Navigation – Plan du site

Avant-propos

Nicolas Balutet, Belén Hernández Marzal et Alice Pantel
p. 11-15

Texte intégral

1Depuis le début de ce siècle, il semble que nous assistions à une prolifération du terme « hybride » employé dans des domaines fort divers – tels que l’économie et la finance, les nouvelles technologies, l’industrie automobile, la téléphonie, l’aménagement du territoire ou encore la sociologie – pour désigner tout phénomène qui allie plusieurs techniques ou procédés de création.

2Le terme « hybridité » provient du latin ibrida, « sangs mêlés », altéré en hybrida en raison de sa similitude avec le grec hybris, « excès, violence, orgueil, démesure ». Issu du domaine de la biologie et de la botanique ce terme désigne, selon le Petit Robert, un « croisement de variétés, de races, d’espèces différentes ». En linguistique, le vocable est également employé pour désigner un terme « formé d’éléments empruntés à des langues différentes ». Par extension, il signifie communément ce qui est « composé de deux éléments de nature différente anormalement réunis ; qui participe de deux ou plusieurs ensembles, genres, styles ».

3Dans le champ artistique, pris dans son acception la plus large, l’hybride s’impose dès le début du siècle dernier avec les collages dadaïstes ou les cadavres exquis surréalistes. On ne recherche plus l’authenticité de l’art dans la forme pure mais bien dans la richesse de la rencontre ou la confrontation des contraires. Les théoriciens de la postmodernité vont avoir recours à partir des années soixante à des termes tels qu’hétérogénéité, multiplicité, ouverture ou pluralité pour qualifier des œuvres qui semblent se diluer, souffrant d’un sérieux trouble d’identité. Aujourd’hui, le saisissement par les champs artistiques et littéraires du concept d’hybridité semble à première vue destiné à dépasser le statu quo clamé par les postmodernes pour caractériser un objet artistique issu d’un croisement entre deux ou plusieurs genres identifiables, créant une forme nouvelle ayant des caractéristiques propres. Ainsi, nous assistons à la multiplication d’œuvres littéraires dans lesquelles textes et images cohabitent ou de performances artistiques qui exposent le langage dans sa dimension plastique. Mais l’hybridité se manifeste également sous bien d’autres formes, elle peut venir troubler l’identité générique, dialogique et associer des niveaux temporels ou spatiaux a priori forts éloignés ou encore donner naissance à des personnages à l’identité métissée.

4Néanmoins, à l’ère du « 2 en 1 », à l’heure du tout hybride, ce terme récurrent et obsédant ne s’est-il pas vidé de son sens ? La banalisation d’un objet ou d’un concept tend à l’atténuation de sa spécificité, voire de son utilité. En ce sens, l’hybridité est-elle devenue un lieu commun, un mot « à la mode » ou est-elle un enjeu théorique majeur de notre époque ? L’hybridité serait-elle encore une notion opérative ou un simple fourre-tout ? Diffère-t-elle de concepts qui ont connu leur succès auparavant, comme dialogisme, collage… ? Dans le champ littéraire et artistique, l’hybridité est-elle le signe d’une prolifération à l’infini des formes d’art, de l’annihilation de toute identité stable ? À l’inverse, sommes-nous tout à fait certains qu’il existe des formes pures, dénuées de toute contamination extérieure ? Après tout, l’hybridité a toujours été là. D’autre part, l’hybridité tendrait-elle à accentuer la différence ou, au contraire, à une disparition de la différence, réduisant tout à une égalité fade et sans relief ? C’est à toutes ces questions que tente de répondre ce nouveau numéro de la revue Babel. Littératures plurielles qui recueille les actes d’une journée d’études s’étant tenue le 12 juin 2015 à l’Université « Jean Moulin » – Lyon 3 grâce au concours des groupes de recherche Marge et Babel.

5Les travaux de Nicolas Balutet et d’Emmanuel Molinet ouvrent cette réflexion en posant les indispensables bases théoriques du concept d’hybridité. Le premier s’attache à l’évolution de la notion au XXe siècle dans les sphères littéraires, à partir d’un savant panorama des apports conceptuels des différents penseurs de la postmodernité pour arriver jusqu’à la figure du cyborg, chantre du mouvement post-humaniste et figure éminemment littéraire notamment illustrée par des textes latino-américains. Emmanuel Molinet vient étayer ces propos introductifs en retraçant les usages de ce terme depuis le XVIIIe siècle jusqu’à nos jours dans le domaine de l’art où l’hybride devient une notion capable d’embrasser l’ensemble des pratiques et formes artistiques qui forment la mosaïque bariolée qu’est l’art d’aujourd’hui.

6La deuxième partie de ce numéro se penche sur l’hybridité née des interactions entre texte et image dans le traitement du matériau autobiographique. Ainsi, Thomas Faye s’attache à une forme hybride par excellence : le roman graphique Historias del barrio de Gabi Beltrán et Bartolomé Seguí. Polyphonie, diversité des points de vue et des modalités discursives sont à l’œuvre dans Historias del barrio, où se rencontrent deux époques de la vie chaotique de Gabriel. Paradoxalement, c’est l’hybridité même de l’œuvre, de par sa tension sémiotique et son caractère intermédial, qui génère le sens et s’avère apte à résoudre le chaos autobiographique de l’auteur. Hybridité, en définitive, au service du sens, car c’est dans l’interaction texte et image, à travers ces saillances, que le chaos de Gabriel prend sens.

7Juan Senís Fernández analyse l’œuvre Visión de Nueva York, de Carmen Martín Gaite, œuvre hybride s’il en est, qui allie journal intime et carnet de voyage. Il s’agit là de l’un des ouvrages de Martín Gaite où la relation entre texte et image devient plus complexe et intéressante, puisqu’elle apparaît comme un collage textuel et visuel dans lequel s’entrelacent des discours très divers et où se côtoient coupures de presse, commentaires personnels, photographies personnelles ou tirées du journal et dessins, collages, documents privés et publics. L’interaction entre textes et images est telle – le verbal tend à disparaître au profit de l’image – que Visión de Nueva York pourrait être qualifié d’album illustré en partant des considérations de Barthes : parole et image sont dans un rapport de complémentarité et si l’une ou l’autre venaient à disparaître l’œuvre serait incompréhensible pour le lecteur.

8Alina Kornienko, pour sa part, s’intéresse à un ouvrage peu étudié par la critique, le Journal de Jean-Luc Lagarce, œuvre en deux volumes : 1977-1990 et 1990-1995. Hybridité générique que celle des pages du Journal, à la fois journal intime, roman, recueil de nouvelles, dramaturgie, critique artistique, poétique et littéraire, brouillon d’écrivain, carnet de citations, scénario cinématographique et même scénarimage. Au fil des pages, le Journal évolue et se transforme, s’apparentant à un roman ou, mieux encore, à un lieu d’expérimentation littéraire et de cohabitation générique, où se côtoient les citations des ouvrages que dévore l’auteur et les anecdotes de son quotidien. Le journal intime se transforme par moments en journal de voyage et devient également un carnet de bord où l’écrivain consigne ses mises en scène et son travail de dramaturge. Le dialogisme du Journal renforce également l’hybridité générique car l’intégration de la figure du Lecteur auquel il s’adresse tout au long du Journal sort celui-ci du cadre strict du texte autobiographique intime.

9La troisième partie aborde les modalités de l’écriture hybride dans le roman et la poésie contemporains. Deux pratiques d’écriture singulières d’auteurs de romans, l’un espagnol et l’autre française, nous sont présentées par Roxana Ilasca et Marika Piva. Jorge Carrión investit avec Crónica de viaje les territoires de Google pour aborder l’histoire de sa famille andalouse installée en Catalogne. Le roman prend la forme d’un récit de voyage qui permet à Roxana Ilasca d’interroger le concept d’e-migration afin d’analyser cet écrit que l’on qualifie difficilement de roman tant sa composition est hétérogène. Marika Piva apporte une contribution sur Chloé Delaume, mystérieuse écrivaine française qui, après de nombreux opus consacrés à l’autofiction, poursuit ses investigations identitaires à travers les supports numériques, donnant lieu à des projets littéraires pluriels dont les expressions peuvent être musicales, ludiques ou encore graphiques. Lucie Lavergne expose pour sa part le volet poétique de l’écriture hybride à travers l’exemple de la poésie visuelle espagnole des années soixante et soixante-dix, une période clé pour l’expression artistique d’une Espagne qui, entre crise et exploration de nouvelles voies d’expression, vit les dernières heures du franquisme.

10La quatrième partie s’intéresse à la réécriture et à l’intermédialité. Dans son article, Aurélia Gournay s’attache à deux réécritures du mythe de Don Juan : le téléfilm Dom Juan de Marcel Bluwal et la pièce de théâtre L’ambigu de Roland Topor. Si ces deux pièces illustrent parfaitement la notion d’hybridité dialogique (à travers l’intertextualité), l’œuvre de Marcel Bluwal interroge également la notion d’hybridité générique par l’utilisation des ressources cinématographiques. De son côté, Roland Topor mène ses monologues vers le questionnement identitaire de Don Juan, personnage hybride qui se laisse envahir par sa moitié féminine. Florence Le Blanc se penche sur l’œuvre de Donigan Cumming, auteur de vidéos docufictionnelles évoluant aux confins du réel et de la fiction et dont la démarche s’apparente à celle mémorielle menée par Proust dans sa Recherche du temps perdu, tout en rejoignant également Beckett et son théâtre de l’absurde. À travers les photographies personnelles et les rapports médicaux de son frère, Donigan Cumming opère dans Locke’s Way un passage de la docufiction à l’autofiction. Œuvre hybride, elle l’est d’abord du point de vue formel, car elle tient autant de la performance que du film expérimental. Bien qu’autofictionnelle, elle entretient un étrange rapport au réel : si l’ancrage est réaliste, parole et actions sont tout de même scénarisées ; l’œuvre tient à la fois de l’autofiction et de la performance. Enfin, Sabine Hillen porte son attention sur l’œuvre de Marcel Broodthaers. S’appuyant notamment sur les travaux de Byung-Chul Han, elle entend montrer en quoi les scènes cinématographiques et les décors de l’artiste plasticien belge, qui suscitent souvent le choc ou la surprise ou bien interpellent par son manque de signification, peuvent ou non être considérés comme hybrides.

11Enfin, la dernière partie de ce numéro 33 de Babel. Littératures plurielles est consacrée aux identités hybrides. À travers son analyse de deux films des diasporas d’Afrique, Daniela Ricci explique combien l’hybridité culturelle est présente dans L’Afrance d’Alain Gomis (2001) et Juju Factory de Balufu Bakupa-Kanyinda (2007). Elle se manifeste par des narrations non linéaires, des récits fragmentés, des personnages syncrétiques, autant d’éléments offrant des épistémologies inédites et des regards novateurs, susceptibles de défier la pensée unique et la logique dominante. Il en va de même dans l’article de Pilar Arnau qui propose une lecture fine de l’œuvre autobiographique de plusieurs écrivains catalans d’origine maghrébine (Najat El Hachmi, Laila Karrouch, Saïd El Kadaoui Moussaoui). Tous trois s’interrogent sur leur identité au carrefour de cultures entre lesquelles ils ne veulent pas choisir préférant une pensée de frontière qui cherche la stabilité dans l’hybridité.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Nicolas Balutet, Belén Hernández Marzal et Alice Pantel, « Avant-propos », Babel, 33 | -1, 11-15.

Référence électronique

Nicolas Balutet, Belén Hernández Marzal et Alice Pantel, « Avant-propos », Babel [En ligne], 33 | 2016, mis en ligne le 01 juillet 2016, consulté le 15 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/babel/4386

Haut de page

Auteurs

Nicolas Balutet

Université de Toulon - Laboratoire Babel (EA 2649)

Articles du même auteur

Belén Hernández Marzal

Université « Jean Moulin » – Lyon 3

Alice Pantel

Université « Jean Moulin » – Lyon 3

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Babel. Littératures plurielles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Laboratoire Babel
  • Logo Université de Toulon
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals