Navigation – Plan du site

38 | 2018
La guerre future : lectures francophones et hispanophones aux XIXe et XXe siècles

La guerra futura : lecturas francófonas e hispánicas, siglos XIX y XX
Sous la direction de José García-Romeu, Laure Lévêque et Mariano Martín Rodríguez
Notes de la rédaction

La charnière des XIXe et XXe siècles voit fleurir un sous-genre littéraire, dérivé du roman d’anticipation : le récit des guerres futures.

Particulièrement bien servi par l’édition populaire, il connaît un large succès à l’échelle européenne et, tant en France qu’en Angleterre ou en Allemagne, les années 1870-1914 livrent une abondante littérature d’anticipation guerrière. D’inspiration tantôt patriotique tantôt apocalyptique, ces fictions font la part belle à la technologie et accouchent d’un arsenal terrifiant, emportées par la certitude qu’une guerre en Europe est, à plus ou moins brève échéance, inévitable.

À la veille de la chute du second Empire, Jules Verne écrivait, nostalgique des espoirs portés par 1848, bien vendangés dans un contexte, national et international, ultra polarisé :

« voilà le bilan de l’Empire après dix-huit ans de règne : un milliard à la banque, plus de commerce, plus d’industrie. Quatre-vingts valeurs de Bourse qui ne rapportent rien, sans compter celles qui sombreront encore. Une loi militaire qui nous ramène au temps des Huns et des Wisigoths. De stupides guerres en perspective ».

Et telle est bien la leçon que, de Robida à Gustave Le Rouge, retiendront les émules d’un Verne chantre critique du scientisme et des dérives dont il est gros, quand les inquiétudes que font naître les liaisons dangereuses des trusts, incarnation de la toute puissance du capital, de la science (ère de l’électricité, progrès de la balistique...) et d’un nationalisme agressif qu’embrasse une classe politique opportuniste et irresponsable accouchent de La Guerre au XXe siècle (Robida, 1869, 1883, 1887) et, même, de celle du XXIXe siècle, avec La Journée d’un journaliste américain en 2889 (Verne, 1889), où l’équilibre de la terreur a certes neutralisé les conflits armés, mais au bénéfice d’une société fachoïde, que gouverne un inquiétant soft power.

Conjuguant l’internationalisation des conflits à la destruction industrielle de masse, ces questions inspirent à la fois des militaires portés vers l’écriture romanesque (Émile Driant, dit le capitaine Danrit) et des romanciers férus de spéculation technologique (Jules Verne). Retrempée dans le terrifiant spectacle de la guerre moderne : guerre de Sécession aux États-Unis, guerre de 1870 contre la Prusse, guerre russo-japonaise (1904-1905)... relayées par l’apparition des correspondants et des photographes de presse, cette littérature procède aussi directement de l’aventure coloniale, où la rencontre brutale avec des civilisations exotiques suscite des discours qui ne le sont pas moins, et des projections dont témoigne le cycle de Marcel Barrière, La dernière épopée, avec Le Monde noir, roman sur l’avenir des sociétés humaines (1909) et La nouvelle Europe, anté-histoire de la dernière guerre (1911).

Dans le volumineux corpus ainsi produit se donnent à lire les préoccupations et les représentations idéologiques de l’époque : péril jaune (Danrit, L’invasion jaune, 1905 ; Pierre Giffard, La guerre infernale, 1908), revanche contre l’Allemagne (Jules Verne, Les Cinq cents millions de la Bégum, 1879), guerre des civilisations et des races(Danrit, L’invasion noire, 1895), monde industriel contre monde traditionnel... Par essence agonistique, cette littérature s’intéresse de très près aux développements sociaux qu’induisent ces mutations et n’ignore en rien ce qui relève de la guerre sociale, comme le laissent à entendre les prospectives d’Émile Pataud ou d’Émile Pouget, Comment nous ferons la révolution (1907) ou Demain (1911).

En France, la réalité ayant dépassé la fiction, ce genre tombe en désuétude après 1918, l’héroïsme et le patriotisme belliqueux qui le soutenaient devenant proprement illisibles aux yeux des rescapés du grand massacre. Il se développe en revanche ailleurs dans le monde, et notamment en Espagne, où il prospère à l’ombre de la Grande guerre – bien après néanmoins que se furent exprimées les spéculations d’auteurs conscients de ce qu’impliquait les signes annonciateurs de la guerre de 1898 contre les États-Unis (Manuel Montero y Rapallo, La batalla naval de Manila, 1896 ; Nilo María Fabra, La guerra de España con los Estados Unidos, 1897). Dans ce pays neutre, non soumis à la censure pour raison de guerre, de nombreux romans ont été publiés durant le conflit même, qui spéculaient sur les possibles développements futurs des opérations, certains soutenant les alliés, d’autres les empires centraux, d’autres encore manifestant leur neutralité, tel l’humoristique Don Quijote en la guerra de Elías Cerdá (1915).

En revanche, à la différence de ce que l’on observe en France, le « péril jaune » ne nourrit pas le genre, au contraire du « péril vert », qui fait l’objet de plusieurs récits décrivant une invasion musulmane de la Péninsule ibérique. Ainsi du roman de Nicolau M. Rubió i Tudurí, écrit en français, Le Réveil de l’Afrique, publié en 1936. L’époque a également vu paraître d’importantes fantaisies admonitrices sur de prochaines guerres apocalyptiques, dont Después del gas, de David Arias (1936).

En Amérique latine, et singulièrement dans l’Amérique hispanophone, l’impérialisme anglo-saxon et la dénonciation du fait colonial inspirèrent des essais prospectifs. Les auteurs y conçurent des guerres terminales entre Indigènes et Européens (Luis Valcárcel au Pérou, avecTempestad en los Andes, 1927) ou entre métis hispano-indiens et blancs anglo-saxons (José Vasconcelos au Mexique, avecLa raza cósmica, 1925) ainsi qu’entre latino-américains et anglo-américains (Carlos Gagini au Costa Rica, avec La caída del águila, 1920). Mais, parallèlement à ces thèses strictement autochtones, des idées et des phénomènes propres à l’Europe inspirèrent également les auteurs du Nouveau monde : le péril jaune (Adrián del Valle, Los diablos amarillos, 1912 ; Manuel Ugarte, El camino de los dioses, 1926) et la Grande guerre, déchaînement de barbarie ayant disqualifié la civilisation dont les Amériques prétendaient tirer leur modèle. À partir de la boucherie de 14-18, on imagine donc avec pessimisme les massacres à venir (Vicente Huidobro,La próxima, 1934), parfois avec une lucidité troublante capable d’anticiper le génocide nazi (Roberto Arlt,Los siete locos, 1929).

Le récit des guerres futures, qui désigne un adversaire et qui imagine une confrontation radicale et définitive, offre une entrée particulièrement pertinente pour comprendre les terreurs et les fantasmes d’une époque : hiérarchie des races et des civilisations, colonialisme et anticolonialisme, dangers technologiques… L’étude des textes appartenant à ce genre permettra ainsi de mieux saisir la toile de fond idéologique et culturelle ayant suscité un genre historiquement si déterminé. Par ailleurs, la rencontre des deux perspectives envisagées, la francophone et l’hispanophone – que l’on pourra étendre à d’autres pays et régions que ceux évoqués dans la présente circulaire (Québec, Afrique francophone…) – révèlera sans doute des tendances communes et universelles, mais aussi des divergences éclairantes.

  • Logo Laboratoire Babel
  • Logo Université de Toulon
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals