Navigation – Plan du site

Introduction

Fabienne Wateau et Joaquim Pais de Brito

Texte intégral

1Ce dossier thématique résulte d’une table ronde, tenue à Lisbonne en 2009 dans le cadre du ive congrès de l’association portugaise d’anthropologie (apa), qui réunissait des anthropologues lusophones, majoritairement brésiliens et portugais, autour de l’idée de cosmopolitisme. Les articles issus de cette rencontre, rédigés en anglais ou traduits du portugais vers le français, ont aussi été regroupés pour faire connaître une recherche internationale sollicitant diverses sensibilités théoriques et méthodologiques. À l’origine de ce projet se trouvent surtout deux amis anthropologues : Gilberto Velho, du Musée national et de l’université fédérale de Rio de Janeiro (Brésil), et Joaquim Pais de Brito, directeur du musée national d’Ethnologie à Lisbonne (Portugal), complices dans leur façon d’appréhender la discipline, de la défier.

2Autour de cette idée de cosmopolitisme, notion floue aux définitions variées, remise au goût du jour avec les études sur les processus de mondialisation, portée par différentes disciplines, leur proposition est d’interroger l’intérêt de ce concept en anthropologie, quitte à en infirmer les fondements plutôt que de les confirmer. Dans l’argumentaire fourni aux participants, de fait, des questions sont immédiatement soulevées : « Qu’entendons-nous par cosmopolitisme et, surtout, que faire de cette notion en anthropologie ? Jusqu’où nous aide-t-elle à penser des phénomènes du passé et du présent ? Dans quelle mesure ouvre-t-elle des pistes et des questionnements pertinents et stimulants ? » L’un des contributeurs écrira que le cosmopolitisme est un concept « poreux », un terme contemporain et à la mode mais aux racines anciennes, dont on peut se demander s’il apporte une proposition neuve et distincte des notions déjà existantes de « multiculturalisme », « pluralisme », « globalisation », « diaspora », « transnationalisme » (Perez, 2012 : 18). C’est donc le plus souvent avec précaution, voire avec méfiance, que le terme de cosmopolitisme a été employé dans ce volume. Pour autant, c’est bien autour de ce vocable que les contributions ont essayé de s’articuler, mobilisant des ethnographies et des terrains variés, de même que des échelles de lecture, d’analyse et d’interprétation différentes. Dès lors, s’il est question de cosmopolitisme, son sens est aussi revisité.

3D’une part, l’approche ne se voulait pas spécifiquement théorique. Il ne s’agissait pas tant de savoir « qu’est-ce que le cosmopolitisme » énoncé par Beck en 2004, ni même, par exemple, de reprendre la réflexion de Latour (2004 ; Rotondaro, 2012) nourrie des propositions de Stengers (1997). Pas plus qu’il ne s’agissait de questionner le cosmopolitisme à la façon des philosophes et des sciences politiques (Hooft et Vandekerckhove, 2010), voire de présenter un état de l’art des sciences sociales sur le concept (Rovisco et Nowicka, 2011). D’autre part, même si les auteurs se sont positionnés individuellement vis-à-vis des anthropologues qui ont étudié cette question, en contribuant à leur échelle à alimenter ou discuter les propositions de Clifford (1998), Hannerz (2004), Werbner (2008) ou plus récemment encore Delanty (2012) voire Agier (2013), l’objectif ici était plutôt d’explorer les pistes suggérées par Gilberto Velho. Son décès prématuré en 2012 n’a fait que renforcer ce souhait collectif et c’est ainsi que, « entre cosmopolitisme, trajectoires et subjectivités », ce volume est devenu l’occasion de « moments partagés avec Gilberto Velho ». Son article, placé en amont, tient lieu d’introduction théorique, permettant ainsi aux auteurs, par amitié, par respect et en pensant à lui, de l’interpeller plus ou moins directement à partir de leurs ethnographies.

4Formé par Anthony Leeds, ami d’Howard Becker qui disait avoir appris le portugais pour pouvoir le lire (Velho et Becker, 1992), connaissant parfaitement la littérature anglo-saxonne et en particulier le courant de l’École de Chicago, ayant lui-même mené des recherches dans l’aire métropolitaine de Boston, Gilberto Velho, connu et reconnu internationalement, était un professeur à la fois exigeant et bienveillant, soucieux de la formation de ses étudiants et intransigeant quant à la qualité de leurs travaux. Trois d’entre eux, devenus ses collègues, lui ont très vite rendu hommage, en réunissant ses écrits majeurs dans un ouvrage paru en 2013 et dans lequel on peut trouver son itinéraire et sa bibliographie complète (Velho et al., 2013). En 2014, un autre ouvrage a été publié, cette fois en collaboration avec ses collègues portugais (Castro et Cordeiro, 2014). Le présent volume porte encore les marques de son inspiration. Considéré comme le fondateur de l’anthropologie urbaine au Brésil, dès la fin des années 1970, Gilberto Velho avait proposé d’aborder de façon nouvelle la société moderne et contemporaine brésilienne, en s’attachant plus particulièrement aux styles de vie et aux visions du monde des classes moyennes, à l’art et à la culture, à la politique, la violence, la déviance, la drogue, les générations. Ses premières recherches ont porté sur les classes moyennes de Copacabana à Rio de Janeiro, qu’il avait notamment choisi d’appréhender à partir d’un immeuble du quartier, et où de façon systématique toutes les familles avaient été considérées. L’ouvrage issu de ces recherches, A utopia urbana (1973), eut un impact notoire sur l’anthropologie brésilienne de l’époque et fit naître un véritable engouement pour les études sur la ville au Brésil. D’un point de vue théorique, l’aspect pionnier était double : non seulement la ville était prise, pour la première fois, comme objet anthropologique, mais, de surcroît, la recherche se focalisait sur les classes moyennes, ce qui questionnait l’image classique de l’anthropologie qui portait alors essentiellement sur l’étude de l’Autre, assumée comme distante et exotique. D’autres ouvrages viendront conforter sa démarche et ses propositions, tels que, parmi les plus connus et les plus cités par les auteurs de ce volume collectif : Individualismo e cultura (1987), Projeto e metamorfose (1994), Mediação, cultura e política (Velho et Kuschnir, 2001).

5Gilberto Velho, ici, choisit de privilégier une entrée en particulier : la figure du médiateur. Parmi les classes moyennes qu’il a étudiées, certaines personnes dotées d’un capital intellectuel et symbolique lui semblent avoir cette aptitude à faire « transiter des données entre différents groupes, codes et réseaux », à se poser comme intermédiaire, traducteur, passeur. Gilberto Velho propose alors d’insister davantage sur l’idée de médiation comme phénomène socio-anthropologique, soit de s’intéresser au personnage cosmopolite de par son activité, son histoire de vie, ses trajectoires et ses itinéraires. Il renvoie à quelques individus dans l’histoire, dont « Machado de Assis, écrivain brésilien qui jamais ne sortit de la province de Rio de Janeiro et qui, sans aucun doute, fut l’un des auteurs les plus cosmopolites de la langue portugaise. Il a découvert, lu et transformé la littérature universelle à partir de sa propre condition d’agent et de sujet créateur ». Son programme pour l’anthropologie est donc d’identifier ces figures de la médiation, plutôt que de mener une réflexion de fond sur le concept de cosmopolitisme en lui-même. Pour ce faire, les références théoriques qu’il convoque sont classiques, insistant en particulier sur Simmel (1971), Barth (1989), Schutz (1970) et Bourdieu (1974), plutôt que sur les auteurs habituellement associés au cosmopolitisme, tel que Clifford, Hannerz, Werbner ou Beck. Pourtant, sans doute la médiation telle qu’elle est définie dans l’article de Gilberto relève-t-elle de cette intention, reprenant (ou non) de cette formulation un peu floue d’Ulf Hannerz sur un cosmopolitisme « épais », en mesure d’articuler le culturel et le politique (Hannerz, 2004 : 73) ; ou encore renvoie-t-elle avant l’heure à cet homme-frontière dont parlera plus tard Michel Agier (2013). Gilberto propose ainsi de relever le défi d’une réflexion sur « la médiation et le rôle de l’individu singulier, qualifié de cosmopolite, en mesure de devenir un interprète et un réinventeur de culture » (Velho, 2010). Dans l’argumentaire, d’autres pistes encore avaient été proposées :

Les trajectoires, les expériences de vie et la nature des groupes et des interactions sont multiples et variables pour la compréhension de cette différenciation, en incluant le lieu dans l’espace, la position dans la structure sociale, l’anonymat […] Dans le monde contemporain, plusieurs formes de communication directe ou indirecte rendent possibles des transits et des interactions variées, contradictoires et surprenantes. L’internet est peut-être l’un des exemples les plus évidents […] Ce monde contemporain offre une source inépuisable de chemins et d’alternatives multiples à des formes différentes de cosmopolitisme […] qui peuvent avoir des conséquences, voire provoquer des changements au niveau des représentations et des systèmes de classification, objets de la réflexion anthropologique.

De ce creuset de pistes, les auteurs du volume se sont largement inspirés, s’emparant des orientations proposées, puis les traduisant à leur façon.
  

6Composé de sept articles en incluant celui de Gilberto Velho, généreusement illustré — photographies, chansons, annonces publicitaires et extraits de films —, ce collectif s’engage de fait à questionner des propositions rapprochées ici de manière expérimentale. Le défi est d’interroger des situations concrètes au regard de concepts eux-mêmes confrontés au réajustement permanent de leurs limites et définitions. Ainsi les idées de médiation, subjectivité, déplacement, métamorphose, transformation, rupture, déstabilisation et cosmopolitisme sont-elles ici volontairement mises en contact, invitées à être reprises et reconsidérées dans leurs articulations les unes avec les autres, ou dans leur exclusion mutuelle, et ce tant dans la diachronie que dans les multifacettes de leur actualité. Ont donc été retenus par les auteurs les trajectoires d’individus, les profils présentant des processus de recherche et de rupture, voire d’éventuelles métamorphoses à effets sur les groupes mais aussi sur les politiques publiques d’identité nationale ou de citoyenneté ; l’univers du monde artistique et de ces agents et sujets créateurs, en mesure de faire transiter des informations et des codes, de sensibiliser à la différence et d’ouvrir sur un monde plus global ; et enfin la question de l’articulation entre la tradition, le localisme et le mondial, soit aussi sur ce qui persiste quand tout se transforme, sur la capacité des situations et des individus à contenir — à des fins altruistes ou d’instruments de pouvoir — à la fois des références locales, situées, « traditionnelles » et des ambitions ou projections « cosmopolites » de citoyens du monde. Ainsi l’approche est-elle non convenue, exploratoire plus que consensuelle, ce volume collectif traduisant à la fois l’enthousiasme et les limites d’une telle démarche.

7Sur le thème des figures de la médiation suggéré par Gilberto Velho, une sorte de typologie des possibles semble pouvoir se dégager. Car à l’aune d’une même logique, d’une même quête, les articles ont porté sur des objets de nature assez différente, à des échelles différentes. Certains ont en effet considéré des personnalités, ces fameux « individus singuliers interprètes et réinventeurs de culture », et l’on comptera dans cette section aussi bien un pasteur (Barreto et Dutra), un chanteur de rap et des grand-mères faisant du théâtre (Fradique), qu’une chanteuse populaire (O’Donnell). D’autres articles ont quelque peu dévié leur angle de lecture pour s’intéresser au rôle intercesseur d’un artefact. Parmi ceux-là, on découvrira des itinéraires de bouteilles de Perrier (Wateau) ou de peintures chantées nayas (Ponte). Enfin à une échelle plus large encore, c’est une industrie, celle du cinéma Bollywood en Inde, qui est prise au mot de ce défi sur l’identification des figures de la médiation (Perez). Au final, l’ensemble de ces articles semble offrir comme une palette plus complexe encore des figures possibles de la médiation, comme s’il s’agissait d’une sorte de diplomatie à échelles variables.

8L’article d’Alessandra Barreto et de Rogéria Dutra porte sur le rôle d’un pasteur brésilien en Hollande, médiateur de valeurs morales et religieuses au sein des communautés d’émigrants brésiliens. Soulignant le tiraillement entre son idéologie cosmopolite d’ouverture lié à un projet politique transnational et son idéologie religieuse qui sous-tend parfois des rhétoriques d’exclusion, elles montrent comment cette personne singulière est devenu un interlocuteur de transformation et de changement de perspectives pour les émigrants, les invitant aux voyages, à l’apprentissage des langues et à l’intégration dans la ville — plutôt qu’à un retour trop hypothétique. Leur réflexion plus générale sur la diaspora brésilienne et les flux migratoires les conduisent à questionner le cosmopolitisme au regard d’un discours sur la citoyenneté globale, dans la perspective d’une revendication possible de droits à la ville pour les émigrés. Retenant l’idée d’explorer un cosmopolitisme qui se détache de son opposition binaire avec le provincialisme, Teresa Fradique porte son attention sur deux natures de personnages fort distincts : d’une part, un rappeur dans la (re)présentation de lui-même par sa musique et par des « cartes postales » sur internet destinées à son public ; d’autre part, à partir d’un groupe de vieilles dames faisant du théâtre et récitant les textes érudits d’une poétesse portugaise anti-faciste et anti-dictature. Elle montre dans ces processus combien l’incorporation à une histoire et à un lieu est importante — voire recherchée dans ce type de théâtre — pour servir un cosmopolitisme considéré comme porte d’accès et médiateur de mondes. Les extraits vidéo des scènes de théâtre soulignent parfaitement ce déplacement, ce processus de transformation suggéré par le concept revisité. En choisissant le personnage de Carmen Miranda, fameuse chanteuse des années 1950, devenue emblème de la samba brésilienne, Julia O’Donnell retrace un parcours artistique particulièrement riche en termes de multi-appartenances, lequel sera analysé dans ses articulations politiques et identitaires avec l’état brésilien, tout d’abord, et avec les États-Unis, ensuite, qui feront de cette artiste la vedette latino par excellence du cinéma hollywoodien. Médiatrice de symboles, personnage de l’entre-deux, véritable figure de la transition et de la métamorphose, Carmen Miranda par sa trajectoire traduit cette habileté à évoluer dans des univers culturels, sociaux et symboliques très différents, entre le Brésil et les USA, mais aussi entre le populaire et le sophistiqué, la fierté et la honte, les blancs et les noirs, le national et l’international. Les images et les extraits sonores de ses chansons — accompagnés des textes qui offrent les messages ou ajustements politiques et identitaires qu’elle fut amenée à faire au fil de sa carrière — marquent les différentes étapes de son parcours.

9Suivant l’itinéraire de quelques bouteilles de Perrier, s’intéressant aux modes de diffusion et de distribution de la firme, et montrant comment la marque adopte à la fois les codes du localisme et des valeurs associées à la distinction élitiste pour se vendre à l’étranger, Fabienne Wateau porte son attention sur une certaine forme de cosmopolitisme, appréhendée ici comme un instrument qui rend possible des stratégies d’accumulation de recours matériels et immatériels, incluant le prestige et le pouvoir. Images et annonces publicitaires permettent de décoder ces mécanismes, lesquels renvoient aux thèmes — chers à Gilberto Velho — de la subjectivité, de la métamorphose et de la médiation, tout en renforçant sans contradiction le fameux et traditionnel « chic à la française » qui fait l’image de marque de la firme. Inês Ponte, quant à elle, propose d’étudier un registre sonore et visuel qui colporte le monde depuis les peintures chantées des femmes du village de Naya au Bengale. Tradition ancienne reprise aujourd’hui au sein de coopératives, à des fins artistiques mais aussi marchandes et de sensibilisation des populations (à l’hygiène, à la tolérance entre religions, au sida, etc.), elle montre, aussi bien par les thèmes choisis que par la diffusion de ces peintures, combien un certain cosmopolitisme médiateur et transformateur est opéré. Fenêtres sur le monde, ces peintures sont aussi des transcriptions de catastrophes survenues, comme le tsunami de Sumatra le 26 décembre 2004 ou les attentats du 11 septembre 2001, et des commentaires de la réalité sociale indienne, à propos de l’infanticide des fillettes par exemple. Le corpus analysé est celui de douze femmes peintres exposées au Musée national d’ethnologie à Lisbonne en 2009 ; de nombreuses peintures et un extrait de film viennent illustrer son propos et la richesse de ce patrimoine visuel et chanté en Inde. Enfin, après un état de l’art théorique fort complet de la notion de cosmopolitisme, explorée jusque dans sa porosité et ses interstices, Rosa Maria Perez propose une analyse de la connexion entre la diaspora indienne et le cinéma Bollywood, suggérant que l’étude de l’impact de Bollywood sur un groupe ou une communauté spécifique offre un éclairage ethnographiquement significatif sur les politiques culturelles du cosmopolitisme. Son propos est de monter comment certaines dimensions de la « subjectivité cosmopolite » s’expriment dans des formes institutionnelles à la fois nationales et supranationales : Bollywood (industrie du film, mais aussi assemblage de tant d’autres produits) étant devenue l’image de marque de l’Inde, une histoire de l’Inde qui est racontée aux indiens mais aussi aux autres nations. Ce processus de consommation culturelle de la culture indienne, comme image puissante d’un pays émergent du xxie siècle, est l’axe autour duquel la mise en scène d’images et de représentation est assumée.

10Un dernier mot revient à Ateliers d’anthropologie, que nous aimerions remercier pour la publication de ce collectif d’articles, mais aussi et surtout pour la possibilité qui nous fut offerte de proposer, associés à la forme écrite et habituelle des articles, des images en nombre, des films, des publicités, renvoyant par des liens hypertextes à d’autres sites annexes ou complémentaires. C’est une chance que de pouvoir laisser à l’image ou au film une place à part entière, au delà de celle d’illustration d’un texte. Que cet espace précieux et ces possibilités de développer nos outils de diffusion de nos recherches soient ici salués.

Haut de page

Bibliographie

Agier, Michel
2013 La condition cosmopolite. L’anthropologie à l’épreuve du piège identitaire (Paris, La Découverte).

Barth, Frederick
1989 The analysis of culture in complex societies, Ethos, 54 (3-6) : 120-142.

Beck, Ulrich
[2004] 2006 Qu’est-ce que le cosmopolitisme ? (Paris, Aubier)

Bourdieu, Pierre
1974 A economia das trocas simbólicas (São Paulo, Perspectiva).

Castro, Celso et Cordeiro, Graça Índias (éd.)
2014 Mundos em mediação : ensaios ao encontro de Gilberto Velho (Rio de Janeiro, FGV Editora).

Clifford, James
1998 Mixed feelings, in P. Cheah et B. Robbins (éd.), Cosmopolitics (Minneapolis, University of Minnesota Press) : 362-369.

Delanty, Gérard
2012 Routledge international handbook of cosmopolitan studies (New York, Routledge).

Hannerz, Ulf
2004 Cosmopolitanism, in D. Nugent et J. Vincent (éd.), A companion to the anthropology of politics (Oxford, Blackwell Publishing) : 69-85.

Hooft, Stan van et Vandekerckhove, Wim (éd.)
2010 Questioning cosmopolitanism (Londres et New York, Springer).

Latour, Bruno
2004 Whose cosmos ? Which cosmopolitics ? A commentary on Ulrich Beck’s peace proposal, Common Knowledge, (10) 3 : 450-462.

Perez, Rosa Maria
2012 The Tulsi and the cross. Anthropology and the colonial encounter in Goa (Delhi, Orient Blackswan).

Rotondaro, Tatiana Gomes
2012 Diálogos entre Bruno Latour e Ulrich Beck : Convergências e divergências, Civitas, (12) 1 : 145-160.

Rovisco, Maria et Nowicka, Magdalena (éd.)
2011 The Ashgate research companion to cosmopolitanism (Surrey-Burlington, Ashgate Publishing Limited).

Schutz, Alfred
1970 On phenomenology and social relations : selected writings, édité et introduit par H. R. Wagner (Chicago, University of Chicago Press).

Simmel, George
1971 On individuality and social forms : selected writings, édité et introduit par D. N. Levine (Chicago, University of Chicago Press).

Stengers, Isabelle
1997 Pour en finir avec la tolérance (Paris/Le Plessis-Robinson, La Découverte/Les Empêcheurs de penser en rond).

Velho, Gilberto
1973 A utopia urbana : um estudo de antropologia social (Rio de Janeiro, Zahar).
1987 Individualismo e cultura : notas para uma antropologia da sociedade contemporânea (Rio de Janeiro, Zahar).
1994 Projeto e metamorfose : antropologia das sociedades complexas (Rio de Janeiro, Zahar).
2010 Metrópole, cosmopolitismo e mediação, Horizontes Antropológicos, 16 (33) : 15-23.

Velho, Gilberto et Becker, Howard S.
1992 Project, emotion, and orientation in complex societies, Sociological Theory, 10 (1) : 6-20.

Velho, Gilberto et Kuschnir, Karina (éd.)
2001 Mediação, cultura e política (Rio de Janeiro, Aeroplano).

Velho, Gilberto, Vianna, Hermano, Kuschnir, Karina et Castro, Celso (éd.)
2013 Um antropólogo na cidade : ensaios de antropologia urbana/Gilberto Velho (Rio de Janeiro, Zahar).

Werbner, Pnina (éd.)
2008 Anthropology and the new cosmopolitanism : Rooted, feminist and vernacular perspectives (Oxford, Berg).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Fabienne Wateau et Joaquim Pais de Brito, « Introduction », Ateliers d'anthropologie [En ligne], 41 | 2015, mis en ligne le 13 mai 2015, consulté le 17 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/ateliers/9841 ; DOI : 10.4000/ateliers.9841

Haut de page

Auteurs

Fabienne Wateau

Chargée de recherche CNRS, LESC–UMR7186, université Paris Ouest Nanterre La Défense/CNRS
fabienne.wateau@mae.u-paris10.fr

Articles du même auteur

Joaquim Pais de Brito

Directeur du musée national d’Ethnologie de Lisbonne
jpaisdebrito@yahoo.com

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Ateliers d'anthropologie – Revue éditée par le Laboratoire d'ethnologie et de sociologie comparative  est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo LESC - Laboratoire d’Ethnologie et de Sociologie Comparative
  • Logo Maison René Ginouvès - Archéologie & Ethnologie
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals