Navigation – Plan du site

« Shopping mall » et « modernisation » des villes africaines : les cas de Douala (Cameroun) et Kigali (Rwanda)

“Shopping malls” and the “modernization” of African cities: the cases of Douala (Cameroon) and Kigali (Rwanda)
Benjamin Michelon

Résumés

La « modernisation » de la vie urbaine entraîne dans la plupart des villes africaines une mutation du type de commerces et une relocalisation des zones marchandes. Cette évolution influence les marchés, concurrencés par un nouveau type de surface commerciale souhaité par les autorités : le « shopping mall ». La coexistence de ces deux modes interroge en des termes nouveaux l’évolution spatiale des villes africaines.
Dans cet article, il s’agit d’analyser cette évolution, en questionnant la théorie de Manuel Castells sur l’espace de flux et l’espace de lieu. Cette étude se base sur des observations réalisées dans deux villes d’Afrique centrale : Douala, grande capitale économique, connaissant un développement urbain mal maîtrisé, et Kigali cherchant à se faire reconnaître comme une ville moderne modèle. Cette lecture croisée permet d’appréhender les transformations que les villes africaines sont en train de connaître sous l’effet de la globalisation et de l’accroissement des flux.

Haut de page

Texte intégral

1« Facteurs et témoins de l’urbanisation » (Maximy, 1987), les marchés africains nous livrent les clés de lecture des processus d’urbanisation et, de manière plus large, des interactions entre les changements sociaux et spatiaux qui s’opèrent dans la ville. Ils ont longtemps conservé une place centrale dans l’ordonnancement urbain. L’architecture monumentale des grands marchés construits à l’époque coloniale traduit le projet urbanistique et politique de l’époque. En implantant en vis-à-vis le marché, la mosquée ou la cathédrale, et l’hôtel de ville ou la gare, il s’agissait de créer, au centre de la ville, un espace regroupant les trois symboles majeurs de la cité coloniale. Avec la décolonisation ainsi que le développement et l’étalement de l’aire urbaine, ce schéma a volé en éclats, entraînant parfois une relocalisation des zones marchandes au sein des villes. D’autres marchés se sont ainsi développés : des marchés de périphérie et des marchés de quartier qui assurent l’approvisionnement des habitants dans une zone de proximité pouvant regrouper plusieurs milliers de personnes.

  • 1 Le marché du Mont-Bouët à Libreville en octobre 2014, le marché de Kantamanto à Accra en mai 2013, (...)

2Aujourd’hui, la « modernisation » de la vie urbaine entraîne dans la plupart des villes africaines une mutation du type de commerces et une relocalisation des zones marchandes au sein des villes accompagnant les évolutions des politiques urbaines (Gombay, 1994). Et les incendies récents de nombreux marchés centraux des capitales du continent1 alimentent la polémique sur le devenir de ces places centrales de marché, dont le positionnement au centre des villes en fait un site remarquable pour l’édification d’un nouveau type de surface commerciale souhaité par les élus en quête de « modernité » : le centre commercial ou shopping mall.

3De ce fait, si les marchés restent la forme traditionnelle du commerce dans les villes d’Afrique, la question de la coexistence de ces deux modes de commerce se pose aujourd’hui avec acuité, interrogeant en des termes nouveaux la problématique plus large de la dualité caractéristique des villes d’Afrique subsaharienne entre la ville fonctionnaliste du centre-ville fabriquée lors de la colonisation et la ville africaine construite par les habitants des quartiers périphériques qui se sont développés en dehors de tout processus de planification. Cette séparation peut être à l’aune de la théorie de Manuel Castells prenant comme point focal l’opposition entre l’espace de flux et l’espace de lieu (1999). L’espace des flux est défini par « l’organisation matérielle des pratiques sociales du temps partagé qui s’effectue au travers de flux. Par flux, j’entends des séries significatives, répétitives et programmables d’échanges et d’interactions entre des positions géographiquement éloignées occupées par des acteurs sociaux dans les structures économiques, politiques et symboliques de la société » (ibid.). Il donne en parallèle la définition suivante des lieux : « Un lieu est un espace dont la forme, la fonction et le sens composent un ensemble dans le cadre d’une contiguïté physique » (ibid.). Certains de ces lieux sont en réseau et sont reliés entre eux par l’espace des flux. Ce sont ceux que Castells distingue comme des lieux nodaux. Ils correspondent à ces espaces centraux dans les villes, espaces occupés de plus en plus par les « shopping malls ».

4Les autres lieux du territoire urbain seraient des lieux limitrophes, ne subissant pas l’influence des flux et subissant, de ce fait, une dégradation propre aux espaces périphériques qui ne bénéficient pas du développement économique insufflé par les flux. Ils correspondent aux lieux périphériques des centres urbains, quartiers précaires caractérisés par des marchés de quartier, ayant une histoire et une dynamique reposant sur la vie de quartier.

  • 2 Douala étant la capitale économique du Cameroun alors que Kigali est la capitale politique et écono (...)

5Pour interroger ce processus, et analyser les interactions qui viendraient troubler cette lecture binaire séparant les espaces de flux des espaces de lieux dans les villes africaines en plein développement, nous proposons d’étudier dans deux villes africaines, Douala et Kigali, l’évolution parallèle de ces infrastructures commerciales. Ces deux villes, qui ont pour caractéristique commune d’être des capitales d’Afrique centrale2 constituent des archétypes de la ville en développement. Douala constitue un modèle de ville subissant un développement urbain important sur lequel les autorités publiques manquent de moyens pour avoir prise. Avec une politique urbaine volontariste, Kigali, dont la population ne cesse de croître depuis la fin du génocide, cherche aujourd’hui à se faire reconnaître comme une ville moderne modèle en Afrique.

6Cette lecture croisée nous permet de comprendre que les villes africaines sont en train, sous l’effet de la globalisation et de l’accroissement des flux, de subir des transformations spatiales et sociales importantes.

L’évolution de la place des marchés dans la ville à Douala et à Kigali

7L’étude du marché est l’occasion de comprendre l’articulation entre les différents lieux de commerce de la ville (Ogunsanya, 1984). Le marché perçu comme une infrastructure commerciale publique s’inscrivant dans des réseaux est un lieu idéal d’analyse de l’articulation des politiques publiques entre les différentes échelles de la ville : quartier, arrondissement ou secteur, ville et au-delà, selon la définition du réseau de Castells (1999), compris comme un ensemble de nœuds interconnectés, un système dynamique et ouvert, capable d’innover sans mettre en cause son équilibre. En effet, du marché central de la ville coloniale à la centralité du marché de quartier, l’évolution historique de la localisation de ces marchés, et de leurs fonctions, offre une lecture dynamique de l’évolution de l’espace urbain et des différents bouleversements qui se sont opérés au cours de la transformation des villes. Tout comme le réseau de voirie (Frei et Burkhardt, 2009), l’ensemble des marchés émaille au fil du temps les territoires de la ville, en partant du centre pour aller vers la périphérie, suivant la forme de la diffusion de la ville.

8De ce fait, la lecture de l’évolution historique de l’armature commerciale à Douala et à Kigali (tabl. 1) offre des éléments de compréhension de la forme urbaine, mais également amène à percevoir l’évolution des rapports de force entre les autorités locales et les habitants. Ainsi, au fur et à mesure de l’évolution, chacun des espaces a acquis sa spécificité : certains marchés se sont spécialisés, d’autres sont devenus des marchés secondaires. Certains autres marchés se sont développés : des marchés de périphérie et des marchés de quartier qui assurent l’approvisionnement des habitants dans une zone de proximité pouvant regrouper plusieurs milliers de personnes.

tabl. 1 – Évolution de la typologie et du fonctionnement en réseau des espaces de marché

période

évolution

Douala

Kigali

1900-1930

passage du « troc » au commerce

marché du poste colonial

marché du poste colonial

1930-1970

mise en place des infrastructures commerciales

marché central

marché indigène/marché colonial

1970-1990

développement du commerce et constitution des premiers réseaux

marché central/marché de quartier

marché central/marché de quartier

1990-2010

adaptation du commerce à l’extension urbaine et au changement des modes de consommation

marché de quartier (spontané, planifié)

marché de quartier (urbain, rural)

marché intermédiaire de secteur

marché spécialisé

marché spécialisé

marché secondaire

marché central

marché central périphérique

Source : B. Michelon, 2012

De 1900 à 1930 : le marché au centre de la ville coloniale

9Lors de la création des deux villes d’étude, le marché apparaît dès le départ comme un lieu symbolique de la centralité urbaine : le pouvoir économique étant, en quelque sorte, le troisième pouvoir après le pouvoir politique, matérialisé par la résidence des autorités coloniales, et le pouvoir religieux. La colonisation influence les modalités d’échanges et entraîne le passage du « troc » au commerce avec la mise en place de lieux d’échanges fixes dans les villes en création : les marchés urbains. En effet, l’analyse spatiale de la répartition des espaces collectifs à Douala, comme à Kigali, montre une reproduction du triptyque de la place du marché central de la ville coloniale et souligne la place centrale de cette infrastructure. Le pouvoir économique côtoie le pouvoir religieux (avec la présence d’édifices religieux proches) et le pouvoir politique, ce dernier occupant une place importante dans la gestion quotidienne des problèmes du marché et, au-delà, de la ville et ses quartiers.

10À Douala, ce phénomène est progressif. Les Dualas ont réussi à exploiter la côte sur le fleuve Wouri comme un espace d’échange économique avec les interlocuteurs occidentaux. En effet, le commerce est au départ « l’affaire des Européens et d’un chef Duala assisté de son fils sous la direction duquel les Dualas du commun transportent et collectent les produits à échanger » (Gouellain, 1975). Avec l’augmentation du trafic, le commerce change rapidement. En effet, le passage d’une économie de traite à une économie de commerce est rapide au Cameroun. Les marchés font très vite leur apparition :

Avant la pénétration européenne, les échanges commerciaux s’effectuaient sur les « marchés ». Ces marchés étaient des réunions d’hommes et de femmes de tout âge, tenues à dates fixes, en un point déterminé, situé au centre d’un village, généralement à l’entrée d’une chefferie, où les gens venaient acheter ou vendre les marchandises ou simplement causer, prendre des nouvelles ou se distraire. Les marchés étaient ainsi des lieux réservés exclusivement aux transactions ; la liberté et l’égalité y régnaient d’une manière absolue. Pas de constructions. On s’y réunissait à jour fixe, de préférence le matin. Les affaires étaient traitées jusque vers 3 heures de l’après-midi ; après quoi on rentrait chez soi (Owona, 1996).

  • 3 Arrêté fixant le prix de location des emplacements pour l’édification de boutiques sur le marché de (...)

Par la suite, avec la constitution de noyaux urbains, la place du marché se transforme progressivement en un lieu fixe où les commerçants peuvent s’abriter sous des constructions en dur. À Douala, comme dans les autres villes en formation, un marché central voit le jour, à proximité du port. L’administration coloniale construit alors une halle et adopte les règlements y afférant afin de mieux prélever les taxes et les impôts et de centraliser les points commerciaux. Au milieu des années 19203, ce marché est alors installé à l’endroit stratégique que représente le confluent de la Besséké avec le Wouri, à proximité de la gare, le long de la voie Decauville qui relie le port au plateau Joss (centre résidentiel administratif) et tout près de la zone d’Akwa en plein développement.

  • 4 Où on trouvait surtout les produits de l’agriculture, de l’élevage et de l’artisanat traditionnel.
  • 5 Ordonnances 31 et 32 du 25 mai 1925 du Commissaire royal dans le territoire du Ruanda-Urundi relati (...)

11À Kigali, et au Rwanda en général, les habitants avaient l’habitude d’acheter aux vendeurs ambulants : ce type de commerce était favorisé par l’absence de villages, par l’itinérance de la cour du roi (le mwami) entraînant, avec elle, une circulation des échanges et par l’habitat dispersé. Certains habitants préféraient se rendre dans les quelques marchés ruraux qui étaient implantés de manière régulière sur l’ensemble du territoire4. L’arrivée des Européens change la donne en mettant en place des lieux de commerce fixes dans les centres urbains : les marchés, dont le rayonnement géographique est généralement très large. Ils apparaissent tardivement et d’abord dans des carrefours urbains permettant un transport des marchandises. Il faut attendre la création des chefs-lieux de territoires par l’administration territoriale et le tracé des premières routes carrossables pour que le commerce professionnel voie le jour (Nduwayezu, 1987). À Kigali, le marché central occupe très rapidement une place importante sur le plateau de Nyarugenge, plateau regroupant le centre urbain construit à partir de 1907. Progressivement, l’activité commerciale de Kigali se développe et s’articule avec les autres marchés de la sous-région, plus importants. Dans le même temps, deux ordonnances5 instituent une différenciation officielle entre les marchés publics et les marchés indigènes dans le but de stimuler et de contrôler les activités commerciales. Les colons reprochent à ces lieux d’accueillir des trafics et des abus en tous genres : « les marchés indigènes répondent à une réelle nécessité économique. Malheureusement, la surveillance en est difficile, la bière y coule à flot et des rixes sanglantes n’y sont pas rares. De plus les fraudes y sont importantes, et des indésirables, auxquels répugne le travail régulier, y vivent de trafics louches, de vols et de recels et quelques fois de pillages » (Royaume de Belgique, ministère des Colonies, 1923-1924).

De 1930 à 1970 : le développement de l’urbain et des marchés

  • 6 Tailleurs, couturières, réparateurs…

12De 1930 à 1970, on assiste à la mise en place des infrastructures commerciales dans les villes. En effet, face à l’arrivée progressive d’une population locale venant travailler en ville, les réseaux commerciaux se divisent : le commerce international des colons doit faire place à un commerce local alimentaire répondant aux besoins immédiats des habitants. Deux secteurs de commerce cohabitent alors avec les échanges commerciaux qui s’effectuent entre la colonie et la métropole coloniale : un secteur « import-export » animé par des grands commerçants nationaux héritiers des anciens circuits marchands à longue distance ; un secteur de la « petite distribution informelle » qui comprend aussi bien les revendeurs de produits manufacturés commandités par les grands commerçants, les petits artisans6 que les commerçantes de produits vivriers qui s’approvisionnent auprès de réseaux de collecte généralement informels. Cette période de transition est encadrée par les autorités coloniales qui cherchent à maîtriser les échanges commerciaux. Cependant, le nombre de marchés évolue peu tandis que l’urbanisation est encore faible. La ville ne s’affirme pas encore comme un centre d’échanges économiques majeur.

  • 7 Convoi spécial transportant les marchandises.
  • 8 Règlement n° 7/AE du 24 décembre 1943 établissant des marchés publics et indigènes au Rwanda : mard (...)
  • 9 Règlement n° 3/AE et 4/AE du 21 avril 1938 autorisant la construction de certains marchés publics e (...)

13À Kigali, en 1930, le rapport de la tutelle signale « l’ouverture dans le territoire de Kigali de douze marchés indigènes qui suscitent une concurrence sérieuse au marché du poste » (Royaume de Belgique, ministère des Colonies, 1930). Déjà avant la première guerre mondiale, « les parcelles libres étaient mesurées et les commerçants y bâtissaient des dukas [petites épiceries et boutiques]. Les échanges s’y faisaient de deux façons : soit un colporteur [takata] venait livrer sa marchandise en petite quantité, soit des collecteurs régionaux arrivaient à la tête d’une caravane7 et offraient un lot important de peaux de vaches et de chèvres » (Lugan, 1977 : 260). Mais ce n’est qu’en 1938 qu’un premier bâtiment est construit pour accueillir dans le centre de la ville les commerçants : ce marché ne fonctionne cependant pas encore tous les jours. En 1943, un règlement précise les jours d’ouverture, soit trois jours par semaine8. Progressivement, autour de la place du marché de Kigali (à Nyarugenge) se développent des boutiques ayant chacune un entrepôt. Par la suite, juste avant la seconde guerre mondiale, la distinction entre les deux types de marchés est précisée par des documents officiels redéfinissant les deux catégories9 :

  • d’un côté, « sur les marchés publics sont seules autorisées les transactions de vivres et de produits indigènes ». Ces marchés publics sont des marchés de poste plutôt urbains ;

  • de l’autre côté, « sur les marchés indigènes, les transactions de toutes natures sont autorisées » qui deviendront par la suite des centres de négoces plutôt ruraux.

14Le marché coutumier traditionnel est alors un lieu « où se vendent surtout les produits locaux : vivres, gros et petit bétail, poules, viande, houes, couteaux, serpettes, hachettes, fers de lance, poteries, nattes, literies rudimentaires » (Royaume de Belgique, ministère des Colonies, 1959). À l’indépendance, les Rwandais héritent donc de ce système et continuent à favoriser le commerce en développant les marchés dans les centres pour l’approvisionnement de ceux qui y demeurent. De ce fait, ce schéma faisant cohabiter deux systèmes continue à fonctionner tant que les autorités (belges puis rwandaises) privilégient le développement du milieu rural. Avec l’augmentation de la taille des centres urbains, l’ossature des marchés est progressivement adaptée à la demande urbaine et à la configuration spatiale de la ville (tabl. 2).

  • 10 À noter que Pierre Sirven (1984) donne également le chiffre de 7 marchés en 1982, mais la liste n’e (...)

tabl. 2 – Les marchés de Kigali en 1978 (en prenant en compte un périmètre de 10 km depuis le centre-ville)10

commune

centre commercial ou centre de négoce associé

marché

jour de marché

type de marché

distance par rapport au centre (en km)

Nyarugenge

Nyarugenge

Nyarugenge

Nyamirambo

chaque jour

chaque jour

urbain

urbain

1

5

Rubungo

Remera

Remera

Kinyinya

mercredi-samedi

vendredi

urbain

rural

10

8

Rutongo

Rubingo

Gatsata (Nyabugogo)

dimanche

urbain

4

Butamwa

Butamwa

Rugarama

mercredi

rural

6

Kanombé

Busanza

Kicukiro

mardi-vendredi

rural

10

Source : B. Michelon d’après Préfecture de Kigali, 1978

  • 11 Articles 33 à 37 de l’Arrêté réglementant le service d’hygiène de la ville de Douala du 25 février (...)
  • 12 Articles 15 à 19 de l’Arrêté fixant les règles générales d’hygiène et de salubrité publique à appli (...)

15À Douala, progressivement, chaque rive de la ville, partagée par le fleuve Wouri, acquiert son marché. Le commerce s’organise à Douala comme dans tout le pays : « Le commerce indigène est entre les mains des Dualas, des Popos, des Lagotiens, des Dahoméens et des Haoussas. Mais tandis que les premiers sont traitants pour le compte des maisons de commerce, les autres sont boutiquiers, à l’exception des Haoussas qui sont des marchands ambulants » (Commissariat de la République française au Cameroun, 1927). Concernant l’hygiène et la salubrité, un arrêté précise en 1933 les règles d’hygiène à respecter11 : « Les marchés publics devront arrêter leurs ventes chaque jour à 16 heures au plus tard pour permettre le nettoyage et l’enlèvement des détritus. Les ordures provenant des marchés publics devront être enlevées le soir même par le service et ne devront, en aucun cas, attendre au lendemain. » En 1937, un arrêté12 précise de nouveau ces règles en insistant sur le nettoyage des sols et le contrôle sanitaire des produits. En 1934, sur le territoire du Cameroun, « on compte plus de 400 centres d’échange, la plupart se tenant une fois par semaine » (République française, 1934). À la veille de la seconde guerre mondiale et jusque dans les années 1950, on observe une hiérarchisation du territoire urbain en trois pôles majeurs du commerce et des services. Dans les années 1960, ce réseau des grands marchés se densifie et se diversifie en même temps que le secteur « import-export » animé par des grands commerçants étrangers et nationaux, héritiers des anciens circuits marchands à longue distance, se développe. Trois grands marchés viennent renforcer le pôle commercial du centre-ville et préfigurer le grand marché de Douala. Ces constructions viennent apporter une réponse à une forte augmentation du nombre de commerçants. En effet, une étude réalisée en 1966 dénonce le fait qu’il y ait « trop de petits vendeurs, de bricoleurs qui encombrent, font monter les prix de détails (intermédiaires, transporteurs, gardiennage) et paraissent la vraie cause de l’état de saleté des marchés et de leur manque d’hygiène » et propose « un retour en brousse, une recolonisation intelligente des terres (tous les villages des environs de Douala se trouvent dans un demi-abandon et les vivres doivent venir de loin) » (Institut panafricain pour le développement, 1966). Cela se traduit, à partir des années 1970, par de profonds changements qui touchent le marché central.

De 1970 à 1990 : l’avènement des marchés de quartier

16Le tournant s’opère lors des indépendances, vers la fin des années 1960, avec l’arrivée de marchés de quartier. Cette dénomination est alors très large : ce sont des marchés, répartis sur le périmètre urbain, desservant à la fois des aires rurales et des quartiers en cours de constitution. Ces marchés sont parfois spontanés, c’est-à-dire qu’ils s’organisent et prennent place dans les rues sans aucune aide ou contrôle de l’État. Ce développement rapide permet aux habitants de supporter les premiers soubresauts de la crise économique des années 1980 et des politiques d’ajustement structurel qui en découleront.

  • 13 Marché d’Aviation ou marché de plantain, marché de poisson, marché Mbopi, marché New Deido, marché (...)

17De 1970 jusqu’aux années 1990, à Douala, les marchés spontanés se multiplient, suivant les axes de circulation. Le commerce se concentre encore dans la zone de New Bell : « Presque toutes les formes de commerces sont représentées. Les produits alimentaires sont mis en vente par un nombre pléthorique de commerçants. Une certaine spécialisation par branche commerciale existe. L’axe “marché de Nkololoun – gare de New Bell – marché Lagos” constitue un entassement extraordinaire de vendeurs ambulants, véritable fourmilière permanente du matin au soir et du soir au matin (Mainet, 1986). En 1978, l’extension du port et, plus tard, la construction du Boulevard de la Besséké (sur l’itinéraire de la voie ferrée reliant le port au Boulevard Leclerc) entraînent la destruction du marché Besséké et le déplacement des commerçants vers le marché Mboppi, situé plus à l’intérieur. Devant cette croissance du nombre de commerçants, onze marchés sont créés ou se développent spontanément dont trois seulement en dehors du centre-ville au cours de cette période13. Cependant, la construction de marchés de détail par les pouvoirs publics se révèle insuffisante pour desservir correctement l’ensemble des nouvelles zones urbanisées, tandis que l’augmentation considérable du nombre de vendeurs sur les marchés existants n’est pas accompagnée d’une augmentation significative de la capacité de ceux-ci.

  • 14 Ces marchés de quartiers naissent et répondent à un triple besoin : tout d’abord, la nécessité pour (...)

18À Kigali, au contraire, les autorités nationales souhaitent marquer leur présence dans les quartiers et investissent dans la création de marchés de quartier gérés par les autorités publiques14. À partir du milieu des années 1970, le commerce dans la ville commence à s’intensifier : le plateau de Nyarugenge devient un centre commercial important (Kasamba, 2001) avec deux marchés : le marché central de Nyarugenge et le marché de Nyamirambo qui se développe. Au début des années 1980, alors que l’urbanisation est importante, la ville compte sept marchés dont quatre urbains et trois ruraux (Préfecture de Kigali, 1978). Cependant, à cette époque encore, les marchés rwandais, ordonnés et calmes, se distinguent de ceux que l’on peut observer dans les autres pays : « sur les marchés du Rwanda et du Burundi, on est frappé par trois choses : la variation des prix dans un espace très réduit, la faiblesse des quantités vendues, en un mot la pauvreté du marché, et le manque d’ambiance comparativement à la majeure partie des pays africains » (Sirven, 1984). Du fait de son éloignement des circuits internationaux de vente, le secteur « import-export » a des difficultés à se développer dans ce pays très contrôlé par l’État.

De 1990 à 2010 : la fragmentation du type de marchés

19De 1990 à 2010, le mouvement de fragmentation des types de commerce s’accélère tandis que le nombre de marchés urbains augmente avec, en parallèle, une évolution et une complexification de la typologie de ces lieux de commerces : le nombre de marchés de quartier spontanés grandit à Douala tandis que, parallèlement, les réseaux commerciaux s’entrecroisent. Pour certains types de marchandises, les vendeurs de produits alimentaires se fournissent directement auprès des fabricants et de leurs représentants. C’est le cas, par exemple, des produits Nestlé distribués par un réseau approvisionnant les commerçants dans l’ensemble des marchés de la ville de Douala : on assiste ainsi au croisement de l’économie formelle et informelle. En effet, durant la décennie 1980, avec la crise économique et la croissance démographique, on assiste à l’explosion du nombre de marchés spontanés dans les zones d’extension de la ville. Seize nouveaux lieux de commerce sont ainsi situés dans les arrondissements périphériques. Parallèlement, l’occupation non planifiée des rues adjacentes des marchés par les installations des vendeurs ambulants s’accélère. Dans les rues qui bordent les marchés, le nombre de commerçants est peut-être aussi important que celui dans les marchés d’origine. C’est l’effet des années de crise et de l’explosion du secteur informel urbain dans les métiers du commerce et de services. Le schéma d’aménagement urbain (sdau) de 1983 révèle ainsi que le commerce occupe 20 % de la population active, soit 31 000 emplois (République du Cameroun, 1983). Face à cela, les actions de l’État sont peu nombreuses mais existent : le marché central est créé en 1982, renforçant alors New Bell comme pôle commercial central de la ville. De 1990 à 2000, les années « ville morte » entraînent un accroissement du commerce informel : on assiste à la création de douze marchés spontanés. Leur développement est lié en grande partie aux difficultés de déplacement inter-quartiers vécues par les habitants des zones excentrées. Ces facteurs conjugués sont en large partie à l’origine de la situation actuelle qui se caractérise par la saturation, la désorganisation et l’insalubrité des équipements existants, ainsi que par l’occupation généralisée des emprises de la voirie par les vendeurs et la multiplication de marchés spontanés dans les quartiers mal desservis.

  • 15 La loi n° 31/1982 du 13 septembre 1982 portant réorganisation du commerce ambulant ; arrêté ministé (...)

20À Kigali, les pôles de commerce se développent et se déplacent pour répondre au mieux à la demande d’une population migrante importante. Tout ce processus est géré et organisé par l’État rwandais qui veille à interdire tout commerce ambulant ou tout regroupement illicite de commerçants, même si, çà et là, quelques petits regroupements spontanés existent et si les commerçants ambulants sont présents dans la ville. Au milieu des années 1980, avec l’essor du commerce et la reprise en main de la planification urbaine, les autorités éprouvent le besoin de repréciser les règles de fonctionnement des marchés. L’article 2 d’une nouvelle loi15 précise alors ce qu’est un marché public : « Est marché public dans le sens de la présente loi, toute place où se rencontrent vendeurs et acheteurs aux journées et heures fixées par les pouvoirs publics pour effectuer des ventes et des achats de toutes denrées, marchandises ou objets généralement introduits par colportage. » Pour favoriser l’approvisionnement des citadins de Kigali, un certain nombre de marchés sont construits dans la ville au milieu des années 1980, à la suite des recommandations du sdau : un nouveau marché central et sept marchés de quartiers répartis suivant l’accroissement envisagé des zones urbaines. Ces travaux aboutissent à l’inauguration du marché central rénové de Nyarugenge le 23 juillet 1987, déjà totalement rempli.

21Par la suite, l’histoire des marchés de la ville reste liée aux événements sanglants de 1994. En effet, dès le début des années 1990, les marchés deviennent des lieux perméables à la crise qui traverse le pays. Dès 1993, des bombes explosent sur les marchés et autres lieux publics très fréquentés à Kigali comme à Gisenyi ou Butare (Des Forges, 1999). Par ailleurs, le marché devient un lieu d’armement en préparation des combats :

Il était aussi facile de se procurer des fusils d’assaut Kalachnikov, des grenades à main et d’autres armes de petit calibre que des fruits et légumes, et exactement aux mêmes endroits — dans les marchés locaux. Peu avant le génocide, quiconque à Kigali disposait de l’équivalent de trois dollars américains pouvait acheter une grenade au marché central et nous savons d’après les événements ultérieurs qu’il s’agissait là d’un commerce prospère » (Goose et Smyth, 1994).

  • 16 Fritscher, Frédéric, La mort sur le marché de Kigali, Le Monde, 2 juillet 1994.

Ensuite, la place du marché devient un lieu public abritant les crimes commis pendant le génocide. Comme tous les marchés publics de la ville et les espaces qui peuvent accueillir une large population (à l’instar des églises), les marchés de Kigali constituent pendant la période du génocide des lieux privilégiés de rassemblement des futurs victimes : « Ils emmenaient les gens en groupe jusqu’à un endroit public par exemple le marché comme ils l’auraient fait pour un troupeau de chèvres » (Des Forges, 1999). Ainsi, « c’était là qu’on faisait les grandes tueries et qu’on achevait tous ceux qui avaient échappé à la mort » (Mujawayo et Belhaddad, 2004) : la mort plane sur les marchés de Kigali16.

fig. 1 – Évolution de la typologie et du fonctionnement en réseau des espaces de marché de Kigali et de Douala

fig. 1 – Évolution de la typologie et du fonctionnement en réseau des espaces de marché de Kigali et de Douala

L’adaptation à la « modernité »

22Aujourd’hui à Douala comme à Kigali, il y a une adaptation du commerce à l’extension urbaine et au changement des modes de consommation. Cela se réalise avec l’apparition d’un secteur « moderne » de grande distribution, composé de filiales de grandes sociétés commerciales, chaînes de supermarchés visant une clientèle aisée, et qui vient se superposer aux deux réseaux de commerces préexistants : le secteur import-export organisé par des commerçants nationaux et le secteur informel destiné aux habitants des quartiers. Cette tension entre ces deux types d’acteurs (et de territoire) est palpable à travers la mise en perspective de l’évolution des marchés de quartier et des nouveaux types d’espaces commerciaux, plus complexes que les précédents : les centres commerciaux. En effet, le développement des centres commerciaux accroît la confrontation entre les différents secteurs de commerce (commerce international et commerce informel local) et espaces commerciaux qui s’y rattachent (centres commerciaux et marchés).

23Cette évolution est symptomatique de la volonté modernisatrice des autorités locales. Cette « modernité » est comprise par les gestionnaires urbains comme la manifestation architecturale visible de l’affirmation du pouvoir dans la construction du centre de la ville, interface matérielle et symbolique mettant en relation les centres économiques urbains des villes africaines avec les autres villes mondiales. Ce processus peut être associé à l’adoption des courants de pensées successifs véhiculés et valorisés par l’espace des flux qui dominent le monde et contribuent à propager un modèle : « l’ensemble des tentatives (et des aspirations qui les sous-tendent) qui visent à réaliser des modèles occidentaux » (Balandier, 1971) ramenant la modernité des villes africaines à leurs origines géographiques. La modernité est importée par le biais des flux spatiaux et sociaux entre les villes du continent et les métropoles occidentales, véhiculés notamment par les élites locales. D’une part, l’application de ce concept a conduit à repousser sans cesse les quartiers précaires hors de la modernité. D’autre part, l’adoption d’une vision modernisatrice a sans cesse masquer la reproduction de pratiques urbaines visant à maintenir constant l’équilibre en place entre la ville précaire et la ville « moderne » et à assurer la reproduction de la domination du régime en place. L’affirmation d’une nouvelle conception de la modernité, remplaçant la précédente, peut être ainsi vue comme un ravalement de façade ne produisant aucun effet en profondeur. Chacune des administrations successives met tout en œuvre pour valoriser un changement qui a pour but d’effacer les traces du passé et d’imposer une nouvelle étape dans le développement économique et politique de la ville.

24À Douala, depuis 2010, des changements majeurs sont intervenus dans la politique de gestion des marchés par la Communauté urbaine de Douala (cud). Cette évolution est liée au fait que la cud doit faire face aux incendies destructeurs dont les différents marchés de la ville ont été victimes ces dernières années (tabl. 3) et doit donc proposer des solutions pour reloger les commerçants. Depuis décembre 2008, une succession d’incendie met en évidence l’absence de règles de sécurité régnant sur ces marchés et questionne sur l’origine de ces événements : si l’incendie est depuis toujours le risque majeur sur les marchés, ils offrent quelques fois des opportunités « de racheter un emplacement à son attributaire » (Paulais et Wilhelm, 2000). Parallèlement, deux marchés sont volontairement rasés en 2010. Le marché Gazon, où les vendeurs de produits pharmaceutiques se retrouvent, est détruit pour laisser place à des travaux de voirie. En octobre 2010, l’intervention de la Direction de la réglementation et de la Police municipale (dirpom, anciennement Direction de lutte contre le désordre urbain–dirlut) entraîne l’incendie volontaire de plus de 800 boutiques au marché Ndogpassi, rasées pour l’occasion lors d’une descente musclée de la cud pour réglementer l’occupation de la voie publique.

tabl. 3 – Les incendies dans les marchés de Douala

date

marché

dégâts estimés

décembre 2008

Congo

40 boutiques détruites

décembre 2009

Central

200 boutiques détruites

mai 2010

Congo

10 boutiques détruites

mai 2010

Sandaga

4 boutiques détruites

octobre 2010

Ndogpassi

800 boutiques détruites

février 2011

Bonamoussadi

15 boutiques détruites

mai 2011

Mboppi

11 boutiques détruites

juillet 2012

Congo

250 boutiques détruites

octobre 2012

Mboppi

80 boutiques détruites

janvier 2013

Mboppi

1 boutique détruite

mars 2013

Bonamoussadi

33 boutiques détruites

avril 2013

Mboppi

7 boutiques détruites

juin 2013

Central

200 boutiques détruites

novembre 2013

Bonamoussadi

4 boutiques détruites

décembre 2013

Congo

15 boutiques détruites

novembre 2014

Bonamoussadi

30 boutiques détruites

novembre 2014

Madagascar

12 boutiques détruites

avril 2015

Congo

13 boutiques détruites

avril 2015

Central

15 boutiques détruites

août 2015

Congo

2 boutiques détruites

février 2016

Monkam

20 boutiques détruites

  • 17 Organisation citoyenne de la société civile qui depuis deux ans travaille sur le terrain des marché (...)
  • 18 Délibération lors de la session ordinaire du Conseil de la cud tenu le 28 juillet 2010 « autorisant (...)
  • 19 Le partenariat public/privé (système build-operate-transfer, bot) est régi par un cadre juridique a (...)
  • 20 Les chinois sont appréciés pour leur rapidité d’exécution ainsi que pour le coût de leur prestation (...)
  • 21 Créée en 1968, la société arno est une entreprise camerounaise d’import-export fondée par une famil (...)

25Face aux différents incendies et pour répondre aux accusations de mauvaise gestion, qui sont le fait d’opposants politiques ou d’ong locales telle que la Commission indépendante contre la corruption et la discrimination (comicodi, 2009)17, la cud réfléchit aujourd’hui à la reconstruction de ces marchés en recourant à des financements propres qui viendraient s’additionner à des financements privés18. Cela lui permettrait de garder ces marchés sous sa coupe et de pouvoir continuer à bénéficier des recettes qui recèlent un potentiel fiscal actuellement encore trop sous-exploité. Un projet pour le marché Congo a ainsi été présenté aux habitants récemment : la cud serait en discussion avec un promoteur privé pour constituer un partenariat public-privé19, comme cela a déjà été fait à Yaoundé, incluant un financement des commerçants (caution), de la collectivité et du privé. Il s’agirait de créer une rue piétonne et de faire un marché à deux étages. D’autres projets de marché sont annoncés : la construction de marchés à Bonamoussadi et à Ndogpassi. Des esquisses ont été réalisées par les ingénieurs chinois de la China Road and Bridge Corporation (crbc) chargée de la réalisation de projets dans la ville20. Aujourd’hui encore, ces projets de construction de marchés sont, malgré les promesses et les annonces faites par les responsables politiques, à l’étude et rien n’a abouti. Et les partenaires financiers ne semblent pas se manifester… les marchés risquent donc de ne pas faire l’objet de la modernisation promise mais toujours attendue… Dans le même temps, le processus de modernisation se marque par l’intervention du secteur privé. Dernièrement, un shopping mall, financé par un opérateur grec local (groupe arno21) à hauteur de 10 milliards à qui la cud a concédé le terrain pour construire ce centre vient d’ouvrir. Comprenant quatre étages et un sous-sol, ce centre d’affaires marque ainsi la construction du premier véritable centre commercial de Douala. Il abrite un supermarché, des salles de conférences et de banquets de 2 000 m2, des salles de commerces et de loisirs, des boutiques, des salles de jeux, des galeries marchandes et un parking de 100 places.

ill. 1 – Le nouveau « shopping mall » arno de Douala

ill. 1 – Le nouveau « shopping mall » arno de Douala

Cliché Michelon, 2015

26À Kigali, la situation a évolué depuis la période suivant le génocide de 1994. Pour les marchés, c’est le statu quo : plus aucun marché n’est construit, ni rénové. Ceux qui existaient avant (mis à part celui de Remera qui a été détruit entre-temps) perdurent sans qu’il y ait d’amélioration. L’ossature commerciale de la ville et la hiérarchie des marchés, héritées de la programmation du sdau des années 1980, assurent à la fois un lien entre la ville et la campagne (les marchés ruraux permettant aux paysans de vendre leurs denrées et d’approvisionner les marchés plus importants du centre), mais également de mailler le territoire avec l’existence de marchés de quartiers. Cependant, dans la nouvelle phase de planification du développement urbain mise en œuvre depuis le milieu des années 2000, le phénomène d’urbanisation rapide entraîne un changement total de discours des autorités sur le développement et l’organisation des activités commerciales dans la ville. Si les marchés continuent à conserver une place centrale dans l’organisation urbaine de la cité coloniale, le schéma traditionnel tend, avec le développement et l’étalement spatial de la ville, à voler en éclats.

ill. 2 – L’Union Trade Centre, le premier shopping mall de Kigali

ill. 2 – L’Union Trade Centre, le premier shopping mall de Kigali

Cliché Michelon, 2011

27La modernisation de la vie urbaine entraîne une mutation du type de commerces et une relocalisation des zones marchandes au sein des villes. Dans ce processus, la transformation du réseau de distribution commerciale constitue un levier de planification efficace. Depuis le milieu des années 2000, progressivement, de nouveaux malls modernes à étages viennent remplacer les marchés traditionnels. Répartis sur la quasi-totalité des collines de la capitale, ces nouveaux commerces matérialisent la volonté de la municipalité de moderniser l’armature commerciale de Kigali. Déjà, aujourd’hui, le Mall Union Trade Center, apparu en 2006, marque la ville de son empreinte et symbolise un nouveau mode de consommation clairement destiné à une clientèle fortunée. Dans ce centre, le plus gros détaillant du Kenya voisin, Nakumatt Supermarket, a ouvert une enseigne pour la somme de 3 millions de dollars investie dans la construction de son premier supermarché ouvert 24 heures sur 24 à Kigali. Ce lieu, composé d’un supermarché, de boutiques, d’une banque, d’un parking sous-terrain, et d’un salon de thé dernier cri (baptisé Bourbon Coffee Shop), est devenu le lieu de rencontre pour les touristes en mal d’occident et les Rwandais aisés. En outre, depuis lors, d’autres supermarchés à étages sont apparus dans la ville : la Kigali City Tower, ou encore un nouveau mall à la place de l’ancien marché central (situé sur le plateau de Nyarugenge), le Nyarugenge Market Complex. Ce dernier, qui a vu le jour en 2012, intègre les commerçants de l’ancien marché central (détruit pour permettre la construction du mall) qui ont réussi à survivre pendant les sept années de travaux où ils ne pouvaient plus vendre dans le centre de la ville. Ils ont pu obtenir une place à condition qu’ils soient aptes à payer le prix exigé, plus élevé qu’avant, pour vendre dans cette nouvelle infrastructure.

L’évolution de la place et du rôle des marchés de quartier à Douala et à Kigali

  • 22 L’explication du choix et la comparaison de ces deux types de marché de quartier est disponible dan (...)

28À Kigali, l’étude du marché du quartier Biryogo22 éclaire l’analyse du développement urbain de la ville par une approche plus locale. Les différents types d’enquêtes menées sur le marché et dans le quartier montrent comment la ville s’est développée par le passé et explique comment les transformations de l’ossature commerciale de la ville et de la planification urbaine sont vécues par les habitants.

  • 23 Un Swahili désigne tout musulman africain de la sous-région.

29Biryogo est l’un des premiers quartiers de la ville, construit en 1927, c’est alors un camp swahili23. Ce quartier a été initialement conçu comme un territoire destiné à accueillir la population indigène au service des colons, lesquels avaient décidé de la tenir éloignée du centre des activités coloniales. En outre, il est à cheval entre deux types d’urbanisation, aux caractéristiques bien distinctes : une zone tramée et une zone d’urbanisation précaire où les habitations se sont entassées à flanc de collines (carte 1).

30Plus de soixante-dix ans après sa construction, ce quartier a conservé son identité : c’est toujours le quartier musulman de la ville. Cependant, progressivement les habitations se sont précarisées et les maisons se sont répandues depuis le haut des collines vers les marais pour accueillir une population cherchant un emploi sur le plateau du centre-ville. Ces habitants ont d’ailleurs ouvert de nombreuses boutiques dans ce quartier commercial. Malgré ce développement, les infrastructures publiques restent peu nombreuses et le marché est l’un des principaux pôles de rencontre des habitants (carte 1). De plus, l’implantation du bureau des autorités locales dans ce lieu a renforcé la surveillance des activités du lieu tout en confisquant, en parallèle, l’activité commerciale.

carte 1 – Le marché Biryogo et son environnement urbain

carte 1 – Le marché Biryogo et son environnement urbain

Source : B. Michelon, 2016 ; image de fond Google Earth © 2017 Digital Globe

31En effet, dans le marché de quartier Biryogo, ce qui surprend l’observateur, dès l’entrée dans le marché, c’est le nombre très faible de commerçants qui s’y trouvent (seulement 20 % des emplacements de vente sont occupés) et la présence importante du pouvoir et de l’administration (fig. 2). Les étals ne sont pas toujours bien remplis et le marché est peu fréquenté si on le compare aux autres principaux types de marchés de la ville. Cette fréquentation correspond peu à l’image habituelle que l’on se fait de ce type d’espace, à proximité du centre-ville… Il a une petite influence à l’échelle du quartier. À Biryogo, il n’y a pas d’effervescence dans le marché ! Or, il apparaît, comme l’avaient décrit les colons belges, que ces lieux ont une importance pour l’échange de marchandises mais également pour les échanges sociaux : « Les marchés répondent à une nécessité au point de contact de régions de production différentes et dans les postes où une nombreuse population employée à d’autres besognes ne s’occupe pas de produire des vivres et autres articles nécessaires à l’existence » (Royaume de Belgique, ministère des Colonies, 1921). Un autre rapport fait état de la fonction sociale des marchés rwandais : « Le marché n’est donc pas, à proprement parler, le lieu où les indigènes se rencontrent avec les commerçants. C’est surtout entre eux qu’ils se rencontrent, pour se livrer librement à leurs échanges traditionnels, sous la surveillance discrète et la protection efficace des autorités européennes » (Royaume de Belgique, ministère des Colonies, 1923-1924).

fig. 2 – Les espaces dans le marché Biryogo : l’importance de la présence de l’État

fig. 2 – Les espaces dans le marché Biryogo : l’importance de la présence de l’État
  • 24 Juridictions populaires inspirées des anciennes assemblées villageoises. Les gacacas peuvent juger (...)
  • 25 Ces réunions ont pris fin au début de l’année 2010.

32Cette occupation spécifique des lieux se manifeste par la présence du bureau de l’administration locale dans l’enceinte du marché. Ce bureau est le point de départ de beaucoup de rencontres et d’actions communautaires. À cela s’ajoute le fait qu’une grande partie des autres espaces du marché est accaparée par le pouvoir. On dénombre également un lieu de stockage et d’entrepôt, un grand hangar vide qui tient lieu d’espace de réunion ou encore… un lieu de parking pour voitures. Outre les fonctions administratives assurées par ces autorités locales, le responsable est chargé de mettre en œuvre ce que l’on peut appeler des rituels de socialisation dans le cadre du processus de réconciliation. Le chef de cellule a un rôle de médiateur entre les autorités supérieures qui fixent les directives de développement et la population qui doit les appliquer. L’ensemble de ces activités dans le quartier s’organise à partir des bureaux situés dans le marché ou encore des espaces libres du marché qui permettent d’accueillir une large foule pour les réunions. Dans ce cadre, le rôle des autorités est, pour l’essentiel, de mener des actions collectives tout en menant un suivi individuel des habitants. Le travail du chef de cellule s’appuie sur des rituels collectifs organisant la vie locale. À ce propos, la tenue le dimanche des gacacas24 au sein du marché constitue un moment social important25 : les halles font régulièrement le plein pour accueillir ces manifestations. À cela s’ajoute le fait que le marché est le dépôt des matières premières pour les travaux de construction du District : un hangar est plein de sacs de ciment et d’autres objets nécessaires à la réalisation de travaux. Cette activité de stockage occupe par moment beaucoup d’espaces dans le marché, avec des éléments stockés au-delà même du magasin. Il arrive parfois de voir dans le marché du matériel technique qui jonche le sol, comme du fer torsadé.

ill. 3 – Une séance de Gacaca dans le marché Biryogo (B. Michelon, 2008)

ill. 3 – Une séance de Gacaca dans le marché Biryogo (B. Michelon, 2008)

33D’espace à vocation essentiellement commerçante, permettant de créer une urbanité dans ce qui était l’une des plus petites capitales du monde, le marché de Biryogo est devenu un espace de contrôle sociopolitique. L’État y mène une politique forte d’encadrement social, prêchant la réconciliation et la foi dans la modernisation de l’État et des rapports sociaux.

34À Douala, on observe un processus diamétralement opposé. Planifiés en 1955 et construits par la Société immobilière du Cameroun (sic), organisme d’État, les immeubles de cette cité étaient destinés à accueillir en majorité des employés de l’ancienne société de chemin fer regifercam et des fonctionnaires (principalement des instituteurs). Au départ, la Cité sic, avec ses maisons collectives et individuelles, était considérée comme étant « trop chère et certainement trop moderne par rapport aux habitudes d’habitat des Doualais » (Gouellain, 1975). Installée à proximité de la gare de Bessengue, elle constituait alors un îlot de modernité (au sens architectural du terme, les plans reprenant les préceptes du mouvement architectural défendu par le mouvement moderne) au milieu d’un espace marécageux. À ce moment-là, cette zone était encore située à la périphérie de la ville et n’était pas encore urbanisée. Puis, progressivement, la ville de Douala a grossi et a absorbé cette zone périphérique. De ce fait, au fur et à mesure de l’évolution urbaine, les habitants ont commencé à s’approprier la Cité sic qui s’est densifiée (carte 2). Parallèlement, les terrains vierges marécageux des environs se sont progressivement remplis d’habitations précaires. Autour de la Cité sic, « sur les terrains bassas autochtones, l’habitat spontané des allogènes a conquis des secteurs parfois marécageux comme Jourdain et Ndoghem » (Mainet, 1986). La cité moderne des années 1950, aujourd’hui vieillissante et mal entretenue, est entourée par les zones de Maképé et de Bépanda comportant de nombreux logements précaires. Elle attend toujours des opérations d’entretiens pour remettre à niveau les investissements faits à l’époque.

carte 2 – Le marché de la cité sic et son environnement urbain

carte 2 – Le marché de la cité sic et son environnement urbain

Source : B. Michelon, 2016 ; image de fond Google Earth © 2017 Digital Globe

35L’évolution du marché de la Cité sic est intimement liée à celle du quartier. Alors que tout prête à croire que ce marché doit seulement rester un petit marché pour desservir les habitants de la zone, il devient progressivement un marché de quartier important. Au fil du temps, les commerçants viennent grossir les rangs et le marché dépasse vite ses premières limites (hangar initial et ruelles alentour construites dans le cœur de l’îlot). Les commerçants se répandent alors dans les artères environnantes. Puis, au fur et à mesure de l’évolution du marché, ce sont les commerçants situés à l’intérieur du hangar qui quittent leur place pour se rendre dans les rues adjacentes (carte 3). La concurrence est trop forte pour ceux qui sont restés à l’intérieur : l’ensemble des commerçants pensent alors qu’en s’installant sur les trottoirs, ils auront une meilleure visibilité et feront de meilleures affaires en étant les premiers à rabattre les clients. Ainsi, progressivement, le hangar est étouffé par le commerce qui se tient dans la rue et les commerçants sortent tous pour exploiter les rues environnantes. En 1978, le transfert du marché Bésséké à Mboppi recentre les activités commerciales vers cette partie de la ville. La Cité sic et son marché sont alors à proximité de l’un des pôles de commerce les plus importants de la ville : cela entraîne le développement du marché de la Cité sic. Dès les années 1980, le marché est repéré comme un marché de taille importante : le sdau de 1983 fournissait un recensement de 708 personnes. C’est à cette époque que le deuxième hangar précaire voit le jour, auto-construit à l’initiative des commerçants.

carte 3 – L’évolution spatiale du marché de la Cité SIC

carte 3 – L’évolution spatiale du marché de la Cité SIC

Source : B. Michelon, 2016 ; image de fond Google Earth © 2017 Digital Globe

36Lors de sa programmation, les concepteurs du marché et les planificateurs n’ont pas prévu cette évolution. Aujourd’hui, il est coincé entre des constructions et l’on y accède par des petites ruelles à partir du nouveau hangar. Les boutiques construites sur les côtés de ce hangar sont exploitées par les femmes qui y font de la cuisine pour nourrir la population. Comme c’est le cas dans d’autres marchés de la ville, tels que celui de la Cité sic-maetur de Bonamoussadi, ce lieu a perdu progressivement sa vocation :

Pour assurer le ravitaillement des Cités sic-maetur de Bonamoussadi, Kotto et Maképé, la sic a prévu, conçu et construit un marché, une espèce de gros hangar agrémenté d’une esplanade circulaire et d’assez larges vérandas. En construisant un simple petit hangar bloqué entre une route, des résidences individuelles et un centre de soins de santé, on a sous-évalué la capacité fonctionnelle de l’équipement. Le marché a été boudé par les commerçants et, a fortiori, par les clients. Seul le christianisme protestant y a gagné. En effet, en novembre 1992, l’Église Presbytérienne Camerounaise (epc) a fondé dans ce hangar abandonné sa Paroisse d’Antioche. Les populations de Bonamoussadi ont construit leur marché sur un carrefour entouré de vastes lots de terrain (Assako Assako, 1999).

37Le marché de Madagascar suit également aujourd’hui la même trajectoire :

Si les commerçants sont encore nombreux sous les huit grands hangars construits en 1990 et financés par la Coopération Suisse dans le cadre du projet de restructuration du quartier Nylon (Banque mondiale), on assiste, depuis 1998, à une dégradation rapide du marché en raison des difficultés d’accès et à une augmentation de l’effectif des commerçants en raison de l’appauvrissement des populations de Nylon dont on estime à 70 % la proportion de sans-emploi. La débrouillardise et le petit commerce des denrées alimentaires ont souvent été le seul secteur de repli. Dans une situation de promiscuité généralisée, de nouvelles boutiques ont été construites sans respect des normes. Toutes les rues environnantes sont envahies (Hatcheu, 2006).

Et malheureusement, la programmation réalisée par la sad dans ses différents projets (notamment le dernier en date, la Cité « Les jardins du Wouri » à Bonatoumé) semble sous-estimer l’espace nécessaire aux commerçants et la place qu’il convient d’accorder à la construction d’un marché de quartier.

38Dans la Cité sic, également, la crise des années 1990 n’a fait que renforcer le nouveau mode de fonctionnement du marché qui prédomine depuis lors. Dans les rues partant du hangar central, deux barrières manuelles qui permettent de contenir le marché et d’empêcher la circulation des voitures pendant sa tenue sont aujourd’hui relevées en permanence : elles n’ont plus d’utilité, le marché ayant dépassé les premières limites qui lui étaient fixées. Les rues centrales de la Cité sic sont ainsi occupées une grande partie de la matinée (de 7 heures jusqu’à 13 heures environ, heure à laquelle le marché commence à désemplir).

39L’évolution du marché (que ce soit en termes de nombre de commerçants, de positionnement dans le réseau commercial de la ville, de situation géographique…) et l’absence d’implication de l’État posent aujourd’hui la question de la place de cet espace dans le quartier. En effet, le petit marché de quartier est progressivement passé à une taille supérieure, voyant avec le temps son périmètre s’étendre et son occupation spatiale déborder le cadre initialement prévu.

Les modes et les espaces de commerce : marché versus shopping mall

40Les liens existants entre ces types de commerces (shopping mall versus marchés) et l’évolution des marchés de quartier (expansion à Douala, phagocytage à Kigali) peuvent trouver une explication dans l’influence exercée par l’espace des flux sur les espaces des lieux et par l’appropriation (ou la non-appropriation comme à Douala) de ces flux par les gestionnaires de ces villes. Et, dans ce sens, la théorie de Manuel Castells, qui proposait à la base une lecture sensible de ces évolutions urbaines, peut ainsi être revisitée.

41Comme nous l’avons énoncé en préambule, la théorie de Castells repose sur l’existence d’une dualité et d’une superposition entre les deux types d’espaces, l’espace des lieux et l’espace des flux, sans qu’il envisage l’existence d’un lien entre eux. En 2010, il démontre l’accroissement de cette dualité, opérant dans le même temps un rapprochement entre les lieux et les flux, montrant que tous les deux contiennent des espaces, sans pour autant mettre en lumière les interrelations entre ces deux types d’espace. Interrogé sur cette relation, il affirme que « la relation antagoniste entre le sens et le pouvoir se manifeste par la dissociation croissante entre l’espace des flux et l’espace des lieux. Il y a certes des lieux dans l’espace des flux et des flux dans l’espace des lieux. Cependant, le sens, ou l’identité, se définit à partir du lieu pendant que la fonction, la richesse et le pouvoir sont définis à partir des flux ». De ce fait, il ne définit pas concrètement les influences réciproques et les chevauchements qui peuvent exister entre flux et lieux. En effet, il ajoute que « la plupart des espaces des lieux ne sont pas connectés en tant que tels aux espaces des flux » (Castells cité par Pflieger, 2006). Il mésestime les interactions locales entre l’espace des flux, comportant lui-même des espaces physiques, et l’espace des lieux.

42Or, il apparaît dans les études de cas que les marchés de quartier, espace des lieux, voient leurs destinées influencées par l’évolution de l’espace des flux. Les deux cas étudiés montrent que le frottement et la confrontation entre les deux types d’espaces ont des conséquences importantes. L’impact des flux, avec leurs aires d’influence grandissantes, entraîne l’apparition des centres commerciaux et la modernisation des termes des échanges. Au niveau local, cette dynamique de l’espace des flux se traduit fortement dans la structure spatiale et sociale des marchés de quartier tout comme dans la vie du quartier qui l’abrite et sur lequel rejaillissent les conséquences de cette évolution. Cette mise en perspective apporte également de grandes nuances dans la comparaison entre les deux contextes. À Douala, ville portuaire, l’importance croissante du commerce et des flux a entraîné, en l’absence de l’intervention de l’État, le développement de la ville et l’extension de l’influence des flux sur les quartiers hors du centre-ville. Cela se traduit par l’explosion des marchés de quartier hors de leurs enceintes initiales. À Kigali, il s’agit pour les autorités nationales d’attirer les flux de toutes sortes (absents jusqu’alors, qu’ils soient bancaires, commerciaux, etc.) et de concentrer les effets des flux sur le centre urbain pour accroître le dynamisme et la compétitivité du centre de la ville, restée longtemps une bourgade. Cette gestion de l’espace des flux a pour effet de laisser, plus ou moins, vivoter les espaces de commerce périphériques qui sont alors en concurrence avec les infrastructures de commerce modernes insérés dans les réseaux mondiaux.

43En effet, aujourd’hui, à Kigali, les équipements marchands de la ville conservent une certaine vitalité et un rayonnement, se spécialisant essentiellement dans la vente des produits vivriers nécessaires à la consommation quotidienne des habitants à revenus modestes des quartiers précaires. Cependant, les marchés de quartiers perdent petit à petit de leur dynamisme. Ils deviennent des satellites éloignés des principaux pôles d’échanges de la ville et sont confrontés à un mouvement de fond : l’avènement d’un nouveau mode de consommation et de vente, les centres commerciaux modernes, avec l’injonction faite par l’État aux habitants, quel que soit leur niveau de revenus, d’adhérer à ce nouveau mode de commerce. L’objectif avoué de l’État vise à faire de Kigali une ville globale : les autorités nationales aspirent à ce que ces nouveaux centres commerciaux viennent remplacer les marchés traditionnels pour promouvoir le commerce international. Le plus symbolique et le premier d’entre ces centres commerciaux, apparu en 2006, marque le centre-ville de son empreinte et symbolise le renouveau de la ville de Kigali. Depuis, d’autres malls ont été construits ou sont à l’étude, financés par de riches investisseurs sud-africains, kenyans ou encore rwandais de retour d’exil. Les élus souhaitent même développer un complexe commercial à étages au centre-ville à la place de l’ancien marché central détruit en 2004, qui drainait pourtant une clientèle importante. Ce mouvement s’opère sans qu’il y ait une prise en compte des différences entre la population aisée, pouvant accéder aux produits vendus dans ces espaces, et la population plus pauvre, ne le pouvant pas. Le choix politique est donc celui de l’intégration urbaine dans l’espace des flux, quitte à réserver la ville à une élite urbaine ayant les capacités (financière et relationnelle) de s’insérer dans ces réseaux, s’inscrivant dans les pratiques mises en œuvre par les régimes précédents (que ce soit les colons belges interdisant l’accès à la ville ou encore les régimes post-coloniaux prônant le paysannat), et à diminuer la part des habitants qui ne peuvent pas s’intégrer dans le système urbain (avec l’idée que les villes ne peuvent pas accueillir plus de 30 % de la population du pays). Cela explique que, en parallèle, on assiste à une implosion progressive des marchés de quartier dont l’espace intérieur est progressivement phagocyté par les autorités locales. Ils occupent l’espace destiné aux commerçants pour en faire un espace collectif de socialisation et de contrôle et n’encouragent pas la redynamisation de son activité.

44À Douala, l’effet des flux sur les marchés est inverse alors que, dans le même temps, l’intervention des gestionnaires de la ville est tout autre. En effet, la ville est dès sa construction inscrite largement dans l’espace des flux, ce qui est la vocation première du plus grand port de la sous-région. Le marché est dès lors un véritable débouché socio-économique pour la population qui cherche à tirer parti de la dynamique des flux économiques internationaux. Cependant, les évolutions récentes amplifient et accentuent cette tendance. Au processus de dissémination des espaces collectifs marchands dans la ville à partir des années 1990 (avec l’apparition de nombreux marchés spontanés le long des routes) s’ajoute l’influence croissante de l’espace des flux sur l’ossature commerciale de la ville. Dans ce cadre, l’évolution du marché de la cité SIC est hautement emblématique. Si, au départ, ce marché peut être considéré comme un marché de quartier construit en même temps que l’église ou l’école, la structure spatiale initiale, la halle couverte contenant les commerçants, a été progressivement délaissée par ces derniers avant d’être pratiquement totalement écartée de l’activité du reste du marché. C’est aujourd’hui une coquille vide, victime de ce que l’on pourrait appeler l’explosion du marché sous l’effet de la dynamique de l’espace des flux. Depuis les années 1980, en raison du contexte d’augmentation du commerce de la ville, le marché de la cité SIC est devenu un marché de « rue » perdant son caractère de marché de quartier sans pour autant trouver une nouvelle vocation commerciale capable de lui donner une cohérence. Avec l’évolution du commerce, le déplacement des marchés centraux (le marché central ayant été déplacé en raison de la construction du port), le centre de gravité de l’espace commercial de la ville s’est rapproché du marché de la Cité SIC, à proximité aujourd’hui de l’un des principaux marchés de la ville. Socialement, en l’absence de régulation par un État inactif, cette évolution se traduit par la multiplication des conflits entre vendeurs et habitants. Spatialement, cela se manifeste par l’évolution des contours physiques des espaces commerciaux de plus en plus difficiles à matérialiser. Dans un cadre plus global, cette mutation des espaces des lieux périphériques s’observe dans de nombreux carrefours de la ville, où les habitants ont pris l’habitude de pratiquer le commerce dans les rues.

45À Kigali, comme à Douala, l’influence des flux pose donc la question de la confrontation et de la coexistence à terme de ces deux systèmes, l’un destiné à une classe aisée, impliquée dans l’espace des flux, et l’autre à une population précaire. Ces transformations spatiales et économiques des marchés de la ville sont symptomatiques d’une évolution urbaine favorisant une population mobile. Cette dernière, ayant accès à une gamme de plus en plus large d’équipements marchands dispersés dans la ville, exerce, pour reprendre les mots de Castells, des fonctions autour desquelles l’espace des flux s’articule. À l’inverse, l’autre couche de la population, pauvre et moins mobile, cherche à être actrice de ces évolutions et à tirer parti des effets liés à la confrontation de l’espace des flux avec l’espace des lieux dont ils sont proches. La question du rapport des habitants avec leurs espaces proches ainsi que celle du déplacement des individus deviennent donc cruciales comme le montrent de nombreuses études :

Dans le moment même où la crise rend encore plus difficile la satisfaction des besoins de déplacement, elle en accroît la nécessité, qu’il s’agisse de dénicher un travail plus rare, d’effectuer des achats plus fréquents ou d’entretenir des réseaux de relations encore plus nécessaires. En réponse aux difficultés croissantes de déplacement, le risque est alors bien celui d’un cantonnement de nombreux citadins à leur quartier de résidence, rejetant les plus démunis dans des « trappes de pauvreté » (Diaz Olvera et al., 2007).

À Douala, l’espace des flux s’inscrit dans la continuité du développement des échanges portuaires et du développement du secteur commercial d’import-export qui a su perdurer depuis les années 1960. L’importance de l’espace des flux dans la ville se traduit aujourd’hui par la multiplication des commerçants entraînant la transformation, voire l’explosion, des marchés de quartier en marchés de rue, incontrôlés par les autorités locales, et l’apparition progressive de nouveaux centres commerciaux. À Kigali, cela se traduit par la réorganisation des marchés dans la ville, vidant les marchés de quartier au profit de marchés plus importants alors que, dans le même temps, les centres commerciaux font leur apparition. La mixité des lieux d’achat est en partie menacée par la politique des autorités. Pour autant, la cohabitation des lieux se fait progressivement, créant une nouvelle façon de vivre le commerce dans la ville.

Haut de page

Bibliographie

Assako Assako, René Joly
1999 Éléments de réflexion pour une révision de l’aménagement des villes en Afrique, Africa Spectrum, 34 (3) : 349-373.

Balandier, Georges
1971 Réflexions sur une anthropologie de la modernité, Cahiers internationaux de sociologie, ns 51 (juillet-décembre) : 197-211.

Castells, Manuel
1999 L’ère de l’information, t. 2 : Le pouvoir de l’identité (Paris, Fayard).
2010Globalisation, networking, urbanisation : reflections on the spatial dynamics of the information age, Urban studies, 47 (13) : 2737-2745. DOI : 10.1177/0042098010377365.

comicodi (Commission indépendante contre la corruption et la discrimination)
2009 Voici la vérité sur l’incendie du marché de Douala (Douala, comicodi).

Commissariat de la République française au Cameroun
1927 Guide de la colonisation au Cameroun (Paris, Émile Larose).

Des Forges, Alison
1999 Aucun témoin ne doit survivre : le génocide au Rwanda (Paris, Karthala).

Diaz Olvera, Lourdes, Plat, Didier et Pochet, Pascal
2007 Mobilité quotidienne en temps de crise, Belgeo – Revue Belge de Géographie, 2007-2 : 173-187. DOI : 10.4000/belgeo.11255.

Frei, Otto et Burkhardt, Berthold
2009
Occupying and connecting : Thoughts on territories and spheres of influence with particular reference to human settlement (Stuttgart, Axel Menges).

Gombay, Christie
1994
Eating cities : urban management and markets in Kampala, Cities, 11 (2) : 86-94. DOI : 10.1016/0264-2751(94)90112-0.

Goose, Stephen et Smyth, Frank
1994Arming genocide in Rwanda : the high cost of small arms transfers, Foreign Affairs, 73 (5) : 173-179.

Gouellain, René
1975 Douala, ville et histoire (Paris, Institut d’ethnologie, Musée de l’Homme).

Hatcheu, Emil Tchawe
2006 Marchés et marchands des vivres à Douala (Paris, L’Harmattan).

Institut panafricain pour le développement
1966 Étude sur le commerce à Douala (Douala, ipd).

Kasamba, Scholastique
2001 Problématique des marchés urbains dans la Préfecture de la ville de Kigali : étude de cas du marché central de Nyarugenge, mémoire de maîtrise, Butare, Université nationale du Rwanda.

Lugan, Bernard
1977 Le commerce de traite au Rwanda sous le régime allemand (1896-1916), Canadian Journal of African Studies/Revue Canadienne des Études Africaines, 11 (2) : 235-268. DOI : 10.1080/00083968.1977.10803773.

Mainet, Guy
1986 Douala : croissance et servitudes (Paris, L’Harmattan).

Maximy, René de
1987 Les marchés, facteurs et témoins de l’urbanisation, Cahiers des Sciences Humaines, 23 (2) : 319-331.

Michelon, Benjamin
2016 Douala et Kigali, villes modernes et citadins précaires en Afrique (Paris, Karthala).

Mujawayo, Esther et Belhaddad, Souâd
2004 SurVivantes : Rwanda, histoire d’un génocide. Suivi de Entretien croisé entre Simone Weil et Esther Mujawayo (La tour d’Aigues, Éditions de l’Aube).

Nduwayezu, Jean Damascène
1987 Transports routiers et développement du Rwanda, thèse de doctorat, université Bordeaux III.

Ogunsanya, A.A
1984 Urban markets as freight nodes in the Lagos Metropolis, Habitat International, 8 (3-4) : 173-179. DOI : 10.1016/0197-3975(84)90050-X.

Owona, Adalbert
1996 La naissance du Cameroun 1884-1914 (Paris, L’Harmattan).

Paulais, Thierry et Wilhelm, Laurence
2000 Marchés d’Afrique (Paris, Karthala).

Pflieger, Géraldine
2006 De la ville aux réseaux : dialogues avec Manuel Castells (Lausanne, Presses polytechniques et universitaires romandes).

Préfecture de Kigali
1978 Monographie de la Préfecture de Kigali.

Royaume de Belgique, ministère des Colonies
1921-1960 Rapport présenté par le gouvernement belge au conseil de la Société des nations au sujet de l’administration du Ruanda-Urundi pendant l’année (Genève, Société des Nations.

Royaume de Belgique
1924-1962 Bulletin officiel du Ruanda-Urundi (boru).

République du Cameroun
1983 Schéma directeur d’aménagement et d’urbanisme de Douala (Douala/Paris, Projet urbain fac).

République française
1934 Rapport annuel du Gouvernement français à l’Assemblée générale des Nations Unies sur l’administration du Cameroun : placé sous la tutelle de la France (Paris, Ministère des Colonies).

Sirven, Pierre
1984 La sous-urbanisation et les villes du Rwanda et du Burundi (Paris, L’Harmattan).

Haut de page

Notes

1 Le marché du Mont-Bouët à Libreville en octobre 2014, le marché de Kantamanto à Accra en mai 2013, le marché d’Adawlato à Lomé en janvier 2013, le marché central de Bujumbura en janvier 2013, le Petit Marché de Niamey en janvier 2012.

2 Douala étant la capitale économique du Cameroun alors que Kigali est la capitale politique et économique du Rwanda.

3 Arrêté fixant le prix de location des emplacements pour l’édification de boutiques sur le marché de Douala du 3 mars 1926.

4 Où on trouvait surtout les produits de l’agriculture, de l’élevage et de l’artisanat traditionnel.

5 Ordonnances 31 et 32 du 25 mai 1925 du Commissaire royal dans le territoire du Ruanda-Urundi relatives à l’établissement des marchés publics et indigènes.

6 Tailleurs, couturières, réparateurs…

7 Convoi spécial transportant les marchandises.

8 Règlement n° 7/AE du 24 décembre 1943 établissant des marchés publics et indigènes au Rwanda : mardi, jeudi et dimanche.

9 Règlement n° 3/AE et 4/AE du 21 avril 1938 autorisant la construction de certains marchés publics et indigènes ; règlement n° 7/AE du 24 décembre 1943 établissant des marchés publics et indigènes au Rwanda ; règlement n° 3/AE du 21 mars 1947 modifiant des marchés publics et indigènes au Rwanda ; décision n° 15/AE du 7 octobre 1949 modifiant des marchés publics et indigènes au Rwanda.

10 À noter que Pierre Sirven (1984) donne également le chiffre de 7 marchés en 1982, mais la liste n’est pas la même que la source utilisée pour faire la classification. Deux marchés apparaissent : Cyahafi (certainement celui que l’on appelle aujourd’hui Gakinjiro) et Gikondo (qui sera construit après la réalisation du SDAU) à la place de Kinyinya et Rugarama.

11 Articles 33 à 37 de l’Arrêté réglementant le service d’hygiène de la ville de Douala du 25 février 1933.

12 Articles 15 à 19 de l’Arrêté fixant les règles générales d’hygiène et de salubrité publique à appliquer dans le territoire du Cameroun sous mandat français du 1er octobre 1937.

13 Marché d’Aviation ou marché de plantain, marché de poisson, marché Mbopi, marché New Deido, marché Madagascar — en précaire —, marché Cité SIC, marché des femmes et des chèvres, marché de Bépanda Bonéwanda (supprimé en 1998), marché New Deido (construit en 1975 puis incendié et reconstruit en 1986), marché New Bell Gare central, marché Lagos II (détruit en 1982 remplacé par le Marché Central), marché Bonassama.

14 Ces marchés de quartiers naissent et répondent à un triple besoin : tout d’abord, la nécessité pour un certain nombre d’habitants d’exercer une activité lucrative, la création d’un espace à caractère social, d’échange et de dialogue, notamment à travers le marchandage, et, enfin, la distribution des produits alimentaires au plus proche de la population qui, bien souvent, a de moins en moins les moyens de se déplacer alors que l’extension urbaine s’amplifie.

15 La loi n° 31/1982 du 13 septembre 1982 portant réorganisation du commerce ambulant ; arrêté ministériel n° 004/15.01/82 définissant les mesures d’exécution de la loi n° 31/1982 du 13 septembre 1982.

16 Fritscher, Frédéric, La mort sur le marché de Kigali, Le Monde, 2 juillet 1994.

17 Organisation citoyenne de la société civile qui depuis deux ans travaille sur le terrain des marchés des grandes villes.

18 Délibération lors de la session ordinaire du Conseil de la cud tenu le 28 juillet 2010 « autorisant le délégué du Gouvernement à lever les financements auprès du Fonds spécial d’équipement et d’intervention intercommunale (Feicom) et des opérateurs privés pour la construction et la réhabilitation de certains marchés vivriers de la ville de Douala ».

19 Le partenariat public/privé (système build-operate-transfer, bot) est régi par un cadre juridique articulé autour de la loi n° 2006/01 2 du 29 décembre 2006 fixant le régime général des contrats de partenariat.

20 Les chinois sont appréciés pour leur rapidité d’exécution ainsi que pour le coût de leur prestation. À Douala, de nombreux chantiers ont été exécutés par la China Road and Bridge Corporation. Par exemple, les travaux situés entre le passage à niveau de Nyala jusqu’à Pk 12, prévu pour 24 mois, ont été réalisés en 21 mois. La route Gallieni, longue de 2,9 km a été réalisée en six mois, soit deux mois d’avance sur le délai arrêté. Les tronçons Pk 10-Pk 14, Ndokotti-Nyala ou Rond point ccc-embranchement Shell village sur l’axe lourd Douala-Yaoundé, l’avenue Paul Soppo Priso, Rond Poulen et la liaison Kotto immeuble figurent également au nombre de ces multiples réalisations dans la capitale économique.

21 Créée en 1968, la société arno est une entreprise camerounaise d’import-export fondée par une famille d’origine grecque.

22 L’explication du choix et la comparaison de ces deux types de marché de quartier est disponible dans le livre de Benjamin Michelon, 2016.

23 Un Swahili désigne tout musulman africain de la sous-région.

24 Juridictions populaires inspirées des anciennes assemblées villageoises. Les gacacas peuvent juger tous les auteurs présumés du génocide, sauf les planificateurs et les violeurs, jugés par les tribunaux conventionnels.

25 Ces réunions ont pris fin au début de l’année 2010.

Haut de page

Table des illustrations

Titre fig. 1 – Évolution de la typologie et du fonctionnement en réseau des espaces de marché de Kigali et de Douala
URL http://journals.openedition.org/ateliers/docannexe/image/10386/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 544k
Titre ill. 1 – Le nouveau « shopping mall » arno de Douala
Crédits Cliché Michelon, 2015
URL http://journals.openedition.org/ateliers/docannexe/image/10386/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 736k
Titre ill. 2 – L’Union Trade Centre, le premier shopping mall de Kigali
Crédits Cliché Michelon, 2011
URL http://journals.openedition.org/ateliers/docannexe/image/10386/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 704k
Titre carte 1 – Le marché Biryogo et son environnement urbain
Crédits Source : B. Michelon, 2016 ; image de fond Google Earth © 2017 Digital Globe
URL http://journals.openedition.org/ateliers/docannexe/image/10386/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 2,7M
Titre fig. 2 – Les espaces dans le marché Biryogo : l’importance de la présence de l’État
URL http://journals.openedition.org/ateliers/docannexe/image/10386/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 632k
Titre ill. 3 – Une séance de Gacaca dans le marché Biryogo (B. Michelon, 2008)
URL http://journals.openedition.org/ateliers/docannexe/image/10386/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 676k
Titre carte 2 – Le marché de la cité sic et son environnement urbain
Crédits Source : B. Michelon, 2016 ; image de fond Google Earth © 2017 Digital Globe
URL http://journals.openedition.org/ateliers/docannexe/image/10386/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Titre carte 3 – L’évolution spatiale du marché de la Cité SIC
Crédits Source : B. Michelon, 2016 ; image de fond Google Earth © 2017 Digital Globe
URL http://journals.openedition.org/ateliers/docannexe/image/10386/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 1,5M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Benjamin Michelon, « « Shopping mall » et « modernisation » des villes africaines : les cas de Douala (Cameroun) et Kigali (Rwanda) », Ateliers d'anthropologie [En ligne], 44 | 2017, mis en ligne le 06 décembre 2017, consulté le 17 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/ateliers/10386

Haut de page

Auteur

Benjamin Michelon

Chercheur à la Communauté d’études pour l’aménagement du territoire de l’École polytechnique de Lausanne (EPFL)
b.michelon@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Ateliers d'anthropologie – Revue éditée par le Laboratoire d'ethnologie et de sociologie comparative  est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo LESC - Laboratoire d’Ethnologie et de Sociologie Comparative
  • Logo Maison René Ginouvès - Archéologie & Ethnologie
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals