Navigation – Plan du site

Le shopping mall comme moment urbain

Pratiques citadines et transformations des espaces marchands aux Émirats arabes unis
The shopping mall as an urban moment: urban practices and the transformation of commercial spaces in the United Arab Emirates
Laure Assaf

Résumés

L’implantation des shopping malls aux Émirats arabes unis prend part aux nouvelles orientations du développement urbain à partir des années 2000, qui visent à mettre en œuvre la diversification économique et à penser la ville émirienne comme une ville globale. L’ethnographie des usages des malls montre comment ils produisent de nouvelles formes de côtoiement entre les populations très hétérogènes qui se partagent la ville. Au sein de ces espaces se négocient les modes d’interaction, les évitements et les conflits. S’y inventent également de nouvelles sociabilités opératrices de subjectivation, notamment pour les jeunes gens qui se mettent en scène dans ces lieux comme sujets modernes et cosmopolites. L’association entre malls et développement urbain, de même que la dimension générationnelle des pratiques qui s’y déploient, interrogent ainsi les temporalités propres à cette forme urbaine : le mall apparaît à la fois comme témoin et facteur d’un moment spécifique de l’urbanité émirienne.

Haut de page

Texte intégral

O mall, your smart and modern frame
Attracts the girls in numbers vast
Pale or dark, of unknown name ;
Alas my youth, lived in the past !

  • 1 J’ai fait le choix de conserver la traduction anglaise qui, bien qu’elle prenne des libertés avec l (...)

Ghānim bin Rāshid Al-Quṣaylī,
traduit de l’arabe émirien par Holes et Abu Athera, 20111.

1Avril 2014 au centre-ville d’Abou Dhabi. Rita m’attend à l’entrée d’Al-Wahda Mall, où elle m’a donné rendez-vous pour le déjeuner. De nationalité égyptienne, elle est âgée d’une soixantaine d’années et vit dans la capitale émirienne depuis un peu moins de dix ans. Elle s’y est installée après sa retraite ; auparavant, elle travaillait comme pharmacienne au Koweït. Ce jour-là, Rita a beaucoup de choses à me raconter : la dernière fois que nous avions déambulé ensemble dans les allées du mall, deux ans plus tôt, elle préparait activement le mariage de sa fille. Je louais alors une chambre dans l’appartement de Rita et de Ziyad, son second époux, un intellectuel soudanais rencontré au Koweït. J’avais assisté aux nombreuses expéditions de Rita à Abou Dhabi et à Dubaï afin d’acheter les cadeaux à offrir aux invitées, de consulter les modèles de robe de mariée dont elle envoyait des photographies à sa fille par téléphone, ou encore de choisir ses propres tenues. Sa fille habitait alors au Caire, mais elle a depuis suivi son époux, un Égyptien émigré aux États-Unis, où le jeune couple vient d’avoir son premier enfant. Tandis que nous prenons l’escalier roulant pour nous rendre au premier étage du mall, Rita évoque la visite qu’elle leur a rendue juste après la naissance. Le restaurant dans lequel elle m’emmène est d’ailleurs une franchise d’une chaîne américaine qu’elle a découverte là-bas en compagnie de sa fille, et qui vient d’ouvrir à Abou Dhabi — il fait partie de la nouvelle extension d’Al-Wahda Mall, dont la surface commerciale a presque doublé depuis ma dernière venue.

2Au moment de consulter le menu, Rita montre sa familiarité avec le lieu en m’indiquant les plats qu’elle a testés aux États-Unis, tout en partageant les impressions de son voyage — l’arrivée à l’aéroport, le froid, et son plaisir à retrouver sa fille dont elle se sent très proche. Comme souvent depuis que je la connais, elle ajoute que je lui fais penser à elle. Après le repas, comme elle le fait avec sa fille, elle m’emmène en effet avec un plaisir évident parcourir les allées du mall des heures durant pour faire du lèche-vitrines, essayer des vêtements et faire quelques achats. Pour Rita, ce mall, c’est « chez [elle] » tant elle en connaît chaque recoin : l’appartement qu’elle loue avec Ziyad se trouve à dix minutes à pieds, et le mall est sa principale sortie durant la semaine, quand son époux travaille. Elle ne conduit pas et se déplacer ailleurs dans la ville est difficile sans voiture. Dans un autre chez elle, en Égypte, elle possède un appartement à Héliopolis situé lui aussi juste en face d’un mall. Cette similitude lui plaît : malgré ses trajets réguliers d’une ville à l’autre, elle n’est pas dépaysée.

3Lorsqu’elle est à Abou Dhabi, les week-ends se déroulent selon une routine bien établie. Rita et Ziyad prennent la voiture pour Dubaï où ils vont manger une glace et voir un film au cinéma dans un autre mall, Ibn Battuta. Il est leur favori pour ses décors exotiques. Inspirés des pérégrinations du célèbre voyageur arabe au xive siècle, les « quartiers » du mall mettent en scène l’Andalousie, la Perse, l’Inde, la Chine ou encore l’Égypte pharaonienne — celui que Rita préfère avec ses hautes colonnes et ses murs ornés de hiéroglyphes. Cette représentation folklorisée de l’Égypte ancienne lui plaît tant qu’elle et sa fille ont choisi ce « thème » pour le mariage de cette dernière dans un grand hôtel du Caire : sur les vidéos de la fête, on la voit arriver en chaise à porteurs ornée de têtes de sphinx.

4Pour Rita comme pour d’autres, le mall est ainsi un espace familier : lieu de sortie, il est aussi étroitement associé à l’espace domestique, non seulement parce qu’il l’approvisionne mais aussi parce qu’il se prête aux sociabilités familiales. La dissémination des malls à travers le monde étend en outre le sentiment de familiarité au-delà des frontières géographiques, en particulier pour les membres de classes aisées qui, comme Rita, peuvent voyager parallèlement aux trajectoires des migrations familiales. La répétition de cette forme urbaine l’autorise ainsi à se sentir à l’aise aussi bien en Égypte qu’aux Émirats ou aux États-Unis. Pourtant la localisation du mall n’est pas neutre : à la proximité quotidienne du mall d’Abou Dhabi répond la distance de celui de Dubaï, qui ajoute certainement à son attrait et à l’exotisme de ses charmes. Pour Rita, les malls font partie de la vie quotidienne : ils sont l’écho d’un espace domestique multipolaire, en même temps qu’un lieu de sortie accessible, en journée, pour une femme seule.

5Cette vignette ethnographique interroge les jeux d’échelle au sein desquels se logent les représentations et les pratiques des usagers des shopping malls émiriens. Quelles relations ces espaces entretiennent-ils avec le reste de la ville et les pratiques quotidiennes des citadins ? Mais aussi, quelle urbanité s’y donne à voir, quelles références y sont convoquées et quels styles de vie y sont mis en scène ?

6Cet article se penche sur ces questions à partir d’un terrain ethnographique de dix-huit mois, mené à Abou Dhabi entre 2010 et 2016. Ma recherche a porté principalement sur les jeunes adultes (entre 18 et 30 ans), Émiriens et expatriés arabes, qui ont grandi dans la capitale émirienne (Assaf, 2017). Mais l’omniprésence des malls à Abou Dhabi m’a conduite à mobiliser également des données concernant d’autres populations : comme le montre l’exemple de Rita, c’est à partir de mes différents logements dans la ville que j’ai d’abord pénétré dans les malls, en y suivant mes hôtes. En outre, la multiplication spectaculaire de ces établissements, au fur et à mesure de mes retours sur le terrain (carte 1), m’a invitée à interroger d’emblée la part qu’ils prennent dans le développement urbain aux Émirats arabes unis.

carte 1 – Les espaces de loisir à Abou Dhabi

carte 1 – Les espaces de loisir à Abou Dhabi

7À travers un bref retour sur les modalités et les enjeux de l’émergence des shopping malls à Abou Dhabi et à Dubaï, je montrerai d’abord comment ces derniers s’inscrivent dans un moment particulier du développement urbain aux Émirats arabes unis, caractérisé par l’impératif de la diversification économique. Les malls ont ainsi pris part aux processus de ségrégation spatiale et de privatisation croissante de l’espace urbain qui marquent l’évolution des villes émiriennes. Dans un deuxième temps, l’ethnographie de la fréquentation et des usages de ces espaces marchands fait surgir les formes de citadinité qui s’y nouent. Les malls apparaissent comme des lieux de rassemblement au sein desquels se donne à voir l’hétérogénéité de la société urbaine des Émirats : les conflits qui se déploient dans ces espaces, notamment autour des codes vestimentaires, témoignent de la mise en présence de populations qui se croisent rarement ailleurs dans la ville. Les malls sont donc aussi des espaces où s’inventent de nouvelles formes d’interactions. Les mises en scène de soi qu’y déploient les jeunes adultes d’Abou Dhabi se font en effet l’écho des transformations des sociabilités jeunes dans la ville, qui acquièrent leurs lieux propres et déjouent les contraintes sociales pesant sur les relations entre hommes et femmes — des pratiques elles-mêmes associées à un moment spécifique de la vie de ces jeunes adultes, et dont j’interrogerai en conclusion le caractère temporaire.

L’émergence des malls aux Émirats : un tournant du développement urbain

  • 2 Le « mouvement moderne » réfère en architecture à un style né dans la première moitié du xxe siècle (...)

8Il est difficile aujourd’hui de penser aux Émirats arabes unis sans les associer à cette forme très particulière d’espace marchand que sont les shopping malls. Ces derniers sont à ce point intégrés à l’urbanité du Golfe qu’ils participent à l’identité des villes ainsi qu’à leur image internationale (Troin, 2011). Le Dubaï Mall, le plus vaste du monde — pour l’instant du moins — avec son aquarium géant sur trois étages, ou encore le Mall of the Emirates avec sa célèbre piste de ski intérieure, font désormais partie des monuments qui symbolisent la ville de Dubaï (ill. 1). Les malls dans leur forme actuelle sont pourtant nés à partir de la fin des années 1990 et du début des années 2000. Le terme mall, qui figure dans le nom de ces complexes commerciaux et est utilisé par l’ensemble de la population, désigne en effet aux Émirats ces bâtiments de construction récente, caractérisés par leur gigantisme, en les distinguant de leurs précurseurs plus anciens appelés shopping centre en anglais ou markaz en arabe — même si leurs frontières sont parfois perméables. La différence s’exprime aussi en termes esthétiques : à l’inverse du centre, l’architecture et les décors du mall sont associés au modernisme et à une atmosphère luxueuse2. Ces décors sont souvent organisés autour d’un thème donné, à l’image de l’Ibn Battuta Mall déjà évoqué, ou encore du Marina Mall d’Abou Dhabi dont la structure d’ensemble imite une voile de bateau. Le visiteur y est accueilli par des mobiles de mouettes suspendus dans le hall d’entrée, et circule ensuite entre des fontaines ornées de dauphins (ill. 2).

ill. 1 – Fontaine géante au Dubai Mall

ill. 1 – Fontaine géante au Dubai Mall

Cliché Christelle Assaf, 2012 (avec son aimable autorisation)

ill. 2 – Hall d’entrée de Marina Mall, Abu Dhabi, 2012

ill. 2 – Hall d’entrée de Marina Mall, Abu Dhabi, 2012

Cliché Laure Assaf, 2012

  • 3 Ahmed Kanna note par exemple que l’émir de Dubaï, Mohammed Al-Maktoum, se désigne souvent lui-même (...)

9L’implantation des shopping malls aux Émirats arabes unis est symptomatique des orientations prises par le développement urbain des villes principales du pays au tournant du xxie siècle. Ce tournant, que l’on retrouve ailleurs dans la région du Golfe, est souvent qualifié de « néolibéral » (Le Renard, 2011a ; Vora, 2013) pour désigner l’avènement de la « ville-corporation » (Kanna, 2011) marquée par la privatisation des services et des espaces publics, et l’adoption de modes de gouvernance inspirés des entreprises privées3 (Harvey, 2005). Aux Émirats comme ailleurs dans le Golfe, cependant, le terme obscurcit plus qu’il n’éclaire les spécificités des processus politiques, économiques et sociaux à l’œuvre dans la région : difficile ainsi de parler de « privatisation » lorsque les principaux promoteurs immobiliers sont des agences mi-privées mi-publiques, ou qu’investisseurs privés et décideurs publics appartiennent à la même famille. Parmi ces processus, deux dimensions sont centrales pour comprendre l’émergence et le succès des shopping malls aux Émirats : la forme prise par le « capital khalijite » (Hanieh, 2011) — de khalīj, Golfe — et en particulier les monopoles détenus par quelques familles ; et l’impératif de diversification économique visant à préparer l’après-pétrole, qui a favorisé les secteurs de l’immobilier, du commerce et du tourisme en même temps qu’il a remodelé l’espace urbain des villes du Golfe pour en faire des « destinations globales ».

10Le développement des shopping malls aux Émirats participe d’une tendance régionale dont le pays est un acteur central : en 2006, les malls constituaient 84 % de la « surface commerciale utile », c’est-à-dire les espaces de vente, au Moyen-Orient, et la ville de Dubaï représentait à elle seule 23 % du commerce de détail au sein des pays du Conseil de coopération du Golfe (Hanieh, 2010). Or la plupart des malls, à travers la région, appartiennent à des conglomérats majoritairement émiriens et saoudiens. Ceux-ci contrôlent souvent l’ensemble de la chaîne, depuis les secteurs de la vente au détail (hypermarchés et supermarchés) présents dans les malls jusqu’aux franchises des enseignes qui y sont représentées, en passant par les filières d’importation des biens. Ils possèdent également le terrain immobilier sur lequel ces établissements sont bâtis. Les propriétaires de ces conglomérats sont pour la plupart des familles de nationaux, mais il existe aussi des trajectoires transnationales comme celle de M. A. Yusuff Ali, un Kéralais arrivé à Abou Dhabi dans les années 1970 et qui a fait fortune en développant la chaîne d’hypermarchés Lulu. Créé en 2000, au moment où les petits commerces de quartier commencent à laisser place à des espaces marchands de taille plus large, le premier hypermarché de la chaîne connaît un grand succès. L’entreprise est aujourd’hui une multinationale dont la branche immobilière est responsable du développement d’une quinzaine de malls à travers la région du Golfe, et possède de nombreux projets ailleurs dans le monde4.

  • 5 Souligné par l’auteur.

11Les malls s’inscrivent donc dans un paysage économique dominé par quelques grands groupes qui sont confondus avec l’élite économique. Adam Hanieh désigne sous l’appellation « capital khalijite » (khaleeji capital) ces entreprises souvent formées sur une base familiale, détenues principalement par de grandes familles proches des dirigeants et un petit nombre de milliardaires étrangers (Hanieh, 2011). Il montre comment ce capital est issu de la division du travail dans la période suivant les débuts de l’exploitation pétrolière, qui a vu se développer de larges conglomérats étendant leurs activités à tous les secteurs économiques, de la production à la vente puis à la finance. La distribution de parcelles de terrain avantageuses et de secteurs centraux de l’économie industrielle naissante aux membres et aux proches alliés des familles régnantes a conduit à la concentration du pouvoir politique et économique aux mains de quelques familles : « au fil du temps, les familles dirigeantes se sont changées en classes dirigeantes » (Halliday, 1974 : 500)5.

  • 6 Voir l’article d’Ibrahim Gharbi et Alan Knight dans le présent recueil.

12L’implantation des malls entretient par ailleurs des liens étroits avec les logiques du développement urbain. Ces dynamiques sont très sensibles à Abou Dhabi où, en de nombreux endroits, ce sont les promoteurs chargés de développer un quartier ou une portion de territoire qui ont pris en charge la construction de shopping malls, rappelant les conditions de naissance de ces espaces dans les États-Unis d’après-guerre6. Dès 2001, le Marina Mall est ainsi bâti par la National Investment Corporation, chargée de faire de la jetée d’Abou Dhabi un espace de loisirs et de divertissements destiné au tourisme (cf. fig. 3). C’est aussi le cas d’Aldar Properties, l’un des principaux promoteurs immobiliers d’Abou Dhabi lancé la même année, qui s’occupe de projets comme l’île de Yas ou encore le complexe d’Al-Raha Beach. Les développements réalisés incluent à la fois complexes résidentiels, hôtels, espaces ludiques et shopping malls.

13Ce type de développement rappelle dans une certaine mesure la logique du « zoning fonctionnel », c’est-à-dire le découpage des quartiers en zones d’activités distinctes (commerciale, résidentielle ou encore à usage mixte) qui avait présidé à l’élaboration des premiers plans centralisés de développement urbain à partir des années 1980 (Elsheshtawy, 2008). Ces fameux « Masterplans », réalisés le plus souvent par des consultants et architectes européens et influencés par l’urbanisme moderniste d’après-guerre, ont laissé des traces dans la plupart des villes de la péninsule Arabique (Al-Nakib, 2016 ; Elsheshtawy, 2004 ; Ménoret, 2016). Ils répondaient alors à la volonté de contrôler un développement urbain perçu comme chaotique : l’immigration massive de travailleurs étrangers, qui connut des pics après les booms pétroliers des années 1970, associée à l’urbanisation et à la sédentarisation des populations bédouines locales avaient en effet donné lieu à une croissance urbaine dépassant de loin les premières prédictions.

  • 7 Plan Abu Dhabi 2030 : Urban Structure Framework Plan (Abu Dhabi, Abu Dhabi Urban Planning Council, (...)
  • 8 Mot-valise pour star-architect, l’expression désigne les architectes de renommée internationale don (...)

14Mais si la logique du « zoning fonctionnel » se poursuit, son objectif n’est plus celui de la construction d’infrastructures ou de la rationalisation du développement urbain qui étaient au cœur des premiers plans. La rhétorique de la modernisation nécessaire, qui présidait jusque dans les années 1980 aux transformations urbaines avec l’idée de « rattraper » au pas de course la modernité occidentale, a désormais laissé la place à l’impératif de la « diversification économique » et de la préparation de l’après-pétrole (Buckley et Hanieh, 2014 ; Elsheshtawy, 2008 ; Ponzini, 2011). À la suite de Dubaï et d’autres villes côtières du Golfe, le discours guidant le développement urbain récent d’Abou Dhabi, tel qu’il est formulé dans le Plan Abu Dhabi 20307 par exemple, emprunte ses mots-clés à un vocabulaire global : il met l’accent sur la nécessité de construire une ville « durable », c’est-à-dire qui survivra à l’épuisement des ressources pétrolières. Son ouverture aux capitaux étrangers reflète les ambitions internationales de ses promoteurs : Abou Dhabi n’est plus seulement la capitale des Émirats arabes unis mais une « destination globale » (2010). Le développement des îles semi-artificielles qui entourent l’île principale d’Abou Dhabi est caractéristique de ces principes. Ces îles proposent des résidences luxueuses et des complexes hôteliers et commerciaux réservés à une clientèle très aisée, comme le Galleria Mall sur l’île d’Al-Mariah, consacré presque exclusivement aux boutiques de luxe. Elles sont également divisées selon une spécialisation fonctionnelle : les îles de Reem et Al-Mariah abritent des immeubles de bureau et, pour la seconde, une clinique consacrée au tourisme médical de luxe ; l’île de Yas regroupe les divertissements, avec un circuit sportif et des parcs d’attractions ; tandis que celle de Saadiyat héberge le « quartier culturel » qui comprendra plusieurs musées internationaux (cf. fig. 1). Ces développements se caractérisent par des projets architecturaux spectaculaires réalisés par des starchitects8. Leurs promoteurs sont des entreprises « parapubliques » dont la plupart dépendent plus ou moins directement du Conseil exécutif d’Abou Dhabi, où siègent les dirigeants et leurs proches conseillers — dont certains sont également membres des conseils d’administration de ces entreprises (Montagne, 2016).

15Les shopping malls ont donc accompagné une nouvelle phase du développement urbain aux Émirats, guidée par l’impératif de diversification économique et tournée vers le tourisme, l’immobilier et le commerce. Parce qu’ils articulent ces trois secteurs, les malls constituent des éléments centraux de ce tournant. Les temporalités différentielles selon lesquelles ils ont émergé sur le territoire émirien soulignent l’association entre ces nouvelles orientations et la perspective de l’épuisement des ressources pétrolières. Ces processus ont en effet été plus tardifs à Abou Dhabi qu’à Dubaï, qui dispose de faibles ressources en hydrocarbures. Alors que cette différence a été souvent attribuée à des modes distincts de gouvernance, et à la mainmise de la famille régnante d’Abou Dhabi sur le développement urbain et la propriété foncière, les évolutions récentes viennent nuancer l’importance de ces derniers facteurs (Montagne, 2016).

16Deux éléments restent encore à souligner. Le premier est qu’à l’inverse des centres commerciaux qui les ont précédés, les shopping malls émiriens ne sont pas de simples lieux de consommation approvisionnant la ville : ce sont, dans les termes de leurs promoteurs, des « destinations », c’est-à-dire les lieux d’un tourisme de masse régional et international. Ce tourisme est lui-même un tourisme de consommation : un « shopping festival » est organisé à Dubaï durant l’été — la saison creuse en raison de la chaleur — et attire plusieurs millions de visiteurs, venus notamment d’Asie et d’Europe de l’Est. Les malls participent ainsi à la construction de la « marque territoriale » (branding) des villes émiriennes à l’échelle globale (Corbillé, 2013, 2014).

17Le second concerne l’exportation des modèles urbains du Golfe, dont les malls sont partie intégrante : l’influence de ces modèles est aujourd’hui visible du Maghreb à l’Asie centrale (Sinno, 2015 ; Wippel et al., 2014). Souvent financés par les mêmes capitaux, les établissements se ressemblent : le City Centre à Beyrouth, construit par le groupe dubaïote Majid Al Futtaim (qui possède notamment la franchise Carrefour pour le Moyen-Orient), rappelle les malls émiriens du même promoteur. Il les évoque par son architecture, par les enseignes représentées — dont la majorité appartient à la famille Al-Futtaim —, mais aussi par des détails sensibles comme la typographie utilisée sur les panneaux signalétiques, ou les odeurs d’encens khalijite qui y sont diffusées. De telles similitudes entretiennent le sentiment de familiarité ressenti par ceux qui voyagent d’un espace à un autre : hommes d’affaires, touristes, migrants des classes supérieures ou encore émigrés vers le Golfe de retour dans leur pays d’origine. Ces derniers sont d’ailleurs souvent responsables de la construction de malls semblables à ceux du Golfe, comme Mona Abaza (2006) l’a étudié pour l’Égypte. L’expérience de Rita évoquée en introduction souligne le plaisir que peuvent avoir les émigrés à voir des lieux semblables transposés dans leur pays d’origine — à la fois pour le confort qu’ils apportent à leurs allers-retours, mais aussi pour la distinction de classe qu’ils permettent d’afficher par rapport à ceux qui ne sont pas partis.

Ségrégations spatiales et urbanité émirienne

  • 9 Le séjour de longue durée aux Émirats est conditionné, pour les étrangers, à l’obtention d’un visa (...)

18L’évolution des espaces marchands aux Émirats est liée, comme on vient de le voir, à des dynamiques de reconfiguration des centralités urbaines. Dans les villes émiriennes, les nouvelles centralités dont font partie les shopping malls ont contribué à accroître la ségrégation spatiale des populations — les malls entérinent ainsi un processus qui est au cœur du développement urbain de ces villes, mais aussi de leurs transformations économiques et sociales. Il est important de rappeler en effet que la population nationale est minoritaire aux Émirats arabes unis, dont environ 88 % des résidents sont étrangers et n’ont accès ni à la citoyenneté émirienne, ni à des formes de résidence permanente9.

19Le devenir des centres commerciaux plus anciens à Abou Dhabi témoigne de cette évolution vers une ségrégation croissante des populations. Malgré les nombreuses destructions et rénovations du bâti, des espaces marchands représentatifs des étapes successives du développement urbain coexistent toujours dans la capitale. Ils ont évolué en fonction de leur âge et de leur emplacement pour répondre à des clientèles différentes. Ainsi l’irruption des malls a rendu obsolètes les shopping centres qui, déclassés, se sont tournés vers des commerces et des services destinés à des catégories moins favorisées de la population. Mes interlocuteurs évoquaient le Hamed Centre, sur la rue Electra au cœur du centre-ville d’Abou Dhabi, comme le premier de ces centres commerciaux. Probablement bâti à la fin des années 1980 ou au début des années 1990, il était connu pour ses salles de jeux d’arcade et ses boutiques de cassettes vidéo. Les jeunes Arabes habitant dans les blocs d’immeubles environnants passaient des heures à déambuler dans le centre et dans les rues alentour. Une cafétéria pakistanaise, au rez-de-chaussée, leur permettait de s’asseoir autour d’un soda. Aujourd’hui, le centre s’est reconverti dans les salons de coiffure africains et l’électronique bon marché ; sa clientèle est essentiellement sud-asiatique et africaine. Le Liwa Centre, également situé au centre-ville, était lui aussi un lieu de rencontre pour les adolescents dans les années 1990, y compris entre garçons et filles. En particulier, l’arrière du mall s’ouvre sur une petite place agrémentée de bancs où ils passaient du temps à discuter avec des bandes d’amis. Aujourd’hui, il a été reconverti en un magasin de meubles et de fournitures de maison (ill. 3). L’arrière du centre, souvent vide, ne fait plus l’objet de maintenance et seuls quelques hommes sud-asiatiques s’approprient parfois les bancs qui y subsistent.

ill. 3 – La façade du Liwa Centre à Abou Dhabi

ill. 3 – La façade du Liwa Centre à Abou Dhabi

Cliché Laure Assaf, 2013

  • 10 Dans un article opérant une critique du modèle analytique de la ville pétrolière, Nelida Fuccaro (2 (...)

20À quelques centaines de mètres de là, la transformation inverse a eu lieu. L’ancien souk d’Abou Dhabi, bâti dans les années 1970 durant l’une des premières phases du développement urbain, a été remplacé par un shopping mall flambant neuf à l’esthétique orientaliste, imitant les moucharabiehs et les portes en bois associés à l’imaginaire du souk traditionnel. Devant l’entrée, une esplanade offre des bancs presque entièrement semblables à ce qu’avaient dû être ceux du Liwa Centre (ill. 4). L’ancien souk était représentatif du projet urbain du Cheikh Zayed, émir d’Abou Dhabi et premier Président de la fédération des Émirats arabes unis à partir de 1971. Dans le but à la fois de sédentariser les Bédouins et de redistribuer les revenus pétroliers, les emplacements du souk avaient été distribués à la population nationale afin d’y ouvrir un commerce (Reisz, 2013). Les échoppes étaient ensuite louées par leurs propriétaires à des vendeurs iraniens, indiens ou pakistanais. Le dessin du souk suivait la volonté du Cheikh Zayed de faire d’Abou Dhabi à la fois une capitale « arabe » et une ville moderne. Il combinait un tracé orthogonal évoquant celui des plans urbains anglo-saxons, et des éléments calqués sur le modèle de la « ville islamique » : allées couvertes et mosquées au sein de chaque bloc d’immeuble10.

ill. 4 – L’esplanade devant le World Trade Centre, Abou Dhabi

ill. 4 – L’esplanade devant le World Trade Centre, Abou Dhabi

Cliché Laure Assaf, 2015

  • 11 Sur les trois tours, seules deux ont été menées à bien, le projet ayant connu semble-t-il des probl (...)

21À partir du début des années 2000, cependant, le souk tranche avec l’image de modernité que veulent projeter les dirigeants d’Abou Dhabi, et des projets sont élaborés pour le remplacer. L’architecte égyptien Yasser Elsheshtawy a analysé en détail les étapes successives du remplacement du souk, qui illustrent les dynamiques du développement urbain évoquées ci-dessus : d’abord confié à la municipalité, le projet passe après la mort du Cheikh Zayed en 2004 aux mains d’Aldar Properties (Elsheshtawy, 2008, 2011). Au moment où sont publiées les annonces d’expropriation, le marché est détruit par un incendie, et le nouveau projet est confié cette fois au cabinet d’architectes britannique Foster + Partners. Il comprend deux shopping malls, un hôtel, une tour de bureaux et une tour de résidences de 92 étages, la plus haute de la capitale11.

  • 12 Il faut préciser ici que parmi les privilèges accordés aux citoyens des Émirats arabes unis et issu (...)

22À Abou Dhabi, les malls ont donc participé, comme on l’a vu dans la première partie de cet article, à l’urbanisme par îlots privatisés et exclusifs qui caractérise le développement urbain depuis la fin des années 2000. Le cas du souk montre que ces espaces ont aussi été un instrument servant à repousser les populations indésirables — et notamment les Sud-Asiatiques pauvres — hors du centre-ville. Un autre trait central de ce développement urbain est la relégation de la population nationale — ou en tout cas des citoyens ordinaires, qui ne sont pas proches des familles régnantes — dans les banlieues de la ville. À Abou Dhabi, ces banlieues désignent à la fois les zones nouvellement urbanisées sur le continent, et les villes créées par les programmes de logements populaires (buyūt cha‘biyya) pour sédentariser les populations bédouines dans les années 1970. Ce processus, dont les enjeux complexes ne peuvent être développés dans ce texte, a été analysé pour le Koweït par l’historienne koweïtienne Farah Al-Nakib (2016). Les luxueux shopping malls construits à proximité de ces nouvelles banlieues peuvent être lus comme un moyen de compenser l’éloignement du centre-ville pour les citoyens qui acceptent de s’y déplacer — de la même manière que la possibilité d’obtenir des villas plus spacieuses est mise en avant par le gouvernement12.

  • 13 Sur la notion de citadinité, cf. Mermier, 2015.
  • 14 Nelida Fuccaro (2009) retrace par exemple la manière dont les politiques menées par la municipalité (...)

23Les malls sont donc à la fois un reflet et un outil de la ségrégation sociale et spatiale des populations dans les villes du Golfe. Pour cette raison, Farah Al-Nakib les dépeint comme un facteur de « désurbanisation » (de-urbanization) de la ville, par référence à une urbanité qu’elle définit à la suite d’Henri Lefebvre comme une « confrontation des différences » et un « style de vie », et qui s’approche plutôt de la notion française, qui n’a pas d’équivalent anglais, de citadinité13 (Al-Nakib, 2016). Ce discours de la perte d’une vie citadine après les débuts de l’exploitation pétrolière est courant parmi les élites intellectuelles du Golfe mais aussi parmi les résidents de ces villes, qui ont assisté à la transformation radicale du paysage urbain et à sa ségrégation croissante. Il rend compte d’une nostalgie d’autant plus intense que les villes du Golfe n’ont cessé, depuis, de se transformer. En même temps, il renvoie à des modifications concrètes de la matérialité urbaine qui ont influé sur les pratiques et les relations possibles dans ces villes14.

Comment se conduire dans les shopping malls15 : fréquentations hétérogènes et conflits

  • 15 Ce titre est bien entendu une référence à l’ouvrage d’Erving Goffman, Behaviour in Public Spaces, q (...)
  • 16 Le week-end aux Émirats est vendredi et samedi.

24Il y a pourtant une certaine contradiction à évoquer le thème de la « désurbanisation » tout en décrivant les foules denses qui se retrouvent dans les shopping malls du Golfe chaque fin de semaine. Aux Émirats arabes unis, il suffit en effet de se rendre dans l’un de ces établissements un jeudi ou un vendredi soir16 pour avoir un aperçu de la diversité de leurs usagers, déjà sensible dans la variété des styles vestimentaires : les costumes « nationaux », kandūra (longue tunique blanche) pour les hommes et ‘abāya (manteau noir porté par-dessus les vêtements) pour les femmes, y côtoient le costume formel, les jeans et t-shirts ou encore le sari de couleur vive (ill. 5). Ce succès s’explique par le fait que les malls sont parmi les espaces accessibles au plus grand nombre dans les villes émiriennes. De plus, loin d’une version idéalisée des espaces publics qui en ferait des lieux de relations nécessairement pacifiques entre communautés, les formes de distinction et de conflit qui se déploient dans les malls apparaissent comme les signes les plus sûrs de leur inscription dans l’urbanité spécifique de ces villes.

ill. 5 – Passants et flâneurs à Marina Mall, Abou Dhabi

ill. 5 – Passants et flâneurs à Marina Mall, Abou Dhabi

Cliché Laure Assaf, 2011

  • 17 Claire Beaudevin (2004) voit dans les souks féminins en Oman un précurseur de ces espaces, au sens (...)

25Le succès des malls est certainement dû en partie à l’absence d’autres espaces de rassemblement dans les villes émiriennes. Celles-ci obligent en effet à repenser la définition de l’espace public, qui ne peut être compris seulement en termes d’accès. La rue, libre et ouverte à tous, est investie par les expatriés sud-asiatiques pauvres mais, en partie pour cette raison, n’est pas accessible à la plupart des jeunes femmes arabes. À l’inverse, les malls ont été appropriés par les femmes dans la mesure où ils leur permettaient d’accéder à un espace marchand et à des modes de consommation qui ne leur étaient pas disponibles auparavant17 (Abu Shehab, 2000 ; Le Renard, 2011a). Lorsque j’ai rencontré Amal, une jeune femme de père somalien et de mère yéménite qui a grandi à Abou Dhabi, elle étudiait dans une université située en dehors du centre-ville. Après ses cours, elle empruntait la navette mise à disposition des étudiants, dont les arrêts coïncidaient avec les principaux malls de la capitale. Elle descendait au mall le plus proche de chez elle, s’installait dans un café et lisait un livre ou révisait ses cours en attendant que son père vienne la chercher en voiture après le travail. Elle appréciait ces moments de calme et de solitude loin de l’espace domestique — un petit appartement partagé avec ses parents et ses frères et sœurs, neuf personnes en tout. Dans le même temps, bien que le mall en question soit situé à dix minutes de chez elle, elle ne pouvait rentrer à pied, pour des raisons liées à la fois au développement urbain et à la ségrégation sociale des villes émiriennes. La rue était considérée par sa famille comme un endroit peu sûr pour une jeune femme, en partie de par son caractère inhospitalier pour les piétons, et en partie en raison de la catégorie d’hommes qui s’y trouvait. À l’inverse, le mall est perçu comme un espace sûr à la fois par sa propreté et par les formes de surveillance qui y règnent.

26Contrairement à leurs prédécesseurs américains, les malls des Émirats sont pour la plupart des lieux de proximité — même si cette dimension tend à se modifier avec les nouveaux développements urbains. À Abou Dhabi, les malls « historiques » (ceux construits dans la première moitié des années 2000) sont situés au centre-ville et accessibles à pied ou en bus, quand bien même la très grande majorité des visiteurs s’y rend en voiture. À Dubaï, les malls scandent les stations de la ligne de métro. L’arrivée des malls en ville a modifié les comportements : ils sont devenus des espaces de promenade agréables, y compris durant les mois d’été tandis que, jusque-là, tous ceux qui le pouvaient voyageaient à l’étranger pour fuir la chaleur. Une étudiante émirienne parodia, durant un entretien, les récits historiques de l’avant et de l’après-pétrole en me faisant remarquer que, si l’on écoutait ses parents, ce serait plutôt « l’avant et l’après-air conditionné » qu’il faudrait considérer comme une temporalisation significative.

  • 18 Dans le même entretien cité par The National, le directeur marketing ajoute en outre que l’interdic (...)

27Si les malls font ainsi figures d’espaces publics, en sont néanmoins exclues les classes les plus pauvres de la population, c’est-à-dire les travailleurs pauvres, majoritairement des hommes sud-asiatiques. Les hommes seuls ne sont pas systématiquement interdits d’entrée dans les malls émiriens, mais de telles restrictions ont été ponctuellement instaurées. En 2009, le mall Al Bawadi d’Al-Ain (deuxième ville de l’émirat d’Abou Dhabi) a interdit l’entrée aux ouvriers durant les week-ends quelques mois après son ouverture. Interrogé par le quotidien anglophone The National, le directeur marketing du mall invoque les « regards » des ouvriers sur les femmes comme le principal problème (Al Ghalib, 2009). Le reste de son discours, cependant, souligne plutôt la dimension de la classe sociale : il justifie cette décision en rapportant que certains ouvriers dorment sur les bancs à l’entrée et ne connaissent pas le « comportement approprié » par manque d’éducation18. Récusant les accusations de racisme, la police municipale souligne quant à elle que l’interdiction est en réalité l’application d’un code vestimentaire valable pour tous les visiteurs du mall (et qui consiste à être « vêtu de manière appropriée »). L’article se conclut sur le projet des promoteurs d’ouvrir un autre mall accolé à Al Bawadi, à destination des ouvriers dont la plupart logent aux alentours, et qui serait composé des boutiques les moins chères. Si la dimension économique et raciale de l’exclusion des ouvriers sud-asiatiques est donc ici évidente, leur absence ne semble pas faire la plupart du temps l’objet de règles explicites : elle résulte plutôt d’une auto-exclusion, entretenue par les attitudes hostiles des autres résidents à leur égard et le caractère inaccessible des prix pratiqués. Il m’est arrivé d’assister à un petit défilé de mode de ‘abāyāt dans l’un des malls d’Abou Dhabi. Rapidement, une foule d’hommes sud-asiatiques composa la majeure partie des spectateurs ; les vigiles du centre commercial restèrent stoïques, mais les surveillaient avec une hostilité visible, tandis que les autres spectateurs s’en allaient.

  • 19 Pour une analyse de la fréquentation de la corniche d’Abou Dhabi, cf. Assaf, 2013a.

28À l’exception des travailleurs migrants pauvres, les malls sont, avec les parcs et les corniches, les espaces où se côtoient les populations les plus diverses dans les villes émiriennes19. La multiplicité des services offerts en est l’un des facteurs : les familles de toutes nationalités viennent profiter des espaces de jeux pour enfants. Les touristes se consacrent essentiellement au shopping et photographient les décors. On y croise aussi des groupes plus défavorisés : employés de service de nationalités variées ou femmes de ménage philippines s’y rejoignent le week-end pour discuter dans les food courts, les espaces de restauration rapide bon marché où il est également possible d’occuper une table sans consommer. Les malls émiriens comportent en outre des salles de prière, et un interlocuteur m’a rapporté qu’à l’ouverture du Marina Mall, un sermon y était prononcé chaque vendredi.

  • 20 S’y ajoutent de nombreux autres marqueurs qui pourraient être longuement décrits, tels que les paru (...)

29Cette hétérogénéité des populations qui fréquentent le mall ne résulte cependant pas en une foule anonyme et en apparence égalitaire. Ainsi les nationaux se distinguent du reste de la population par des régimes de visibilité spécifiques, dans lesquels le vêtement, déjà évoqué, tient un rôle central comme marqueur ethnique et social20. Il n’est donc pas étonnant que, parmi les conflits suscités par le côtoiement de catégories très distinctes de la population, les plus visibles se cristallisent autour des codes vestimentaires. Le sujet fait régulièrement l’objet de campagnes sur les réseaux sociaux, souvent menées par des femmes émiriennes. Elles sont principalement dirigées contre les étrangères, occidentales et asiatiques, dont les vêtements sont jugés impudiques. En 2012, deux jeunes femmes, Hanane Al-Rayyes et Asma Al-Muhairi, lancent une campagne sur Twitter après avoir vu une femme vêtue d’un short très court dans un mall de Dubaï. À l’aide du mot-clé #UAEdresscode, elles promeuvent l’application de codes vestimentaires plus en accord avec les normes de pudeur émiriennes, et encouragent à sanctionner les étrangers qui ne s’y plieraient pas. Leur campagne reçoit un écho dans la presse internationale.

  • 21 Il va de soi que cette manière de ménager les expatriés, en tolérant la plupart du temps les infrac (...)

30Ces batailles autour des codes vestimentaires renvoient à la question des normes de comportement dans l’espace urbain. Elles sont sous-tendues par les « angoisses culturelles » (Carvalho Pinto, 2012) nées au sein de la population nationale émirienne à partir des années 1980. Les citoyens perçoivent comme une menace morale la coexistence de diverses nationalités, et par conséquent de normes sociales différentes en ce qui concerne les relations entre les sexes ou la pudeur dans les comportements publics. La campagne citée fait suite à une autre initiative lancée en 2010, l’« appel émirien au respect » (nida’ imārātī li-l-iḥtirām) rédigé par deux usagers de Twitter, Muna Al-Shamsi et Jalal Bin Thaneya. Leur texte débute en affirmant que les Émirats sont « un melting-pot harmonieux (wi‘ā’a mutanāsiq) où se mêle une variété de nationalités avec leurs habitudes et leurs traditions différentes », mais que « dernièrement, le pot a commencé à montrer des signes d’ébullition ». Ils appellent ensuite à boycotter les boutiques qui jouent de la musique à plein volume pendant l’adhān (l’appel à la prière), celles qui vendent des vêtements indécents, de même que les lieux qui refusent d’appliquer des codes vestimentaires plus stricts. Dans les deux cas, les initiateurs de ces campagnes expliquent leur recours aux réseaux sociaux par le fait que leurs tentatives d’intervention directe auprès des établissements en question n’ont pas été entendues. En effet, les malls affichent à l’entrée des panneaux indiquant la « tenue correcte » (vêtements couvrant le haut des bras et les jambes) à adopter et rappelant aux visiteurs d’éviter les démonstrations publiques d’affection, mais ces règles ne semblent être appliquées que dans le cas où quelqu’un (en particulier un citoyen émirien) se plaint de leur non-respect. Noora Lori interprète ce type de réponse aux « transgressions morales ou culturelles » comme un moyen, pour l’État émirien, de gérer à la fois son besoin des travailleurs étrangers et les préoccupations des citoyens, en ne punissant les infractions que lorsque ces derniers en font la demande explicite21 (Lori, 2011).

Mettre en scène des sujets modernes et cosmopolites

31Les malls émiriens mettent ainsi en présence des populations hétérogènes — une coprésence conditionnée à l’exclusion de l’altérité radicale que représentent les ouvriers sud-asiatiques pauvres, comme c’est le cas dans d’autres espaces tels que la corniche (Assaf, 2013a). L’émergence de ces espaces marchands dans les villes émiriennes a produit de nouvelles formes de côtoiement des populations, et ce faisant les pratiques de distinction et les conflits qui accompagnent la négociation d’un espace partagé. Mais ces lieux ont aussi permis l’invention d’usages particuliers, qui contribuent à produire de nouvelles pratiques citadines et, à travers elles, de nouveaux modes de subjectivation. J’ai évoqué en introduction les manières dont Rita, femme égyptienne d’une soixantaine d’années, se met en scène comme une habituée du mall. Cantonnée par son statut de retraitée à un rôle de femme au foyer qui ne lui convient guère, Rita trouve dans le mall un lieu où elle peut afficher à la fois son aisance à naviguer entre des enseignes internationales et à parler anglais, et sa familiarité avec les autres malls qu’elle fréquente ailleurs dans le monde — en Égypte et aux États-Unis, où vit sa fille.

32Les usages des malls par les jeunesses arabes d’Abou Dhabi sont eux aussi particulièrement représentatifs de ce phénomène, et valent la peine de s’y attarder un moment. En effet, les transformations rapides des espaces marchands qui ont eu lieu aux Émirats au tournant du xxie siècle ont accompagné le passage de l’enfance à l’adolescence, puis à l’âge adulte, des jeunes gens que j’ai rencontrés, qui avaient entre 18 et 30 ans dans les années 2010. L’émergence des malls aux Émirats s’articule en effet à trois phénomènes importants : l’apparition d’espaces d’autonomie pour la jeunesse, tels que les campus universitaires, qui ouvrent la voie à des sociabilités différenciées selon l’âge ; le développement de sociabilités mixtes en termes de genre ; et l’apparition d’une société urbaine cosmopolite qui, comme on l’a montré, se donne à voir dans ces espaces — alors même que les discours officiels se concentrent sur la construction nationale et mettent en avant la distinction entre citoyens et non-citoyens.

33La plupart de mes interlocuteurs ont le souvenir de leur première visite au mall comme d’un événement. Enfants, c’est surtout la taille et l’esthétique de cet espace qui les avaient frappés. Les malls ont ensuite constitué les lieux privilégiés de leurs tribulations enfantines et adolescentes — avec la famille d’abord, puis en groupes d’amis après l’école ou durant le week-end. Les caractéristiques du mall, et notamment la surveillance qui y règne — discrète mais omniprésente, à travers les gardes de sécurité et les caméras —, l’autorisent en effet à devenir un espace d’autonomie relative pour les jeunes d’Abou Dhabi. Les enfants sont souvent laissés libres d’aller et venir autour du groupe familial ou sous la surveillance d’une nourrice, voire de se rendre seuls au cinéma tandis que les parents font leurs achats. Pour les adolescents, le mall est d’abord un lieu de déambulation et une scène urbaine au sens de Goffman (1992), quel que soit par ailleurs leur pouvoir d’achat. Les jeunes hommes expatriés arabes m’ont raconté comment, jusqu’à leurs 14 ou 15 ans, ils passaient des heures à marcher dans le mall et à regarder les gens, sans nécessairement consommer — ou en se contentant de partager un soda dans la food court. Ahmad, un Syrien âgé d’une vingtaine d’années et qui a grandi à Abou Dhabi, me fit part un jour de sa nostalgie pour ces déambulations gratuites — dans tous les sens du terme. Ses groupes d’amis actuels, plus internationaux, n’allaient désormais au mall que pour le cinéma, un loisir cher qu’il ne pouvait pas se permettre. Dans une société structurée par de très fortes hiérarchies statutaires, au sein desquelles s’entrelacent et se superposent les hiérarchies de nationalité, d’ethnicité, de classe sociale et de genre, les malls sont donc des espaces qui à la fois reproduisent ces distinctions et autorisent des formes de contournement (Assaf, 2017).

34Le mall est aussi une scène au sens où il invite à des modes de présentation de soi et à des dramaturgies spécifiques (Goffman, 1992). La sortie au mall, pour les jeunes adultes d’Abou Dhabi, implique de s’apprêter et de se mettre en scène. Lorsque nous marchons ensemble le long des boutiques, ou que nous prenons un café dans un espace ouvert sur les allées du mall remplies de passants (ill. 6), Amal ne cesse de rajuster nerveusement les pans de son ḥijāb (voile) — en particulier lorsque nous croisons des groupes de jeunes hommes. Autour de nous, les accessoires — téléphone personnalisé, sac à main d’une marque de luxe — sont laissés ostensiblement sur les tables. Ils soulignent, comme le note Amélie Le Renard, que les nouvelles formes de sociabilité qui se nouent dans cet espace sont également productrices de nouvelles normes consuméristes, particulièrement contraignantes pour les jeunes femmes qui n’ont pas accès à d’autres lieux (Le Renard, 2011b). Les déambulations dans le mall possèdent elles aussi leurs propres dramaturgies, depuis les chassés-croisés entre groupes d’adolescents et d’adolescentes qui s’observent d’un escalier roulant à l’autre, jusqu’aux bandes d’amis qui adoptent des démarches volontairement nonchalantes et ostentatoires, occupant temporairement toute la largeur d’une allée.

ill. 6 – Deux cafés ouverts sur l’espace du mall, Marina Mall, Abou Dhabi

ill. 6 – Deux cafés ouverts sur l’espace du mall, Marina Mall, Abou Dhabi

Cliché Laure Assaf, 2011

  • 22 Pour une analyse de ces restrictions aux Émirats, et du rapport entre réputation des jeunes femmes (...)

35Si le mall représente une scène urbaine particulière, c’est aussi parce qu’il va à l’encontre de la ségrégation des sexes qui préside dans d’autres espaces. « Le mall, on y va quand on veut voir des filles », me disent des jeunes hommes syriens qui, le reste du temps, se réunissent sur le parking du port — une forme de sociabilité exclusivement masculine. Le mall est en effet, on l’a vu, un lieu accessible aux jeunes femmes malgré les restrictions pesant sur leur mobilité et leur accès au reste de l’espace public22. Dans un contexte où, pour les jeunes Arabes et pour les jeunes nationaux en particulier, les mondes féminin et masculin sont maintenus séparés à partir de l’adolescence, la mixité sexuelle du mall représente une dimension centrale du lieu — au point que la fréquentation de certains malls, considérés comme des lieux de drague, s’apparente pour une partie des jeunes femmes émiriennes à une transgression des normes familiales (Assaf, 2013b et c).

36Leïla, une jeune femme libanaise, a ainsi rencontré son futur époux dans un mall d’Abou Dhabi. Elle avait l’habitude d’y passer ses après-midi, à la sortie de l’université, avec son groupe d’amies. Elle rencontre un jour un vendeur, libanais également, avec qui elle s’entend bien et qui commence à flirter. Puisqu’elle se rend au mall presque tous les jours, leur relation se développe, et se poursuit le soir par l’intermédiaire des messageries instantanées. Bientôt, la sortie au mall entre copines devient un prétexte pour des rendez-vous amoureux avec celui qui est devenu son petit ami. Lors de ma première rencontre avec Leïla, elle vient de dévoiler sa relation amoureuse à sa mère, qui l’a accompagnée au mall pour rencontrer le jeune homme et donner son approbation. L’objectif, très explicite, est de préparer le terrain : sa mère est chargée d’évoquer ensuite auprès du père le sujet du mariage. L’opération réussit : quelques mois plus tard, le jeune homme se rend chez Leïla pour faire sa proposition. Lorsque je la croise l’année suivante dans un restaurant du centre-ville d’Abou Dhabi, elle est accompagnée de son époux et d’une poussette dans laquelle dort un nouveau-né. Le mall se fait ici le prolongement de ces autres espaces d’autonomie pour les jeunes que sont le campus universitaire et les réseaux sociaux en ligne — il participe en ce sens à des formes de sociabilité amicale propres à cette génération. Parce qu’il est aussi un lieu respectable et surveillé, il permet en outre des rencontres qui ne sont pas possibles ailleurs. Dans le cas de Leïla, il autorise une transgression tolérée de l’interdit social portant sur les relations entre les sexes avant le mariage.

  • 23 Y compris des plats moyen-orientaux passés au rang de nourriture internationale, comme les mezzés d (...)
  • 24 Je remercie Franck Mermier de m’avoir suggéré cette interprétation.

37Certaines des mises en scène de soi favorisées par ces espaces sont plus directement associées à l’esthétique marchande du mall. Ce lieu de consommation évoque une certaine image de la modernité et du monde global qui est recherchée par les jeunes adultes. L’expérience du global se fait d’abord par les modalités mêmes de la consommation dans les cafés et restaurants du mall, pour la plupart des franchises de chaînes internationales. Les jeunes adultes y commandent en anglais des plats standardisés23, sur fond de musique pop libanaise ou américaine. Les pratiques consuméristes du mall permettent donc d’exhiber une compétence à naviguer dans ces espaces et à y être à l’aise, ce qu’Anouk De Koning nomme un « cosmopolitisme ostentatoire » (2009). Celui-ci est favorisé par le caractère standard et aseptisé des lieux, qui permet la répétition des formes d’un mall à l’autre et le développement de cette compétence. Il l’est aussi par leurs décors, dont certains mettent directement en scène un « cosmopolitisme marchandisé »24 — comme dans le cas du Ibn Battuta Mall évoqué en introduction. La diversité ethnique de la société émirienne, qui est niée au sein des discours officiels, ne semble en effet exister légitimement qu’à travers des « scénographies commerciales » (Raulin, 2000) qui la tiennent à distance : l’Inde, l’Égypte ou la Perse, dont sont originaires une part importante des résidents des Émirats, ne semblent ici avoir droit de cité que sous la forme d’une esthétique exotisée. Mais à travers la consommation de ces décors et de ces esthétiques, les malls permettent en retour aux jeunes adultes de mettre en scène une identité cosmopolite, et de se présenter comme des sujets modernes, à l’aise au sein de cette diversité. Ce faisant, les jeunes adultes s’extraient temporairement des différenciations statutaires en mettant l’accent sur leur capacité à participer à la société urbaine dans sa dimension globale — un jeu d’échelles qui les soustrait aux tensions provoquées par la distinction entre nationaux et étrangers (Assaf, 2013c).

38Les jeunes adultes, à partir de 18 ou 20 ans, tendaient à préférer ce type de sociabilité consumériste à la déambulation des adolescents. Le mode d’occupation de l’espace est en effet un marqueur de l’âge — même si être assis au café ne signifie pas être sédentaire : certains y restaient des heures, voire y retournaient après avoir fait un tour, tandis que d’autres changeaient de lieu en ayant à peine consommé. Cette évolution des formes de sociabilité était parfois accompagnée d’un discours de lassitude vis-à-vis du mall : ils y étaient trop allés, et se distanciaient de pratiques associées aux adolescents. Ils transposaient alors leurs sociabilités dans les coffee shops, les cafés internationaux que l’on retrouve un peu partout dans la ville. Ces derniers tendent à se multiplier et à prendre des formes variées : à Dubaï et Abou Dhabi, en même temps que la forme du mall continue à se banaliser, ont ainsi surgi dans les dernières années de nombreux cafés qui leur font concurrence. Ceux-ci, comme The Pavilion à Dubaï, jouent sur une dimension artistique en proposant des espaces de co-working à l’esthétique épurée et confortable, et en mettant des magazines d’art à disposition des clients. D’autres, comme l’Art House ou le Third Place Café à Abou Dhabi, adoptent une authenticité affectée, avec des meubles recyclés et dépareillés qui font un contrepoint à la standardisation des malls. Si ces cafés connaissent un grand succès, ils restent plus chers et plus difficilement accessibles pour une partie des jeunes de ces villes.

*

* *

39Dans le poème ismīk mūl al-zayn, dont un extrait est cité en exergue de ce texte, le poète émirien Ghānim bin Rāshid Al-Quṣaylī adopte une forme et une versification caractéristiques de la poésie bédouine de la péninsule Arabique appelée shi‘r nabaṭī — si ce n’est que le thème classique de la lamentation nostalgique est ici adapté à l’objet contemporain du mall. Le poète y lamente sa jeunesse perdue en décrivant la beauté des jeunes femmes qui fréquentent le mall et la variété de leurs charmes par rapport aux femmes de son époque. Le mall est ainsi mis en parallèle — à son avantage — avec un arbre centenaire de Charjah, l’émirat dont est originaire Al-Qusaylī : la tradition voulait que les jeunes femmes cherchant un mari passent la nuit sous cet arbre (Holes et Abu Athera, 2011 : 130).

40Le poème est une réflexion — très courante dans la poésie nabaṭī contemporaine — sur le temps qui passe et l’importance du changement social connu par le pays en quelques dizaines d’années. De la même manière que les 4x4 ont remplacé les chameaux dans l’élégie bédouine, le mall se substituerait à la place du village comme lieu de sociabilité et de rencontre des jeunes gens. Mais le poète, ayant manqué le coche, ne peut qu’observer de loin les beautés — matérielles et humaines — mises en scène dans cet espace. Le parallèle avec l’arbre souligne implicitement à la fois le caractère des malls comme lieux de rassemblement et la mixité sexuelle permise par ces espaces, qui ne semblent dédiés qu’à la contemplation des « filles ». Ce parallèle établit aussi une forme de continuité dans le changement, entre la vie sociale précédant l’exploitation pétrolière et celle qui l’a suivie.

41L’analyse des malls émiriens proposée dans cet article souligne en effet le rapport complexe de ces formes urbaines avec la temporalité. Les malls apparaissent d’abord comme symptomatiques d’une étape dans le développement urbain des villes émiriennes : celle, entamée depuis le début des années 2000, de la diversification économique et de l’orientation vers le tourisme global. À la lumière du reste de ce recueil, et au moment où la ville de Dubaï s’apprête à accueillir l’exposition universelle de 2020, les malls émiriens peuvent être vus comme l’incarnation d’une volonté politique : celle de faire des Émirats les fers de lance d’une nouvelle modernité qui, après avoir longtemps cherché à l’imiter, aurait enfin surpassé la modernité occidentale. Cette volonté est en tout cas sensible dans les discours qui accompagnent les plans de développement du pays, alors même que les formes architecturales et esthétiques continuent largement, quant à elles, à renvoyer à un modernisme daté.

42Du point de vue des pratiques, les malls participent à la production d’une urbanité émirienne qui se caractérise par des modes spécifiques de ségrégation en fonction des intersections entre nationalité, classe sociale et genre. Ce faisant, l’espace du mall donne à voir la négociation des normes de comportement, de côtoiement et d’évitement dans l’espace public, ainsi que les conflits qu’elle suscite. Mais les usages des malls ne reflètent pas seulement des pratiques citadines qui s’élaboreraient ailleurs : le cas des jeunes Émiriens et expatriés arabes, pour qui ces espaces fonctionnent comme des opérateurs de subjectivation permettant de s’afficher en sujets modernes et cosmopolites, indique qu’ils favorisent aussi la création de nouveaux usages et pratiques.

43Pour cette génération qui a grandi avec et dans cet espace, le mall est cependant associé à un âge spécifique, celui de la jeunesse voire de l’adolescence. Se pose ainsi la question de la pérennité de ces usages et de la forme du mall, alors même que les pratiques évoluent et qu’émergent des espaces concurrents. Se pourrait-il que le mall tienne un jour, à sont tour, la place de l’arbre du poème ? Les photographies des « malls morts » (dead malls) aux États-Unis, évoquées en fin d’introduction à ce recueil et qui montrent la nature envahissant ces lieux abandonnés, laissent imaginer qu’une telle issue n’est pas impossible.

Haut de page

Bibliographie

Abaza, Mona
2006 Changing consumer cultures of Modern Egypt : Cairo’s urban reshaping (Leyde, Boston, Brill).

Abu Shehab, Amina Abdullah
2000 The UAE in the era of affluence : An anthropological study of consumption (Londres, University of London).

Al Ghalib, Essam
2009 Mall bans labourers on evenings and weekends, The National, 7 juillet, en ligne : https://www.thenational.ae/uae/mall-bans-labourers-on-evenings-and-weekends-1.486880, consulté le 22/08/2017.

Al-Nakib, Farah
2016 Kuwait transformed : A history of oil and urban life (Stanford, Stanford University Press).

Assaf, Laure
2013a La corniche d’Abu Dhabi  : espace public et intimités à ciel ouvert, Arabian Humanities, 2, en ligne : https://cy.revues.org/2625. DOI : 10.4000/cy.2625.
2013b Espaces vécus et imaginés des rencontres amoureuses aux Émirats arabes unis, EchoGéo, 25, en ligne : https://echogeo.revues.org/13538. DOI : 10.4000/echogeo.13538.
2013c Autour d’un café : sociabilité des jeunes à Abou Dhabi, in L. Bonnefoy et M. Catusse (éd.), Jeunesses arabes. Du Maroc au Yémen  : loisirs, cultures et politiques (Paris, La Découverte) : 53‑62.
2017 Jeunesses arabes d’Abou Dhabi (Émirats arabes unis). Catégories statutaires, sociabilités urbaines et modes de subjectivation, thèse de doctorat en anthropologie, Université Paris Nanterre.

Beaudevin, Claire
2004 Souks féminins en Oman. Séparatisme commercial ou renforcement d’une « culture de genre », Chroniques yéménites, 12, en ligne : https://cy.revues.org/189. DOI : 10.4000/cy.189.

Buckley, Michelle et Hanieh, Adam
2014 Diversification by urbanization : Tracing the property-finance nexus in Dubai and the Gulf, International Journal of Urban and Regional Research, 38 (1) : 155‑175. DOI : 10.1111/1468-2427.12084.

Carvalho Pinto, Vânia
2012 Nation-building, state and the genderframing of women’s rights in the United Arab Emirates (Reading, Ithaca Press).

Corbillé, Sophie
2013 Les marques territoriales : objets précieux au cœur de l’économie de la renommée, Communication, 32 (2), en ligne : https://communication.revues.org/5014. DOI : 10.4000/communication.5014.
2014 Les marques territoriales  : opérateurs de patrimoine en contexte globalisé. Le cas d’Abou Dhabi, in C. de Saint-Pierre (éd.), La ville patrimoine : formes, logiques, enjeux et stratégies (Rennes, Presses universitaires de Rennes) : 163‑180.

De Koning, Anouk
2009 Global dreams : Class, gender, and public space in cosmopolitan Cairo (Le Caire, American University in Cairo Press).

Elsheshtawy, Yasser (éd.)
2004 Planning Middle Eastern cities : An urban kaleidoscope in a globalizing world (Londres, Routledge).

Elsheshtawy, Yasser
2008 Cities of sand and fog : Abu Dhabi’s global ambitions, in Y. Elsheshtawy (éd.), The evolving Arab city : Tradition, modernity and urban development (Londres, Routledge) : 258‑304.
2011 Informal encounters : Mapping Abu Dhabi’s urban public spaces, Built Environment, 37 (1) : 92‑113.

Fuccaro, Nelida
2001 Visions of the city : Urban studies on the Gulf, Middle East Studies Association Bulletin, 35 (2) : 175‑187. DOI : 10.1017/S0026318400043339.
2009 Histories of city and state in the Persian Gulf : Manama since 1800 (Cambridge, Cambridge University Press).

Goffman, Erving
1992 La mise en scène de la vie quotidienne (Paris, Éditions de Minuit).
2013 Comment se conduire dans les lieux publics : notes sur l’organisation sociale des rassemblements (Paris, Économica).

Halliday, Fred
1974 Arabia without sultans (Londres, Saqi Books).

Hanieh, Adam
2010 Khaleeji-capital : Class-formation and regional integration in the Middle-East Gulf, Historical Materialism, 18 (2) : 35‑76.
2011 Capitalism and class in the Gulf Arab states (New York, Palgrave Macmillan).

Harvey, David
2005 A brief history of neoliberalism (Oxford, Oxford University Press).

Holes, Clive et Abu Athera, Said Salman
2011 The nabati poetry of the United Arab Emirates (Reading, Ithaca Press).

Kanna, Ahmed
2011 Dubai, the city as corporation (Minneapolis, University of Minnesota Press).

Khalaf, Sulayman
2005 National dress and the construction of Emirati cultural identity, Journal of Human Sciences, 11 : 229-267.

Koolhaas, Rem
2007 After Bilbao – Thomas Krens’ vision for Abu Dhabi as a « cultural destination », in R. Koolhaas (éd.), Al Manakh, vol. 12 (Amsterdam, Archis) : 334‑336.

Le Renard, Amélie
2011aFemmes et espaces publics en Arabie Saoudite (Paris, Dalloz).
2011b Pratiques du shopping mall par les jeunes Saoudiennes. Sociabilité et consumérisme à Riyad, in F. Mermier et M. Peraldi (éd.), Mondes et places du marché en Méditerranée  : formes sociales et spatiales de l’échange (Paris/Rabat/Beyrouth, Karthala/Centre Jacques Berque/Institut français du Proche-Orient) : 187-213.

Lori, Noora
2011 National security and the management of migrant labor : A case study of the United Arab Emirates, Asian and Pacific Migration Journal, 20 (3‑4) : 315‑337. DOI : 10.1177/011719681102000304.

Ménoret, Pascal
2016 Royaume d’asphalte : jeunesse en révolte à Riyad (Paris, La Découverte).

Mermier, Franck
2015 Récits de villes : d’Aden à Beyrouth (Arles, Actes Sud/Sindbad).

Montagne, Clémence
2016 Développement urbain et planification urbaine à Abu Dhabi et à Dubaï. Politiques, acteurs et mobilités, thèse de doctorat en aménagement et urbanisme, Université Paris-Sorbonne.

Ponzini, Davide
2011 Large scale development projects and star architecture in the absence of democratic politics : The case of Abu Dhabi, UAE, Cities, 28 (3) : 251‑259. DOI : 10.1016/j.cities.2011.02.002.

Raulin, Anne
2000 L’ethnique est quotidien : diasporas, marchés et cultures métropolitaines (Paris, L’Harmattan).

Reisz, Todd
2013 Plans the earth swallows : An interview with Abdulrahman Makhlouf, Portal 9, 2 : 98‑113.

Sinno, Maïa
2015 Les investissements du Golfe dans l’immobilier au Caire depuis 2011 : des vecteurs d’influence qui s’inscrivent dans l’économie globale et locale, in R. Stadnicki (éd.), Villes arabes, cités rebelles (Paris, Éditions du cygne) : 160‑172.

Troin, Jean-François
2011 Des souks ruraux marocains aux shopping centers du Golfe : lieux de commerce et mutations des sociétés, in F. Mermier et M. Peraldi (éd.), Mondes et places du marché en Méditerrannée  : formes sociales et spatiales de l’échange (Paris/Rabat/Beyrouth, Karthala/Centre Jacques Berque/Institut français du Proche-Orient) : 57‑78.

Vora, Neha
2013 Impossible citizens : Dubai’s Indian diaspora (Durham, Duke University Press).

Wippel, Steffen, Bromber, Katrin, Steiner, Christian et Krawietz, Birgit. (éd.)
2014 Under construction : Logics of urbanism in the Gulf region (Farnham, Ashgate).

Zubaida, Sami
2014 Drink, meals and social boundaries, in J. A. Klein et A. Murcott (éd.), Food consumption in global perspective : Essays in the anthropology of food in honour of Jack Goody (Basingstoke, Palgrave Macmillan) : 209‑223.

Haut de page

Notes

1 J’ai fait le choix de conserver la traduction anglaise qui, bien qu’elle prenne des libertés avec la version originale, en restitue la versification (Holes et Abu Athera, 2011).

2 Le « mouvement moderne » réfère en architecture à un style né dans la première moitié du xxe siècle en Europe puis aux États-Unis, qui inclut aussi bien le mouvement du Bauhaus que les travaux de Le Corbusier et ses disciples, mais qui a connu son âge d’or dans la période suivant la seconde guerre mondiale. Il se caractérise par l’usage de matériaux industriels (structures en béton, verre et métal), par la subordination de la forme à la fonction, ou encore par des formes telle que la « façade rideau », dissociée de la structure porteuse du bâtiment, ce qui permet notamment les grandes façades vitrées caractéristiques des malls.

3 Ahmed Kanna note par exemple que l’émir de Dubaï, Mohammed Al-Maktoum, se désigne souvent lui-même comme le « PDG de Dubaï » (CEO of Dubai) ; une formule que l’auteur considère comme représentative de l’émergence du néolibéralisme à Dubaï (2011 : 139).

4 Voir leur site internet : http://lulugroupinternational.com/retail.php, consulté le 20/03/2017. Début 2017, le groupe possède au total neuf malls dans l’émirat d’Abou Dhabi (six dans la capitale, deux à al-Ain, la deuxième ville de l’émirat, et un à Ruwais, ville pétrolière de la région occidentale). Il compte également un établissement à Ras al-Khaïmah, un émirat du Nord, ainsi qu’au Bahreïn, au Qatar, au Koweït, en Oman et en Arabie Saoudite. Enfin, il vise à s’étendre ailleurs : un mall a été bâti au Kerala, et d’autres sont prévus en Malaisie et en Indonésie.

5 Souligné par l’auteur.

6 Voir l’article d’Ibrahim Gharbi et Alan Knight dans le présent recueil.

7 Plan Abu Dhabi 2030 : Urban Structure Framework Plan (Abu Dhabi, Abu Dhabi Urban Planning Council, 2010).

8 Mot-valise pour star-architect, l’expression désigne les architectes de renommée internationale dont les bâtiments sont considérés immédiatement comme des monuments et participent à l’attractivité et au marketing financier et touristique des villes qui les abritent. Ce phénomène est souvent associé, en architecture, au « Bilbao effect », qui désigne la revitalisation de la ville de Bilbao (Espagne) à la fin du xxe siècle, que l’on attribue à la construction du musée Guggenheim dessiné par Frank Gehry. Le projet d’un autre musée Guggenheim dessiné lui aussi par Gehry sur l’île de Saadiyat illustre de manière on ne peut plus évidente la volonté des dirigeants d’Abou Dhabi de reproduire ce succès (Koolhaas, 2007 ; Ponzini, 2011).

9 Le séjour de longue durée aux Émirats est conditionné, pour les étrangers, à l’obtention d’un visa de travail (ou au fait d’être dépendant d’un parent possédant un visa de travail), qui doit être renouvelé au maximum tous les trois ans. Il se double d’un système de sponsor intitulé kafāla, selon lequel tout étranger travaillant dans le pays doit dépendre d’un garant local (kafīl).

10 Dans un article opérant une critique du modèle analytique de la ville pétrolière, Nelida Fuccaro (2001) montre comment les planificateurs (souvent européens et nord-américains) chargés de mettre en œuvre le développement urbain dans les villes du Golfe se sont inspirés des anciennes descriptions de la « ville islamique » élaborées par les orientalistes. Dans le cas d’Abou Dhabi, le choix d’Abdulrahman Makhlouf, architecte égyptien ayant étudié en Europe, est très significatif de la vision du Cheikh Zayed qui voulait une ville à la fois « arabe » et « moderne » (au sens européen du terme). Makhlouf a dessiné le souk ainsi que de nombreux bâtiments des années 1970, dont plus aucun ne subsiste aujourd’hui (Reisz, 2013).

11 Sur les trois tours, seules deux ont été menées à bien, le projet ayant connu semble-t-il des problèmes de financement.

12 Il faut préciser ici que parmi les privilèges accordés aux citoyens des Émirats arabes unis et issus de la redistribution de la rente pétrolière figure l’accès au logement. Les chefs de famille peuvent demander leur inscription sur une liste pour obtenir de la part du gouvernement de leur émirat d’appartenance soit une maison (pour les familles à faible revenu), soit un terrain à construire.

13 Sur la notion de citadinité, cf. Mermier, 2015.

14 Nelida Fuccaro (2009) retrace par exemple la manière dont les politiques menées par la municipalité de Manama ont cherché à effacer le cosmopolitisme qui avait marqué l’histoire de la ville, en même temps qu’à empêcher les contestations politiques.

15 Ce titre est bien entendu une référence à l’ouvrage d’Erving Goffman, Behaviour in Public Spaces, qui a été traduit en français par Comment se conduire dans les lieux publics (2013).

16 Le week-end aux Émirats est vendredi et samedi.

17 Claire Beaudevin (2004) voit dans les souks féminins en Oman un précurseur de ces espaces, au sens où ils constitueraient une étape transitoire dans l’accession des femmes à un travail salarié et à de nouveaux espaces de consommation. Ces souks, exclusivement féminins pour l’achat comme pour la vente, ont émergé en Oman intérieur dans les années 1980-1990.

18 Dans le même entretien cité par The National, le directeur marketing ajoute en outre que l’interdiction n’est pas totale puisque les ouvriers ont le droit, hors périodes de week-end, d’accéder au supermarché Carrefour par l’entrée de derrière.

19 Pour une analyse de la fréquentation de la corniche d’Abou Dhabi, cf. Assaf, 2013a.

20 S’y ajoutent de nombreux autres marqueurs qui pourraient être longuement décrits, tels que les parures et accessoires, les parfums ou encore les formes de mobilité (marque des voitures, degré auquel leurs vitres sont teintées, etc.). Pour une discussion de la construction du vêtement « national » émirien, et de la manière dont il a été peu à peu exclusivement réservé aux citoyens, cf. Khalaf, 2005.

21 Il va de soi que cette manière de ménager les expatriés, en tolérant la plupart du temps les infractions aux codes vestimentaires et de pudeur, est étroitement liée au fait que ces affaires concernent en majorité des expatriés européens ou nord-américains. D’autres types d’infraction, à l’inverse (dépassement de la durée de séjour par exemple), sont immédiatement et sévèrement punis.

22 Pour une analyse de ces restrictions aux Émirats, et du rapport entre réputation des jeunes femmes et réputation des lieux qui fait du mall un espace à part dans la ville, cf. Assaf, 2013b. Ces problématiques ont été abordées en détail par Amélie Le Renard (2011a et b) dans ses travaux sur les jeunes femmes saoudiennes. Elle montre comment les malls participent d’une « société des jeunes femmes » créée par la stricte ségrégation des sexes au sein de la population nationale en Arabie Saoudite. Cet entre-soi féminin permet des formes de résistance ou de contournement des normes imposées aux jeunes femmes ; mais elle reproduit en même temps les hiérarchies tribales et de classe.

23 Y compris des plats moyen-orientaux passés au rang de nourriture internationale, comme les mezzés décrits par Zubaida (2014).

24 Je remercie Franck Mermier de m’avoir suggéré cette interprétation.

Haut de page

Table des illustrations

Titre carte 1 – Les espaces de loisir à Abou Dhabi
URL http://journals.openedition.org/ateliers/docannexe/image/10413/img-1.png
Fichier image/png, 320k
Titre ill. 1 – Fontaine géante au Dubai Mall
Crédits Cliché Christelle Assaf, 2012 (avec son aimable autorisation)
URL http://journals.openedition.org/ateliers/docannexe/image/10413/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 400k
Titre ill. 2 – Hall d’entrée de Marina Mall, Abu Dhabi, 2012
Crédits Cliché Laure Assaf, 2012
URL http://journals.openedition.org/ateliers/docannexe/image/10413/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 380k
Titre ill. 3 – La façade du Liwa Centre à Abou Dhabi
Crédits Cliché Laure Assaf, 2013
URL http://journals.openedition.org/ateliers/docannexe/image/10413/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 296k
Titre ill. 4 – L’esplanade devant le World Trade Centre, Abou Dhabi
Crédits Cliché Laure Assaf, 2015
URL http://journals.openedition.org/ateliers/docannexe/image/10413/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 300k
Titre ill. 5 – Passants et flâneurs à Marina Mall, Abou Dhabi
Crédits Cliché Laure Assaf, 2011
URL http://journals.openedition.org/ateliers/docannexe/image/10413/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 396k
Titre ill. 6 – Deux cafés ouverts sur l’espace du mall, Marina Mall, Abou Dhabi
Crédits Cliché Laure Assaf, 2011
URL http://journals.openedition.org/ateliers/docannexe/image/10413/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 390k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Laure Assaf, « Le shopping mall comme moment urbain », Ateliers d'anthropologie [En ligne], 44 | 2017, mis en ligne le 06 décembre 2017, consulté le 17 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/ateliers/10413

Haut de page

Auteur

Laure Assaf

Docteur en ethnologie, lesc-umr 7186, cnrs/université Paris Nanterre
laure.assaf@gmail.com

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Ateliers d'anthropologie – Revue éditée par le Laboratoire d'ethnologie et de sociologie comparative  est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo LESC - Laboratoire d’Ethnologie et de Sociologie Comparative
  • Logo Maison René Ginouvès - Archéologie & Ethnologie
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals