Navigation – Plan du site

Parfum de Rose, odeur de sainteté

Un sermon tzeltal sur la première sainte des Amériques
Chloé Andrieu, Helios Figuerola, Émilie Jacquemot, Olivier Le Guen, Juliette Roullet et Cécile Salès

Texte intégral

1. Présentation du sermon de sainte Rose

  • 1  Nous dédions ce travail à Mario Humberto Ruz qui a fait la paléographie des sermons de Manuele Die (...)

1Le sermon de sainte Rose en lan­gue tzeltalque nous présen­tons au lecteur1 a une histoire incer­taine ; l’identité de son auteur l’est également. Nous savons qu’il fut écrit en 1798 et qu’il appartient àune série d’autres textes (le plus ancien datant de 1675) qui font partie de la collection de documents écrits en langues cabil, chanabal, mochó, tzeltal et tzotzil, acquis par l’abbé Charles-Étienne Brasseur de Bourbourg au cours de son passage au Mexique et au Guatemala au xixe siècle. C’est l’abbé lui-même qui, malgré l’existence de trois graphies différentes d’une élégance et d’une clarté variables, découvertesdans les folios marginaux qui l’accompagnaient, en attribuera la paternité au missionnaire dominicain Fray Manuel Diez. Cependant, il est fort possible que ces manuscrits soient une copie peu soignée de textes d’un auteur intellectuel anonyme.

2Nous savons égalementque ces documents ont ensuiteété achetés par Auguste Pinart. Après sa mort, ils furentdispersés dans plusieurs bibliothèques. C’est à la Bibliothèque nationale de France, sous la référence « Mexicains 421 », que l’anthropologue mexicain Mario Humberto Ruz a retrouvé les textes et les a rassemblés en vue de leur publication dans Las lenguas del Chiapas colonial (1989).

  • 2  Cf. Calvo, 1994 : 163.

3Les politiques linguistiquesfurent fort différentes au cours des xvie, xviie et xviiie siècles. Dans un premier temps, après la conquête, les Espagnols entreprirent de convertir les Indiens en langues vernaculaires2. Le concile de Mexico en 1565 et celui de Lima en 1567 exigeaient d’ailleurs que les prêtres maîtrisentles langues autochtonesdu Nouveau Monde. Il faudra attendre le synode de Lima en 1613 pour que les colonisateurs instaurent une politique des « lenguas francas » dans toute l’Amérique. Il s’agira dès lors d’évangéliser le Nouveau Monde à partir de quelques langues indiennes véhiculaires. Le but estalors d’homogénéiser le monde indien et de le garder sous contrôle, sans pour autant lui permettre d’accéder à l’« hispanité ». C’est dans cette optique que le roi d’Espagne exigeen 1686 que soient créées des écoles, l’éducation demeurantà ses yeux le moyen le plus sûrde mettre un terme aux idolâtries. Dans cette perspective, la maîtrise des langues indiennes devient un outil aussi efficace que redoutable une fois soumis aux impératifs de la conversion religieuse.

4Ce texte révèle la relative habileté qu’ont atteinte les missionnaires dans le maniement de ces langues. Mais, avant tout, il montre leur connaissance de la cosmovision et de l’organisation sociale de la population locale. C’est ainsi que, dans un effort didactique, les Dominicains introduisirent le concept d’antéchrist qui, volontairement confondu avec les divinités de la religion autochtone et les armées vaincues des Indiens, leur permit d’inhiber toute tentative de résistance à cet affrontement présenté comme cosmique. Il s’agissait pour eux d’élaborer des notions assez générales pour englober et éliminer l’oniromancie et les pratiques païennes, obligeant ainsiles Indiens à aban­donner des pratiques sociales considérées comme contraires au dogme chrétien.

  • 3  Monod Becquelin, 1995 : 89-90.

5Les documents tzeltal inclus dans le volume sont de deux ordres : les confessionnaires et les discours religieux ou sermons. Les confessionnaires, par l’emploi d’exercices mnémotechniques fondés sur les prières et les commandements, insistent sur la nécessité d’éliminer les croyances et les pratiques indiennes. Quant aux discours religieux dont le sermon de sainte Rose fait partie, ils trahissent les efforts des dominicains pour adapter le message évangélique à la réalité indienne en ayant recours à l’hagiographie. Dans leurstentativesdedonnerà ces sermons une puissance de conviction particulière afin degagner en efficacité, les prêtres essaient d’imiter une forme et une structure assimilables à la tradition orale préhispanique. Cependant, malgré l’utilisation d’une rhétorique protocolaire, d’un certain maniement du parallélisme et d’un usage appuyé de la répétition, ces textes ne sont qu’une communication linéaire dépourvue de profondeur théologique et sémantiquement éloignée des discours sacrés traditionnels3. Enfin, comme Ruz le précise, ces textes n’ont pas été écrits pour éclairer les Indiens mais pour faciliter leur sujétion.

6Afin de parvenir à une traduction aussi fidèle que possible du tzeltal du xviie siècle et de le traduire en langue moderne, nous nous sommes servis d’un dictionnaire d’époque du prêtre dominicain Fray Domingo de Ara ou Vocabulario de lengua tzeldal según el orden de Copanabastla, dont la première copie date de 1616, mais dont la première version remonterait à 1571. Ce manuscrit aurait été élaboré par Domingo de Ara, un dominicain arrivé au Chiapas en 1545 au couvent de Copanabastla, sous la juridiction duquel était la principale circonscription tzeltal des Hautes Terres. Il fut élu supérieur du couvent en 1547. On lui attribue d’autres œuvres telles qu’une grammaire tzeltal, des sermons et une Doctrina christiana y explicación de los principales misterios de la fe catholica expuestos en lengua tzeltal, malheureusement non datée. Il mourut en 1572.

7Nous nous sommes aussi aidés de la grammaire tzotzil coloniale de John Haviland (1988) et du dictionnaire tzotzil colonial de Santo Domingo de Robert Laughlin et John Haviland (1988). Par ailleurs, nous avons eu recours à des documents récents sur le tzeltal moderne (Monod Becquelin, 1997), le Vocabulario tzeltal de Bachajón (Slocum et Gerdel, 1971), un dictionnaire tzeltal de Bachajón (Slocum, 1999), des grammaires tzeltal modernes (Slocum, 1999 ; Maurer et Guzmán, 2000), ainsi qu’au vocabulaire proto-maya reconstruit par Kaufman (1971).

2. La vie de sainte Rose

  • 4  Créoles (de l’espagnol criollos) : enfants d’Espagnols nés en Amérique qui, au fil des générations (...)
  • 5  « Personne n’aurait pu blâmer le fervent enthousiasme qu’éveilla sa dévotion. Son image peupla les (...)

8Première sainte américaine, sainte Rose a donné son nom à dix villes au Pérou et à vingt autres dans différents pays latino-américains, ainsi qu’à de nombreux couvents au Mexique, où elle supplanta même pour un temps, au xviie siècle, la Vierge de Guadalupe, la Morena qui jouissait pourtant d’une grande popularité chez les Indiens. Comme Rose fut la première créole4 à être canonisée, elle devint un symbole autour duquel allait se forger l’identité de toute une partie de la société : « Nadie podría censurar el encendido entusiasmo que despertó su devoción. Su imagen pobló los altares […], se fundaron templos bajo esta advocación »5.

  • 6  Mujica Pinilla, 1995 : 90.

9Rose n’ayant pas laissé d’écrit, c’est par les récits de certains de ses confesseurs que sa vie nous est connue. Elle eut onze confesseurs officiels, six dominicains et cinq jésuites6. L’un d’eux, Fray Pedro de Loayza, publia en 1619, deux ans après sa mort, Vida, Muerte y Milagros de Sor Rosa de Santa María. Par ailleurs, Doctor Juan del Castillo, enseignant à l’université et prieur du couvent de Santo Domingo fut chargé par l’archevêque de Lima de lui faire passer un examen de conscience. Il s’entretint avec elle pendant plusieurs jours. Impressionné par le savoir théologique de la jeune fille, il retranscrivit leurs discussions qu’il publia en 1624. Mais c’est l’œuvre du père Léonard Hansen, éditée en latin en 1664 et en espagnol en 1667, qui est la source principale à laquelle se réfèrent toutes les biographies. Par la suite, les récits de sa vie se multiplièrent. En 1666, Andrés Ferrer de Valdecebro écrivit une Historia de la maravillosa y admirable Vida de la Venerable y esclarecida Virgen Sor Rosa de Santa María. L’année de sa canonisation, en 1671, Antonio González de Acuña fit paraître à Rome Rosa Mística. Vida y Muerte de Santa Rosa de Santa María. En 1697, Cristóbal de Miralles publia Libro y Elogio Anagramático del Nombre Misteriosso de S. Rosa de S. Maria. Et en 1726 parut à Madrid Santa Rosa, Religiosa de la Tercera Orden de S. Domingo, Patrona Universal del Nuevo Mundo, milagro de la naturaleza y portentoso efecto de la gracia…, de Fray Antonio de Lorea. Les actes du procès de béatification pour lequel ont témoigné sa mère et ses confesseurs constituent également une source précieuse.

10Hormis le récit de ses confesseurs, la majorité des récits de la vie de Rose furent écrits de nombreuses années après sa mort. Toutes ces publications sont l’œuvre de religieux, rédigées dans le but de glorifier l’image de la jeune créole. Leur intérêt réside donc davantage dans l’image voulue et transmise, plutôt que dans la description réelle de sa vie.

11C’est Hansen qui est le plus prolixe sur les origines de Rose. Son père, Don Gaspar Flores, est né en 1525 à Puerto Rico, d’une famille espagnole qui ne fit pas fortune. Il s’installa à Lima où il devint hallebardier du vice-roi. Il se maria en 1577, eut onze enfants, dont plusieurs moururent en bas âge. À sa retraite en 1587, il reçut pour ses services le poste d’administrateur d’une mine d’argent à Queví, non loin de Lima, où la famille s’installa pour trois ans, avant de revenir à Lima.

  • 7  « Vous-même allez être l’une des premières à revêtir l’habit blanc des religieuses, c’est là que v (...)

12Sa mère, Doña María de la Oliva, était issue d’une famille de la petite noblesse déchue. Elle avait reçu une éducation soignée, ce qui lui permit, au retour de Queví, de prendre en charge des jeunes filles de la haute société et de leur enseigner la lecture, l’écriture et la broderie. Elle n’approuvait pas les penchants mystiques de sa fille, qui, dès l’âge de cinq ans, avait fait vœu de se marier avec Jésus et refusait donc tous les prétendants qu’on lui présentait. Elle ne permit pas que sa fille entrât chez les clarisses. Rose aurait pourtant prédit que non seulement elle, mais aussi sa mère rentreraient dans les ordres : « Usted misma ha de ser de las primeras que vistan el hábito blanco de las religiosas ; allí le han de dar el velo, allí ha de hacer la profesión solemne, allí ha de acabar sus días en vida religiosa »7. Sa prédiction se réalisa effectivement, puisque, en 1629, deux ans après le décès de son mari, María entra au couvent de Sainte-Catherine-de-Sienne.

ill. 1 — El Milagro de la Cuna (détail), attribué à Angelino Medoro, xviie siècle, Basílica-Santuario de Santa Rosa, Lima.

13Quant à la petite fille, née le 20 avril 1586, elle fut baptisée Isabel. Plusieurs versions expliquent son changement de nom. L’une d’entre elles veut que ce soit une servante indienne, qui, émerveillée par le rose des joues du bébé, soit à l’origine de son surnom, Rose. En fait, on ne connaît de sa vie que ce qu’ont bien voulu en dire les hagiographes.

14On notera à ce propos que les récits la concernant semblent suivre un double modèle : dominicain pour une part, et franciscain pour l’autre part. Hansen (1929 : 148-149) raconte qu’à l’aube elle allait dans sa petite cabane au fond du jardin de ses parents où elle conviait la nature à remercier Dieu. Les plantes s’agitaient alors en un doux murmure et les arbres s’inclinaient pour honorer leur Créateur. Elle chantait souvent, en duo avec un rossignol et en s’accompagnant de la vihuela, les poèmes qu’elle composait en louange au Seigneur. Hansen raconte aussi qu’elle s’entendait avec des nuées de moustiques pour qu’ils s’unissent à ses prières par leur bruissement d’ailes. Hansen et Acuña prétendent qu’en fait elle avait revêtu l’habit du tiers-ordre franciscain avant de porter celui des dominicains (Mujica Pinilla, 1995 : 65-66).

15Plus important est le modèle de la vie de Catherine de Sienne (1347-1380), sur lequel sont calqués les prodiges qu’on lui prête. Rose aurait connu la vie de la sainte à l’âge de cinq ans, et elle se serait alors promis de l’imiter. Les analogies entre les vies des deux saintes sont troublantes et probablement voulues. L’atteste, par exemple, le fait que Hansen la fasse naître le 30 avril, jour de la sainte Catherine. Le témoignage de sa mère au procès de béatification confirme pourtant la naissance de Rose le 20 avril. Après avoir été sollicitée par d’autres ordres religieux qui proposaient même de la doter, elle prit l’habit, non obligatoire, du tiers-ordre des dominicains, qui accueillait des laïques sans vœux religieux et qui était aussi l’ordre de sainte Catherine. Telle celle de cette dernière, l’existence de sainte Rose fut faite de souffrances et de mortifications : une première couronne d’épines, interdite par un confesseur, fut remplacée par un casque à clous dissimulé par une coiffe, puis par un cerceau à trois bandes, de trente-trois clous chacune, rappelant l’âge du Christ à sa mort. Cette anecdote est visiblement calquée sur la vie de sainte Catherine de Sienne. Son lit, lorsqu’elle ne dormait pas à même le sol, aurait été un véritable chevalet de tortures, jonché de pierres et de briques brisées. Elle aurait suivi le modèle de Catherine jusque dans son emploi du temps quotidien, consacrant tous les jours douze heures à la prière et à la contemplation, dix à ses occupations caritatives, et deux au sommeil. Dans sa cellule, pour s’empêcher de s’assoupir lorsqu’elle priait, elle avait une grande croix munie de clous, à laquelle elle accrochait sa chevelure de façon que son corps reste dans la position verticale. Il lui arrivait aussi d’en attraper les clous pour être dans la position du Christ et demeurer hors du contact du sol.

ill. 2 — Santa Rosa, anonyme, xviiie siècle, Casa Lorca, Chosica, Lima.

  • 8  Mujica Pinilla, 1995 : 85.

16Comme Catherine de Sienne, elle observait un jeûne total vingt-quatre heures avant la communion et, comme elle, son régime était composé de pain et d’eau, agrémenté parfois d’herbes amères. Lors du procès de béatification de Rose, un de ses confesseurs raconta que, chaque soir, pour le salut des pécheurs, des infidèles et des âmes du purgatoire, elle se donnait trois fois la discipline avec deux chaînes de fer. Elle s’était aussi attaché une de ces chaînes fermées à clef par un cadenas à la taille, jusqu’à ce que celui-ci cède par pourrissement, la clef ayant été jetée dans un puits. Les maillons faisaient corps avec les chairs et provoquaient des moments d’asphyxie. Lorsque les plaies furent refermées, elle remit la chaîne, mais son confesseur lui demanda de la lui envoyer8. De la même manière que la sainte italienne avait vu le Christ après avoir bu du pus de la poitrine d’un malade qu’elle soignait, de même Rose eut une vision du Christ après avoir bu du sang putréfié.

  • 9  « Rose amenait chez sa mère des malades, noirs et indiens, pour les soigner, s’occuper d’eux ou le (...)

17Dans les actes de son procès de béatification, on peut lire : « Rosa traía a enfermos, negros e indios a casa de su madre para curarlos, atenderlos o alojarlos »9. Sa charité s’exerçait constamment : elle soignait les pauvres, pansait leurs plaies, les lavait, les veillait la nuit. À la fin de sa vie, elle sacrifia ses heures quotidiennes de contem­plation aux soins dispensés aux malades de sa ville. À cette fin, elle aurait aménagé une petite pièce dans l’entrée de sa maison, où elle distribuait aussi quelque nourriture dérobée au maigre repas familial.

18On ne lui a jamais attribué de miracles, hormis le fait qu’elle ait vu le Christ. Elle n’a à son actif que quelques prodiges que relate Hansen. C’est ainsi qu’un jour, la provision de pain de la maison ayant mystérieusement disparu, Rose alla à la panetière, qui s’avéra alors remplie de pain. Une autre fois, le miel vint à manquer. Doña María envoya en vain les sœurs de Rose à la réserve pour voir s’il en restait un peu. Quand Rose se proposa d’y descendre, elle trouva, à la surprise de tous, la grande jarre pleine de miel nouveau. Une autre anecdote veut qu’une dette, qui affligeait fort son père, fût remboursée grâce à une bourse miraculeuse apportée par un jeune inconnu : d’abord légère, la bourse prit du volume lorsqu’elle fut ouverte, révélant les cinquante pesos tant souhaités pour satisfaire le créancier. Enfin, on raconte que Doña María avait deux capes, l’une pour tous les jours et l’autre qu’elle gardait dans un coffre. Rose se serait empressée d’en donner une à une nécessiteuse afin de lui permettre de se rendre à l’église. Elle aurait rassuré sa mère furieuse, en lui promettant de nouvelles capes, qui seraient effectivement apparues. Bien que tenant du prodige, ces faits n’ont pourtant pas été déclarés miraculeux.

19Ses funérailles furent une apothéose, et toute une foule s’y pressa : y participèrent toutes les confréries et communautés religieuses de la ville, les représentants de toutes les instances civiles et tous les pauvres qu’elle avait soignés. Il fallut trente-six heures de clameurs et autres manifestations pour que le calme revienne. Le transfert de sa dépouille au couvent de Santo Domingo, en mars 1619, attira également une foule fervente. On prêtait des vertus extraordinaires à son cercueil, qui aurait été doté d’un pouvoir guérisseur.

  • 10 Cf. Iwasaki Cauti, 1993.
  • 11  Mujica Pinilla, 1995 : 106.

20Malgré cette grande popularité, le pouvoir ecclésiastique a d’abord fait preuve d’une certaine réserve à l’égard de Rose. Cette dernière, on l’a dit, a même fait l’objet d’un examen de conscience. Cette attitude était due au fait que Rose était proche des alumbradas, ces femmes qui prétendaient avoir un contact direct avec Dieu et qui refusaient de se marier ou d’entrer dans les ordres. De nombreuses amies ou disciples de Rose étaient d’ailleurs des beatas10. Ce mouvement, qui se développa en Espagne au xvie siècle et dans le Nouveau Monde au xviie siècle, fut très sévèrement réprimé par l’Église. En effet, les alumbradas représentaient un danger pour celle-ci, car leur lien direct avec Dieu leur permettait de s’opposer à ses enseignements. Bien que Rose présentât tous les signes d’une beata, le docteur de l’église del Castillo conclut que ce qui semblait être de l’illuminisme était en fait une « oración de unión », c’est-à-dire une forme divine de connaissance dans laquelle Dieu se fait présent à l’entendement, non par les sens extérieurs, ni par l’imagination, mais en laissant l’esprit vide de toute image mentale11. C’est ainsi que Rose fut lavée de tout soupçon d’illuminisme. Elle pouvait alors entrer dans les sentiers de la sainteté.

3. Diffusion du culte de sainte Rose

21Morte en 1617, à l’âge de trente et un ans, Isabel Flores de Oliva, en l’espace de quelques années, a été béatifiée, nommée patronne du Pérou, puis patronne du Nouveau Monde en 1670 et, enfin, canonisée en 1671. Célèbre pour la cruauté des mortifications qu’elle s’imposait, comment cette vierge, qui s’inscrivait dans le mouvement des alumbradas, contesté par l’Église, est-elle devenue l’objet d’un culte dont les manifestations sont très variées et qui est répandu présent dans toute l’Amérique latine ?

  • 12  Cité inMujica Pinilla, 1995 : 179.

22À sa mort, la vierge jouissait d’une grande popularité. On prêtait à sa sépulture des vertus prodigieuses qui attirèrent de plus en plus de monde. Cet engouement spontané acquit rapidement un caractère incontrôlable qui effraya les autorités. Aussi décida-t-on de mettre un terme à ce culte en 1624, en prétextant qu’il réunissait les alumbradas. Ce sont les confesseurs de Rose, ainsi que les membres créoles de l’ordre dominicain qui répandirent la réputation de sainteté de la jeune femme. Ces derniers, en conflit avec les Espagnols de l’ordre, perçurent la canonisation de Rose, membre du tiers-ordre dominicain, comme un moyen de défendre une autorité spirituelle qui leur était contestée. Et, en 1630, ces dominicains créoles convainquirent l’archevêché de faire connaître la vie de la jeune femme à travers toute la chrétienté. À cet effet, des notables de Lima organisèrent une fête à leurs frais et commandèrent un tableau la représentant devant le palais du vice-roi. Sa notoriété fut donc, d’emblée, associée au prestige de Lima et à l’identité créole naissante. Sa béatification en 1668 fut célébrée dans toute la ville, qui l’élut sainte patronne l’année suivante. Juan Espinosa Medrano, un religieux, écrivit alors (1695) à son sujet : « Con este patrocinio compita Lima conRoma, que acá tenemos nuestra Rosa »12.

ill. 3 — Santa Rosa, anonyme, xviiie siècle, Casa Lorca, Chosica, Lima.

23Son culte s’est ensuite très vite répandu dans le reste des Indes, en particulier en Nouvelle Espagne, où, dès 1670, des dominicains instaurèrent une fête en son honneur dans la région de Oaxaca. La béate y connut un grand succès et, la même année, deux ouvrages édités à Mexico la célébrèrent. Comment expliquer la popularité de la vierge en Nouvelle Espagne, alors que son culte était jusqu’alors si étroitement lié à l’identité de Lima ? D’abord, l’influence des dominicains ne se limitant pas au seul vice-royaume du Pérou, il va de soi qu’il était dans leur intérêt d’exporter un culte dont ils avaient pris la tutelle. Par ailleurs, l’identité créole de la jeune femme semble avoir été un facteur décisif dans le succès de son culte. En effet, à une époque où elles étaient de plus en plus soucieuses d’affirmer leurs intérêts face à ceux de la métropole, les élites du Nouveau Monde virent là une occasion de créer un catholicisme américain. Il se peut également que le culte de sainte Rose ait été encouragé par l’Église en Nouvelle Espagne afin de faire pièce à celui de la Vierge de Guadalupe, plus controversé au xviie siècle, parce que trop teinté de syncrétisme indien à son goût. On aurait tort, cependant, d’opposer ces deux cultes, l’un créole, fédérant autour de lui l’élite américaine, et l’autre, indien et chargé de traditions précolombiennes. Car, de même que la Vierge de Guadalupe est apparue à un Indien pour lui faire don de roses, fleur alors inconnue dans le Nouveau Monde, de même, les hagiographes d’Isabel Flores de Oliva racontent que son premier prodige s’est déroulé en présence d’une Indienne, sa nourrice, à qui elle est apparue « telle un bouton de rose ». En fait, sainte Rose connut, elle aussi, un grand succès auprès de la population indienne. Sous le règne de Charles II, un cacique de Jauja, Jerónimo Lorenzo Limaylla, présenta aux autorités un projet visant à la création d’un ordre de chevalerie qui aurait réuni les descendants d’« Inca y de Moctezuma » (ibid. : 188) et qui aurait été placé sous la protection de sainte Rose. Dans ce cas précis, c’est sans doute l’image respectable dont jouissait la vierge auprès de l’élite créole qui a conduit le cacique à la choisir comme garante d’un ordre qui avait tout lieu de l’inquiéter. Toutefois, la population indienne du Pérou et du Mexique actuels a rapidement ajouté sainte Rose au nombre des saints qu’elle vénérait. L’influence des dominicains dans les paroisses indiennes y est certainement pour beaucoup. Au xviiie siècle, malgré le mouvement de sécularisation de ces paroisses, le culte de la vierge s’était largement diffusé. Associée à la fertilité et à la terre américaine, la sainte était surtout invoquée pour ses vertus de guérisseuse. Par ailleurs, une tradition se développa dans les Andes, qui faisait d’elle une libératrice des Indiens. Rose fut donc citée dans le cadre de mouvements millénaristes. Des conspirations, fomentées par José Quispa Tupa Inga en 1776 ou Felipe Velazco Túpac Yupanqui en 1783, se donnèrent pour but d’accomplir des prédictions attribuées à la sainte, d’après lesquelles les terres d’Amérique reviendraient un jour aux mains de leurs anciens propriétaires (ibid. :189).

24L’image respectable et hispanique de sainte Rose n’en a pas pour autant été entachée, puisque le vice-roi du Pérou, Abascal, organisa en 1811 une messe pour remercier la vierge de lui avoir donné une victoire sur les insurgés du Río de la Plata, à la veille des guerres d’Indépendance. Il s’employa alors à faire de la sainte un symbole de la pax hispanica et de l’union entre les Indes et l’Espagne. Ironie de l’Histoire, cette même sainte fut invoquée comme symbole de l’Indépendance et de l’identité américaine contre ledit vice-roi.

  • 13  Dans le Mexique central, le nom de la marijuana est « santa Rosa » (Barrera Caraza, 1897).

25Symbole contradictoire, brandie en signe de loyauté au roi d’Espagne, d’affirmation de l’identité créole ou de libération des Indiens, l’image de sainte Rose est en fait très similaire, du fait de son ambiguïté même, à celle de la Vierge de Guadalupe, derrière laquelle se battaient en même temps, en 1810, au Mexique, les soldats du roi et les insurgés de Hidalgo ! Les multiples facettes de son culte actuel en Amérique latine (consommation rituelle de marijuana13 chez les Otomis, fête marquant le premier jour du carnaval à Bachajón, processions de rue à l’image des traditions espagnoles) sont, en partie, l’expression des diverses formes de récupération dont son image a fait l’objet, ainsi que de la complexité des identités latino-américaines.

4. Le sermon de sainte Rose (paléographie)

26Le texte présenté ici est une transcription du texte original manuscrit effectuée par Mario Humberto Ruz. C’est une transposition en caractères latins de la langue tzeltal, uniquement orale à cette époque. Il n’existe donc aucune convention de transcription et l’absence de règle orthographique en espagnol vient s’ajouter à la difficulté de la mise par écrit des sons du tzeltal.

27[fº 83-86]

Simile est regnum celorun [sic] grano sinapis.San Matheo, cap. 13.

§ 1
Ha chuul cop ghalal nichnab tzibabil ta s[ant]o ev[angeli]o lagh auabij ta ta achiquinic ucal yactonax ta chuul missa ucayoghinot lyta yac qpaztic qmetic santa Rossa chuhul ghalal antz coltabil ghal ilbil yuun Dios namey hate nacalto ta baquinalaye. Togh yac xtab ichan ta yutil mulabil cotantic, ztoiel znichintezel, zmucultezel, zcacoltezel, zlabanel yabiyel ecuctac yainel, yutzil znaclegh, yutzil zpatzoghel yutzil. Yotan ta ztoghol tezyume te yaghauc qyuntic caghautic nix Diostic ecuc togh nichimal cop, utzil cop, lequil cop, tecpanil cop, hali zcop sancto evangelio.

§ 2
Yac qcan qxchicantezbeyex ztoghol zmelol zbe ta nailal xcal auabijc zmelol te chuhul cope hate valot ta missae ta patilal xcal auabijc ecuc chuul zghalal yainel qmetic s[ant]a Rossa yutzil yotan, yutzil zpatzoghel, yutzil znaclegh hate taghaiel cacal cuxul ta balumilalaye. Simile est regnum celorum grano sinapsis ha zcop sancto evangelio tzibabil yuun yagh tzibaghel Dios s[an] Matheo ta oxlaghunebix cap[ítul]o xchi ztoghol yac qtzubtez ta acopic.

§ 3
Caghon yahiyel yaghualel chuhulchan ghun yal zbac, yal tzumbal [llamada al margen, con la misma grafía : yal xnich], yal aualil mostaza, aubil ta yutil lum, aubilixay ztumbilixay [?] togh liquel xloc ta lu, togh liquel xehc ztuquel, muquixay, nivaquixay togh, zghelau togh xcaxuntay zmucul zpicil te teeleayte tatzunubilê. Togh ha zmelol te chuhul cope tzibabil ta chuul sancto evang[eli]o lagh auabijc yactonax ta chuul missa. Togh hichnix te chuulantze hate qmetic santa Rossaê, ghun yal zbac, yal tzumbal, yal aualil mostaza aubil ta yutil lum [llamada al margen, con la misma grafía : yuun Dios] namey hate cuxul ta baquinal [tachado : namey] aye. Togh machicanuc zmucul, hichipal zcoltayel zmatantezel yuun te mucul aghau Dios ta chuulchan calal ucham lic xchicantezbeyotic q yDios zghalal ilghuanegh, zcuxubinel, zmacpatiel hali chuul antzi yuun Dios ha chuhul quin ghalal nichnab yac xlic yaotic ta cotantic zbaliquel yac qpaztic hichan ta ztoghol qghal metic s[ant]a Rossa ztuquel xanix zghalal zbaquital qmetic sancta Rossa ilem ta qtogholtic yau xan qxitic quextic hichan ipuc xanighuan xcopoghon togh ma xghu lagheluc xcal auabijc te tutixal, xcopogh s[anct]o ev[angeli]o togh muc xtuhun cuuntic zgracia Dios ha qcuntic ta ztoghol zghalal me hate chuul xaghau sancta Mariae ta zcagh zme gracia ztuquel Maria mater gratiae, mater misericordiae, la qchanteztic, la xcalbeitic te muculcop, te utzil cop, te chuhul cop, te lequil cop, zcop te angele anaogh atuquelic avilya s[ant]a M[arí]a.

Simile est regnum celorum grano sinapis
quod accipiens homo seminavit in agro suo
.
San Matheo, cap. 13.

§ 4
Togh zghalal yainel, znaclegh, zpazoghel biquit yabibail xiel, xquexel, zcanantayel ztaquiob Dios yuun qmetic santa Rossa yac xtab ta cotantic yaotic znael cuuntic znichnab hootic ta zliquib chuul cop ucabitic zcuyel zpicil yaghualel chuhulchan ghun yal zbac, yal tzumbal, yal aualil mostaza aubil ta yutil lum, yuunte tzumbaghele aubilitay tzumbilixay togh liquel xloc ta lum [al márgen : xlup] toghliq[ue]l xchi ztuquel ; muquixay [en interlínea : naconixay], nivaquixay togh zghelau, togh xcaxuntay zmucul zpicil te te eleay te ta tzunibile, togh hichnix te chuul antze hate qmetic santa Rossaê caghom yabiyel ghun. Yal zbac, yal tzumbal, yal awalil mostaza aubil, tzumbil yuun Dios ta baquinal namey togh biquit, togh yal ztuquel, aubilixay tzumbilixay yuun te Diosê, togh liquel uchi, ulup uchiixay [en interlínea : nachixay], togh togh ighelau xcaxuntay zmucul zlequil ztzahomil qmetic santa Rosa te [llamada al márgen : lequel zmucul] zpicil santoetic ay ta chuhulchane.

§ 5
Latocal avabije ghalal qnich nichnab ghun butzan cop yuun nax znael, yuun nax abiel zghalal zpatzoghel [sic] qmetic s[ant]a cuxulto ta balumilaye. Nacal namey ta Jordan hate s[an] juan Baptistaeh. Yac yale zha ta zghol judio vinicay xutot yuun yabat judio vinic ta zcagh xayalez ha ta zghol judio vinic ? Me haat Cristo jat ? Me haat Mesias jat ? Me haat Profeta jat ? Me haat Elias jat ? Machay ghunuc hat ? Hoon qyalez ha ta zghol vinic, ma nacapaon qyalez ha ta agholic ma Cristo huc hoon, ma Mesias huc hoon ta avolilic nacal ghalal vinic, chuul vinic xnichan Dios cagh coltavaneghtic Cristo utal zcoltayotic, ma xanaic zba, nahil utalon qtuquel, patilis uhul ztuquel uzpaz zba ta xinchoc Diosey togh ztatel quinal Dios ma qleeucon yagh tilpunegh xanabucon ma qlecucon yabat ocucon, ma qlecucon zmunatucon ta zcagh Dios ztuquel hoon balumil vinicon, mulabil vinic hon xutot yabat [tachado : yuun] judio vinic yuunte s[an] Juan Baptista nameye muc vabiot yuun judio vinic utoiot yuun judio vinic xac ghalal vinicuey, xac chul vinicuey, haute ztuquel manax mucuc uyabi zba, ma uztoy zba ghtebuc togh zbatzil uyal togh ta lem, ta iotan, ma houcon Cristo hoon, ma houcon mesiason, ma houcon teghal vinic yacaualique xchi haucte Cristo hoon, Mesias hoon chiyuc s[an] Juaney xacot ta otanil judio vinicey xac Cristo ucey, xac Mesias hucey, xac yagh coltavaneghuc quinaley, xnichan Dios xabiyotey toghxiotey, tog xquixotey, togh ztzacpatiyotey. Ma hichuc uzpan s[an] Juan uznatzabiey zba ztuquel uzvictaghtez, zbaztuquel. Togh biquit uyabi zba ztuquel ma mucuc uyabi zba zghocobe yex hichan ghalal nichnab tuti yuum muc abiot, muc xalot s[an] Juan Baptista yuunte cagh coltauaneghticê ? Uchi uyal cagh coltauaneghtic Cristo, zmucul ztzahomil zlequil s[an] Juan Baptista togh zghelau, togh xcaxuntay zmucul, ztzahomil zlequil zpicil te santoetic que vain ta ztoghol antzaetice, inter natos mulierum non surexit maior Joanne Baptista, hiti ztoghol zghelau xcaxuntay zmucul ztzahomil zlequil s[an] Juan Baptista, ztzahomil zmucul zpicil santoctic vain ta ztoghol antzatic ? Abiaic ztoghol qnichnab, yuun nax zbiquit yabibail, yuun nax togh uzbictaghez zba yuun nax togh biquit uyabi zba teyucay muc xalot, muc abiot yuun te cagh coltavaneghtic Cristoê. Inter natos mulierum non surexit. Togh hichnix te chuul antze hate qmetic s[ant]a Rosaê, togh muc abiot, togh muc xalot yuum te zpicil vinicey hate cuxul ta balumilaye haucte ztuquele uzbictaghtez zba togh biquit uyabi zba manax mucuc uyabi zba ma uztoy zba ghtebuc [g corregida a : a] ta balumilal.

  • 14  « De aquí hasta el final de la foja, la lectura se dificulta por manchas de agua que corrieron la (...)

§ 6
Latocal auabije qghalal nichnab cha oxpaluc cop ta ztoghol zghalal yainel zghelal zpatzoghel qmetic s[ant]a Rossa, hauc hali antzi togh melelay ztatay zme Gaspar zbiil te ztate, Maria zbihil te zmee, togh utzic vinic zchatulul vainlagh ta [ilegible por corrección posterior] quinal yabiel Lima zbiil te zteclumalê, paghal zc° quinaltic yctal yainel ulic xchicamghib yutzil yotan ta ztoghol te zyumê, te yaghauc yuntic caghautic tiax [?] Diostic euc14, ha yuun vain qmetic s[ant]a Rossa potzbil ta yabenal castilan nichim hate Rossa xutotic la pal ta yut Rossa hata zcagh zbilin Rossa yuun naxli zlabanel diosi vac [?] ma avilic ghalal nichnab yutil ztalel zpatante Rossae ay ma [ilegible] chamel ta ztogh te machayueyuc [?] me ma togh liqueluc. Xbat zleel Rossa yuum zpoxil ha yuun togh zcupin zmulan coluc hichix qmetic s[ant]a Rosa pox yabiel hayuun acolotic [?] yuun qmetic s[ant]a Rossa ha ta zcagh ip [?] coltayeltic yuun ta ztoghol chameluc ta ztoghol quovoltic.

§ 7
Ay mati achamel, ay mati avocol, ay mati lagh tzilaaghel ta atoghol te ay qmetic s[ant]a Rossa lea Roja [sic] copon a s[ant]a Rossa cambea atolomal acux legh ta ztoghol qmetic s[ant]a Rossa tey nacal lichan ta tzel Dios, ta nichimaghel ta gloria tey zpatzot yuun angheletit [sic] mucul nichimaghel ta tzel Dios ta til xil.

§ 8
Oghalal metic haat ochuul antzat teinacalat xbatel quinal ta tzel Dios tatil, Dios nichanil copoghan ta ghcaghtic mulabil hootic yac xbenotic nutzbil hotic ta baquinal albeia zghalal nichan Dios hate cagh coltavaneghtic Cristoe aca zna te uzmal zghal zchichel [z corregida a : x] yuunax zcoltaiotic cambea ta ztoghol zchayel [z corregida a x] qmultic li ta balumil y haute ta chuhulchane nichimaghel gloria ad quam.
[ilegible por mancha] bechant a fiadoratic ta cagh coptic.

5. Remarques

28La graphie depuis l’époque coloniale a beaucoup évolué et les lettres employées pour désigner certains sons de la langue tzeltal sont aujourd’hui différentes. Dans le sermon de sainte Rose, les consonnes et les voyelles glottalisées ne sont jamais spécifiées.

29Bien que l’auteur ait essayé de respecter une certaine cohérence dans l’écriture des sons, le texte présente beaucoup d’irrégularités. Par exemple, l’adjectif ch’ul, « sacré » en tzeltal moderne, apparaît dans le texte sous deux formes différentes : chuul et chuhul. Ces variations rendent la transcription délicate et quasiment impossible sans une compréhension globale du texte.

  • 15  Alphabet phonétique international.

30Il n’existe à ce jour au Mexique aucune graphie officielle du tzeltal moderne. Le tzeltal étant encore essentiellement une langue de tradition orale, nous avons opté pour une graphie à la fois cohérente avec l’api15 et les règles d’écriture propres à l’espagnol, langue véhiculaire du Mexique. Quand les mots figuraient dans le dictionnaire de Slocum et Gerdel (1971), nous avons respecté leur graphie.

31Les graphies x et ch transcrivent les sons [x] et [ch] dans le texte colonial comme dans le texte moderne. Les graphies q, qu et c sont remplacées par k et k’. On distingue en tzeltal bachajonteco deux phonèmes /h/ et /j/ que l’auteur du sermon n’identifie pas ou bien ne sait pas différencier. Dans la retranscription, nous avons choisi de représenter l’un par un h et l’autre par un j suivant la graphie en usage pour le dialecte de Bachajón.

32Nous avons indiqué les principales équivalences entre graphies coloniales et modernes.

Graphie
coloniale

Graphie
Moderne

Description

b ou non marqué

arrêt glottal

b

m ou b

bilabiale nasale ou bilabiale explosive

tz

ts ou ts’

fricative alvéolaire pleine
ou fricative alvéolaire pleine glottalisée

ch

ch
ou ch’

alvéo-palatale fricative pleine
ou alvéo-palatale fricative pleine glottalisée

h

h ou j

aspirée ou laryngale

gh

j

laryngale

c ou qu

k ou k’

vélaire pleine ou vélaire pleine glottalisée

l

l

latérale alvéolaire

m

m ou n

nasale bilabiale

n

n ou m

nasale alvéolaire

p

p ou p’

bilabiale pleine ou bilabiale pleine glottalisée

h

h

aspirée

qu/q/c

k ou k’

vélaire pleine

t

t ou t’

alvéolaire pleine
ou alvéolaire pleine glottalisée

u/v

w

labio-vélaire

y

y ou i

semi-voyelle palatale

x

x

fricative alvéo-palatale chuintante

z

s

fricative alvéolaire sifflante

33La coupure des mots est, elle aussi, très variable. L’auteur isole parfois une racine, comme c’est le cas dans : te ay qmetic, et parfois ne la sépare pas de ce qui l’entoure : te teeleayte. Pis, l’auteur introduit parfois des coupures au sein même d’une racine, rendant celle-ci difficile à comprendre. Un exemple particulièrement significatif est celui de tat-il(père), dont la racine est tat, et que l’on trouve écrit tantôt tatil, tantôt ta-til.

34Quant à la ponctuation, elle est incohérente, ou inexistante. C’est le cas du groupe de mots yutzil.Yotan séparés par un point, alors qu’il s’agit d’un même syntagme y-uts-il y-o’tan, « la beauté de son cœur ».

35Toutes ces maladresses d’écriture peuvent être attribuées à différents facteurs : la difficulté de transcrire une langue qui possède des sons différents de l’espagnol (notamment les glottales) d’une part, et, d’autre part, l’obstacle que pouvait représenter pour le frère, qui transcrivait sans doute sous la dictée d’un tiers, le rythme des césures orales et de l’élocution inusitée et ralentie de son locuteur.

6. Transcription du sermon en tzeltal moderne et traduction juxtalinéaire

36À partir du travail paléographique de Ruz, nous avons retranscrit le sermon de sainte Rose en tzeltal moderne pour en faire la traduction. Ce texte présente en juxtalinéaire une traduction à peu près littérale.

37Les termes en parallèle, dont l’étude sera faite plus loin, apparaissent en caractère gras et les structures sont disposées de façon à être perceptibles au sein de la phrase. Nous avons mis entre parenthèses les éléments que nous avons ajoutés parce qu’ils étaient nécessaires à la compréhension du texte en tzeltal moderne. Pour les mêmes raisons, nous avons mis entre accolades les éléments que nous avons supprimés par rapport au texte original. Les crochets apparaissent dans la version paléographiée de Ruz et correspondent à ses ajouts.

  • 16  Jalal nich’ désigne, en tzeltal, une filiation rituelle par opposition à al-al, la filiation de sa (...)
  • 17  Pluriel de révérence.
  • 18  La traduction littérale de pasel est « faire », mais le sens dans ce contexte est celui de « céléb (...)
  • 19  Ch’ul désigne, en tzeltal, le caractère sacré d’un être ou d’une chose, jalal marque la valeur, le (...)
  • 20  Traduction littérale, « vue ».
  • 21  Déictique.
  • 22  Traduction de taj en tzeltal moderne : « atteindre ». Ce terme est attesté dans l’expression idiom (...)
  • 23  Yum : « seigneur » : cette forme a disparu en tzeltal moderne, mais est toujours employée en yucat (...)
  • 24  Le champ sémantique de nichim, « fleur » en tzeltal, est indissociablement lié à la beauté et à la (...)
  • 25  Nous avons choisi de rendre tous les termes construits à partir de la racine uts par des termes fr (...)
  • 26  Li’ signifie « ici » en tzeltal ; nous avons choisi de traduire l’expression ja’ li’ par « ceci » (...)

§ 1
Ja’ ch’ul k’op, jalal nich’(a) -n-ab16, ts’ihb-a-bil ta santo evangelio
Cette sainte parole, chers enfants, elle a été écrite dans le saint Évangile,
laj aw-a’iy ta a-chikin-ik, laj-k-al yak-to-nax ta ch’ul misa laj-k’ayoj-in-ot li’i-ta.
vous l’avez entendue de vos oreilles, je l’ai dite à l’instant au cours de la sainte messe chantée ici.
Yak j-pas-tik j-me’-tik17 Santa Rosa,
Nous célébrons18 notre vénérée mère sainte Rose,
ch’ul19 jalal ants
très sainte femme
    kol-tay-bil jal(al)
    protégée
    il-bil20 y-u’un dyos
    élue de Dieu
namey ja’ te nakal to ta bah-k’in-al-ay-e21.
quand autrefois, celle-ci vivait encore sur cette terre.
Toj yak x-tahb22 hich-an ta y-ut-il mul-ab-il k-o’tan-tik,
Et parviennent, à l’intérieur de notre cœur pécheur,
    s-toy-el,
    son élévation,
    s-nichim-tes-el,
    sa beauté,
    s-muk’-ul-tes-el,
    sa grandeur,
    s-ka-kol-tes-el,
    son aide,
    s-lab-an-el,
    sa puissance,
    y-a’iy-el
    sa compréhension
    ek-uk tak y-ayn-el,
    et aussi sa compassion
         y-uts-ils-nak-(a)l-ej,
         la beauté de son existence,
         y-uts-il s-pa{t}s-oj-el,
         la beauté de son action,          y-uts-il y-o’tan,
         la beauté de son cœur,
ta s-tojol te s-yum-e23devant son seigneur
    te y-ajaw-uk
    son maître
    j-yum-tik     le nôtre
    k-ajaw-tik     notre maître
    nix dios-tik ek-uk :
    assurément notre Dieu aussi :
toj nichim-al k’op
et la parole fleurie24
uts-il25k’op,
la belle parole
lek-ilk’op
la bonne paroletekpan-ilk’opla juste paroleja’ li’26 s-k’op te evangelio.
ceci est la parole de l’Évangile.

  • 27  En tzeltal commun, le préfixe x- marque l’inaccompli aux trois personnes.
  • 28  La parabole du grain de sénevé se trouve dans Matthieu xiii, v. 31-32. « Il leur proposa une autre (...)
  • 29  Le terme tzub-tez correspond au verbe tzeltal moderne suh-tes-el, « rendre, restituer » (Slocum et (...)

§ 2
// Ya[k] j-k’an chikan-tes-bey-ex
Je veux vous montrer
         s-toj-ol
         la droiture
         s-mel-ol s-be
         la vérité de son chemin
    ta nah-il-alx27-k-al aw-a’iy-ik     d’abord je dirai pour que vous l’entendiez
s-mel-ol te ch’ul k’op-e
la vérité de la sainte parole
ja’ te al-ot ta misa-e
celle qui a été dite pendant la messe
    ta pat-il-alx-k-al aw-a’iy-ik ek-uk
    ensuite je dirai pour que vous l’entendiez aussi
ch’ul [s]-jalal y-ain-el j-me’-tik Santa Rosa
la très sainte vie de notre vénérée mère sainte Rose
         y-uts-il y-o’tan,
         la beauté de son cœur,
          (y-)uts-il s-pa{t}s-oj-el,
         la beauté de son action,
         y-uts-il s-nak(a)l-ej,
         la beauté de son existence,
jay-eb te taj-ay-el k’ahk’-al kux-ul ta balumilal-ay-e.
pour autant de jours de sa vie sur cette terre.
Simile est regnum celorum grano sinapsis28
Le royaume des cieux est semblable à la graine de moutarde
ja’ s-k’op Santo Evangelio,
cette parole du saint Évangile,
ts’ihb-a-bil y-u’un [u]aj ts’ihb-aj-el dios San Mateo
écrite par le scribe de Dieu San Mateo
ta ox-lajun-eb-ix kapitulo x-chi s-tojol,
dans le treizième chapitre, il le dit,
// yax j-suht29-es ta a-k’op-ik.
et je vais la rendre dans vos mots.

  • 30  Caghon haylel est traduit littéralement dans le dictionnaire d’Ara par le verbe « reconocer » (Ara(...)
  • 31  Le terme ch’ul-chan, qui dési­gne le ciel, est composé des ra­cines ch’ul, « sacré », et chan, « s (...)
  • 32  Bak’, ts’un, aw : ces trois raci­nes proto-mayas présentant une grande proximité sémantique, nous (...)
  • 33  Cette forme est inusitée en tzeltal moderne.
  • 34  Yu’un signifie « en relation avec » et induit une relation causale, on le traduit souvent par « po (...)
  • 35  Laj-cham : laj est la racine de « finir, terminer », c’est aussi la marque de l’accompli des verbe (...)
  • 36  Cette phrase reste, tant par sa structure grammaticale que par son graphisme, incertaine, intradui (...)
  • 37  Contraction des termes latins ave filia (Ara, 1986 : 440).

§ 3
Kajon30 y-a’iy-el y-aj(a)w-al-el ch’ul-chan31
Le royaume des cieux est semblable à
    jun y-al s-bak’32,
    la graine,
    y-al ts’un-bal,
    la semence,
    y-al aw-al-il mostaza,
    le grain de moutarde,
         aw(a)-bil ta y-ut-il lum
         semé à l’intérieur de la terre
         aw(a)-bil-ix-ay
         il a déjà été semé          s-ts’un-bil-ix-ay
         il a déjà été planté
              toj lik-el x-lok’ ta lum,
              il est en train de sortir de terre bien rapidement,
              toj lik-el xehk s-tukel,
              et vite il germe,
                   muk’-ix-ay                    le voici déjà grand                    niwak-ix-ay,
                   le voici déjà haut,               toj s-jel-aw
              et son changement
              toj x-k’ax-un-tay
              passe
s-muk’-ul s-pisil te te’-el-e-ay33 te ta ts’unub-il-e.
en grandeur toutes les plantes qui sont dans le champ.
// Toj ja’ s-mel-ol te ch’ul k’op-e
Voici la vérité de la sainte parole
ts’ihb-a-bil ta ch’ul sancto evang[eli]o
écrite dans le saint Évangile
laj aw-a’iy yak-to-nax ta ch’ul misa.
que vous avez entendue à l’instant au cours de la sainte messe.
// Toj hich nix te ch’ul ants-e ja’te j-me’-tik santa Rosa-e,
Il en est ainsi, précisément, de la sainte femme qu’était notre vénérée mère sainte Rose,
    jun y-al s-bak’,
    la graine,
    y-al ts’un-bal,
    la semence,
    yal aw-al-il mostaza
    le grain de moutarde
aw-(a)-bil ta y-ut-il lum [y-u’un Dios],
semé par Dieu dans la terre,
namey ja’ te kux-ul ta bah-k’in-al-ay-e.
autrefois quand elle vivait sur cette terre.
Toj ma chikan-uk s-muk’-ul,
Sa grandeur n’apparaissait pas,
hich ip-al s-kol-tay-el
non plus que son aide
    s-mahtan-tes-el
    et son offrande
y-u’un34 te muk’-ul ajaw Dios ta ch’ul-chan
en relation avec le grand seigneur Dieu dans le ciel
k’alal laj-cham35 lik x-chikan-tes-bey-otik j-Dios s-jalal il-wan-ej,
dès sa mort notre Dieu qui voit nous a fait apparaître
    s-k’ux-ubin-el,
    la compassion,
    s-makpati-el     le dévouement
ja’ li’ ch’ul ants-i y-u’un Dios
de cette sainte femme de Dieu
ja’ ch’ulk’in
ce jour saint
jalal nich’(a)n-ab,
chers enfants,
ya{k} x-lik y{a]o’tik ta k-o’tan-tik s-ba lik-el
nous voulons [?]36ya{k} j-pas-tik hich-an ta s-tojol(j)-jal j-me’-tik s[ant]a Rosa s-tukel
nous célébrons notre sainte mère sainte Rose elle-même
xanix s-jalal s-baket-al(j)-me’-tik sancta Rosa
mais le corps saint de notre vénérée mère sainte Rose
(h)il-em ta j-tojol-tik
est resté pour nous
    yan xan j-xi-tik     nous la craignons
    k’ex-tik hich-an ip-uk
    et nous la respectons
xan-niwan x-k’op-oj-onje pourrais parler,
toj ma x-ju’ laj-el-uk x-k-al aw-a’iy te tuti x-al,
mais je ne pourrais pas finir de vous dire pour que vous entendiez tout ce que ditx-k’op-oj s(anct)o ev[angeli]o
la sainte parole de l’Évangile
toj muk’ x-tuhun k-u’un-tik s-grasya Dios
et nous avons grand besoin de la grâce de Dieu
ja’ k-u’un-tik ta s-tojol s-jalal me’
celle-ci sera nôtre par la bonté de la sainte mère,
ja’ te ch’ul x-ajaw sancta Maria-e
cette sainte reine sainte Marie
ta s-jal s-me’ grasya s-tukel Maria mater gratiae, mater misericordiae,
à cause de la mère de grâce elle-même, Marie mère de grâce, mère de la miséricorde.
La j-cham-tes-tik,Nous l’avons saluée,
laj k-al-bey-tik
nous lui avons dit
    te muk’-ul k’op
    la parole de respect
    te uts’il k’op,
    la belle parole
    te ch’ul k’op,
    la parole sacrée
    te lek-il k’op,     la bonne parole     s-k’op te angeles
    la parole des anges
a-na’-oj a-tukel-ik avilya37 s[ant]a M[arí]a.
vous vous les êtes rappelées vous-mêmes, ave Maria.

Simile est regnum celorum grano sinapis
quod accipiens homo seminavit in agro suo.

San Matheo, cap. 13.

  • 38  Forme inexistante en tzeltal moderne, le dictionnaire d’Ara présente la forme biquit yabibail, « s (...)
  • 39  Littéralement, k’ex signifie « honte », mais il entre dans la composition du terme xiw.k’ex qui co (...)
  • 40  Le dictionnaire du tzotzil colonial de Laughlin et Haviland mentionne l’expression likeb k’op comm (...)
  • 41  On remarquera la répétition du paragraphe 3.
  • 42  Nous traduisons les racines nominales suivies de -Vl comme des compléments de manière in­troduits (...)
  • 43  Doublon marquant le pluriel, la prolifération d’une chose.

§ 4
Toj s-jalal y-ayn-el
et sa sainte compassion
s-nak(a)-lejson dévouement
s-pas-oj-el
ses actions
bik’it y-a’iy-ba38-il
sa modestie
(s)-xi-elsa peur
s-k’ex-el39sa bonne éducation
s-kanan-tay-el
l’obéissance
s-taki[o]b Dios y-u’un j-me’-tik santa Rosa,
aux commandements de Dieu de notre vénérée mère sainte Rose,
ya{k} x-tab ta k-o’tan-tik yo’tik
nous les commémorons aujourd’hui,
s-na’-el k-u’un-tik s-nich’(a)n-ab jo’otik.
sa mémoire que nous gardons nous qui sommes ses enfants.
Ta s-lik-eb40 ch’ul k’op laj-k-a’iy-otik
Au commencement de la sainte parole que nous avons entendue,
// s-kuy-el s-pisil y-aj(a)w-al-el ch’ul-chan
la ressemblance de tous au royaume des cieux
    jun y-al s-bak’41,
    la graine,
    y-al ts’un-bal,
    la semence,
    y-al aw-al-il mostaza
    le grain de moutarde          aw(a)-bilta y-ut-il lum, y-u’un-te ts’un-baj-el-e
         semé dans la terre, pour le potager
         aw(a)-bil-ix-ay
         semé
         ts’un-bil-ix-ay
         déjà planté
              toj lik-el x-lok’ ta lum
              il est en train de sortir de terre bien rapidement
              toj lik-el xehk s-tukel :
              et vite il germe :
                   muk’-ix-ay,                    il est déjà grand,                    niwak-ix-ay,
                   il est déjà haut,               toj s-jel-aw,
              et son changement               toj x-kax-un-tay
              passe
s-muk’-ul s-pisil te te’-el-e-ay te ta ts’un-bil-e.
en grandeur42 toutes les plantes qui sont dans ce champ.
// Toj hich-nix te ch’ul ants-e ja’ te j-me’-tik santa Rosa kajon y-ai’y-el
Et ainsi cette sainte femme, notre vénérée mère sainte Rose est semblable
    jun y-al s-bak’,
    à une graine,
    y-al ts’un-bal,
    une semence,
    y-al aw-al-il mostaza
    un grain de moutarde
         aw-(a)-bil,
         semé
         ts’un-bil y-u’un Dios ta bah-k’in-al namey
         planté par Dieu sur terre autrefois
              toj bik’it,               et petit,
              toj y-al s-tukel,               et dans son début même,
                   aw-(a)-bil-ix-ay
                   déjà semé
                   ts’un-bil-ix-ay y-u’un te Dios ta bah-k’in-al namey
                   déjà planté par Dieu sur terre autrefois
toj lik-el laj-chi
et soudain elle a germé     laj-lup     elle a proliféré
    laj-chi-ix-ay, toj toj43     et poussé déjà des rejetons
         (s)-jel-aw
         et le changement
         x-kax-un-tay          les dépasse
              s-muk’-ul
              en grandeur
              s-lek-il
              en bonté
              s-tsaj-om-il
              en beauté
j-me’tik santa Rosa te s-pisil santo-etik ay ta ch’ul-chan-e.
[le changement] de notre vénérée mère sainte Rose [dépasse celui de] tous les saints qui sont au ciel.

  • 44  Na’el figure dans le dictionnaire d’Ara sous la forme qnazba : « connaître, savoir » (Ara, 1986 : (...)
  • 45  Nous traduisons le singulier judio winik,« l’homme juif »,par « les hommes juifs » pour plusieurs (...)
  • 46  Le suffixe -uk, marque de l’irréel, comme le note Haviland dans sa grammaire du tzotzil colonial ((...)
  • 47  La forme -ot, qui marque le passif perfectif en tzeltal, n’est pour nous ni compréhensible, ni tra (...)
  • 48  La racine pan ne figure dans aucun des dictionnaires consultés, nous pensons qu’il pourrait éventu (...)
  • 49  Aucun des termes s-jok-ob-e yex ne figure dans les dictionnaires consultés ; cependant, au regard (...)
  • 50  La particule tut-i, « que », est ici employée pour introduire l’interrogation ; ajoutée en tête de (...)

§ 5
Laj to k-al aw-a’iy jalal j-nich’(a)n-ab jun buhts’-an k’op
Pour finir, j’ai encore à dire pour que vous l’entendiez, mes chers enfants, une belle parole
         y-u’un nax s-na’-el,          pour la connaissance,
         y-u’un nax y-a’iy-el
         pour l’entendement
s-jalal s-pas-oj-el [sic] j-me’-tik [ant]a kux-ul to ta balumil-ay-e.
des saintes actions de notre vénérée mère sainte [Rose] quand elle vivait encore dans ce monde.
Nakal namey ta Jordan ha’ te s[an] Juan Baptista-e(j).Saint Jean-Baptiste était autrefois dans le Jourdain.
Yak y-yahl-es ha’ ta s-jol judio winik,
Il versait de l’eau sur la tête des Juifs,
ay x-ut-ot y-u’un y-abat judio winik :
voici ce qui est dit par son serviteur juif :
ta s-kaj x-a-yahl-es ha’ ta s-jol judio winik ?
pourquoi verses-tu de l’eau sur la tête des Juifs ?
Me ja’at Cristo-at ?
Est-ce que toi tu es le Christ ?
Me ja’at Mesias-at ?Est-ce que toi tu es le Messie ?
Me ja’at Profeta-at ?
Est-ce que toi tu es le Prophète ?
Me ja’at Elias-at ?
Est-ce que toi tu es Elias ?
Mach’(a){a}y jun-uk-at ?
Qui es-tu donc ?
Jo’-on j-yahl-es ha’ te s-jol winik
Je suis celui qui verse l’eau sur la tête des hommes
Ma naka-pa-on j-yahl-es ha’ te a-jol-ik,
ce n’est pas en vain que je verse l’eau sur vos têtes,
         ma Cristo-uk jo’-on,
         je ne suis pas le Christ,
         ma Mesias-uk jo’-on          je ne suis pas le Messie
ta aw-ohlil-ik nakal jal ay winik, ch’ul winik s-nich’an Dios
au milieu de vous il y a un homme, un saint homme, le fils de Dieu
ka-j-kol-ta(y)-wan-ej-tik Cristo
notre sauveur le Christ
laj-tal s-kol-tay-otikqui est venu nous sauver
ma x-a-na’44-ik s-ba, nah-illaj-tal-on j-tukel,
vous ne le connaissez pas, d’abord je suis venu moi-même,
              pat-il-ix laj-hul s-tukel
              ensuite il est venu lui-même
laj s-spas s-ba ta xichok Dios-e(y) koh s-tab tal k’in-al Dios
celui qui s’est fait le fils même de Dieu, qui est venu jusque sur terre
         ma lek-uk-on
         je ne suis pas bon
         ya j-tilpun-ej
         je suis celui qui délie
         xanab-uk-on          je suis les sandales
         ma lek-uk-on
         je ne suis pas bon
         y-abat ok-uk-on
         je suis les pieds de son serviteur
         ma lek-uk-on
         je ne suis pas bon
         s-munat-uk-on
         je suis son esclave
ta s-kaj Dios s-tukel j-o’on balum-il winik-on,
à cause de Dieu lui-même je suis un homme de ce monde,
mul-a-bil winik-onje suis un pécheurx-ut-ot {y-u’un} y-abat judio winik y-u’un te s[an] Juan Baptista namey-e.
Autrefois cela a été dit par son serviteur, un homme juif,à propos de saint Jean-Baptiste.
Muk’ a’iy-ot y-u’un judio winik45
Il a été considéré grand par les hommes juifs
laj toy-oty-u’un judio winik
il a été magnifié par les hommes juifs
         xak46 jalal winik-(u)e(y),
         et comme il était un saint homme,
         xak ch’ul winik-(u)e(y), ja’ (u){k} te s-tukel
         comme il était un saint homme lui-même
              ma naxmuk’-uk laj y-a’iy s-ba,
              il ne s’est pas pris pour grand,
              ma laj s-toy s-ba j-teb-uk
              il ne s’est pas élevé lui-même si peu que ce soit
toj s-bats’-il laj y-al toj tal-em ta y-o’tan,
il a dit la vérité qui était arrivée dans son cœur,
         ma’ uk-on Cristo jo’-on,
         ce n’est pas moi qui suis le Christ,
         ma’ uk-on Mesias-on,
         ce n’est pas moi qui suis le Messie,
         ma’ uk-on te jalal winik          ce n’est pas moi qui suis l’homme saint
yak aw-al-ik-e x-chi ja’-uk te
vous avez entendu dire ceci :
Cristo jo’-on,
que je suis le Christ,
Mesias jo’-on
que je suis le Messie
chi-uk s[an] Juan-e(y)
dit saint Jean
              xak-ot47 ta o’tan-il judio winik-e(y)
               [?] un homme juif
              xak Cristo uk-e(y),
              comme si c’était le Christ,
              xak Mesias j-uk-e(y),
              comme si c’était le Messie
              xak yaj kol-ta-wan-ej-uk k’in-al-e(y).
              comme si c’était le sauveur de la terre.
x-nich’an Dios x-a’iy-ot-e(y)
Il a été tenu pour le fils de Dieu
              toj xi-ot-e(y),               il a été craint,
              toj x-k’ex-ot-e(y),
              il a été respecté,
              toj s-tsakpati-ot-e(y).
              il a été suivi.Ma hich-uk laj-s-pan48 s[an] Juan
Ce n’est pas ainsi que [?] saint Jean          laj-s-natsab-iey(ij ?) s-ba s-tukel,
         il s’est refréné lui-même,
         laj-s-wiktaj-tes, s-ba s-tukel,
         il s’est fait petit, lui-même,
toj bik’it laj y-a’iy(j) s-ba s-tukel,
il s’est rapetissé,
ma muk’-uk laj y-a’iy (j) s-ba s-jok-ob-e yex49.
il ne s’est pas grandi lui-même [?].
Hich-an jalal nich’(a)n-ab
Ainsi mes chers enfants,
         tut-i50 y-u’un muk’ a’iy-ot ?
         n’a-t-il pas été considéré comme grand ?
         muk’ x-al-ot s[an] Baptista y-u’un-te ka-j-kol-ta-wan-ej-tik-e ?
         saint Jean-Baptiste n’a-t-il pas été dit grand par notre sauveur ?
         Laj chi laj y-al ka-j-kol-ta-wan-ej-tik Cristo
         Oui, on dit que notre sauveur le Christ a dit que
         s-muk’-ul,          la grandeur,          s-tsaj-om-il,          la beauté,          s-lek-il s[an] Juan Baptistala bonté de saint Jean-Baptiste               toj s-jel-aw,               son changement,
              toj x-kax-un-tay
              passent
         s-muk’-ul,          en grandeur,          s-tsaj-om-il
         en beauté          s-lek-il s-pisil te santo-etik
         en bonté [ceux] de tous les saints
que y-ayn ta s-tojol ants-etik-e, inter natos mulierum non surexit maior joanne Baptista.
qui sont nés de femmes, entre tous les hommes nés de femme, il n’en est pas de plus grand que Jean-Baptiste.
Hich-i s-tojol
C’est comme cela
         s-jel-aw
         que le changement
         x-kax-un-tay
         de saint Jean-Baptistedépasse
              s-muk’ul,               en grandeur,
              s-tsaj-om-il,               en beauté,
              s-lek-il s(an) Juan Baptista,               en bonté,
              s-tsaj-om-il
              la beauté
              s-muk’ul s-pisil santo-etik y-ayn ta s-tojol ants-etik.               et la grandeur de tous les saints nés de femmes.
A’iy-ik s-tojol j- nich’(a)n-ab, yu’un nax s-bik’it y-a’iy-ba-il,Écoutez, chers enfants, comme elle s’est faite petite,
              yu’un nax toj laj-s-bik’-taj-(t)es s-ba,               comme elle s’est rendue petite,
              yu’un nax tojbik’it laj-y-a’iy s-ba               comme elle s’est considérée petite [?]
                   muk’ x-al-ot,
                    [alors qu’]elle était dite grande,
                   muk’ a’iy-ot te ka-j-kol-ta-wan-ej-tik Cristo-e.
                   elle était considérée comme grande par notre sauveur le Christ.
Inter natos mulierum non surexit.
Toj hich nix te ch’ul ants-e ja’-te j-me’tik s[ant]a Rosa-e,
Et ainsi cette sainte femme, notre vénérée mère sainte Rose,
              toj muk’-a’iy-ot,
              elle a été considérée comme grande,
              toj muk’ x-al-ot y-u’un te s-pisil winik-e ja’-te kux-ul ta ba-lu-mil ay-e
              elle a été dite grande par tous les hommes qui vivaient sur terre
ja’-uk te s-tukel-e laj-s-bik’-taj-tes s-ba
et elle-même se diminuait
toj bik’it laj y-a’iy s-ba
et elle se considérait petite
    ma nax muk’-uk laj-y-a’iy s-ba
    et elle ne se considérait pas comme grande
    ma laj s-toy s-ba j-teb-uk ta ba-lumil-al.
    et elle ne se glorifiait pas elle-même sur terre.

  • 51  Ce passage renvoie à la légende qui veut que son berceau fût, par miracle, fleuri de roses (cf. la (...)
  • 52  Cette phrase reste extrêmement confuse, nous pensons cependant qu’il pourrait s’agir d’une référen (...)
  • 53  La paléographie de ce verbe est douteuse et ne nous permet pas d’établir s’il s’agit d’une forme p (...)

§ 6
Laj to k-al aw-a’iy-e, jalal nich’(a)n-ab,
Pour finir, j’ai encore à dire, pour que vous les entendiez, chers enfants,
cha’ ox-pal-uk k’op ta s-tojoldeux ou trois mots de
              s-jalal y-ain-el
              la sainte compassion
              s-jalal s-pa{t}s-oj-el j-me’-tik s[ant]a Rosa.
              des saintes actions de notre vénérée mère sainte Rose.
Ja’-uk ja’-li ants-i toj mel-el ay s-tat
Il est certain que cette femme avait un père
                                            ay s-me’                                             et une mère
              Gaspar s-bi(h)il te s-tat-e,               Gaspar est le nom de son père,
              Maria s-bihil te s-me’,
              Marie le nom de sa mère,
toj uts-ik winik s-chatulul y-ayn
ce sont tous deux des gens justes
laj ta [?] k’in-al y-a’iy-el Lima s-bi(h)il te s-tek-lumal-e,
elle vivait sur une terre étrangère appelée Lima,
paj-al [zc°] j-k’in-al-tik ik-tal y-ayn-el
semblable à notre terre, elle y est venue au monde,
laj-lik x-chikan-ij-ib y-uts-il y-o’tan ta s-tojol te s-yum-e,
elle a commencé à montrer la beauté de son cœur devant son père,
                                                                     te y-ajaw-uk                                                                      son seigneur
                                                                     j-yum-tik
                                                                     notre seigneur                                                                      k-ajaw-tik tiax [?]
                                                                     notre maître
                                                                     Dios-tik ek-uk
                                                                     et notre Dieu
ja’ y-u’un vain j-me’-tik s[ant]a Rosa pots-bil ta yaben-al castilan nichim
à cause de cela notre mère sainte Rose était enveloppée dans des fleurs de Castille
ja’-te Rosa x-ut-otik lapal ta y-ut Rosa
cette Rose on dit qu’elle était remplie de roses51
ja’ ta’ s-kaj s-bi(h)i(l) Rosa
c’est pour cela qu’elle avait pour nom Rose
y-u’un nax li’ s-lab-an-el Dios-tik vak [?] ma’ aw-il-ik
en relation à la puissance de Dieu que vous n’avez pas vue52
jalal nich’a(n)-ab,
chers enfants,
y-uts-il s-talel s-patan te Rosa-e
Rose apporte [?]
ay ma(ti) [?] cham-el ta s-toj te mach’ay
Il suffit que quelqu’un soit malade
we y-uk [?] me’ ma toj lik-el-uk.
[?]
X-baht s-le’-el Rosa y-u’un s-pox-il
il va chercher Rose pour se guérir
ja’ y-u’un toj s-kup-in s-mul-an kol-uk,
parce qu’il désirait aller bien,
hich-ix j-me’-tik s(ant)a Rosa pox y-a’iy-el
ainsi précisément notre vénérée mère sainte Rose pour cette raison nous soigne
    ja’ y-u’un a-kol-ot-ik53 [?] y-u’un j-me’-tik s(ant)a Rosa     c’est pour cette raison que tu nous aides, vénérée mère sainte Rose
    ja’ ta s-kaj ip [?] kol-tay-el-tik
    pour ça tu nous aides
y-u’un ta s-tojol cham-el-uk
pour faire face à la maladie
ta s-tojol j-obol-tik.
faire face à la peine.

§ 7
Ay mati a-cham-el,
il suffit que tu sois malade,
ay matia-wok-ol,
il suffit que tu souffres,
ay mati laj tsi-laj-elta’ a-tojol te’ ay j-me’-tik s(ant)a Rosa
il suffit que tu sois à bout, notre vénérée mère sainte Rose est à tes côtés
leh-a Roja [sic],
cherche Rose,
k’op-on-a s[ant]a Rosa,
parle à Rose,
k’an-bey-a a-tolom-al,
demande-lui ton bien-être
              a-kux-lej
              ta santé
ta s-tojol j-me’-tik s(ant)a Rosa
tey nakal hich xan
ta ts’e(h)-el Dios,à notre vénérée mère sainte Rose
qui vit aux côtés de Dieu          ta nichim-aj-el
         dans la beauté          ta gloriateys-pas-ot y-u’un angel-etik [sic]
         dans la gloire faite par les anges
         muk’-ul nichim-aj-el          la grande joie
                        ta ts’e(h)-el Dios tat-il x-il.
                        aux côtés de Dieu le Père [?].

  • 54  Ti’el, substantif dérivé de la racine ti’, « bouche, limite, bordure », ne semble avoir aucun sens (...)
  • 55  Remarquer, dans ce paragraphe final, l’insistance de la supplique : parle… dis…, intercède.

§ 8
O jalal j-me’-tik ja’-at,Ô toi notre vénérée sainte mère,
O ch’ul ants-at tey nakal-at x-ba(h)t-el k’in-al ta ti’ el54Ô tu es une sainte femme, tu vis là pour toujours dans [?]
Dios tat-il,
Dieu le Père,
Dios nich’an-il,
Dieu le fils,
k’op-oj-an ta j-kaj-tik mul-a-biljo’-otik
parle à cause de nous qui sommes des pécheurs
         yak x-ben-otik nuts-biljo’-otik ta bah-k’in-al          nous marchons poursuivis dans le monde
al-bey-a s-jalal nich’an Dios ja’te ka-j-kol-ta-wan-ej-tik Cristo-e,
Dis au fils de Dieu, Jésus-Christ notre sauveur,
ak’-a s-na’ laj-s-mal s-jal s-ch’ich’-el
qu’il se souvienne qu’il a versé le saint sang,
y-u’un nax s-kol-tay-otik
pour nous sauver
k’an-bey-a ta s-tojol s-chay-el j-mul-tik55 li’ ta balumil
intercède pour son pardon de nos péchés dans le monde
y ja’-uk te ch’ul-chan-e nichim-aj-el
et aussi dans le ciel fleuri
gloria ad quam.
gloire pour laquelle
[?] bey chan ta fiadora-tik ta kaj k’op-tik.
elle est notre garante à cause de notre prière.

7. Adaptation

38Nous avons pris dans cette adaptation le parti de la traduction littéraire, préférant respecter le sens du texte plutôt que la tournure grammaticale. Bien sûr, il faut garder à l’esprit que ce texte a été écrit par un hispanophone qui, même s’il connaissait le tzeltal, n’avait pas la maîtrise de quelqu’un dont c’eût été la langue maternelle. Par ailleurs, il s’agissait pour lui de traduire un certain nombre de concepts qui n’existaient pas dans la langue en question ou du moins pas sous cette forme. Les arcanes du catholicisme n’étaient pas des plus faciles à rendre.

39Précisons que notre auteur n’a pas été le seul à être confronté à ce problème et que des choix de traduction ont été faits par l’Église et souvent remodelés. L’expression ch’ul me’-tik désigne toute sainte femme, et notamment la Vierge Marie. Me’, dans le langage actuel, renvoie à « femelle » ou « femme » : ainsi « poule » se dit me’ mut, littéralement « femelle-gallinacée ». L’auteur aurait pu choisir ach’ix, « jeune fille ». C’est donc le caractère maternel de la Vierge qui a prévalu sur sa virginité. Inversement, le tzeltal présente des richesses de vocabulaire qui n’ont pas d’équivalent en français ; c’est notamment le cas des mots ts’un et aw, qui signifient tous deux « planté » ou « semé ».

  • 56  Voir la partie concernant les parallélismes.

40N’oublions pas que nous retraduisons dans une langue latine un texte initialement pensé en langue latine. L’auteur le dit lui-même à son assemblée à propos de la citation de saint Matthieu : « Je vais le dire avec vos mots. » La volonté de rendre des concepts occidentaux, catholiques en tzeltal explique en grande partie le caractère abscons du texte, et c’est pourquoi il nous aurait été très utile de disposer d’un sermon espagnol de la même époque sur la même sainte. Un tel modèle nous aurait certainement permis de mieux cerner certaines obscurités du texte, et de retrouver à travers les expressions construites en tzeltal quelle était l’intention initiale de l’auteur. En l’absence de telles données, nous nous sommes contentés de deviner ce modèle en faisant appel à nos connaissances du langage liturgique traditionnel. Cela étant, nous nous sommes efforcés de ne pas trop tomber dans la conjecture, mais de respecter au mieux le texte initial en lui donnant une cohérence de sens. Bien sûr, cette démarche est discutable et ne prétend pas viser autre chose qu’une esquisse. Enfin, sur le plan stylistique, le texte original présente parfois des ruptures soudaines entre un thème et un autre. En fait, la traduction mot à mot révèle un texte qui manque des articulations logiques linéaires et narratives qui nous sont familières. La construction sous-jacente peut donc paraître relativement problématique. Ce style un peu grossier s’expliquerait en partie par le manque de maîtrise du tzeltal de l’auteur, même si ce dernier s’adonne parfois à des figures de rhétorique complexes56. L’emploi irrégulier de la ponctuation et la présentation du texte en un bloc monolithique ne contribuent pas à la fluidité du sermon. Ces apparentes incohérences seraient peut-être dues au fait que ce texte était destiné à être lu. Ainsi certaines transitions apparemment manquantes étaient-elles sans doute marquées par un changement d’intonation dans la voix. Nous avons donc voulu y suppléer en mettant à la ligne les passages dont il nous semblait que c’était le cas. De la sorte, la mise en page compense la perte due au passage à l’écrit d’un texte destiné à être dit.

Mes chers enfants, cette sainte parole a été écrite dans le saint Évangile. Vous l’avez entendue pendant la messe, je l’ai dite pendant la sainte messe.
Nous célébrons notre vénérée mère sainte Rose, cette chère femme protégée et élue de Dieu, autrefois, alors qu’elle vivait encore sur cette terre. Que parviennent jusque dans nos cœurs de pécheurs son élévation, sa beauté, sa grandeur, son aide, sa puissance, sa compassion, la beauté de sa vie, la beauté de ses actes, la beauté de son cœur devant son seigneur et son maître, qui est notre seigneur et notre Dieu. Qu’y parvienne la belle, la bonne, l’élégante, la juste parole, la parole de l’Évangile. Je veux vous montrer la droiture, la vérité de son chemin.
D’abord, je proclamerai la vérité de la sainte parole qui a été dite pendant la messe, ensuite, je dirai la vie de notre vénérée mère sainte Rose, la beauté de son cœur, la beauté de ses actes, la beauté de son existence, aussi longtemps qu’elle vivait ici bas.

 « Le royaume des Cieux est semblable à un grain de sénevé. » Ce que cette parole du saint Évangile, écrite par saint Matthieu, dans le treizième chapitre, veut dire — je vais le traduire avec vos mots :
Le royaume des Cieux est semblable à la graine, à la semence, au grain de moutarde, qui, semé dans la terre, à peine semé, à peine planté, a jailli du sol, a germé rapidement. Déjà grand, déjà haut, son changement passe en grandeur celui de toutes les plantes qui sont dans le champ.
Voici la vérité de la sainte parole du saint Évangile, que vous avez entendue à l’instant au cours de la sainte messe. C’est ainsi qu’était la sainte femme, notre vénérée mère sainte Rose : une graine, une semence, un grain de moutarde semé dans la terre par Dieu lorsqu’elle vivait parmi nous. Alors, sa grandeur, son aide, son don d’elle-même pour le seigneur qui est au ciel n’étaient pas visibles ; c’est lorsqu’elle est morte que notre Dieu qui voit tout nous les a fait apparaître, ainsi que la compassion, le dévouement de cette sainte femme de Dieu. Ce saint jour de fête, mes enfants, nous le célébrons dans nos cœurs à la gloire de notre vénérée mère sainte Rose. Son corps est resté parmi nous et nous en avons grand respect.
Je vais vous les dire, mais les paroles de l’Évangile sont iné­puisables.
Pour la grâce de Dieu, il nous faut l’intercession de la sainte mère, cette sainte reine, sainte Marie, la mère de grâce. Maria mater graciae mater misericordius, c’est pourquoi nous la saluons, nous lui disons des paroles de respect, les saintes paroles, les belles paroles, les paroles des anges ; vous vous les êtes rappelées vous-mêmes.

Ave Maria.

  • 57  La traduction littérale est « celui qui s’est fait le fils de Dieu », mais par souci de cohérence (...)
  • 58  L’auteur s’inspire ici de la Bible : Jean 1, 19-29.

Nous commémorons aujourd’hui la sainte existence, le dévouement, les actions, la modestie, le respect et l’observance des commandements de Dieu de notre sainte mère sainte Rose. Nous célébrons sa mémoire, nous qui sommes ses enfants. Au début de la sainte parole que vous avez entendue, il est question de la ressemblance de tous au royaume des cieux. Une graine, une semence, un grain de moutarde, planté dans la terre pour le potager, planté, semé, qui a jailli de terre, qui a germé, et qui est déjà grand, qui est déjà haut. Son changement dépasse en grandeur toutes les plantes qui sont dans le champ.
Ainsi cette sainte femme, notre vénérée mère sainte Rose, est-elle semblable à une graine, une semence, un grain de moutarde, planté, semé autrefois sur terre. Et, petite, toute petite même, à peine a-t-elle été plantée, à peine a-t-elle été semée par Dieu que soudain elle a germé, elle a proliféré et s’est multipliée, et l’épanouissement de notre vénérée mère sainte Rose dépasse en grandeur, en beauté et en magnificence celui de tous les saints qui sont au ciel.
Chers enfants, j’ai encore dit là une belle parole pour que vous connaissiez et compreniez les saintes actions de notre vénérée mère lorsqu’elle était encore en vie dans ce monde.
Autrefois, Jean-Baptiste vivait au bord du Jourdain. Comme on rapportait qu’il baptisait les Juifs, son serviteur juif lui dit :
« Pourquoi baptises-tu des Juifs ?
Es-tu le Christ ?
Est-ce toi le Messie ?
Es-tu le Prophète ?
Es-tu Élie ?
Qui es-tu donc ?
— Je suis celui qui baptise les hommes,
Je ne suis pas digne de le faire,
Je ne suis pas le Christ, je ne suis pas le Messie.
Parmi vous, il y a un homme, un saint homme, le fils de Dieu notre sauveur, le Christ qui est venu nous sauver.
Vous ne le connaissez pas.
Je suis venu en premier, ensuite il viendra, celui qui s’est fait homme57 et qui est descendu sur terre.
Je ne suis pas bon,
Je suis les sandales,
Je ne suis pas bon,
Je suis celui qui délie,
Je suis les pieds de son serviteur,
Je ne suis pas bon,
Je suis son esclave.
Par la volonté de Dieu, je ne suis qu’un homme de ce monde, je suis un pécheur58. »
Jadis, cela a été dit par saint Jean-Baptiste à son serviteur. [Jésus] l’a vu grand, il l’a magnifié. Mais parce qu’il était un saint homme, parce que lui-même était saint, il ne s’est pas pris pour grand, il ne s’est pas glorifié, il a dit la vérité qui était parvenue à son cœur :
« Ce n’est pas moi le Christ, ce n’est pas moi le Messie, ce n’est pas moi l’homme saint, même si vous avez entendu dire que c’était moi le Christ, moi le Messie », dit saint Jean.
Christ, Messie, sauveur, il a été pris pour le fils de Dieu, il a été craint, il a été respecté, il a été suivi. Mais saint Jean s’est restreint, il s’est rapetissé, il s’est fait humble, il ne s’est pas grandi. C’est pourquoi, chers enfants, saint Jean-Baptiste a été considéré comme grand, il a été glorifié par notre seigneur. Ainsi, notre seigneur Christ aurait dit que la grandeur, la beauté, la bonté de saint Jean-Baptiste, son épanouissement dépasse en grandeur et en beauté la bonté de tous les saints nés d’une femme.

Inter natos mulierum non surexit maior joanne baptista.

Et c’est pour cela que son épanouissement dépasse en grandeur, en beauté et en bonté la grandeur de tous les saints.
Écoutez chers enfants, comme elle s’est rapetissée, comme elle s’est rendue petite, comme elle s’est faite humble, alors qu’on la disait grande et qu’elle était reconnue comme grande par notre sauveur Christ.

Inter natos mulierum non surexit.

C’est ainsi que cette sainte femme, notre vénérée mère sainte Rose, respectée, louangée de tous les hommes qui vivaient sur terre, se faisait humble et se disait petite, elle ne se considérait pas comme grande, elle ne se glorifiait pas.

  • 59  La traduction littérale serait « C’est pour cette raison que notre vénérée mère sainte Rose nous a (...)

Pour finir, chers enfants, je vais vous dire quelques mots de la sainte compassion et des actions de notre mère sainte Rose. C’était une femme, elle avait un père, elle avait une mère. Gaspard était le nom de son père et Marie était le nom de sa mère. Tous deux étaient des gens justes. Ils vivaient sur une terre semblable à la nôtre, une terre dont le nom était Lima. C’est là qu’elle est venue au monde. C’est là qu’elle a commencé à montrer la beauté de son cœur devant son maître, son seigneur, notre seigneur, et notre Dieu.
Notre mère sainte Rose était enveloppée des fleurs de Castille. On dit qu’elle était emplie de roses et c’est pourquoi on l’appela Rose.
Chers enfants, ne voyez-vous pas la force de Rose grâce à la puissance de Dieu ? Si quelqu’un souffre et est sans remède, il lui suffit d’aller chercher Rose pour guérir, pour être en bonne santé. C’est grâce à cette puissance59 que notre vénérée mère sainte Rose nous soigne. C’est pour cela que tu nous aides sainte Rose, que tu nous aides à faire face à la maladie et à notre pauvreté. Il suffit que tu sois malade, il suffit que tu souffres, il suffit que tu sois à bout, pour que notre vénérée mère sainte Rose soit à tes côtés. Cherche Rose, parle à sainte Rose, demande-lui le bien-être, demande-lui la santé, à elle, notre vénérée mère sainte Rose, qui vit aux côtés de Dieu, dans la lumière, dans la gloire des anges, dans la grande lumière aux côtés de Dieu le Père.
Ô toi qui es notre vénérée mère, ô toi sainte femme, qui vis pour toujours aux côtés de Dieu le Père, Dieu le fils, prie pour nous, pauvres pécheurs, car nous marchons poursuivis dans ce monde. Demande au fils de Dieu qu’il se souvienne qu’il a versé son saint sang pour nous sauver, intercède pour le pardon de nos péchés dans ce monde et aussi pour la gloire vers laquelle nous tendons dans le ciel fleuri. Toi, la garante de nos prières.

8. Notes de grammaire

41Malgré quelques maladresses, l’ensemble du sermon témoigne, de la part de l’auteur, d’une bonne connaissance de la langue. En premier lieu, il semble maîtriser la morphologie du tzeltal, qui, à l’instar des autres langues mayas, est ergative. L’ergativité se marque par l’indexation des arguments du prédicat, qui varient selon que le verbe est transitif ou intransitif. Il y a deux séries de marques de personne. La série A utilisée avec les verbes transitifs : j-pas-tik, « nous célébrons », ce personnel change si la racine commence par une consonne, ce que l’auteur respecte : k-al,« je dis ». Ce personnel sert aussi à marquer la possession : j-me’-tik, « notre mère », les quantifieurs : s-pisil, « tous », l’emphase : s-tukel, « elle-même », le réflexif : s-ba, « elle se », et les relateurs : yu’un, « en relation à lui ». Quand à la série B de personnels, elle est employée avec les verbes intransitifs : tal-on, « je viens », ainsi que pour le complément applicatif de verbe transitif : j-kan chikan-tes-bey-ex, « je veux vous le montrer ». Mais la série B sert aussi à marquer l’argument de prédicats nominaux : Cristo-at, « tu es le Christ », de prédicats adjectivaux : uts-ik, « ils sont bons », des déictiques : jo’on, « moi », et d’actualisateurs : ay Ø s-me, « elle a une mère ».

42Par ailleurs, l’auteur fait un bon usage des affixes grammaticaux, très nombreux en tzeltal. Il utilise les suffixes transitiviseurs : suh-tes-el, « traduire ». Il utilise des suffixes de dérivation, à partir de la racine muk’, il forme par exemple l’adjectif muk’ul, « grand ».

43Il maîtrise les différentes marques d’aspects et utilise aussi bien le morphème yak pour exprimer l’imperfectif : yak aw-al-ik, « vous dites », que le duratif : x-baht, « il est allé ». L’emploi des aspects est correct et l’auteur emploie le participe passé intransitif (h)il-em, « elle est restée », le passif perspectif al-ot, « elle a été dite », le participe passé passif nuts-bil, « pour­suivis », ainsi que l’impératif des verbes transitifs : leh-a Rosa, « cherche Rose ».

  • 60  Monod Becquelin, 1997 : 97.

44Les pluriels sont rarement indiqués, ce qui est une caractéristique du tzeltal et n’est donc pas forcément dû à une mauvaise connaissance de la langue60. D’autant que l’auteur emploie différentes formes de pluriel : il recourt à un morphème, mais il utilise aussi le procédé de redoublement : toj toj. Il n’use pas de classificateurs numéraux, pourtant très employés dans les langues mayas, mais significativement peu présents dans le tzeltal moderne, on peut donc penser qu’ils étaient déjà peu présents au xviie siècle.

  • 61 Cf. Robertson, 1992.

45On note cependant un certain nombre de différences avec le tzeltal moderne, dues à l’emploi d’un tzeltal différent de celui utilisé aujourd’hui. C’est le cas de la forme u qui semble être un équivalent du laj, préposition dérivée du verbe lajel, « finir », et qui, placée devant le verbe, indique l’aspect accompli de l’action exprimée par le groupe verbal. L’auteur emploie indifféremment ces deux marques aspectuelles, mais la première n’est plus utilisée aujourd’hui61.

  • 62 Kaufman, 1971.
  • 63  Robertson, 1987.

46Par ailleurs, Kaufman a évalué, à partir de sa méthode de datation des langues, que le tzotzil et le tzeltal ne se sont séparés que peu de temps avant la Conquête62. Dans leur forme ancienne, les deux langues auraient été structurellement très proches63. Cette similitude se traduit dans le sermon par la présence de certains mots, inexistants en tzeltal moderne, mais qui figurent dans le dictionnaire du tzotzil colonial de Laughlin (1988) : c’est le cas de l’expression bik’it y-a’iy-bail, « humilité ».

47Ainsi, l’auteur du sermon maîtrisait-il bien la langue de ceux à qui il s’adressait, et les seules difficultés qu’il semble avoir rencontrées sont d’ordre lexical ou relatives à la flexibilité de la langue. L’emploi répété de la racine toj pour marquer la liaison révèle ce manque de fluidité. Confronté au problème épineux de la traduction de concepts catholiques en langue indienne, l’auteur adopte une attitude indécise, conservant certains mots en espagnol, en traduisant d’autres en tzeltal. Il a, par exemple, choisi de garder en espagnol les termes misa, Dios, grasya, profeta, Angeles, mesias. On notera néanmoins les efforts de traduction du frère qui opte parfois pour une description de l’action ou de l’idée qu’il souhaite transmettre aux fidèles, comme c’est le cas dans l’exemple du baptême, qu’il désigne par l’expression x-a-yahl-es ha’ ta s-jol, « tu verses de l’eau sur la tête ».

48En construisant un modèle assez simple autour de la figure de sainte Rose, érigée en modèle de modestie et mise en parallèle avec saint Jean-Baptiste, l’auteur accomplit le dessein de son Église : faire passer un message clair, simple et convaincant à son auditoire.

9. Le parallélisme dans le sermon de sainte Rose

49À la lecture du sermon de sainte Rose, nous avons remarqué que l’ensemble du texte s’organise autour d’une série de reprises et de répétitions plus ou moins sensibles de certains mots ou de formules plus longues. Connu sous le nom de parallélisme, ce procédé rhétorique met en relation aussi bien des paires de mots que des parties plus grandes du récit, des syntagmes, des phrases et parfois même des paragraphes entiers.

  • 64  Sur la poésie, voir les travaux de Roman Jakobson, en particulier Questions de poétique (1973).
  • 65 Cf.Fox, 1998 ; Monod Becquelin, 2000 ; Severi, 1997.
  • 66 Newman, 1918 : 116.

50Des premières remarques sur le parallélisme datant du xviiie siècle aux travaux plus récents menés en linguistique, force est de constater que ce procédé est présent dans quasiment toutes les littératures et traditions orales du globe. On s’aperçoit, de plus, que des structures parallèles apparaissent non seulement dans des œuvres poétiques récentes64 — folklore, poésie populaire, poèmes —, dans des chants, des dialogues rituels ou des prières de guérison65, mais aussi dans des textes antiques. Louis I. Newman, qui a consacré un ouvrage à l’étude du parallélisme dans la Bible, le définit d’ailleurs comme « the result of a universal human instinct » et souligne l’existence de couplets dans les littératures grecque, latine, germanique et anglo-saxonne, et un emploi systématique du parallélisme dans les écrits anciens de Chine, Finlande, Égypte, ainsi qu’en Mésopotamie, et dans la littérature hébraïque et arabe66.

a) Le parallélisme dans l’aire maya

  • 67 Cf. Breton, 1994 ; Gossen, 1974 ; Hanks, 1990 ; Monod Becquelin, 1987.
  • 68 Cf.Hull, 2001 ; Lounsbury, 1980 ; Maxwell, 1997 ; Thompson, 1960.

51Les premières études sur l’utilisation du parallélisme dans la littérature maya datent de la seconde moitié du xxe siècle. Ces travaux se sont d’abord tournés vers la tradition orale maya67, montrant ainsi que ce procédé stylistique est largement utilisé dans les discours rituels, les chants et les prières. Plus récemment, les progrès de la recherche en épigraphie maya ont permis, en vérifiant l’existence de structures parallèles dans les inscriptions précoloniales glyphiques68, d’ouvrir de nouveaux champs d’analyse sur la prégnance de ce procédé dans le monde maya.

52Il convient donc de s’interroger sur le sens de l’utilisation du parallélisme dans le sermon de sainte Rose. En effet, si comme les épigraphistes le montrent, le parallélisme était déjà utilisé dans les inscriptions antérieures à la conquête, on peut rejeter l’hypothèse selon laquelle il aurait été introduit dans la tradition maya par les Espagnols. Reste cependant une question de taille à élucider : l’utilisation fréquente du parallélisme dans ce sermon écrit en 1798 reflète-t-elle une connaissance pointue, par Fray Manuel Diez, du style et de la littérature traditionnels mayas, ou ne doit-on voir dans cet emploi répété que la transposition des moyens stylistiques et des procédés rhétoriques que l’on trouve déjà dans la Bible ? En d’autres termes, l’emploi du parallélisme relève-t-il d’une stratégie de manipulation d’idiomes culturels au service d’un dessein plus large de conquête spirituelle des Indiens, ou bien Manuel Diez n’a-t-il fait que s’inscrire dans la lignée stylistique de sa propre culture en copiant les schémas de constructions qui apparaissent dans la Bible ?

53Il n’est pas facile de trancher cette question, qui nécessiterait une étude stylistique approfondie de l’ensemble des sermons tzeltal que l’on attribue au dominicain Fray Manuel Diez, mais pour ouvrir la voie à cette étude, nous présentons les différents types de parallélisme que nous avons relevés au fil du sermon de sainte Rose.

54Le parallélisme consiste en la répétition d’un segment accompagné du changement d’un autre segment. La formule canonique est un parallélisme à deux « vers », dont la partie répétée est la plus longue et dont l’élément variable, dit « en paire » ou « apparié » est le plus court. Mais toutes les variations existent, depuis le nombre de vers en parallèle jusqu’à la longueur respective des éléments stables et des éléments variables.

55Nous distinguons deux types de paires : lexicales lorsque le lexème est pris en compte, grammaticales lorsque l’opposition porte sur des éléments grammaticaux.

b) Le parallélisme dans le sermon de sainte Rose

56Afin de mettre en évidence les différents types de parallélisme que nous avons distingués, nous suivrons une présentation allant du « plus simple » au « plus complexe ». C’est-à-dire que nous donnerons dans un premier temps quelques exemples simples de paires organisées en couplets, triplets, etc., avant de présenter ce que nous nommons des « structures parallèles », constituées par la reprise de différentes formules, allant de la phrase au paragraphe entier, avec des termes invariants et des variables, et que l’on retrouve tout le long du sermon.

57Exemple de paires (un terme invariant et une variable)

Balum-il winik-on

Je suis un homme de ce monde

Mul-a-bil winik-on

Je suis un pécheur

Y-uts-il s-nak-(a)l-ej

La beauté de son existence

Y-uts-il s-pa{t}s-oj-el

La beauté de son action

Y-uts-il y-o’tan

La beauté de son cœur

Nichim-alk’op

La parole fleurie

Uts-ilk’op

La belle parole

Lek-ilk’op

La bonne parole

Tekpan-ilk’op

La juste parole

58Exemple de parallélisme lexical

Jun y-al s-bak’

La graine

Y-al ts’un-bal

La semence

Y-al aw-al-ilmostaza

Le grain de moutarde

59Exemple de parallélisme grammatical (les termes de l’interrogation sont mis en parallèle avec ceux de la réponse négative)

Me ja’at Cristo-at ?

Es-tu le Christ ?

Me ja’at Mesias-at ?

Es-tu le Messie ?

Me ja’at Profeta-at ?

Es-tu le prophète ?

Me ja’at Elias-at ?

Es-tu Elias ?

Ma Cristo-uk jo’on

Je ne suis pas le Christ

Ma Mesias-uk jo’on

Je ne suis pas le Messie

Premier type de structure

60Il s’agit d’une formule qui « encadre » le sermon, présente dans les premier et dernier paragraphes avec plusieurs termes invariants : jalal, j-me’-tik, ch’ul, ants, Dios, mul-a-bil.

[§ 1] Yak j-pas-tik j-me’-tik Santa Rosa, ch’ul jalal ants kol-tay-bil jal(al) il-bil y-u’un Dios namey ja’ te nakal to ta bah-k’in-al-ay-e. Toj yak x-tahb hich-an ta y-util mul-a-bil k-o’tan-tik…
Nous célébrons notre vénérée mère sainte Rose, très sainte femme protégée et élue de Dieu, quand autrefois, celle-ci vivait encore sur cette terre. Et parviennent à l’intérieur de notre cœur pécheur…

[§ 8] O jalal j-me’-tik ja’-at, O ch’ul ants-at tey nakal-at s-ba(h)t-el k’in-al ta ti’ el, Dios tat-il, Dios nich’an-il k’op-oj-an ta j-kaj-tik mul-a-bil jo’o-tik…
Ô toi notre vénérée sainte mère, ô tu es une sainte femme, tu vis là pour toujours dans [?] Dieu le Père, Dieu le fils, parle parce que nous sommes des pécheurs…

61On notera le contraste intéressant dans ces phrases entre un élément lexical dans le premier paragraphe et un élément grammatical dans le dernier :

Mul-a-bil k-o’tan-tik

Notre cœur pécheur

Mul-a-bil jo’o-tik

Nous sommes des pécheurs

Deuxième type de structure

62La première phrase de ce texte est une formule standardisée qui se retrouve sous une forme identique au début de nombreux sermons en tzeltal. Elle est ici reprise en différents endroits du récit avec des variations. Chacune des récurrences renforce l’homélie du prêcheur.

[§ 1] Ja’ ch’ul k’op, jalal nich’(a)-nab, ts’ihb-a-bil ta santo evangelio laj aw-a’iy ta a-chikin-ik, laj-k-al yak-to-nax ta ch’ul misa laj-k’ayoj-in-ot li’i ta.
Cette sainte parole, chers enfants, elle a été écrite dans le saint évangile, vous l’avez entendue de vos propres oreilles, je l’ai dite à l’instant au cours de la sainte messe chantée ici.

[§ 2] Ta nah-il-al x-k-al aw-a’iy-ik s-mel-ol te ch’ul k’op-e ja’ te al-ot ta misa-e.
Ta pat-il-al x-k-al aw-a’iy-ik ek-uk ch’ul [s]-jalal y-ain-el j-me’-tik Santa Rosa.
D’abord je dirai pour que vous l’entendiez la vérité de la sainte parole, celle qui a été dite pendant la messe.
Ensuite je dirai pour que vous l’entendiez aussi la très sainte vie de notre vénérée mère sainte Rose.

[§ 3] Toj ja’ s-mel-ol te ch’ul k’op-e ts’ihba-bil ta ch’ul sancto evang[eli]o laj aw-a’iy yak-to-nax ta ch’ul misa.
Voici la vérité de la sainte parole écrite dans le saint Évangile que vous avez entendue à l’instant au cours de la sainte messe.
Toj ma x-ju’ laj-el-uk x-k-al aw-a’iy te tuti x-al, x-k’op-ojs[anct]o ev[angeli]o.
Et je ne pourrais pas finir de vous dire pour que vous entendiez tout ce que dit la sainte parole de l’Évangile.

[§ 4] Ta s-lik-ib ch’ul k’op laj-k-a’iy-otik.
Au commencement de la sainte parole que nous avons entendue.

[§ 5] Laj to k-al aw-a’iy jalal j-nich nich’(a)n-ab jun buhts’an k’op.
Pour finir, j’ai encore à dire pour que vous l’entendiez, mes chers enfants, une belle parole.
A’iy-ik s-tojol j-nich’(a)n-ab.Écoutez chers enfants.

[§ 6] Laj to k-al aw-a’iy-e, jalal nich’(a)n-ab
Pour finir, j’ai encore à dire pour que vous les entendiez, chers enfants

Troisième type de structure

  • 69  Voir ci-après l’analyse du paragraphe, dans le cinquième type de structure.

63On peut considérer à la fois comme un outil démarcatif et comme un leitmotiv d’insistance la reprise régulière de l’expression J-me’-tik Santa Rosa : « Notre vénérée mère sainte Rose », qui rythme le sermon.
Nous remarquons une progression crescendo-decrescendo de l’emploi de cette expression, avec le maximum d’occurrences dans le sixième paragraphe. Le cinquième paragraphe étant consacré à la vie de saint Jean-Baptiste, il n’est pas surprenant que l’expression n’y apparaisse que deux fois et donne cette impression de rupture dans la progression. Cependant, ce récit sur la vie de Jean-Baptiste introduit une mise en parallèle des deux saints, et l’on peut penser que, bien que peu nommée, sainte Rose reste omniprésente dans ce paragraphe69.

64Les articulations du sermon sont également marquées de trois façons.

65a) La répétition identique dans trois paragraphes de la formule suivante :

Toj hich nix te ch’ul ants-e ja’te j-me’-tik santa Rosa-e
Il en est ainsi précisément de la sainte femme
qu’était notre vénérée mère sainte Rose

figure 1 — Occurrences de J-me’tik Santa Rosa.

66b) L’expression des intentions ou actions de l’auteur par une même construction syntaxique :

Ya-[k] j-k’an chikan-tes-bey-ex

Je veux vous montrer

Yax j-suht-es ta a-k’op-ik

Et je vais la rendre dans vos mots

Ya-[k] x-lik y[a]o’tik ta k-o’tan-tik s-ba lik-el

Nous voulons [?]

Ya-[k] j-pas-tik hich-an ta s-tojol

Nous célébrons

Ya-[k] x-tab ta k-o’tan-tik yo’tik

Nous commémorons aujourd’hui

67c) Une segmentation temporelle :

Ta nah-il-alx-k-al aw-a’iy-ik

D’abord je dirai pour que vous l’entendiez

Ta pat-il-alx-k-al aw-a’iy-ik ek-uk

Ensuite je dirai pour que vous l’entendiez aussi

Nah-il laj-tal-on j-tukel

D’abord je suis venu moi-même

Pat-il-ix laj-hul s-tukel

Ensuite il est venu lui-même

Quatrième type de structure

68Le texte est construit sur une comparaison répétée de la vie de sainte Rose avec différents paradigmes. L’organisation des paragraphes se fait par une série d’emboîtements, dont le tableau 1 illustre la mise en forme (voir tableau 1 en document annexe).
La première colonne indique le numéro de paragraphe auquel nous nous référons. La deuxième montre les différents éléments mis en contraste. La graine de moutarde, plantée dans la terre, qui croît rapidement, se trouve déjà grande et surpasse toutes les plantes des champs ; elle est le parangon des différentes comparaisons (colonnes 3 à 8).
La dernière colonne donne le deuxième élément de la comparaison.
Nous avons indiqué par un ensemble vide ou par une case vide l’absence de répétition.
La comparaison de sainte Rose avec la graine de moutarde est précédée d’une opposition entre celle-ci et toutes les plantes des champs, opposition qui est reprise à l’identique au quatrième paragraphe. L’assimilation de sainte Rose à la graine de moutarde d’une part, le contraste entre la sainte et les plantes des champs d’autre part, sont donc fortement soulignés grâce au jeu de variantes mis en exergue par la construction des paragraphes.

69Selon le même modèle, sainte Rose est ensuite mise en parallèle avec saint Jean-Baptiste, et tous deux sont situés dans la hiérarchie de tous les saints, paragraphes 4 et 5 (voir tableau 2 en document annexe).

Cinquième type de structure

70La vie de saint Jean-Baptiste, au cinquième paragraphe, est décrite à l’aide d’une série de parallélismes grammaticaux mettant en relation des constructions interrogatives, affirmatives, négatives et contre­factuelles. Dans la première moitié du paragraphe s’intercalent, parmi les paroles du prêcheur, deux dialogues où Jean-Baptiste s’adresse successivement à son serviteur et aux hommes juifs.
La seconde moitié du paragraphe est un parallèle entre Jean-Baptiste et sainte Rose mettant l’accent sur la gloire et la modestie des deux saints par une mise en opposition de différents adjectifs exprimant la petitesse et la grandeur.

Dialogue entre Jean-Baptiste et son serviteur

71Depuis :

Nakal namey ta Jordan ha’ te s[an] Juan Baptista-e(j).Saint Jean-Baptiste était autrefois dans le Jourdain.
Yak y-yahl-es ha’ ta s-jol judio winik ay x-ut-ot y-u’un y-abat judio winik :
Il faisait tomber de l’eau sur la tête des Juifs, voici ce qui était dit par son serviteur juif :

72jusqu’à :

X-ut-ot [y-u’un] y-abat judio winik y-u’un te s[an] Juan Baptista namey-e.
Autrefois cela a été dit par son serviteur, un homme juif, à propos de saint Jean-Baptiste.

Interrogations du serviteur

Ta s-kaj x-a-yahl-es ha’ta s-jol judio winik ?

Pourquoi verses-tu de l’eau sur la tête des Juifs ?

Me ja’at Cristo-at ?

Est-ce que toi tu es le Christ ?

Me ja’at Mesias-at ?

Est-ce que toi tu es le Messie ?

Me ja’at Profeta-at ?

Est-ce que toi tu es le prophète ?

Me ja’at Elias-at ?

Est-ce que toi tu es Elias ?

Mach’ay jun-uk-at ?

Qui es-tu donc ?

Réponses de saint Jean-Baptiste, avec opposition d’affirmations et de négations

Jo’-on j-yahl-es ha’ ta s-jol winik

Je suis celui qui verse de l’eau sur la tête des hommes

Ma naka-pa-on j-yahl-es ha’ te a-jol-ik.

Et ce n’est pas en vain que je verse l’eau sur vos têtes.

Ma Cristo-uk jo’on

Je ne suis pas le Christ,

Ma Mesias-uk jo’on

Je ne suis pas le Messie

Ma lek-uk-on

je ne suis pas bon

Yaj tilpun-ej

je délie

Xanab-uk-on

je suis les sandales

Ma lek-uk-on

je ne suis pas bon

Y-abat ok-uk-on

je suis les pieds de son serviteur

Ma lek-uk-on

je ne suis pas bon

S-munat-uk-on

je suis son esclave

Paroles du prêcheur

73Contrefactuelles :

Xak jalal winik-(u)e(y),

Et comme il était un saint homme,

Xak ch’ul winik-(u)e(y), ja’ (u)[k] te s-tukel.

Comme il était un homme saint lui-même.

Xak-ot ta o’tan-il judio winik-e(y)

[?]

Xak Cristo uk-e(y),

Comme si c’était le Christ

Xak Mesias j-uk-e(y),

Comme si c’était le Messie

Xak yaj kol-ta-wan-ej-uk k’in-al-e(y).

Comme si c’était le sauveur de la terre.

Paroles de Jean-Baptiste aux hommes juifs

74Négations :

Ma-uk-on Cristo jo’on,

Ce n’est pas moi qui suis le Christ,

Ma-uk-on Mesias-on,

Ce n’est pas moi qui suis le Messie,

Ma-uk-on te jalal winik.

Ce n’est pas moi qui suis l’homme saint.

75Supposition :

Yak aw-al-ik-e x-chi ja’uk te Cristo jo’-on,

Vous avez entendu dire que je suis le Christ,

Mesias jo’-on

le Messie.

76Nous avons tenté de donner un aperçu des différents parallélismes présents dans le sermon de sainte Rose. Il apparaît que la plupart de ces constructions ont été utilisées pour marquer l’organisation du sermon et insuffler un rythme à la prédication. Nombreuses sont en effet les formules reprises en différents endroits du texte, avec quelques variations syntaxiques ou sémantiques, qui se font écho entre elles et donnent l’impression d’une grande cohérence dans l’ordonnance du récit. L’auteur s’est également servi du parallélisme pour singulariser sainte Rose en la comparant et/ou en l’opposant à d’autres paradigmes (toutes les plantes des champs, tous les saints du ciel, Jean-Baptiste) sous forme d’emboîtements répétés. Il y a enfin un certain nombre de paires marquées en caractère gras dans la transcription en tzeltal moderne.

  • 70  Monod Becquelin, 1987 : 472.

77Les discours rituels mayas sont caractérisés par une abondance de ces appariements qui permettent au locuteur de suggérer des idées sans toutefois les exprimer. En effet, certaines associations de termes renvoient à des images et évoquent de ce fait beaucoup plus qu’ils ne disent. Toute une sémantique s’élabore « derrière » les termes mis en relation dans la paire. Par exemple, lorsque l’on a l’association ok-k’ab « les pieds et les mains » dans un discours rituel, il n’est pas simplement fait référence aux parties du corps mais aux protagonistes du rituel : les hommes, qui se déplacent pour cultiver les champs et les femmes qui de leurs mains accomplissent leurs tâches : élever les enfants, tisser, cuisiner. La paire constituée par les termes ok et k’ab fait ainsi allusion au couple homme-femme70.

78De la même façon, les structures parallèles insérées dans les discours rituels ne se contentent pas de rythmer le texte par la reprise de quelques constructions clés, mais sont autant de créations sémantiques, qui enrichissent le discours par des références implicites à des concepts culturels.

79À l’aune de cette analyse, il apparaît cependant que les parallélismes dans le sermon de sainte Rose restent avant tout des effets stylistiques qui agrémentent le sermon, l’ordonnent et le structurent de façon harmonieuse sans que toutefois les différents appariements communiquent plus que leur propre sémantique. Le frère, en voulant glisser son texte dans les formes canoniques du discours tzeltal, le prive par là même de sa substance. Effort de traduction ou trahison, il le convertit en instrument de conquête qui renvoie à la violence de l’improbable dialogue culturel qui s’instaure dans toute l’Amérique coloniale.

Haut de page

Bibliographie

Acuña, Antonio González de
1671 Rosa mística. Vida y muerte de Santa Rosa de Santa María (Rome).

Ara, Domingo de (Fray)
1986 Vocabulario de lengua tzeldal según el orden de Copanabastla [1616], Mario Humberto Ruz, dir. (Mexico, Universidad Nacional Autónoma de México).

Barrera Caraza, Estanislao
1997 Síntesis del culto a Santa Rosa entre los Otomíes, América indígena (Mexico),LVII, 3-4 : 133-164.

Breton, Alain
1994 Rabinal Achi. Un drame dynastique maya du xve siècle. Édition établie d’après le Manuscrit Pérez (Nanterre, Société d’ethnologie/Société des américanistes) [Recherches américaines, 5].

Calvo, Thomas
1994 L’Amérique ibérique de 1570 à 1910 (Paris, Nathan).

Castillo, Doctor Juan del
1624 « Revelaciones Proprias », Archivo Histórico Nacional de Madrid. Inquisición. Legajo 4466, nº 5 (Madrid).

Ferrer de Valdecebro, Andrés, O. P.
1666 Historia de la maravillosa y admirable vida de la venerable y esclarecida Virgen Sor Rosa de Santa María… (Madrid).

Flores Araoz, José
1994 Iconografía de Santa Rosa de Lima, in José Flores Araoz et al. (dir.), Santa Rosa de Lima y su tiempo (Lima, Banco de Crédito del Perú) : 216-295 [collección Arte y Tesoros del Perú].

Fox, John J.
1998 To Speak in pairs : essays on the ritual languages of Eastern Indonesia (Cambridge, Cambridge University Press).

Gossen, Gary H.
1974 Chamulas in the World of the Sun : time and space in a Maya oral tradition (Cambridge, MA, Harvard University Press).

Hanks, William F.
1990 Referential practice. Language and lived space among the Maya (Chicago/Londres, University of Chicago Press).

Hansen, Leonardo (Fray)
1929 La vida admirable de Santa Rosa de Lima, patrona del Nuevo Mundo [1664], traducida al castellano por Fray Jacinto Parra, anotada por el Suavo Pontifico Sevilla, Cabellero de Pío IX (Lima, Centro Católico).

Hull, K. M.
2001 « A comparative analysis of Ch’orti’ verbal art and the poetic discourse structures of Maya hieroglyphic writing », report submitted to the Foundation for the Advancement of Mesoamerican Studies, Inc. (famsi).

Iwasaki Cauti, Fernando
1993 Mujeres al borde de la perfección : Rosa de Santa María y las alumbradas de Lima, Hispanic American historical review, 73 (4) : 581-613.

Jakobson, Roman
1973 Questions de poétique (Paris, Le Seuil).

Kaufman, Terrence S.
1971 Materiales lingüísticos para el estudio de las relaciones internas y externas de la familia de idiomas mayanos, in Evon Z. Vogt et Alberto Ruz Lhuillier (dir.), Desarrollo cultural de los Mayas (Mexico, Universidad Nacional Autónoma de México) : 81-136.

Laughlin, Robert M. etHaviland, John B.
1988 The Great Tzotzil Dictionary of Santo Domingo de Zinacantán, with Grammatical Analysis and Historical Commentary (Washington, dc, Smithsonian Institution Press), 3 vol. [Smithsonian contributions to anthropology, 31].

Loayza, Pedro de (Fray)
1619 « Vida, muerte y milagros de Sor Rosa de Santa Maria », Archivo Arzobispal de Lima, dentro del Proceso de Beatificación.

Lorea, Antonio de (Fray)
1726 Santa Rosa,religiosa de la Tercera Orden de Santo Domingo, patrona universal del Nuevo Mundo, milagro de la naturaleza y portentoso efecto de la gracia (Madrid).

Lounsbury, Floyd G.
1980 Some problems in the interpretation of the mythological portion of the hieroglyphic text of the Temple of the Cross at Palenque, in Merle Green Robertson(dir.), Third Palenque round table[1978] (Austin/Londres, University of Texas Press), V (2) : 95-115.

Maurer Avalos, Eugenio etGuzmán Jiménez, Avelino
2000 Gramática tseltal (Misión de Bachajón) (Mexico, Centro de Estudios Educativos).

Maxwell, Judith M.
1997 Discourse strategies, then and now, in M. Macri et A. Ford (dir.), The language of Maya hieroglyphs (San Francisco, Pre-Columbian Art Research Institute) : 106-109.

Miralles, Cristóbal de, S. J.
1697 Libro y elogio anagramático del nombre misteriosso de S. Rosa de S. María, Impresso en Manilla en la Imprenta de la Compañía de Jesús por D. Lucas Manubas.

Monod Becquelin, Aurore
1986 Le tour du monde en quelques couplets, le parallèlisme dans la tradition orale maya, in Jacqueline Fernandez-Vest (dir.), Kalevala et traditions orales du monde (Paris, Éditions du CNRS) : 467-488.
1995 Formes et figures dans les premiers sermons en tzeltal, Amerindia, 19-20 : 53-95.
1997 Parlons tzeltal : une langue maya du Mexique (Paris, L’Harmattan).
2000 Polyphonie thérapeutique : une confrontation pour la guérison en tzeltal, in Aurore Monod Becquelin et Philippe Erikson (dir.), Les rituels du dialogue. Promenades ethnolinguistiques en terres amérindiennes (Nanterre, Société d’ethnologie) : 511-553.

Mujica Pinilla, Ramón
1995 El ancla de Santa Rosa de Lima : mística y política en torno a la Patrona de América, in José Flores Araoz et al. (dir.), Santa Rosa de Lima y su tiempo (Lima, Banco de Crédito del Perú) : 54-186 [collección Arte y Tesoros del Perú].

Newman, Louis I.
1918 Parallelism in Amos, in Studies in biblical parallelism (University of California Publications), I (2) : 116.

Robertson, John S.
1987 Of Tzotzil and Tzeltal Mayan, International journal of American linguistics, 53 (4) : 423-444.
1992 The history of tense/aspect/mood/voice in the Mayan verbal complex (Austin, University of Texas Press).

Ruz, Mario Humberto (dir.)
1989 Las lenguas del Chiapas colonial (Mexico, Universidad Nacional Autónoma de México et Universidad Autónoma de Chiapas).

Severi, Carlo
1997 The Kuna picture-writing. A study in iconography and memory, in Mari Lyn Salvador (dir.), The art of being Kuna, catalogue de l’exposition (Fowler Museum of the University of California at Los Angeles) : 245-273.

Slocum, Marianna
1999 Gramática tzeltal de Bachajón, in M. Slocum et al. (dir.), Diccionario tzeltal de Bachajón, Chiapas (Mexico, Instituto Lingüístico de Verano) : 277-310.

Slocum, Marianna etGerdel, Florence
1971 Vocabulario tzeltal de Bachajón (Mexico, Instituto Lingüístico de Verano) [1re éd. 1965].

Thompson, J. Eric S.
1960 Maya hieroglyphic writing. An introduction (Norman, University of Oklahoma Press) [2e éd.].

Vargas Lugo, Elisa
1979 Proceso iconológico del culto a Santa Rosa de Lima, Actes du xliie Congrès international des américanistes (Paris, 2-9 septembre 1976) (Paris, Société des américanistes), vol. X : 69-90.

Haut de page

Notes

1  Nous dédions ce travail à Mario Humberto Ruz qui a fait la paléographie des sermons de Manuele Diez. Nous remercions Laurence Vandame, Véronique Campion Vincent, Antoinette Molinié, Thomas Calvo, qui, dans le champ nouveau pour nous de la sainteté, nous ont fourni aide et documentation.

2  Cf. Calvo, 1994 : 163.

3  Monod Becquelin, 1995 : 89-90.

4  Créoles (de l’espagnol criollos) : enfants d’Espagnols nés en Amérique qui, au fil des générations, se sont constitué une identité spécifique.

5  « Personne n’aurait pu blâmer le fervent enthousiasme qu’éveilla sa dévotion. Son image peupla les autels […], des temples furent fondés sous son patronage » (Vargas Lugo, 1979 : 83-84).

6  Mujica Pinilla, 1995 : 90.

7  « Vous-même allez être l’une des premières à revêtir l’habit blanc des religieuses, c’est là que vous allez recevoir le voile, c’est là que vous allez prononcer vos vœux solennels, c’est là que vous allez finir vos jours dans la vie religieuse » (Mujica Pinilla, 1995).

8  Mujica Pinilla, 1995 : 85.

9  « Rose amenait chez sa mère des malades, noirs et indiens, pour les soigner, s’occuper d’eux ou les héberger », in Proceso de beatifica­ción, 1, fº 226 (in Mujica Pinilla, 1995 : 82).

10 Cf. Iwasaki Cauti, 1993.

11  Mujica Pinilla, 1995 : 106.

12  Cité inMujica Pinilla, 1995 : 179.

13  Dans le Mexique central, le nom de la marijuana est « santa Rosa » (Barrera Caraza, 1897).

14  « De aquí hasta el final de la foja, la lectura se dificulta por manchas de agua que corrieron la tinta. »

15  Alphabet phonétique international.

16  Jalal nich’ désigne, en tzeltal, une filiation rituelle par opposition à al-al, la filiation de sang.

17  Pluriel de révérence.

18  La traduction littérale de pasel est « faire », mais le sens dans ce contexte est celui de « célébrer ».

19  Ch’ul désigne, en tzeltal, le caractère sacré d’un être ou d’une chose, jalal marque la valeur, le prix d’un être ou d’une chose, mais aussi la sainteté comme dans l’expression jalal me’, « la Vierge Marie ». Ch’ul jalal ants pourrait donc se traduire littéralement par « sainte chèrefemme ». Dans un souci de lisibilité du texte, nous avons adopté la formule récurrente « très sainte femme ».

20  Traduction littérale, « vue ».

21  Déictique.

22  Traduction de taj en tzeltal moderne : « atteindre ». Ce terme est attesté dans l’expression idiomatique xtab ta cotan, « se souvenir » (Ara, 1986 : 374) et se rapporte donc au champ sémantique de la mémoire.

23  Yum : « seigneur » : cette forme a disparu en tzeltal moderne, mais est toujours employée en yucatèque.

24  Le champ sémantique de nichim, « fleur » en tzeltal, est indissociablement lié à la beauté et à la joie (Ara, 1986 : 346) ; la traduction de ce terme sera donc fonction du contexte.

25  Nous avons choisi de rendre tous les termes construits à partir de la racine uts par des termes français se référant à la beauté, et tous ceux formés à partir de la racine lek par des termes français se référant au bien et au bon.

26  Li’ signifie « ici » en tzeltal ; nous avons choisi de traduire l’expression ja’ li’ par « ceci » afin de conserver la valeur locative de la particule.

27  En tzeltal commun, le préfixe x- marque l’inaccompli aux trois personnes.

28  La parabole du grain de sénevé se trouve dans Matthieu xiii, v. 31-32. « Il leur proposa une autre parabole : “Le royaume des Cieux, dit-il, est semblable à un grain de sénevé qu’un homme prend et sème dans son champ. C’est la plus petite de toutes les semences, mais lorsqu’il a fait sa croissance, c’est le plus grand des végétaux, et il devient un arbre, de sorte que les oiseaux du ciel viennent et s’abritent dans ses branches.” »

29  Le terme tzub-tez correspond au verbe tzeltal moderne suh-tes-el, « rendre, restituer » (Slocum et Gerdel, 1971 : 184).

30  Caghon haylel est traduit littéralement dans le dictionnaire d’Ara par le verbe « reconocer » (Ara, 1986 : 256), mais l’auteur a sans doute voulu traduire l’expression latine : Simile est regnum celorum grano sinapsis ; nous avons donc opté pour une traduction de cette ex­pression par « semblable ».

31  Le terme ch’ul-chan, qui dési­gne le ciel, est composé des ra­cines ch’ul, « sacré », et chan, « serpent », en référence au serpent céleste des cosmologies mayas précolombiennes.

32  Bak’, ts’un, aw : ces trois raci­nes proto-mayas présentant une grande proximité sémantique, nous nous sommes fondés sur leur usage en tzeltal moderne. Nous rendons bak’ par « graine » puis­que le terme est employé de nos jours pour désigner le grain, le noyau d’un élément végétal par opposition à sa chair. Ts’un est une racine utilisée actuellement pour qualifier ce que l’on plante mais aussi l’action de planter, notamment le maïs dans la milpa ; nous avons donc choisi « semen­ce » et « planter » puisque ces deux termes se rapportent directement au champ lexical de l’agriculture. En revanche, afin de distinguer les deux termes, nous traduirons aw-al-il par « grain »et awa-bil par « semé ».

33  Cette forme est inusitée en tzeltal moderne.

34  Yu’un signifie « en relation avec » et induit une relation causale, on le traduit souvent par « pour » ou « à cause de ».

35  Laj-cham : laj est la racine de « finir, terminer », c’est aussi la marque de l’accompli des verbes intransitifs ; quant à cham, c’est la racine de « maladie, mort ». Nous traduisons donc l’expression par « elle est morte ».

36  Cette phrase reste, tant par sa structure grammaticale que par son graphisme, incertaine, intraduisible. Nous signalerons, tout au long du texte, les parties qu’il nous a été impossible de traduire par le signe [?]).

37  Contraction des termes latins ave filia (Ara, 1986 : 440).

38  Forme inexistante en tzeltal moderne, le dictionnaire d’Ara présente la forme biquit yabibail, « s’estimer peu de chose »(Ara, 1986 : 251). Le dictionnaire du tzotzil colonial mentionne la forme bik’it ’a’i-bail, « humilité, humble » (Laughlin et Haviland, 1988 : 166).

39  Littéralement, k’ex signifie « honte », mais il entre dans la composition du terme xiw.k’ex qui connote l’attitude de respect et de soumission envers des parents rituels.

40  Le dictionnaire du tzotzil colonial de Laughlin et Haviland mentionne l’expression likeb k’op comme marquant l’introduction d’un livre, d’une discussion, d’un paragraphe ou du thème d’un sermon (Laughlin et Haviland, 1988 : 245).

41  On remarquera la répétition du paragraphe 3.

42  Nous traduisons les racines nominales suivies de -Vl comme des compléments de manière in­troduits par « en » lorsqu’elles suivent immédiatement le groupe verbal x-kax-un-tay afin de rendre l’ensemble de la phrase compréhensible en français.

43  Doublon marquant le pluriel, la prolifération d’une chose.

44  Na’el figure dans le dictionnaire d’Ara sous la forme qnazba : « connaître, savoir » (Ara, 1986 : 340). En tzeltal moderne, -ba indique la réciprocité, -na’el-ba serait donc la forme utilisée pour indiquer que deux personnes se connaissent.

45  Nous traduisons le singulier judio winik,« l’homme juif »,par « les hommes juifs » pour plusieurs raisons : pour empêcher la confusion de cet emploi de judio winik avec le précédent qui se réfère au serviteur de saint Jean-Baptiste, rapporteur du dialogue qui précède. Par ailleurs, ce passage sur l’humilité de saint Jean-Baptiste est à mettre en parallèle direct avec le passage sur l’humilité de sainte Rose au paragraphe 5 de ce texte « elle a été respectée, elle a été louangée par tous les hommes qui vivaient sur terre… ».

46  Le suffixe -uk, marque de l’irréel, comme le note Haviland dans sa grammaire du tzotzil colonial (Laughlin et Haviland, 1988 : 110-111). Il existe une relation ténue entre le subjonctif et le négatif. Les négatifs prennent la marque du subjonctif -uk, et il n’y a parfois plus besoin de marquer la négation : ho’-ot-uk, a-tot-uk,« ni toi ni ton père » : le mode subjonctif (-uk) semble impliquer une situa­tion hypothétique mais non réalisée : chak-uk ha’-uk juez, « [c’est] comme s’il était un juge [mais il ne l’est pas] » : chak, « comme si » : ha’,« c’est le cas que » : juez, « juge ». Dans le cas précis, nous ne sommes pas en mesure de trouver une traduction adéquate en français du -uk, nous nous limitons donc à une traduction biaisée.

47  La forme -ot, qui marque le passif perfectif en tzeltal, n’est pour nous ni compréhensible, ni traduisible dans ce contexte.

48  La racine pan ne figure dans aucun des dictionnaires consultés, nous pensons qu’il pourrait éventuellement s’agir du verbe pasel, dont la graphie aurait pu être délicate à déchiffrer. Une traduction possible serait alors : « ce n’est pas ainsi que fit saint Jean ».

49  Aucun des termes s-jok-ob-e yex ne figure dans les dictionnaires consultés ; cependant, au regard du parallélisme qui rythme la construction de la phrase, il est probable que la traduction de cette expression est sémantiquement proche de celle de s-ba stukel.

50  La particule tut-i, « que », est ici employée pour introduire l’interrogation ; ajoutée en tête de phrase à la conjonction yu’un, elle permet de mettre en doute, d’interroger le lien causal affirmé.

51  Ce passage renvoie à la légende qui veut que son berceau fût, par miracle, fleuri de roses (cf. la vie de sainte Rose).

52  Cette phrase reste extrêmement confuse, nous pensons cependant qu’il pourrait s’agir d’une référence faite par le frère au mariage mystique de Rose et de Dieu ; l’emploi de yu’un nax, qui implique l’idée d’une relation, d’une union, nous incite à proposer cette hypothèse.

53  La paléographie de ce verbe est douteuse et ne nous permet pas d’établir s’il s’agit d’une forme passive kol-ot-at-tik, « vous êtes guéris », auquel cas le préfixe a- devrait nécessairement être le fruit d’une erreur de graphie ou de grammaire du frère, ou s’il s’agit plus simplement d’une forme verbale avec transitiviseur -tay.

54  Ti’el, substantif dérivé de la racine ti’, « bouche, limite, bordure », ne semble avoir aucun sens ici ; nous sommes dans l’incapacité de proposer une traduction cohérente de ce passage.

55  Remarquer, dans ce paragraphe final, l’insistance de la supplique : parle… dis…, intercède.

56  Voir la partie concernant les parallélismes.

57  La traduction littérale est « celui qui s’est fait le fils de Dieu », mais par souci de cohérence avec le langage liturgique traditionnel, nous avons opté pour la formule « celui qui s’est fait homme ».

58  L’auteur s’inspire ici de la Bible : Jean 1, 19-29.

59  La traduction littérale serait « C’est pour cette raison que notre vénérée mère sainte Rose nous aide », mais par souci de cohérence nous avons traduit « cette raison » par « grâce à cette puissance » afin de reprendre l’idée de la première phrase du paragraphe qui lie « la force de Rose » à la « puissance de Dieu ».

60  Monod Becquelin, 1997 : 97.

61 Cf. Robertson, 1992.

62 Kaufman, 1971.

63  Robertson, 1987.

64  Sur la poésie, voir les travaux de Roman Jakobson, en particulier Questions de poétique (1973).

65 Cf.Fox, 1998 ; Monod Becquelin, 2000 ; Severi, 1997.

66 Newman, 1918 : 116.

67 Cf. Breton, 1994 ; Gossen, 1974 ; Hanks, 1990 ; Monod Becquelin, 1987.

68 Cf.Hull, 2001 ; Lounsbury, 1980 ; Maxwell, 1997 ; Thompson, 1960.

69  Voir ci-après l’analyse du paragraphe, dans le cinquième type de structure.

70  Monod Becquelin, 1987 : 472.

Haut de page

Table des illustrations

Légende ill. 1 — El Milagro de la Cuna (détail), attribué à Angelino Medoro, xviie siècle, Basílica-Santuario de Santa Rosa, Lima.
URL http://journals.openedition.org/ateliers/docannexe/image/174/img-1.png
Fichier image/png, 110k
Légende ill. 2 — Santa Rosa, anonyme, xviiie siècle, Casa Lorca, Chosica, Lima.
URL http://journals.openedition.org/ateliers/docannexe/image/174/img-2.png
Fichier image/png, 158k
Légende ill. 3 — Santa Rosa, anonyme, xviiie siècle, Casa Lorca, Chosica, Lima.
URL http://journals.openedition.org/ateliers/docannexe/image/174/img-3.png
Fichier image/png, 183k
Légende figure 1 — Occurrences de J-me’tik Santa Rosa.
URL http://journals.openedition.org/ateliers/docannexe/image/174/img-4.png
Fichier image/png, 17k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Ateliers, n° 29 (janvier 2006), pp. 11-67.

Référence électronique

Chloé Andrieu, Helios Figuerola, Émilie Jacquemot, Olivier Le Guen, Juliette Roullet et Cécile Salès, « Parfum de Rose, odeur de sainteté », Ateliers [En ligne], 29 | 2005, mis en ligne le 20 juin 2007, consulté le 17 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/ateliers/174 ; DOI : 10.4000/ateliers.174

Haut de page

Auteurs

Chloé Andrieu

Helios Figuerola

Articles du même auteur

Émilie Jacquemot

Olivier Le Guen

Articles du même auteur

Juliette Roullet

Cécile Salès

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Ateliers d'anthropologie – Revue éditée par le Laboratoire d'ethnologie et de sociologie comparative  est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo LESC - Laboratoire d’Ethnologie et de Sociologie Comparative
  • Logo Maison René Ginouvès - Archéologie & Ethnologie
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals