Navigation – Plan du site

Introduction

Laure Assaf et Sylvaine Camelin

Texte intégral

1Ce numéro est né de nombreuses discussions portant sur la place et les usages des malls dans les pays du Golfe, nos terrains de recherche respectifs, et de la volonté d’élargir notre réflexion au-delà de cet espace de connaissance. Afin d’enrichir les échanges, nous nous sommes rapidement accordées sur l’intérêt de croiser plusieurs disciplines. Dans les huit articles que rassemble ce volume, on trouvera des approches d’anthropologue, de géographe, d’urbaniste, de sociologue et d’historien. Un point commun cependant lie ces textes : tous sont fondés sur un cas d’étude précis. Il ne s’agit donc pas de proposer, ici, une analyse exhaustive sur la question des shopping malls, mais bien de chercher à comprendre, au travers d’exemples, comment cette formule se décline en différents points du globe.

  • 1 Il existe ainsi de nombreuses listes recensant les plus grands malls du monde, présents dans 39 pay (...)

2L’examen de la littérature sur le sujet est venu renforcer nos impressions de terrain pour souligner qu’en dépit de variations parfois importantes, le concept architectural, économique et social du shopping mall se retrouve dans le monde entier1. De fait, ce néologisme qui articule les termes de shopping (faire des achats) et de mall (promenade abritée) s’est trouvé intégré à de nombreuses langues et renvoie, comme nous allons le voir, à des univers à la fois partagés et spécifiques.

3Même si les grands magasins parisiens avaient inauguré, à la fin du xixe siècle, l’idée d’un lieu commercial mettant à disposition tous les biens de consommation dans un même espace, avec des prix fixes et une mise en scène théâtrale qui introduisent le client passif aux plaisirs de la consommation de masse moderne (Crawford, 1992), c’est aux États-Unis, dans les années suivant la fin de la seconde guerre mondiale, que sont imaginés et réalisés les premiers ensembles. L’artisan majeur du développement et de la conceptualisation de ces espaces est sans conteste l’architecte Victor Gruen (Hardwick, 2004).

  • 2 À titre d’exemple, on peut rappeler qu’avant la seconde guerre mondiale des personnalités telles qu (...)

4Né en 1903 à Vienne en Autriche, dans une famille bourgeoise, il est nourri par le dynamisme intellectuel, artistique et avant-gardiste qui anime la ville2. En 1919, le parti socialiste remporte les élections municipales à Vienne, et Gruen est très sensible à l’idéal d’une société égalitaire visant à fournir aux travailleurs un cadre de vie leur permettant d’accéder à un plus haut niveau « de civilisation » dans une « nouvelle humanité » (Beller, 1989 : 63-65). En 1925, avec deux étudiants en art, il dessine un projet d’immeubles d’habitation dont les centaines d’appartements modernes sont destinés non seulement à loger, mais aussi à unir leurs résidents. Ce projet, « les palais du peuple », remporte le troisième prix du concours ouvert par le gouvernement. Cependant, lorsque les austrofascistes prennent le pouvoir en 1933-1934, Gruen se voit contraint de modérer son engagement politique socialiste et tourne alors son activité vers la conception de magasins d’envergures. Ses travaux participent, en Europe, à l’émergence d’un geste architectural résolument ancré dans la modernité telle qu’elle est pensée durant l’époque spécifique de l’entre-deux-guerres. Ainsi, dans une revue d’architecture londonienne, la parfumerie Bristol qu’il conçoit en 1935 est décrite comme « l’un des magasins les plus modernes et intéressants de Vienne » (Hardwick, 2004 : 13). Si, dans un premier temps, le concept de shopping mall a été porté par cette notion de modernité, apparaissant même comme son avènement, nous verrons par la suite comment les évolutions de cette forme urbaine, et les démesures qui les ont accompagnées, ont contribué à rendre obsolète cette conception de la modernité.

  • 3 Dont la figure emblématique reste le Crystal Palace, édifié en 1851 à Londres, lors de la première (...)

5Il faut rappeler que, depuis le milieu du xixe siècle, les expositions universelles se succèdent à raison d’une tous les deux ou trois ans, et qu’elles sont les scènes internationales à travers lesquelles chaque nation fait la démonstration de ses innovations techniques et de ses prouesses architecturales3. C’est précisément dans ce contexte que, fuyant le nazisme, Gruen débarque aux États-Unis en 1938. Il est presque immédiatement embauché pour travailler à la fois sur l’exposition universelle de New York (1939-1940) et la construction des grands magasins de la 5e avenue, deux formes architecturales nouvelles qui s’articulent autour de la double ambition de produire un bâtiment exceptionnel, également conçu pour mettre en valeur les objets qu’il renferme et expose (Hardwick, 2004 : 17).

6S’il reprend cette volonté de mise en scène commerciale, le concept du shopping mall américain, à la naissance duquel Gruen participera quelques années plus tard, se distingue toutefois de ces conceptions du grand magasin et des expositions universelles. En effet, une des spécificités du shopping mall repose sur le fait qu’il est directement lié à un phénomène d’extension des villes et de développement des banlieues. Ainsi, entre 1947 et 1953, « la population des banlieues [aux États-Unis] a augmenté de 43 %, par opposition à une augmentation de la population générale de seulement 11 % » (Cohen, 1996 : 1050).

7Par conséquent, le shopping mall naît de la volonté de prendre en compte une réalité urbaine en pleine transformation du fait de son expansion, mais également de la réalité sociale qui l’accompagne, à savoir le White flight : la fuite des blancs. L’expression renvoie au phénomène de reconfiguration sociologique des différents espaces d’habitation par laquelle, à partir du milieu des années 1960, les centres-villes sont désertés par les classes moyennes blanches, remplacées par les Afro-Américains pauvres (Bickford, 1997 ; Terkel, 1992 : 147-183). C’est donc dans le contexte de cette double transformation urbaine aux États-Unis que les promoteurs inaugurent le modèle commercial du mall dans les espaces d’habitation en périphérie des centres-villes (Cohen, 1996).

  • 4 Gruen pensait, ainsi qu’il l’écrit en 1947, qu’il pouvait influencer les clients (et donc leur cons (...)

8Dès le milieu des années 1950, Victor Gruen prend conscience de la fragilité de ces immenses banlieues dortoirs peuplées d’hommes américains stressés par d’interminables trajets en voiture pour se rendre sur leur lieu de travail et de femmes au foyer « isolées et pleines d’ennui » (Hardwick, 2004 : 167). C’est avec l’idée de rendre un centre-ville aux habitants qu’il développe une opposition entre les « besoins purement pratiques qui sont satisfaits par les centres commerciaux existants » et la nécessité de concevoir une « bonne planification » qui générera une « attractivité supplémentaire pour les clients en répondant à d’autres besoins, inhérents au climat psychologique particulier des banlieues. En offrant des possibilités de vie sociale et de loisirs dans un environnement piétonnier protégé, en incorporant certains services civiques et éducatifs, les centres commerciaux peuvent combler un vide existant » (Gruen et Smith, 1960 : 23, notre traduction). Il imagine alors et développe le concept du shopping mall : un espace de commerce voué à la consommation4 et à la sociabilité. Ce concept sera repris et développé sur un mode de plus en plus ludique au fil des ans et des continents. Et rapidement, il apparaît que nombre de chalands « partage l’idée des promoteurs que les shopping malls incarnent la manière moderne de consommer » (Cohen, 1996 : 1062).

Des pratiques de consommation aux pratiques de sociabilité

  • 5 L’effet créé par cette atmosphère — une stratégie commerciale bien connue — est appelé « the Gruen (...)

9Dans A Theory of Shopping, Daniel Miller (1998) contraste la pratique quotidienne du shopping, centrée sur l’économie et l’épargne (thrift) et perçue comme un travail, avec ce qu’il nomme le « discours du shopping ». Ce discours, partagé tant par les médias que par ses interlocuteurs, décrit le shopping comme un acte particulièrement hédoniste et matérialiste, centré sur le plaisir individualiste et interprété en termes de loisir. Or si l’acte quotidien d’aller faire les courses s’oppose en réalité à cette caractérisation, l’espace du shopping mall semble bien se présenter, tant dans sa mise en scène que dans les discours et les injonctions qui l’accompagnent, comme le contexte privilégié du loisir consumériste. Les shopping malls sont en effet souvent décrits comme des « temples de la consommation », dont l’émergence et la diffusion seraient les symboles de l’avènement de la « société du spectacle » et de la consommation de masse moderne (Debord, [1967] 1996). En effet, les dispositifs marchands favorisent l’exposition esthétique et théâtralisée des biens de consommation, destinée à susciter le désir du client qui les contemple, et les lumières, les fontaines et les plantes créent une atmosphère relaxante, savamment calculée, qui transforme ce dernier en un flâneur sans but, plus susceptible de se laisser tenter5.

  • 6 Augé, 1992 : 101. Voir aussi Certeau, 1990.
  • 7 Voir par exemple les textes mentionnés dans la bibliographie qui, bien que non exhaustive, donne un (...)

10Ainsi, les shopping malls ont pu être classés au rang de ces « non-lieux » (Augé, 1992) interchangeables où l’individu « sur-moderne » circule, voire s’attarde, sans pour autant s’attacher, et avec lesquels il entretient une relation purement instrumentale. Pourtant, le succès international de cette forme, de même que son intention originale, montrent que cet espace sous-tend d’autres types d’usages possibles. Pour reprendre toujours les termes de Marc Augé, « […] des lieux s’y recomposent ; des relations s’y reconstituent ; les “ruses millénaires” de l’“invention du quotidien” et des “arts de faire”, dont Michel de Certeau a proposé des analyses si subtiles, peuvent s’y frayer un chemin et y déployer leurs stratégies »6. Et ce sont bien ces usages et appropriations multiples de l’espace du shopping mall qui sont au cœur de la littérature académique qui leur est consacrée7.

  • 8 Stillerman et Salcedo, 2012 ; Houssay-Holzschuch et Teppo, 2009 ; Capron, 2000.
  • 9 Ainsi que l’écrit Marc Berdet (2013) : « Au contraire de la flânerie libre, le design du bâtiment e (...)

11Ce n’est donc pas un hasard si les géographes se sont particulièrement intéressés aux shopping malls : d’emblée, ces espaces ont été interrogés dans leur rapport à la ville et en particulier à l’espace public urbain8. C’est alors l’ambivalence des lieux qui est soulignée : juridiquement privés, les shopping malls favorisent pourtant la déambulation et la circulation, parfois les rencontres. La déambulation est cependant ici entendue comme pouvant, devant être canalisée9.

  • 10 Cf. notamment Le Renard, 2011a et b ; Goffman, 2013 ; Joseph, 1998.

12Par ailleurs, la littérature académique souligne la surveillance constante qui caractérise ces espaces, et les rapproche ainsi des gated communities dont les résidents comptent souvent parmi les habitués de ces centres commerciaux ; mais aussi des parcs d’attractions, dans la mesure où les signes visibles de cette surveillance (caméras, vigiles, etc.) sont dissimulés derrière le décor (Sorkin, 1992). Enfin, les auteurs, ayant mis en évidence la diversité des modalités de fréquentation et d’usage des shopping malls, montrent bien que c’est cette hétérogénéité même qui leur confère une qualité d’espaces publics, au sens où l’entend l’anthropologie urbaine10. Les deux tendances convergent d’ailleurs dans d’autres espaces : de nombreuses analyses ont démontré comment, dans les grandes villes néolibérales, prennent place des processus de « privatisation » de l’espace public. L’entretien, la maintenance et la surveillance de certains quartiers ou parcs publics (Bryant Park ou Times Square à New York par exemple ; Zukin, 1995) sont confiés à des entreprises privées. Ainsi la question de la publicisation de ces espaces juridiquement privés que sont les shopping malls ne peut faire l’économie de celle, parallèle, de la gestion, de plus en plus confiée à des entreprises privées, des espaces publics appartenant à l’État ou aux collectivités locales (Sabatier, 2006).

13Au centre du questionnement des shopping malls espaces privés destinés à accueillir des publics, se trouvent les questions d’intégration et d’exclusion sociales : l’hétérogénéité des populations qui circulent dans un espace donné, la variété des registres d’interactions entre elles, et le contraste entre proximité spatiale et distance sociale sont en effet autant de catégories centrales d’analyse de l’urbanité (Joseph, 1998 ; Hannerz, [1980] 1983). Conçus comme un cadre spécifique d’interactions, les shopping malls s’offrent alors à l’analyse des pratiques de sociabilité ou de simple côtoiement qui s’y déploient, et à ce qu’elles disent tant sur ces lieux que sur les relations entre les différentes catégories d’usagers qui les fréquentent.

Shopping malls et ordre urbain

14Les espaces marchands sont historiquement les lieux par excellence du mélange des populations dans l’espace urbain, de la place du marché aux ruelles du souk en passant par les magasins, y compris ceux qui s’adressent à une communauté spécifique (Mermier et Peraldi, 2011 ; Raulin, 1987). Dans une certaine mesure, les malls semblent perpétuer cette hétérogénéité des populations : en offrant une alternative aux espaces publics disponibles, ils créent des lieux de rassemblement pour certains groupes sociaux qui n’ont pas accès aux autres espaces. En effet, le succès des shopping malls ne peut être compris que dans un contexte urbain plus général, en particulier celui de la restriction d’accès aux espaces publics — en termes de genre, d’âge, de statut social ou d’ethnicité —, mais aussi de l’insécurité, réelle ou perçue, de la rue et du centre-ville (Capron, 2000 ; Sabatier, 2006). Ainsi les malls nord-américains ont très tôt été appropriés par les adolescents, à qui les banlieues résidentielles et leurs séries de maisons individuelles n’offraient pas d’autres lieux de sociabilité. Dans les villes latino-américaines, ce sont non seulement les classes supérieures, mais aussi une frange importante des classes moyennes et même des « nouveaux pauvres » qui recherchent les malls pour leurs pratiques de loisirs, de consommation et de sociabilité — par opposition aux autres espaces publics désaffectés (Capron, 2000). Les jeunes Saoudiennes trouvent quant à elles dans le mall l’espace public dont elles ne disposent pas ailleurs, la rue étant perçue comme inaccessible, et y développent, au-delà du shopping, des pratiques de déambulation, de mise en scène de soi et de sociabilité, notamment entre collègues — c’est-à-dire des groupes d’interconnaissance avec lesquels les liens sont trop faibles pour pouvoir les rencontrer dans le cadre domestique (Le Renard, 2011a et b). Enfin, dans l’Afrique du Sud post-apartheid, la fréquentation des malls est à la fois un indicateur de l’émergence d’une classe moyenne noire et un cadre propice à cette émergence (Houssay-Holzschuch et Teppo, 2009). Si les shopping malls existent partout dans le monde, leur fréquentation apparaît ainsi comme le révélateur des spécificités d’un contexte urbain et de ses transformations.

15En outre, la diversité des populations qui fréquentent les malls pointe vers la pluralité de leurs usages possibles, qui ne sont pas forcément ceux attendus par leurs constructeurs : on peut venir au mall pour « se changer les idées », pour regarder, sans nécessairement disposer du niveau de revenu qui permettrait de se procurer les biens exposés (Houssay-Holzschuch et Teppo, 2009). En même temps, la diffusion du modèle du shopping mall favorise des comportements consuméristes qui sont eux-mêmes créateurs de normes sociales (des modes vestimentaires par exemple) qui peuvent à leur tour devenir très contraignantes, en imposant certaines marques et styles d’habillement (Le Renard, 2011a et b).

16Mais le shopping mall n’est pas toujours un espace accessible à tous, et il reflète et renforce souvent la ségrégation sociale qui existe dans les autres espaces urbains. Ainsi la surveillance de l’espace permet de s’assurer de l’exclusion de certains groupes perçus comme perturbateurs : au Caire et à Riyad, les shabâb, bandes de jeunes hommes de classes défavorisées, sont refoulés à l’entrée (Abaza, 2011) ; de même les mendiants, les prostituées et autres groupes jugés déviants y sont rarement les bienvenus.

  • 11 Par exemple des fontaines d’eau, qui peuvent être considérées comme allant à l’encontre des intérêt (...)

17Souvent, l’emplacement même du mall favorise cette exclusion : il s’agit d’une forme architecturale associée à la voiture — on ne peut se le représenter sans ses immenses parkings — et sa fréquentation suppose de pouvoir accéder à ce type de mobilité. Néanmoins, tous les malls ne sont pas semblables, et leurs conditions d’accès comme les caractéristiques des populations qui s’y rendent varient largement en fonction du contexte géographique et culturel. Dans une même ville, la réputation et la fréquentation des malls peut dépendre des quartiers dans lesquels ces derniers sont situés et des représentations communes formées sur leurs usagers : à Abou Dhabi, certains malls sont associés aux enfants et à la sociabilité familiale, tandis que d’autres sont des lieux de sortie entre amis et de rencontres amoureuses pour les jeunes adultes (Assaf, 2013). Certains centres commerciaux saoudiens proposent des étages réservés aux femmes, où elles peuvent circuler sans voile. La pluralité des usages possibles au sein du shopping mall est non seulement une conséquence de son modèle marchand, qui pour y retenir les visiteurs le plus longtemps possible fait parfois des concessions en offrant des services « publics »11, mais aussi de sa relative nouveauté : dans les lieux où il a été récemment importé, le mall offre des « disponibilités en termes d’usages publics » (Capron, 2000). Le shopping mall permet ainsi le déploiement de nouvelles sociabilités, à travers lesquelles se dessinent de nouvelles subjectivités et de nouveaux modes d’identification et d’interaction (Assaf, 2017).

De nouveaux modes d’interaction ?

18Le shopping mall a d’abord pu être décrit comme un reflet de l’espace urbain, dans lequel sont transposées les interactions et les relations déjà existantes entre les groupes dans la ville (Stillerman et Salcedo, 2012). Un autre type d’interprétation a cependant été avancé pour décrire les rapports ambivalents qu’il entretient avec l’ordre urbain. Il envisage le lieu comme un espace producteur de nouveaux modes d’interactions, où s’inventent non seulement des relations mais aussi des frontières entre des groupes qui ne se fréquentent pas nécessairement ailleurs. Myriam Houssay-Holzschuch et Annika Teppo montrent ainsi comment un mall de Cape Town peut devenir la scène où s’exercent et s’affirment de nouvelles identités sociales, au cœur des transformations politiques qui ont suivi la chute de l’apartheid. Certains auteurs ont poussé plus loin cette logique, en considérant le shopping mall non seulement comme un cadre producteur de nouvelles interactions, mais surtout de civilité : l’espace marchand devient le lieu de pacification des relations entre les communautés ethniques.

19Cette dernière interprétation mérite que l’on s’y arrête : elle a été particulièrement défendue par Elijah Anderson à partir du concept de cosmopolitan canopy, la « canopée cosmopolite ». Dans son ouvrage de 2012 qui reprend et développe cette notion inventée en 2004, Anderson oppose deux shopping malls à Philadelphie qui déclinent différemment les rapports de « race », mais aussi ce qu’il nomme l’ethnographie populaire (folk ethnography), c’est-à-dire l’observation routinière des « autres » dans l’espace public, qui conduit à former sur eux des représentations à partir desquelles chacun modèle ensuite ses attitudes à leur égard (indifférence, méfiance, bienveillance, etc.). En ce sens, le Reading Terminal constitue pour Anderson l’exemple parfait de la cosmopolitan canopy : lieu de mixité ethnique, son architecture favorise la commensalité et sa respectabilité conduit les usagers à adopter une « civilité » générale. Celle-ci se traduit dans des interactions spontanées et bienveillantes, moments de répit par rapport à la méfiance et aux tensions raciales qui chargent habituellement les relations urbaines. « L’ambiance » du lieu ainsi créée est diffusée ensuite à travers les récits qu’en font les visiteurs, et les conduit à revenir précisément à la recherche de ce cosmopolitisme et de ce type d’interactions. À l’inverse, le Gallery Mall, situé lui aussi au centre de Philadelphie, est identifié comme un lieu majoritairement noir et de classe ouvrière. Si, pour les populations noires, il est considéré comme un lieu familier, plus sûr que les rues des ghettos, Anderson montre comment, pour s’y sentir à l’aise, le visiteur doit maîtriser le code de la rue, le « style » ghetto ; le lieu suscite donc la méfiance de ceux qui ne maîtrisent pas ce code. Anderson ne définit pas précisément ce qui fait qu’un espace est susceptible de devenir, ou non, une cosmopolitan canopy ; mais il dessine les contours de nouveaux modes d’interaction qui pourraient être transposés dans d’autres espaces de la vie urbaine.

Détournements et jeux avec les frontières

20São Paulo, Brésil, décembre 2013. Le phénomène émergent du rolezinho, littéralement « petite balade », fait les gros titres des médias et inquiète la clientèle usuelle des shopping malls brésiliens12. Ce rassemblement, organisé par l’intermédiaire des réseaux sociaux, réunit des centaines d’adolescents — presque trois mille lors du premier rassemblement — majoritairement venus des banlieues pauvres de São Paulo. Issus de classes défavorisées, la plupart d’entre eux sont noirs ou métis ; ils se donnent rendez-vous en masse dans les shopping malls pour, disent-ils, discuter, danser le funk, flirter, faire des rencontres. Pourtant, le rolezinho a été d’emblée interprété, par les médias comme par le gouvernement brésilien, comme un acte de contestation politique : au Brésil, les centres commerciaux sont associés à la fréquentation des classes moyennes et supérieures blanches, et l’irruption dans ces lieux de bandes métissées de jeunes des périphéries fait figure de transgression d’une frontière sociale et ethnique. Se fondant sur les accusations de vol lors de ces rassemblements, la police et les vigiles privés embauchés par les malls ont réagi avec force — d’aucuns ont pu voir dans les rolezinhos la préfiguration des grandes manifestations populaires qui, un an plus tard, ont ponctué les différentes phases de l’organisation de la coupe du monde de football dans le pays. Les avis des commentateurs sont divisés entre ceux qui s’opposent à cette réponse sécuritaire et interprètent dans les rolezinhos la revendication de ce que Lefebvre a appelé le « droit à la ville » ([1968] 1972) et à la consommation dont cette jeunesse est exclue, et ceux qui, au contraire, y voient des rassemblements bruyants et violents, symboles de la déviance d’une catégorie de la population.

21Les rolezinhos se sont par la suite étendus à d’autres endroits de la ville, notamment les parcs — en partie d’ailleurs pour échapper à la répression policière. Tant le phénomène lui-même que les discours qui l’entourent révèlent l’intensité des représentations investies dans les shopping malls de part et d’autre de l’échelle sociale. Que le shopping mall ait pu devenir, pour un temps, le lieu symbolique de confrontation des rapports de classe et de « race » dans la société brésilienne contemporaine fait sans doute moins de ce dernier un espace possible de contestation qu’il ne montre comment ces rapports s’articulent aujourd’hui sous l’angle de l’accès aux loisirs et à la consommation.

22Ainsi, à travers l’analyse des usages et des fréquentations de ces espaces, il devient possible d’interroger des questions urbaines plus larges, concernant notamment la distinction de statut, d’ethnicité, de génération ou encore la ségrégation en termes de genre puisque comme le note M. Berdet (2013) :

À Southdale [premier mall construit, à ciel ouvert, par Gruen], les boutiques se voulaient homogènes pour éviter la ségrégation entre les usagers. […] Leur accès restait cependant limité par la sélection effectuée à l’entrée du centre. Seules des familles aux revenus suffisants pénétraient dans ce bâtiment qui prétendait faire tomber les barrières de classe. Malgré la « philosophie sociale » de Gruen, Southdale restait un mall pour les Blancs dans un quartier de Blancs issus de la classe moyenne.

Les shopping malls : l’avènement de quelle modernité ?

  • 13 Gruen et Smith, 1960 : 24, cité et traduit par Berdet, 2013.
  • 14 Gruen, 1978, cité, entre autres, par Berdet, 2013.

23Dans l’avènement, dans un premier temps souvent triomphant, de ces espaces des shopping malls et la mise à disposition d’une offre commerciale sans cesse renouvelée, reste à questionner la dimension temporelle du contenu comme du contenant. Si au milieu du xxe siècle, Victor Gruen les voyait comme un nouveau monde à construire, un espace moderne qui offrirait « l’espace et l’opportunité de la participation dans la vie communautaire moderne que l’ancienne agora grecque, la place du marché au Moyen Âge et nos propres centres-villes fournissaient par le passé »13, force est de constater que l’histoire s’écrit aujourd’hui autrement. Dans un article de 197814, l’architecte fait le bilan, amer, de l’échec de son projet utopique dont il « déplore la dégradation systématique qui a accompagné la formidable expansion des malls depuis les années 1950 ». Il écrit ainsi : « Seules les caractéristiques qui engendraient du profit ont été copiées », et encore « trente ans d’avidité financière ont dégradé l’idée et les nombreuses villes qui les ont bâtis ». Au tournant du xxie siècle, deux tendances se dessinent dans l’histoire mondiale du shopping mall. La première nécessite un recours constant aux superlatifs pour décrire son succès, la seconde, au contraire, fait appel au vocabulaire du rétrécissement en parlant de reconversion dans le meilleur des cas, de mort dans le plus extrême.

  • 15 Dans les plus grandes surfaces, on peut citer les 750 000 m² du Dubaï Mall (Émirats arabes unis), l (...)

24Dans la première version, celle du shopping mall en extension, on peut trouver les centaines de projets pour les années à venir, l’inflation croissante des surfaces15, la surenchère du nombre de boutiques et du luxe proposé, des projets ludiques… L’un des paradoxes de ces malls du xxie siècle réside dans la tension entre duplication et singularisation. On trouve, dans les malls du monde entier, les mêmes chaînes de vêtements et de chaussures, d’alimentation, de jouets, de services, d’équipement de la maison, de cafés… et pourtant chacun d’entre eux tente de se présenter comme spécifique et unique. Dans l’un, on trouvera une piste de ski (Mall of the Emirates à Dubaï) ; dans l’autre, les plus grandes montagnes russes intérieures (West Edmonton Mall, États-Unis) ; un troisième contient un aquarium géant (Dubaï Mall) et le thème de l’Égypte antique plus largement semble remporter un succès certain (pyramides pour le Sunway Pyramid en Malaisie, pyramide et statues monumentales de pharaon pour le Wafi Mall à Dubaï, sphinx géant pour le New South China Mall en Chine), ce qui permet de souligner que, dans ces constructions grandioses et souvent futuristes, les références architecturales puisent régulièrement dans un passé essentialisé et réapproprié. Ainsi, on ne compte plus les aménagements comportant des reproductions de villages traditionnels, qu’ils soient italiens, suisses, mexicains ou bédouins. En analysant ce phénomène à propos du Mall of America dans le Minnesota, M. Berdet (2013) parle d’une polarisation logique entre plusieurs espaces-temps, qui peuvent ainsi rassembler en un même lieu et un même temps, « l’espace de la modernité et le temps du présent ; […] l’espace de la nature et le temps de l’éternité ; […] l’espace de la technique et le temps du futur ; […] l’espace de la tradition et le temps du passé ». On peut également souligner que ces différentes variations de mise en forme et de représentation d’un passé éternel et universel imbriquées dans des architectures gigantesques, usant des prouesses techniques du moment, ne sont pas sans rappeler les mises en scènes exceptionnelles des expositions internationales (Houdart, 2013 ; Ory, 1982).

  • 16 Nous ne développerons pas ici la question de la consommation qui connaît de très nombreuses publica (...)
  • 17 On parle alors de la « révolution tranquille ». Sur cette question, comme sur celle du réemploi des (...)
  • 18 Là encore, la littérature est abondante. On pourra, par exemple, consulter Veschambre, 2005, ou Rea (...)
  • 19 « Au milieu des années 1990, les centres commerciaux américains étaient construits à un rythme de 1 (...)
  • 20 Est considéré comme dead mall, un site qui présente un taux d’occupation de 70 % ou moins et contin (...)
  • 21 Même si c’est aux États-Unis que le phénomène est le plus massif, on peut trouver des exemples tout (...)

25Dans la version parallèle de l’histoire des shopping malls en expansion, on trouvera des sites entiers en état de ralentissement voire de désaffection, pouvant aller jusqu’à la fermeture et l’abandon du lieu. De fait, dans une offre pléthorique de produits de consommation allant de l’objet banal le plus quotidien aux produits de luxe, il apparaît que les biens deviennent, de plus en plus rapidement, obsolètes et réduits à l’état de déchet du simple fait de leur déclassement technologique16. Or on peut constater que ce ne sont pas les seuls objets qui ont une durée de vie souvent limitée : il en va de même pour un certain nombre de bâtiments qui, élevés pour un usage spécifique, souvent porteur d’une charge symbolique forte, se voient, à un moment donné, délaissés, puis abandonnés, pour éventuellement connaître une seconde vie. Les exemples sont nombreux et l’on peut ici simplement mentionner les reconversions en habitations des églises québécoises du fait de la brutale désaffection religieuse des années 196017, ou encore les anciens bâtiments industriels « recyclés » ou « reconvertis »18. Dans une temporalité plus resserrée, la question se pose aujourd’hui du devenir de shopping malls soumis à une pression économique forte qui peut rendre leur implantation particulièrement éphémère. Aux États-Unis, les premiers malls sont nés au milieu des années 1950 et certains ont commencé à décliner dès le milieu des années 1980 avec des fermetures définitives dans les années 2000 : soit une durée de vie d’une cinquantaine d’années19. Aujourd’hui le phénomène des dead malls20 aux États-Unis est régulièrement abordé dans la presse anglophone et des sites internet du monde entier sont entièrement consacrés à la question21. Parmi ces derniers, le site deadmalls.com, l’un des plus anciens et des mieux fournis, comporte une section « dead mall stories ». Cette dernière récapitule l’histoire de chaque « mall mort » en donnant sa date d’ouverture et le récit, plus ou moins détaillé, de sa désaffection. Les photographies, voire les vidéos (il existe même des « dead malls series » sur Youtube), sont souvent saisissantes.

*

* *

26Ainsi, si les shopping malls consacrent ou ont consacré un temps, dans l’esprit de ceux qui les ont bâtis, l’avènement de la modernité, ce n’est peut-être pas tant par leur forme, qui semble devenir déjà obsolète dans le pays qui les a vus naître, que par le type de rapports sociaux qu’ils dessinent, et ce qu’ils révèlent de l’organisation des relations sociales citadines autour des questions centrales de la consommation d’une part, et des représentations liées à l’atmosphère des espaces urbains d’autre part.

27En prologue à ce recueil, l’article d’Ibrahim Gharbi et d’Alan Knight revient longuement sur l’émergence du concept des shopping malls aux États-Unis. Il montre comment le développement de ces structures commerciales et sociales, articulé à l’espace régional, compose un certain continuum urbain — ou plutôt suburbain — caractérisé essentiellement par la dispersion.

28Comprendre les malls comme des projets urbains, porteurs de transformations sociales et politiques, est également la perspective analytique adoptée par Sophie Chevalier et Benjamin Michelon. Alors qu’en Afrique du Sud ces espaces participent du projet politique de création d’une « nouvelle » société post-apartheid, à Douala et Kigali ils se juxtaposent à des espaces marchands existants en en proposant un renouvellement, transformant à la fois les pratiques de consommation et les rapports à la mobilité urbaine.

29Du point de vue de cette mobilité, et de la transformation des usages de l’espace urbain, Tarik Harroud et Thibaut Besozzi s’interrogent sur la manière dont les shopping malls peuvent devenir les lieux d’invention de nouvelles pratiques, à travers les formes d’appropriation dont ils sont l’objet. À Rabat, Tarik Harroud étudie les modalités par lesquelles les malls permettent l’accès à de nouvelles sociabilités, notamment pour les jeunes et pour les femmes célibataires, en favorisant la création d’un entre-soi de classe. On peut toutefois constater les multiples nuances à apporter à cette notion très forte de ségrégation en suivant Thibaut Besozzi dans son analyse des modalités d’appropriation des « espaces de convivialité » par des usagers non consommateurs d’un mall de l’est de la France, qui construisent un entre-soi contraire aux planifications prévues.

30Les articles d’Anaïs Daniau et d’Alexandre Coulondre qui suivent, analysent la manière dont, réciproquement, les malls transforment la ville. Prenant pour objet, dans un contexte français, le point de vue des promoteurs et des urbanistes, ils soulignent que les malls deviennent aujourd’hui à la fois miroir et inspiration des centres-villes, et participent à façonner la valeur des territoires.

31Enfin, dans un article conclusif, Laure Assaf montre comment le développement spectaculaire des malls aux Émirats arabes unis cristallise les axes évoqués. À la fois facteurs et témoins de la transformation accélérée des villes, les malls sont devenus, dans les villes émiriennes, des espaces publics centraux et des lieux de rencontre par excellence. Producteurs de nouvelles formes de côtoiement, ils permettent ainsi à des populations diverses de se mettre en scène comme participant à la forme la plus récente de l’urbanité moderne.

Haut de page

Bibliographie

Abaza, Mona
2011 Les centres commerciaux du Caire et la reconfiguration urbaine, in F. Mermier et M. Peraldi (éd.), Mondes et places du marché en Méditerranée : formes sociales et spatiales de l’échange (Paris/Rabat/Beyrouth, Karthala/Centre Jacques Berque/Institut français du Proche-Orient), 137-176.

Anderson, Elijah
2004 The cosmopolitan canopy, Annals of the American Academy of Political and Social Science, 595 : 14-31.
2012 The cosmopolitan canopy : Race and civility in everyday life (New York, Norton & Co).

Assaf, Laure
2013 Espaces vécus et imaginés des rencontres amoureuses aux Émirats arabes unis, EchoGéo, 25, en ligne : http://echogeo.revues.org/13538. DOI : 10.4000/echogeo.13538.
2017 Jeunesses arabes d’Abou Dhabi (Émirats arabes unis). Catégories statutaires, sociabilités urbaines et modes de subjectivation, thèse de doctorat en anthropologie, Université Paris Nanterre.

Augé, Marc
1992 Non-lieux : introduction à une anthropologie de la surmodernité (Paris, Le Seuil).

Backes, Nancy
1997 Reading the shopping mall city, Journal of Popular Culture, 31 (3) : 1-17. DOI : 10.1111/j.0022-3840.1997.3103_1.x.

Beller, Steven
1989 Vienna and the Jews, 1867-1938 : A cultural history (Cambridge, Cambridge University Press).

Berdet, Marc
2013 Fantasmagories du capital : l’invention de la ville-marchandise (Paris, Éditions Zones), en ligne : http://www.editions-zones.fr/spip.php?page=lyberplayer&id_article=166.

Bickford, Eric
1997 White flight : The effect of minority presence on post world war II suburbanization, University of California-Berkeley, The newsletter of the Cliometric Society, 102 (3) : 15-19 et 31.

Capron, Guènola
2000 Rassemblement et dispersion dans la ville latino-américaine : un nouvel espace public urbain, le cas du centre commercial, Cahier des Amériques Latines, 35 : 21-40.

Certeau, Michel de
1990 L’invention du quotidien (Paris, Gallimard).

Cohen, Lizabeth.
1996 From town center to shopping center : The reconfiguration of community marketplaces in postwar America, American Historical Review, 101 (4) : 1050-1081. DOI : 10.2307/2169634.

Crawford, Margaret
1992 The world in a shopping mall, in M. Sorkin (éd.), Variations on a theme park : The new American city and the end of public space (New-York, The Noonday Press).

Debord, Guy
[1967] 1996 La société du spectacle (Paris, Gallimard).

Gasnier, Arnaud
2008 Zapping, in Dictionnaire du commerce et de l’aménagement (Rennes, Presses universitaires de Rennes).

Glancey, Jonathan
2014 The death of the US shopping mall, 21 October : http://www.bbc.com/culture/story/20140411-is-the-shopping-mall-dead.

Goffman, Erving
2013 Comment se conduire dans les lieux publics : notes sur l’organisation sociale des rassemblements (Paris, Économica).

Goss, Jon
1993 The “magic of the mall” : An analysis of form, function, and meaning in the contemporary retail built environment, Annals of the Association of American Geographers, 83 (1) : 18-47.

Gruen, Victor
1947 Store designing for the “Feminine Touch” : Famed store designer tells interior secrets, West Coast Feminine Wear, 12 (29 avril), cité par Hardwick, 2004.
1978 The sad story of shopping centers, Town and Country Planning, 46 (7-8) : 350-351.

Gruen, Victor et Smith, Larry
1960 Shopping towns USA : The planning of shopping centers (New York, Reinhold publishing corporation).

Guitard, Émilie et Milliot, Virginie (éd.)
2015 Propreté, saleté, urbanité, Ethnologie française, 2015/3.

Hannerz, Ulf
[1980] 1983 Explorer la ville : éléments d’anthropologie urbaine (Paris, Éditions de Minuit).

Hardwick, Jeffrey
2004 Mall maker : Victor Gruen, architect of an American dream (Philadelphia, University of Pennsylvania Press).

Houdart, Sophie
2013 L’universel à vue d’œil (Paris, Éditions Pétra).

Houssay-Holzschuch, Myriam et Teppo, Annika
2009 A mall for all ? Race and public space in post-apartheid Cape Town, Cultural Geographies, 16 (3) : 351-379. DOI : 10.1177/1474474009105052.

Joseph, Isaac
1998 La ville sans qualités (La Tour d’Aigues, Éditions de l’Aube).

Lefebvre, Henri
[1968] 1972 Le droit à la ville suivi de Espace et politique (Paris, Anthropos).

Le Renard, A.
2011aFemmes et espaces publics en Arabie Saoudite (Paris, Dalloz).
2011b Pratiques du shopping mall par les jeunes Saoudiennes. Sociabilité et consumérisme à Riyad, in F. Mermier et M. Peraldi (éd.), Mondes et places du marché en Méditerranée : formes sociales et spatiales de l’échange (Paris/Rabat/Beyrouth, Karthala/Centre Jacques Berque/Institut français du Proche-Orient) : 187-213.

Mermier, Franck et Peraldi, Michel (éd.)
2011 Mondes et places du marché en Méditerranée : formes sociales et spatiales de l’échange (Paris/Rabat/Beyrouth, Karthala/Centre Jacques Berque/Institut français du Proche-Orient).

Miller, Daniel
1998 A theory of shopping (Cambridge, Polity Press).

Noppen, Luc et Morisset, Lucie K.
2005 Les églises du Québec : un patrimoine à réinventer (Sainte-Foy, Presses de l’Université du Québec).

Ory, Pascal
1982 Les expositions universelles de Paris (Paris, Ramsay).

Raulin, Anne
1987 Où s’approvisionne la culture ?, in J. Gutwirth et C. Pétonnet (éd.), Chemins de la ville : enquêtes ethnologiques (Paris, Éditions du Comité des travaux historiques et scientifiques) : 103-121.

Real, Emmanuelle
2015 Reconversions. L’architecture industrielle réinventée, In Situ, 26, en ligne : http://insitu.revues.org/11745. DOI : 10.4000/insitu.11745.

Sabatier, Bruno
2006 La publicisation des espaces de consommation privés : les complexes commerciaux récréatifs en France et au Mexique, thèse de doctorat en géographie, Université de Toulouse 2 – Le Mirail.

Sorkin, Michael (éd.)
1992 Variations on a theme park : The new American city and the end of public space (NewYork, The Noonday Press).

Stillerman, Joel et Salcedo, Rodrigo
2012 Transposing the urban to the mall : Routes, relationships and resistance in two Santiago, Chile, shopping centers, Journal of Contemporary Ethnography, 41 (3) : 309-336. DOI : 10.1177/0891241611434551.

Terkel, Studs (éd.)
1992 Race : histoires orales d’une obsession américaine (Paris, Éditions Amsterdam).

Veschambre, Vincent
2005 Le recyclage urbain, entre démolition et patrimonialisation : enjeux d’appropriation symbolique de l’espace. Réflexions à partir de quatre villes de l’Ouest, Norois, 195 : 79-92. DOI : 10.4000/norois.548.

Zukin, Sharon
1995 The cultures of cities (Hoboken, Wiley-Blackwell).

Haut de page

Notes

1 Il existe ainsi de nombreuses listes recensant les plus grands malls du monde, présents dans 39 pays et sur tous les continents. Cf. par exemple : https://en.wikipedia.org/wiki/List_of_largest_shopping_malls_in_the_world, consulté le 24/08/2017. Il est bien évident que des milliers d’autres shopping malls existent par ailleurs.

2 À titre d’exemple, on peut rappeler qu’avant la seconde guerre mondiale des personnalités telles que Sigmund Freud, Gustav Mahler, Hofmannsthal, Schnitzler, Gustav Klimt ou encore Egon Schiele ont vécu et travaillé à Vienne.

3 Dont la figure emblématique reste le Crystal Palace, édifié en 1851 à Londres, lors de la première exposition universelle. Cf. Berdet, 2013.

4 Gruen pensait, ainsi qu’il l’écrit en 1947, qu’il pouvait influencer les clients (et donc leur consommation) en trouvant « la bonne atmosphère » (cité par Hardwick, 2004).

5 L’effet créé par cette atmosphère — une stratégie commerciale bien connue — est appelé « the Gruen Transfer », en référence à Victor Gruen. Sur ces dispositifs marchands, voir les analyses de Backes, 1997.

6 Augé, 1992 : 101. Voir aussi Certeau, 1990.

7 Voir par exemple les textes mentionnés dans la bibliographie qui, bien que non exhaustive, donne un bon aperçu de cette littérature.

8 Stillerman et Salcedo, 2012 ; Houssay-Holzschuch et Teppo, 2009 ; Capron, 2000.

9 Ainsi que l’écrit Marc Berdet (2013) : « Au contraire de la flânerie libre, le design du bâtiment entend diriger la déambulation, non laisser à l’individu le loisir de sa subjectivité. La profusion des signes la recapture sans cesse. Le badaud est à chaque instant dévié de sa trajectoire, absent à lui-même et à son projet actuel, plongé dans la fascination de l’espace. »

10 Cf. notamment Le Renard, 2011a et b ; Goffman, 2013 ; Joseph, 1998.

11 Par exemple des fontaines d’eau, qui peuvent être considérées comme allant à l’encontre des intérêts commerciaux liés à la vente de boissons (Goss, 1993).

12 Voir : http://www.rfi.fr/ameriques/20140117-bresil-rolezinho-facebook-twitter-dilma-roussef/, http://www.riogringa.com/my_weblog/2014/01/rolezinho-no-shopping-brazils-malls.html, consultés le 24/08/2017.

13 Gruen et Smith, 1960 : 24, cité et traduit par Berdet, 2013.

14 Gruen, 1978, cité, entre autres, par Berdet, 2013.

15 Dans les plus grandes surfaces, on peut citer les 750 000 m² du Dubaï Mall (Émirats arabes unis), les 660 000 m² du New South China Mall (Chine) et les 560 000 m² du Golden Resources Mall (Chine). Pour une liste plus extensive, voir le site de Courrier international : http://www.courrierinternational.com/grand-format/infographie-les-plus-grands-centres-commerciaux-du-monde, consulté le 24/08/2017.

16 Nous ne développerons pas ici la question de la consommation qui connaît de très nombreuses publications dans un grand nombre de disciplines. Pour notre propos présent sur la rapidité de péremption toujours croissante des objets, voir le numéro 153 d’Ethnologie française (Guitard et Milliot, 2015), voir également la proposition de Gasnier, 2008, qui parle de « zapping ».

17 On parle alors de la « révolution tranquille ». Sur cette question, comme sur celle du réemploi des bâtiments d’église au Québec, voir Noppen et Morisset, 2005.

18 Là encore, la littérature est abondante. On pourra, par exemple, consulter Veschambre, 2005, ou Real, 2015.

19 « Au milieu des années 1990, les centres commerciaux américains étaient construits à un rythme de 140 par an. L’arrêt arriva en 2007, où, pour la première fois en un demi-siècle, aucun mall ne fut construit en Amérique » (Glancey, 2014 ; notre traduction).

20 Est considéré comme dead mall, un site qui présente un taux d’occupation de 70 % ou moins et continuant de décliner de manière lente ou régulière (http://deadmalls.com/dictionary.html, consulté le 24/08/2017).

21 Même si c’est aux États-Unis que le phénomène est le plus massif, on peut trouver des exemples tout aussi saisissants à Bangkok (http://www.messynessychic.com/2014/06/30/oh-just-an-abandoned-shopping-mall-turned-giant-fish-pond/), en France (http://www.pascal-madry.fr/dead-malls) et ailleurs en Europe (http://deadmallseurope.blogspot.fr/p/blog-page.html) (sites consultés le 24/08/2017).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Laure Assaf et Sylvaine Camelin, « Introduction », Ateliers d'anthropologie [En ligne], 44 | 2017, mis en ligne le 06 décembre 2017, consulté le 16 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/ateliers/10365

Haut de page

Auteurs

Laure Assaf

Docteur en ethnologie, lesc-umr 7186, cnrs/université Paris Nanterre
laure.assaf@gmail.com

Articles du même auteur

Sylvaine Camelin

Maître de conférences, lesc-umr 7186, cnrs/université Paris Nanterre
sylvaine.camelin@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Ateliers d'anthropologie – Revue éditée par le Laboratoire d'ethnologie et de sociologie comparative  est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo LESC - Laboratoire d’Ethnologie et de Sociologie Comparative
  • Logo Maison René Ginouvès - Archéologie & Ethnologie
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals