Navigation – Plan du site
Les archives religieuses font-elles réfléchir les ethnologues ?

Les archives luthériennes à Stavanger (Norvège). Le Fonds Vig/Valen et ses lecteurs

Nils Kristian Høimyr

Résumés

Les archives luthériennes à Stavanger (Norvège). Le Fonds Vig/Valen et ses lecteurs. Ce texte est une présentation des archives de la Norvegian Missionary Society de Stavanger, Norvège, sur Madagascar, en particulier des fonds Vig et Valen, contenant des textes sur la société et la culture malgache, des documents d'évangélisation, des rapports et des lettres ; et d'autres archives concernant les missionnaires norvégiens à Madagascar. Il souligne leur intérêt pour comprendre les archives de type ethnographique et leur contexte.

Haut de page

Texte intégral

1Les archives du centre de la Mission norvégienne luthérienne de Stavanger sont d’une grande richesse, en particulier en ce qui concerne Madagascar. Dans cette contribution, je présenterai rapidement les centres d’archives luthériennes à Madagascar et en Norvège, et le contenu des fonds sur Madagascar, puis j’évoquerai l’histoire du Fonds Vig/Valen.

2Je dois d’abord expliquer comment j’en suis venu à être chargé de ces fonds d’archives. Je suis pasteur, missionnaire de l’église luthérienne en Norvège. J’ai été en poste à Madagascar pendant treize ans entre 1967 et 1980. Aussi, je suis né à Madagascar où j’ai vécu jusqu’à l’âge de 17 ans. Je fais donc partie de ceux qu’à Madagascar on appelle zanatany (enfant du pays). Après des études en théologie en Norvège, je suis revenu à Madagascar pour prendre mon poste de missionnaire, d’abord à Morombe, puis à Belo sur Tsiribihina. Ensuite, on m’a demandé d’établir les archives de la Mission norvégienne à Madagascar (nms, Norwegian missionary society) et de l’Église luthérienne de Madagascar (flm, Fiangonana loterana Malagasy), à Antananarivo, la capitale. J’y ai travaillé pendant trois ans. Les archives de la flm se trouvent pour le moment dans le quartier d’Isoraka. Après en avoir rangé les documents, j’ai microfilmé environ 300 000 pages.

Les archives de l’Église luthérienne de Madagascar (flm) à Isoraka, Antananarivo

3À Stavanger, il existe déjà 86 catalogues ouverts à la consultation. Les six premiers nous donnent une idée sur ce qui se trouve dans les archives de la flm à Isoraka, Antananarivo. Pour faciliter leur utilisation, les fonds sont divisés selon les régions de provenance. À Isoraka, les archives de la flm sont rangées dans trois salles, dont l’une sert également de bureau et de salle de lecture. On compte plus de 2 500 journaux, livres de comptes et boîtes de documents enregistrés sous une côte, répartis par région :

4– Les archives du surintendant et du trésorier à Isoraka de 1866 à 1979 ; 365 boîtes numérotées de 001 à 364 ; 268 journaux et livres numérotés de 001 à 268.
– Le synode du Nord (les régions d’Antananarivo et d’Antsirabe) : les archives des stations et des institutions de 1866 à 1978, 211 boîtes numérotées de 365 à 575 ; 252 journaux et livres numérotés de 269 à 521.
– Le synode du Centre (Fianarantsoa) : les archives des stations et des institutions de 1866 à 1978 ; 222 boîtes numérotées de 576 à 806 ; 142 journaux et livres numérotés de 522 à 664.
– Le synode de l’Ouest (les régions de Tulear et de Morondava) : les archives des stations et des institutions de 1874 à 1978 ; 253 boîtes numérotées de 807 à 1060 ; 101 journaux et livres numérotés de 665 à 766.
– Le synode de l’Est (les régions de Vangaindrano et Manakara) : les archives des stations et des institutions de 1888 à 1980 ; 189 boîtes numérotées de 1072 à 1238 ; 47 journaux et livres numérotés de 767 à 804. De plus, dans le même catalogue sont mentionnées 30 boîtes de photographies numérotées de 001 à 883, et enfin des matériaux venus tardivement de différents lieux : 65 boîtes numérotées de 1248 à 1313 ; 10 journaux et livres numérotés de 817 à 826.
– Catalogue sur certains documents (en norvégien) mentionnés ci-dessus, microfilmés sur 76 bobines 35 mm et de 30 m de longueur (soient 300 000 pages).

Les archives de la Mission norvégienne à Stavanger (nms Arkiv/nms Archives)

5En Norvège, chargé de poursuivre ce travail d’archiviste, j’ai pu établir les archives de la Mission norvégienne à Stavanger (nms Arkiv en norvégien, ou nms Archives).

6À Isoraka, la plupart des documents concernent la mission luthérienne et l’église luthérienne malgache, alors qu’à Stavanger, on trouve des matériaux sur de nombreux autres pays où a travaillé la mission. Cependant les fonds les plus importants se rapportent à Madagascar. Parmi eux se trouve le Fonds Vig/Valen, et d’autres encore plus vastes comme le Fonds de Reinert Larsen Aas (région Morondava), celui d’Emil Birkeli (côte Ouest), de Fridtjov Birkeli, de Lars Dahle, etc., tous inclus dans « Madagasakar avdeling » (« Section de Madagascar »), catalogue n° 23, comprenant 102 boîtes enregistrées et 160 boîtes non enregistrées.

  • 1 Paris, Éditions du cnrs, 1985.

7Le Fonds Vig se trouve dans le « Madagaskar avdeling », boîtes 27 et 28 (magasin A, rayonnage 15, colonne A, rayon 03). Il contient des articles et autres publications, et surtout les boîtes de cahiers consacrés aux « idoles » malgaches (manuscrits et numérotés de i à x, publiés par J.-P. Domenichini sous le titre Les dieux au service des rois1) notamment (cf. ill. 1).

ill. 1 — Cahier « Histoires des sampy » recopié au propre (cliché nms Arkiv).

8Domenichini mentionne l’existence dans ce fonds d’un cahier contenant une version du texte de Rafaroratra différente de celle qu’il avait traduite et portant l’inscription : « Rafaroratra suite au premier cahier, Histoire d’une idole... ». Il renvoie à un ensemble dont je discuterai plus tard. On trouve également dans ce fonds un catalogue sur les charmes malgaches (boîte 28, folio 6), présentés par paragraphes numérotés de 1 à 125 (édité sous le titre « Charmes, spécimens de magie malgache », Oslo 1969), les charmes en question se trouvant au Kulturhistorisk Museum de l’université d’Oslo.

9Le Fonds dit Valen ou plutôt Vig/Valen (Catalogue n° 73) vient d’être reçu récemment grâce au don direct fait par le professeur Fartein Valen-Sendstad en janvier 2002. Il s’agit de plus de 50 cahiers, rédigés entre 1880 et 1900 que ce dernier a trouvé rangés dans une boîte, dans la maison de campagne de son aïeul, le missionnaire A. Valen, à Sveio. M’ayant signalé sa découverte, j’ai constaté aussitôt qu’il s’agissait de textes vraiment anciens et uniques. Même les ficelles en raphia étaient intactes ! En regardant les cahiers plus attentivement, on peut penser que certains d’entre eux proviennent des informateurs de L. Vig, ses élèves de l'École normale de Masinandraina où il était en poste. C’est le cas du cahier portant l’inscription « numéro 1 Rafaroratra », qui manquait dans l’ensemble cité plus haut.

10Puis, lors d’une donation plus récente, en décembre 2004, provenant toujours de la même source, les archives ont reçu un grand cahier de 187 pages avec plusieurs dessins comparables dans leur style à ceux des cahiers du Fonds Vig (cf. ill. 2). Les deux dons sont maintenant entrés au catalogue n° 73.

ill. 2 — Texte de Vig en norvégien sur les sampy (ody) (cliché nms Arkiv).

11Toutefois, un examen approfondi montre que certains textes viennent des informateurs de L. Vig et d’autres des informateurs d’A. Valen. Les deux collègues étaient de très bons amis et ont certainement essayé de s’entraider pour ce recueil de textes malgaches. Pour cette raison, on peut donc parler d'un Fonds Vig/Valen. 

12En 2003, nous avons pu photocopier en 3 exemplaires les 50 cahiers trouvés en 2002 (soit 1 000 pages) pour les envoyer à l’université d’Antananarivo, à l’Académie malgache et à l’université de Toliara, à Madagascar.

13Le catalogue n° 45, où avaient été enregistrés les 50 cahiers trouvés en 2002, est maintenant inclus dans le catalogue n° 73 de 33 pages, élaboré avec le programme numérique asta. Le contenu est ainsi référencé : D) Livres manuscrits ; E) Correspondances, circulaires, sermons, cartes et comptes ; U) Photographies ; X) Les cahiers trouvés en 2002, écrits pour la plupart par des Malgaches à l’exception de deux cahiers écrits par A. Valen lui-même ; Y) Imprimés, livres et brochures. La plupart des documents dans les séries E, U et Y doivent être bientôt retournés au musée Fartein Valen à Valevåg.

14Entre temps, Aase Vig Berget, arrière-petite-fille de L. Vig, venait de traduire en langue française le livre de son aïeul sous le titre Sur la femme malgache (Paris/Oslo, L’Harmattan, Solum Forlag, 2003 avec une préface de Pierre Vérin). Cela a suscité un grand intérêt pour l’œuvre de L. Vig en général. A. Vig Berget et S. Blanchy se sont rencontrées au moment où prenait forme le programme « Le terrain et son archivage ». Aussi, la proposition de A. Vig Berget de traduire les rapports missionnaires de L. Vig rédigés de 1874 à 1902 à la direction de la Mission à Stavanger, reçut le vif soutien de S. Blanchy. Ces traductions ont pu circuler au sein de l’équipe de chercheurs d’Antananarivo, de Paris et de Norvège. Chacun d’entre eux a effectué une lecture et une analyse de ces textes. Ignace Rakoto, juriste et membre de l’équipe, conclut son commentaire avec les mots suivants :

  • 2 « Père-et-mère », titre donné aux anciens et aux responsables à Madagascar.
  • 3 Monsieur, titre de respect.

À nos yeux, parvenu au rang de raiamandreny2, Ingahy3 Vig adopte une saine apologétique, qui cherche à comprendre la pensée d’autrui plutôt que de la combattre. C’est une attitude si rare chez les missionnaires œuvrant à Madagascar que le pasteur norvégien, en véritable enseignant et chercheur ethnographe, mérite l’attention. Sa leçon de vie et d’humanité nous apparaît comme une source d’inspiration aujourd’hui encore.

15Le catalogue n° 30 contient également une partie du fonds Madagascar. Il s’agit de 2 600 photographies reproduites en 13 albums avec textes, et 4 albums qui contiennent les 2 600 négatifs correspondants (réalisés par reprophotographie en1989 et 1990). Pour la recherche, le catalogue se présente sous 4 registres : photographes, lieu géographique des prises de vue, personnages et thèmes. Deux fonds identiques se trouvent à Antananarivo aux archives de la flm à Isoraka d’un côté, et au ministère de l’Art et de la Culture à Isotry de l’autre.

16Les archives de la Mission norvégienne à Stavanger ont organisé diverses expositions photographiques nommées d’après les pays présentés : « Madagascar », à Antsirabe en février 1989 présentait 70 photographies ; « Cameroun », à Ngaoundere en janvier 1992 en exposait 50 ; « Chine », à Hunan en octobre 2002 montrait 70 photographies, et enfin « Afrique du Sud », à KwaZulu-Natal en avril 2005 avec 70 photographies. Elles ont aussi contribué à d’autres expositions à Chicago, Lyon et Oslo en mettant à disposition des photographies et des textiles venant de Madagascar.

17Pour faciliter l’accès du public à ces fonds photographiques, nous avons numérisé environ 8 000 clichés qui sont disponibles sur DVD ou par Internet. Nous sommes partenaires du programme Internet Mission Photography Archive (impa) grâce auquel 1 791 de nos photos sur Madagascar sont visibles en ligne.

18Le catalogue n° 47 de 90 pages concerne les tombes des missionnaires ou des membres de leur famille, morts à Madagascar de 1867 à 1994. Cela concerne 154 personnes, 81 enfants et 73 adultes, sur une durée de cent vingt-sept ans.

19Les catalogues 27, 28 et 29 ont été élaborés par Pier M. Larson, historien à l’université de Wisconsin (Madison, États-Unis) Il a exploré et catalogué une partie des archives sur Madagascar, des rapports et des lettres adressés à l’administration à Stavanger et des articles parus dans Norsk Missionstidende, des années 1866 à 1899. Le catalogue n° 27, intitulé « Lists of documents contained in the Larson’s catalog of the Madagascar holdings of the Hjemme-arkiv 1866-1899, by Pier M. Larson » contient 159 pages avec 5 index différents sur plus de 2 000 lettres en norvégien.

20Enfin, il existe un travail de traduction du norvégien au malgache, effectué par Philippe Randrianirina Noarison, sur des articles concernant la côte Ouest de Madagascar et parus dans la revue Norsk Missionstidende de 1871 à 1877 et de 1899 à 1901 (consultable sur DVD/CD-Rom) (cf. ill. 3). Bien que cette traduction réalisée à l’aide de paraphrases ne soit pas littérale, elle demeure très utile. Il y manque néanmoins vingt et une années (de 1878 à 1898 et après 1902).

ill. 3 — La station missionnaire d’Antsirabe à la une de la Norsk Missionstidende, revue de la mission norvégienne luthérienne en 1881 (cliché nms Arkiv).

21Le catalogue général des archives nms est consultable à l’adresse suivante : http://www.mhs.no/​article_195.shtml#top.

Haut de page

Notes

1 Paris, Éditions du cnrs, 1985.

2 « Père-et-mère », titre donné aux anciens et aux responsables à Madagascar.

3 Monsieur, titre de respect.

Haut de page

Table des illustrations

Légende ill. 1 — Cahier « Histoires des sampy » recopié au propre (cliché nms Arkiv).
URL http://journals.openedition.org/ateliers/docannexe/image/2262/img-1.png
Fichier image/png, 195k
Légende ill. 2 — Texte de Vig en norvégien sur les sampy (ody) (cliché nms Arkiv).
URL http://journals.openedition.org/ateliers/docannexe/image/2262/img-2.png
Fichier image/png, 217k
Légende ill. 3 — La station missionnaire d’Antsirabe à la une de la Norsk Missionstidende, revue de la mission norvégienne luthérienne en 1881 (cliché nms Arkiv).
URL http://journals.openedition.org/ateliers/docannexe/image/2262/img-3.png
Fichier image/png, 271k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Nils Kristian Høimyr, « Les archives luthériennes à Stavanger (Norvège). Le Fonds Vig/Valen et ses lecteurs », Ateliers du LESC [En ligne], 32 | 2008, mis en ligne le 22 août 2008, consulté le 17 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/ateliers/2262 ; DOI : 10.4000/ateliers.2262

Haut de page

Auteur

Nils Kristian Høimyr

Archives luthériennes, Stavanger, Norvège

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Ateliers d'anthropologie – Revue éditée par le Laboratoire d'ethnologie et de sociologie comparative  est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo LESC - Laboratoire d’Ethnologie et de Sociologie Comparative
  • Logo Maison René Ginouvès - Archéologie & Ethnologie
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals