Navigation – Plan du site

Participer à la nouvelle Afrique du Sud ?

La dimension politique des shopping malls
Contributing to the new South Africa? The political dimension of shopping malls
Sophie Chevalier

Résumés

Dans une recherche menée depuis plusieurs années à Durban (Afrique du Sud), l’auteur de cet article s’intéresse aux pratiques de consommation des classes moyennes, ainsi qu’aux espaces commerciaux dans lesquels elles prennent place. Dès leur implantation, les shopping malls s’inscrivent dans une dimension politique et idéologique, tout d’abord de l’apartheid — période durant laquelle ils contribueront à accentuer la ségrégation — ; puis, aujourd’hui, comme des lieux témoins de l’émancipation des classes moyennes non blanches et de la nouvelle Afrique du Sud. Une anthropologie historique des shopping malls, de leur implantation et de leur intégration dans le tissu urbain, social et racial, se combine ici avec une ethnographie des itinéraires d’achats, qui montre à quel point les shopping malls sont « bons » à penser les transformations historiques en cours dans cette société.

Haut de page

Texte intégral

1Aujourd’hui, le discours idéologique national fait des shopping malls l’un des témoins des transformations de l’Afrique du Sud vers une modernisation capitaliste pour tous, et de l’accès à une consommation de masse, la mesure de l’émergence d’une classe moyenne non blanche, de son émancipation sociale et économique. Ainsi le « shopping mall » prend en Afrique du Sud une dimension politique, et cela à au moins deux titres, comme je le montrerai à travers le cas particulier de la ville de Durban.

  • 1 Je mène aussi des entretiens ethnographiques sur les pratiques d’approvisionnement et de consommati (...)

2Depuis 2008, je mène des recherches dans cette ville qui portent sur la relation entre groupe social et appartenance raciale, et en particulier sur l’émergence d’une classe moyenne multiraciale, observée à travers un certain nombre de pratiques du quotidien, dont celles de la consommation — notamment alimentaire — et celles des espaces publics, marchands et résidentiels (Chevalier, 2012, 2015). Je propose ici moins une ethnographie des pratiques de consommation qu’une ethnologie de cette forme commerciale, en l’inscrivant dans une réflexion sur le projet de démocratisation économique mené dans l’Afrique du Sud post-apartheid. Mon approche des shopping malls repose sur des observations menées, de manière intermittente, depuis 2009 dans plusieurs lieux de l’agglomération urbaine. Je m’intéresse non seulement à l’espace marchand lui-même, à sa fréquentation et à sa localisation, mais aussi aux transformations des commerces et, dans certains cas, des marchandises et de leur présentation. Cette approche se combine avec une anthropologie historique — travail sur des archives, en particulier ici sur l’analyse des projets de localisation et d’implantation des shopping malls et des transformations de l’organisation des espaces commerciaux dans la ville1. J’ai également conduit des entretiens auprès d’urbanistes qui ont élaboré ces projets pour la municipalité.

3Tout d’abord, je vais montrer l’inscription du shopping mall, et des pratiques de consommation qui vont avec, dans un contexte politique et historique propre à la société sud-africaine, et pourquoi son étude est bonne à penser les transformations post-apartheid. Je présenterai ensuite la structure commerciale de la ville, et les transformations induites par l’implantation de shopping malls ; ainsi qu’une typologie sociologique de ces différents centres commerciaux. La description des itinéraires d’achat de mes informateurs permettra enfin d’appréhender la place qu’occupent les shopping malls dans les pratiques de consommation des Durbanites des classes moyennes.

Le shopping mall et la question politique de la consommation

4La forme commerciale spécifique que constitue le shopping mall s’inscrit, tout d’abord, dans un contexte idéologique dans lequel la modernité urbaine a été associée, jusqu’à récemment, aux blancs (Comaroff, 1993). En effet, les politiques coloniales n’ont jamais encouragé les Africains à devenir des citadins, mais au contraire, malgré la concentration de populations noires aux marges des villes, elles ont tout fait pour les maintenir dans le monde rural, dans la « tradition », par un ensemble de contraintes (Mamdani, 1996). Ainsi le système économique mis en place dès la première partie du xxe siècle repose sur l’exploitation des travailleurs noirs qui viennent des régions rurales pour travailler dans les mines, tout en participant à la survie de leurs familles restées dans les villages, et dont ils sont séparés pendant de longues périodes. Ces familles sont en effet astreintes à des taxes obligeant la population rurale à entrer dans une économie monétaire, ce qui n’est possible qu’avec l’aide de ces travailleurs migrants. Ces derniers doivent retourner dans leurs familles s’ils tombent malades ou lorsqu’ils sont trop âgés (Wolpe, 1972). Il existe donc, en ce début de siècle, une forte interdépendance entre le milieu urbain et le milieu rural pour les populations noires.

  • 2 Ainsi les travaux ethnographiques montrent que, dans les années 1950, une modernité urbaine africai (...)

5Pourtant, à partir des années 1940, le système mis en place commence à s’effondrer et de plus en plus de travailleurs s’installent de façon permanente autour des grandes villes avec leurs familles. Cette urbanisation rapide avec les dangers d’une intégration raciale résidentielle ou au travail (Clark and Worger, 2004) permet au National Party d’arriver au pouvoir en 1948, jouant de la peur de la classe moyenne blanche. Il se crée alors, grâce à cette urbanisation rapide, une culture urbaine noire : cette célébration de l’urbanité et de la modernité africaine s’oppose directement aux politiques de l’apartheid qui se mettent en place et qui cherchent à confiner la population africaine dans les « homelands » ruraux, et à limiter et à contrôler son accès à la vie urbaine2.

6Entre 1948 et les années 1980, le gouvernement fait passer plus d’une centaine de lois qui renforcent la politique d’apartheid de séparation raciale et de très forte inégalité sociale. Le racisme touche alors tous les aspects de la vie quotidienne (Durrheim, Mtose et Brown, 2011). En particulier, la ségrégation spatiale se renforce, et les villes sont organisées de façon à bien séparer les quartiers d’habitations selon des critères raciaux, dans une hiérarchie qui attribue les centres urbains aux blancs, les périphéries lointaines aux noirs, les Indiens et les métis étant situés entre les deux. La mise en place de cette politique a conduit à des déplacements forcés de populations (à la fin des années 1940). Donc une modernité urbaine associée historiquement et politiquement aux blancs (Ballard, 2004), et des citadins qui le sont devenus malgré le colonialisme et l’apartheid.

  • 3 D’où l’incongruité que constituait la situation des blancs pauvres : ils sont blancs mais ils n’ont (...)

7Cependant, cette urbanité était liée à un mode de vie, en particulier à un mode de consommation. Si l’Afrique du Sud a connu depuis longtemps une politique de consumérisme, liée à celle du développement industriel ancien du pays (dès le xixe siècle) et qui a concerné toutes les communautés, le discours idéologique associait à chaque groupe racial un mode de vie et des pratiques de consommation, qui constituait l’un des critères de catégorisation raciale. Car, comme l’a montré Deborah Posel (2010), les règles qui construisent les relations raciales — et qui constituent les politiques de l’apartheid — sont en lien avec celles qui régulent l’accès à la culture matérielle, à la consommation. Celui-ci a été contrôlé, en particulier, par le biais de la répartition des lieux d’approvisionnement et de consommation dans un espace urbain ségrégué. Les pratiques de consommation ont été aussi des critères tautologiques de définition des groupes raciaux et sociaux : on ne peut être blanc que si l’on consomme ou si on a le mode de vie de blanc, mais il faut être blanc pour accéder à cette consommation3

  • 4 Pour une réflexion sociologique sur la nouvelle classe moyenne noire, cf. Southall, 2016.

8Aujourd’hui, dans les discours publics, l’émergence d’une classe moyenne africaine4, son émancipation sociale et économique, se mesurent à l’aune de deux critères : l’accès à une consommation réservée jusqu’alors aux blancs, et la mobilité spatiale, c’est-à-dire le nombre de ménages qui ont quitté les townships — ou les quartiers d’assignation — pour des quartiers réservés autrefois à d’autres communautés, en particulier les blancs. Pour désigner ces nouveaux consommateurs africains, un terme spécifique a été « inventé » par l’Institut Unilever de Cape Town : Black Diamonds. Il sera utilisé pour la première fois dans une étude intitulée « Black Diamonds 2007 : On the Move », qui évaluait la croissance de cette classe moyenne à 15 % par an, mais sans donner sa méthodologie. Je me suis intéressée à cette image telle qu’elle est présentée dans la presse, car cette lecture médiatique masque en effet les véritables enjeux sociaux et politiques de la construction de cette « figure » de consommateur (Chevalier, 2010, 2014, 2015 ; Krige, 2011).

  • 5 Cf. le roman de Matlwa, 2007 ; et celui, plus drôle, de Mda, 2011.

9Ce terme a été largement repris par les médias en associant ce consommateur noir à une consommation ostentatoire avec des discours très moralisateurs et prescripteurs sur ses pratiques. La description de cette nouvelle figure urbaine oscille entre un pôle positif et inquiet — existe-t-il vraiment une classe moyenne noire ? — et un pôle désapprobateur, voire stigmatisant. Ces pratiques de consommation seraient proches des nouveaux riches, de « mauvais goût », écrivent les journalistes, dans un pays où il y a tant de gens pauvres. Bref, une situation d’aliénation économique et politique — ce consommateur ne serait plus solidaire des noirs pauvres —, et une perte des repères culturels. Le modèle est toujours celui des pratiques de la minorité blanche, et la référence à la couleur rappelle la persistance d’une stigmatisation raciale. Et d’une certaine manière, ces critères persistent encore. Certains discours, certes marginaux, vont encore plus loin dans le misérabilisme : les pratiques de consommation du « Black Diamond » le blanchissent et il y perdrait son « africanité ». Il serait alors un « coconut », une appellation injurieuse, un individu noir dehors et blanc dedans5. Cette description n’est pas sans rappeler les analyses de Thorstein Veblen ([1899] 1992) sur la consommation ostentatoire des nouveaux riches Américains qu’il observait sur la côte est, à la fin du xixe siècle.

10Ainsi, la consommation, et la fréquentation de ces nouveaux lieux que sont les shopping malls, est devenue l’un des marqueurs de l’émergence des classes moyennes non blanches, de leur existence même et du changement vers une société multiraciale. Elle est donc un sujet éminemment politique, en particulier car elle s’inscrit dans un projet de démocratisation économique, dont on pourrait dire qu’elle peine à s’installer dans d’autres domaines (emploi ou accès au logement, entre autres) : ainsi, consommer, fréquenter les shopping malls, c’est participer à la transformation de la société, à l’établissement de la nouvelle Afrique du Sud évoquée dans les discours politiques en allant vers moins d’enfermement communautaire et plus d’ouverture vers le monde extérieur.

Où peut-on faire ses courses ? Entre contrainte forte et liberté capitaliste

  • 6 La population de la ville est actuellement composée de 68 % de noirs ; 20 % d’Indiens (3 % de la po (...)
  • 7 Il s’agit là de la traduction de « indentured labour force », c’est-à-dire des travailleurs qui ven (...)

11Mon lieu d’enquête, Durban, est une agglomération comprenant aujourd’hui près de trois millions et demi d’habitants (Republic of South Africa, 2007) ; elle est le second centre urbain et industriel du pays, en partie grâce à son port, le plus grand de l’océan Indien sur la côte africaine. Elle est aussi le centre économique de la province du KwaZulu-Natal, patrie des Zoulous ; et une destination balnéaire nationale prisée, dès la construction du chemin de fer la reliant à Johannesburg. Dès le début du xxe siècle, la configuration « raciale » de la population est en place, avec une spécificité par rapport à d’autres villes d’Afrique du Sud : l’importance et le rôle de la communauté indienne6. Arrivés pour travailler dans l’exploitation de la canne à sucre, ces travailleurs dits « engagés »7 ont été suivis, en moins grand nombre, par des marchands, souvent musulmans, venus comme « passagers libres » dans cette colonie britannique.

1. Des possibilités limitées pour la majorité de la population

  • 8 Quand on parle de l’Afrique du Sud, il est difficile de ne pas utiliser les catégories raciales du (...)

12Comme dans toutes les villes sud-africaines (Gervais-Lambony, 1996), l’espace urbain à Durban était organisé sur une base raciale, avec des quartiers d’assignation résidentielle pour les noirs, Indiens, blancs et métis8 (Freund et Padayachee, 2002). Le principal problème pour s’approvisionner, quand on vit dans un township, repose sur l’offre de transports pour se rendre dans un supermarché où les marchandises sont plus variées et à un prix plus avantageux que dans les quelques petits magasins du voisinage. En effet, les habitants des différents quartiers étaient censés s’approvisionner sur place, « chez eux » en quelque sorte, cependant, les habitants des townships avaient des possibilités très limitées d’achats, car le nombre de commerces était très faible et les marchandises offertes peu nombreuses et coûteuses.

  • 9 Ainsi une circulaire de 1963 précise que seules les marchandises de première nécessité pour la vie (...)
  • 10 Extrait d’un entretien (ma traduction) du catalogue « The oral history collection » conservé à la b (...)

13Cette situation, propre à la politique d’apartheid, tenait à plusieurs facteurs. Tout d’abord, la règle voulait que les commerces soient tenus par un commerçant appartenant à la communauté dans laquelle était situé le magasin, avec toute la difficulté d’obtenir des capitaux pour lancer une affaire commerciale. En outre, les autorisations nécessaires à l’ouverture d’un commerce étaient difficiles et longues à obtenir. Et il existait aussi des restrictions concernant les marchandises que ces commerçants non blancs pouvaient vendre9. Comme le disait en 1979 P. Gumede, propriétaire d’un supermarché à Inanda (township noir) : « Le gouvernement nous oblige à ne faire commerce que dans les quartiers noirs et auprès des noirs. On peut être puni si on vend à des blancs ! En revanche, ces derniers ne se gênent pas pour venir vendre chez nous. En fait, la plupart des habitants font leurs courses en route, car les townships sont comme des dortoirs »10. D’ailleurs en 1969, les commerçants des townships lancent une campagne intitulée « Buy at home ! » espérant ainsi retenir les clients d’aller dans des magasins extérieurs à leurs quartiers de résidence, et donc aux mains de propriétaires d’autres communautés, en particulier blanches.

14Ce problème de l’appartenance communautaire du commerçant se posera de la même façon, dans les années 1980, lors de la construction d’un centre commercial dans le township indien de Chatsworth (Vahed et Desai, 2013) : doit-on autoriser des blancs à le construire et à en être propriétaires, au détriment des commerçants indiens ? Une petite étude conduite en 1978 dans le quartier, dont ces auteurs se font l’écho, montrait que les habitants faisaient leurs achats à 70 % dans les petits commerces du township et à 30 % dans le centre-ville de Durban, en particulier dans le quartier commercial indien, où la plupart d’entre eux allaient travailler. Les débats autour de la question de la nécessité d’un centre commercial dans le quartier et de l’appartenance raciale de son propriétaire font rage : la municipalité du township organise alors une consultation auprès des habitants. Les deux tiers d’entre eux plébiscitent l’idée d’un centre commercial même s’il est détenu par un blanc. À la fois par réalisme financier, aucune proposition de financement aussi importante n’ayant émergé de la communauté indienne, mais aussi, et les discours rapportés par G. Vahed et A. Desai (2013) sont explicites, parce que seuls des propriétaires blancs semblent être à même d’apporter la « modernité » qui va de pair avec une telle forme commerciale, ainsi que l’ouverture vers un univers de consommation plus largement occidental. Ce shopping mall, au centre de Chatsworth, ouvrira en 1989. Il existe toujours aujourd’hui, rénové et agrandi, et comprend plus de cent commerces, dont des supermarchés et des cinémas, dans un quartier dont la population a profondément changé : les classes moyennes indiennes qui y vivaient sont parties vers des ex-quartiers blancs, alors qu’une petite classe moyenne noire est venue s’y installer.

2. La structure commerciale de la ville jusqu’à la fin de l’apartheid

  • 11 Merci à A. Gammage, du service d’architecture et d’urbanisme de la ville de Durban qui a accepté de (...)

15Au milieu des années 1970, la municipalité de Durban commandite une étude sur la structure commerciale de la ville, avec comme objectif de réfléchir à l’implantation éventuelle de grands shopping malls, à l’image de ce qui se construit dans les autres villes sud-africaines de même importance. Cette réflexion va être concomitante avec celle menée autour d’autres projets de transformations importantes du centre-ville et du front de mer — dont certains verront le jour des années plus tard11. En bref, la ville entreprend de se moderniser.

  • 12 Nous remercions le professeur Mike Kahn de nous avoir donné accès à son étude et aux documents y af (...)

16Cette étude menée par un jeune urbaniste de Johannesburg, Michael Kahn, constitue à la fois sa thèse et un rapport, rendu au commanditaire en 198312. Elle nous permet d’avoir une bonne idée de la structure commerciale de Durban au milieu des années 1970 — la collecte du matériel de l’enquête débutant en 1975. En revanche, elle ne nous permet pas d’appréhender les pratiques d’approvisionnement car les questionnaires ne concernent que les habitants blancs, indiens et coloured, et pas la majorité de la population noire sous le prétexte que son pouvoir d’achat est trop faible pour faire la différence.

  • 13 Les archives du catalogue de la « Oral history collection », conservés à la bibliothèque Killie Cam (...)

17Les quartiers blancs sont, sans surprise, mieux dotés en commerces, y compris de petites centres commerciaux de quartier, et trois plus importants dits « communautaires » qui sont situés hors du centre-ville comme le Musgrave Centre dans le quartier de Berea ou dans des banlieues (Pinetown, à l’ouest de la ville ; La Lucia, le long de la côte nord). La fréquentation de ces centres n’était pas formellement interdite aux non-blancs — et certainement pas celle des grandes chaînes de supermarchés comme Checkers ou Makro13 —, mais ils n’étaient pas les bienvenus dans les parties de la ville blanche où leur présence n’était tolérée que pour y travailler. Pourtant, Durban se distinguait d’autres grandes villes sud-africaines par sa grande zone commerciale de centre-ville qui attirait des clients de toutes les communautés. Celle-ci était réservée en grande partie aux blancs, avec une partie historique réservée au commerce indien (Victoria Market) et quelques rues aux commerces africains. Les historiens décrivent une ville « double » : l’une blanche où les commerces sont tenus par des blancs, et où certaines activités commerciales non blanches sont tolérées — marchands ambulants de fleurs ou de fruits ; l’autre indienne et africaine, avec des magasins dont les propriétaires sont indiens (Rosenberg et al., 2013 : 50 sqq.) et dans quelques rares cas africains, mais dont l’existence était soumise aux bons vouloirs de l’administration blanche.

  • 14 Cette rénovation, sans expulsion des commerçants informels, est devenue un cas d’école et elle a ga (...)

18À partir du front de mer, s’étirent trois grandes avenues, Pine Str. (aujourd’hui Mounty Naicker Rd), West Str. (Dr Pixley Kaseme Str.) et Smith Str. (Anton Lembede Str.), qui deviennent très commerçantes en particulier dès la place de l’Hôtel de ville. Elles étaient réservées à des commerces blancs, mais néanmoins fréquentées plus largement par une foule mélangée. Plus à l’ouest, quand ces trois avenues croisent Grey Str. (Dr Yusuf Dadoo Str.) leurs commerces deviennent indiens, et nous sommes au cœur du quartier historique de cette communauté, avec ses lieux de culte et son marché. À Victoria Str. (Bertha Mkhize St.) va s’installer le premier marché fermé de petits agriculteurs indiens (vers 1911) qui va déborder peu à peu dans les rues adjacentes. En traversant le cimetière multi-confessionnel de Brook Str., on découvre Warwick Junction installé dans les années 1930, avec plusieurs marchés couverts municipaux. Par leur position à un nœud de transports vers les différents townships, ils attirent une clientèle noire, en partie indienne et coloured, et se transforment au fil du temps en une zone de commerces informels (fin des années 1980). Les actions conjointes de chercheurs et d’associations convainquent la municipalité, en 1997, de rénover les lieux et de stabiliser ces marchands14. Pourtant Warwick Junction et ses marchés ne sont jamais à l’abri d’idées grandioses : en 2009, la municipalité voulait transformer une partie des marchés en un immense shopping mall. Faute de capitaux et face à l’opposition de plusieurs associations, dont celle des marchands, le projet a été abandonné.

19Toutefois, cette — relative — mixité raciale du centre-ville se trouva bouleversée par l’implantation et le développement de nombreux shopping malls, à partir du milieu des années 1980, et cela jusqu’à nos jours.

Implantation et localisation des shopping malls

  • 15 L’embargo financier oriente aussi les investissements sud-africains dans le tourisme national : il (...)

20À la suite de l’étude de M. Kahn, la municipalité s’intéresse donc à la possibilité de développer l’implantation des shopping malls — dans les quartiers blancs, peut-être indiens, mais pas noirs. Elle souhaite réfléchir à leur localisation sur propositions de développeurs, en acceptant le cas échéant de vendre des terrains municipaux. En effet, la municipalité ne s’implique jamais financièrement dans la construction même de ces centres. Le capitalisme sud-africain est « classique » et la procédure est toujours la même : achat d’un terrain par des développeurs spécialisés dans la construction de shopping malls, après demande d’autorisation auprès de la municipalité ; construction et aménagement du centre ; vente à une grande banque nationale (Nedbank, Standard Bank, etc.) ou une compagnie d’assurances (Old Mutual, Liberty, etc.). Ces possibilités d’investissements étaient d’autant plus appréciées avant 1994, que l’embargo international limitait fortement la circulation des capitaux sud-africains. Cette situation politique va encourager le développement rapide des shopping malls15, et paradoxalement renforcer la ségrégation commerciale.

21L’étude de Kahn montre que, à la fin des années 1970, 67 % des espaces commerciaux de Durban se situent encore dans le centre-ville. Cependant, après 1976, plusieurs centres commerciaux importants commencent à ouvrir et à se développer dans les banlieues, mais aucun dans un quartier non blanc.

  • 16 Entretien du 27 novembre 2014.

22Les constats de ce rapport sont que les clients blancs allaient nécessairement abandonner les commerces du centre-ville pour fréquenter les shopping malls, à l’entre-soi rassurant. Ce processus sera rendu possible par le développement des transports individuels dans cette communauté, ainsi que par la composition commerciale de ces nouveaux centres commerciaux qui reproduisaient, à dessein, celui des rues du centre-ville, avec les mêmes enseignes. D’après M. Kahn16, cela serait d’abord les femmes blanches qui auraient déserté les commerces du centre-ville pour ceux des shopping malls, les hommes ne suivant que plus tard car ils y trouvaient encore des magasins de vêtements masculins qui ont mis du temps à s’installer dans les shopping malls. Ainsi la localisation ne fait pas tout, les consommateurs font aussi preuve d’un certain pragmatisme…

23La municipalité décide d’accompagner ce changement, renforçant ainsi la ségrégation raciale, qui conduit à un appauvrissement progressif du centre-ville accueillant désormais une clientèle indienne et noire, beaucoup plus modeste. Les commerces du centre-ville se remettent lentement aujourd’hui de ce choix politique, sans avoir du tout regagné une clientèle blanche, même si certaines parties — le quartier de l’Hôtel de Ville, Victoria Market, Warwick Junction ou encore Workshop, seul shopping mall construit dans un bâtiment patrimonial (anciens ateliers des chemins de fer) — sont devenus des attractions touristiques.

24Avec la fin du gouvernement d’apartheid, la municipalité va encourager la construction de shopping malls dans tous les quartiers, en particulier dans les townships noirs qui n’en possédaient pas encore. Ainsi tous les habitants de Durban sont assurés d’un accès à l’un de ces espaces commerciaux, considérés comme un élément indispensable de la modernité urbaine, et qui permet à chacun de participer, par leur fréquentation, à cette nouvelle Afrique du Sud. On prétend même que le président Zuma aurait dit que chaque village devrait avoir son shopping mall… Néanmoins, le paysage tel qu’il se présente aujourd’hui dans l’agglomération de Durban est très varié. Les deux plus imposants sont localisés aux marges de la ville, mais presque chaque quartier en possède un. Bien sûr, l’ethnographie montre qu’ils n’offrent pas les mêmes commerces ou services, et qu’ils n’ont pas la même clientèle.

25Un phénomène intéressant est que, dans certains quartiers, les shopping malls ont attiré autour d’eux, dans les rues adjacentes, des commerces qui n’ont pas pu ou voulu trouver leur place à l’intérieur des centres. Ce sont surtout des restaurants, mais aussi parfois des commerces alimentaires comme autour de Overport Centre, devenu un shopping mall indien musulman — presque tous les commerçants affichent leur appartenance religieuse — dans le prolongement duquel se sont installés de nombreux autres commerçants musulmans qui proposent des produits halal. Cela permet une diversité commerciale, car les responsables de shopping malls préfèrent louer leurs locaux à des chaînes, ce qui tend à homogénéiser fortement l’offre marchande.

  • 17 La variable classe d’âge — que je ne peux pas traiter dans cet article — est importante, mais plus (...)

26Tant les spécialistes que les clients distinguent trois types de shopping malls — liés à la fois à leur taille et à leur usage, dans une sorte de typologie indigène : de voisinage, communautaire et régional. Je vais présenter certains d’entre eux qui me semblent caractéristiques de leurs types, avec une certaine forme d’organisation marchande. Chacun est le cadre d’une sociabilité particulière, articulant classe sociale et appartenance communautaire, mais aussi groupe d’âge17.

27Si l’observation et la détermination d’un groupe d’âge sont peu problématiques, il n’en va pas de même de la classe sociale et de la catégorie raciale. La première peut se définir en lien avec l’apparence vestimentaire et la fréquentation de certains commerces. Quant à la catégorie raciale, je me suis fondée sur ma connaissance de la vie quotidienne durbanite depuis 2008 ; partageant ainsi largement les catégories utilisées par la plupart de mes interlocuteurs (comme d’ailleurs Houssay-Holzschuch et Teppo, 2009 : 362).

1. Le shopping mall de voisinage : un lieu d’interconnaissance de quartier

  • 18 Terme utilisé en Afrique du Sud pour désigner les minibus de transports publics.

28Le premier type de shopping mall est dit de « voisinage » : il est centré autour d’un grand supermarché avec quelques commerces spécialisés ou des services administratifs — bureau de poste — ou municipaux comme une bibliothèque. Situé dans un bâtiment avec une ou deux galeries sur deux étages, voire trois étages, on y accède à pied, en voiture ou en taxi18. Il ne comprend pas d’espaces de loisirs (cinémas, par exemple), au mieux un café appartenant à une chaîne. Il dessert les habitants du quartier — les clients se connaissent entre eux et connaissent les commerçants —, il est donc tributaire de sa localisation et il est le reflet du quartier en termes raciaux.

  • 19 Nos observations dans les shopping malls de Durban ont débuté dès 2009 pour certains d’entre eux. N (...)
  • 20 Entretien avec la manager du centre, 1er décembre 2014.
  • 21 Woolworths est une chaîne de supermarchés sud-africaine, fondée en 1931, qui entretient des liens é (...)

29Ainsi Glenwood Village ou Windermere Centre se situent, tous les deux, dans des quartiers urbains — anciennement blancs — mais qui sont considérés aujourd’hui comme faisant partie de la ville stratifiée (Schensul et Heller, 2011 ; Chevalier, 2012), c’est-à-dire des zones mélangées racialement, mais pas nécessairement socialement ; situation plus vraie pour le quartier de Windermere que pour celui de Glenwood. Les observations19 confirment d’ailleurs ces constats : la fréquentation de ces centres commerciaux reflète la population mélangée du quartier, plutôt de classe moyenne ; mais ces centres attirent aussi des clients de passage, car ils sont soit proches de grandes voies de communication (Gleenwood Village) soit à proximité de nombreux établissements scolaires privés (Windermere Centre). Ce dernier20, construit en 1973 et rénové déjà deux fois, est à nouveau transformé (2014) pour s’adapter à une clientèle plus jeune et plus aisée. Les petites boutiques un peu vieillottes du rez-de-chaussée ont fait place à un supermarché Woolworths21 qui, selon la manager du centre, était attendu avec impatience par les habitants du quartier, car sa présence est susceptible de faire augmenter les prix de l’immobilier ! Comme beaucoup de shopping malls à Durban, celui-ci est inséré dans un habitat dense et ne peut donc pas étendre sa surface : il doit jouer sur la transformation de ses commerces.

30Comme à Glenwood Village, on fréquente ces lieux pour s’approvisionner, passer à son agence bancaire ou à la teinturerie, mais on n’y flâne pas ou peu, et ces centres ferment en début de soirée. D’ailleurs ni l’un ni l’autre n’ont de restaurants, juste des cafés-snacks pour y déjeuner. C’est en cela que ces shopping malls diffèrent de ceux dits « communautaires ».

2. Le shopping mall communautaire : encore un entre-soi ?

31Le shopping mall dit « communautaire » est plus vaste, parfois une centaine de commerces, et il propose des activités de loisirs, restaurants, cinémas ou salles de sport. Il a été conçu, même après 1994, comme « appartenant » à une communauté, celle dans laquelle il est situé. Si cet entre-soi communautaire est une réalité pour un grand nombre d’entre eux, surtout ceux des banlieues de l’agglomération durbanite, dans les quartiers plus centraux, les transformations de l’espace urbain entraînent des changements dans la clientèle de ces lieux marchands. Et, en conséquence, une transformation des commerces et des marchandises vendues.

32Parmi ceux dont l’entre-soi social et communautaire est flagrant, on peut citer La Lucia mall et Umlazi (Mega Center). Le premier, l’un des plus anciens shopping malls de la ville, est situé le long de la côte nord de la ville, quartier toujours à majorité blanche et de classe très aisée. Sa clientèle reflète clairement son implantation. Il en va de même pour Umlazi (Mega Center), à l’opposé du spectre social, situé dans le township du même nom, au sud de la ville. Sa clientèle est exclusivement du quartier, et en grande majorité très modeste.

33En revanche, si le Chatsworth Mall devait au moment de sa construction servir tout d’abord la communauté indienne, les clients sont aussi maintenant africains, en lien avec la transformation du quartier. Ce mall reçoit environ un million de clients par mois, parmi lesquels des personnes qui viennent visiter de la famille dans le quartier, mais n’y vivent plus. Autre exemple, Workshop, construit à proximité du centre administratif de la ville, pour une clientèle blanche avec de petites boutiques spécialisées ; aujourd’hui, à côté d’une grande station de transports publics, ses clients sont exclusivement de jeunes Africains qui s’intéressent à la mode, à la téléphonie, et fréquentent les fast-food et une grande salle de sport.

  • 22 Alors que dans certains malls, comme Chatsworth, les cinémas proposent plutôt des films de Bollywoo (...)

34Quant au Musgrave Centre, le plus ancien de la ville (fin des années 1950), il est situé au cœur d’un ex-quartier blanc de classe moyenne, Berea, aujourd’hui complétement mélangé racialement. Dans la décennie des années 1990, l’intérieur du centre fait l’objet de plusieurs transformations, dont un important renouvellement des commerces afin d’être plus en adéquation avec la nouvelle clientèle qui le fréquente. Car au départ, cet espace marchand est conçu comme une « copie » du centre-ville, en particulier des commerces de West Str., et destiné uniquement à une clientèle blanche. De nouveaux magasins s’installent dans ce shopping mall, de l’alimentation indienne, en particulier halal ; des bijouteries qui proposent des bijoux de style « oriental » en or jaune ; et quelques boutiques de vêtements masculins à destination d’une clientèle indienne et noire, plus sensible, d’après les discours des commerçants, à leur apparence vestimentaire que les blancs. La librairie a vu son espace sérieusement réduit, en revanche les fast-food vont se développer autour des salles de cinéma, au programme grand public mais éclectique22.

Tu vois selon l’emplacement de la succursale [il s’agit d’une chaîne nationale de librairies] on ne vend pas les mêmes ouvrages. Ici, les romans, les livres d’histoire sud-africaine, les livres de cuisine ou de bien-être marchent bien pour une clientèle plutôt blanche et indienne, et assez aisée. Comme cette clientèle n’est plus aussi importante qu’avant proportionnellement, on a dû changer d’emplacement dans le centre. Si tu vas dans la succursale au centre-ville, où la clientèle est différente, plutôt noire et plus populaire, ce sont d’abord les livres religieux et un peu d’occasion pour un public large ; et les livres universitaires au sous-sol pour les étudiants. Et c’est encore différent dans la librairie qui est sur le campus, bien sûr (Christine, libraire, Musgrave Center, juillet 2011).

  • 23 Nos observations de shopping malls ont commencé par le Musgrave Centre, en essayant de varier les m (...)
  • 24 Pour ce centre, j’ai eu accès à des chiffres de fréquentation (2008) mais sans informations sur la (...)
  • 25 Pour les shopping malls comme lieux de liberté, voir l’étude sur les femmes à Ryad de Le Renard, 20 (...)

35L’observation de ce mall dans la durée23 révèle que sa fréquentation, pour chacune des communautés, avait lieu à des moments variables de la journée et de la semaine, mais qui étaient toujours les mêmes pour chacune d’entre elles. La journée et la semaine, on y trouve une foule plutôt blanche, et indienne, assez féminine, avec le passage de collégiens et lycéens en uniforme en début d’après-midi. Le vendredi dès midi, une partie de la clientèle indienne musulmane disparaît. Elle réapparaît le week-end en famille avec une clientèle noire, venue entre amis, en couple ou en famille ; en revanche, les familles blanches sont absentes24. Ces habitudes différentes prennent place à la fois pour des raisons pratiques, mais aussi en fonction de l’atmosphère du lieu que les visiteurs aiment retrouver et qu’ils contribuent d’ailleurs à créer. Ce centre, probablement en raison de sa taille « maîtrisable » — l’on s’y perd difficilement — est devenu un lieu de liberté pour des adolescents des classes moyennes25 qui, autrement ont un accès très restreint aux espaces publics. Ils y viennent en groupes de filles ou de garçons, l’après-midi, pour déjeuner dans l’un des fast-food, se promener dans les boutiques et surtout aller au cinéma, sans la surveillance d’un adulte. Ils sont le plus souvent vêtus de leurs uniformes, ce qui permet aux commerçants, le cas échéant, de se plaindre de leurs comportements auprès de leurs établissements. D’une certaine manière, ils ne sont jamais « anonymes » dans cet espace, mais toujours situés socialement grâce à leur apparence vestimentaire.

36À l’évidence, l’entre-soi d’un shopping mall communautaire existe tant que le quartier dans lequel il est implanté n’est pas ou très peu mélangé racialement ; sinon, l’entre-soi tend à devenir plus social que communautaire.

3. Le shopping mall régional : créer le désir de vivre ensemble ?

  • 26 The Pavilion comprend 120 000 m² de surface commerçante avec 230 commerces. Gateway compte, quant à (...)

37Durban ne comprend que deux shopping malls dits « régionaux », à la taille de l’agglomération, The Pavilion et Gateway26. Ils diffèrent moins par la clientèle qui les fréquente que par la « philosophie » qui a présidé à leur création et leur style. Dans l’un comme dans l’autre, les clients sont issus de toutes les communautés et ils sont fréquentés par tous les groupes sociaux comme lieux de promenade — et de travail bien sûr.

  • 27 La transformation subséquente du quartier reflète cette localisation : 42 % blancs, 32,5 % noirs et (...)

38Le premier, le plus ancien des deux, a été ouvert après la fin de l’apartheid, à Westville. Il est situé dans un ex-quartier blanc, à la frontière avec un quartier indien et un autre noir. Le terrain appartenait à la municipalité qui l’a vendu à un promoteur, en encourageant clairement la construction dans cette zone, blanche à l’origine, mais destinée à se transformer rapidement27. Le bâtiment se voit de loin, avec ses tourelles « orientalisantes », car il se situe en contrebas de la voie express N3 qui conduit à l’ouest de l’agglomération et de la province.

39Le modèle architectural, ainsi que son nom, provient du Crystal Palace à Londres dans une analogie étonnante qui a probablement dépassé l’intention initiale de ses promoteurs. Ce fameux bâtiment, construit dans Hyde Park et inauguré par la reine Victoria en 1851, passa, jusqu’à sa destruction par un incendie en 1936, pour un prodige technologique, et il a fait l’objet d’une vaste littérature. Il a été considéré à son époque comme une incarnation de la nouvelle esthétique du capitalisme, avec une structure presque dématérialisée — verre et métal — tout en transparence et avec une climatisation artificielle (Sloterdijk, 2010 : 244). Pour le philosophe, Crystal Palace, l’un des lieux de la première exposition universelle, qui présentait les richesses des différentes colonies de l’Empire britannique, visait « à transposer le monde extérieur en tant que tout dans une immanence magique, transfigurée par le luxe et le cosmopolitisme » (idem) et il considère explicitement les shopping malls comme ses héritiers (ibid. : 251).

40Dans une comparaison avec les passages décrits par Walter Benjamin (1989), formes encore élitistes du monde des marchandises, intermèdes couverts entre les rues et les places, il y oppose le palais de cristal qui est une « allusion au capitalisme intégral, orienté vers le vécu, populaire, dans lequel ce qui était en jeu n’était rien de moins que l’absorption globale du monde extérieur dans un espace intérieur calculé de part en part » (Sloterdijk, 2010  : 252). La métaphore du capitalisme incarnée dans ce bâtiment et son avatar contemporain, le shopping mall, permettrait au désir de consommer de se déployer dans toute sa puissance.

  • 28 En français : porte ou passerelle.

41Si assurément The Pavilion correspond à la description d’un temple de la consommation, jusqu’à son nom et à son architecture qui est une référence directe au Crystal Palace et au Pavillon royal de Brighton, Gateway28 n’est pas en reste. Il est situé sur la côte nord de la ville, le long de la route nationale N2 qui conduit à la frontière avec le Mozambique, dans la direction du nouvel aéroport. Cette partie de l’agglomération, construite sur des terres de cannes à sucre, s’est développée à la fin des années 1980, avec le déplacement d’une partie de la population blanche et d’un certain nombre d’entreprises du tertiaire qui sont allées chercher « refuge » sur la côte nord. La nouveauté du projet de Gateway, dont la construction a commencé en 1998 et s’est achevée en 2001, est que ce mall a été construit en dehors d’une zone résidentielle existante, mais assorti de l’obligation de bâtir un quartier de logements et de bureaux aux alentours. Cette façon de procéder prend explicitement modèle sur l’Amérique du Nord, et les grands malls historiques de Mall of America ou West Edmonton Mall. Si la localisation de Gateway n’est pas marquée historiquement par une assignation spatiale raciale, on ne peut néanmoins pas dire qu’il s’agit d’un territoire « neutre », car les terres appartenaient à de grandes familles coloniales d’ascendance britannique avec une main-d’œuvre d’origine indienne traitée de manière esclavagiste. Pourtant cette mémoire du lieu n’est jamais évoquée dans les entretiens.

  • 29 Pendant les deux premières années, seuls 20 % des commerces avaient trouvé preneurs (M. Kahn, commu (...)

42À son ouverture, le mall peine à attirer commerçants et clients, et il faudra plusieurs années29 avant que tous les espaces ne soient loués et que la clientèle se déplace à la fois des quartiers blancs alentour et d’un peu plus loin, de Phoenix (ex-quartier indien) ou de KwaMashu (ex-quartier noir). La ville nouvelle qui s’est bâtie autour comprend surtout des logements secondaires et des hôtels. En effet, Gateway est une destination touristique (voir Houssay-Halzschuch et Teppo, 2009 pour Cape Town) : parmi les attractions proposées aux visiteurs par l’office du tourisme, le shopping mall figure en bonne place avec la plage urbaine, le casino, l’aquarium et le centre de loisirs nautiques.

43Son architecture extérieure massive est bien peu attrayante, mais les espaces intérieurs sont immenses, des places avec des fontaines entourées de bancs, qui en font des lieux de déambulation agréable même quand il y a foule.

Ce vendredi après-midi de fin novembre, il y a foule à Gateway. Je m’installe sur un banc autour de la fontaine centrale : je suis étonnée de l’élégance des gens qui viennent se promener dans ce mall. Je repère un couple noir très élégant : dans la cinquantaine, elle a une jolie robe verte, mais surtout un beau chapeau que l’on verrait plutôt porter à l’église le dimanche. Son mari n’est pas en reste, avec sa chemisette blanche bien repassée. Ils n’ont pas l’air d’acheter grand-chose : peut-être vont-ils au restaurant ? Un autre couple noir, poussant un caddie de Checkers qui contient des produits de base, passe avec deux enfants qui mangent des glaces. […] Je me lance dans un comptage des clients, tout d’abord depuis ce patio central : sur cent passants, seuls cinq sont blancs, les autres à parts égales noirs et indiens. Je change de place pour le second étage, dans un café attenant à une librairie : la galerie conduit à des boutiques de mode. Là sur cent passants, dix-sept sont blancs, quarante-quatre sont indiens et les autres noirs ; ce sont plutôt des groupes d’amis ou des couples (journal de terrain, 28 novembre 2014).

44Je changerai encore plusieurs fois d’emplacements durant cet après-midi — près du supermarché populaire Checkers, vers les cinémas, etc., mais les pourcentages ne varient pas beaucoup. Il en ira de même quand je reprendrai ces comptages assez rudimentaires d’autres jours. Comme The Pavilion, ce mall attire bien des clients de toutes les communautés avec quelques petites variations selon le jour de la semaine.

45Ces deux malls sont des lieux d’excursions où l’on va en couple, entre amis ou en famille, le week-end. On s’y met en scène avec une certaine élégance, surtout en soirée. Pour les clients modestes, la présence de grands supermarchés constitue le prétexte à la fréquentation de ces malls, même si l’on n’y effectue que quelques achats de produits de base. Quant à la classe moyenne, les courses alimentaires sont une excuse pour justifier une sortie au restaurant, appartenant presque toujours à l’une des nombreuses chaînes présentes dans ces centres commerciaux. Leur multiplicité permet à chacun de trouver son bonheur : restaurants italiens, grecs, indiens (y compris halal), etc. (Chevalier, sous presse). Ces espaces commerciaux sont devenus aussi des lieux de loisirs comparables à la promenade du front de mer de Durban, la modernité en plus. Car participer à cette nouvelle sociabilité du mall avant même de consommer, ou sans consommer directement faute de moyens, c’est appartenir à la nouvelle Afrique du Sud, de manière ostentatoire. The Pavilion possède un cadre architectural qui fait référence au cosmopolitisme de l’empire britannique et à l’émergence du capitalisme. À Gateway, il est fait hommage à la modernité post-apartheid et à l’Amérique, dans une architecture internationale, que certains qualifient de « générique » (Koolhaas et al., 2000).

Itinéraires urbains

46Si les shopping malls font l’unanimité, « c’est hygiénique et propre, moderne », nous a-t-on répété à l’envi, dans leurs pratiques les individus les combinent avec d’autres lieux d’approvisionnement et de loisirs. J’aimerais montrer comment leurs itinéraires marchands s’inscrivent dans les pratiques de la ville, comment ils s’articulent avec les quartiers et les lieux plus traditionnels d’approvisionnement. Il me semble que cela nous permet de comprendre comment les malls se « positionnent » dans l’espace urbain et dans les pratiques et représentations des citadins, à chaque fois de façon spécifique. Car, je l’ai montré, il existe encore à Durban des rues marchandes — j’ai mentionné le centre-ville —, des marchés ouverts, dans des quartiers qui sont historiquement rattachés à une communauté, comme Victoria Market, le lieu historique du commerce indien, ou Warwick Junction, qui est fréquenté par les banlieusards africains et indiens ; ou encore Florida Road dont les clients sont majoritairement blancs. D’autres se sont créés, depuis quelques années, dans différents quartiers pour une clientèle majoritairement blanche et souvent jeune : comme des marchés bio (The Morning Trade, créé en août 2014 par exemple), qui mêlent plats traiteurs avec un peu d’artisanat et quelques stands de produits frais.

47Dans ma recherche, je suis mes ménages d’informateurs dans leurs pratiques urbaines de consommation, en particulier alimentaire. Sans entrer dans les détails des itinéraires de chacun, il est possible d’appréhender leurs pratiques, et la place qu’y occupe la fréquentation des shopping malls (Chevalier, sous presse 2017). Si les parcours d’achat de mes informateurs ne se réduisent pas aux malls, ces espaces marchands s’inscrivent toujours dans leur itinéraire, d’abord ceux du proche « voisinage ». En revanche, appartenant à la nouvelle classe moyenne — dont témoigne leur adresse résidentielle —, ils ne vont plus dans des malls à proprement parler « communautaires », sauf en visite dans leurs quartiers d’origine. En effet, ils fréquentent surtout le Musgrave Centre qui, s’il a été avant les années 1990 un mall de la communauté blanche, accueille aujourd’hui une clientèle mélangée qui se distingue plutôt par son appartenance sociale. Les deux malls « régionaux » sont fréquentés pour des achats particuliers, comme les vêtements, ou pour les loisirs familiaux (restaurants ou cinémas). C’est souvent le seul lieu marchand fréquenté par les hommes, car l’approvisionnement quotidien incombe presque exclusivement à leurs épouses. La plupart des ménages s’approvisionnent aussi dans des commerces spécialisés de rue, comme quincaillerie, poissonnerie, boucherie, épicerie indienne, coiffeur, salon d’esthétique ou encore boulangerie.

48Une comparaison entre les parcours urbains d’approvisionnement permet de constater que celui des ménages noirs et indiens s’est diversifié grâce à la possibilité d’accéder à l’ensemble de l’offre marchande existante — parce qu’ils ont quitté leurs quartiers d’assignation et qu’ils ont acquis des moyens de transport individuels. Ainsi, après son emménagement dans un quartier de l’ouest de la ville autrefois réservé aux blancs, Lindiwe exprime son étonnement : « Quand je suis arrivée ici, quel plaisir ! Avant, cela me prenait 45 minutes pour trouver un magasin décent. Je ne pouvais pas y croire, ici il y a tout ! Je n’avais jamais pensé à cela, combien les gens qui vivaient ici avaient la vie agréable… » Miller (1998, 2001) a bien montré que la classe moyenne juge de la qualité de son quartier résidentiel en s’appuyant sur celle des commerces de voisinage. Pourtant si Lindiwe peut désormais s’approvisionner dans les commerces du mall de Pinetown, elle continue à fréquenter d’autres commerces, en particulier dans les townships. Comme Bronwyn qui vit à Berea, un ex-quartier blanc, mais qui est née à Wentworth, un quartier coloured, et qui y retourne pour faire ses achats à la boucherie, aller chez le coiffeur et à l’église.

49Ce retour de certains citadins dans leurs quartiers d’origine est décrit par des observateurs, surtout des média, comme une tension entre des aspirations de classe moyenne qui sont considérées parfois comme « occidentalisées » et leur attachement à des « racines culturelles » (Chevalier, 2010, 2015, sous presse). Pour certains, ils seraient encore « traditionnels » et pas des citoyens de la nouvelle Afrique du Sud qui s’approvisionnent exclusivement dans les malls et leurs grands supermarchés. Simon Wood (2011) dans son documentaire Forerunners, traite de cette question à travers quatre itinéraires de personnes issues de cette classe moyenne émergente. Il leur demande, devant la caméra, de comparer les valeurs traditionnelles de leur enfance avec le consumérisme occidental qui guide leurs vies professionnelles actuelles. Dans son film, la modernité est clairement du côté de la ville et de la consommation contemporaine. Néanmoins, les individus interrogés sont plus nuancés dans leurs explorations de leur position actuelle dans la société, et dans le regard qu’ils portent sur leurs origines.

50En revanche, pour beaucoup de ménages blancs, les pratiques urbaines se sont réduites : ils n’ont plus de malls « d’entre soi » communautaire, sauf peut-être La Lucia mais qui s’adresse à une classe moyenne supérieure, ou de quartiers commerçants spécifiques ; ils n’osent plus aller dans certains quartiers comme le centre-ville et n’auraient jamais l’idée d’aller dans des commerces des ex-quartiers d’assignation non blancs. Cependant, ils s’inventent peu à peu de nouveaux lieux marchands, comme une boulangerie « européenne », des marchés de produits biologiques ou de produits traiteurs.

Conclusion : le shopping mall ou l’émancipation du désir

51Finalement, en quoi les shopping malls sont-ils l’expression d’une forme de modernité en Afrique du Sud ? Participent-ils à une construction politique de pratiques communes ?

52Tout Durbanite qui appartient à la classe moyenne fréquente un shopping mall. En réalité, on y va surtout pour s’y promener plus que pour y faire des achats. Certes il constitue bien l’espace où se construit le désir de consommer, incarné souvent dans une forme architecturale propre au capitalisme globalisé, mais il n’est pas nécessairement le lieu où celui-ci trouve sa réalisation pratique comme je l’ai montré.

53La configuration, à chaque fois spécifique, construite par les acteurs autour des lieux urbains marchands les lie à la fois à leur communauté d’origine, à leur classe sociale, mais aussi à la société sud-africaine post-apartheid par le biais des supermarchés et des centres commerciaux. Les shopping malls participent en effet à cette intégration raciale voire sociale, même si l’on se souvient que pendant l’apartheid, leur localisation s’inscrivait dans la politique de ségrégation raciale, en la renforçant d’ailleurs. Aujourd’hui ces espaces constituent, plus que d’autres lieux commerciaux, les cadres nationaux de la consommation.

  • 30 Cary (2012) montre un processus très similaire au Brésil dans son analyse des shopping malls de Sao (...)

54Ces formes marchandes rencontrent un succès phénoménal puisque, entre 2004 et 2007, il se serait construit un shopping mall par semaine dans le pays selon la rumeur publique. Dans les discours politiques, ils sont devenus les lieux emblématiques de la libéralisation des pratiques de consommation par leur ouverture à l’ensemble de la nation. Il semble évident qu’être citoyen de la nouvelle Afrique du Sud signifie pouvoir participer aux formes de sociabilité offertes par les malls et, si on en a les moyens, y effectuer ses achats30. Ainsi le premier shopping mall ouvert dans un township noir, construit avec des capitaux noirs, est Maponya Mall à Soweto en 2007. Inauguré par Nelson Mandela (Posel, 2010 : 172), il est décrit par la presse comme « un nouveau monument à la libération de l’Afrique du Sud » (McGreal, 2007). Si l’on se place dans une perspective historique comparative, la participation possible des Sud-Africains non blancs à une consommation de masse, dans ces temples de la modernité que sont les malls, dans un pays resté longtemps fermé sur lui-même, peut être vue comme une forme de geste politique, une façon de déclarer sa pleine participation à la nation. Dans une étude de l’immigration juive à New York au début du xxe siècle, l’historien Heinze (1990) montre que participer à la consommation de masse américaine était une façon, pour cette communauté, de montrer son attachement à sa nouvelle société.

55En même temps, la séduction qu’exercent ces lieux où s’expose l’abondance du monde de la consommation, désormais à portée de main de chaque Sud-Africain quelle que soit son origine communautaire, tient aussi à la présence de toutes les marques internationales, qui constituent autant de liens avec le monde extérieur. Car la consommation de masse, les marchandises et le désir qu’elles suscitent, est aussi un moyen de se lier aux autres, sans les rencontrer vraiment. Elle permet de s’insérer dans le monde comme sujet de la modernité, par ses expériences et ses désirs (Stearns, 2001) ; et de placer l’Afrique du Sud sur la carte de la globalisation capitaliste qui passe par la consommation.

56Les shopping malls sont bien des lieux « politiques » qui offrent une perspective privilégiée sur les mutations historiques en cours dans cette société, dans laquelle les transformations économiques se sont toujours articulées aux politiques raciales.

Haut de page

Bibliographie

Ballard, Richard
2004
When in Rome : Claiming the right to define neighbourhood character in South Africa’s suburbs, Transformations, 57 : 64-87. DOI : 10.1353/trn.2005.0024.

Bank, Leslie
2011
Home, spaces, street styles : Contesting power and identity in a South African city (Londres, Pluto Press).

Benjamin, Walter
1989 Paris, capitale du xixe siècle : le livre des passages (Paris, Le Cerf).

Chapman, Michael (éd.)
2001
The Drum decade : Stories from the 1950s (Pietermaritzburg, University of Natal Press).

Cary, Paul
2012 Les centres commerciaux à Sao Paulo : renforcement de l’entre-soi ou déségrégation sociale ?, Espaces et sociétés, 150 : 107-127. DOI : 10.3917/esp.150.0107.

Chevalier, Sophie
2010 Les “Black Diamonds” existent-ils ? Médias, consommation et classe moyenne noire en Afrique du Sud, Sociologies pratiques, 20 : 75-86. DOI : 10.3917/sopr.020.0075.
2012 Comment partager les mêmes espaces ? Les classes moyennes à Durban (Afrique du Sud), Espaces et sociétés, 148-149 : 129-144. DOI : 10.3917/esp.148.0129.
2014 Pile et face : consommation et endettement. L’émergence d’une nouvelle classe moyenne en Afrique du Sud (Durban), in V. Guillard (éd.), Boulimie d’objets : l’être et l’avoir dans nos sociétés (Louvain-la-Neuve, De Boeck) : 137-151.
2015Food, malls and the politics of consumption : South Africa’s new middle class, Development of Southern Africa, 32 (1) : 118-129. DOI : 10.1080/0376835X.2014.965388.
sous presse Food shopping and cooking by middle-class families in Durban (South Africa) : Between new tastes and community traditions,
in N. Diasio et M.­P. Julien (dir), Les innovations et permanences dans les pratiques alimentaires (Bruxelles, Peter Lang).
sous presse The politics and moral economy of middle class consumption in South Africa, in D. Posel and I. van Wyk (éd.), Conspicuous consumption in Africa (Joahnnesburg, University of Wits Press).

Clark, Nancy L. et Worger, William H.
2004
South Africa : The rise and fall of apartheid (Harlow, Pearson Education Limited).

Comaroff, Jean et Comaroff, John (éd.)
1993
Modernity and its malcontents : Ritual and power in postcolonial Africa (Chicago, University of Chicago Press).

Coplan, David
1985
In township tonight ! South Africa’s black city music and theatre (Braamfontein, Longman).

Durrheim, Kevin, Mtose, Xoliswa and Brown, Lindsay
2011
Race trouble : Race, identity and inequality in post-apartheid South Africa (Durban, University of KwaZulu-Natal Press).

Freund, Bill et Padayachee, Vishnu (éd.)
2002
(D)Urban vortex : South African city in transition (Pietermaritzburg, University of Natal Press).

Gervais-Lambony, Philippe
1996 Les villes d’Afrique du Sud : gestion de l’héritage et recomposition de l’espace, Hérodote, 82/83 : 42-60.

Hannerz, Ulf
1994
Sophiatown : the view from afar, Journal of Southern African Studies, 20 (2): 181-193.

Heinze, Andrew
1990
Adapting to abundance : Jewish immigrants, mass consumption and the search for American identity (New York, University of Columbia Press).

Houssay-Holzschuch, Myriam et Teppo, Annika
2009
A mall for all ? Race and public space in post-apartheid Cape Town, Cultural Geographies, 16 (3) : 351-379. DOI : 10.1177/1474474009105052.

Hyslop, John
2000
Why did apartheid’s supporters capitulate ? “Whiteness”, class and consumption in urban South Africa, 1985-1995, Society in transition, 31 (1) : 36-44. DOI : 10.1080/21528586.2000.10419009.
2003
The white poor at the end of apartheid : the collapse of the myth of afrikaner community, Itinerario, 27 (3-4) : 226-242. DOI : 10.1017/S0165115300020842.

Johnson, Rachel
2009
“The girl about Town” : discussions of modernity and female youth in Drum magazine, 1951-1970, Social Dynamics, 35 (1) : 36-50. DOI : 10.1080/02533950802666899.

Kahn, Michael
1983
Regional shopping centres reseach project. A study of shopping in metropolitan Durban (Durban, University of Natal).

Koolhaas, Rem, Boeri, Stefano, Kwinter, Sanford, Tazi, Nadia et Obrist, Hans-Ulrich
2000
Mutations (Bordeaux, Actar).

Krige, Detlev
2011
Power, identity and agency at work in the popular economies of Soweto and Black Johannesburg, Unpublished PhD dissertation, Social Anthropology, University of Witwatersrand, Johannesburg.

Le Renard, Amélie
2010 Pratiques du shopping mall par les jeunes Saoudiennes. Sociabilité et consumérisme à Riyad, in F. Mermier et M. Peraldi (éd.), Mondes et places du marché en Méditerranée : formes sociales et spatiales de l’échange (Rabat/Paris/Beyrouth, Centre Jacques Berque/Karthala/IFPO) : 187-214.

Mamdani, Mahmood
1996
Citizen and subject : Contemporary Africa and the legacy of late colonialism (Princeton, Princeton University Press).

Matlwa, Kopano
2007
Coconut (Johannesburg, Jacana Media Ltd).

Mda, Zakes
2011
Black Diamond (Londres, Penguin Books).

McGreal, Chris
2007
Shoppers hail new monument to South African liberation, The Guardian, 28 September, en ligne : http://www.guardian.co.uk/world/2007/sep/28/southafrica.international (consulté le 28 mars 2015).

Miller, Daniel
1998
A theory of shopping (Cambridge, Polity Press).
2001
The dialectics of shopping (Chicago, Chicago University Press).

Posel, Deborah
2001
What’s in a name ? Racial categorisation under apartheid and their afterlife, Transformations : Critical perspectives on Southern Africa, 47 : 50-74.
2010
Races to consume : revisiting South Africa’s history of race, consumption and the struggle for freedom, Ethnic and Racial Studies, 33 (2) : 157-175. DOI : 10.1080/01419870903428505.

Republic of South Africa
2007
Community Survey 2007, Statistics South Africa, Pretoria, en ligne : http://www.statssa.gov.za, consulté le 27/09/2017.

Rosenberg, Leonard, Vahed, Goolam, Hassim, Aziz, Moodley, Sam and Singh, Kogi
2013
The making of place : The Warwick Junction precinct, 1870s-1980s (Durban, Durban University of Technology).

Schensul, Daniel and Heller, Patrick
2011
Legacies, change and transformation in the post-apartheid city : Towards an urban sociological cartography, International Journal of Urban and Regional Research, 35 (1) : 78-109. DOI : 10.1111/j.1468-2427.2010.00980.x.

Sloterdijk, Peter
2010 Le palais de cristal. À l’intérieur du capitalisme planétaire (Paris, Fayard) [Pluriel].

Stearns, Peter
2001
Consumerism in world history : The global transformation of desire (Londres, Routledge).

Southall, Roger
2004
Political change and the black middle class in democratic South Africa, Canadian Journal of African Studies/Revue canadienne des Études africaines, 38 (3) : 521-542. DOI : 10.1080/00083968.2004.10751294.
2016
The new black middle class in South Africa (Johannesburg, Jacana Media).

Vahed, Goolam and Desai, Ashwin
2013
Trading in the township : a checkered history, in A. Desai et G. Vahed (éd.), Chatsworth, the making of a South African township (Durban, UKZN Press) : 349-360.

Veblen, Thorstein
[1899]
1992The theory of the leisure class (New Brunswick, Transaction Publishers).

Wolpe, Harold
1972
Capitalism and cheap labour-power in South Africa : from segregation to apartheid, Economy and Society, 1 (4) : 425-456. DOI : 10.1080/03085147200000023.

Wood, Simon
2011
Forerunners, Film, South Africa, 52 minutes.

Haut de page

Notes

1 Je mène aussi des entretiens ethnographiques sur les pratiques d’approvisionnement et de consommation alimentaires auprès de familles de classes moyennes issues de toutes les communautés. Je n’en parlerai pas directement dans cet article, cet aspect de ma recherche a fait l’objet d’autres publications (Chevalier, 2014, 2015, sous presse).

2 Ainsi les travaux ethnographiques montrent que, dans les années 1950, une modernité urbaine africaine existe dans les townships, qui se manifestait par des modes de consommation spécifiques, souvent empruntés à des modèles américains dont le magazine « Drum » va se faire à la fois l’écho et le prescripteur (Chapman, 2001 ; Coplan, 1985 ; Johnson, 2009). Cette culture de la consommation se retrouve dans les townships très connus de grandes villes comme Johannesburg (Hannerz, 1994), Cape Town ou Durban, mais aussi dans ceux d’une ville provinciale comme East London (Bank, 2011).

3 D’où l’incongruité que constituait la situation des blancs pauvres : ils sont blancs mais ils n’ont pas le mode de vie de leur communauté (Hyslop, 2003). Selon le même auteur (2000), l’aspiration à une consommation « moderne et individualiste » va être l’un des éléments qui vont faire accepter à une partie de la communauté blanche les changements politiques des années 1990.

4 Pour une réflexion sociologique sur la nouvelle classe moyenne noire, cf. Southall, 2016.

5 Cf. le roman de Matlwa, 2007 ; et celui, plus drôle, de Mda, 2011.

6 La population de la ville est actuellement composée de 68 % de noirs ; 20 % d’Indiens (3 % de la population du pays) ; 9 % de blancs et 3 % de métis ou coloured.

7 Il s’agit là de la traduction de « indentured labour force », c’est-à-dire des travailleurs qui venaient des colonies britanniques sous un contrat de servitude, en général pour trois ans. Ils s’opposent donc à ceux qui venaient en Afrique du Sud de leur plein gré pour y faire fortune.

8 Quand on parle de l’Afrique du Sud, il est difficile de ne pas utiliser les catégories raciales du passé, construites par le régime d’apartheid mais qui ont encore une réalité descriptive contemporaine pour les individus (Posel, 2001 ; Southall, 2004).

9 Ainsi une circulaire de 1963 précise que seules les marchandises de première nécessité pour la vie quotidienne peuvent être vendues dans les commerces des quartiers noirs. Ce qui exclut les vêtements, ameublement, objets ménagers, etc.

10 Extrait d’un entretien (ma traduction) du catalogue « The oral history collection » conservé à la bibliothèque Killie Cambell Africana de Durban (cote : KCAV 1312).

11 Merci à A. Gammage, du service d’architecture et d’urbanisme de la ville de Durban qui a accepté de s’entretenir avec nous, et pour tous les documents qu’il nous a fournis.

12 Nous remercions le professeur Mike Kahn de nous avoir donné accès à son étude et aux documents y afférant. Ainsi que d’avoir généreusement accepté d’en discuter avec nous au cours de deux longs entretiens menés fin novembre 2014 à son domicile de Durban.

13 Les archives du catalogue de la « Oral history collection », conservés à la bibliothèque Killie Campbell Africana, révèlent, par exemple, l’existence d’un petit réseau de femmes commerçantes d’un township noir qui s’organisent pour aller s’approvisionner en gros chez Makro avant de revendre leurs marchandises dans leur quartier, dans les années 1980. Makro est un hypermarché où l’on peut acheter de l’alimentation en gros ; il est situé dans une zone industrielle, mais pas dans un mall.

14 Cette rénovation, sans expulsion des commerçants informels, est devenue un cas d’école et elle a gagné un prix des Nations Unies.

15 L’embargo financier oriente aussi les investissements sud-africains dans le tourisme national : il se construit de nombreux équipements touristiques, dans les parcs animaliers par exemple, qui peinent encore aujourd’hui à attirer une clientèle non blanche.

16 Entretien du 27 novembre 2014.

17 La variable classe d’âge — que je ne peux pas traiter dans cet article — est importante, mais plus en lien avec les pratiques de consommation que la fréquentation de lieux marchands, dans tous les cas à Durban.

18 Terme utilisé en Afrique du Sud pour désigner les minibus de transports publics.

19 Nos observations dans les shopping malls de Durban ont débuté dès 2009 pour certains d’entre eux. Nous les avons menées de manière répétée aux fils de nos terrains et de nos séjours (entre six semaines et deux mois par an), jusqu’en 2014 où grâce à un séjour de longue durée, nous avons pu le faire de manière plus systématique, avec des procédures de comptage de la clientèle (sur le modèle de Houssay-Holzschuch et Teppo, 2009 pour Cape Town). Nous avons aussi conduit des entretiens avec des responsables de commerces et des managers de shopping malls.

20 Entretien avec la manager du centre, 1er décembre 2014.

21 Woolworths est une chaîne de supermarchés sud-africaine, fondée en 1931, qui entretient des liens étroits avec la chaîne anglaise Marks&Spencer — mais pas du tout avec son homonyme américain. L’organisation des magasins, l’éventail des marchandises, en particulier alimentaires, prend comme modèle M&S. Mes informateurs blancs et indiens l’évoquent souvent dans leurs discours.

22 Alors que dans certains malls, comme Chatsworth, les cinémas proposent plutôt des films de Bollywood.

23 Nos observations de shopping malls ont commencé par le Musgrave Centre, en essayant de varier les moments de la journée et de la semaine — ainsi que les périodes de l’année dans la mesure du possible. Nous y avions aussi une informatrice privilégiée, une libraire, qui est malheureusement décédée début 2015.

24 Pour ce centre, j’ai eu accès à des chiffres de fréquentation (2008) mais sans informations sur la manière dont ils avaient été collectés : clients blancs 36 %, noirs 36 % et indiens 28 %.

25 Pour les shopping malls comme lieux de liberté, voir l’étude sur les femmes à Ryad de Le Renard, 2010.

26 The Pavilion comprend 120 000 m² de surface commerçante avec 230 commerces. Gateway compte, quant à lui, 400 commerces, 90 restaurants et 8 cinémas sur 220 000 m².

27 La transformation subséquente du quartier reflète cette localisation : 42 % blancs, 32,5 % noirs et 25,5 % Indiens.

28 En français : porte ou passerelle.

29 Pendant les deux premières années, seuls 20 % des commerces avaient trouvé preneurs (M. Kahn, communication personnelle).

30 Cary (2012) montre un processus très similaire au Brésil dans son analyse des shopping malls de Sao Paulo.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sophie Chevalier, « Participer à la nouvelle Afrique du Sud ? », Ateliers d'anthropologie [En ligne], 44 | 2017, mis en ligne le 06 décembre 2017, consulté le 16 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/ateliers/10377

Haut de page

Auteur

Sophie Chevalier

Professeur d’anthropologie, université de Picardie Jules Verne, directrice de Habiter le monde EA 4287, chercheur associé IIAC-LAUM (CNRS-EHESS)
sophie.chevalier7@wanadoo.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Ateliers d'anthropologie – Revue éditée par le Laboratoire d'ethnologie et de sociologie comparative  est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo LESC - Laboratoire d’Ethnologie et de Sociologie Comparative
  • Logo Maison René Ginouvès - Archéologie & Ethnologie
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals