reach places and everything has been carefu (...)

16À Chicago, « Primitive », gigantesque caverne d’Ali Baba abritant sur quatre étages des centaines d’objets insolites dénichés dans « les régions les plus difficiles d’accès13 », offrait à la même époque une dizaine de parures — coiffes, collerettes, manchettes et pectoraux — légendées « Ladakh, xxe siècle ».

PRIMITIVE is more than just a store – It is a place for you to be a traveler and treasure hunter, to collect and connect to people, places and times, and to adorn your life in relevant, attractive, meaningful ways. Discover, explore, experience, and share what it means to be primitive (http://www.beprimitive.com/​showroom-and-gallery.htm consulté le 8/09/2012).

17Je pourrais multiplier les exemples, si je ne craignais pas d’ennuyer le lecteur avec des listes et des descriptions fastidieuses sans pour autant faire avancer cette enquête. Pour tenter d’éclaircir le mystère de ces coiffes sans passé, je me dirigeai vers les musées.

L’enquête continue dans les musées et leurs archives

  • 14 Je remercie chaleureusement Christophe Roustan-Delatour du musée de la Castre à Cannes et Deirdre E (...)

18Les inventaires et dossiers d’acquisition du musée de la Castre à Cannes et du futur musée des Confluences à Lyon qui me furent généreusement ouverts14 me fournirent de premiers indices. Ils montrent en effet que ces coiffes furent toutes acquises en France au cours des deux dernières décennies ; la première coiffe « mystérieuse » entrée à notre connaissance dans une collection publique étant la coiffe turban du musée de Cannes acquise en 1991.

  • 15 Trois terres cuites Nok et Sokoto issues d’un pillage au Nigéria ont ainsi été achetées par le musé (...)
  • 16 Sur la question de la disparition des ethnologues des musées et la transformation des musées de sci (...)

19En France, l’époque des grandes collectes menées sur le terrain par les conservateurs et les ethnologues est désormais révolue. Respectant le code de déontologie professionnelle adopté par l’ICOM (Conseil international des Musées) en 1986 pour lutter contre le trafic illicite de biens culturels, les musées et la profession muséale achètent de moins en moins d’objets auprès des populations locales et privilégient l’achat « hors contexte » auprès de marchands, quitte à fermer les yeux sur la provenance des biens acquis comme l’ont montré plusieurs scandales révélant l’achat de pièces issues de vols et de pillage15. Les directives de l’ICOM, malgré leurs intentions louables, ne semblent pas adaptées à leur but, puisqu’une conséquence directe de leur application est précisément de rendre très difficile le traçage des objets, et donc couvre de facto les pillages. Une autre conséquence est la disparition progressive des anthropologues des musées. La légitimité même de ces derniers à tenir un discours sur les collections extra-européennes est contestée16. L’ethnographie n’est plus à la mode. Nombre d’institutions accueillant ce type de collections ont changé de nom ou s’apprêtent à le faire. Le musée de Bâle est aujourd’hui un musée des Cultures, Lyon, jouant sur sa situation géographique, a mis en avant le concept de Confluences. Quant au musée du quai Branly et à sa vitrine au Louvre, le Pavillon des Sessions, ils jouent la carte de l’esthétique et de la décontextualisation, invitant à regarder les objets, débarrassés de tout appareil explicatif, comme des œuvres d’art. Les attributions qui figurent sur les cartels, s’inspirant des artistes médiévaux anonymes, sont libellées « Maître aux yeux obliques », « Maître de la maternité rouge »… Cette opération magique qui transforme un objet ethnographique en œuvre d’art a été décrite ironiquement sous forme de recette par Jacques Hainard, dans Le Musée Cannibale, une exposition présentée en 2002 au musée d’Ethnographie de Neuchâtel dont il était alors le directeur :

Préparation
1. Ébouillanter l’objet pour en extraire les scories ethnographiques ;
2. Tapisser le socle avec le tissu satiné ;
3. Rissoler l’objet afin d’en faire ressortir la patine ;
4. Piquer l’objet sur son support ;
5. Dresser le tout au centre du socle.

Service :
Dégager beaucoup d’espace pour la consommation contemplative ;
Assombrir et napper l’objet d’un halo de lumière ;
Faire circuler une rumeur concernant la valeur d’assurance de l’objet ;
Saupoudrer éventuellement d’un zeste d’information.

Se marie avec :
Le marché de l’art, le champagne millésimé, le beluga d’Iran.

  • 17 La « recette » et cette citation sont extraites de l’ouvrage de Benoît de l’Estoile ([2007] 2010 : (...)

20Selon notre auteur, cette recette, qui « suggère le lien entre la mise en valeur de l’œuvre par la muséographie et la valorisation marchande de celle-ci »17, permet aux institutions muséales

d’échapper à l’explication des rapports de force entre le Nord et le Sud et de rappeler les conditions d’acquisition de leurs collections : il y a bien eu pillage. Raconter tout cela est ennuyeux. Il est plus facile de proposer de regarder ces objets en affirmant qu’ils sont beaux et esthétiquement équivalents à ceux de nos artistes. On peut ainsi oublier une histoire embarrassante (Hainard, 2007 : 127-128).

21Ce basculement de l’ethnographie extra-européenne dans le domaine des Beaux-arts n’est pas sans relation avec la quête de l’objet unique qui anime désormais la plupart des conservateurs et directeurs de musées. L’exceptionnel est devenu le critère qui prévaut sur tous les autres dans l’acquisition d’un objet. On recherche les formes inhabituelles, les modèles peu courants, se fiant à son œil… non sans risque. En effet, qui connaît les sociétés dites traditionnelles sait que l’originalité, tellement valorisée dans les créations occidentales, n’en constitue pas une donnée pertinente « puisque les objets, rituels et usuels, s’inscrivent dans des traditions valorisant plutôt la reproduction, la conformité revendiquée à des modèles ancestraux » (Derlon et Jeudy-Ballini, 2011 : 88-89). Bien sûr, tout objet sans véritable équivalent n’est pas toujours un faux, et on connaît de nombreux exemples d’amateurs qui se débarrassèrent de pièces jugées suspectes car atypiques, puis s’aperçurent de leur erreur en découvrant leur dessin ou leur photographie un jour dans des archives. Il n’empêche, cette quête de l’unique pour des objets somme toute usuels, associée à l’achat auprès de marchands professionnels, voire de vendeurs occasionnels, en salles des ventes ou en galeries, plutôt que chez les populations qui les fabriquent et/ou les utilisent, n’est pas sans danger concernant « l’authenticité » des biens acquis ; « l’authenticité », une notion problématique dont les critères varient en fonction des expertises, résidant ici dans l’usage, l’assurance que la fabrication de l’objet réponde à une nécessité fonctionnelle interne à sa société. « L’objet doit avoir servi, le masque doit avoir dansé et il y a longtemps » note Rolande Bonnain-Dulon (2005 : 404) qui souligne l’importance accordée à cet égard à toute forme de traces : patine, oxydation, couleur ou odeur particulière, et cite la règle des 4 A en vigueur pour les arts africains, mais applicable ailleurs : un objet authentique est un objet fait par un Africain, pour un Africain, servant à un usage spécifiquement Africain dans un contexte Anté-colonial.

22La coiffe turban (ill. 8) du musée de la Castre à Cannes fut achetée en novembre 1991 auprès de la Compagnie de la Chine et des Indes à Paris, 45 000 FF (6 860 €), en même temps qu’une coiffe du Ladakh central avec des oreillettes en agneau noir.

ill. 8 – Coiffe turban du musée de la Castre à Cannes

ill. 8 – Coiffe turban du musée de la Castre à Cannes

Dessin Coline Fontaine

Marie Wallet, la conservatrice de l’époque, justifiait cet achat groupé par l’intégration parfaite de ces coiffes dans les collections d’ethnologie du musée « puisqu’une section consacrée à l’Inde du Nord, au Ladakh et à l’Afghanistan comprend des masques, des instruments de musique et objets rituels, des bijoux et des parures » (1992 : 90). Entrée dans les collections sous le numéro d’inventaire 991.26.1, cette

coiffe du Ladakh (Perak) en forme de couronne — poursuit Marie Wallet — plus petite [que la coiffe traditionnelle des femmes du Ladakh], d’un type moins courant, est portée à l’ouest du Ladakh, vers le Pakistan. De forme emboîtante, elle entoure la tête et la nuque et ne possède pas d’oreillettes. La disposition de pierres (turquoises, cornalines, coraux, ambre, nacre…) est très belle. Deux reliquaires filigranés et incrustés de pierres marquent la nuque et le sommet de la tête (ibid.).

  • 18 Étude Piasa, Drouot-Richelieu, Paris.

23Le 22 octobre 1997, l’Association pour la promotion et le développement du musée de la Mer et du musée de la Castre achetait à Paris en vente publique un « pectoral d’apparat » de même main pour 22 171 FF (3 380 €)18 (ill. 9).

ill. 9 – Pectoral d’apparat du musée de la Castre à Cannes

ill. 9 – Pectoral d’apparat du musée de la Castre à Cannes

Dessin Coline Fontaine

  • 19 Collectif, 1997. Des photographies en pleine page montrent ces objets pages 61, 62 et 63. Depuis 19 (...)

Deux mois plus tard, les trois parures étaient montrées à la Malmaison à Cannes lors d’une exposition intitulée « Voyages immobiles », qui réunissait les objets les plus importants parmi les acquisitions effectuées les trente dernières années par le musée de la Castre, soit un total de soixante-dix-sept pièces19.

  • 20 Numéro 243 du Catalogue de la vente Arts primitifs – Afrique-Océanie-Indonésie organisée le 11 févr (...)

24L’achat de ces parures par une institution muséale reconnue, puis leur exposition au titre des plus belles pièces des collections ont fait, si l’on peut dire, jurisprudence. L’étude Piasa s’en réclame dans son catalogue lorsqu’elle met en vente une nouvelle coiffe turban (estimée 12 000 – 15 000 FF) en 199820 ; Pierre-Henri Giscard également lorsqu’il cherche à placer au Musée d’histoire naturelle de Lyon (futur musée des Confluences) plusieurs parures (calotte, toque de trappeur, pectoral, tiare, collerette et manchons) achetées à un antiquaire de Delhi de passage à Paris afin « de ne pas laisser passer des pièces considérées comme exceptionnelles ». Dans un dossier adressé au musée pour appuyer sa demande, le fondateur et directeur scientifique de l’Institut des Déserts et des Steppes précise ainsi :

  • 21 Le soulignement en gras est de P.‑H. Giscard.

ces pièces sont venues directement de Delhi à Paris et n’ont pas transité par la partie du Tibet devenue province chinoise, ni par la Chine proprement dite. […] Une preuve essentielle de la provenance de ces pièces du nord du Ladakh est l’existence d’autres pièces tout à fait similaires sur le plan stylistique. L’antiquaire M. Tsering [Tibétain, Directeur du magasin, « La route du Tibet » à Paris] nous en a présenté trois, dont les deux premières sont absolument magnifiques : une coiffe en turquoises et corail (prix de vente 8 500 €), une ceinture en turquoises et en corail (6 500 €) et un petit pectoral (790 €). [...] Toutes proviennent de la même région, peut-être même ont été réalisées par le même artisan et à la même époque, sauf le pectoral, qui paraît plus récent. Les ressemblances stylistiques21 sont telles qu’il n’y a aucun doute sur ce point.

25Pierre-Henri Giscard fait néanmoins part de son hésitation quant à l’origine précise de la coiffe que nous avons dénommée dans notre classification « toque de trappeur » :

Cette pièce dont les principaux constituants sont typiquement tibétains (turquoise et corail) évoque le Ladakh par la forme de sa plaque hexagonale et le Cachemire par ses ornements de perles et de disques lunaires en argent. Il est possible que la région précise d’origine soit une des vallées himalayennes qui descendent du sud-ouest du Tibet vers le Népal ou le Cachemire.
Quoi qu’il en soit, il s’agit là d’une parure particulièrement imposante et somptueuse.
[Quant à] la relative rareté de ces pièces, [elle] s’explique par le fait qu’il s’agit de pièces majeures, voire exceptionnelles, portées par des personnages de haut rang et dans des circonstances particulières. Les pièces plus simples, étant moins protégées, ont été détruites ou transformées au cours du temps.

26Dans un autre courrier daté du 21 mars 2003, Pierre-Henri Giscard s’étonne des doutes émis sur ces pièces par Gilles Béguin, à cette date conservateur des collections tibétaines au musée Guimet à Paris, alors que ce dernier avait pourtant encouragé l’achat de parures similaires par le musée de la Castre quelques années plus tôt, et conclut :

  • 22 Il s’agit du livre Bijoux ethniques d’Afrique et d’Asie (Paris, Picquier, 2002) qui présente la col (...)

Ainsi, vous le voyez, il peut exister, à côté des pièces qui ne sont que de vulgaires copies « pour touristes », des pièces authentiques relativement anciennes qui méritent d’être dans un musée. Celles que je vous ai proposées en font partie. Elles sont très similaires de celles du musée de Cannes et de celle du Musée hollandais reproduite dans le livre d’art que je vous ai présenté22. À vous de juger et de décider.

27Finalement, le Musée d’histoire naturelle de Lyon se portait acquéreur pour la calotte, la toque de trappeur (ill. 10) et le pectoral d’apparat pour la somme de 2 800 €, mais renonçait à « la grande parure tibétaine » proposée à 4 500 € et comprenant « un diadème à cinq pétales, une cape et deux manchettes ».

ill. 10 – Une des coiffes achetées par le Muséum d'histoire naturelle de Lyon à Pierre-Henri Giscard en 2002

ill. 10 – Une des coiffes achetées par le Muséum d'histoire naturelle de Lyon à Pierre-Henri Giscard en 2002

Cliché Pascale Dollfus

  • 23 Les photos de la « Coiffe Perak » et de la « Coiffe de Kargil, Lama » figurent dans le livre publié (...)

28À la même époque, Antoine de Galbert, amateur d’art et fondateur de la Maison rouge à Paris, achetait plusieurs coiffes du Ladakh (dont une coiffe turban) pour sa collection de couvre-chefs commencée quelques années plus tôt et comptant plusieurs centaines de pièces provenant des quatre coins du monde et fabriquées, sauf exception, au cours du xxe siècle (ill. 11)23.

ill. 11 – Coiffe appartenant à Antoine de Galbert présentée lors de l’exposition Voyage dans ma tête à la Maison rouge, Paris

ill. 11 – Coiffe appartenant à Antoine de Galbert présentée lors de l’exposition Voyage dans ma tête à la Maison rouge, Paris

Cliché Pascale Dollfus

29Aux États-Unis également, une « coiffe turban » venait enrichir la collection de Helen Louise Allen à l’université du Wisconsin-Madison24, tandis que le don de sept coiffes (headdress), chapeaux (hat) et bonnets (cap), faisait en 2001 du MINGEI International Museum, établi à San Diego en Californie25, l’institution muséale comptant à ce jour la plus grande variété de ces coiffes mystérieuses (ill. 12). Résolue à en savoir plus sur leur origine, je décidais de partir au Ladakh.

ill. 12 – Coiffes et couvre-chefs du Ladakh entrés dans les collections du Mingei International Musem (San Diego, Californie) en 2000 et 2001

ill. 12 – Coiffes et couvre-chefs du Ladakh entrés dans les collections du Mingei International Musem (San Diego, Californie) en 2000 et 2001

Source : http://www.balboaparkcommons.org/​objectview/​gridview/​search/​ladakh/​, consulté le 08/09/2016

L’enquête se poursuit au Ladakh

30Pendant plusieurs semaines au cours des étés 2011 et 2012, j’allais de village en campement et montrais des photos de ces coiffes à des dizaines et des dizaines de personnes. Sédentaire ou nomade, noble ou simple paysan, jeune ou vieux, bouddhiste ou musulman, personne n’en avait jamais vu porter de semblables. (Quelques semaines plus tard, l’enquête auprès des habitants des régions voisines du Spiti et du Lahaul donnait le même résultat.) Je visitais également, sans plus de succès, les musées locaux, m’arrêtant longuement devant la collection des joyaux de la couronne abritée au village de Stok dans le palais où réside la famille royale depuis l’annexion du Royaume du Ladakh au Jammu et Cachemire au milieu du xixe siècle. Interrogée à son tour, la reine mère, âgée de quatre-vingt-sept ans mais tout à fait alerte, me certifia n’avoir jamais vu de coiffes comparables ni au Ladakh où elle vit depuis plus de soixante ans ni au Lahaul, région située plus au sud et dont elle est originaire.

31Je continuais mon enquête à Leh, ancienne capitale du royaume du Ladakh et, aujourd’hui, unique ville du district éponyme avec un aéroport, des services, un bazar, des hôtels et de très nombreuses guest houses. L’été, profitant de la saison touristique, plusieurs échoppes proposent un, deux, parfois trois modèles de coiffes à des prix très largement inférieurs à ceux pratiqués en Occident. Les vendeurs ne se présentent pas comme des antiquaires. Ils se disent vendeurs d’art himalayen, ladakhi ou tibétain, d’artisanat et de bijoux ethniques, de curios et de souvenirs, ou encore bijoutiers, comme l’indiquent leurs enseignes : Art Curios, Gift Art Gallery, Himalayan Arts, Himalayan Souvenir, Kashmir Paradise, Ladakh Art Palace, Potala Arts, Din Brothers Jewellers, etc. (ill. 13a). On peut les classer en trois groupes selon leur région d’origine :

  • les Cachemiri musulmans. Originaires de Srinagar où vivent leurs familles, ils sont les plus nombreux dans ce commerce. Ils passent à Leh trois à quatre mois l’été pour la saison touristique, puis ferment boutique et partent pour Goa, parfois le Tamil Nadu, vendre un autre type de marchandise à une autre clientèle ;

  • les Tibétains musulmans. Venus de Lhassa, Tsethang, ou Shigatse au Tibet central, dans les années 1960, au lendemain de l’occupation chinoise, ils se sont établis dans trois quartiers de Srinagar, parlent toujours le tibétain et ont accueilli le 14e dalaï-lama lors de sa visite en 2010. Comme les Cachemiri, ils viennent à Leh uniquement pendant la saison estivale et passent l’hiver à Goa, se rendant pour de brefs séjours dans la vallée de Katmandou au Népal trouver d’autres acheteurs — Chinois notamment — et acquérir pierres semi-précieuses, cabochons en argent filigrané et objets d’artisanat tibétain ;

  • les marchands locaux. Nés au Zanskar ou au Ladakh, parfois dans la ville de Leh, ils sont minoritaires, malgré leur ancienneté sur le marché (la première boutique a ouvert en 1974). Si tous vendent bijoux et coiffes provenant de différentes régions du Ladakh, le plus souvent remontés, un seul propose ces coiffes intrigantes car sans passé attesté. S’élevant sur deux étages au-dessus de la principale artère commerciale de la ville, Ladakh Art Palace est le plus grand magasin d’art et d’artisanat de la ville. L’établissement appartient à deux frères bouddhistes, originaires du village de Thiksey situé à une vingtaine de kilomètres de Leh. L’aîné entretient des contacts étroits avec des magasins tenus par des Tibétains réfugiés à New York et à Paris (dont La Route du Tibet de Monsieur Tsering cité comme expert par P.‑H. Giscard). Les coiffes sont épinglées au mur ou présentées sur des supports dans des vitrines, à côté de bols et de boîtes en bois pour la farine d’orge, de tables basses peintes de fleurs ou de symboles bouddhiques et de châles « pure pashmina » (ill. 13b). Le lieu est visité par des touristes venus acheter des souvenirs cornaqués par leur guide. Les autres échoppes tenues par des Ladakhi sont beaucoup plus petites et leurs propriétaires sont musulmans. Installé près de la grande mosquée, Shamim Ahmad Mir a repris le commerce de son père Mohad Amir, un orfèvre et fabricant de bijoux aujourd’hui décédé. Il vit à Leh toute l’année et quitte très rarement le Ladakh. Sa petite boutique, visitée par la population locale et quelques touristes, propose des pierres semi-précieuses au poids et des reliquaires en argent sertis de turquoise, des colliers remontés et des coiffes achetées directement, ou indirectement, auprès de paysans et d’éleveurs nomades. À quelques centaines de mètres de là, dans une échoppe donnant sur une rue adjacente, Khalid et son frère Shahid Parvez, originaires de Padum, principale bourgade et chef-lieu administratif du Zanskar, dessinent de nouveaux bijoux (colliers, bagues, pendentifs) qu’ils font fabriquer l’hiver à Katmandou, où ils possèdent un atelier, et vendent l’été suivant.

ill. 13 – Boutiques à Leh, Ladakh, 2012

ill. 13 – Boutiques à Leh, Ladakh, 2012

Clichés Pascale Dollfus

Les objets proposés, l’atmosphère de la boutique, mais surtout l’attitude et le discours à l’égard du client varient beaucoup d’un groupe de vendeurs à l’autre.

  • 26 Nicely handmade, but no good stones.

32Les vendeurs tibétains ou ladakhi, qu’ils soient de confession musulmane ou bouddhiste, restent assis au fond de leurs échoppes à démonter ou remonter des bijoux. Ils n’alpaguent pas le client. À l’inverse, les Cachemiri sont connus pour leur parole facile, leur bagou et leur roublardise. C’est une plaisanterie, même entre eux. « Very good speaking, very clever » disent d’eux, avec une certaine admiration dans la voix, les marchands qui ne sont pas originaires du Cachemire, ajoutant toutefois que la plupart des pièces que les Cachemiri proposent, certes jolies à regarder, sont faites avec des pierres de piètre qualité26, quand ce ne sont pas des imitations en résine ou « duplicate ». Leurs magasins, dans lesquels on trouve des châles garantis 100 % pashmina, de nombreux textiles, des bijoux de pacotille ainsi que des articles en papier mâché, une spécialité du Cachemire, sont placés le long des deux rues principales de Leh (ill. 13a). Assis sur un tabouret à l’extérieur, ils interpellent les touristes — nationaux ou étrangers — dans ce qu’ils supposent être leur langue et se trompent rarement, les invitant à entrer pour boire un thé. Chez eux tout se marchande. Leur assurance est étonnante.

  • 27 Les certificats dont il est question ne garantissent aucunement l’origine de l’objet considéré ; de (...)
  • 28 On retrouve ce même type d’argumentaire chez les vendeurs des grands bazars du Maroc, fréquentés un (...)

33À cet égard, les Din Brothers sont extraordinaires. Les deux frères ont chacun une boutique dans la même rue. Ils donnent les prix en euros et précisent d’emblée qu’ils acceptent la carte bleue et vendent avec « certificat »27. À les écouter, toutes les coiffes qu’ils proposent sont « anciennes » (old) et cousues de véritables pierres semi-précieuses : turquoise, corail, cornaline, agate blanche, lapis-lazuli, jade, etc. Aucune question ne les laisse sans voix. Un doute sur ces turquoises bien ternes ? : « Leur côté brut (rough) et leur aspect foncé (black) sont gage de leur ancienneté. ». Pourquoi ne vendent-ils pas de coiffes telles que les femmes en portent dans la région, sinon quotidiennement, tout au moins lors des grandes occasions ? La réponse fuse : « Nous en avions dans le passé, mais il devient très difficile d’en trouver de véritables (real ones), alors nous n’en vendons plus. » Un peu plus tard, alors que je déplace une « coiffe turban », un fil casse et des perles — de l’onyx noir selon mon interlocuteur — tombent sur le sol. Le commentaire est immédiat : « Cette coiffe est très vieille. Elle a été beaucoup portée, c’est pour cela que les fils cassent. Mais ici on ne répare pas. On ne touche pas aux objets que l’on reçoit. On ne remplace aucune pierre. Tout est authentique. »28 (Quand une heure plus tard, sortie de la boutique, je teste l’une de ces perles d’onyx noir à la flamme d’un briquet, elle fond en grésillant…)

  • 29 Selon les vendeurs de Leh, les acheteurs de coiffes sont tous des Occidentaux, ce terme incluant ic (...)

34Interrogé en 2012 sur l’origine et l’usage de la coiffe turban, Zvar Din répond avec assurance : « c’est une coiffe de la région de Nubra portée par les hommes et les femmes. » L’année précédente, il m’avait décrit la même pièce comme « une coiffe de grand lama bouddhiste » mise différemment selon les saisons : l’été, le dessus de la tête découvert pour laisser passer l’air ; l’hiver, la bande rabattue sur le sommet du crâne pour le protéger du froid et des vents coulis (ill. 14). Elle coûtait alors 1 650 € ; un an plus tard, elle n’en vaut plus que 1 250, car les acheteurs de telles pièces se font rares29.

ill. 14 – « Coiffe de grand lama bouddhiste », versions été (a & b) et hiver (c) selon Z. Din, Leh, 2011

ill. 14 – « Coiffe de grand lama bouddhiste », versions été (a & b) et hiver (c) selon Z. Din, Leh, 2011

Clichés Pascale Dollfus

35Une tiare à trois pans (850 €) m’est ensuite présentée comme « une coiffe cérémonielle utilisée par les lamas de la vallée de la Nubra ». Elle est également « très ancienne ». Dans la bouche de Zvar Din, les adjectifs old et new, dont il use et abuse, signifient « qui a servi » et « qui n’a jamais servi ».

36Vient ensuite une coiffe ajourée dont les quatre « côtes » de cuir sont habillées d’un tissu rouge cousu de quelques turquoises, reliées entre elles par des rangs de perles de corail tendus horizontalement (ill. 15a). Cette pièce « exceptionnelle », « très ancienne », m’est proposée 600 € ; elle était — me confie-t-il — portée dans le passé par les jeunes gens du Zanskar les jours de fête. Son voisin, Monsieur Tako, un Tibétain musulman, est d’un autre avis. Selon lui, ce type de coiffe vient de Lhassa où les nonnes la revêtaient lors des grandes cérémonies bouddhiques (ill. 15b).

ill. 15 – Coiffes ajourées

ill. 15 – Coiffes ajourées

a. Coiffe ajourée « portée autrefois par les jeunes gens du Zanskar » selon Z. Din, Leh, 2012
b. Coiffe ajourée « des nonnes de Lhassa », selon Monsieur Tako, Leh, 2012

Clichés Pascale Dollfus

  • 30 Les Khampa sont les habitants du Khams, une province du Tibet oriental aujourd’hui partie du Sichua (...)

Sa coiffe est moins chère que celle de Zvar Din : 15 000 INR (215 €), mais si je désire une coiffe meilleur marché, qu’à cela ne tienne il a ce qu’il faut. Dans son petit magasin, Tibet Shop, il a en effet le même modèle « monté » (re-made) avec des perles marines (10 000 INR) ; des « perles de rivière » (7 000 INR) ; et avec du « nouveau corail » (6 000 INR), comme les marchands appellent le plastique d’un rouge brillant qui l’imite grossièrement. Ici, toutes les pièces sont dites tibétaines. La calotte (19 000-20 000 INR, 280 €) est présentée comme « le chapeau typique des Khampa de Shigatse [au Tibet central]30 », la tiare à trois pans (22 000 INR, 310 €) comme « une coiffe de lama », la coiffe turban (15 000 INR, 215 €) comme « une coiffe d’homme », et une couronne trilobée comme « le couvre-chef d’apparat des nobles et rois » dans une région de l’Est. Devant mon hésitation à me décider pour l’une ou l’autre des coiffes étalées devant moi, Monsieur Tako propose de changer les « nouvelles pierres » (new stones) pour de « bonnes pierres » (good stones), m’expliquant que tout est question de prix !

37D’échoppe en échoppe, je collectais ainsi pour chaque modèle de coiffe des réponses variées, souvent contradictoires, quant à leur origine et leur usage (tabl. 1). Selon le vendeur ladakhi Shamim Ahmad Mir, toutes ces parures sont des inventions, « des mensonges » ; un avis partagé par Muzzafar Radu, âgé de trente-deux ans, né en Inde d’une mère ladakhi et d’un père musulman originaire de Tsethang au Tibet central. Les deux hommes reconnaissent que certaines de ces pièces témoignent d’un réel savoir-faire et différencient, sur les photos que je leur montre, les coiffes ornées de pierres naturelles, les coiffes mélangeant pierres naturelles (parfois stabilisées ou imprégnées pour en améliorer l’aspect et la couleur) et pierres artificielles (en terre cuite, verre, corne, résine ou plastique), et les coiffes entièrement fabriquées avec des imitations de piètre qualité. Turquoise, corail, cornaline, agate : aucune de ces pierres ne se trouve au Ladakh. Il faut donc les faire venir ou en inventer des substituts en verre, porcelaine ou résine de moindre coût.

tabl. 1 – Origines et fonctions attribuées par les vendeurs aux différents types de coiffes

tabl. 1 – Origines et fonctions attribuées par les vendeurs aux différents types de coiffes

Dessins Coline Fontaine

Turquoise, corail et duplicate

38Dans la nature, les turquoises se présentent sous la forme de nodules présents en surface ou très proches de la surface du sol. Les plus importants gisements sont situés en Iran, en Asie centrale (Tadjikistan, Tibet, Chine centrale à la limite des provinces Hubei et Shaanxi) et au sud-ouest des États-Unis (Arizona, Nevada, Nouveau Mexique, Colorado). Aujourd’hui la production est majoritairement chinoise et tibétaine avec un contrôle de 80 % du marché, les 20 % restants se partageant entre les USA et l’Iran.

39La turquoise est de nature poreuse. Aussi la trempe-t-on souvent dans une résine artificielle qui en durcit la surface. Parfois, cette résine est mise avant l’extraction de la turquoise pour éviter que la pierre friable ne casse. Des améliorations de couleur sont obtenues avec de l’huile, de la paraffine ou d’autres agents colorants comme le Bleu de Prusse, l’aniline, le cuivre ou le sel. Au Ladakh, les joailliers ne parlent pas de turquoise naturelle et de turquoise imprégnée (synthétique ou d’imitation), mais de vieilles et de nouvelles turquoises, un vocabulaire identique à celui employé au xviie siècle par le voyageur français Chardin (1643-1713). Dans le récit qu’il fait de la traversée de la Perse, il différencie ainsi les vieilles turquoises provenant des mines anciennes exploitées sous le règne de Phiroux — le roi sassanide Péroz (459-484), d’où viendrait le nom persan pour turquoise ferozah, firozah — et dont la production était réservée au roi, et les turquoises nouvelles, ni aussi belles ni aussi vives, extraites de mines découvertes plus tardivement.

40À Leh, les spécialistes distinguent trois types de turquoise :

  • les « turquoises anciennes » (tib. g.yu rnying pa) qui viennent d’Iran pour les plus cotées, du Tibet ou de Chine, vendues 80 à 150 roupies le gramme (1 125 à 2 108 € le kilo).

  • les « turquoises nouvelles » (tib. g.yu sa ba), faites de poudre ou de fragments de turquoise assemblés avec une sorte de colle qui permet d’obtenir de beaux spécimens, dont la couleur est améliorée par imprégnation et chauffage avec de la teinture et d’autres matériaux (35 roupies le gramme, soit 492 € le kilo).

  • les « powder turquoises ». Cette expression anglaise, adoptée sans traduction quelle que soit la langue de l’interlocuteur (hindi, urdu ou ladakhi), désigne des turquénites : un minéral — en général de la magnésite — coloré artificiellement en bleu. Ces cailloux bleutés, qui n’ont de turquoise que le nom, valent 1 à 3 roupies le gramme (14 à 42 € le kilo).

41Le corail est le squelette calcaire très dur, appelé polypier, d’un animal marin des mers chaudes. La plus belle qualité, le corail rouge (Corallium rubrum) provient de la Méditerranée et le plus souvent d’Italie. Appelé en ladakhi « vieux corail », c’est le plus apprécié et le plus cher : 200 roupies le gramme pour de petites perles (2 830 € le kilo) ; beaucoup plus quand le diamètre augmente et que la perle, aussi rouge que possible, ne présente aucune imperfection. À Katmandou, au cours de l’hiver 2011-2012, Shahid Parvez a ainsi vendu à un acheteur Chinois une perle lisse et brillante d’un beau rouge sombre d’environ cinq centimètres de diamètre pour trois Lakh de roupies, soit 4 300 € !

42Après la raréfaction de ce matériau, les côtes de l’océan Pacifique sont devenues, devant le Japon et Taiwan, les principaux producteurs de corail et, dans les bijoux les plus récents, le corail propre à cet océan dit « corail japonais » (Corallium japonicum) remplace désormais celui d’Italie. À ces deux variétés de corail utilisées en bijouterie s’ajoute le « nouveau corail » (new coral) fabriqué à partir de verre au Japon depuis le xixe siècle et produit désormais en quantité industrielle à partir de résine en Chine. Corail, turquoise, malachite et agate, toutes ces pierres semi-précieuses ont en effet toutes leur « duplicate », des perles taillées dans des briques de résine colorée, en vente 7 € le kilo au Népal, selon le site magiedubouddha.com (ill. 16).

ill. 16 – Chez un grossiste au Népal, toutes sortes de résine copie de pierres semi-précieuses (turquoise, malachite, corail, lapiz-lazuli, etc.)

ill. 16 – Chez un grossiste au Népal, toutes sortes de résine copie de pierres semi-précieuses (turquoise, malachite, corail, lapiz-lazuli, etc.)

© magiedubouddha.com, avec son aimable autorisation

  • 31 Appelées « pierres de paradis » en chinois, ces agates sont reconnaissables aux étonnants dessins g (...)

43Aujourd’hui, les Chinois sont les premiers acheteurs de pierres naturelles et, de l’avis de tous les marchands rencontrés au Ladakh, de grands connaisseurs. Depuis quelques années, ils se rendent chaque hiver à Delhi et à Katmandou et acquièrent pour des milliers de dollars des perles de corail et des agates gzi auxquelles on prête au Tibet comme en Chine des qualités à la hauteur de leur mystère31. Les Chinois ratissent le marché, achetant en grande quantité à un meilleur prix que les Occidentaux. Ils investissent dans les pierres semi-précieuses (comme d’autres dans l’immobilier), les « gardant au chaud » pendant que les prix montent et inondant dans le même temps le marché d’imitations parfois très réussies. En raison d’une grande maîtrise des techniques, d’une main-d’œuvre locale peu chère et d’un commerce à l’exportation bien structuré, la Chine est devenue le premier producteur mondial de gemmes artificielles. Faites à partir de verre ou de plastique, elles imitent des pierres semi-précieuses — turquoise, corail rouge, ambre —, mais aussi des pierres précieuses comme le diamant fabriqué industriellement à partir de quartz en autoclaves. Sans les produire, d’autres pays d’Asie du Sud-Est les commercialisent. La Thaïlande par exemple importe en grandes quantités du « nouveau corail », rouge, brillant et sans aspérité, qu’elle écoule sur ses nombreux marchés. Le Népal est aussi grand consommateur de ces blocs de résine veinée à débiter en pierres semi-précieuses ou en os de yak (ill. 16).

44Au Ladakh, les joailliers, qui souhaitent restaurer d’anciennes coiffes, en inventer de nouvelles ou simplement vendre des gemmes à l’unité, les récupèrent sur de vieilles parures apportées à leurs échoppes par leurs propriétaires ou par des rabatteurs envoyés dans les villages et les campements. Ils achètent aussi de nombreux bijoux au clergé bouddhique auquel les fidèles en font don. Chaque année, lorsque le dalaï-lama se rend au Ladakh fêter son anniversaire, ses dévots lui offrent des statues, des livres religieux et des peintures sur toile, mais aussi des sacs de farine d’orge grillée, d’abricots secs et de fromage séché, des métrages de tissu de laine et des parures qu’il ne garde pas mais revend localement. De même, lors des funérailles, la famille offre les effets personnels du défunt aux moines venant accomplir les rituels, à charge pour eux de les vendre aux enchères aux villageois de la communauté ou, dans le cas d’objets de valeur, à des marchands ayant pignon sur rue.

  • 32 Authentiquité est aussi l’ancêtre (attesté en 1556) du mot authenticité ou « caractéristique de ce (...)
  • 33 D’ailleurs, les Ladakhi n’achètent jamais de coiffes, de bagues ou de colliers « tout fait », mais (...)

45À Leh, le prix auquel une coiffe ou toute autre parure est proposée ne constitue pas un indice suffisant pour juger si celle-ci est « authentique », c’est-à-dire si elle a été utilisée en l’état, ou si elle a subi de nombreux remaniements, voire a été créée de toutes pièces. La somme fixée tient compte de la nature des pierres, de leur qualité et de leur quantité, plus que du travail réalisé ou de l’histoire de l’objet. En 2012, un marchand de Leh vendait ainsi 220 000 roupies une coiffe inventée de fabrication récente, mais cousue de perles de « vieux corail », alors que son voisin proposait des perak du Ladakh central pour des sommes variant entre 70 000 et 300 000 roupies (990-4 400 €) selon le nombre de rangs de turquoise, le type et la qualité des pierres, la finesse des cabochons et des reliquaires d’argent, et la présence (ou non) d’une bande cousue de perles de corail. De même, un collier comportant de belles pierres et réalisé avec beaucoup de soin d’après un modèle exposé au musée du palais à Stok était-il proposé 50 000 roupies, soit 10 000 roupies de plus qu’un collier « dans son jus » du Zanskar, mais pauvre en gemmes de qualité. L’« authentiquité », pour reprendre ce mot-valise forgé par les spécialistes de l’art africain, qui combine les notions d’ancienneté et d’authenticité est un critère qui n’a pas de sens au Ladakh32. Acheter le même prix, voire plus cher que leurs équivalents neufs, un bol ébréché, une coiffe au tissu usagé ou un tapis de laine ancien et mangé par les mites, dans l’idée que ces objets ont vécu et, par là même, acquis un « supplément d’âme », semble tout à fait incongru aux Ladakhi peu sensibles à la nostalgie de l’antique et à la magie de l’exotique. Quand ils achètent des gemmes, c’est au poids et pour les remonter sur de nouveaux supports. Pour eux, c’est la qualité de la pierre (ou de son substitut) qui fait la valeur artistique et marchande d’un bijou, le travail d’orfèvrerie est secondaire33.

Inventions, faux et pastiches : l’art et la matière

46Selon mes informateurs ladakhi, c’est un Tibétain musulman qui serait à l’origine de la plupart des coiffes mystérieuses présentes dans nos musées. Islamuddin, tel est son nom, les aurait pensées et réalisées avec sa femme dans leur petit atelier de Srinagar : « All these headdresses have been designed in his mind. » L’homme n’a pas pignon sur rue. Il achète le matériel pour les réaliser — pierres, cabochons et petits reliquaires en argent filigrané — auprès des Tibétains réfugiés installés dans la vallée de Katmandou et à Delhi, se rendant également à Jaipur au Rajasthan, un des plus grands marchés internationaux pour les gemmes et, sans doute, le moins cher du monde. Ses coiffes terminées, il les livre en personne à des marchands cachemiri ou à des Tibétains musulmans habitant Srinagar, qui les proposent l’été dans leurs boutiques de Leh, en laissant une ou deux pièces en dépôt dans l’échoppe voisine quand ils partent l’hiver pour le sud de l’Inde.

47Islamuddin a commencé par « arranger » des coiffes achetées dans différentes régions du Ladakh, voire au-delà, puis il a inventé de nouveaux modèles. Comme beaucoup de fabricants et de marchands rencontrés à Leh, il possède des ouvrages dont il tire son inspiration, notamment les livres de John Clarke, conservateur au Victoria & Albert Museum, Jewellery of Tibet and the Himalayas (2004) et de Jane Casey Singer, historienne d’art spécialisée dans l’art himalayen, Gold Jewelry from Tibet and Nepal (1997), ainsi que de nombreuses photocopies et pages isolées découpées dans des magazines. Plus récemment, un autre Tibétain musulman, Khasim, s’est lancé dans la même entreprise. Il est le créateur de la fameuse coiffe avec retombée polygonale sur la nuque dont un exemplaire annoncé du xviiie siècle a été vendu aux enchères à Rennes… Certes, quand on parle d’ancienneté pour ce type de pièces, on peut choisir de dater les éléments décoratifs (turquoise, corail, etc.), plutôt que leur montage.

48Ces nouvelles coiffes sont reconnaissables à l’introduction d’éléments nouveaux comme les perles irrégulières d’eau douce du Japon ou les perles en bois de santal, transformées par les vendeurs au Ladakh en perles en bois d’abricotier pour plus de véracité, cet arbre étant l’un des fruitiers les plus anciens dans la région (ill. 17a). Les pierres naturelles ou artificielles sont soigneusement alignées, voire encastrées, et dessinent des cercles concentriques et d’autres motifs décoratifs inédits dans ce type de parures (ill. 17b).

ill. 17 – Détails de nouvelles coiffes, Leh, 2012

ill. 17 – Détails de nouvelles coiffes, Leh, 2012

Clichés Pascale Dollfus

49Créations originales destinées à être exposées et non portées, ces coiffes ne respectent pas nécessairement les règles en vigueur dans les modèles dont elles s’inspirent. Sur la toque de trappeur, la partie hexagonale ornée de turquoises, le bonnet de laine rond et les pendants en argent sont cousus ensemble, pour qu’elle puisse être mise sur un socle et présentée dans une vitrine, alors que sur la coiffe portée par les femmes du Purig dont elle s’inspire, transformant l’importante visière en retombée sur la nuque, ces trois éléments sont indépendants. Notons à propos de cette transformation qu’elle trouve son origine dans un autre couvre-chef, porté par les femmes Gujjar, des bergers nomadisant avec leurs troupeaux de chèvres et de moutons aux frontières du Cachemire et du Ladakh.

50De telles filiations peuvent être tracées pour l’ensemble des coiffes. La calotte cousue en son pourtour de pierres semi-précieuses emprunte sa forme et sa queue de rat au bonnet en soie de Chine porté par la noblesse du Spiti jusqu’à la fin du xixe siècle. La tiare à trois ou cinq pans (et sa version trilobée) et la collerette sont des répliques des deux principaux éléments du costume des médiums, dans le corps desquels les dieux locaux descendent pour parler et prédire l’avenir au Ladakh, et des officiants bouddhistes à l’occasion de certaines cérémonies comme le rituel du feu. La coiffe ajourée couvrant toute la tête évoque par sa forme, sinon son matériau, la parure de tête faite en os sculpté qui est portée par le chef spirituel du monastère Drukpa de Hémis lors de la grande fête des « Six ornements de Naropa » (ill. 18).

ill. 18 – Tableau de parenté

ill. 18 – Tableau de parenté

Clichés Pascale Dollfus ; dessins Coline Fontaine

  • 34 Les marchands ladakhi, qui sont également joailliers, m’ont demandé avec insistance de leur procure (...)

51Ces créations sorties des ateliers des Tibétains musulmans de Srinagar, dont les plus beaux exemplaires se trouvent dans des musées ou des collections privées en Occident, sont copiées par d’autres joailliers et fabricants de parures à Leh ou dans la vallée de Katmandou34. Elles sont également imitées dans les ateliers de Delhi spécialisés dans un artisanat destiné exclusivement au marché touristique national et international. Sous les doigts habiles des artisans de Laxmi Nagar, qui en rajoutent dans la couleur et le pittoresque, naissent des coiffes couvertes de fausses pierreries qui prennent volontiers l’aspect de pastiches. Beaucoup moins coûteuses que les coiffes dont elles sont les rutilantes copies, elles sont vendues entre 3 000 et 10 000 INR, au milieu d’autres souvenirs, sur des étals en plein air installés près des monastères les plus visités et dans les « marchés tibétains » de Leh (ill. 19).

ill. 19 – Inventions, copies et pastiches

ill. 19 – Inventions, copies et pastiches

Clichés Pascale Dollfus

Les pièces les plus chères sont négociées auprès des marchands du bazar, à charge pour eux de les revendre au meilleur prix. Ladakh Curios proposait ainsi en août 2012 trois ou quatre modèles débordant de fausses pierreries colorées et totalement invraisemblables comme cette coiffe, d’un diamètre si grand et d’un poids si lourd qu’il aurait fallu être un géant pour la porter, vendue pour une « coiffe d’oracle » ou ces larges mocassins cousus de perles et décrits sans crainte du ridicule comme des « chaussures d’intérieur » (ill. 20).

ill. 20 – Chaussure d’intérieur

ill. 20 – Chaussure d’intérieur

Cliché Pascale Dollfus

*

* *

52Art traditionnel, art ethnique, art touristique ? Ces coiffes et parures, qui n’ont pas été conçues pour être portées, se jouent des catégories. Fabriquées explicitement pour être vendues à une clientèle étrangère fortunée afin d’être exposées en tant qu’œuvre d’art, elles ne peuvent être qualifiées de traditionnelles ou ethniques et, moins encore, d’antiquités. Pour autant, ces objets ne sont pas juridiquement des faux ou des copies, lesquels n’existent que par rapport à leur pendant — le vrai ou l’original, ici absent. Si la coiffe elle-même n’est pas un faux, le nom qui lui est donné et le discours qui le justifie le sont. Il y a là usurpation d’identité et tromperie. Dans le domaine des arts, en effet, le faux existe par intention, non par nature comme en gemmologie. Vendre un objet en garantissant son origine et sa fonction à un musée d’Ethnographie qui l’exposera dans une vitrine avec un cartel erroné, trompant en toute bonne foi le public qui visite cet établissement à vertu éducative, relève de l’escroquerie. Celle-ci, en revanche, n’est pas avérée si l’objet est sorti de sa sphère d’usage et devient œuvre d’art. N’est-ce pas le cas du masque au rebut, de la statue abandonnée, qui deviennent sculptures par le seul regard de leur inventeur, collectionneur, artiste ou marchand, et acquièrent par leur transformation en œuvre d’art une valeur marchande qu’ils n’avaient pas auparavant ?

  • 35 Sur l’art touristique, forme d’art à but commercial distribué dans le pays hôte et représentant des (...)

53Que les musées propriétaires de telles coiffes ne se désespèrent pas. Au delà de toute considération mercantile, les faux, copies, pastiches et inventions possèdent de réels atouts pédagogiques comme en témoignent les nombreuses expositions consacrées ces dernières années à ce sujet dans des domaines aussi variés que la peinture, la mode ou la gemmologie. Le faux, se nourrissant du collectionnisme qui le porte, est enfant de son époque. Il est le reflet fidèle de l’évolution du goût marqué par le temps et les modes. Réalité des collections muséographiques, ces coiffes produites à la pièce et en petite quantité sont un exemple de cet art hybride réalisé par des artistes et des artisans locaux pour une clientèle occidentale, un phénomène bien connu en Afrique35. Par le soin apporté à leur fabrication et leur souci décoratif, elles rappellent ces olifants ou ces coupes, salières, couteaux, cuillères et fourchettes sculptés en ivoire par des artistes de Sierra Leone et du royaume du Bénin et rapportés par les navigateurs portugais au tournant des xve et xvie siècle pour orner la table des princes européens.

54Enfin, à l’heure des débats sur le pillage et la restitution, ces coiffes inventées, qui ne proviennent pas de l’activité d’un rabatteur peu scrupuleux (comme le serait une parure échangée dans un village lointain à une vieille femme contre un lot de boîtes hermétiques en plastique coloré), ont un atout supplémentaire, elles sont éthiques !

Top of page

Bibliography

Aggarwal, Ravina
2005 The turquoise headdress of Ladakh, in M. Ahmed et C. Harris (éd.), Ladakh : Culture at the crossroads (Mumbai, Marg Publications) : 56-65.

Bonnain-Dulon, Rolande
2005 Art primitif : prix du désir, prix de l’objet, Ethnologie française, 35 (3) : 401-409.

Boucksom, Audrey
2009 Arts « touristiques » en Afrique et consommateurs occidentaux : le cas de l’artisanat d’art au Niger, thèse de doctorat, université Paris 1-Panthéon Sorbonne.

Casey Singer, Jane
1997 Gold Jewelry from Tibet and Nepal (New York, Thames and Hudson Publications).

Cauvin-Verner, Corinne
2006 Les objets du tourisme, entre tradition et folklore, Journal des africanistes, 76 (1) : 187-201.

Clarke, John
2004 Jewellery of Tibet and the Himalayas (Londres, V & A Publications).

Collectif
1997 Voyages immobiles : trente ans d’acquisitions d’art primitif du musée de la Castre, catalogue de l’exposition organisée à la galerie municipale de la Malmaison du 20/12/1997 au 4/5/1998, Cannes (Cannes, Direction des musées de la vielle de Cannes).
2010 Voyage dans ma tête : la collection de coiffes ethniques d’Antoine de Galbert, publié à l’occasion de l’exposition à la maison rouge-fondation Antoine de Galbert, du 12/06 au 26/09/2010, Paris (Lyon/Paris, Fage éditions/La maison rouge).
2011 L’Authenticité [n° thématique], Les Cahiers du musée des Confluences, 8.

Derlon, Brigitte et Jeudy-Ballini, Monique
2011 L’authenticité rêvée des collectionneurs d’art primitif, Les Cahiers du musée des Confluences, 8 : 87-89 [n°thématique : L’Authenticité].

Dollfus, Pascale
1987 La turquoise dans l’Himalaya, in T. Battesti et H.-J. Schubnel (éd.), La pierre et l’homme (Paris, Museum national d’histoire naturelle) : 43-44.

Hainard, Jacques
2007 Le trou : un concept utile pour penser les rapports entre objet et mémoire, in O. Debary et L. Turgeon (éd.), Objets et mémoires (Paris/Québec, Maison des sciences de l’homme/Presses de l’université Laval) : 127-138.

L’Estoile, Benoît de
[2007] 2010 Le goût des autres : de l’exposition coloniale aux Arts premiers (Paris, Flammarion) [Champs essais].

Wallet, Marie (éd.)
1992 Revue du Louvre, Revue des musées de France (Paris, Réunion des musées nationaux), juillet 1992, n° 3, notice 75.

Catalogues de ventes

1992 Arts primitifs, vente Millon et Robert, Paris Drouot-Richelieu, 7 février 1992.

1997 Dessins. Tableaux. Bijoux. Argenterie, vente Charbonneaux, Paris Drouot-Richelieu, 28 avril 1997.

1997 La Gazette, 16, 18 avril 1997.

1997 La Gazette, 23, 6 juin 1997.

1997 La Gazette, 34, 26 septembre 1997.

1997 Archéologie préhispanique. Arts primitifs d’Asie et d’Océanie. Archéologie méditerranéenne. Moyen Orient et Extrême Orient et al., vente Piasa (Picard, Audap, Solanet & Associés), Paris Drouot-Richelieu, 22 octobre 1997.

1998 Arts primitifs – Afrique-Océanie-Indonésie, vente Piasa, Paris Drouot-Richelieu, 11 fév. 1998.

1998 Bibliothèque d’Egyptologie Charles Thorel – Cabinet d’un amateur et à divers – Antiquités et al., vente Piasa, Paris Drouot-Richelieu, 11 février 1998.

1998 Towards enlightenment, New York Christie’s, 17 septembre 1998.

1999 Arts primitifs. Arts d’Asie, vente Pierre Cornette de Saint-Cyr, Paris Hôtel Drouot, 18 octobre1999.

2004 The properties of a private European collector, Amsterdam Christie’s, 17 mars 2004.

2010 Twenty rooms : The private collection of the late Mrs Elias-Vaes, Amsterdam Christie’s, 27-29 avril 2010.

2012 Art asiatique – Collection d’ivoires, vente Castor-Hara, 20 décembre 2012.

2012 Collection d’Ivoires. Art du Bactriane, Ghandara Inde et Chine, vente Castor-Hara, 5 mai 2012.

2012 Art asiatique – Collection d’ivoires, vente Castor-Hara, 20 décembre 2012.

2011 Arts asiatiques, vente Néret-Minet et Tessier, Paris Drouot-Richelieu, 16 mai 2011.

Top of page

Notes

1 Je tiens à remercier ici pour l’attention et l’aide qu’ils m’ont portée : la reine du Ladakh Diskit Angmo (Palais de Stok) et la princesse Dikit Doker du Spiti (Kyuling) ; les marchands de Leh : Shamim Ahmad Mir (Himalayan Arts), Khalid et Shahid Parvez (Himalayan Souvenir), Altaf Katroo (Same, Same but Different), Shah Masood et Zvar Din (Din Brothers), Tsewang Lundup et Tundup (Ladakh Art Palace) et Tako (The Tibet Shop), ainsi que tous les Ladakhi que je ne puis ici nommer individuellement qui m’accueillent chez eux avec une grande hospitalité et répondent avec patience à mes questions depuis près de quarante ans. Et, en France, Deirdre Emmons, chargée des collections asiatiques au musée des Confluences de Lyon et Christophe Roustan-Delatour, conservateur du musée de la Castre à Nice, pour m’avoir montré les coiffes présentes dans leurs collections et les archives les concernant. Cette recherche a bénéficié du financement de l’anr (Agence nationale de la recherche) dans le cadre du projet himalart 2008-2012 (« Objets d’art » himalayens : création, circulation, innovation).

2 Au cours de ces différents séjours, j’ai eu également l’occasion de me rendre dans les régions voisines du Lahaul, du Spiti et du Kinnaur avec lesquelles ce royaume entretenait des relations de commerce et d’alliance, mais aussi, au Pakistan, dans les vallées de Hunza et de Gilgit, le Chitral et le territoire Kalash. J’ai également fréquenté assidûment archives et bibliothèques pour y consulter carnets de voyages, courriers, photographies, dessins ou peintures laissés par les missionnaires, explorateurs, aventuriers ou administrateurs ayant arpenté ces régions himalayennes au cours des siècles passés.

3 L’enquête s’est déroulée entre 2011 et 2013. Je me suis rendue au Ladakh pour enquêter spécifiquement sur ce sujet au cours des étés 2011 et 2012, conversant dans leur langue, un dialecte tibétain, avec les Ladakhi, qu’ils soient bouddhistes ou musulmans, marchands à Leh ou villageois, originaires du Zanskar, du Ladakh central ou du Changthang, et en anglais avec les marchands cachemiri et tibétains établis à Leh.

4 « Perak », tib. ber ag ou ber rag (la graphie n’est pas stabilisée) : de per < pîrûze signifiant en persan/farsi « turquoise » (les pierres les plus prisées proviennent d’Iran) et rag/srag, « alignement ».

5 À propos des coiffes cousues de turquoises du Ladakh, cf. Dollfus, 1987 et Aggarwal, 2005.

6 Je ne prétends pas avoir fait un décompte exhaustif.

7 Comme le note B. de l’Estoile (210 : 347-348), l’expression « Arts premiers », qui n’est pas un concept dont il serait possible de faire une analyse rigoureuse, mais une notion dont la principale qualité est d’être capable de fonctionner dans des acceptions diverses, connaît un succès notable. Elle se substitue de plus en plus à « arts primitifs » dans le monde de l’art comme le montrent les catalogues des maisons de ventes qui l’évoquent à côté des arts d’Asie, les intitulés d’enseignement en histoire de l’art à l’université, ou les titres d’exposition ou de beaux livres. En anglais toutefois, le terme de « Primitive Art » reste dominant à côté de « Tribal Art », au singulier l’un et l’autre.

8 http://www.liveauctioneers.com, consulté le 16/04/2014.

9 Young’s Auctions à Melbourne (Australie), Auctionata en Allemagne, Rakuten au Japon, Liveauctioneers aux États-Unis, etc.

10 http://kronbali-deco.blogspot.fr/p/k-for-kronbali-is.html, consulté le 21/06/2012.

11 http://stores.ebay.fr/CHEZTAMTAM, consulté le 7/07/2016.

12 https://cogswellgallery.com/, consulté le 7/07/2016.

13 « Our collection is from some of the world’s hardest to reach places and everything has been carefully selected for its inherent merit and meaning » (Beprimitive.com).

14 Je remercie chaleureusement Christophe Roustan-Delatour du musée de la Castre à Cannes et Deirdre Emmons du musée des Confluences à Lyon de m’avoir ouvert sans restriction leurs archives.

15 Trois terres cuites Nok et Sokoto issues d’un pillage au Nigéria ont ainsi été achetées par le musée du quai Branly à un marchand belge de réputation douteuse. Après les vives protestations diplomatiques du Nigéria, un accord a été trouvé. La France a reconnu au Nigéria la propriété des œuvres et ce dernier, en retour, les a laissées en dépôt au musée du quai Branly.

16 Sur la question de la disparition des ethnologues des musées et la transformation des musées de sciences ou de sociétés en musées d’art, plus prestigieux, voir dans B de L’Estoile ([2007] 2010) le chapitre « Des objets aux œuvres : la magie des arts premiers ».

17 La « recette » et cette citation sont extraites de l’ouvrage de Benoît de l’Estoile ([2007] 2010 : 352), brillante étude sur les façons d’exposer les Autres de l’Exposition coloniale aux Arts premiers.

18 Étude Piasa, Drouot-Richelieu, Paris.

19 Collectif, 1997. Des photographies en pleine page montrent ces objets pages 61, 62 et 63. Depuis 1999, la coiffe turban et le pectoral d’apparat ne sont plus exposés dans les collections du musée ; dans les nouvelles salles « Himalaya », seule la coiffe du Ladakh central pourvue d’oreilles latérales est présentée.

20 Numéro 243 du Catalogue de la vente Arts primitifs – Afrique-Océanie-Indonésie organisée le 11 février 1998 à Drouot-Richelieu par l’Étude Piasa.

21 Le soulignement en gras est de P.‑H. Giscard.

22 Il s’agit du livre Bijoux ethniques d’Afrique et d’Asie (Paris, Picquier, 2002) qui présente la collection de René van der Star, dont plus de deux cent cinquante pièces ont été exposées au Rotterdam Kunsthal en 2006 sous le titre « The Art of Chinese Jewellery ».

23 Les photos de la « Coiffe Perak » et de la « Coiffe de Kargil, Lama » figurent dans le livre publié à l’occasion de l’exposition « Voyage dans ma tête » (Collectif, 2010 : 198-199). Pour Antoine de Galbert, il est vrai, le contexte dans lequel un objet a été fabriqué, son usage, voire son auteur, sont des détails qui n’importent guère. Pour lui l’art est d’abord affaire d’émotions, de subjectivité et d’histoire personnelle. En témoigne l’exposition « Le Mur » qu’il a présentée à la Maison rouge au cours de l’été 2014 : neuf cents toiles, photos ou tableaux-sculptures accrochés en rang serré, sans patronyme d’artiste ni cartel, et dont il avait confié le commissariat à un logiciel.

24 Helen Louise Allen Textile Collection (HLATC) : http://textilecollection.wisc.edu, http://digicoll.library.wisc.edu/UWDCNew/view/uwdc:TIRIS.1999.08.005, consultés le 23/06/2016.

25 Mingei International Museum, http://www.mingei.org/?s=ladakh, consulté le 23/06/2016.

26 Nicely handmade, but no good stones.

27 Les certificats dont il est question ne garantissent aucunement l’origine de l’objet considéré ; destinés aux douanes indiennes, ils certifient simplement que l’objet a moins de cent ans et peut donc sortir légalement d’Inde sans enfreindre la loi sur l’exportation des biens culturels.

28 On retrouve ce même type d’argumentaire chez les vendeurs des grands bazars du Maroc, fréquentés uniquement par les touristes : les objets proposés, vantés comme authentiques et surinvestis de référents culturels, y sont toujours présentés comme anciens. Cf. Cauvin-Verner, 2006.

29 Selon les vendeurs de Leh, les acheteurs de coiffes sont tous des Occidentaux, ce terme incluant ici les Japonais et, à regarder leurs cartes de visite, en très grande majorité des « antiquaires voyageurs » pour reprendre l’appellation par laquelle ils aiment à se définir. Les antiquaires indiens ayant pignon sur rue à Delhi ne montent pas au Ladakh mais attendent qu’on leur apporte la marchandise à domicile.

30 Les Khampa sont les habitants du Khams, une province du Tibet oriental aujourd’hui partie du Sichuan (Chine).

31 Appelées « pierres de paradis » en chinois, ces agates sont reconnaissables aux étonnants dessins géométriques (rond, ligne, zigzag) tracés en clair sur leur surface brun noir.

32 Authentiquité est aussi l’ancêtre (attesté en 1556) du mot authenticité ou « caractéristique de ce qui est authentique ».

33 D’ailleurs, les Ladakhi n’achètent jamais de coiffes, de bagues ou de colliers « tout fait », mais des pierres qu’ils choisissent soigneusement une par une, puis remontent avec celles qu’ils possèdent déjà.

34 Les marchands ladakhi, qui sont également joailliers, m’ont demandé avec insistance de leur procurer de la documentation (livres, photographies, photocopies) où puiser l’inspiration pour de nouveaux modèles de coiffes et de colliers.

35 Sur l’art touristique, forme d’art à but commercial distribué dans le pays hôte et représentant des images stéréotypées du pays ou de la région visités, voir notamment les travaux de A. Boucksom au Niger (2009) et de C. Cauvin-Verner au Maroc (2006).

Top of page

List of illustrations

Title carte 1 – Carte du Ladakh et des régions voisines
URL http://journals.openedition.org/ateliers/docannexe/image/10150/img-1.png
File image/png, 63k
Title ill. 1 – Coiffe féminine (perak) du Ladakh central
Caption a. dessin de Madame Lafugie, c. 1950 b. effigie en pâte de farine faite à l’occasion d’un rituel de rançon
Credits a. dessin Madame Lafugie ; b. © Jonathan Demenge, avec son aimable autorisation
URL http://journals.openedition.org/ateliers/docannexe/image/10150/img-2.png
File image/png, 2.2M
Title ill. 2 – Coiffes du Ladakh central
Credits Cliché Pascale Dollfus
URL http://journals.openedition.org/ateliers/docannexe/image/10150/img-3.png
File image/png, 2.2M
Title ill. 3 – Coiffe du Zanskar
Credits Clichés Pascale Dollfus
URL http://journals.openedition.org/ateliers/docannexe/image/10150/img-4.png
File image/png, 2.6M
Title ill. 4 – Coiffe du Purig avec son chapeau en laine rond
Credits Clichés Pascale Dollfus
URL http://journals.openedition.org/ateliers/docannexe/image/10150/img-5.png
File image/png, 1.7M
Title ill. 5 – Les cinq coiffes mystérieuses
Credits Dessins Coline Fontaine
URL http://journals.openedition.org/ateliers/docannexe/image/10150/img-6.png
File image/png, 537k
Title ill. 6 – Rennes. Bretagne Enchères
Credits Source : http://bretagne-encheres.fr/​, consulté le 08/04/2012
URL http://journals.openedition.org/ateliers/docannexe/image/10150/img-7.png
File image/png, 162k
Title ill. 7 – « Ancienne coiffe du Ladakh avec turquoises véritables » (J. Porchez – Tamtam)
Credits Source : http://stores.ebay.fr/​CHEZTAMTAM, consulté le 14/06/2012
URL http://journals.openedition.org/ateliers/docannexe/image/10150/img-8.png
File image/png, 1.2M
Title ill. 8 – Coiffe turban du musée de la Castre à Cannes
Credits Dessin Coline Fontaine
URL http://journals.openedition.org/ateliers/docannexe/image/10150/img-9.png
File image/png, 493k
Title ill. 9 – Pectoral d’apparat du musée de la Castre à Cannes
Credits Dessin Coline Fontaine
URL http://journals.openedition.org/ateliers/docannexe/image/10150/img-10.png
File image/png, 571k
Title ill. 10 – Une des coiffes achetées par le Muséum d'histoire naturelle de Lyon à Pierre-Henri Giscard en 2002
Credits Cliché Pascale Dollfus
URL http://journals.openedition.org/ateliers/docannexe/image/10150/img-11.png
File image/png, 2.5M
Title ill. 11 – Coiffe appartenant à Antoine de Galbert présentée lors de l’exposition Voyage dans ma tête à la Maison rouge, Paris
Credits Cliché Pascale Dollfus
URL http://journals.openedition.org/ateliers/docannexe/image/10150/img-12.png
File image/png, 2.5M
Title ill. 12 – Coiffes et couvre-chefs du Ladakh entrés dans les collections du Mingei International Musem (San Diego, Californie) en 2000 et 2001
Credits Source : http://www.balboaparkcommons.org/​objectview/​gridview/​search/​ladakh/​, consulté le 08/09/2016
URL http://journals.openedition.org/ateliers/docannexe/image/10150/img-13.png
File image/png, 328k
Title ill. 13 – Boutiques à Leh, Ladakh, 2012
Credits Clichés Pascale Dollfus
URL http://journals.openedition.org/ateliers/docannexe/image/10150/img-14.png
File image/png, 2.0M
Title ill. 14 – « Coiffe de grand lama bouddhiste », versions été (a & b) et hiver (c) selon Z. Din, Leh, 2011
Credits Clichés Pascale Dollfus
URL http://journals.openedition.org/ateliers/docannexe/image/10150/img-15.png
File image/png, 1.5M
Title ill. 15 – Coiffes ajourées
Caption a. Coiffe ajourée « portée autrefois par les jeunes gens du Zanskar » selon Z. Din, Leh, 2012 b. Coiffe ajourée « des nonnes de Lhassa », selon Monsieur Tako, Leh, 2012
Credits Clichés Pascale Dollfus
URL http://journals.openedition.org/ateliers/docannexe/image/10150/img-16.png
File image/png, 1.5M
Title tabl. 1 – Origines et fonctions attribuées par les vendeurs aux différents types de coiffes
Credits Dessins Coline Fontaine
URL http://journals.openedition.org/ateliers/docannexe/image/10150/img-17.png
File image/png, 1.0M
Title ill. 16 – Chez un grossiste au Népal, toutes sortes de résine copie de pierres semi-précieuses (turquoise, malachite, corail, lapiz-lazuli, etc.)
Credits © magiedubouddha.com, avec son aimable autorisation
URL http://journals.openedition.org/ateliers/docannexe/image/10150/img-18.png
File image/png, 545k
Title ill. 17 – Détails de nouvelles coiffes, Leh, 2012
Credits Clichés Pascale Dollfus
URL http://journals.openedition.org/ateliers/docannexe/image/10150/img-19.png
File image/png, 1.5M
Title ill. 18 – Tableau de parenté
Credits Clichés Pascale Dollfus ; dessins Coline Fontaine
URL http://journals.openedition.org/ateliers/docannexe/image/10150/img-20.png
File image/png, 748k
Title ill. 19 – Inventions, copies et pastiches
Credits Clichés Pascale Dollfus
URL http://journals.openedition.org/ateliers/docannexe/image/10150/img-21.png
File image/png, 1.3M
Title ill. 20 – Chaussure d’intérieur
Credits Cliché Pascale Dollfus
URL http://journals.openedition.org/ateliers/docannexe/image/10150/img-22.png
File image/png, 907k
Top of page

References

Electronic reference

Pascale Dollfus, « Des coiffes sans vécu ou l’authenticité rêvée », Ateliers d'anthropologie [Online], 43 | 2016, Online since 05 October 2016, connection on 17 December 2017. URL : http://journals.openedition.org/ateliers/10150

Top of page

About the author

Pascale Dollfus

Chargée de recherche CNRS, Centre d’Études Himalayennes, UPR 299
pdollfus@vjf.cnrs.fr

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Ateliers d'anthropologie – Revue éditée par le Laboratoire d'ethnologie et de sociologie comparative  est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page
  • Logo LESC - Laboratoire d’Ethnologie et de Sociologie Comparative
  • Logo Maison René Ginouvès - Archéologie & Ethnologie
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals