Navigation – Plan du site

Du texte au terrain : temps, durée, assignation dans la relation d’enquête

Anne-Marie Peatrik

Résumés

Du texte au terrain : temps, durée, assignation dans la relation d’enquête. L’effet de l’âge des protagonistes dans la relation d’enquête est une question rarement envisagée alors que celle de l’identité sexuelle est devenue un passage obligé de la réflexivité en anthropologie. L’âge prend pourtant un relief singulier lorsque les populations étudiées accordent un intérêt tout particulier à ce critère au point d’en faire un principe prépondérant de leur organisation sociale. On évoquera dans quelles circonstances l’importance de cette composante qu’était l’âge de l’ethnographe a été perçue par l’intéressée, bien après les recherches de terrain engagées chez les Meru du Kenya, un groupe particulièrement « age conscious », et comment l’effet de loupe sur certains processus a conduit à la définition d’objets de recherche ultérieurs. Ce décalage paradoxal, qui questionne l’exercice de la réflexivité, ouvre à des considérations comparatistes sur l’effet du temps dans les itinéraires de chercheur pris comme illustration d’une recherche sur l’anthropologie des âges de la vie.

Haut de page

Texte intégral

1Le temps dans la relation d’enquête ethnographique se décline de diverses manières. Vient d’emblée à l’esprit le temps passé avec les populations. De cette longue durée de l’observation qui distingue l’ethnographie d’autres formes d’investigation, celles des géographes ou des politologues par exemple, découle la possibilité de recueillir des informations en partageant la vie ordinaire des populations étudiées. Pensons aux manuels d’ethnographie, à commencer par celui de Marcel Mauss ([1947] 1967 : 53) qui recommandait de conduire l’observation sur un an au moins afin de capter les variations saisonnières des activités dont dépend la reproduction des agriculteurs, des éleveurs ou des chasseurs-collecteurs.

2Dans un registre bien différent, mais toujours objectiviste, on peut évoquer le retour sur le terrain après un certain laps de temps. L’écart ainsi créé permet de saisir des processus à temporalités plus amples, les cycles rituels ou les cycles d’échanges qui se bouclent sur plusieurs années ou encore les changements survenus dans l’intervalle considéré. L’étude diachronique des structures et la saisie des événements recoupent l’approche synchronique de l’enquête ethnographique et lui donnent une nouvelle dimension. La comparaison de situations contrastées dans le temps est une façon de faire entrer l’histoire dans le champ de l’analyse ethnologique qu’illustrent les revisites de terrain qui se sont multipliées cette dernière décennie.

3D’autres modalités du temps, non plus exogènes mais intrinsèques, tiennent à la personne de l’ethnographe. La composante la plus étudiée à son sujet est l’identité sexuelle mais il est un caractère qui vient rarement à l’esprit tant il paraît trivial : c’est l’âge de l’ethnographe, critère qui sera plus particulièrement abordé dans cet article en traitant d’un paradoxe qu’il paraît recouvrir et qui le caractériserait.

4L’âge des protagonistes dans la relation d’enquête est une question que j’ai envisagée tardivement, bien après la phase intensive de terrain, alors que mon objet de recherche aurait dû, semble-t-il, m’y conduire plus tôt. En effet, j’ai enquêté dans une société africaine fortement marquée par l’âge et l’identité générationnelle, mais je n’ai pensé à l’effet de mon âge sur mes interlocuteurs que bien après, dans des circonstances singulières, alors que je recherchais des données sur les âges adultes dans les sociétés occidentales. L’article commencera par évoquer la scène conceptuelle et ethnographique où se noue cette affaire dans l’ignorance de laquelle il est impossible de comprendre les relations d’âge tissées entre les acteurs mais c’est le décalage dans le retour réflexif qui sous-tendra le propos. Il illustre certaines modalités du cheminement ethnologique, non pas du terrain au texte mais du texte au terrain, à rebours de l’itinéraire proposé dans le volume, et révèle d’une autre façon les liens qui se tissent entre le terrain, le texte et la définition d’objets de recherche sur le moment et à plus long terme. Cette réflexion sur ce critère paradoxal qu’est l’âge s’inscrit dans une tentative plus large de croiser l’anthropologie des âges de la vie avec la méthode biographique et la notion de parcours individuel. Elle offre l’occasion d’évoquer ma rencontre avec Raymond Jamous et de le remercier du soutien qu’il m’a apporté sans barguigner dans un monde, le monde académique, où je suis entrée tardivement.

Les systèmes générationnels est-africains : question infondée ou objet méconnu ?

5L’affaire remonte aux années 1980. Le champ de l’anthropologie était alors bien différent de ce qu’il est de nos jours. Les recherches africanistes, encore prépondérantes dans les débats de l’anthropologie, étaient traversées par des courants intellectuels fort divers, pour ne pas dire antagonistes. À Nanterre, sous la direction d’Éric de Dampierre, les travaux étaient orientés vers des recherches comparatives sur des formes d’organisation sociopolitique encore méconnues ou insuffisamment analysées. À l’invitation de Serge Tornay (2001) qui étudiait chez les Nyangatom (Sud éthiopien) un exemple de système générationnel, je fus amenée à m’intéresser à ce type de politie, largement attesté en Afrique orientale, fondé sur un principe de dévolution de l’autorité entre classes générationnelles successives. Depuis les années 1950, les monographies se multipliaient et, loin de clarifier les analyses, l’accumulation des descriptions nourrissait un scepticisme grandissant quant à la portée concrète de ces principes.

  • 1 De la famille des bantous orientaux où l’on trouve également les Kikuyu dont le nom, plus connu, es (...)

6La possibilité d’une analyse sociologique de ces classements fut le point de départ de mes recherches. Conduites chez des locuteurs bantous, sous représentés dans les monographies qui privilégiaient les locuteurs couchites et nilotes jugés plus représentatifs, elles m’ont amenée à enquêter entre 1986 et 1993 dans deux sections Meru1, les Tigania-Igembe établis au nord-est du Mont Kenya dans les Nyambeni Hills : agropasteurs, évalués à 500 000 personnes en 1989, ils pratiquent une économie mixte adaptée à l’étagement des écosystèmes.

7Le décalage entre l’image que je m’étais forgée et la réalité que je découvrais fut tel que pendant plusieurs mois je me suis demandé si je n’allais pas changer de sujet : des générations et des classes d’âge, dont témoignait certes rapidement la littérature ethnographique, on ne voyait nulle trace, dans les vêtements, les parures ou encore l’habitat. Il faudrait m’y résoudre, les Meru étaient entrés dans la modernité, ce qu’attestaient la fréquentation des églises, la scolarisation des enfants, la prédominance de l’économie marchande.

  • 2 Ces réactions virulentes n’ont rien d’exceptionnel, encore fallait-il le savoir ; l’initiation des (...)

8Réalisé à toutes fins utiles, un relevé des établissements et de leurs habitants me permit cependant de constater peu à peu que tous mes « interlocuteurs », aussi modernisés fussent-ils et quoi qu’ils en tenaient, connaissaient leurs classes générationnelles, celles de leurs proches, de leurs ascendants, de leurs alliés, et que les femmes aussi avaient des classes. Survenu à mes dépens en décembre 1986 dans le bourg de Maua, deux mois après mon arrivée, un incident amorça un autre infléchissement alors que j’assistais pour la première fois à la sortie des novices de leurs huttes de réclusion où ils s’étaient remis de leur circoncision. Des cohortes de novices, de plus en plus nombreux au fil des heures, défilaient dans les rues et les chemins, formaient une procession bouffonne qui faisait mine d’attaquer la foule pressée sur leur passage. Je commis alors l’erreur d’essayer de prendre, de loin, une photo : rendus furieux par la vue de l’appareil qu’ils avaient aperçu dans la foule, les novices s’en prirent plus qu’il est d’usage aux spectateurs, et la police dut intervenir. Les jours suivants, les discussions allèrent bon train qui opposaient tenants de la tradition et modernistes. Je découvrais ainsi la virulence des conflits à propos de la coutume et la puissance mobilisatrice des initiations par lesquelles les jeunes hommes, désormais des adolescents, intègrent leur classe générationnelle et qui, je l’appris bien après, préludaient autrefois à leur premier départ en raid2.

9Assurée de la sorte de la réalité de mon objet de recherche, j’ai avancé dans mes enquêtes. Durant ces années cependant, j’avais à l’esprit deux difficultés d’ordre bien différent qui n’avaient guère de rapport avec mon âge ou l’âge de mes informateurs. Le décryptage de sonorités inédites et l’apprentissage sur le tas d’une langue nouvelle mobilisaient une bonne partie de mon énergie ; et, il faudrait s’y arrêter car la question ne paraît pas évoquée dans la littérature pourtant proliférante sur l’ethnographie réflexive, on ne redira jamais assez en quoi ces langues, qui ne sont pas maternelles, sont à la fois un obstacle et une ressource dans la relation ethnographique.

10L’insécurité fut l’autre obstacle avec lequel il me fallut continûment négocier : l’insécurité au quotidien qui oblige tout un chacun à éviter les déplacements une fois la nuit tombée ; et surtout, on y reviendra, l’insécurité que créait ma seule présence durable dans une famille, laquelle permettant de penser que mes hôtes, bénéficiant de mes supposées largesses qu’autorisait mon évidente fortune, s’enrichissaient, ce qui les transformait en cible de choix pour les voleurs. Ce raisonnement, dont il était difficile de dénouer l’écheveau, trouvait à se conforter des attaques bien réelles, doublées de violences faites aux personnes, perpétrées contre de riches commerçants et leur famille. La dégradation de la situation fut telle, lors de ma dernière période de terrain en 1993, que je dus boucler à la hâte mes enquêtes et quitter les collines mises en coupe réglée par des bandes de jeunes motorisées et armées.

Éléments sur l’âge des protagonistes dans la relation d’enquête chez les Meru

  • 3 Le « contexte » des historiens diffère en un point décisif de la réflexivité des ethnologues : l’in (...)

11Dans ma monographie La vie à pas contés (1999), j’évoque un tant soit peu la question de l’âge de l’ethnographe, dans le chapitre introductif et au cours d’autres chapitres (op.cit. : 23-35, 88, 293-294). Il me parut impossible de rendre intelligibles certains éléments d’ethnographie, en particulier les modalités des classements des hommes et des femmes, sans évoquer ma position à l’endroit de mes informateurs, mais je m’y employai en ayant à l’esprit le « contexte » tel que les historiens l’entendent, et qui, par nature, exclut l’échange ou la confrontation avec des interlocuteurs3.

12C’est donc par un détour tardif que l’âge des protagonistes dans la relation d’enquête est devenu un objet de réflexion et une ressource dans la formulation de certaines hypothèses. La comparaison des matériaux est-africains élargie à d’autres sociétés non modernes m’avait permis d’ébaucher une grille de lecture englobant les sociétés occidentales, de dégager l’intérêt de saisir l’ensemble des âges de la vie, et non plus tel ou tel âge, et de proposer une vision rénovée du cycle de vie et de l’institutionnalisation du parcours biographique. Les références abondaient déjà sur l’enfance, l’adolescence, la jeunesse, la vieillesse, la sortie de tel âge, la subdivision de tel autre… ; mais rien de tel sur les stades correspondant aux âges adultes alors que manifestement leur importance croît avec l’allongement séculaire de la durée de la vie. Cette lacune, reflet de l’approche segmentée des âges privilégiée par la sociologie ou l’anthropologie dans les sociétés occidentales, n’avait rien de surprenant, elle obligeait seulement à ouvrir des enquêtes en partant notamment du temps de travail, critère classique associé aux âges adultes et qui les délimite dans les sociétés modernes.

  • 4 Journées d’études organisées par Agnès Jeanjean et Eliane Daphy dans le cadre de la Société d’ethno (...)
  • 5 Il faut signaler cependant le recueil paru en 1992 sous la direction de J. Okely et H. Callaway, An (...)

13L’organisation de journées d’étude en novembre 2001 sur le thème « Sexe, genre et âge dans la relation d’enquête »4 offrit une opportunité. Les interrogations sur les critères de sexe et de genre dans la relation ethnographique n’étaient pas nouvelles, l’air du temps était gagné par les gender studies, mais l’affichage sur le critère d’âge était inédit5. L’idée de participer aux journées pour entendre les communications et recueillir des données sur l’âge adulte fit son chemin : après tout l’enquête ethnographique peut être considérée comme n’importe quelle activité professionnelle et ceux qui l’exercent, comme des adultes employés à ces tâches.

  • 6 La question de l’âge de l’ethnographe dans la relation d’enquête fut exposée à nouveau en février 2 (...)

14Le titre de la communication que j’avais proposé, Une ethnographe dans le labyrinthe des systèmes d’âge et de génération est-africains, avait certes un peu effrayé les organisatrices mais le projet fut accepté et l’exposé bien reçu par l’assistance. À cette occasion, je me suis enfin posé la question de l’effet de mon âge sur mes interlocuteurs lors de mes enquêtes chez les Meru, question que je n’avais jamais explicitement envisagée même si, par la force des choses, j’« avais fait avec » dans une société où, nonobstant les transformations contemporaines, les interactions demeurent le plus souvent structurées par les rapports d’âge et de génération6. En revanche, le projet de recueillir des données sur l’âge dans la relation d’enquête tourna court. Sur la bonne vingtaine de communications, seules quatre traitaient de la question. L’information importante était donnée par défaut : dans nos sociétés l’âge, on n’en parle pas ou si peu, point qui fut repris en 2003 dans la présentation « L’océan des âges » du numéro thématique de L’Homme consacré à une approche comparative des cycles de la vie et des parcours individuels.

De muchunku à muka

15L’objectivation, à l’endroit des Meru, de ma position liée à mon âge s’est donc produite dans une sorte de dialectique où, partant de propositions comparatives nourries par mon ethnographie est-africaine, je réfléchissais à la possibilité de penser les âges adultes dans ma propre société ; somme toute, à l’instar de mes contemporains, l’âge, je n’en parlais pas. Du bon usage de l’ethnocentrisme, à la fois frein et moteur des investigations anthropologiques, qui pousse à déconstruire un à un nos présupposés dans la poussière desquelles germent de nouvelles hypothèses. Ces circonstances singulières, mais non exceptionnelles, marquent l’exercice de réflexivité auquel je me livre : je fais retour, une quinzaine d’années après, sur une interaction ethnographique, alors que mes analyses ethnologiques ont été conduites à leur terme.

16Peut-être faut-il rappeler que dans les Nyambeni, les gens, au premier abord, sont distants, intimidés, parfois hostiles, à tout le moins n’ont-ils pas de temps à consacrer au visiteur de passage. Un terme le désigne, mugeni (pl. ageni), qui signifie simplement « visiteur » et ne porte à aucune conséquence. Population de petits cultivateurs et d’éleveurs voués au travail dont l’activité repose encore largement sur l’économie familiale, la mécanisation des tâches est à peine amorcée et le recours à des ouvriers agricoles limité, leur activité quotidienne est rythmée par un calendrier serré : deux récoltes annuelles dans des parcelles disséminées sur les versants, qui s’ajoutent aux tâches de l’arboriculture et aux soins prodigués aux troupeaux, et dont la production est en bonne partie écoulée dans un dense réseau d’échanges commerciaux.

  • 7 Rappelons que les langues bantoues, à classes nominales, ne marquent pas grammaticalement le genre. (...)
  • 8 Muchunku, terme d’origine swahili, langue bantoue parlée sur la côte de l’océan Indien, dont l’étym (...)

17Ma première assignation fut celle de muchunku, terme générique d’adresse et de référence qui ne renvoie ni à la seule couleur de la peau, ni à l’âge, ni au sexe de la personne qualifiée de la sorte : il désigne une catégorie d’êtres, asexués voire androgynes7, riches aussi, d’où l’insécurité évoquée ci-dessus, où l’on trouve pêle-mêle missionnaires, explorateurs, administrateurs coloniaux, médecins, infirmières et bonnes sœurs, acteurs des ong. Mais pas les ethnographes, lesquels il est vrai n’ont guère arpenté ces contrées. Qualifiée de muchunku, j’étais d’entrée identifiée et assignée à une position d’où il était impossible de conduire des enquêtes un peu approfondies exigeant un contact quotidien et répété avec les populations8.

18Plusieurs facteurs ont joué simultanément pour faire de ma personne une muchunku assez particulière au point de ne plus l’être seulement aux yeux de ceux qui avaient fini par me connaître.

  • 9 Par exemple quand un délateur de la police politique est dans l’assistance. Jusqu’en 1991, le Kenya (...)

19Il faudrait analyser les effets, éprouvés par tous les ethnographes, du retour après un départ, des retours après des départs. Ces ruptures suivies de retrouvailles favorisent la mémorisation et une forme d’assignation révélatrice des rapports que chaque société entretient avec l’extérieur. De même qu’il me fallut apprendre à reconnaître certains de mes interlocuteurs, mes hôtes cessèrent de me confondre avec des muchunku venus précédemment, et je fus rapprochée d’une figure familière, celle du parent (muciere) ou du congénère (baite) qui migre et revient au bercail. Au fil des jours et des échecs, et simultanément à l’apprentissage de la langue déjà cité, il faudrait aussi analyser l’aptitude croissante à partager le quotidien des populations, les conditions matérielles que les hôtes jugent rudimentaires pour une muchunku, les épreuves inopinées, les tensions et les mensonges, les connivences et le non-dit9, les rires aussi qui rapprochent plus que le reste.

20Une autre dimension des effets intrinsèques du séjour prolongé et de la durée dans l’enquête ethnographique se traduit par une sorte de courbe dans l’intensité de la curiosité qu’ont évoquée à leur façon, par le biais du calendrier de l’enquête, S. Béaud et F. Weber (1998 : 131-134). Passé un certain stade, la confiance est établie, l’ethnographe fait partie du paysage et son travail avance. Passé un autre stade, la question de l’intégration cède la place aux conséquences d’une forme d’accoutumance : l’exotique est devenu quotidien et le regard de l’observateur perd de son acuité. Et quand gagne l’ennui, lorsque s’installe le sentiment qu’il n’y a plus grand-chose à apprendre, alors il est temps de rentrer et de traiter les matériaux collectés.

21Dans ce processus multiforme, ce qui a compté à la longue, et ceci plus que le reste, est une sorte de cercle vertueux entre ma capacité, qui peu à peu se développait, à me retrouver dans le labyrinthe des classes générationnelles — sous-classes, promotions, échelons, catégories, appellations, terminologies, onomastiques — et mon degré d’intégration. Plus je progressais dans la connaissance de cette société, mieux je jouais avec ses codes d’âge et de génération, ce qui accentuait en retour mon intégration et autorisait des approfondissements. Je devenais une connaisseuse, une spécialiste, digne de confiance à l’exemple de ceux qui accomplissent leurs tâches, ngûgî, dans les champs, les pâturages, au marché, à l’école ou dans les rituels. Les Meru reconnaissent l’activité bien conduite, efficace, pour ne pas dire « le travail bien fait », expression qui introduirait des significations liées au credo occidental de la pénibilité du travail étrangères à l’épistémé meru. Ainsi, parlant du principe créateur Ngaï, énergie qui régit la bonne marche du monde et de ses créatures, les Meru désignent son activité efficace, son efficience, par la formule ngûgî wa Ngaï « l’activité de Ngaï ».

22Ce processus de qualification recèle cependant un embrayeur particulier qui joua à mon insu et de façon répétitive dans le jugement de compétence dont j’étais peu à peu gratifiée : aux yeux des Meru, hommes et femmes, j’étais une muka, une jeune adulte, une mère du premier échelon.

23Mes interlocuteurs n’avaient cure de mon âge calendaire mais j’étais inévitablement soumise lors de mes premières rencontres avec des femmes aux incontournables, et brèves, questions quant à ma qualité de mère, alors que ma situation maritale ne suscitait aucune curiosité, époux et épouse peuvent vivre éloignés l’un de l’autre, c’est dans l’ordre des choses. Certains hommes, usant d’un mode indirect et humoristique, s’enquéraient de ma progéniture : au cas où j’aurais eu une fille, ils se proposaient de l’épouser, moyennant une compensation matrimoniale que je pris l’habitude de faire monter.

  • 10 L’ensemble de la population est distribué dans des classes générationnelles articulées avec des éch (...)

24J’étais une jeune mère, donc une femme et une adulte du premier échelon, un des trois échelons féminins qui font pendant aux échelons masculins. Assignée de la sorte, je pouvais aborder presque tous les sujets, sachant que, dans le même temps, en tant que muka, j’étais d’emblée intégrée dans la série des classes générationnelles nthukî du système meru. Selon mes interlocuteurs, j’étais une épouse Lubeeta ou une jeune épouse Ratanya, soit deux des huit noms récurrents de classes générationnelles en cours chez les Tigania-Igembe dont le cycle s’étend sur environ cent soixante ans. Cette inclusion générationnelle qui subsume chez les Meru les critères d’âge et de sexe me permit de tirer parti des usages locaux et d’avancer dans mes recherches10.

  • 11 Cette curiosité renvoie à une vraie interrogation quant aux capacités génésiques des blancs qui fur (...)

25La relation d’enquête par excellence chez les Meru s’inscrit dans la relation grands-parents - petits-enfants, dite jûûjû, suivant le terme d’adresse et de référence qu’utilisent réciproquement les individus de générations alternées, dans la famille et dans le système politique. Être une muka en relation de jûûjû ouvre de larges avenues à l’ethnographie. Les rapports entre générations alternées sont chaleureux, sous le signe de la liberté de parole. Cette situation, assez répandue de par le monde et peut-être universelle, est particulièrement structurante chez les Meru. Tout petit enfant fait renaître un grand-parent du même sexe, c’est le modèle par excellence de perpétuation post mortem dans une société où les défunts ne sont pas ancestralisés. Les grands-parents sont les confidents des petits-enfants, position que j’occupais et que j’exploitais sans retenue à leur endroit, sachant que l’inverse était vrai aussi, je devais faire mine de me plier à leurs caprices et de répondre aux questions à leurs yeux les plus dérangeantes, ainsi quant à la teneur de mes relations avec les nombreux amants dont j’étais gratifiée ou encore à la sexualité des blancs11. Sur certains sujets cependant, les anciens m’avertissaient que j’abordais des affaires de femmes et qu’il fallait mieux m’entretenir avec une grand-mère, et réciproquement.

26Ces va-et-vient permirent de comprendre, quoi qu’en disaient les uns et les autres, que les grand-mères avaient, à leur façon, une vision d’ensemble plus complète et une mémoire plus fine que les grands-pères, autre clé de l’interprétation du système de générations, entendues ici au double sens de classe générationnelle nthukî et de génération historique telle que K. Mannheim l’a définie en 1928. En effet, ces vieilles femmes, mes grand-mères, détenaient des informations décisives sur une crise déclenchée dans les années 1920-1930 dont les effets avaient été durables : conséquence de la conquête coloniale survenue en 1908, la perturbation des transmissions de pouvoir entre les générations successives avait ébranlé l’institution initiatique et provoqué l’augmentation concomitante des grossesses non désirées, des avortements et de l’infanticide de nouveau-nés conçus par des jeunes femmes non initiées. L’administration coloniale s’en émut et ce fut la première grande confrontation entre les Meru et les Britanniques, mais aussi entre les Meru eux-mêmes qui commencèrent à s’entredéchirer sur ce qu’il convenait d’entendre par « coutume » ou par « tradition » au regard de la modernité, paradigme par là même constitué.

De muka à bankiro

27À l’inverse, la relation d’enquête qu’à force de déconvenues et de désagréments je pris l’habitude de ne pas nouer fut la relation entre générations adjacentes. L’évitement en cette matière est à ce point prononcé sans être jamais énoncé qu’il me fallut un sérieux temps d’apprentissage avant de m’y retrouver. Ces usages sont révélateurs d’une organisation sociale que l’on pourrait presque entièrement déduire de l’évitement des générations adjacentes, lequel est davantage que la simple conséquence de l’identité des générations alternées évoquée précédemment.

28Parents et enfants, quels que soient leurs âges respectifs, ne s’adressent pas directement la parole, leurs regards ne doivent pas se croiser, encore moins peuvent-ils partager un repas. Ainsi, logeant parfois chez un Michubu (nom d’une classe générationnelle), j’étais certes toujours une muka mais aussi considérée comme une fille de Michubu du fait de ma résidence. Les Michubu du voisinage refusaient de s’entretenir avec moi de quoi que ce soit, silence qu’au début j’attribuais à la présence de mon assistante, fille de l’homme chez qui je logeais. Mes tentatives de leur rendre visite seule me firent à la longue comprendre que là n’était pas la question, moi aussi j’étais une fille de Michubu ; et la bienséance commandait d’autant mon éloignement que ce père de famille, un homme fort respectable aux yeux de ses concitoyens, avait droit à tous les égards requis par la « bonne éducation », nthoni. Ce terme signifie aussi « réserve », « retenue » et réfère à rien moins que la relation d’alliance uthoni (Peatrik, 1999 : 147-239). Sur cet évitement, les femmes étaient plus strictes que les hommes, probablement parce que je les rencontrais dans leur « enclos familial », suivant la désignation locale de l’unité résidentielle qui fait référence à l’« enclos du troupeau » dont procède idéalement toute famille.

  • 12 En bref : les hommes de la génération A engendrent des fils qui constituent la génération B, lesque (...)

29L’interaction était quelque peu différente avec les hommes que je croisais sur les chemins au gré des déplacements pour mes enquêtes. Après les salutations et les explications d’usage, je pris l’habitude de tenter d’identifier leur classe générationnelle. Le questionnement présentait plusieurs avantages. Je me trompais rarement, ce qui jouait en ma faveur, et mes erreurs fournissaient le prétexte à obtenir des explications recélant de précieuses informations. Ces hommes dont l’âge et la génération ne coïncidaient pas, source de ma méprise, trop âgés ou trop jeunes par rapport à la moyenne d’âge de leur classe — des termes en langue meru désignent explicitement ces situations — bien conscients de ce décalage qu’expliquait une histoire singulière dont ils avaient souvent souffert, étaient de précieux témoins de ce que le jargon anthropologique a qualifié de « dérive démographique des générations », autre point clé du fonctionnement, à dire le vrai du dysfonctionnement des systèmes12.

  • 13 On comprend mieux l’évitement des générations adjacentes. La transgression de l’interdit sexuel est (...)
  • 14 Quant à la femme inféconde, elle recevait un enfant conçu par une coépouse ou encore par une de ses (...)

30À la longue, je finis par comprendre aussi l’étonnement amusé, parfois le refus net de répondre, que provoquaient mes questions sur l’appartenance générationnelle de mon interlocuteur, et les interrogations subséquentes quant à ma propre classe. Notre dialogue recouvrait un protocole, doublé en mon cas d’une incongruité cocasse que, une fois avertie de la situation, je faisais délibérément jouer en faisant mine de ne pas les connaître ou en y recourant sur le mode de la plaisanterie et de la connivence. Le questionnement sur cette matière, les classes générationnelles, entre un homme et une femme est une manière de tester la possibilité d’une relation charnelle, sachant que l’interdit de relations sexuelles entre individus de générations adjacentes est strict, de l’ordre du tabou de l’inceste, très rarement transgressé13, d’où les questionnements préliminaires. S’il s’avère que l’homme et la femme sont de classes générationnelles adjacentes du fait de l’identité générationnelle de leurs pères respectifs, la tentative d’approche tourne court. À l’inverse, la relation entre un homme et une femme qui appartiennent à une même classe générationnelle mais ne sont pas époux ouvre à une relation d’amant licite dite bankiro. Jalousie et conflits passionnels sont loin d’être exclus, mais la relation peut se nouer ; l’enfant qui naîtrait dans ces circonstances est considéré comme celui de l’époux de l’amante, et le lien bankiro est un recours en cas de stérilité masculine14. Cette relation de séduction admise entre individus de même génération, avec laquelle des grands-pères — mes alternes en génération et donc mes semblables — que je croisais au marché s’amusaient en me saluant d’un muga bankiro ! (« bonjour bankiro ») qui déclenchait le fou rire de l’assistance, pouvait aussi ouvrir à nombre de malentendus, d’autant que s’y exerçait une muchunku peu habile en langue meru. Il fallait donc ne pas dépasser certaines limites.

31La dernière situation évoquée est révélatrice de l’intrication des âges, des classes générationnelles et des générations, entendues cette fois-ci au sens de la filiation généalogique qui devient problématique au décès d’un chef de famille. Elle illustre aussi, à partir de mon identité noyau de « jeune mère », la pluralité des assignations dont j’étais en réalité le plus souvent gratifiée.

  • 15 Le décès de cet homme, grand-père et « accompli », c’est-à-dire parvenu au dernier échelon, est con (...)

32L’unité domestique selon les Meru relève non pas du modèle de la famille élargie mais d’un type de famille nucléaire à la fois patrilinéaire et matricentrée. Séparation des générations adjacentes oblige, père et fils mariés ne partagent jamais le même enclos, leurs résidences sont distinctes : en ce cas, l’évitement est fondé sur l’idée selon laquelle la cohabitation de générations de parents sexuellement actifs est autant inconvenante que dangereuse puisqu’elle exposerait leur progéniture à des malformations. À leur mariage, les fils, et les filles, quittent un à un le domicile paternel. Au décès de leur père, une fois ses biens partagés selon des règles d’héritage contradictoires, et sources de conflit, rien n’oblige les fils d’un homme à coopérer et à entretenir des liens durables. Le rituel austère qui marque la mort d’un père devenu grand-père est la dernière occasion où ses descendants, ses petits-enfants plus particulièrement qui ne doivent afficher aucune affliction, sont réunis15. Les alliances nouées par l’entremise du mariage des filles/sœurs étaient autrefois la source des réseaux durables qui se tissaient dans le cadre des classes générationnelles. Mais ces réseaux matrimoniaux se sont réduits à mesure que les classes générationnelles perdaient de leur importance politique dans le cadre du Kenya colonial puis contemporain.

33Au décès du père de classe Michubu évoqué ci-dessus, son fils aîné, de classe Lubeeta, un entrepreneur fort actif, juriste établi à Nairobi et spécialiste des questions foncières, tenta, à l’encontre des usages meru, de succéder à son père et de maintenir un semblant de solidarité familiale. Il s’essaya à jouer de trois éléments de ma position dans la société meru : j’étais à la fois muchunku (par mes revenus), « fille » de l’homme décédé et sa « semblable » en génération, pour maintenir des liens avec deux de ses sœurs qui continuaient de m’aider dans mes enquêtes selon leur disponibilité. L’une d’elles, devenue institutrice, était une assistante précieuse car elle avait acquis un réel savoir-faire dans les transcriptions et les traductions des entretiens. Mais les tentatives de leur frère aîné, d’une autre mère que la leur, tournèrent court. Ses sœurs me firent comprendre que l’argent qu’elles recevaient en rétribution de leur travail ne devait pas être partagé avec leur frère auquel incombait pourtant la charge des jeunes enfants des épouses de son défunt père. Selon elles, leur frère aîné avait reçu en héritage la plupart des terres de la famille. Prise dans des injonctions contradictoires, tentant de ménager les uns et les autres, je rompis à regret avec ce fils aîné dont j’appréciais le commerce et qui m’avait aidée en maintes occasions. Comme les autres membres de la famille, j’étais entraînée dans l’éclatement des liens et la dissolution des solidarités qui suivent la disparition d’un chef de famille.

34Poursuivre l’évocation des effets de l’âge et de la génération dans la relation d’enquête reviendrait presque à proposer une deuxième version de ma monographie en exploitant, par exemple, les connivences et des évitements présentés ci-dessus. Quels enseignements peuvent être tirés de ces interactions entre l’âge de l’ethnographe et celui de ses interlocuteurs ?

L’âge comme critère paradoxal de la réflexivité

  • 16 La dissimulation ou le mensonge auraient-ils été un procédé ? Il est permis d’en douter. Il suppose (...)

35On peut affirmer qu’un(e) ethnologue, jeune fille ou jeune homme, nkenye ou muthaka aux yeux des Meru, n’aurait jamais pu recueillir le corpus d’informations que j’ai fini par constituer alors qu’un ethnologue d’un certain âge, homme et père, assigné à la catégorie mûrume, symétrique de l’appellation muka, aurait très bien pu y parvenir. Encore eut-il fallu, parce qu’il se serait posé des questions similaires, qu’il ait été disposé à aller les chercher, condition générale qui renvoie cette fois-ci à l’itinéraire intellectuel de l’ethnographe, aux paradigmes et aux objets en vogue dans son milieu académique d’origine. Un tel ethnographe aurait alors rencontré des difficultés identiques à celles auxquelles je me suis heurtée à propos des initiations masculines mais que j’ai réussi à la longue à contourner16.

36À l’appui de cette affirmation, citons le cas de deux recherches entreprises chez les Meru : la thèse, très documentée, d’une jeune historienne américaine, Lynn Thomas, sur la crise des initiations féminines meru, publiée en 2003 ; le mémoire de l’historien kenyan B. Kangoi qui soutient en 1972 son ba sur l’histoire précoloniale des Meru Tigania, section meru dont il est originaire. En ce cas, leur jeunesse aurait pu jouer en leur faveur, leur attirer une forme de bienveillance de la part de leurs interlocuteurs comme c’est peut-être le cas dans d’autres populations ; ici, il n’en a rien été. Kangoi peste dans ses rapports d’enquêtes, disponibles dans les archives du département d’histoire de l’université de Nairobi, contre ses congénères qui refusent de s’entretenir avec lui ou lui racontent des balivernes. Lynn Thomas tourne autour de la question des générations qu’elle pressent sans parvenir à s’y retrouver avant d’en tirer des conclusions hâtives et des généralisations infondées (Peatrik, 2006).

  • 17 Ce qui serait révélateur de l’idéologie occidentale : en quelques lignes disons que, dans nos socié (...)

37Le parcours de Paul Spencer (1992) l’illustre d’une autre manière et ouvre à des interrogations complémentaires. L’itinéraire de ce spécialiste des Maasai, pasteurs est-africains bien connus pour leurs classes d’âge (à inflexion générationnelle), témoigne lui aussi de l’effet de l’âge de l’ethnographe dans la relation d’enquête ; mais l’ethnographe qu’il est l’analyse après coup, comme si l’âge et l’effet de l’âge de l’ethnographe ne pouvaient être perçus que rétroactivement17. En 1965, Spencer publie la thèse qu’il a réalisée chez les Samburu, locuteurs maa du nord du Kenya. Son analyse est centrée sur les moran, les guerriers, avec lesquels il a passé le plus clair de son temps : après tout, lui aussi était moran, sans toit ni loi vadrouillant dans la brousse, peu disposé à quitter son état de célibataire irresponsable, confronté à l’autorité des « gérontes », terme passe-partout utilisé dans ces années pour qualifier les pères, les aînés. Une vingtaine d’années après, en 1988, il publie une deuxième étude conduite chez d’autres Maasai (les Matapato) où il a séjourné avec femme et enfants ; l’ouvrage restitue une saisie beaucoup plus large et plus complète de la société, celle à laquelle Spencer a pu accéder à travers ses enquêtes car cette fois-ci il a été pris pour un aîné et traité comme tel par ses pairs.

*

* *

38Ces décalages sensibles dans la perception des ethnographes en fonction de leur âge permettent de formuler pour conclure une première hypothèse, de l’ordre de la sociologie de la connaissance. La plupart des monographies portant sur ces populations est-africaines ont été réalisées par des hommes jeunes, faisant leur Ph.D., célibataires. Outre qu’ils ont employé leur temps à démêler des systèmes fascinants car étonnamment complexes, ils finissent par en donner une lecture singulière, comme tronquée et précontrainte, informée sans qu’ils s’en soient rendu compte par leur position de célibataire : de là, probablement, les conclusions plus ou moins explicites, formulées à la fin d’ouvrages particulièrement ardus, sur la faible portée sociologique des systèmes d’âge et de génération.

39En somme, l’âge — suivant des modalités différentes de l’identité sexuelle, ou de la situation de l’ethnographe dans une société hiérarchisée (Leservoisier, 2005) — est aussi une condition de la production des connaissances, et pas seulement dans les sociétés à classes d’âge, comme l’illustrent l’article récent de P. Fournier (2006), qui traite d’enquêtes conduites en France, et certains éléments glanés dans les exposés de ce colloque.

  • 18 Rappelons à ce propos la tentative pionnière de H. Zuckerman et R. K. Merton (1972) de tester l’idé (...)

40Élargissons encore le propos. La grande majorité des terrains ethnographiques se fait au sortir des études universitaires. Quid du terrain suivant ? On n’aborde jamais un deuxième terrain comme le premier terrain. Quid des objets qui s’élaborent par la suite en continuité ou en rupture avec les terrains précédents ? Ce qui revient à s’interroger sur les parcours ethnologiques à la lumière des itinéraires de chercheurs. Le cas de Spencer offrait un premier exemple. L’analyse de l’œuvre de Raymond Jamous conduirait à s’interroger sur les continuités et les accumulations, sur les ruptures et les innovations conceptuelles entre son terrain dans le Rif marocain (1981) puis son deuxième terrain au nord de l’Inde chez les Meo (1991) et son retour actuel au Maroc. Citons un autre exemple tiré du colloque organisé en 2006 au lesc sur les archives des ethnologues et les revisites de terrain, soit une autre façon d’examiner les liens entre le texte et le terrain (Molinié et Mouton, 2008). Pourquoi et comment Julian Pitt-Rivers attend-il presque trente ans entre sa monographie de 1954 sur la bourgade de Grazalema (province de Cadix) et ses premières publications en 1983 sur la tauromachie, alors que manifestement les courses de taureaux, qui ne sont mentionnées nulle part dans sa monographie, existaient bien à Grazalema. Le temps fait quelque chose à l’affaire18, et c’est par le biais de ses enchaînements et de ses configurations multiples, intrinsèques pour une bonne part, qui sous-tendent les carrières d’ethnologues et les âges adultes dans les sociétés occidentales, et qui restent à étudier, que je renoue, à l’occasion de cet hommage rendu à Raymond Jamous, avec mon projet d’une anthropologie des âges de la vie.

Haut de page

Bibliographie

Béaud, Stéphane et Weber, Florence
1998 Guide de l’enquête de terrain (Paris, La Découverte).

Fournier, Pierre
2006 Le sexe et l’âge de l’ethnographe : éclairants pour l’enquêté, contraignant pour l’enquêteur, ethnographiques.org, 11 (octobre).
[http://www.ethnographiques.org/2006/Fournier.html, consulté le 16/01/2007]

Jamous, Raymond
1981 Honneur et baraka. Les structures sociales traditionnelles dans le Rif (Cambridge/Paris, Cambridge University Press/Éditions de la msh).
1991 La relation frère-sœur. Parenté et rites chez les Meo de l’Inde du Nord (Paris, Éditions de l’ehess).

Kangoi, B. M. I.
1972A history of the Tigania of Meru to about 1908, Bachelor of Art Dissertation, University of Nairobi, Department of History.

Lahire, Bernard
1996 La variation des contextes en sciences sociales. Remarques épistémologiques, Annales. Histoire, Sciences sociales, 2 : 381-407.

Leservoisier, Olivier (éd.)
2005 Terrains ethnographiques et hiérarchie sociale. Retour réflexif sur la situation d’enquête (Paris, Karthala).

Mannheim, Karl
1928 Das Problem der Generationen, Kölner Vierteljahrshefte für Soziologie, VII (2-3) (1928-1929) : 157-185, 309-330.

Mauss, Marcel
[1947] 1967 Manuel d’ethnographie (Paris, Payot).

Molinié, Antoinette et Mouton, Marie-Dominique (éd.)
2008 Introduction, in L’ethnologue aux prises avec les archives, nº 32 de Ateliers du lesc.
[http://ateliers.revues.org/document1093.html, consulté le 10/09/2008]

Okely, Judith et Callaway, Helen (éd.)
1992
Anthropology and autobiography (Londres et New York, Routledge) [asa monographs, 29].

Peatrik, Anne-Marie
1991 Le chant des hyènes tristes. Essai sur les rites funéraires des Meru du Kénya et des peuples apparentés, Systèmes de pensée en Afrique noire, cahier 11 : 103-130.
1995 La règle et le nombre : les systèmes d’âge et de génération d’Afrique orientale, L’Homme, 134 (2) : 13-49.
1999 La vie à pas contés. Génération, âge et société dans les hautes terres du Kénya (Meru Tigania-Igembe) (Nanterre, Société d’ethnologie).
2003L’océan des âges, L’Homme, 167-168 : 7-24.
2005Old system, new conflicts : age, generation and discord among the Meru, Kenya, in W. James et D. Mills (éd.), The qualities of time. Anthropological approaches (Oxford, Berg) : 285-300 [asa monographs, 41].
2006
Which complementarity between history and anthropology ?, Canadian Journal of African studies, 40 (2) : 332-349.

Pitt-Rivers, Julian
1954The people of the Sierra (Londres, Weidenfeld et Nicholson).
1983 Anthropologie de l’honneur – La mésaventure de Sichem (Paris, Le Sycomore).

Spencer, Paul
1965The Samburu. A study of gerontocracy in a nomadic tribe (Londres, Routledge et Kegan Paul).
1988
The Maasai of Matapato. A study of rituals of rebellion (Bloomington, Indiana University Press).
1992
Automythologies and the reconstruction of ageing, in J. Okely et H. Callaway (éd.), Anthropology and autobiography (Londres et New York, Routledge) : 50-63 [asa monographs, 29].

Thomas, Lynn M.
2003Politics of the womb. Women, reproduction and the State in Kenya (Berkeley, University of California Press).

Tornay, Serge
2001 Les Fusils jaunes. Générations et politiques en pays nyangatom (Éthiopie) (Nanterre, Société d’ethnologie).

Zuckerman, Harriet et Merton, Robert K.
1972
Age, aging and age structure in science, in M. W. Riley, M. Johnson et A. Foner (éd.), Aging and society, vol. 3, A sociology of age stratification (New York, Russel Sage Foundation) : 292-356.

Haut de page

Notes

1 De la famille des bantous orientaux où l’on trouve également les Kikuyu dont le nom, plus connu, est associé à la lutte pour l’indépendance du Kenya en 1963 et à son premier président, Jomo Kenyatta, un leader kikuyu, ou plus récemment à Wangari Maathai, prix Nobel de la paix en 2004. La crise postélectorale de décembre 2007 a remis dramatiquement le Kenya et ses composantes sur la scène de l’actualité.

2 Ces réactions virulentes n’ont rien d’exceptionnel, encore fallait-il le savoir ; l’initiation des garçons est le dénominateur commun aux 500 000 Tigania-Igembe. Cet événement me ramenait aussi à mon incrédulité d’antan sur l’importance à accorder à l’initiation, et aux échanges multiples que j’avais eus avec Alfred Adler dont on connaît tout l’intérêt pour l’initiation et les formes rituelles du pouvoir. Quelques semestres plus tard, en 1989, à son séminaire à l’ephe, je faisais la connaissance de Raymond Jamous qui exposait sur les rapports entre la royauté cyclique et la société tribale dans le monde musulman à travers les écrits de Ibn Khaldun.

3 Le « contexte » des historiens diffère en un point décisif de la réflexivité des ethnologues : l’interaction ethnographique se joue entre des acteurs vivants, sujets de plein droit et pour certains « auteurs » de l’enquête, alors que l’historien n’interagit que très rarement avec des interlocuteurs. Cf. Bernard Lahire (1996) pour une réappréciation de la notion de contexte en histoire, à propos de l’essor de la microhistoire.

4 Journées d’études organisées par Agnès Jeanjean et Eliane Daphy dans le cadre de la Société d’ethnologie française les 22 et 23 novembre 2001, au musée des Arts et Traditions populaires. Les communications à ces journées n’ont jamais été publiées.

5 Il faut signaler cependant le recueil paru en 1992 sous la direction de J. Okely et H. Callaway, Anthropology and autobiography, qui traite non pas du critère d’âge en tant que tel mais de l’effet autobiographique de l’expérience du terrain sur la personne de l’ethnologue.

6 La question de l’âge de l’ethnographe dans la relation d’enquête fut exposée à nouveau en février 2004 au séminaire du lesc organisé par Maria Couroucli « L’engagement personnel dans la pratique ethnographique ».

7 Rappelons que les langues bantoues, à classes nominales, ne marquent pas grammaticalement le genre. Quant à l’androgynie, c’est une notion clé du devenir de la personne chez les Meru.

8 Muchunku, terme d’origine swahili, langue bantoue parlée sur la côte de l’océan Indien, dont l’étymologie prête à des interprétations multiples, est largement en usage sous des formes variables au Kenya ; il s’est diffusé dès avant la conquête coloniale. En kiswahili, mzungu dérive du verbe kuzunguka « rôder, être en quête d’un bien matériel ayant une valeur » ; par extrapolation, pour certains locuteurs, kuzunguka signifie « être capable d’encercler la terre », etc. En kimeru, une étymologie populaire, peu répandue, réfère au fusil qui caractériserait le muchunku. En revanche, de nos jours, une forte association est faite entre muchunku et l’idée de ressource, de personne que l’on peut solliciter, riche donc et pour cette raison susceptible d’être attaquée.

9 Par exemple quand un délateur de la police politique est dans l’assistance. Jusqu’en 1991, le Kenya, sous un gant de velours démocratique, était régi par la main de fer de la délation organisée par la police politique, associée à la tristement célèbre Nyati House à Nairobi d’où l’on avait peu de chance de sortir si on y était entré.

10 L’ensemble de la population est distribué dans des classes générationnelles articulées avec des échelons. Quand, tous les quinze-vingt ans en moyenne, la classe de Pères au pouvoir, vieillissante, transmet sa charge et son autorité à la classe suivante, toutes les classes franchissent un échelon et une nouvelle classe est ouverte au recrutement par le truchement de l’initiation de nouvelles cohortes de guerriers. Dans le cadre de cet article, il est impossible de développer cette question (cf. Peatrik, 1995, 1999). L’âge et la génération sont des critères polysémiques dotés d’une forte labilité : d’où l’intérêt théorique des sociétés qui en font des principes d’organisation sociale. De ce point de vue et pour faire bref, disons que les usages en cours dans les sociétés occidentales ou modernisées, loin d’être universels, doivent être pensés comme singuliers.

11 Cette curiosité renvoie à une vraie interrogation quant aux capacités génésiques des blancs qui furent jugés prolifiques puisque capables d’arriver au Kenya et de le conquérir, alors que les Meru, autrefois, réprouvaient les naissances trop nombreuses. Leurs questions me permirent d’accéder à un élément clef, d’ordre démographique, du système générationnel meru (Peatrik, 1999 : 475-506).

12 En bref : les hommes de la génération A engendrent des fils qui constituent la génération B, lesquels à leur tour engendrent des fils C, petits-fils des A, etc. Or, les hommes d’une même génération n’engendrent pas au même moment : leurs fils sont d’âges hétérogènes et leurs petits-fils encore davantage, si bien que rapidement âge et génération ne coïncident plus. Ce phénomène de dérive démographique des générations, très répandu, à commencer dans nos propres familles, n’aurait aucune importance si les pouvoirs politiques n’étaient pas successivement exercés par chacune des générations, ce qui est le cas dans les systèmes générationnels. Les ethnographes ont ainsi décrit des assemblées de Pères (classe au pouvoir) où siégeaient côte à côte bambins et vieillards, voire des cas où les individus, « survieux », décédaient avant que leur classe n’arrive au pouvoir, ou à l’inverse, des individus « surjeunes » nés après qu’elle l’ait exercé. Le nombre de ces mal-classés ou de ces exclus augmentant rapidement, les ethnographes avaient quelques bonnes raisons de penser que ces classements générationnels ne pouvaient guère être opérationnels. Ce fut le point de départ de mes questionnements (Peatrik, 1995 ; 1999 : 97-106, 475-506).

13 On comprend mieux l’évitement des générations adjacentes. La transgression de l’interdit sexuel est à l’origine du drame de Saint-Kizito, survenu en juillet 1991, dans l’internat d’une école secondaire mixte de Tigania : 19 filles périrent étouffées et 71 autres furent violées par des camarades de classes « excédés » par les avances dont elles faisaient l’objet de la part de certains professeurs assimilés en ce cas à des Pères (Peatrik, 2005).

14 Quant à la femme inféconde, elle recevait un enfant conçu par une coépouse ou encore par une de ses propres sœurs.

15 Le décès de cet homme, grand-père et « accompli », c’est-à-dire parvenu au dernier échelon, est considéré, pour faire bref, comme normal, comme un processus arrivé à son terme (Peatrik, 1991).

16 La dissimulation ou le mensonge auraient-ils été un procédé ? Il est permis d’en douter. Il suppose une connaissance préalable de l’obstacle à contourner, ce qui n’est certes pas impensable mais surtout, et c’est un des ressorts de la temporalité intrinsèque de l’enquête ethnographique, il paraît impossible de jouer durablement sur une forme d’imposture quant à l’identité de sa personne. Ce fut l’apport de la très pertinente communication de Dorothée Dussy aux journées de la sef « Jeune chercheuse à Nouméa : une infirmité à négocier » qui a d’ailleurs fini par changer de terrain. Cf. note 4.

17 Ce qui serait révélateur de l’idéologie occidentale : en quelques lignes disons que, dans nos sociétés, l’âge fait partie des données d’évidence, relevant de la nature ou incorporée, que l’on ne questionne pas sauf quand il devient « critique », dans les crises de la vie, celle de l’adolescence, de la quarantaine, du retour d’âge… et, dans cet article, comme une ressource ou un problème dans la relation d’enquête et l’ethnographie réflexive. Passage inéluctable du temps et crises des âges de la vie font bon ménage dans nos sociétés ; nos itinéraires, réels et imaginaires, quoiqu’en disent les partisans de la désinstitutionalisation du cycle de vie, sont encore orientés par l’eschatologie biblique et la question de la délivrance. C’est probablement la différence la plus frappante entre l’âge « accomplissement » et le temps constructeur des sociétés est-africaines classiques et le cycle de vie des Occidentaux.

18 Rappelons à ce propos la tentative pionnière de H. Zuckerman et R. K. Merton (1972) de tester l’idée selon laquelle les jeunes chercheurs seraient plus productifs que les anciens, dans certaines disciplines, les mathématiques tout particulièrement ; aucune corrélation statistique ne put être établie mais l’étude eut le mérite de pointer des problèmes méthodologiques et empiriques qui parurent insurmontables à l’époque.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Anne-Marie Peatrik, « Du texte au terrain : temps, durée, assignation dans la relation d’enquête », Ateliers du LESC [En ligne], 33 | 2009, mis en ligne le 18 mars 2009, consulté le 17 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/ateliers/8203 ; DOI : 10.4000/ateliers.8203

Haut de page

Auteur

Anne-Marie Peatrik

Directeur de recherche cnrs, lesc-umr 7186, cnrs/université Paris Ouest Nanterre La Défense

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Ateliers d'anthropologie – Revue éditée par le Laboratoire d'ethnologie et de sociologie comparative  est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo LESC - Laboratoire d’Ethnologie et de Sociologie Comparative
  • Logo Maison René Ginouvès - Archéologie & Ethnologie
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals