Navigation – Plan du site
Les archives religieuses font-elles réfléchir les ethnologues ?

Un missionnaire ethnographe. Le travail de Vig vu par sa petite-fille

Aase Vig Berget

Texte intégral

  • 1 2002, Oslo, Éditions Solum.
  • 2 1960, Oslo, Éditions de l’Université d’Oslo.

1Née à Antsirabe (1938), je sens mes racines, profondes de quatre générations, à Madagascar (ill. 1). Mes parents, Bozy et Jørgen Ruud, furent missionnaires pour la Mission norvégienne luthérienne (nms) pendant vingt ans (de 1934 à 1954) – à Ambohimanga Sud, à Antanifotsy, à Masinandraina où Lars Vig avait été lui-même en poste, et à Betafo. Mon père Jørgen Ruud, combinant son travail de missionnaire avec des études d’ethnographie, écrivit Gods and ancestors1 et Taboo2, qui était sa thèse de doctorat. Ma mère, Bozy, était née à Antsirabe. Elle était la fille de Anna et Fredrik Bjertnes, eux aussi missionnaires pour la nms – à Vohitsidy, Fihasinana et Antananarivo (de 1896 à 1927). Anna, quant à elle, était née à Masinandraina, c’était la fille de Laura et Lars Vig qui vécurent environ vingt-cinq ans à Masinandraina (de 1874 à 1902) (ill. 2).

ill. 1 — La famille Vig vers 1892-1893 : Lars, Harald, Ragna, Laura (épouse de Lars), Anna Margrethe et, devant, Helga (cliché nms Arkiv).

ill. 2 — La famille Bjertnes à Hjemeland en 1903 : à gauche, Helga Vig, à droite, Anna Vig Bjertnes, son fils Erling et son mari Carl Fredrik Bjertnes (cliché nms Arkiv).

2Dans le contexte de l’histoire familiale et de celle de la nms à Madagascar, Fr. Bjertnes occupe une place très importante, et même plus impressionnante que celle de nos deux ethnographes (ill. 3). Il fut en effet, pendant ses années à Antsahamanitra, quartier d’Antananarivo, le surintendant de la nms – où il fit preuve de l’autorité d’un homme de conviction et de qualité. Il est surtout connu pour avoir œuvré dans l’Église luthérienne malgache afin de la rendre indépendante de l’aide de la Norvège, en installant un système économique adéquat. Comme ma mère, mon grand-père maternel était doué pour tenir les comptes – ce qui demandait beaucoup d’énergie à Madagascar. Il fallait contrôler les livres de comptes chaque année, ce qui faisait trembler les Malgaches. En même temps, c’était un homme cultivé, mais aussi discret et d’une gentillesse remarquable.

ill. 3 — Lars et Laura Vig dans leur salon à Masinandraina avec leur fille, Anna Margrethe, à droite (cliché nms Arkiv).

  • 3 Dans l’édition des Conceptions religieuses des Malgaches de 1973 [1893], B. Hübsch cite dans une no (...)

3Il me semble intéressant de rappeler ici quelques souvenirs que j’ai de lui dans ses dernières années. Il semblait obsédé par une question concernant son amitié avec Amboninato, le chef de la population à Vohitsidy (sur la côte Est) où il arriva en 1894. Il se demandait comment un homme, privé de la révélation chrétienne ou de l’instruction de la civilisation européenne, pouvait agir et penser de manière si chrétienne et si européenne. Car il avait trouvé un homme au caractère en affinité avec le sien. Il lui avait donc posé des questions sur la nature humaine, du point de vue de la culture des indigènes et des influences extérieures. Premier Européen à venir dans cette région tout à fait isolée, il y vécut trois années dramatiques – c’était la guerre entre Amboninato et un chef de la région voisine, qui était aussi un ombiasa très puissant. Ce dernier voyait en Fr. Bjertnes un autre ombiasa qu’il fallait chasser. Finalement, sa jeune femme ayant été empoissonnée avec de l’eau peu de temps après être venue pour l’épouser, il dût partir en 1895. Elle mourut de cette manière en arrivant à Fianarantsoa (1896). Le fils d’Amboninato les suivit dans leur fuite, tandis que son père fut tué. Ce n’est qu’après, en 1897, qu’il épousa Anna, la fille des Vig. Fr. Bjertnes aura donc eu la dure expérience de voir sa première femme, et plus tard une de ses filles, mourir empoissonnées. À Masinandraina, en effet, la petite Gunnvor, âgée de trois ans, mourut après que son père eut tiré au fusil sur un serpent vu dans le jardin de la station. Les serpents sont pour les Malgaches la manifestation d’esprits ancestraux3. L’enfant est enterrée dans ce jardin ; sa tombe se trouve à côté de celle d’un fils de Lars et Laura Vig, mort également en bas âge (cf. ill. 4). J’ai moi-même le souvenir de nos promenades à Masinandraina au crépuscule, avec mes parents et mes trois frères. Nous passions devant la maison qui abritait les familles des élèves de l’École normale ; la fumée des marmites de riz et de manioc sortait par les portes ouvertes et mon père bavardait avec les familles. En lisant par la suite les rapports de L. Vig, je n’avais aucune peine à l’imaginer dans les mêmes situations qu’il avait vécues avant nous.

ill. 4 — Cimetière familial des Vig à Masinandraina avec, au centre, la tombe de la petite Gunnvor (© Ch. Radimilahy).

4Mon père Jørgen Ruud a sans doute été fasciné par la personnalité du grand-père de sa femme et a voulu suivre ses traces, car il était sensible à la culture locale. Mais leurs caractères étaient bien différents. L. Vig, dont la puissance de travail et l’allant n’étaient pas entamés par une santé pourtant fragile (il était malade du cœur), avait parmi les pasteurs de son époque une réputation de fantaisiste, à cause de son intérêt pour la culture malgache que certains devaient trouver excessif ou inutile. J. Ruud écrivit Gods and Ancestors lors de son séjour chez les Tanala au début des années 1930. Le livre fut publié en norvégien en 1948. Lors d’un voyage à Madagascar, j’avais été touchée de voir que son livre Taboo était toujours en bonne place dans les librairies et qu’il intéressait les Malgaches, bien qu’il fût publié en anglais. Or je venais de retrouver, dans notre maison d’Oslo, un manuscrit en anglais. C’était une version plus complète de Gods and Ancestors que mon père avait préparée pour l’édition, sans doute après avoir étudié l’anthropologie à l’université de Cambridge en 1846-1848. Je venais de prendre ma retraite après trente ans de travail comme philologue à l’école norvégienne et je décidai de l’éditer avec l’aide généreuse d’une amie de mon père.

5Par la suite, j’ai traduit et publié des écrits de mon arrière-grand-père L. Vig : Sur la femme malgache (2003, Paris/Oslo, L’Harmattan, Solum Fortag). J’ai ensuite traduit Les rapports missionnaires de Lars Vig et L’idée de sacrifice dans la religion populaire malgache (en ligne sur le site internet Lars Vig, 2007).

6Lorsque je me suis engagée dans la traduction des Rapports missionnaires de L. Vig pour le programme « Les archives ethnographiques et le terrain », je me suis souvenue d’un cahier de 197 pages, écrit en malgache, provenant de L. Vig, que je tenais de mon père J. Ruud. Il l’avait reçu en 1946 de sa belle-mère Anna Bjertnes, la fille de L. Vig. Au moment même où je l’avais trouvé dans les affaires de ma mère, je l’avais gardé comme un précieux souvenir de famille, je l’avoue, au lieu de le donner aux archives. Engagée dans cette étude, je me suis rendue compte de l’importance de ces sources comme outil de recherche. Un soir, j’ai ouvert ce cahier pour la première fois, et l’ayant feuilleté, j’ai constaté qu’il couvrait des thèmes et citait des localités qui faisaient l’objet des recherches de L. Vig, celles-là même qu’il évoquait de temps en temps – trop rarement – dans ses rapports missionnaires. C’est de là qu’il tirait la matière de ses textes à publier. Ce cahier de 197 pages porte l’inscription « reçu de Anna Bjertnes en 1946 ». Je l’ai déposé aux Archives de Stavanger, et S. Blanchy, qui l’a vu lors de sa visite, a noté qu’il traite des incisions rituelles tetika et des motifs pour lesquels on les fait, ainsi que de nombreux autres sujets, repris ailleurs dans le fonds. On y trouve beaucoup d’exemples de jetés de sikidy (divination par les graines), des récits, comme ceux intitulés « Ce qui fait des andriana ce qu’ils sont » (Ny maha andriana ny andriana), ou « Histoire de l’origine des Andriana ici au Vakinankaratra », « Le Riz » (Ny vary), « Le Crocodile et la foudre » (Ny mamba sy ny varatra), « Les Bœufs et les gens » (Ny omby sy ny olona), etc.

7Quand la traduction en français des rapports a été lue par les membres de l’équipe, j’ai reçu un mot d’Ignace Rakoto, juriste, enthousiasmé à l’idée que l’on pourrait un jour les traduire aussi en malgache. « Il faut transmettre aux jeunes générations l’exemple de vie et d’humanisme de Lars Vig. On sent en lui une grande force morale et une immense bonté », écrivait-il. Très émue de lire ce message à la veille de Noël, j’en parlai au cours du repas familial. Notre fils aîné remarqua : « Cela valait donc la peine de faire ce travail – pour toi et pour ton arrière-grand-père – puisque les Malgaches l’apprécient ». En effet, cette remarque m’avait touchée, comme un signe d’amitié malgache qui dépassait les attentes que j’avais eues en faisant cette traduction.

8J’ai eu l’occasion d’écrire, sur les pages dédiées à L. Vig dans le site internet des Archives de la nms4, qu’il fut le premier Européen à faire des études approfondies sur les idées religieuses des Malgaches, et à comprendre la nature du dialogue surnaturel qu’entretient l’homme malgache avec les forces qui le dominent (selon les termes de J.-P. Domenichini et P. Vérin). Il me semble que l’on peut rechercher dans le contexte de son temps les conditions qui ont permis à ce missionnaire de faire œuvre d’ethnographe. À cette époque, les mouvements de libération nationale du Danemark et de la Suède avaient marqué la Norvège, notamment en éveillant la conscience du caractère unique de la culture norvégienne. Des réminiscences du temps passé, antérieur à l’occupation danoise, étaient toujours présentes dans la vie populaire. Les artistes et les folkloristes, tels que Asbjoernsen et Moe, eurent l’idée de rechercher l’héritage ancestral parmi la population rurale. Ils parcoururent le Sud du pays en long et en large en faisant raconter par les gens des mythes, des légendes, des contes et des proverbes. Ils tirèrent de leurs recherches une admirable collection de récits. Ce fut sans aucun doute l’origine du modèle suivi par L. Vig, quand il fréquenta les villages des districts de Masinandraina et d’Antsirabe et y fit raconter par les habitants des récits anciens, ou expliquer des mœurs qui faisaient toujours partie de leur vie quotidienne.

9Au cours du débat qui a suivi les exposés, Dominique Buchillet (ird) m’a posé la question suivante : si L. Vig, en tant que missionnaire, était venu à Madagascar pour remplacer les traditions autochtones par celles de la Norvège luthérienne, alors pourquoi tenait-il tant à rechercher et conserver ces traditions autochtones ? J’ai fait répondre L. Vig lui-même en citant ses rapports et ses lettres privées, en se servant de ses archives. En partant de son expérience, L. Vig avait pensé qu’il fallait connaître les mœurs et les idées des Malgaches pour mieux leur présenter l’évangile – de manière à ce qu’ils le comprennent en évitant des malentendus parfois assez absurdes et grotesques. Il soulignait l’importance de l’étude de la culture autochtone auprès de ses collègues missionnaires. En progressant dans ses recherches, il devint, bien entendu, de plus en plus familier de la manière de penser et d’agir des Malgaches, ce qui le rendit moins étranger parmi eux. Les vingt-cinq années qu’il passa à Madagascar lui ont fait respecter et apprécier leur culture unique.

10Ayant dit ceci sur le missionnaire L. Vig, j’en viens à la présentation de l’ethnographe. En lisant ses archives, on peut observer comment, tout en faisant son travail de missionnaire, il devint ethnographe. Au bout d’environ dix ans dans les Hautes Terres, il avait établi tout un réseau d’informateurs, principalement constitué de ses élèves de l’École normale de Masinandraina. Dans un rapport de 1887, il parle avec enthousiasme de ses activités de recherche. Ses écrits sont marqués par l’utilisation des méthodes scientifiques et par les thèmes ethnographiques de l’époque. Finalement, on pourrait se demander si, effectivement, un ethnographe n’était pas caché en L. Vig, ou si, en d’autres circonstances, l’homme n’aurait pas pu devenir un ethnographe, tant il paraît à l’aise dans ce rôle. Néanmoins, c’était bien sa vie de missionnaire qui lui avait offert l’occasion de pratiquer comme ethnographe. Et inversement, on pourrait dire que c’était par ses activités de chercheur que L. Vig avait trouvé la manière d’être missionnaire, celle-ci se révélant pour lui naturelle et idéale.

11Durant la pause qui suivit l’atelier consacré à Madagascar, j’ai demandé à D. Buchillet si j’avais suffisamment répondu à sa question. À cette occasion, elle souligna l’importance de la transmission des archives au peuple malgache, et en particulier aux jeunes. Sur ce point, nous étions tout à fait d’accord ! Je lui ai rappelé que le travail de traduction des textes norvégiens, plus que tout autre chose, permettait d’ouvrir l’accès aux archives. Quant aux cahiers du fonds Vig/Valen, leurs textes étaient déjà accessibles puisqu’ils sont écrits en malgache. Disant cela, nous touchions encore, toutes deux, à un aspect de la situation paradoxale produite par les missionnaires ethnographes du xixe siècle. À leur insu, ils avaient contribué, en fait, à préserver la culture autochtone orale de l’oubli et de l’impact de la civilisation européenne.

Haut de page

Notes

1 2002, Oslo, Éditions Solum.

2 1960, Oslo, Éditions de l’Université d’Oslo.

3 Dans l’édition des Conceptions religieuses des Malgaches de 1973 [1893], B. Hübsch cite dans une note un récit du pasteur Haslund (1844-1886) relatant sa rencontre avec un serpent supposé être, par ses porteurs maromita, l’esprit d’un ancêtre. Le geste de Fr. Bjertnes pour protéger ses enfants aura eu paradoxalement l’effet inverse, puisque l’un d’eux en mourut par la suite.

4 En ligne [http://www.mhs.no/arkiv/category_23.shtml], consulté le 15 décembre 2007.

Haut de page

Table des illustrations

Légende ill. 1 — La famille Vig vers 1892-1893 : Lars, Harald, Ragna, Laura (épouse de Lars), Anna Margrethe et, devant, Helga (cliché nms Arkiv).
URL http://journals.openedition.org/ateliers/docannexe/image/2342/img-1.png
Fichier image/png, 323k
Légende ill. 2 — La famille Bjertnes à Hjemeland en 1903 : à gauche, Helga Vig, à droite, Anna Vig Bjertnes, son fils Erling et son mari Carl Fredrik Bjertnes (cliché nms Arkiv).
URL http://journals.openedition.org/ateliers/docannexe/image/2342/img-2.png
Fichier image/png, 189k
Légende ill. 3 — Lars et Laura Vig dans leur salon à Masinandraina avec leur fille, Anna Margrethe, à droite (cliché nms Arkiv).
URL http://journals.openedition.org/ateliers/docannexe/image/2342/img-3.png
Fichier image/png, 174k
Légende ill. 4 — Cimetière familial des Vig à Masinandraina avec, au centre, la tombe de la petite Gunnvor (© Ch. Radimilahy).
URL http://journals.openedition.org/ateliers/docannexe/image/2342/img-4.png
Fichier image/png, 228k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Aase Vig Berget, « Un missionnaire ethnographe. Le travail de Vig vu par sa petite-fille  », Ateliers du LESC [En ligne], 32 | 2008, mis en ligne le 19 août 2008, consulté le 17 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/ateliers/2342 ; DOI : 10.4000/ateliers.2342

Haut de page

Auteur

Aase Vig Berget

Traductrice des rapports de Lars Vig à la direction de la Mission norvégienne, Stavanger

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Ateliers d'anthropologie – Revue éditée par le Laboratoire d'ethnologie et de sociologie comparative  est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo LESC - Laboratoire d’Ethnologie et de Sociologie Comparative
  • Logo Maison René Ginouvès - Archéologie & Ethnologie
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals