Navigation – Plan du site

La construction sociale de la réalité dans un centre commercial : ordres de réalité concurrents et négociation de l’ordre social

The social construction of reality in a shopping mall: concurrent orders of reality and negotiation of the social order
Thibaut Besozzi

Résumés

À partir de l’étude ethnographique d’un centre commercial situé en cœur de ville, dans lequel nous nous sommes immergé durant huit mois, et où s’est érigé, au quotidien, un phénomène d’appropriation de l’espace et de sociabilité primaire par la présence de personnes âgées socialement vulnérables, nous montrons la complexité de la réalité des galeries marchandes. Cette réalité résulte d’un construit social quotidien, à la fois pratique et mental, qui diffère pour les divers individus qui s’y engagent. En effet, à l’intérieur du centre commercial Saint-Cyprien, nous avons répertorié trois « ordres de réalité » — institutionnel, conventionnel, informel — qui attestent de cette complexité et entrent en concurrence pour définir « la » réalité des galeries marchandes. L’ordre social localisé est le produit d’une négociation, plus ou moins conflictuelle, entre ces différentes manières de définir et de pratiquer les galeries marchandes.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Nous nous sommes immergé au sein de plusieurs centres commerciaux sur une durée cumulée de douze mo (...)
  • 2 Sur les modalités d’appropriation de l’espace public, cf. W. F. Whyte (2002), N. Hossard et M. Jarv (...)
  • 3 Ou bien peu compte tenu du temps qu’ils passent dans cet espace à vocation économique.

1Cet article s’appuie sur une recherche ethnographique menée dans plusieurs centres commerciaux du nord-est de la France1 (Besozzi, 2017). Dans les centres commerciaux de centre-ville que nous avons étudié, nous avons remarqué la présence régulière des mêmes personnes, aux mêmes horaires, et aux mêmes endroits. Il s’agit de personnes âgées qui s’approprient2 les « micro-espaces d’immobilité » à l’intérieur des centres commerciaux (fauteuils disposés en « aire de repos », rambardes, sièges et bancs divers), et ce, de manière quasi quotidienne et sans effectuer d’achat3. Nous les appellerons les « habitués ». Ces derniers détournent (Certeau, 1990) l’usage et le sens conventionnel du lieu pour le transformer, contre toute attente, en lieu de rencontre et de discussion au quotidien. Ensemble, ils construisent une réalité alternative (non marchande et fondée sur la sociabilité) à l’intérieur des shopping centers : une réalité propre à leur « petit monde » sur laquelle nous avons concentré notre travail ethnographique, et qui ne va pas sans poser de problèmes à l’institution dont les fins sont avant tout marchandes.

  • 4 Nombreux sont les habitués qui ont commencé à venir au centre commercial juste après le décès de le (...)

2Les personnes âgées qui ont été nos informateurs durant ce travail sont en proie à une pluralité de formes de déprise (Caradec, 2005) qui nécessite qu’elles s’adaptent au quotidien pour (re)structurer leurs repères à travers des routines, pour (re)composer leur identité par des « supports » de multiples natures (Martuccelli, 2002). Sans revenir de manière exhaustive sur ces formes de déprise caractéristiques des habitués, nous devons au moins préciser deux éléments particulièrement saillants. D’une part, ces derniers sont quasiment tous retraités et appartiennent aux catégories sociales défavorisées, c’est-à-dire qu’ils ne vivent pas dans un confort remarquable, au contraire : la précarité qui émerge de cette situation s’illustre par leur relative pauvreté économique, l’exiguïté de leur logement, leurs difficultés de santé, etc. D’autre part, ils sont tous en proie à la solitude, à des degrés divers, notamment du fait de leur veuvage parfois récent4, du départ des enfants de la maison parentale, ou de l’effritement des relations issues de la sphère professionnelle. Même si nous privilégions ici une analyse synchronique et située de la construction sociale de la réalité dans les galeries marchandes, il faut garder à l’esprit que l’inscription quotidienne des habitués dans le Centre — et la sociabilité qu’ils y déploient (Besozzi, Marchal, 2013) — se comprend à partir de la déprise et des ruptures biographiques qu’ils subissent ou ont subies.

  • 5 Sur la figure 1, les aires de repos appropriées par les habitués sont surlignées en vert.

fig. 1 – Plan du centre commercial Saint-Cyprien5

fig. 1 – Plan du centre commercial Saint-Cyprien5
  • 6 Il conviendrait de maintenir les guillemets aux nominations que nous employons : « clients », « pro (...)

3À partir de l’étude détaillée du discours, des pratiques et des significations que les habitués accordent au centre commercial qu’ils fréquentent, nous souhaitons montrer, d’une part, que la réalité sociale des galeries marchandes d’un centre commercial n’est pas univoque : elle ne relève pas uniquement de l’ordre institutionnel et des usages conventionnels (consuméristes) qui la définissent officiellement. En effet, lorsqu’on observe la vie des galeries marchandes au plus près de sa réalité quotidienne, on y remarque que les habitués ne correspondent pas aux attentes institutionnelles ni ne relèvent des rôles définis de « clients »6 ou « consommateurs » de ces espaces économiques : qui sont ces personnes ? Quelles sont leurs définitions et pratiques alternatives du lieu ? En quoi s’opposent-elles aux usages conventionnels ? D’autre part, après avoir mis en lumière cette pluralité de définitions et de pratiques du lieu — qui peuvent être concurrentes —, nous insisterons sur le fait que la réalité sociale, même dans un espace aussi rationalisé et institutionnalisé qu’un centre commercial, résulte d’une coconstruction (plus ou moins conflictuelle) par les divers acteurs qui s’y côtoient : c’est-à-dire d’une négociation de l’ordre social (Strauss, 1992) entre les différentes parties en coprésence. Quelle est l’attitude des agents de l’institution et des clients face à ces pratiques inattendues ? Quelle est l’attitude des habitués face aux clients et aux représentants du centre commercial ? Comment se concrétisent ces rapports dans les interactions ?

4Dans la lignée des travaux de J.-M. Poupard (2005), nous partons donc de l’appropriation de l’espace et de la sociabilité des habitués du Centre pour décrire la construction d’une réalité sociale alternative au sein des galeries marchandes. Si de nombreux travaux se sont déjà intéressés à la vie sociale qui s’érige potentiellement dans les malls ou autour des pratiques de consommation (Capron, 1998 ; Chevalier, 2007a et b ; Le Renard, 2010 ; Cary, 2012), ils se sont majoritairement centrés sur les pratiques sociales des clients. À l’inverse, nous proposons ici de nous focaliser sur une population qui n’est quasiment pas cliente du lieu, ou, à tout le moins, qui n’est absolument par rentable pour l’institution commerciale. En ce sens, il s’agit plutôt de pratiques de « résistance » dans le mall au sens de T. Harroud (2016).

5Mais avant de décrire les ordres de réalité qui s’imbriquent au quotidien dans les galeries marchandes et en définissent ensemble l’ordre social, il convient d’abord de préciser les trois dimensions structurelles par lesquelles on doit définir sociologiquement un centre commercial. Car chacun des ordres de réalité que nous allons présenter s’appuie sur l’une de ces dimensions pour définir le centre commercial et s’y engager.

Le centre commercial comme institution marchande accessible au(x) public(s)

  • 7 Sur les « attentes conventionnelles », cf. Goffman, 2013.

6D’abord, il convient de prendre en considération la dimension institutionnelle des centres commerciaux, avec tout ce que cela implique : une organisation rationalisée en vue d’objectifs bien définis, des agents aux diverses fonctions destinés à tendre vers ces objectifs, une hiérarchie, un règlement et des sanctions prévues en cas de non-respect des « attentes conventionnelles »7. C’est-à-dire que nous sommes ici dans un lieu qui prescrit des comportements, en dissuade d’autres, contrôle les usages qui s’y déploient (par les agents de sécurité, les caméras de sécurité, le règlement intérieur, etc.), et ce, d’une manière pensée, réfléchie, rationalisée. L’ordre de réalité qui s’appuie sur cette dimension du shopping center n’est autre que celui des professionnels de l’institution (agents de sécurité, hôtesses d’accueil, personnel d’entretien, commerçants, agents de la direction).

  • 8 Sur la rationalisation des centres commerciaux, voir le reportage de France 3 sur le centre commerc (...)

7Ensuite, c’est la dimension économique et marchande de cette organisation qu’il faut considérer : la priorité exclusive d’un centre commercial est bien de prescrire des pratiques marchandes, de faire du profit, et pour cela de se rendre attractif, parfois en organisant des événements qui ne rapportent pas directement d’argent (défilé de mode, rencontre avec une équipe sportive locale, atelier de maquillage pour les enfants, etc.), mais qui permettent de drainer des individus dans les galeries — des citadins qui se muent potentiellement en consommateurs. Tout ce qui est fait dans un centre commercial est fait pour le centre commercial, c’est ainsi que se développe la rationalisation de l’organisation : rien n’est laissé au hasard, tout est pensé en amont par rapport aux retombées économiques que cela pourrait avoir8. C’est dans cette fonctionnalité marchande que s’inscrit l’ordre de réalité des clients, qui font un usage utilitaire du lieu, quelle que soit leur diversité par ailleurs (shopping vestimentaire, courses alimentaires, repérage et « lèche-vitrines », etc.).

  • 9 R.F. Freitas (1996) ou encore J.-M. Poupard (2005) montrent bien que l’hospitalité et le confort pr (...)

8Enfin, c’est l’aspect semi-public (ou semi-privé) du lieu qu’il est important de prendre en compte dans la définition structurelle d’un centre commercial : si les galeries du Centre relèvent juridiquement du privé — elles appartiennent à un syndicat de copropriétaires qui dirigent le centre commercial —, elles restent évidemment accessibles au(x) public(s) et se disposent directement comme des prolongements de la rue, particulièrement dans le cas des shopping centers localisés en centre-ville. Si bien qu’on peut remarquer une tension entre ces deux pôles (public-privé), tension qui fait l’originalité de la situation observée dans le Centre puisque c’est sur l’accessibilité du lieu et le confort « offert » à la clientèle9 que s’appuient les habitués pour s’engager de manière alternative dans les galeries marchandes. C’est donc sur cette dimension des centres commerciaux que l’ordre de réalité informel des habitués se fonde et se perpétue au quotidien.

Trois ordres de réalité au sein des galeries marchandes : professionnels, clients et habitués

9Dans la direction avancée par P. Berger et T. Luckmann (2006), nous définissons un « ordre de réalité » comme une combinaison de manières de vivre une situation ou un espace, à la fois sur le plan pratique et sur le plan symbolique, autrement dit, de lui accorder du sens et de l’utiliser concrètement. Cette conception pragmatique de la réalité sociale (James, 2010) est à mettre en relation avec les concepts de « systèmes de pertinence » de A. Schütz (2009) — au niveau subjectif et phénoménologique — et de « définition de la situation » de E. Goffman (1973) — au niveau interactionnel.

10La vie quotidienne des galeries marchandes du centre Saint-Cyprien résulte de l’interaction de différentes personnes qui n’ont pas le même vécu (pratique et mental) du lieu ni les mêmes objectifs dans ce lieu : leur système de pertinence et leur définition de la situation diffèrent et constituent leur « ordre de réalité » localisé. Ces personnes peuvent grosso modo se distinguer en trois catégories possédant chacune leur manière définie de penser, d’agir et de sentir à l’intérieur des galeries marchandes (les professionnels de l’institution, les clients et les habitués). Ainsi, pour différencier les ordres de réalité qu’ils constituent, nous allons successivement décrire les professionnels, les clients et les habitués en fonction des critères suivant : leur rapport à l’espace (pratique, sensoriel, visuel) ; leur rapport aux autres (discussions, interactions, degré de personnalisation des rapports) ; leur apparence (vestimentaire, corporelle) ; la signification qu’ils accordent au lieu (symbolique et représentation du centre commercial).

Un ordre de réalité institutionnel : le Centre vécu par les professionnels

  • 10 Collégiens et lycéens aiment se rendre dans les galeries, à deux ou en groupe, pour « traîner » dan (...)
  • 11 À moins qu’ils ne rencontrent une personne qu’ils connaissent personnellement (ce qui est un cas li (...)

11Il existe d’abord une catégorie d’acteurs directement visibles à l’intérieur des centres commerciaux, il s’agit des professionnels, c’est-à-dire toutes les personnes qui travaillent dans ou pour le Centre : c’est un ordre de réalité institutionnel. De fait, les professionnels sont moins âgés que les habitués (dans la mesure où les habitués sont très majoritairement retraités) et plus âgés que les jeunes clients du Centre (collégiens et lycéens)10. Si les professionnels renvoient à une multiplicité de rôles et de statuts au sein de l’institution — comme nous l’avons déjà dit —, ils peuvent néanmoins être identifiés selon la même catégorie idéale-typique dans la mesure où ils s’inscrivent sensiblement de la même manière dans le centre commercial. En effet, les professionnels développent une connaissance indigène des lieux qui résulte de leur participation quotidienne à la vie du Centre. Ils ont d’ailleurs accès à des parties du Centre que les clients et les habitués ne connaissent pas (bureaux de la direction, accès réservés offrant des raccourcis entre les différents couloirs des galeries, accès au souterrain où arrivent des livraisons, etc.). De fait donc, ils ont une certaine perception des lieux et accordent un sens spécifique à l’institution qui n’est plus alors pour eux un espace d’approvisionnement et de consommation, mais bien un organisme de travail, un lieu d’activité professionnelle qui a ses objectifs précis. Aussi, ces professionnels, quelle que soit leur position dans l’institution, se concentrent sur les missions formelles attenantes à leur rôle professionnel : surveiller pour les vigiles (« Jeunes gens, il ne faut pas rester assis par terre, c’est interdit ici »), nettoyer pour le personnel d’entretien, informer et renseigner pour les hôtesses (« Bonjour, où est-ce que se trouve la boutique de bijoux ? – Bonjour, vous la trouverez à l’étage, sur votre droite »), vendre pour les commerçants (« Bonjour, je peux vous aider ? – Combien ça coûte ? »), diriger pour la direction, etc. En dernier ressort, c’est la rentabilité du Centre qui est visée. Ainsi, lorsqu’ils interagissent avec d’autres personnes, c’est le plus souvent leur rôle professionnel qui structure l’interaction et l’objectif de l’interaction11.

12L’uniforme que porte chacun des agents du Centre est d’ailleurs là pour signifier le rôle précis qui lui incombe. Leur position dans l’organisation et leurs objectifs professionnels sont clairement définis (institutionnellement) et se traduisent par leur apparence corporelle (leur attitude) et vestimentaire. Par exemple, dans le Centre, les agents de sécurité se divisent en deux groupes : l’un pour la surveillance des usagers (vêtu d’un uniforme bleu et blanc), l’autre, la « sécurité-incendie » (vêtu d’un uniforme jaune et bleu), est plus attentif au fonctionnement des engins techniques des galeries (ascenseurs, escalators, lumières, poubelles, etc.). Les hôtesses, par opposition aux vigiles, sont cantonnées à l’accueil, elles portent également un uniforme qui indique directement leur appartenance à l’institution : les vêtements sont ici de véritables « porte-identité » indiquant l’identité sociale du porteur (Goffman, 1975). Le rôle des hôtesses d’accueil est multiple : informations, services divers, vente de billets de spectacle, etc. En revanche, les personnes de la direction du Centre n’ont pas d’uniforme conventionnel — si ce n’est le costume-cravate normalisé —, mais ils sont reconnaissables à leur attitude corporelle dont le schéma typique est le suivant : ils traversent les galeries marchandes d’une porte à l’autre d’un pas pressé et sans lever les yeux, ou bien ils discutent avec certains commerçants, sans faire attention aux marchandises en vente. Si l’attitude et le vêtement de ces derniers ne laissent pas clairement paraître leur fonction institutionnelle, ils ne correspondent pas, en tout cas, à l’attitude des clients, ni à celle des habitués : ils sont donc aisément identifiables, particulièrement grâce à la récurrence des observations.

13Pour sa part Mohamed, agent de sécurité du Centre depuis onze ans, circule toute la journée dans les galeries à pied, démarche raide et yeux aux aguets. Son regard et son attention ne sont évidemment pas tournés vers les vitrines et les articles en vente, mais bien plutôt sur les éventuels écarts au règlement intérieur (ne pas se mettre assis par terre, ne pas dormir dans les aires de repos, ne pas consommer d’alcool dans les galeries, etc.) ou les débordements bruyants de quelques jeunes chahutant dans les couloirs du Centre. Il sait d’ailleurs mieux que quiconque à quels endroits du Centre sont susceptibles d’éclater des altercations entre jeunes ou des actes illégaux (revente de stupéfiants par exemple, à l’une des sorties du Centre). À l’instar des autres professionnels, il s’appuie sur le règlement de l’institution pour faire valoir sa position et ses injonctions. Ce n’est pas autre chose qu’atteste M. Ben Ali (un commerçant de prêt-à-porter) par ces propos : « Des fois, il y a du bruit dans les fauteuils là, à côté du magasin… et les clients, ça leur coupe le fil, ils sont perturbés. » Derrière ce type de remarque, ce sont les objectifs professionnels qui s’affichent et qui sont soutenus par l’institution. Ainsi, les professionnels définissent la situation par rapport aux objectifs marchands que vise le Centre et à leur mission plus précise dans l’organigramme : pratiques, perceptions et définitions du lieu sont étroitement liées à cette position institutionnelle.

Un ordre de réalité conventionnel : le Centre vécu par les clients

  • 12 Sur la figure du « client », de la « ménagère » ou encore du « consommateur », cf. l’ouvrage de M.  (...)

14En se concentrant sur d’autres acteurs, nous observons un ordre de réalité conventionnel qui correspond à l’ordre social des clients. Il s’agit là de l’usage et du sens conventionnel qui sont attachés à ce type d’espace économique urbain. C’est-à-dire que les clients déploient des pratiques et des représentations tout à fait fonctionnelles, utilitaires, marchandes, qui correspondent aux « attentes conventionnelles » dans les centres commerciaux. Certes, les clients affichent aussi une hétérogénéité de conditions sociales sur laquelle nous n’allons pas insister ici12, la construction idéale-typique nous invite à analyser ce qu’ils ont en commun, et non ce qui fait leur différence par ailleurs. Aussi, c’est bien plutôt la figure du client que nous décrivons ici.

  • 13 « Appelons socialité primaire ce type de rapport social dans lequel la personnalité des personnes i (...)
  • 14 D’après les statistiques produites pas la direction du Centre, la moyenne d’âge des clients est de (...)

15Les consommateurs affichent des comportements qui corroborent la norme d’« inattention civile » mise en évidence par E. Goffman (2013). Autrement dit, l’anonymat est une norme observable et prégnante qui définit l’engagement des clients dans les galeries marchandes. Dans les termes de A. Caillé, ils attestent une « socialité secondaire »13 en s’adressant aux agents de l’institution ou aux commerçants pour obtenir un renseignement directement utile. C’est-à-dire que les consommateurs ne sont pas ici pour faire des rencontres, moins encore pour travailler : les motifs de leur présence résident dans la fonctionnalité pratique qu’ils trouvent au lieu, en termes de consommation : c’est d’ailleurs ce que le Centre représente lorsqu’on les interroge (« C’est pratique pour acheter plusieurs choses au même endroit » ; « Oui, j’aime bien venir ici, c’est une bonne ambiance pour faire son shopping » ; « Je dépense beaucoup d’argent ici… on est sûr de pouvoir trouver ce qu’on cherche »). Les « consommateurs » sont généralement moins âgés que les habitués14. Leur rapport à l’espace est beaucoup moins immobile que celui des habitués, leurs pas sont tendanciellement plus rapides et leurs échanges discursifs (lorsqu’ils en ont) sont plus courts. Quand deux clients qui se connaissent se croisent dans les galeries, ils s’arrêtent rarement plus de quelques minutes pour bavarder, quand ce n’est simplement pour se saluer en quelques secondes.

16Leur usage des fauteuils des aires de repos est lui aussi conventionnel (en ce sens qu’il correspond aux attentes de l’institution). En effet, lorsqu’ils sont utilisés par les clients, les fauteuils et rambardes des aires de repos ne le sont pas du tout de la même manière que par les habitués. Ici encore, l’aspect utilitaire préside à l’usage des espaces de détente : un usage court, anonyme et fonctionnel (manger un sandwich, écrire un sms ou passer un coup de téléphone, attendre son conjoint, un(e) ami(e), etc.). De fait, le temps que passent les clients sur les sièges et les interactions qu’ils engagent dans l’aire de repos sont nettement limités comparés aux pratiques des habitués. C’est ce que souligne Mohamed, qui connaît bien la vie des galeries et indique au passage sa définition du « vrai client » : « Pour moi un vrai client c’est un client qui consomme. Il y en a, parmi ceux qui squattent le Centre, qui viennent faire leurs courses au supermarché, mais ils restent longtemps après. Les vrais clients, ils n’ont pas le temps de s’asseoir ! »

17Par ailleurs, l’apparence des consommateurs est généralement plus soignée que celle des habitués dans la mesure où ces derniers sont relativement précaires et n’effectuent pas de shopping ici. Par conséquent, le système de pertinence des clients se concentre sur les éléments économiques : ces derniers prêtent attention aux vitrines, aux prix, aux objets de consommation, à leur liste de courses, ou éventuellement aux vendeurs qui peuvent les renseigner. C’est dire si, pour les clients, la réalité du centre commercial se réduit souvent à celle d’un lieu d’achats où s’approvisionner en marchandises de natures diverses. Ainsi, c’est bien l’usage et la perception marchande, utilitaire et fonctionnelle du lieu qui caractérisent l’ordre de réalité des clients.

Un ordre de réalité informel : le Centre vécu par les habitués

18Tout à fait différent est l’ordre de réalité informel constitué par les habitués. Situé en dehors des attentes institutionnelles et contrastant avec les usages conventionnels du lieu, l’ordre de réalité des habitués s’inscrit discrètement dans le Centre et vient perturber l’ordre social des galeries marchandes. À l’intérieur du centre commercial Saint-Cyprien, ce sont environ quatre-vingt personnes qui composent cette population d’habitués. Néanmoins, ils ne sont pas tous présents aux mêmes moments ni aux mêmes endroits du Centre, mais ils constituent ensemble, par leur présence et leurs interactions, un groupe d’interconnaissance partageant le même « univers symbolique de significations » (Berger et Luckmann, 2006). Un tel univers correspond à un système de significations partagées donnant lieu à des comportements réguliers et normalisés. Ainsi, les rapports spatiaux et relationnels (non-conventionnels) que développent les habitués à l’intérieur du centre Saint-Cyprien rendent compte de l’univers symbolique de signification qu’ils constituent. Cet ordre de réalité demeure informel, si ce n’est clandestin, mais il est repérable par les pratiques alternatives des habitués et les représentations mentales qui s’y rattachent. En effet, nous avons remarqué que les personnes âgées habituées du Centre s’approprient les aires de repos aménagées par l’institution marchande à destination de sa clientèle : ils s’y rendent fréquemment, régulièrement et durablement, bien plus que la grande majorité des clients. Les habitués les plus assidus passent plusieurs heures dans les galeries : ils s’installent dans une aire de repos et regroupent les fauteuils au fur et à mesure de l’après-midi afin de constituer de véritables salons de discussion improvisés dans le Centre.

  • 15 Les modalités d’appropriation des « aires de repos » ont été décrites et analysées dans un article (...)

19Si bien que Loulou (61 ans, retraité de menuiserie) nous dira : « L’endroit au milieu là, c’est là que je préfère, c’est mon pc, mon port d’attache. » D’autres, comme Blanco (78 ans, ouvrier retraité), appellent le Centre leur « maison » ou bien le « qg » (quartier général) : « Bon aller, je vais faire un tour dans la maison [en se levant de son fauteuil]. » Ces termes en disent long sur la perception et l’appropriation du lieu. C’est le cas également de cette phrase révélatrice de Berthes (72 ans, ancienne ouvrière à l’usine) : « Nous on vient tous les jours, on est les surveillantes ici ! » Et que dire de Franky (77 ans, ancien maçon) qui indique « sa » rambarde au premier étage du Centre en disant : « On a mis des racines ici ! », lui qui vient là depuis dix-sept ans, précisément depuis son passage à la retraite ? Par ailleurs, les habitués développent une connaissance indigène (Joseph, 1998) des possibilités offertes par le lieu (consulter le journal gratuitement, aller prendre une tisane en libre-service dans un magasin du 1er étage), ou même une connaissance sensorielle du Centre, comme le suggèrent ces propos d’Alain (43 ans, chômeur de longue durée) : « Moi je préfère l’aire de la Pharmacie là, car il y a moins de passage. Mais y’a un courant d’air à cause de la porte là-bas, alors il faut mettre son siège dans le sens-là. » Nos informateurs usent d’ailleurs fréquemment de cette possibilité de bouger les sièges de l’aire pour mieux s’approprier l’espace : ils peuvent se mettre à l’écart des autres, ou bien rassembler les fauteuils en cercle pour mieux bavarder en groupe, comme le fait un groupe de dames âgées régulièrement réuni dans la même aire du Centre. Mme Caths (54 ans, chômeuse) : « Moi je viens tous les jours oui, on rencontre du monde… des dames que je vois tous les jours, on se retrouve et on rassemble les fauteuils comme ça, pour passer l’après-midi. »15

20Aux rapports sociaux impersonnels et fonctionnels qu’attestent les clients, les habitués substituent des relations primaires personnalisées, non seulement entre eux, mais aussi avec certains représentants de l’institution. C’est le cas de M. Bonb (72 ans, ouvrier retraité), qui bavarde régulièrement avec la vendeuse du magasin de bonbons jouxtant l’endroit où il s’assied quotidiennement. Celle-ci nous raconte : « Il vient ici depuis cinq-six ans, c’est une connaissance, on discute souvent, et parfois il achète des bonbons ! » À l’occasion, les hôtesses d’accueil sont aussi sollicitées pour bavarder un peu, comme le sous-entend M. Christ (62 ans, facteur à la retraite) : « Heureusement, on peut dire un mot aux hôtesses, voir du monde, sinon on serait tous comme des robots sans paroles. Tu sais, quand on voit du monde ça fait du bien, c’est pour ça qu’on vient là aussi, pour sortir, pour voir du monde… »

21Plus encore, les habitués se donnent des surnoms les uns aux autres, certains se tutoient et tous échanges des discussions sur leur vie (familiale, quotidienne, etc.) ou sur la météo et les derniers faits divers locaux, ce qui s’apparente aux « menus propos » et « ressources sûres » décrits par E. Goffman (1988). Le plus souvent, ces discussions sont de la teneur suivante :

Lisette (85 ans, ancienne femme au foyer) [saluant avec engouement l’arrivée de Mme Frach] : « Bonjour ! Oh vous avez vu le temps aujourd’hui ? ! J’ai bien cru que je n’allais pas venir… »

Mme Frach (91 ans, agent d’entretien à la retraite) : « Bonjour… oui, quelle affaire cette pluie ! Mais il commence à faire moins froid. »

Lisette : « Eh bien, pas hier ! Mais c’est l’humidité, je supporte mal je crois… »

Simone (82 ans, ancienne femme au foyer) [interrompant Lisette] : « Moi aussi, dès qu’il fait humide je sens le froid, même s’il fait meilleur qu’en plein hiver. Je préfère quand il fait sec. »

Mme Frach : « Il va faire meilleur de jour en jour, enfin, il faut espérer. »

Lisette : « La semaine prochaine ils annoncent un peu de soleil, ça fera pas de mal ! »

Simone : « Oh oui, j’ai vu ça, mais encore tôt pour sortir dehors… »

Francis (66 ans, ancien pompier) passe devant l’aire : [sur le ton de l’humour] « Ah bonjour mesdames ! J’ai sorti mon parapluie aujourd’hui… »

Mme Frach : « Mais moi aussi, mais enfin… avec ma canne, c’est pas pratique ! »

Francis : « Allez, je repasserai tout à l’heure, je reste à l’intérieur… trop de vent. »

Journal de bord du 24 avril 2013.

22Que dire enfin des rites d’interaction (Goffman, 1974) qui structurent les rencontres entre les habitués et suggèrent la teneur personnalisée de leur relation : accolades, bises, poignées de main ou simples hochements de tête indiquent la personnalisation des rapports qu’entretiennent les habitués entre eux. Au regard de leurs rapports à l’espace et de leurs rapports aux autres, il est donc évident que nos informateurs s’ancrent dans la vie quotidienne des galeries marchandes d’une manière qui leur est propre : ils y ont leurs habitudes, leurs codes relationnels, leurs attentes et leurs objectifs bien à eux. Pour les habitués, le Centre est perçu comme un lieu de vie et de rencontre duquel s’effacent parfois totalement les dimensions économiques : « C’est un lieu super pour faire des rencontres ! » ; « J’aime bien venir ici, ça me fait une sortie » ; « Oui, je viens tous les jours, ça m’occupe et puis l’hiver c’est quand même confortable, chauffé et tout… » Si bien qu’ils développent un système de pertinence qui leur est propre : durant leur lente marche entre les différentes aires de repos, ils prêtent attention aux fauteuils libres, aux personnes assises, aux membres du petit monde avec qui ils sont susceptibles de discuter, etc. Leurs comportements attestent visiblement leurs intentions non marchandes : c’est ce qui fonde la dimension alternative de leur implication dans l’enceinte commerciale.

23Force est donc de constater que les personnes âgées qui se rendent quotidiennement dans les galeries marchandes sans nécessairement y effectuer d’achats agissent, pensent et sentent le centre commercial d’une manière qui diffère largement de celle des clients. Maintenant que nous avons décrit cet ordre de réalité informel, il nous faut voir dans quelle mesure il entre en concurrence avec l’ordre institutionnel des professionnels et l’ordre conventionnel des clients, parce que la coexistence de ces manières de définir la réalité ne va pas de soi.

La concurrence des ordres de réalité au cœur de la régulation de l’ordre social

Le « problème » des habitués âgés pour l’institution

24S’il existe donc une multitude d’individus participant, au jour le jour, à la vie sociale des galeries marchandes — chaque individu pouvant être répertorié comme appartenant aux catégories des professionnels, des clients ou des habitués —, il n’en reste pas moins que ces acteurs, et les ordres de réalité qu’ils font exister, entrent en interaction pour construire ensemble l’ordre social des galeries marchandes. C’est sur ces interactions — parfois conflictuelles — et l’imbrication des ordres de réalité que nous allons maintenant nous concentrer.

25Pratiquant et définissant le centre commercial de manière différenciée, les professionnels, les clients et les habitués développent des comportements et des attentes qui ne sont pas forcément compatibles. Il convient d’insister sur le fait que le petit monde des habitués pose des problèmes tant à l’institution (et aux professionnels qui la représentent) qu’aux clients qui souhaitent pouvoir s’installer sur les fauteuils occupés par les habitués :

M. Boss (40 ans, directeur du Centre depuis deux ans) : « Aujourd’hui notre problématique c’est euh… tout le monde m’en parle en disant, “mais vous avez des espaces de repos ok, c’est très bien ce que vous avez fait, mais on peut jamais s’asseoir…”, donc bon… »

26Les personnes âgées qui s’installent plusieurs heures dans les fauteuils des aires de repos du Centre sont effectivement peu (ou pas) rentables au regard des objectifs économiques de l’institution, d’autant qu’elles occupent des places assises que pourraient occuper les « vrais clients ». Elles dérangent également du fait de leur apparence qui nuit potentiellement à l’image du Centre, image que les professionnels essaient de valoriser au maximum. La présence des personnes âgées — en tant qu’elles sont âgées, peu fortunées, immobiles et parfois peu soignées — a tendance à être perçue par la direction du Centre ou par les vigiles comme un vrai problème dérangeant les usages marchands et la fantasmagorie commerciale (Berdet, 2013). C’est ce qu’indiquent clairement ces propos successifs du directeur du centre Saint-Cyprien (M. Boss) et du vigile qui a le plus d’ancienneté dans l’institution :

  • 16 Parler de « sdf » (sans domicile fixe) permet à M. Boss d’inclure les habitués les moins indigents (...)

M. Boss : « La société que je représente n’accepterait pas qu’il y ait des sdf qui soient présents dans le Centre. Ce n’est pas un foyer d’accueil. C’est un choix mesuré et économique ! […] C’est un système euh… policier, quasiment quoi ! »16

Mohamed (42 ans, agent de sécurité depuis onze ans) : « Pour moi le problème c’est les bancs, il faudrait des bancs moins confortables. Parce que je pense pas qu’un siège, pour quelqu’un qui va manger par exemple un quart d’heure, ça va pas lui faire mal, mais par contre, quelqu’un qui va rester une heure, ça commence à… Avant les aires ? On était tranquille [rire]. Y’avait que des clients, et j’ai jamais croisé un client qui se plaignait parce qu’il y avait pas de bancs… Avant on les remarquait pas trop [les habitués âgés], il y avait pas de bancs. La seule chose que j’ai pas aimé dans les dix années de travail, c’est les bancs ! Je pense qu’il faut des sièges moins confortables. Ça change pas grand-chose pour quelqu’un qui mange un sandwich, mais au bout d’une heure tu le sens ! »

Un autre agent de sécurité ajoute plus sèchement : « Il faudrait des chaises en acier ! Ou au moins en bois, parce que là, y’a des vieux qui squattent toute la journée ! »

27Mais les professionnels — dans lesquels on peut inclure les commerçants, comme l’indique l’exemple de M. Ben Ali cité plus haut — ne sont pas les seuls à se plaindre des pratiques informelles déployées par les habitués âgés. Les clients y vont également de leurs remarques négatives sur l’indisponibilité des places assises et le dérangement occasionné : « C’est toujours les mêmes vieux assis, ils font rien de la journée ! » ; « Je suis allé me plaindre à l’accueil… y a pas moyen de s’asseoir à chaque fois ! », etc. Et le « problème » que posent les habitués n’est pas seulement celui de l’occupation non rentable des sièges des espaces-repos, il se situe aussi au niveau de l’accueil, où le journal quotidien est mis à disposition de la clientèle, mais devient un passage rituel pour de nombreux habitués, non seulement pour consulter le journal mais aussi parce qu’il permet d’échanger quelques mots avec l’hôtesse d’accueil :

Mohamed : « Y’en a plein qui viennent lire le journal. Ça aussi je trouve que ça, à mon avis, c’est une mauvaise idée. Je ne pense pas qu’un client vienne pour voir le journal… quelqu’un qui est vraiment accroc à lire, il l’achète. À mon avis, je l’enlèverais, avec ce que je vois tous les jours, le journal… juste parfois il nous ramène les SDF, qui viennent regarder, parfois les personnes qui jouent les courses, le tiercé tout ça… mais vraiment des gens qui viennent lire, non ! »

Les usages sociaux de la recherche : solutions au « problème » apportées par l’institution

28La direction du Centre, consciente du « problème des squatteurs », s’est appuyée sur notre travail pour tenter d’endiguer le petit monde des personnes âgées, si ce n’est de le réduire à néant. Dans cet objectif, c’est l’aménagement des aires de repos et les consignes passées aux agents de sécurité qui avaient pour but de limiter les pratiques informelles de nos informateurs. Après quatre mois d’immersion auprès des personnes âgées, et l’analyse des premiers éléments de compréhension de l’ordre de réalité des habitués, la direction du Centre s’est servie de nos comptes rendus sur les modalités d’appropriation des aires de repos et sur les codes internes au petit monde des habitués. M. Boss décida alors de supprimer l’aire de repos qui était la plus utilisée par les personnes âgées (l’aire Pharmacie), mais également de modifier l’organisation spatiale des espaces-repos : en fixant les fauteuils au sol pour éviter qu’ils soient déplacés, en supprimant la délimitation des aires par le tapis de sol auparavant présent, en supprimant aussi les montants en bois qui délimitaient spatialement le micro-espace (ill. 1 et 2). Par ailleurs, les agents de sécurité avaient désormais pour mission de faire respecter un temps d’usage des fauteuils plus court :

M. Boss : « On a fait plusieurs constats, c’est qu’on manque d’espace repos, il faut qu’on arrive à en faire un usage court. Qu’on soit sur une notion de “mi-long” avec un matériau un peu plus dur, qui soit plus facilement nettoyable. Et les agents ont eu des consignes : “pas plus de vingt minutes !”. Ah j’suis en train de casser le truc hein [le phénomène d’appropriation par les habitués]… on en a parlé… c’est qu’à un moment donné je dois accueillir tout le monde et dans de bonnes conditions… »

ill. 1 – Une aire de l’étage, avant le réaménagement des aires de repos par la direction du Centre

ill. 1 – Une aire de l’étage, avant le réaménagement des aires de repos par la direction du Centre

ill. 2 – La même aire de repos, après transformation

ill. 2 – La même aire de repos, après transformation

29Ce sont les clients — plus rentables — que le directeur du Centre cherche à accueillir : de fait, l’appropriation des aires de repos est devenue plus compliquée pour les habitués après ces transformations. Mais la concurrence entre les ordres de réalité à l’intérieur des galeries marchandes s’exprime aussi du côté des personnes âgées, comme l’atteste cet exemple :

M. Gégué (65 ans, ouvrier retraité) : « À ce propos, y’a une femme qui s’est fait virer ce matin ; le gars lui a dit qu’il ne faut pas rester là toute la journée parce que y’a eu des plaintes apparemment samedi ! »

Marcel (80 ans, ouvrier retraité) : « Bah ils ont qu’à passer, on les attend ! »

M. Gégué : « Ils n’ont qu’à dire ça aux vieilles en bas, elles sont quatre ou cinq elles, elles regroupent les sièges… ! »

Blanco : « J’le sentais venir, à force qu’on y reste tout le temps… »

Extrait du journal de bord, le 27 février 2013, à l’aire proche de l’ascenseur (environ 14 h 30).

30Ainsi, si nous avons observé que la sociabilité des habitués se déployait aussi avec certains professionnels (hôtesse d’accueil, commerçants et même agent de sécurité), nous avons plutôt insisté ici sur la concurrence et les conflits qui émergent entre les diverses pratiques et définitions du lieu. C’est que le rôle des représentants de l’institution, au-delà de leur fonction officielle de sécurité, d’accueil ou de commerce, consiste aussi à réguler l’ordre social dans les galeries marchandes, c’est-à-dire les pratiques, habitudes et façons d’agir des personnes qui passent du temps dans les galeries. Leur mission n’est pas simple du fait qu’ils sont directement pris dans ce « jeu du chat et de la souris » qui s’engage régulièrement avec les habitués, fleuretant souvent avec les limites de l’ordre normatif. Une fois encore, les dires de Mohamed sont révélateurs de la mission délicate qu’ils ont à assumer sur le terrain face au détournement d’usage dont font preuve les occupants des aires de repos les plus assidus :

« Mais ça dépend de la situation, tu vois notre travail, c’est pas des mathématiques, c’est pas 1 + 1 est égal à 2. Il faut évaluer, c’est toi comment tu vois la situation, parce que si tu vas suivre ça à la militaire, ah tu vas jamais t’en sortir, tu vas avoir des problèmes toute la journée. Mais il faut être malin, il faut être diplomate, profiter de la situation… [rire], il faut être malin ! »

  • 17 Pour une présentation plus précise des procédés de négociation dans le centre commercial, cf. Besoz (...)

31Ce qui est certain, c’est que les vigiles et les hôtesses sont plus facilement portés à mettre en cause les commodités proposées à la clientèle du Centre dans la mesure où ils sont les premiers à en subir les détournements possibles par les retraités habitués du lieu. La direction, quant à elle, avec plus de recul, maintient l’idée commerciale de la nécessité de ces offres de confort destinées à parfaire l’image et l’attractivité du centre commercial, tout en essayant d’endiguer les détournements possibles. Les agents de l’institution directement en contact avec le terrain se situent parfois dans une position inconfortable puisqu’ils peuvent faire « tampon » entre l’ordre institutionnel et la réalité empirique à laquelle ils se confrontent au quotidien : c’est dans cette zone interstitielle entre l’ordre de réalité institutionnel et l’ordre de réalité informel que se joue la négociation de l’ordre social (Strauss, 1992)17.

*

* *

  • 18 Cf. Céfaï et Perreau, 2012.

32À partir de l’étude ethnographique dans la vie sociale quotidienne des galeries marchandes du centre commercial Saint-Cyprien, en immersion au sein d’un groupe d’interconnaissance de personnes âgées qui s’y retrouvent tous les jours ou presque, nous avons montré comment la réalité sociale d’un centre commercial est irréductible aux dimensions marchandes et utilitaires qui président pourtant à son organisation institutionnelle. Trois ordres sociaux — que nous avons décrits comme des ordres de réalité relevant chacun de leur définition et de leurs pratiques à l’intérieur du lieu — coexistent et s’imbriquent pour constituer l’ordre social des galeries marchandes : il s’agit des professionnels (ordre de réalité institutionnel), des clients (ordre de réalité conventionnel) et des habitués âgés sur lesquels nous avons concentré notre regard (ordre de réalité informel). En nous appuyant sur nos observations et sur le discours de nos informateurs, nous avons montré que la définition de la situation, le système de pertinence, les pratiques spatiales et les interactions des habitués ont leur propre logique et posent relativement problème à l’institution et aux clients. Nous avons ainsi souligné le fait que les ordres de réalité entrent en concurrence dans le processus de construction de la réalité sociale. Finalement, l’ordre social au sein des galeries marchandes nous paraît résulter de la négociation des différents acteurs s’inscrivant dans ces trois ordres de réalité. Sans insister sur ces procédés de négociation qui ont été décrits ailleurs (Besozzi, 2014), nous sommes néanmoins en mesure de conclure que la réalité sociale d’un centre commercial est plus complexe qu’il n’y paraît de prime abord, quand bien même la rationalisation de l’institution semble maximale. Dans la lignée des travaux de E. Goffman, il convient de remarquer que l’ordre social situé se joue dans les interstices et les relations qui se nouent entre « l’ordre de l’institution » (et les usages conventionnels qui s’y joignent) et « l’ordre de l’interaction »18, où se situent les marges de manœuvre des acteurs (ici les habitués), pour s’approprier l’espace et en détourner les usages et le sens officiels.

Haut de page

Bibliographie

Berdet, Marc
2013 Fantasmagories du capital : l’invention de la ville-marchandise (Paris, La Découverte).

Berger, Peter et Luckmann, Thomas
2006 La construction sociale de la réalité (Paris, Armand Colin).

Besozzi, Thibaut
2014 Appropriation de l’espace public urbain : entre aménagements et vécus quotidiens d’un centre commercial, Revue géographique de l’Est, 54 (3-4), en ligne : https://rge.revues.org/5209, consulté le 01/08/2017.
2017 La société des galeries marchandes : un petit monde de personnes âgées au cœur du centre commercial (Paris, Téraèdre).

Besozzi, Thibaut et Marchal, Hervé
2013 Avoir une place dans la « proximité urbaine » : ethnographie d’un centre commercial, Géo-Regards, 6 : 97-108.

Caillé, Alain
2007 Anthropologie du don : le tiers paradigme (Paris, La Découverte).

Capron, Guénola
1998 Les centres commerciaux à Buenos Aires : les nouveaux espaces publics de la ville de la fin du xxe siècle, Les Annales de La Recherche Urbaine, 78 (1) : 55-63. DOI : 10.3406/aru.1998.2157.

Caradec, Vincent
2005 Sociologie de la vieillesse et du vieillissement (Paris, Armand Colin).

Cary, Paul
2012 Les centres commerciaux à Sao Paulo : renforcement de l’entre-soi ou déségrégation sociale ?, Espaces et sociétés, 150 : 107-127. DOI : 10.3917/esp.150.0107.

Céfaï, Daniel et Laurent Perreau (éd.)
2012 Erving Goffman et l’ordre de l’interaction (Amiens/Paris, curapp-ess/cems-imm).

Certeau, Michel de
1990 L’invention du quotidien, t. 1 : Arts de faire (Paris, Gallimard).

Chevalier, Sophie
2007a « Faire ses courses » en voisin : pratiques d’approvisionnement et sociabilité dans l’espace de trois quartiers de centre ville (Paris, Lyon et Besançon), Métropoles, 1, en ligne : https://metropoles.revues.org/107, consulté le 01/08/2017.
2007b « Shopping » à la française : approvisionnement alimentaire et sociabilité, Horizontes antropológicos, 13 (28) : 65-86. DOI : 10.1590/S0104-71832007000200004.

Freitas, Ricardo Ferreira
1996 Centres commerciaux : îles urbaines de la post-modernité (Paris, L’Harmattan).

Goffman, Erving
1973 La mise en scène de la vie quotidienne, t. 1 : La présentation de soi (Paris, Éditions de Minuit).
1974 Les rites d’interaction (Paris, Éditions de Minuit).
1975 Stigmate : les usages sociaux des handicaps (Paris, Éditions de Minuit).
1988 Les moments et leurs hommes, textes recueillis et présentés par Y. Winkin (Paris, Le Seuil/Éditions de Minuit).
2013 Comment se conduire dans les lieux publics : note sur l’organisation sociale des rassemblements (Paris, Économica).

Harroud, Tarik
2016 Les pratiques de « résistance » dans les malls de Rabat-Salé : accessibilité et usage social d’un espace sélectif, Cultures & Conflits, 101 : 57-79. DOI : 10.4000/conflits.19153.

Hossard, Nicolas et Jarvin, Magdalena (éd.)
2005 « C’est ma ville ! » : de l’appropriation et du détournement de l’espace public (Paris, L’Harmattan).

James, William
2010 Le pragmatisme (Paris, Flammarion).

Joseph, Isaac
1998 La ville sans qualités (La Tour d’Aigues, Éditions de l’Aube).

Le Renard, Amélie
2010 Pratiques du shopping mall par les jeunes Saoudiennes : sociabilité et consumérisme à Riyad, in F. Mermier et M. Peraldi (éd.), Mondes et places du marché en Méditerranée : formes sociales et spatiales de l’échange (Paris/Rabat/Beyrouth, Karthala/Centre Jacques Berque/Institut français du Proche-Orient) : 187-213.

Martuccelli, Danilo
2002 Grammaires de l’individu (Paris, Gallimard).

Perrot, Martyne
2009 Faire ses courses (Paris, Éditions Stock).

Poupard, Jean-Marc
2005 Les centres commerciaux : de nouveaux lieux de socialité dans le paysage urbain (Paris, L’Harmattan).

Schütz, Alfred
2009 Contribution à une sociologie de l’action (Paris, Hermann).

Segaud, Marion
2010 Anthropologie de l’espace : habiter, fonder, distribuer, transformer (Paris, Armand Colin).

Strauss, Anselm
1992 La trame de la négociation : sociologie qualitative et interactionnisme (Paris, L’Harmattan).

Weber, Max
1992 Essais sur la théorie de la science (Paris, Pocket).

Whyte, William F.
2002 Street Corner Society : la structure sociale d’un quartier italo-américain (Paris, La Découverte).

Haut de page

Notes

1 Nous nous sommes immergé au sein de plusieurs centres commerciaux sur une durée cumulée de douze mois. Les données rassemblées dans ce texte sont majoritairement issues d’une investigation d’une durée de huit mois au sein du centre commercial Saint-Cyprien situé au cœur d’une agglomération d’environ 300 000 habitants de l’est de la France. Ce centre commercial est composé de 105 boutiques distribuées sur deux étages au sein desquels on retrouve six « aires de repos ». Des rambardes sont également disposées à l’étage et permettent à des groupes de sociabilité (composés de personnes âgées) de s’ancrer dans l’espace en s’y adossant ou en s’y accoudant. Une pré-enquête de quatre mois a été effectuée dans le hall d’entrée d’un hypermarché à la périphérie de cette même agglomération, tandis que deux autres centres commerciaux ont été étudiés de manière plus ponctuelle pour vérifier la récurrence des premières observations menées au centre Saint-Cyprien, que nous appellerons « le Centre ».

2 Sur les modalités d’appropriation de l’espace public, cf. W. F. Whyte (2002), N. Hossard et M. Jarvin (2005), ou encore M. Segaud (2010) pour une analyse plus générale.

3 Ou bien peu compte tenu du temps qu’ils passent dans cet espace à vocation économique.

4 Nombreux sont les habitués qui ont commencé à venir au centre commercial juste après le décès de leur conjoint(e).

5 Sur la figure 1, les aires de repos appropriées par les habitués sont surlignées en vert.

6 Il conviendrait de maintenir les guillemets aux nominations que nous employons : « clients », « professionnels », « habitués ». Elles désignent plus des catégories idéal-typiques que des réalités concrètes et figées (Weber, 1992) que l’analyse des ordres de réalité permet en partie de construire. Cependant, pour faciliter la lecture du texte, nous nous abstiendrons de multiplier les guillemets pour désigner ces catégories d’acteurs.

7 Sur les « attentes conventionnelles », cf. Goffman, 2013.

8 Sur la rationalisation des centres commerciaux, voir le reportage de France 3 sur le centre commercial de la Toison d’Or (Dijon) : https://www.youtube.com/watch?v=2PmENf1LhMo (consulté le 31/07/2017).

9 R.F. Freitas (1996) ou encore J.-M. Poupard (2005) montrent bien que l’hospitalité et le confort proposés par les centres commerciaux sont une stratégie rationalisée de la part des gestionnaires pour favoriser la consommation en maintenant les clients dans un cadre spatial et une ambiance propices aux achats.

10 Collégiens et lycéens aiment se rendre dans les galeries, à deux ou en groupe, pour « traîner » dans les magasins sans nécessairement effectuer d’achats. Ce comportement les rapproche de celui des habitués retraités : cela dit, les personnes âgées que nous avons rencontrées ne vont pas dans les magasins et n’accordent pas d’intérêt aux vitrines et aux articles en vente, contrairement aux adolescents.

11 À moins qu’ils ne rencontrent une personne qu’ils connaissent personnellement (ce qui est un cas limite des idéaux-types construits).

12 Sur la figure du « client », de la « ménagère » ou encore du « consommateur », cf. l’ouvrage de M. Perrot (2009) qui analyse tant l’homogénéité que l’hétérogénéité dans la pratique des commissions.

13 « Appelons socialité primaire ce type de rapport social dans lequel la personnalité des personnes importe plus que les fonctions qu’elles accomplissent […]. Et socialité secondaire, ce type de rapport soumis à la loi de l’impersonnalité […] dans lequel les fonctions accomplies par les personnes importent plus que leur personnalité » (Caillé, 2007 : 86).

14 D’après les statistiques produites pas la direction du Centre, la moyenne d’âge des clients est de 37 ans.

15 Les modalités d’appropriation des « aires de repos » ont été décrites et analysées dans un article précédent (Besozzi, 2014).

16 Parler de « sdf » (sans domicile fixe) permet à M. Boss d’inclure les habitués les moins indigents dans la catégorie de ceux qui dérangent, quand bien même ils ne sont pas sdf, loin de là.

17 Pour une présentation plus précise des procédés de négociation dans le centre commercial, cf. Besozzi, 2014.

18 Cf. Céfaï et Perreau, 2012.

Haut de page

Table des illustrations

Titre fig. 1 – Plan du centre commercial Saint-Cyprien5
URL http://journals.openedition.org/ateliers/docannexe/image/10394/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
URL http://journals.openedition.org/ateliers/docannexe/image/10394/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 200k
Titre ill. 1 – Une aire de l’étage, avant le réaménagement des aires de repos par la direction du Centre
URL http://journals.openedition.org/ateliers/docannexe/image/10394/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 592k
Titre ill. 2 – La même aire de repos, après transformation
URL http://journals.openedition.org/ateliers/docannexe/image/10394/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 592k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Thibaut Besozzi, « La construction sociale de la réalité dans un centre commercial : ordres de réalité concurrents et négociation de l’ordre social », Ateliers d'anthropologie [En ligne], 44 | 2017, mis en ligne le 06 décembre 2017, consulté le 16 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/ateliers/10394

Haut de page

Auteur

Thibaut Besozzi

Docteur en sociologie, Université de Lorraine, 2L2S
thibaut.besozzi@univ-lorraine.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Ateliers d'anthropologie – Revue éditée par le Laboratoire d'ethnologie et de sociologie comparative  est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo LESC - Laboratoire d’Ethnologie et de Sociologie Comparative
  • Logo Maison René Ginouvès - Archéologie & Ethnologie
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals