Navigation – Plan du site

« C’est plus comme avant. » Rapport à l’espace de la mitoyenneté et au passé dans une cité ouvrière du Creusot (Saône-et-Loire) : la cité Saint-Eugène

Émilie Notteghem

Texte intégral

1Aux limites de la ville du Creusot, une borne en pierre marque l’entrée d’un espace homogène, constitué d’enfilades de petites maisons bien alignées : la cité Saint-Eugène, autrefois ensemble de logements ouvriers des usines Schneider.

  • 1 À quelques quartiers de là, la cité de La Villedieu, qui offre les mêmes types d’habitations, a ell (...)

2Le nom des rues — rue d’Annam, rue du Sénégal, rue de Tunisie (cf. ill. 1) —, leur tracé et l’architecture forment un ensemble qui ne se confond pas avec les rues alentour : les petites maisons, bien que personnalisées, donnent encore à lire leur silhouette originelle — habitations de plain-pied, appentis, jardins privatifs — si particulière des cités ouvrières du début du siècle (Sauvageot, 1980)1.

ill. 1 – L’alignement des maisons, rue de Tunisie (© E. Notteghem).

3J’avais pour objectif premier de recenser les modifications apportées par les habitants à leur maison et leur jardin, la façon dont ils se sont de toute évidence — il suffit, pour le constater, de se déplacer au milieu des petites maisons aux agencements, patines et décors différenciés — approprié cet espace normalisé, standardisé pour en faire un espace personnalisé, un espace « idéal ». Sillonner le quartier m’a permis de saisir une préoccupation qui était toujours exprimée en premier : le changement global, irrésistible, de la cité tout entière.

fig. 1 – Plan cadastral de la cité Saint-Eugène (relevé F. Pillet, 1986).

4La cité Saint-Eugène, construite en 1875, n’est aujourd’hui plus réservée aux seules familles des ouvriers des usines Schneider. À la mort des anciens locataires, il a été proposé, d’abord à leurs descendants, ensuite à tout un chacun, d’acquérir ces maisons. On y trouve donc des structures familiales et des statuts socioprofessionnels divers, mais nombreux sont encore les anciens ouvriers ou les descendants d’ouvriers des usines Schneider. Les premiers entretiens m’ont permis de distinguer différentes populations, selon deux critères couplés, l’âge et l’ancienneté de l’installation dans la cité : les « âgés anciens », les « âgés moins anciens », les « jeunes anciens », les « jeunes moins anciens ». En effet, l’âge à lui seul n’est pas pertinent : une personne de cinquante ans peut être inscrite dans la cité plus fortement qu’une autre de soixante-dix ans, si, par exemple, elle est née dans la cité alors que la seconde n’y est arrivée que dans les années soixante-dix. Les « jeunes anciens » sont effectivement des personnes nées dans la cité, qui ont repris la maison de leurs parents ; ils ont le plus souvent entre quarante et soixante ans. De ce fait, nombre de discours seront produits au nom de l’ancienneté dans la cité. Il est fréquent toutefois que l’âge rapproche les deux premières catégories (dont les membres appartiennent sensiblement à la même tranche d’âge, entre soixante et quatre-vingt-dix ans), et que les discours stigmatisent la seule catégorie des « nouveaux », essentiellement des couples âgés de trente à quarante ans. Il sera intéressant de noter comment les catégories du « nous » et du « eux » changent selon celui auquel on s’adresse.

  • 2 Je remercie toutes les personnes qui ont bien voulu se prêter à des entretiens, en m’ouvrant les po (...)

5J’ai mené mon enquête au fil des recommandations que les habitants me faisaient d’un voisin, d’une connaissance, qu’ils pensaient susceptible de me renseigner2, le système du réseau m’ayant semblé approprié à l’étude d’une cité ouvrière. Mon premier contact fut une dame âgée, qui m’a introduite auprès d’autres personnes âgées, arrivées jeunes, comme elle, dans la cité. Toutefois, c’est aussi par choix que je décidai de travailler essentiellement avec elles, car il s’est avéré qu’elles tenaient sur l’évolution de la cité un discours spontané, très riche, très construit. C’est à ce groupe que je ferai principalement allusion au cours de cet article. J’ai par ailleurs interviewé des habitants ayant emménagé plus récemment, souvent des jeunes couples attirés par la tranquillité de la cité, son atmosphère de « ville à la campagne », afin de mettre en parallèle les pratiques et les représentations respectives des deux groupes.

6Quelle est la trame des discours tenus par les habitants relativement âgés, où s’entremêlent vie familiale, souvenirs professionnels, quotidien d’hier et d’aujourd’hui… où l’on sent dès les premiers entretiens une véritable volonté de raconter quelque chose ? Que construisent les habitants de ces cités, dans le récit qu’ils font à l’ethnologue ? Quel récit est ainsi distillé, au fur et à mesure des renvois vers un autre habitant « de la cité » ?

Une cité transformée

7La première information donnée par le groupe d’âgés anciens, alors même que les entretiens n’étaient encore qu’exploratoires et donc très libres, concerne le changement de la cité, exprimé par des oppositions binaires redondantes : « avant/maintenant », « dans le temps/aujourd’hui », « autrefois/maintenant », qui, on le verra, seront couplées avec de nombreuses autres oppositions.

La fin du « voisinage »

8Immédiatement après l’affirmation d’un changement global, est décrit de manière toujours identique le changement des rapports entre voisins : « y a plus de voisinage », « le voisinage, c’est fini », « non, on ne voisine plus ». Ces expressions évoquent une forme de rapport de proximité qui a quasiment disparu, celle que le terme « voisiner » désigne localement : plus que le sens littéral de fréquenter ses voisins, il est question ici, plus précisément, de les fréquenter à leur domicile. Madame P, toute contente d’avoir un peu de compagnie, m’accueille chaleureusement et m’offre le thé. Alors qu’elle ne s’est installée que tardivement dans la cité, elle commence l’entretien par « La cité a beaucoup changé », et évoque très vite les relations entre voisins :

  • 3 Madame P mêle ici les références au début de sa vie dans la cité et à sa jeunesse dans la commune v (...)

Bon on se connaît bien, on s’entend tous bien, mais on va pas les uns chez les autres. Si, un petit peu, des fois, les voisins à côté, mais pas tout le temps. Vous savez, voisiner comme dans le temps, on le faisait beaucoup, voisiner. Malgré qu’on se parle bien, dans le temps, ça faisait pas le même genre. On se connaît comme ça, mais on va pas pour autant les uns chez les autres. Dans le temps quand j’étais jeune, la vie… ensemble avec les voisins, c’était pas la même chose3.

Ah non, ça n’a pas du tout l’aspect d’autrefois. À la cuisine, y avait toujours la cafetière qu’était sur le coin du poêle, pour accueillir. […] On ne s’est jamais chamaillé avec cette voisine, mais c’est pas pour ça qu’on va l’une chez l’autre boire le café. On se fréquente pas. On causera davantage l’été, quand on sera chacune dans notre cour. Mais on ne va pas visiter l’une chez l’autre.

9Françoise Dubost, dans son investigation des Jardins ordinaires (1997), évoque elle aussi ces rencontres qui ne se déroulent pas chez l’autre mais à l’extérieur, essentiellement dans les jardins. Les relations semblent avoir perdu la familiarité qui permettait au voisin de pénétrer l’espace du chez-soi, cet espace devenu, semble-t-il, davantage le lieu du privé, de l’intime, qui ne s’ouvre donc plus aussi facilement à l’autre.

10La question du voisinage ne se limite cependant pas à son sens strict, mais englobe toutes les relations sociales entre voisins. Ainsi, de la rue, il sera dit qu’elle n’est plus ce lieu de relations sociales intenses qu’elle a pu être « dans le temps ». Alors que les récits relatifs au passé de la cité abondent en anecdotes y relatant une vie sociale intense, jeux des enfants, rencontres des jeunes, conversations des femmes, les entretiens font état, à l’opposé, d’une absence de relations à l’heure actuelle. Effectivement, les rues des cités sont aujourd’hui très calmes, vides, presque en arrêt. Il arrive que l’on croise quelques groupes de jeunes, deux dames âgées de retour des courses qui se saluent, mais rien de comparable à ce que relatent les récits ou les photos anciennes qui montrent les habitants attroupés autour des marches, arrêtés dans la rue. Les portes et les escaliers se faisant face semblent avoir été les lieux essentiels de cette sociabilité, et les récits se cristallisent sur le thème de l’escalier. Madame G, qui était alors enfant, raconte :

Y avait aussi les femmes, qui tricotaient, qui venaient le soir. C’était un petit peu un lieu de rencontre ! Et les escaliers que vous voyez, bon y’en a plus beaucoup qu’en ont mais bon, et ben c’était un lieu de rencontre, donc on s’appuyait là. Donc on brodait, on discutait…

11Madame P a, elle aussi, des souvenirs liés à ces escaliers :

Autrefois, les escaliers donnaient sur la route, et puis les gens étaient assis sur les escaliers les soirées, et conversaient d’une maison à l’autre. […] Ils ont supprimé les escaliers qu’étaient devant les portes, et puis les gens passent par-derrière maintenant. C’était intéressant pour les conversations du soir. On se retrouvait avec les voisins comme ça, chacun sur son escalier.

12Monsieur T, chez qui l’entretien s’effectue le plus souvent à l’extérieur, m’explique, alors que nous sommes devant l’emplacement de l’ancienne porte :

Parce qu’avant tout le monde communiquait, avec la maison en face, y avait une porte… maintenant y a plus de porte, hein. On se met du côté jardin. […] Si, on se voit mais c’est pas comme dans le temps, dans le temps ils ouvraient la porte de devant, ils s’asseyaient sur l’escalier, les voisins venaient, ils discutaient. Ben toute façon dans le temps y avait pas de voiture, y avait rien, on pouvait discuter même au milieu de la route, ça risquait rien !

13Les escaliers ne sont plus là, démontés pour permettre le goudronnage des rues et le passage des voitures. L’apparition des voitures métamorphose en effet bien souvent les lieux de sociabilité intense en lieux de circulation ou de stationnement (Christiany et Dubost, 1987). On entrevoit aussi, avec ces ouvertures qui semblent désormais se faire davantage côté jardin, que la transformation du voisinage est liée à une transformation plus large, celle de la conception du privé, sur laquelle je reviendrai plus longuement. Ainsi, dans la cité, les rues sont-elles le lieu de relations occasionnelles : les personnes interrogées évoquent des relations placées sous le signe du mouvement (« on se croise, on ne s’arrête plus », madame M) et de l’anonymat (« on se dit bonjour, on sait qu’on est voisins, mais je les croiserais ailleurs que devant chez moi, je les reconnaîtrais pas », madame M). Anonymat auquel ils opposent un discours sur l’autrefois où l’on connaissait tout le monde, dans toutes les rues : « Et puis, ils se connaissaient tous les gens. Moi, maintenant, je connais plus la cité parce que ça a bien changé, mais quand j’avais, je sais pas, douze-quinze ans, je connaissais tous ceux qui habitaient la cité. Faut dire qu’à l’époque on circulait dans toutes les rues, on faisait le tour de la cité à pied, alors on connaissait tout le monde, hein », se rappelle monsieur T, natif de la cité, en évoquant ses souvenirs d’une enfance pauvre mais pleine de jeux.

14Ces propos associent bien souvent la vie dans la cité ouvrière à la vie dans les cités hlm : la délimitation géographique assez stricte, la proximité qu’elles donnent à vivre l’une et l’autre engendrent ce parallèle fréquent. Elles sont ainsi successivement associées ou distinguées, au regard du mode de relations sociales qu’elles ont pu tour à tour occasionner : les bandes de jeunes des cités ouvrières d’hier, souvent stigmatisées, comme celles des cités hlm ; pour les habitants âgés nouvellement arrivés dans la cité, d’abord l’avantage par rapport aux hlm d’aujourd’hui (la possibilité d’avoir un jardin, une cour), puis le constat de relations sociales moindres : « Tout le monde s’enferme chez soi, on ne voit personne. Je peux comparer ça à quand on était en hlm, et c’est même pire parce qu’on était quand même en relation avec les voisins », m’explique amèrement madame M.

  • 4 Cf. Dubost, 1997 ; Portet, 1975 ; Seyer, 1980.

15Côté jardin, bien qu’existantes, les relations sont limitées : « On se dit bonjour bien sûr, mais c’est plus comme avant. » Là encore, très vite, l’évocation du jardin ne se fait pas sans que l’opposition « avant/maintenant » ne vienne structurer le discours. Et c’est ainsi qu’est fait le récit d’une vie dans la cité qui n’offre plus, comme autrefois, de « convivialité ». Certes, les gens le disent eux-mêmes, quelques relations persistent, quelques échanges de légumes se font encore, comme il est très courant de le voir ailleurs entre les locataires de ce qu’il est convenu d’appeler les « jardins ouvriers »4, mais la fréquence de ces relations de jardin à jardin, de ces échanges matériels et relationnels liés au jardin a sensiblement diminué.

16Remarquons ici que lorsqu’une nuance est faite, celle-ci concerne des réseaux de relations ou des espaces très localisés : les habitants parcellisent la cité en sous-quartiers. Madame D, qui vit avec son mari vers l’extrémité de la rue de Tunisie, oppose un « là-bas dans le haut, dans le dessus » où beaucoup de nouveaux s’installent, à un « ici » où il y a « quand même une bonne convivialité, une bonne entente entre les voisins ». Madame P, au début de la rue du Sénégal, explique : « Y a un petit peu là, dans notre petit coin là, ça peut encore aller […]. Oui, là, dans le coin, on a quand même une bonne ambiance. » On me parla également de « notre quartier, là » pour désigner une rue, ou plutôt un tronçon de rue où l’interconnaissance persiste.

17Mais chaque nuance est tout de suite reprise par un « Mais enfin, on peut pas quand même faire la comparaison, c’est changé, la mentalité c’est changé » (madame P). Voisinage, convivialité sont des valeurs qui semblent perdues, et qui, regrettées, prennent une grande place dans les discours de ces anciens de la cité. La référence constante à un autre temps souligne la baisse de la sociabilité de voisinage propre à la culture populaire (Baty-Tornikian et Bedarida, 1984). L’expression utilisée de façon récurrente par ma première interlocutrice, madame P, résume très bien le sentiment général : « C’était vraiment la cité ouverte et pis maintenant c’est la cité un petit peu fermée quoi. C’est plus du tout pareil. […] Je dis autrefois c’était une cité ouverte, et maintenant c’est une cité qui se referme sur elle-même, on connaît pas les gens, on sait pas », et ce que signifiait pour ces habitants l’« ouverture » : la connaissance des autres et le savoir sur les autres. On comprend que, dans un tel cadre, l’instauration de nouvelles formes de rapports sociaux par les arrivants modifie par contrecoup cette « ouverture ».

18Des tentatives d’explication de cette évolution reviennent, régulièrement, affirmées avec certitude. Pour les uns, c’est le travail des femmes : « Bon, la dame là, c’est une bonne voisine mais ils sont pas causants. Ça travaille tous les jours, ils peuvent pas travailler et puis avoir le temps pour causer », explique madame D au sujet de ses proches voisins ; monsieur D, nostalgique, confirme cette idée : « Oh, vraiment, on discute plus comme avant. Oh c’est un changement de… maintenant, tout le monde travaille à deux, les gens sont jamais là. Tandis que, dans le temps, tout le monde se voyait. » Ces transformations sociologiques sont réelles : les plus anciens ont connu une situation où les femmes restaient à la maison tandis que les hommes travaillaient aux usines Schneider, ce qui favorisait doublement l’interconnaissance. Chez les nouveaux venus ou les plus jeunes, le panel de professions est plus large : ouvrier à Creusot-Loire, pompier, employé municipal…, et les femmes comptent effectivement parmi la population active : secrétaire, psychologue, caissière en grande surface, femme de ménage, infirmière, éducatrice…

19Beaucoup d’autres attribuent cet état de fait à l’arrivée de la télévision. Si l’absence de poste favorisait la convivialité : « On le faisait beaucoup de voisiner dans le temps. Il faut dire que les gens n’avaient ni télé ni radio ni rien. Dans le temps. Alors, il fallait bien s’occuper à quelque chose » (madame P). Sa généralisation est vécue comme un mal : « Chacun se ferme chez soi. Depuis qu’y a la télé, qui a fait du mal vraiment ; parce qu’y a un film, on va regarder un film » (madame C). Certains sont même très catégoriques, comme madame K, une « ancienne » de la cité de La Villedieu :

Avant, ici, c’était la convivialité. Si ça a changé, c’est à cause de la télé. Avant, y avait pas de télé, et bien sûr le soir après manger, on ressortait. Mais, à sept heures et demie, y a plus personne dans les rues, tout le monde est devant sa télé. Oui, moi, je crois que la cause profonde, c’est la télé, chacun s’isole chez soi.

20Cette condamnation de la télévision est d’autant plus forte qu’aux débuts de sa diffusion, alors rare, elle était au contraire créatrice de sociabilité :

Les gens, ils avaient pas de distraction, alors évidemment, le soir ils se réunissaient, on discutait sur le pas de porte, évidemment y avait pas de télé. […] Alors, dans les premiers temps qu’on est venu, on avait des voisins en face, ils vendaient des postes de télé, et donc ils avaient un poste de télé. Et quand y avait une émission comme La piste aux étoiles, ils nous appelaient, nous les gosses du quartier ; alors on partait avec nos pliants, nos chaises, on s’installait sur le trottoir d’en face, ils mettaient la télé sur la fenêtre, et on regardait comme ça (madame P).

21Mais l’explication profonde, diffuse, donnée sur un ton à la fois accusateur et résigné, est celle du changement introduit par les « nouveaux ». Évoqués dans chaque entretien, ils sont toujours identifiés comme tels et bien localisés dans le quartier : « à côté c’est nouveau », « tout ce qu’est nouveau là, dans le dessus ». Ces nouveaux, le plus souvent associés à la figure du jeune et/ou de l’étranger, sont stigmatisés définitivement comme « l’autre », cet autre qui agit en autre, avec des pratiques en rupture avec un état antérieur. On peut ici, comme B. de L’Estoile (2001) le fait à propos des passionnés d’histoire locale, reprendre le schéma d’analyse, définissant des positions relatives, proposé par N. Elias (1998) en termes de relation entre established et outsiders. Cela permettra de caractériser la façon dont le groupe principal de personnes interrogées, les « établis », inscrits de longue date dans la cité, n’a de cesse de se positionner en excluant les habitants plus nouvellement installés, les « arrivants », les « étrangers ». On verra ce qui se joue derrière cette stigmatisation.

Une nouvelle « culture » du jardin

22Le jardin est le lieu sur lequel semble se concentrer la stigmatisation des pratiques des outsiders. Au cœur du discours des habitants, mais aussi de ma propre observation, se trouve en effet la question très présente de l’évolution des jardins. Dans ces cités issues du paternalisme des patrons Schneider (Devillers et Huet, 1981), et dans l’optique d’un contrôle social des habitants via les parcelles de jardin bien délimitées et se touchant les unes les autres, la question de la mitoyenneté et de sa gestion se pose forcément. Et justement, dans ces deux temps posés comme étant les deux états de la cité, « avant » et « maintenant », que veut dire être chez soi ? Quelles ont été, tour à tour, les façons de gérer cette contiguïté des jardins et, surtout, comment les interlocuteurs la caractérisent-ils ?

23Notons ici que la notion de mitoyenneté n’est pas exprimée en tant que telle, mais comme quelque chose de vécu au quotidien, au travers d’éléments qui en sont le support : le jardin en tant qu’espace, cultivé, utilisé, mitoyen du jardin d’à côté ; ou les diverses limitations, haies, clôtures qui à la fois séparent et relient ces espaces.

  • 5 Dubost, 1997 ; Zonabend, 1980.

24Cette première appréhension du jardin est l’occasion d’entrevoir une des explications que peuvent donner les plus anciens de la fin du voisinage : la disparition progressive du potager, qui donnait lieu à d’intenses échanges de productions — tout un « art d’échanger » dont la finalité la plus évidente est de maintenir la solidarité du groupe de voisinage (Dubost, 1997) —, au bénéfice de la pelouse. On observe à la cité Saint-Eugène ce qui a été déjà largement décrit dans des travaux précédents5 : un changement dans la place accordée au potager, et l’élargissement des frontières de la vie familiale au jardin lié à l’adoption de la pelouse. Je ne développerai donc pas cet aspect ici, préférant m’attacher à la question de la transformation du voisinage à travers la forme des clôtures. Cependant, il faut retenir que les nouveaux venus, stigmatisés pour avoir introduit cette fonction du jardin qui ne permet plus les échanges de produits du potager et modifie sensiblement la sociabilité, ne sont pourtant pas les seuls à adopter la pelouse. Il est rare que le jardin des anciens soit demeuré tout entier consacré au potager ; il est le plus souvent devenu un espace mixte, qui voit même le potager réduit à quelques rangées de légumes et de fleurs. Pourtant, ces anciens continuent d’associer strictement la pelouse aux jeunes, de regretter les jardins « d’avant », les discussions qui s’y engageaient, la convivialité de ces échanges de légumes et de plants, et justifient le recul du potager chez eux par la vieillesse, la maladie, la mort du conjoint… Ce discours montre leur volonté de rester en continuité, en phase avec le modèle de cité qu’ils revendiquent — on verra par quels moyens.

25Pour expliquer la perte de la sociabilité, mes interlocuteurs vont essentiellement évoquer la généralisation des clôtures opaques entre les parcelles. Dans les discours (cette fois tant ceux des âgés, anciens et moins anciens, que des jeunes anciens), on reproche aux jeunes nouveaux d’avoir introduit haies et clôtures, qui sont autant d’obstacles aux relations sociales d’autrefois, discours qui traduisent à nouveau l’opposition « avant/maintenant », associée à l’opposition « nous/eux ». Ces derniers semblent avoir provoqué un changement significatif en remplaçant la haie « de dans le temps », « la bouchure », basse, éparse et franchissable, par « la haie de thuyas », haute et opaque.

Maintenant ça ressemble à une cité fermée. Parce que tout un chacun crée sa haie de troènes, de thuyas, tout ça, pour s’entourer. C’est plus du tout la cité qu’on a connue autrefois. Y en a, au bout de la rue, on sait pas qui c’est, rien du tout, ils sont très très haut les troènes, partout partout. Ils sont bien isolés, je sais pas qui c’est, moi. Alors qu’avant, dans la cité, tout le monde se connaissait, se plaint madame P dès le début de l’entretien.

26La haie d’autrefois était une simple limite et non un obstacle physique. Elle était basse : « C’est pas comme dans le temps quand y avait le père J à côté, là, on avait beaucoup de relations. Par-dessus la haie on se parlait, ou on s’échangeait quelques légumes », se rappelle monsieur M, qui, même fatigué, continue de cultiver des légumes sur toute sa parcelle. Et l’on pouvait la franchir : « Cette cité, tout le monde se connaissait, alors les femmes, bon ben, elles traversaient les haies, y avait des trous dans les haies, elles allaient chez la voisine et puis… C’était pas du tout la vie actuelle » (madame D).

27En parcourant la cité Saint-Eugène, comme celle de La Villedieu, on remarque la multiplicité des formes de limites entre les parcelles : végétales d’abord, laurier-cerise, thuya, troène, ou un mélange de lierre, mahonia, aubépine épineuse, aubépine commune, ronce ; non végétales ensuite, barrière en bois, grillage, sur muret plus ou moins haut, associé ou non à un tissu opaque ; association des deux parfois… On distinguera ici, par souci de simplification, les clôtures suivantes : thuyas (ou équivalents) seuls, thuyas avec grillage, mélange épineux seul, grillage seul, et enfin, plus rarement, rien. Dans certains cas, un tissu opaque ou une palissade viennent s’ajouter à l’association thuyas-grillage.

28Malgré cette diversité, la haie de thuyas (Thuya occidentalis) est effectivement très présente (cf. ill. 3), et a sensiblement modifié le « paysage » originel instauré par les constructeurs des cités, cette haie basse et clairsemée (cf. ill. 2) qui permettait le contrôle social et familial tout en délimitant les parcelles louées.

ill. 2 – La haie d’« origine » : basse et éparse (© E. Notteghem).

ill. 3 – La haie de thuyas : haute et dense (© E. Notteghem).

29Le changement de fonction de la haie, signe d’une modification de la perception du seuil, est-il spécifique aux jeunes, comme le laissent penser les propos des habitants interviewés ? Ces changements de nature, de taille, et par conséquent de fonction des haies sont-ils seulement le fait de ce groupe ? Il apparaît, en effet, que le recours quasi systématique à la haie de thuyas, souvent associée à un grillage ou une clôture, traduise une commune recherche d’intimité, très répandue chez les nouveaux arrivants.

30Madame B, la quarantaine, caissière dans une grande surface, qui vit à la cité de La Villedieu avec son époux et sa fille, lycéenne, s’explique longuement :

Oui, on a mis des thuyas, pour être tranquille… des voisins ! Ma foi, j’aime pas trop voisiner alors… Puis là, au fond, le petit espace on va le cacher, parce que les nouveaux voisins ils sont vraiment trop entreprenants, ils veulent toujours faire causette, et moi j’aime pas trop. Avant j’habitais en hlm, alors là j’ai dit « Je veux être chez moi, tranquille. » Disons que les grands-pères ils aiment bien la causette, ils disent qu’on veut se cacher, c’est pas ça, mais nous les jeunes, c’est pas du tout la même… Et puis les terrains sont quand même rapprochés hein, alors si on veut un peu d’intimité. Je travaille, je vois du monde toute la journée, alors quand je rentre chez moi, j’ai envie qu’on me laisse tranquille. On a une petite maison, c’est pour être tranquille.

Le vis-à-vis n’est supportable que si l’Autre est parent : en effet, le seul côté dépourvu de haie est celui qu’elle partage avec ses parents qui possèdent la maison voisine. Monsieur C, à La Villedieu lui aussi, exprime également ce rejet de la proximité : « Les terrains sont petits ici. Là c’est pour ça qu’on a acheté celle-là, parce qu’elle avait un côté sur rue et donc un vis-à-vis en moins. Mais elle aurait été comme là-bas, entre deux maisons, non, c’est trop en vis-à-vis. »

31Madame C, psychologue, venue s’installer à la cité Saint-Eugène pour être proche de l’école et du futur collège de ses trois enfants, évoque la vue sur les autres parcelles qui la dérange et que l’installation d’une haie, toute récente, viendra pallier :

Bon, au niveau de la vue, c’est pas génial quoi, alors bon en ayant quand même les cyprès, les arbres, ça peut améliorer parce que c’est vrai que voir de l’autre côté les jardins, les vieilles baraques, pff… Oui, c’est vraiment au niveau de la vue quoi, ça me gêne ces petites baraques avec les toits ondulés !

32Cette conception différente de la mitoyenneté crée parfois des tensions entre voisins de générations différentes : ainsi, le couple C, à son arrivée, a abattu une « bouchure », petite haie ancienne, mitoyenne des M, qui aujourd’hui ne supportent pas ce grillage installé avant que les thuyas ne grandissent. De la même façon, monsieur G, vingt-cinq ans, qui agrandit lui-même sa maison, décrit les aménagements prévus : parmi eux, il envisage de remplacer la « bouchure » qui le sépare de madame M par un mur doublé de thuyas, alors que madame M est très attachée à sa petite haie. On imagine bien les conséquences que cette nouvelle forme physique de mitoyenneté peut avoir sur les rapports de mitoyenneté. Rapports qui sont regrettés par les anciens, mais que les nouveaux veulent, eux, explicitement éviter. Car la limite, qui n’est plus seulement symbolique mais bien concrète, haute et opaque, va permettre à de nouvelles fonctionnalités (jeux d’enfants, piscine, repas de famille ou d’amis, farniente) de se développer dans l’intimité.

33Même constat pour un autre élément de la mitoyenneté, les puits, autrefois utilitaires et véritables lieux de rencontre, vécus comme « un passage entre les voisins » (monsieur R) : « Quand on venait chercher un seau d’eau, y a le voisin qui venait, il discutait là-bas vers le puits » (monsieur T), « Je vous dis, les femmes, ça taillait une bonne bavette vers les puits ! » (madame D). Ils sont actuellement inutilisés, ou utilisés à distance, par le biais de pompes, alors qu’ils sont eux-mêmes enfouis dans les haies. Madame L explique : « Oh non, on ne tire pas d’eau, au début, oui. Nous, on a une pompe ; il y a trois pompes dedans, la nôtre, madame P, et madame B. Donc, on ne va pas au puits. Mais on entend quand quelqu’un se sert de sa pompe, on se dit “Tiens!” » (cf. ill. 4). On entrevoit ici que l’écran qui clôture l’espace intermédiaire entre les jardins va modifier le sens utilisé dans la perception de son voisinage : non plus la vue, mais bien l’ouïe. Madame P continue :

Oh, on se parle des fois quand même, on se dit bonjour, on s’entend si on est dans le jardin, quand on est en train de gratter. Oui, parce que si on va dans le jardin, on s’entend, on entend que l’autre est là. Dans le temps, ils devaient se voir beaucoup plus, au travers des jardins.

ill. 4 – Autrefois lieu de rencontre, le puits, derrière les haies (© E. Notteghem).

34Madame K de La Villedieu insiste sur cette situation et son absurdité :

Les C, je les connais parce que, lui, je l’ai connu bébé, ses parents habitaient là, il a racheté la maison et il l’a arrangée. Mais bon, ils ont installé tout autour une haie de thuyas et même un panneau vert là, alors je les entends mais je les vois pas. […] La convivialité a bien changé. Oui, c’est sûr, c’est les haies qui sont plus hautes ; avant, on en avait, mais de petites haies. Avant, on avait des jardins en face, à côté, on se voyait quand on retournait la terre, un bonjour tout ça. Là, on entend, à la limite, mais on ne voit pas. Je vous dis, c’est au point que quand je veux dire un truc aux C, je les appelle par téléphone! Chacun veut avoir un chez-soi, qui soit bien fermé (cf. ill. 5).

ill. 5 – Chez les C, « un chez-soi bien fermé » (© E. Notteghem).

35Et la pelouse qui s’étend dans ces jardins clos apporte de nouvelles sonorités. Pendant ma visite chez les L, le bruit d’une tondeuse fait s’exclamer monsieur L : « Tiens ! Oh ben, c’est qu’ils sont rentrés de vacances, l’herbe a dû pousser haut. Oh ben, ça c’est les pelouses maintenant, un bruit qu’on entendait moins avant… »

  • 6 Cf. Prost, 1985.

36Ces nouvelles façons de faire son jardin, cette nouvelle « culture » du jardin sont les signes, les marqueurs du passage — caractéristique du monde industrialisé — d’une sociabilité intense proche du communautarisme à une attitude fortement individualiste. Les cités et leurs jardins sont les témoins de la lente généralisation au xxe siècle d’une organisation de l’existence où s’opposent deux domaines désormais bien distincts : le public et le privé6.

  • 7 Cf. Dubost, 1976.
  • 8 Bien que F. Dubost (1997) et F. Zonabend (1980) aient décrit, ce qui se retrouve à la cité Saint-Eu (...)

37Ces jardins dont le fonctionnement évoquait au début celui des « jardins ouvriers » sont assimilables aujourd’hui aux jardins qui leur sont fréquemment opposés, les jardins pavillonnaires7. L’espace d’abord relativement ouvert, où la pratique du jardin est communautaire, cherche aujourd’hui à s’abriter du regard, et la clôture opaque vient protéger cette intimité. La généralisation des portes côté jardin au lieu de la traditionnelle ouverture sur la rue, espace public, en est une des expressions symboliques. Les cités sont le théâtre privilégié du passage d’un mode de mitoyenneté ponctué de rapports sociaux multiples, à un autre qui correspond plutôt à un déni de la relation, et les jardins, du fait de la modification de leurs limites et de leurs fonctions, en sont l’expression la plus évidente. D’un lieu associé à la production maraîchère et au labeur8, on est passé à un lieu de vie. Le jardin, espace quasi public au départ — le privé étant alors davantage confiné à l’espace de la maison —, s’est transformé en un espace privé. Le seuil du privé a migré de la porte de la maison à la porte du jardin. F. Zonabend (1980) a pu observer à Minot un déplacement similaire : de la porte de la salle autrefois, il s’est étendu jusqu’à la porte de la cour, qui matérialise la transition avec l’extérieur, l’espace public, comme pour permettre une meilleure protection de sa maison, de son chez-soi.

  • 9 D’après les travaux de A. Berque, Vivre l’espace au Japon, cité par Paul-Lévy et Segaud, 1983.

38De façon également très proche de la conception des limites de la maison japonaise9, à la cité Saint-Eugène, l’espace du privé semble ne plus être seulement la maison, mais bien un ensemble maison-jardin dans lequel la limite du jardin serait plus importante, plus décisive, que celle de la maison. La fermeture s’y fait en deux étapes, l’une faible de la maison sur le jardin, l’autre moyenne ou forte du jardin sur le voisinage. Dans ce cadre, l’opacité de la clôture est ce qui permet d’étendre au jardin la notion de domicile, d’espace privé.

39Mais s’il est vrai qu’aux jeunes nouveaux correspond en général la haie haute de thuyas, il convient de nuancer cette association dans la mesure où ceux qui critiquent le changement ont eux-mêmes introduit des transformations notables s’éloignant sensiblement de la petite haie des cités ouvrières du début du siècle. Bien que tendance observable, ce remplacement des haies basses par les haies de thuyas n’est en effet pas strictement le fait des nouveaux venus, il convient de nuancer cette stricte association.

40Bien entendu, même s’ils regrettent les formes de sociabilité passées, tous ne critiquent pas cette mode des thuyas. Et si madame M déplore que la « bouchure » ait été enlevée par ses jeunes voisins, c’est parce qu’ils l’ont remplacée par du grillage ; elle n’est pas opposée aux thuyas puisqu’elle en a au bas de son jardin. Pour le couple M, la haie, de quelque espèce qu’elle soit, représente « la verdure », par opposition aux murs, aux grillages, qui leur donnent « l’impression d’être en cage ».

ill. 6 – Des formes de clôture variées (© E. Notteghem).

41Mais, de manière générale, les discours, assez contradictoires, continuent d’associer strictement haie ancienne et convivialité. Le discours de monsieur T est typique à cet égard :

J’ai des thuyas vers moi. Oui c’est moi qui les ai installés. La semaine dernière je les ai coupés, qu’on voie un peu les toits des maisons quand même ! […] Non dans le temps c’était des haies en, en… on appelait ça une bouchure dans le temps. Oh c’était plus ou moins délimité, hein ! Oh c’est plus joli comme ça, mais dans le temps… Parce qu’y avait du travail, hein, pour tailler les haies ! Mais dans le temps, les voisins on se voyait mieux. Maintenant, tout le monde se calfeutre avec des thuyas, des grillages, des murs, des… (rire). Parce que dans le temps y avait rien de ça ! D’abord, ils pouvaient pas, financièrement, pis ils avaient pas le droit de les modifier. Tout le monde se calfeutre. Oui, parce que dans le temps on bêchait, le voisin était à côté, on discutait, l’autre en face aussi. Tandis que maintenant. Si ! là on se voit bien parce que j’ai laissé quand même une entrée pour qu’on se voie un peu, parce que… […] Là, dans le bas, la parcelle que j’ai rachetée, j’ai mis du grillage, et là une palissade. La haie d’origine, avec des ronces, c’est difficile à entretenir, et puis surtout comme j’avais un chien, il passait à travers, il allait chez le voisin !

Remarquons tout de même que monsieur T a réservé un petit espace au milieu de sa haie pour permettre la discussion et l’échange de produits du jardin avec son voisin du fond.

ill. 7 – Un espace réservé pour le voisinage (© E. Notteghem).

42Il n’est pas le seul à passer d’un argument à l’autre. Madame G, qui a elle-même des thuyas, s’exclame : « Oh c’est plus comme avant. Maintenant, c’est la vie moderne, restons cachés, vivons heureux. » De la même façon, madame C :

Mon mari voulait mettre des sapins, alors il a mis. […] Les jeunes, ils aiment bien être cachés chez eux tandis que nous, non. Sitôt qu’ils sont dans une maison, ils mettent tout de suite des grands sapins. Peut-être qu’ils s’accordent pas avec les voisins… Mais nous, c’est pas pour ça, non. On les a mis comme ça. Aussi pour que nos petits-enfants ne tombent pas de l’autre côté dans le bas, vu que le terrain est en pente. Mais c’est pas par méchanceté qu’on les a mis, non non ; on les a mis pour être comme ça, et puis c’est tout.

43Monsieur L, qui regrette la convivialité, m’explique : « Oh non, on n’a pas de relations, il y a des haies ! » Quelques instants plus tard, il raconte pourtant avoir mis des thuyas à son arrivée. Comme je m’étonne alors de cette contradiction, il se justifie : « C’est vrai qu’on les a laissés aller un peu haut maintenant. Et puis on a mis ça à un moment où tout le monde en mettait, c’était la mode, c’était considéré comme plus joli les thuyas. Et puis on est plus chez soi. »

44Le décalage évident dans les propos est toujours justifié, parfois à ma demande, mais le plus souvent spontanément, et de façon beaucoup moins limpide qu’au sujet de la pelouse. Le rapport à la clôture semble être complexe et changeant, le discours à son égard est par conséquent moins unilatéral. Il est intéressant de noter ici que la variation peut même concerner un seul et même jardin, qui présente alors des côtés différents les uns des autres. Ainsi, madame M, veuve qui vit seule dans une maison ouvrière agrandie, a conservé sur un côté de son jardin une « bouchure » ancienne, qu’elle a trouvée à son arrivée et qu’elle ne souhaite pas enlever ; au fond, elle a fait construire un muret surmonté d’un grillage, dont elle a partagé les frais avec son voisin après le décès de son mari ; elle n’a rien mis sur le troisième côté, ne jugeant pas sa voisine trop envahissante.

45Cette variété des jardins et de leurs limites est révélatrice de leur inscription dans un vécu, dans des rapports de voisinage changeants et variés, dans un parcours de vie. Faire parler les gens de leur jardin équivaut finalement à recueillir leur biographie avec les étapes qui la fondent.

46On comprend bien ici, loin du discours strictement dichotomique des personnes interviewées, que la transformation des limites entre jardins est subtile et progressive, et que cette tendance à clôturer son chez-soi n’est pas seulement le fait des nouveaux, des jeunes, mais est le fait de tous dans la cité.

ill. 8 – Un récit biographique : la variété des frontières sur une même parcelle (© E. Notteghem).

  • 10 Typologie qui n’est aucunement en contradiction avec celle que nous avons esquissée plus haut, dest (...)

47J. Christiany et F. Dubost (1987) ont montré, dans des cités-jardins qu’ils ont étudiées, que les transitions entre privé et public, extérieur et intérieur, ouvert et fermé n’étaient pas brutales, mais qu’elles avaient été prévues par les architectes sous la forme d’espaces communs, mi-publics mi-privés. À la cité Saint-Eugène, rien de tel n’a été programmé par les concepteurs, mais les habitants avaient spontanément créé ces espaces communs à une petite aire de voisinage d’une autre façon : autour des escaliers, des pas de porte, près des haies. Aujourd’hui, ces espaces connaissent une transition, y compris chez ceux qui revendiquent le modèle d’avant, entre la haie « publique », mitoyenne et franchissable (physiquement et par la vue), et la haie privée, qui fait obstacle aux regards et aux relations de voisinage. On peut ainsi, sur la base de la typologie des clôtures élaborée par J. Christiany et F. Dubost10 — mise à distance symbolique, basse et continue, haute et transparente, haute et opaque —, repérer des variations dans les types de clôtures et leurs propriétés respectives. La clôture fonctionnera comme un écran plus ou moins dense, la tendance dans les cités ouvrières du Creusot étant la généralisation de la forme la plus opaque, destinée à réduire la visibilité. Car « qu’est-ce que le privé alors, sinon ce qui échappe au regard d’autrui, ce qui se protège ou se cache de ce regard ? » (Semprini, 1993 : 146). La haie tend à ne plus seulement délimiter la propriété, mais bien à constituer un écran visant à préserver l’intimité des habitants.

  • 11 Limite et seuil constituent les thématiques essentielles de nombreuses études sur la relation d’un (...)

48Mais, malgré cette transition dont ils sont eux-mêmes les acteurs, pour mon groupe principal d’interlocuteurs, cette « limite »11, plus que le contenu du jardin qu’elle signale, cristallise le changement parce que c’est en ce « seuil » que se jouait le rapport à l’autre, le voisin. La haie signifiait la propriété, mais de nombreuses relations sociales s’y déroulaient : elle était à la fois signe du chez-soi et lieu quasi public. Aujourd’hui, dans le cadre global de relations moins intimes, moins familières, elle symbolise au contraire ce qui sépare ; le rapport à l’autre est décrit comme un non-rapport et l’autre est perçu non plus comme un familier mais comme un anonyme.

49Bien que les rapports de mitoyenneté et les matérialisations tangibles de cette mitoyenneté aient effectivement changé, il apparaît que ces discours révèlent une perception particulière du changement. Cette insistance à opposer deux modèles de cité, la leur, l’ancienne, à celle des nouveaux va de pair avec un désir fort de continuité. Comment s’expriment ce rapport et ce qui s’y élabore ?

Le goût du passé

50Le discours des anciens sur la cité, on l’a vu, ne cesse d’insister sur un passé révolu, alors même que les sujets abordés ont trait tant à la gestion du chez-soi qu’à la relation avec l’autre.

51Cependant, apparaît plus explicitement, au fil des conversations, l’expression de cette continuité, dans la formulation d’un rapport fort au passé des cités. Il faut alors s’interroger sur la façon dont se construit ce rapport, dans les discours et les pratiques, et surtout sur le sens de cette insistance. À travers ces discours destinés à l’ethnologue, que cherchent à construire les habitants des deux cités ?

Raconter le passé

52Le passé se raconte, avec plus ou moins d’intensité, avec plus ou moins de maestria, mais toujours présent dans les discours. Ce faisant, la personne donne à voir comment son passé biographique s’inscrit dans ce passé historique.

53Chez certains, ce récit va venir comme une introduction à l’entretien : madame P, ma première interlocutrice, une vieille dame qui pratique la généalogie et dont le mari, aujourd’hui malade, faisait des recherches sur l’histoire locale, me reçoit avec des notes griffonnées sur un petit papier. Elle les relit avant de commencer :

Je vais vous dire, et puis après… d’abord pourquoi ces cités ont été créées, hein, au Creusot. Je pense que les patrons Schneider voulaient un peu dissuader les hommes d’aller au bistrot, de faire des réunions un peu clandestines, alors ils ont voulu donner à chaque famille une maison et un jardin, pour que l’homme puisse s’occuper au jardin. C’était le principe du départ, je pense.

54S’entremêlent alors informations historiques, souvenirs, anecdotes, et discours sur le changement. Il est remarquable ici qu’elle ait choisi de raconter les anecdotes les plus datées : la livraison du charbon par l’usine, un seul bec de gaz au coin de la rue pour toute lumière, les caisses à cendre ramassées à l’aide d’un cheval, les cantonnements insalubres destinés aux immigrés… De la même façon, madame G, plus jeune mais résidant dans la cité depuis toujours, commence par un récit historique :

Alors, je suis née à la cité. Dans le temps, c’étaient des maisons qu’étaient attribuées aux ouvriers de Creusot-Loire, et malgré tout c’était quelque chose de beau à l’époque, y a plus de cent, elles ont cent vingt ans ces maisons. […] Et puis, pour les gens de Creusot-Loire, y avait aussi des pharmacies, des écoles, des églises, parce que c’était quand même un empire, les Schneider.

  • 12 Commune voisine du Creusot, toute proche de la cité Saint-Eugène, où madame P est née et a vécu lon (...)

55On est là en présence de deux démarches similaires dans la forme mais distinctes dans le fond : pour madame P, arrivée « seulement » en 1957, il s’agit de légitimer sa place dans la cité par la connaissance qu’elle en a, tandis que madame G justifie sa connaissance par sa naissance et insiste sur son inscription locale. Il faut ici noter que les « jeunes ou âgés anciens » vont régulièrement rappeler la place singulière que leur confère leur ancienneté par rapport à ceux qui sont venus s’établir plus tard dans la cité, âgés ou moins âgés. Par exemple, alors même que madame P vient de me raconter ses souvenirs, de me parler d’une cité qui change, madame G, sa proche voisine, venue se joindre à la discussion, précise : « Oui, mais madame P, elle peut raconter Le Breuil12, elle, c’est différent. » C’est ainsi que, occasionnellement, le contenu respectif des groupes d’established et d’outsiders va se modifier : de manière générale, seul le groupe des jeunes nouveaux est stigmatisé, mais, dans le cas présent, sont concernés également les âgés relativement nouveaux.

56Chez d’autres, l’information sur le passé de la cité vient se fondre, plus discrètement, au milieu de la conversation, par exemple pour opposer « avant » à « maintenant » : à l’évocation des relations de voisinage qui ont changé répond l’insistance sur l’architecture des maisons ouvrières qui permettait davantage les contacts, ou celle sur l’utilisation des puits.

57Dans tous ces cas cependant, le discours s’organise comme une narration historicisée, c’est-à-dire un récit qui fait appel à la mémoire, aux souvenirs, qui utilise le ton et les modes verbaux du récit au passé, et qui se donne comme l’histoire du Creusot des Schneider.

  • 13 Expression inspirée du titre d’un recueil d’ethnographie des engouements contemporains, Passions or (...)

58Cette référence faite à l’histoire de la cité — la famille Schneider, les dates, les buts de la création des cités, les conditions de vie des ouvriers — est bien souvent motivée par la lecture d’un document. Dans bien des salons qui furent, avant le passage au jardin, le lieu de ces récits, je notai, en bonne place, un ouvrage sur les Schneider, sur Le Creusot… Certains mêmes y font explicitement référence, comme madame P : « Ça, c’est des constructions qui ont été faites… c’était pour les ouvriers, ça. Vous avez lu les livres sur Le Creusot, hein ? C’est bien, moi j’avais lu aussi, c’est bien là l’histoire du Creusot, comme ça s’est monté et tout quoi. » À la cité de La Villedieu, madame K, à un moment donné, utilise même un de ces ouvrages pour retrouver la date de fondation de la cité. Le livre est perçu et présenté comme une référence qui vient soutenir et légitimer le propos, lui donner valeur de preuve, de scientificité presque. Autre type de document, celui produit par l’habitant lui-même : monsieur T, dont on va voir qu’il porte un très grand intérêt au passé de la cité, me donne à lire une étude chronologique sur l’histoire des usines Schneider et de la création des cités, qu’il a effectuée pendant les dernières années de son travail à l’usine. De présentation modeste, manuscrite, cette « Étude démographique sur Le Creusot. Tableau chronologique » (fig. 2), qui commence en 1793 avec Le Creusot érigé en commune, est très détaillée et témoigne de la somme de travail entrepris par ce « passionné ordinaire »13.

fig. 2 – Extrait de l’étude de monsieur T.

59On peut ici, avec Benoît de L’Estoile (2001) qui a analysé le « goût du passé » à travers des groupes d’érudition locale, insister sur le lien très fort existant entre intérêt pour l’histoire d’un territoire et attachement à ce même territoire. Les personnes interviewées, rarement des érudits locaux (mis à part monsieur T), sont cependant très attachées à l’histoire du lieu où elles vivent et ne semblent pas pouvoir construire leur récit sans y faire référence. L’appropriation du lieu habité se fait par l’appropriation de son passé. Pour monsieur et madame M par exemple, qui continuent de consacrer toute leur parcelle au potager et ont peu modifié l’architecture de leur maison, la visite de la maison, modeste, puis du jardin est l’occasion de faire référence tour à tour aux éléments « d’origine » et à la continuité avec cette origine : « C’est une des rares maisons qu’est restée vraiment comme elle était […], là c’est les carreaux d’origine […], ça c’est les chambres qui étaient d’origine […], ils sont d’origine les arbres […], alors tout ça, c’est vraiment le bâtiment d’origine, il est tel qu’il a été construit. » Monsieur T, lui aussi, n’a de cesse d’utiliser cette expression pour désigner maints éléments de sa propriété, d’autant plus, on le verra, qu’il porte une attention toute particulière à conserver ce passé.

60La référence au passé est également requise pour désigner des habitants de la cité. Ma demande systématique de recommandation à un autre habitant, au-delà de me permettre de nouvelles rencontres, vise à saisir quels sont leurs référents : « ceux qui savent » sont « de la cité », ceux qui y sont nés. Madame G me conseille ainsi de rencontrer quelques voisins, des « vieux de la cité » : « Ça c’est des gens qui peuvent parler, qui savent ce qu’ils disent. […] Parce qu’il vaut mieux prendre des gens qu’ont vécu dans la cité. […] Faut prendre des gens qui sont ancrés, qu’ont été ancrés dans la cité. Qu’ont ouvert les maisons quasiment. » Ces personnages sont désignés comme étant « d’origine », au même titre qu’un puits ou qu’un carrelage : « Voyez la maison qu’on voit entre les deux maisons, là cette dame c’est pareil elle est d’origine, ses parents étaient dedans, et pis elle a racheté », m’informe monsieur T, et encore : « Ah ! mais j’y pense aussi, y a la fille L [devenue madame G, qu’on vient d’entendre] qu’est d’origine aussi, elle est dans la maison de ses parents. » Notons ici qu’il utilise le nom de jeune fille de madame G, puisque, évidemment, ce nom l’attache davantage à la cité, où ont habité ses parents dont elle a aujourd’hui repris la maison. Remarquons aussi que les habitants qui ne sont pas nés à la cité tendent eux-mêmes à minimiser leur point de vue en se référant à un natif : madame P, pourtant inscrite de longue date dans la cité, précise : « Je crois que monsieur R serait très valable hein, il est originaire de la cité, il a connu plus ancien que moi. » L’emploi des expressions « être natif », « être d’origine » révèle l’importance donnée à la naissance, et la légitimité qui en découle.

61La naissance, la filiation, l’intermariage, sont autant d’éléments qui viennent justifier et légitimer cet ancrage dans la cité que revendiquent mes interlocuteurs. Il est en effet très fréquent qu’ils disent avoir « hérité » de la maison de leurs parents, insistant sur la relation de filiation avec les précédents occupants, sur les liens qui les unissent de ce fait à leur maison, un lien de parenté en même temps qu’un lien au passé. La cité a également connu une forte proportion d’intermariages, la proximité et la familiarité favorisant la rencontre du futur conjoint dans le voisinage. À cette sorte d’endogamie de quartier s’ajoute une volonté des ménages de rester, sinon de revenir vivre dans la cité, ce qui construit d’importants réseaux de parenté dans le quartier même.

62Cette tendance très forte à souligner les choses « d’origine », représentatives de la cité des débuts, s’apparente à une autofolklorisation. Elle est sans aucun doute due à la situation particulière que constitue l’enquête et qui conduit les personnes interrogées à produire des discours explicitement pour l’ethnologue, l’enquête leur permettant de formuler et de revendiquer leur lien personnel avec le passé local.

63Le récit de l’histoire de la cité fonctionne comme un mythe de fondation, voire un mythe d’origine. En effet, il y est constamment fait référence comme le point de départ du récit global, qui va justifier le présent ; il est comme une assise de la cité actuelle, il est l’origine qui permet de penser et de verbaliser le présent.

Le récit historique tend à fonctionner comme un mythe, non pas au sens où il relèverait de l’ordre de l’imaginaire, mais dans la mesure où si une histoire est racontée, c’est que la mobilisation du passé a un sens pour le présent : le récit historique peut donc être analysé dans ce qu’il dit sur la position d’une personne ou d’un groupe dans un espace social (L’Estoile, 2001 : 124).

Conserver le passé

64Ces éléments d’origine, évoqués avec insistance dans les discours, sont également l’objet de pratiques spécifiques qui mettent l’accent elles aussi sur un attachement très marqué. Un grand nombre d’éléments sont en effet conservés comme tels, dans les maisons, dans les jardins, et mis en valeur par des procédés de conservation en l’état, de décoration… Ainsi des carreaux, de la façade, du puits, des haies…

65Madame M, arrivée à l’âge de cinq ans dans la cité, partie après son mariage dans un autre quartier du Creusot, puis revenue dans une rue voisine de celle de son enfance, me parle de son puits : « Oh ! moi, j’aime bien mon puits. […] Je m’en sers pas, mais… Moi, j’aime bien garder ce qui était là. C’est le quartier qui est comme ça, c’est le quartier quoi. » Au centre de son jardin, bien dégagé, ce puits trône comme le symbole de cette cité remplie de souvenirs d’enfance, plus, il la définit : ce puits, « c’est » le quartier, c’est son identité (cf. ill. 9).

ill. 9 – Le puits, « identité de la cité » (© E. Notteghem).

66Monsieur T, quelques rues plus loin, conserve systématiquement tous les éléments du passé, qu’il associe avec l’identité du quartier. Garage en bois, puits, carrelages, marches, arbres, voire certaines pratiques comme le potager ou l’élevage de lapins, à chaque fois « d’origine », évocateurs de souvenirs, sont ainsi gardés pour incarner le passé : « J’ai deux, trois lapins là-bas, dans le fond. Oh ! ben oui, j’ai gardé la tradition de mes parents (rire). Avant tout le monde en avait. » Les marches qu’il conserve dans le jardin derrière la maison, certes détournées de leur fonction première puisqu’elles sont maintenant des éléments du décor (des pots de fleurs y sont posés), mais dont il prend soin de rappeler l’ancienneté, « les deux pierres là sont d’origine de la maison devant », évoquent à monsieur T le temps où elles étaient escaliers, investis par les femmes discutant d’une maison à l’autre. Symbole de ce temps du voisinage dont on a vu combien les anciens le regrettent, ces marches visent à illustrer et affirmer la continuité avec cette époque (cf. ill. 10).

ill. 10 – Les marches, symbole de la sociabilité perdue (© E. Notteghem).

67Il est intéressant de noter également la volonté de certains des habitants plus récemment installés de s’approprier ces symboles pour tenter de s’intégrer aux « établis » (Elias, 1998), et ce d’autant plus lorsqu’ils habitent une maison reconstruite après les bombardements, le manque d’« authenticité » se faisant alors plus évident. Madame P et son mari, lorsqu’ils s’installent en 1957 dans la maison qu’ils viennent de construire à la place d’une « petite maison du début » détruite durant la guerre, appliquent véritablement les normes qui ont cours dans la cité : « Alors mon mari avait fait un tas de dépendances, y a un bûcher, y avait son atelier, on avait des poules au début comme les autres, des poules, des lapins. […] Toutes les maisons de la cité, quand on est arrivé, avaient un cerisier, alors nous on a fait comme les autres, on a planté un cerisier. »

68Tous ces éléments « d’origine », porteurs de l’identité de la cité, sont appréhendés dans ce qu’ils représentent d’authentique. La quête d’authenticité, consécutive à l’expérience d’un manque, ici celui d’une époque ancienne regrettée, se traduit par un retour à des valeurs du passé supposées sûres et par la volonté de rompre avec un imaginaire particulier de la modernité, ici ce qu’elle représente, en la personne des « nouveaux », de rupture, de désocialisation. L’objet authentique, légitimé par le support de la tradition, va alors affirmer une résistance au changement (Rosselin, 1996). Faire de ces objets des « authentiques », par le vocabulaire employé, par les pratiques de conservation, de mise en valeur, c’est « [contribuer] à détrôner le temps, mieux : le stopper » (ibid. : 238-239).

69Il est cependant des moments où la contradiction se fait sentir : ici la pelouse a pris le pas sur le potager, là une haie de thuyas forme un véritable mur, là encore on ne reconnaît plus l’architecture d’origine tant la maison a été agrandie… Mais chaque fois, le décalage entre les discours et les modifications effectives est justifié par la nécessité. D’abord, l’insalubrité des maisons et le nombre des enfants nécessitèrent souvent de faire d’importants travaux et donc de modifier la silhouette de la maison : monsieur T semble à ce propos presque s’excuser de ne pas avoir gardé sa maison totalement « d’origine ». Ensuite, on l’a vu, la vieillesse, la maladie ou la mort du conjoint servent à expliquer que le potager ne couvre plus la parcelle entière mais seulement un petit carré, et s’est vu remplacé par cette pelouse tant décriée. Et le lopin encore cultivé a alors valeur de relique, il est ce reste du passé, comme une résistance à la modernité et à la nouveauté.

70Cette tendance à la conservation, poussée à l’extrême, conduit à refaire de l’ancien, de l’authentique. Pour exemple, chez monsieur et madame D — dont le jardin, presque abandonné depuis la maladie du mari, garde des traces de constructions de type « art brut » —, le puits, dont on a vu qu’il était un symbole fort de l’« identité » du quartier, après avoir été supprimé lors de l’agrandissement de la maison, a été reconstitué plus loin dans le jardin :

Oh ! ben, c’est un faux, hein. Il était là, mais on était obligé de l’enlever parce que le coin du bâtiment gênait. […] Mais avant, tout le monde avait son puits ou presque, quoique des fois y en avait un au milieu de la haie, qui faisait pour deux. Oh ! pis, dans le temps, ça bavardait vers les puits (rire) ! Bon, ben ça, c’est un faux avec la margelle du puits qu’on a enlevée.

Du puits fonctionnel d’origine, il ne reste que la margelle déposée plus loin (cf. ill. 11).

  • 14 On peut ici effectuer un parallèle avec les reliques corporelles, les restes des saints qui ont la (...)

71On notera que madame D, en désignant ce puits factice lors de notre visite au jardin, y associe passé et sociabilité : le puits est ici une pure représentation de ce passé — en même temps bien sûr qu’un élément esthétique. Il est conservé pour sa valeur symbolique, sa capacité à évoquer le passé, son authenticité. Authenticité qui ne semble pas nécessiter que l’objet conserve son intégrité puisqu’il est ici morcelé, déplacé14, et vaut pour ce qu’il représente de ce passé.

ill. 11 – Le faux authentique (© E. Notteghem).

72Mais il y a aussi l’ancien refait à neuf à la place de l’ancien, c’est-à-dire l’ancien rénové « à la façon de dans le temps », dont la maison de monsieur T est l’exemple type. Ce monsieur T m’a été recommandé à plusieurs reprises avant que je ne le rencontre. Appelé par son surnom par tous ses voisins, il est connu comme quelqu’un « d’ancré dans la cité » (madame G) puisqu’il y est né et qu’il n’en est jamais parti. Au moment où les maisons ont été mises en vente, il a acheté celle où il a vécu toute son enfance. Mais il a nécessairement dû faire des travaux pour la rendre salubre et assez grande pour sa famille ; elle s’est donc éloignée du modèle originel. Lors de la visite, il prend d’abord bien soin de me montrer l’emplacement de l’ancienne maison et d’y associer les souvenirs d’une vie dure et très pauvre, à neuf dans deux pièces. Mais très vite, il laisse de côté sa maison pour passer à sa voisine, qu’il a achetée pour loger occasionnellement son fils, et dans laquelle il fait des travaux. Il s’agit de la maison de ses beaux-parents qu’il a achetée après leur mort. Cette maison occupe une grande partie de l’entretien, il en parle presque dès le début et me la fait visiter entièrement :

Alors, là-bas, j’ai gardé la tradition de comme dans le temps, c’est resté hein. C’est resté là-bas. Là, en ce moment, je fais des petits travaux dedans pour y améliorer, pour… parce qu’elle a gardé son authenticité, de dans le temps quoi, elle est comme dans le temps (rire). Pis je veux pas la modifier, je veux la garder comme ça. Faire les réparations nécessaires, mais garder…

  • 15 J. Baudrillard, lorsqu’il s’attache à l’objet ancien, « objet mythologique, de fonctionnalité minim (...)

Il s’agit pour monsieur T de réaliser avec cette maison ce qu’il n’a pas pu faire avec la sienne, garder de l’authentique, avoir une maison-relique du passé15.

73Mais plus que conserver l’architecture en l’état (associée à des travaux pour que la maison soit habitable : toits, façade…), monsieur T va même jusqu’à refaire de l’ancien : il soustrait ce que les précédents habitants, ses beaux-parents, avaient perçu et construit comme des améliorations de leurs conditions de vie. Ainsi, il prévoit de démolir des cloisons pour retrouver la forme originelle des pièces, telle celle qui a permis de réserver dans la pièce à vivre un coin buanderie. De la même façon, il va enlever le lino qui recouvre le sol pour rendre visibles les carreaux rouges posés lors de la construction de la cité, « les carrelages de dans le temps ». Et toutes ses descriptions des travaux faits ou à faire sont rythmées par l’insistance mise sur les éléments « d’origine » : ceux qui sont restés, ou ceux qu’il va refaire à l’ancienne. Cet ancien qu’on essaie de retrouver par une action matérielle sur le bâti peut se comprendre comme la volonté d’un retour à des points de repère, une façon de renouer avec le passé et de s’y enraciner (cf. ill. 12). « Les travaux peuvent ainsi être vus comme une compensation à une rupture imaginée ou réelle avec un passé vécu dans la maison familiale, nourrie au niveau du quartier par le sentiment de perte d’une sociabilité ouvrière » (Ras, 1996 : 180).

ill. 12 – Refaire de l’ancien (© E. Notteghem).

74Monsieur T est d’autant plus représentatif de son groupe, les « anciens » des cités, qu’on observe un comportement typique inverse dans le groupe des « nouveaux », avec monsieur G de la cité de La Villedieu. En effet, alors que monsieur T achète la parcelle attenante à la sienne pour y reproduire une maison « comme dans le temps », monsieur G, arrivé en 1986, en achète une pour éviter la proximité d’un nouveau voisin. Jusqu’alors habitée par une très vieille dame qui n’y avait fait aucuns travaux, qui vivait discrètement, la parcelle soudain à vendre à sa mort en 1999 devient pour cet habitant une source d’inquiétude : voir s’installer de nouveaux voisins qui investiraient très probablement davantage leur espace, ce qui aurait des répercussions sur les rapports et les formes de mitoyenneté. Il explique : « Bon ça, ça permet d’agrandir le terrain, et puis on… on va être tranquille comme ça. C’est pour ça aussi c’est pour la tranquillité. Ben autrement, ça fait près, c’est près, hein ! Ça fait juste trois mètres de chaque côté, les terrains sont petits, quoi. » Alors que je lui fais remarquer que ça lui fait de nouveaux voisins, il répond : « Oui, mais on les connaissait déjà. Mais bon, l’avantage pour eux et pour nous, c’est qu’on est moins près les uns des autres. C’est déjà important. Parce que, autrement, avec un troisième au milieu, ça fait près hein. Voyez, on le voit là [sur l’autre côté de sa parcelle], autrement, ça fait proche les uns des autres, entre le mur et l’autre maison. C’est près, hein, c’est quasi à côté. » Sa voisine, madame B, partage son choix et apprécie cette nouvelle distance : « Là, quand la grand-mère est décédée, ils ont racheté, pour être tranquilles, c’est-à-dire comme ça ils ont dit “Y aura pas de voisin qui nous embête à côté.” Nous aussi du coup ! » Plutôt que de prendre le risque d’une trop grande proximité, monsieur G préfère acquérir lui-même la parcelle : le jardin lui permet d’agrandir sa propriété, mais pas nécessairement son jardin car il gravillonne ce nouvel espace, la maison se transformant en un garage pour deux voitures. Côté rue, il bouche les ouvertures, forme deux petites fenêtres hautes ; côté jardin, il prévoit deux portes de garage. Et s’il se réfère au passé (dont il a une bonne connaissance), c’est pour évoquer les états successifs de l’architecture de la maison où il fait des travaux, les techniques de construction de l’époque…

ill. 13 – Deux modes d’appropriation d’une parcelle attenante : refaire une maison à l’ancienne, ou repousser les limites de la mitoyenneté (© E. Notteghem).

75À la pratique stratégique de protection de l’intimité de monsieur G répond une pratique de patrimonialisation — conservation et valorisation — de la part de monsieur D. On a pu en effet sentir se construire, même si à aucun moment le terme n’a été employé, une approche patrimoniale de la cité et de ses éléments constitutifs. Maisons, puits, haies, pratiques, jusqu’à la cité dans son ensemble, sont évoqués, décrits, exposés, comme des objets de patrimoine. La pratique est quasi muséale chez ceux qui restaurent et conservent une maison dont la fonction d’habitat sera secondaire, dépassée par une fonction de témoignage, proche de celle des musées mettant en scène in situ un mode d’habitat et un mode de vie révolus.

76L’investissement dans le temps, le passé est une forme d’appropriation des lieux, la revendication d’un lien, d’un attachement au territoire local. L’accent est mis sur ce que ces éléments du patrimoine peuvent représenter d’identité commune au groupe, qui ainsi revendique sa filiation au lieu. Investir dans le passé, c’est une manière de s’approprier le lieu, c’est-à-dire de revendiquer sur lui une sorte de propriété morale, non pas sur le modèle d’un titre de propriété, mais bien plus celui d’un droit « rituel », transmis par filiation (L’Estoile, 2001). Un groupe dont la trajectoire de vie rend bien compte de l’attachement à la cité vécue comme une propriété. Nombreux sont en effet ceux qui, nés ici, bien souvent partis du domicile parental à leur mariage, y reviennent quelques années plus tard. Et l’expression « reprendre sa cité » utilisée par madame D témoigne de cette dimension :

Moi, mon mari, il a jamais vraiment quitté la cité, parce que c’est sa grand-mère qui l’a élevé, elle restait dans la rue du Sénégal, alors il était déjà là, on s’est marié, bon on est resté un p’tit peu à Écuisses, et puis on est venu habiter ici. Il disait « Je veux retourner dans ma cité ! » Oh ! ben, il a repris sa cité !

*

* *

77Je m’étais posé la question de savoir ce que construisaient les habitants de ces cités, dans les récits qui m’étaient destinés.

78Passer par un discours sur l’espace du chez-soi aura révélé un rapport au temps. Le fait d’avoir mis en regard un discours sur l’occupation et la transformation de l’espace domestique avec une manière de définir son attachement à une histoire, à un passé m’a permis de décrire la construction d’une mémoire populaire. Cette démarche spécifique, qui lie des pratiques contradictoires quant à la transformation de l’espace de la mitoyenneté et la construction du passé, n’avait pas été formulée au préalable, c’est l’enquête de terrain qui l’a fait émerger.

79D’abord, mes interlocuteurs m’ont décrit avec amertume la « fin du voisinage », la disparition des rapports de sociabilité associés au potager et aux espaces de transition entre public et privé (bouchures, escaliers). Ils ne sont pourtant pas étrangers à cette transformation des rapports de voisinage, avec l’apparition de la haie opaque de thuyas qui en est le symptôme, la traduction directe, puisqu’ils édifient eux-mêmes des limites, clôturant leur espace domestique. La pratique de la mitoyenneté qu’ont les habitants des deux cités, finalement très proche de celle des pavillonnaires, est en contradiction avec leur rapport au passé. Alors qu’ils regrettent les anciennes relations de voisinage, ils adoptent des pratiques spatiales en vue de protéger leur intimité et ne gardent du passé que des bribes matérielles, des reliques (puits, carreaux, marches…). On a pu ainsi percevoir un rapport au temps, révélateur d’une quête d’identité, mais d’autant plus intéressant qu’il est en contradiction avec les pratiques de l’espace.

80Les discours sur le passé sont là pour signifier quelque chose que partagent « ceux qui savent ». Les personnes interviewées, en stigmatisant les nouveaux qui rompent avec ce qu’ils pensent définir la cité, veulent par contrecoup dire leur propre attachement à la cité, s’inscrire dans la continuité, dans la fidélité à des valeurs et des pratiques du passé. En donnant à entendre et à voir des bribes de ce passé, évoquées ou conservées comme des quasi-reliques, ils tentent de donner au lieu qu’ils habitent une importance historique et patrimoniale qui légitimerait leur propre attachement en tant que groupe d’« anciens de la cité ».

81L’attachement à sa cité se traduit par une pratique très contemporaine (Jeudy, 1990), celle de l’appropriation et du discours sur le patrimoine, celle de la patrimonialisation d’un quartier et de son histoire. Détenteurs d’une histoire, les habitants de la cité l’évoquent non pas simplement avec nostalgie et de façon passive, mais bien par la mise en valeur du patrimoine qui s’attache à des objets précis, et qui peut aller chez certains jusqu’à un effort de conservation. Loin de l’exercice académique et scientifique de l’histoire, les habitants témoignent d’une préoccupation contemporaine pour le passé, largement partagée, aussi bien par des érudits passionnés d’histoire locale que par des groupes, comme ici, déterminés à se construire une histoire, un patrimoine identitaire.

Haut de page

Bibliographie

Albert, J.-P.
1992 Le corps défait. De quelques manières pieuses de se couper en morceaux, Terrain, 18 : 33-45.

Baty-Tornikian, G. et Bedarida, M.
1984 Plaisir et intelligence de l’urbain (Paris, Ministère de l’Urbanisme, du Logement et des Transports).

Baudrillard, J.
1968 Le système des objets (Paris, Gallimard).

Bromberger, C.
1998 Introduction, in Passions ordinaires. Du match de football au concours de dictée (Paris, Bayard) : 5-38.

Christiany, J. et Dubost, F.
1987 « La clôture et le seuil. La délimitation du territoire en banlieue », rapport nº 16, Mission de la recherche, melat, 189 p.

Devillers, C. et Huet, B.
1981 Le Creusot. Naissance et développement d’une ville industrielle. 1782-1914 (Seyssel, Éditions du Champ Vallon), 287 p. [Milieux].

Dubost, F.
1976 Les jardins de Créteil, in Jardins contre nature, nº 5-6 de Traverses : 199-203.
1996 Le modèle des cités-jardins : la modernité à l’épreuve du temps, in Culture matérielle et modernité, numéro spécial d’Ethnologie française, XXVI (1) : 92-99.
1997 Les jardins ordinaires (Paris, L’Harmattan), 174 p. [1re éd. 1984].

Elias, N.
1998 Logiques de l’exclusion (Paris, Le Seuil).

Jeudy, H. P. (dir.)
1990 Patrimoines en folie (Paris, Éditions de la Maison des sciences de l’homme) [Ethnologie de la France, 5].

L’Estoile, B. de
2001 Le goût du passé. Érudition locale et appropriation du territoire, Terrain, 37 : 123-138.

Paul-Lévy, F. et Segaud, M.
1983 Anthropologie de l’espace (Paris, Centre Georges-Pompidou), 346 p.

Pillet, F.
1986 Cité de La Villedieu, Cité Saint-Eugène, Repérage du patrimoine industriel (enquête partielle), Communauté urbaine Le Creusot-Montceau-les-Mines (Écomusée du Creusot-Montceau).

Portet, F.
1975 Jardins ouvriers de Belfort, mémoire de maîtrise, Université de Strasbourg, 80 p.

Prost, A.
1985 Frontières et espaces du privé, in P. Aries et G. Duby (dir.), Histoire de la vie privée. Tome V : De la Première Guerre mondiale à nos jours (Paris, Le Seuil) : 15-132.

Ras, I.
1996 Construction et transmission d’un patrimoine : les pavillons des cités-jardins de Besançon, in Authentifier la marchandise. Anthropologie critique de la quête d’authenticité (Paris, L’Harmattan) : 157-183.

Rosselin, C.
1996 Ethnologie, authenticité et idéologie du patrimoine, in Authentifier la marchandise. Anthropologie critique de la quête d’authenticité (Paris, L’Harmattan) : 235-259.

Sauvageot, D.
1980 Les cités ouvrières du Creusot et de Montceau-les-Mines : du collectif au pavillonnaire, Milieux (Le Creusot), 2 : 26-33.

Semprini, A.
1993 Espaces privés, espaces publics. Privé et public comme catégories pratiques, Espaces et Sociétés, 73 (2) : 137-163.

Seyer, N.
1980 Les jardins ouvriers Coder, 1941-1979, Marseille-Saint-Marcel, mémoire de maîtrise, Université d’Aix-Marseille I, 72 p.

Vauchez, A.
1989 Le saint, L’homme médiéval (Paris, Le Seuil) [1re éd. 1984].

Zonabend, F.
1980 La mémoire longue. Temps et histoire au village (Paris, Presses universitaires de France).

Haut de page

Notes

1 À quelques quartiers de là, la cité de La Villedieu, qui offre les mêmes types d’habitations, a elle aussi été l’objet d’investigations, dans une visée comparatiste. En effet, il semblait qu’il existait entre les deux une différence quant à l’origine des résidents : immigrés et plus largement nouveaux venus à La Villedieu, Creusotins d’origine à Saint-Eugène. Cependant, je ne ferai que reprendre ici quelques éléments de cette étude, afin de compléter mes informations.

2 Je remercie toutes les personnes qui ont bien voulu se prêter à des entretiens, en m’ouvrant les portes de leur maison, de leur jardin ; et particulièrement celles que j’ai rencontrées en premier, et qui m’ont permis ainsi de rencontrer leurs voisins : madame P à Saint-Eugène, et madame C à La Villedieu.

3 Madame P mêle ici les références au début de sa vie dans la cité et à sa jeunesse dans la commune voisine, Le Breuil, où elle a connu des formes de voisinages proches de celles que lui ont décrites ses voisins, natifs de la cité, et de celles qu’elle a connues en s’installant.

4 Cf. Dubost, 1997 ; Portet, 1975 ; Seyer, 1980.

5 Dubost, 1997 ; Zonabend, 1980.

6 Cf. Prost, 1985.

7 Cf. Dubost, 1976.

8 Bien que F. Dubost (1997) et F. Zonabend (1980) aient décrit, ce qui se retrouve à la cité Saint-Eugène, la présence de fleurs dans ces potagers populaires, signe qu’ils ne sont pas complètement utilitaires.

9 D’après les travaux de A. Berque, Vivre l’espace au Japon, cité par Paul-Lévy et Segaud, 1983.

10 Typologie qui n’est aucunement en contradiction avec celle que nous avons esquissée plus haut, destinée à faire état de la multiplicité des formes. Celle de Christiany et Dubost (1987), qui se superpose à la précédente, insiste davantage, et c’est ce qui nous intéresse, au plus ou moins grand écran au privé que la clôture constitue.

11 Limite et seuil constituent les thématiques essentielles de nombreuses études sur la relation d’un groupe social à son espace ; cf. notamment le bilan qui en est fait dans Paul-Lévy et Segaud, 1983.

12 Commune voisine du Creusot, toute proche de la cité Saint-Eugène, où madame P est née et a vécu longtemps (elle n’est arrivée à la cité qu’en 1976). Remarquons ici qu’il y eut beaucoup de mouvements entre Le Breuil et la cité Saint-Eugène.

13 Expression inspirée du titre d’un recueil d’ethnographie des engouements contemporains, Passions ordinaires, sous la direction de C. Bromberger (1998). Dans l’introduction, ce dernier expose une « anatomie des passions ordinaires », dans laquelle figure l’engouement pour le patrimoine local.

14 On peut ici effectuer un parallèle avec les reliques corporelles, les restes des saints qui ont la capacité de pouvoir être divisés sans rien perdre de leur efficacité (cf. notamment Albert, 1992 et Vauchez, 1989).

15 J. Baudrillard, lorsqu’il s’attache à l’objet ancien, « objet mythologique, de fonctionnalité minimale et de signifiance maximale, se [référant] à l’ancestralité », l’opposant à l’objet fonctionnel, « absence d’être […] s’épuisant dans la quotidienneté », évoque comment, sur le plan du vécu, ces postulats contradictoires coexistent à l’intérieur du même système de façon complémentaire. Il en est ainsi du dédoublement de l’ancien foyer unique en résidence principale et résidence secondaire, en habitat fonctionnel et habitat « naturalisé » (1968 : 114-115).

Haut de page

Table des illustrations

Légende ill. 1 – L’alignement des maisons, rue de Tunisie (© E. Notteghem).
URL http://journals.openedition.org/ateliers/docannexe/image/8458/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Légende fig. 1 – Plan cadastral de la cité Saint-Eugène (relevé F. Pillet, 1986).
URL http://journals.openedition.org/ateliers/docannexe/image/8458/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Légende ill. 2 – La haie d’« origine » : basse et éparse (© E. Notteghem).
URL http://journals.openedition.org/ateliers/docannexe/image/8458/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Légende ill. 3 – La haie de thuyas : haute et dense (© E. Notteghem).
URL http://journals.openedition.org/ateliers/docannexe/image/8458/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Légende ill. 4 – Autrefois lieu de rencontre, le puits, derrière les haies (© E. Notteghem).
URL http://journals.openedition.org/ateliers/docannexe/image/8458/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Légende ill. 5 – Chez les C, « un chez-soi bien fermé » (© E. Notteghem).
URL http://journals.openedition.org/ateliers/docannexe/image/8458/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Légende ill. 6 – Des formes de clôture variées (© E. Notteghem).
URL http://journals.openedition.org/ateliers/docannexe/image/8458/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Légende ill. 7 – Un espace réservé pour le voisinage (© E. Notteghem).
URL http://journals.openedition.org/ateliers/docannexe/image/8458/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Légende ill. 8 – Un récit biographique : la variété des frontières sur une même parcelle (© E. Notteghem).
URL http://journals.openedition.org/ateliers/docannexe/image/8458/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Légende fig. 2 – Extrait de l’étude de monsieur T.
URL http://journals.openedition.org/ateliers/docannexe/image/8458/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 344k
URL http://journals.openedition.org/ateliers/docannexe/image/8458/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Légende ill. 9 – Le puits, « identité de la cité » (© E. Notteghem).
URL http://journals.openedition.org/ateliers/docannexe/image/8458/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Légende ill. 10 – Les marches, symbole de la sociabilité perdue (© E. Notteghem).
URL http://journals.openedition.org/ateliers/docannexe/image/8458/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Légende ill. 11 – Le faux authentique (© E. Notteghem).
URL http://journals.openedition.org/ateliers/docannexe/image/8458/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Légende ill. 12 – Refaire de l’ancien (© E. Notteghem).
URL http://journals.openedition.org/ateliers/docannexe/image/8458/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
URL http://journals.openedition.org/ateliers/docannexe/image/8458/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Légende ill. 13 – Deux modes d’appropriation d’une parcelle attenante : refaire une maison à l’ancienne, ou repousser les limites de la mitoyenneté (© E. Notteghem).
URL http://journals.openedition.org/ateliers/docannexe/image/8458/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Ateliers, n° 28 (décembre 2004), pp. 109-148.

Référence électronique

Émilie Notteghem, « « C’est plus comme avant. » Rapport à l’espace de la mitoyenneté et au passé dans une cité ouvrière du Creusot (Saône-et-Loire) : la cité Saint-Eugène », Ateliers [En ligne], 28 | 2004, mis en ligne le 06 avril 2010, consulté le 17 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/ateliers/8458 ; DOI : 10.4000/ateliers.8458

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Ateliers d'anthropologie – Revue éditée par le Laboratoire d'ethnologie et de sociologie comparative  est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo LESC - Laboratoire d’Ethnologie et de Sociologie Comparative
  • Logo Maison René Ginouvès - Archéologie & Ethnologie
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals