Navigation – Plan du site
Articles varia

Un exemple de roman géographique (et pédagogique) au xixe siècle : Les Enfants du capitaine Grant (Jules Verne, 1867‑68)

An example of geographical – and pedagogical – novel in the 19th century: « In Search of the Castaways », Jules Verne, 1867‑68
Lionel Dupuy
p. 82-93

Résumés

Les « Voyages extraordinaires » de Jules Verne (1828‑1905) sont des romans géographiques qui ont permis au xixe siècle de transmettre autrement le savoir géographique. La présentation et l’analyse de « Les Enfants du capitaine Grant » illustre notamment comment l’articulation du réel et de l’imaginaire géographique assure ainsi une dimension pédagogique à un récit pourtant fictif mais cautionné par certains géographes de l’époque considérée.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Dupuy Lionel (2009). Géographie et imaginaire géographique dans les Voyages extraordinaires de Jule (...)
  • 2 Compère Daniel ; Margot Jean-Michel (1998). Entretiens avec Jules Verne 1873-1905. Genève : Slatkin (...)

1Les 62 romans de Jules Verne qui composent le corpus des Voyages extraordinaires sont tous structurés autour d’une puissante trame géographique que l’auteur décline également dans un registre imaginaire1. Dès lors, il découle de cette structuration la présence de deux géographies qui se complètent dans le récit vernien : l’une que l’on peut qualifier de « réelle », « scientifique » ; une autre plus « imaginaire », « extraordinaire ». Or toutes les deux sont utilisées par le romancier dans une perspective bien précise : instruire tout en divertissant. Jules Verne revendique d’ailleurs cette ambition (partagée et encouragée par son éditeur) lors d’entretiens qu’il a accordés, notamment à la fin de sa vie : « […] mon objet n’était pas de prophétiser, mais d’apporter aux jeunes des connaissances géographiques en les enrobant d’une manière aussi intéressante que possible »2.

2Cette ambition didactique et pédagogique est particulièrement présente dans l’un des premiers romans de l’auteur : Les Enfants du capitaine Grant (1867‑68). L’un des personnages centraux – Paganel – est d’ailleurs l’alter ego romanesque du géographe Louis Vivien de Saint‑Martin (1802‑1897) qui ne manque pas de louer, parmi d’autres, la publication des Voyages extraordinaires dans la revue qu’il a fondée récemment : L’Année Géographique.

3Dans cette perspective, il convient alors de s’interroger sur le rôle que peut jouer une œuvre romanesque dans la transmission et la diffusion du savoir géographique. Car en effet, en leur temps, les Voyages extraordinaires ont su établir un lien direct et efficace entre la géographie et un large public, avide de connaissances, désireux de découvrir de nouveaux mondes et de voyager par l’imaginaire.

4Après avoir présenté les différents comptes‑rendus écrits par Vivien de Saint‑Martin à propos des Voyages extraordinaires, nous reviendrons sur les liens évidents qui rapprochent ce dernier avec le personnage romanesque de Paganel, avant de terminer sur une réflexion relative aux ressources que peut fournir le roman géographique. Ce détour par la littérature nous permettra ainsi de montrer l’intérêt de passer aussi par le récit (imaginaire) afin de transmettre autrement le savoir géographique.

1. Quand Vivien de Saint‑Martin encourage la lecture des Voyages extraordinaires

  • 3 Voir particulièrement à ce titre :
    – Embs Jean-Marie (2002). « Une caution scientifique aux débuts d (...)

5Louis Vivien de Saint-Martin, secrétaire général de la Société de Géographie de Paris de 1845 à 1850, publie six comptes-rendus majeurs dans la revue L’Année Géographique, tous relatifs aux dernières parutions verniennes. Ces témoignages d’intérêt et d’encouragement sont d’autant plus importants qu’ils constituent tous une sérieuse caution, à la fois scientifique et géographique, au projet retenu par Verne et Hetzel dans le cadre de l’édition des Voyages extraordinaires3.

  • 4 Nous précisons dans cette section les dates de parution dans les numéros du Magasin d’Éducation et (...)

6Relatant Voyages et aventures du capitaine Hatteras (1864-654), Vivien de Saint-Martin souligne notamment que Jules Verne excelle dans un :

  • 5 L’Année géographique, 1864 (1865), Paris : Hachette, p. 271.

« […] genre où se sont illustrés les auteurs de Robinson et de Gulliver, sans parler de la multitude fastidieuse de ce qu’on nomme les Voyages imaginaires […] ; la géographie et les phénomènes de la nature polaire y sont décrits de main de maître »5.

7Nous reviendrons dans la troisième partie de cet article sur cette question du « genre » qu’évoque le géographe. Suite à la sortie de Voyage au centre de la Terre (1864), il renouvelle ses compliments :

  • 6 C’est l’auteur qui souligne.
  • 7 L’Année géographique, 1864 (1865), Paris : Hachette, pp. 408-409. L’auteur fait référence ici à la (...)

« M. Verne aussi appartient à cette noble famille des savants appelés à répandre, en les simplifiant, les premières notions de la science. J’ai déjà eu plus d’une foi [l’] occasion de signaler la remarquable puissance de réalisation6 (je n’ai pas d’autre mot pour rendre ma pensée) que possède l’auteur de ce singulier livre, – je veux dire l’art de donner une réalité saisissante aux descriptions et aux récits, de rendre palpable et vivant ce qu’on voit par les yeux de l’esprit, en un mot l’alliance, à un très haut-degré, des notions solides de l’homme d’étude et des qualités brillantes de l’homme d’imagination »7.

8À l’occasion de la publication pré-originale du roman Les Enfants du capitaine Grant (1865-67), le géographe ne manque pas de louer une nouvelle fois la nouvelle production vernienne :

  • 8 L’Année géographique, 1866 (1867), Paris : Hachette, p. 511.

« Nous rangerions volontiers sinon dans la classe des ouvrages d’enseignement géographique proprement dits, au moins parmi les livres les mieux faits pour en donner le goût et en préparer la sérieuse étude, les voyages fictifs dans la composition desquels Monsieur Jules Verne a conquis une spécialité si éminente »8.

9Vivien de Saint-Martin insiste ainsi à plusieurs reprises dans ses articles sur l’aspect didactique et pédagogique des romans verniens, leur forte dimension géographique et les qualités d’imagination de ces récits de fiction. Toujours dans le même compte-rendu, il rajoute d’ailleurs un peu plus loin :

« On a publié depuis vingt-cinq ans des voyages arrangés dont l’idée première est au fond la même que ceux de Monsieur Verne et qui ont un très grand débit grâce aux noms qu’on y a rattachés, Eyriès, Dumont d’Urville et d’autres : nous affirmons sans crainte qu’aucune de ces publications ne peut être mise en parallèle avec celles de Monsieur Verne ».

  • 9 L’Année géographique, 1867 (1868), Paris : Hachette, p. 507.

10L’année suivante, en 1868, il publie son quatrième compte-rendu, un texte dans lequel il évoque le même roman, mais dans sa version publiée en volumes9. Il rend également hommage à Théophile Lavallée mort l’année précédente et en remplacement duquel Jules Verne poursuit l’écriture de la Géographie illustrée de la France et de ses colonies. Vivien de Saint-Martin reprend, en termes différents, les mêmes propos tenus l’année auparavant. Remarquons au passage que ce roman de Jules Verne bénéficie de deux comptes-rendus du géographe. Pourquoi ce traitement de faveur ? Nous y reviendrons.

11Dans son cinquième compte-rendu, Vivien de Saint-Martin salue avec enthousiasme la parution de Vingt mille lieues sous les mers :

  • 10 L’Année géographique, 1870-1871 (1872), Paris : Hachette, p. 432.

« Je ne crains pas d’inscrire ici, au milieu des ouvrages rigoureusement scientifiques, cette nouvelle production de notre prestigieux Jules Verne, qui sait renfermer, dans les cadres créés par sa puissante imagination, tant de faits et de notions empruntés à ce que les études contemporaines ont de plus curieux et de mieux établi »10.

12Enfin, dans un dernier compte-rendu, relatif au couronnement des Voyages extraordinaires par l’Académie française, il est rappelé que L’Année géographique n’a jamais manqué de rendre hommage à Jules Verne dans ses différents livraisons :

  • 11 L’Année géographique, 1872 (1873), Paris : Hachette, p. 429.

« L’Académie française s’est tenue dans la même voie en décernant cette année un de ses prix à Monsieur Jules Verne pour l’ensemble des livres de vulgarisation, où le savant écrivain a su renfermer d’une manière si heureuse dans le cadre ingénieux d’une suite de voyages fictifs, une instruction au fond très solide et très sérieuse sous le charme dont l’imagination l’enveloppe. Il est peu de volumes de L’Année géographique où nous-mêmes nous n’ayons rendu un chaleureux et légitime hommage aux heureuses conceptions de Monsieur Verne »11.

13Que retenir finalement de ces différents comptes-rendus ? D’une part, dès le début de sa carrière de romancier, Jules Verne est considéré comme un véritable écrivain-géographe. Vivien de Saint-Martin souligne d’ailleurs combien la géographie mobilisée dans les romans de Jules Verne témoigne d’une parfaite connaissance des dernières découvertes scientifiques et de leurs conséquences sur l’évolution du monde : « la géographie et les phénomènes de la nature polaire y sont décrits de main de maître » ; « la remarquable puissance de réalisation » ; « au milieu des ouvrages rigoureusement scientifiques ».

14D’autre part, notons comment Vivien de Saint-Martin revient régulièrement sur le rôle de l’imaginaire dans le caractère divertissant et attrayant de ces productions romanesques : « les Voyages imaginaires » ; « l’homme d’imagination » ; « sa puissante imagination » ; « d’une suite de voyages fictifs dont l’imagination l’enveloppe ».

15Géographie et imaginaire géographique sont ainsi déclinés dans les Voyages extraordinaires et assurent à ces derniers une dimension véritablement pédagogique : « ouvrages d’enseignement géographique proprement dits » ; « livres de vulgarisation […] une instruction au fond très solide et très sérieuse ».

16D’autres articles relatifs à la sortie des romans de Jules Verne paraîtront encore du vivant de l’auteur, mais aucun ne sera écrit, semble-t-il, par un géographe. Par la suite, c’est Charles Maunoir, géographe et secrétaire de la Société de Géographie de Paris de 1867 à 1897, qui reprend la tête de L’Année Géographique. Jules Verne et Charles Maunoir se connaissent : ce dernier va introduire le romancier dans la commission centrale de la Société de Géographie en 1867. Jules Verne y restera jusqu’en 1871, alors que son installation à Amiens ne lui permet plus d’assurer une présence régulière aux séances.

2. De Vivien de Saint‑Martin à Paganel : du géographe (de cabinet) au héros romanesque

  • 12 Sur les rapprochements possibles entre Paganel, Vivien de Saint-Martin, Élisée Reclus et les frères (...)

17Comme nous l’avons fait remarquer précédemment, pourquoi le roman Les Enfants du capitaine Grant bénéficie-t-il ainsi de deux comptes-rendus (si) élogieux de la part de Vivien Saint-Martin ? Ne serait-ce pas tout simplement parce que ce dernier est évoqué à plusieurs reprises dans le roman ? Peut-être d’ailleurs a-t-il également inspiré Jules Verne dans l’invention de Paganel12:

  • 13 Verne Jules. Les Enfants du capitaine Grant. Chapitre VI, Première partie.

« Jacques-Eliacin-François-Marie Paganel, secrétaire de la Société de Géographie de Paris, […], qui, après avoir passé vingt ans de sa vie à faire de la géographie de cabinet, a voulu entrer dans la science militante, et se dirige vers l’Inde pour y relier entre eux les travaux des grands voyageurs »13.

  • 14 Ibid.
  • 15 Ibid. Chapitre VII, Première partie. Ironie du sort, quand le roman sort en 1867-68 aux éditions He (...)

18Interrogé sur la nature de son expédition, il répond : « Oui, un utile et curieux voyage à tenter, et dont le programme a été rédigé par mon savant ami et collègue M. Vivien de Saint‑Martin »14. Pourtant cet infortuné Paganel ne se dirige pas vers les Indes, comme il le pense. Ayant pris conscience de son erreur, il s’exclame : « Mais que vont dire M. de Quatrefages, le président de la commission centrale ! et M. d’Avezac ! et M. Cortambert ! et M. Vivien de Saint-Martin ! Comment me représenter aux séances de la Société ! »15.

19Il est donc très intéressant de souligner ici le procédé romanesque employé par Jules Verne qui permet de conjuguer habilement le fictif avec le réel (Paganel ami de Vivien de Saint-Martin), ou comment le romancier arrive à introduire une continuité logique et cohérente entre un roman, un voyage imaginaire et une société savante bien réelle. Pour le lecteur, la confusion est introduite dès la lecture de ces lignes, et l’on finit par croire en l’existence véritable de Paganel, secrétaire de la Société de Géographie de Paris. Telle est la force de l’écriture vernienne : donner à l’imaginaire, au fictif, l’épaisseur du réel.

20De plus, l’intrigue du roman est fondamentalement géographique : elle s’articule autour de la recherche du capitaine Grant par ses enfants, accompagnés par les époux Glenarvan, qui vont parcourir systématiquement le 37ème parallèle dans l’hémisphère sud. Car ces derniers ne disposent en effet, pour retrouver les traces du naufrage du Britannia à bord duquel avait embarqué le capitaine Grant, que de l’indication de la latitude, la longitude ayant été effacée sur le message en trois langues trouvé au début de l’aventure.

21En réalité ce Voyage autour du monde (sous-titre du roman) est surtout l’occasion pour le géographe Paganel de dispenser son savoir, qui relève cependant plus de la théorie que de la pratique :

« » C’est la route de Yumbel à Los Angeles. » [déclare Paganel]
Glenarvan regarda le catapaz.
« Parfaitement », répondit celui-ci.
Puis, s’adressant au géographe :
« Vous avez donc traversé ce pays ? dit-il.
– Parbleu ! répondit sérieusement Paganel.
– Sur un mulet ?
– Non, dans un fauteuil. » »

  • 16 Duperrein Bernard (1999). « Pédagogie et Écologie humaine ». Actes de L’International Congress of E (...)

22Autrement dit, et telle est a priori l’interrogation que nous pose Jules Verne, le savoir géographique peut-il faire l’économie d’une confrontation avec le terrain ? Savoir, n’est-ce pas aussi transmettre ?16

23Il apparaît dans ce roman une véritable volonté du géographe de transmettre son savoir géographique, particulièrement aux enfants :

  • 17 Verne Jules. Les Enfants du capitaine Grant, op. cit., chapitre XIII, Seconde Partie.

« Cependant Paganel et Robert, devançant leurs compagnons, suivaient entre les tumuli de petites allées ombreuses. Ils causaient et s’instruisaient l’un l’autre, car le géographe prétendait qu’il gagnait beaucoup à la conversation du jeune Grant »17.

  • 18 Dupuy Lionel (2008). Drôle de Jules Verne. Humour, ironie et dérision dans l’oeuvre de Jules Verne. (...)

24Cette transmission du savoir, Jules Verne la réalise en convoquant notamment deux supports : l’imaginaire et l’humour18. Ayant rencontré un petit indigène d’Australie qui a obtenu un premier prix de géographie, Paganel décide alors de l’interroger sur ses connaissances :

  • 19 Ibid., chapitre XIII, Seconde Partie.

« – […] à qui appartient l’Europe ? – Mais l’Europe appartient aux Anglais, répondit l’enfant d’un ton convaincu. – Je m’en doute bien, reprit Paganel. Mais comment ? Voilà ce que je désire savoir. – Par l’Angleterre, l’Écosse, l’Irlande, Malte, les îles Jersey et Guernesey, les îles Ioniennes, les Hébrides, les Shetland, les Orcades… – Bien ! Bien, Toliné, mais il y a d’autres états que tu oublies de mentionner, mon garçon ! – Lesquels ? Monsieur, répondit l’enfant, qui ne se déconcertait pas. – L’Espagne, la Russie, l’Autriche, la Prusse, la France ? – Ce sont des provinces et non des états, dit Toliné. – Par exemple ! S’écria Paganel, en arrachant ses lunettes de ses yeux. – Sans doute, l’Espagne, capitale Gibraltar. – Admirable ! Parfait ! Sublime ! Et la France, car je suis français et je ne serais pas fâché d’apprendre à qui j’appartiens ! – La France, répondit tranquillement Toliné, c’est une province anglaise, chef-lieu Calais. – Calais ! S’écria Paganel. Comment ! Tu crois que Calais appartient encore à l’Angleterre ? – Sans doute. – Et que c’est le chef-lieu de la France ? – Oui, monsieur, et c’est là que réside le gouverneur, lord Napoléon… – […] Ah çà ! Toliné, et la lune, mon garçon, est-ce qu’elle est anglaise aussi ? – Elle le sera, répondit gravement le jeune sauvage »19.

25Il se dégage de cette confrontation imaginaire et humoristique un effet miroir évident : Paganel et Toliné sont tous les deux dépositaires d’un savoir parcellaire et théorique. La confrontation avec l’altérité et le terrain permet toujours de mettre en évidence les limites d’un savoir et d’un enseignement, quels qu’ils soient. Pour autant, tout en dénonçant ces travers – que l’on pourrait également appliquer à l’auteur lui-même puisque ce dernier met en scène une géographie qu’il n’a jamais pratiquée – le romancier transmet cependant une forme de savoir géographique. En effet, les multiples descriptions et énumérations qui ponctuent le texte vernien constituent autant d’informations et de connaissances que l’écrivain « enseigne » finalement par le biais du récit et de l’imaginaire. Lorsque l’on suit sur les cartes qui accompagnent de très nombreux romans le trajet suivi par les héros, nous apprenons aussi la géographie, dont il faut rappeler que Vidal de La Blache voulait qu’elle fût une science des lieux.

26Dans ce roman, Jules Verne propose finalement une déclinaison pédagogique et géographique de l’une des allégories les plus célèbres de notre littérature, celle de la Caverne de Platon. Par l’intermédiaire de Paganel l’auteur nous montre à quel point notre connaissance du monde est partielle, incomplète, souvent biaisée. Seule, une connaissance encyclopédique ne peut suffire à dire le monde dans sa réalité complexe : elle doit aussi être accompagnée d’une expérience sur le terrain, de la possibilité de voir de ses propres yeux, d’expérimenter in situ, afin de mettre la pensée à l’épreuve du réel. Dans le texte de Platon, l’homme prisonnier au fond d’une caverne ne voit que les ombres des objets projetées sur les murs par les rayons du soleil : telle était la situation de Paganel, qui, avant de monter à bord du Duncan, ne connaissait du monde que les cartes et les textes divers étudiés dans son bureau parisien.

3. Les Voyages extraordinaires, des romans géographiques et pédagogiques

27L’idée que nous développons ici est que le roman (géographique) constitue ainsi et aussi un support efficace dans la transmission du savoir géographique. Ce constat est partagé par Marc Brosseau qui précise dans son essai intitulé Des romans-géographes que :

  • 20 Berdoulay Vincent (1988). Des mots et des lieux. La dynamique du discours géographique. Paris : Édi (...)
  • 21 Brosseau Marc (1996). Des romans-géographes. Paris : L’Harmattan, p. 102.

« L’angle des genres fournit un éclairage particulièrement fécond pour l’histoire des temps longs comme en témoigne le livre récent de Berdoulay20. […] Ce point de vue permet d’envisager, en outre, les rapports qu’entretient une discipline avec le grand public. La baisse de popularité de la géographie, qu’elle a connue à une époque récente, provient peut-être de son abandon de genres jadis bien colonisés (le récit de voyage, par exemple), comme le suggère Chevalier. […] Dans cette optique, il est difficile de trouver un « genre » offrant autant de liberté, jouissant d’une aussi grande capacité d’intégration, que le roman »21.

28Et notre développement rejoint également l’analyse faite par Anne-Gaëlle Weber dans son article sur Le genre romanesque du récit de voyage scientifique au xixe siècle :

  • 22 Weber Anne-Gaëlle (2006). « Le genre romanesque du récit de voyage scientifique au xixsiècle ». S (...)

« Le xixe siècle n’est pas celui où meurt le genre du récit de voyage mais celui où il naît, celui ou le récit de voyage se constitue en genre, c’est-à-dire en un ensemble de règles d’écriture. Se constituant en genre, il devient aussi une forme dont les romanciers se saisissent pour la transposer dans le domaine de la fiction ; là, le récit de voyage scientifique est curieusement le détour dont usent les écrivains pour réinventer le roman romanesque »22.

  • 23 Comme nous l’avons mis en évidence dans notre thèse avec Le Superbe Orénoque (1898).

29Au xixe siècle, Jules Verne fait partie de ces écrivains qui lisent et s’approprient les multiples récits de voyage publiés alors dans de nombreuses revues et qui alimentent leur inspiration, leur imagination. Dès lors, la publication des Voyages extraordinaires répond directement à l’horizon d’attente d’un public qui est avide d’informations, de connaissances sur les dernières découvertes qui ont été faites dans le domaine de l’exploration scientifique et géographique. Jules Verne, qui n’a ni le temps, ni les moyens de voyager autant que ses intrépides explorateurs, se contente donc le plus souvent de reprendre à son compte les informations qu’il a lues ici et là. C’est ainsi que pour rendre son récit crédible, vraisemblable, plausible, il n’hésite pas parfois à reprendre à l’identique des chemins déjà empruntés par de véritables explorateurs23.

30Cependant, l’une des difficultés qui se présente à l’auteur est celle de pouvoir dire autrement ce récit de voyage. Car il faut faire rêver le lecteur, l’emmener au-delà des découvertes qui ont été réalisées. C’est à ce niveau que Jules Verne apporte sa valeur ajoutée. Ce dernier, systématiquement dans ses aventures, décrit à un moment ou à un autre, un lieu, une région, un territoire qui n’a jamais été parcouru auparavant. Ce basculement du récit du réel vers l’imaginaire se fait par le truchement d’une rhétorique efficace (les métaphores sont l’outil privilégié du romancier) et du développement d’une intrigue capable de tenir en haleine le lecteur jusqu’au bout. Ce faisant, Jules Verne touche un public plus large que le simple lectorat du récit de voyage.

31Jules Verne parvient donc à ce résultat en procédant notamment, dans son texte, à deux modifications majeures. D’une part il « romance », il « fictionnalise » de nombreux récits de voyage, en reprenant pour cela les grands thèmes et outils du roman : la narration articule le réel et l’imaginaire, l’écriture est moins aride que dans un récit de voyage, les multiples péripéties alimentent l’intrigue d’une aventure dont on ne sait véritablement le dénouement qu’à la fin, etc. D’autre part – et cela participe aussi de la transformation en roman du récit de voyage – il intègre systématiquement une part d’imaginaire, de merveilleux, d’étrange, de fantastique dans ses aventures. Par cette « extraordinarisation » du récit, l’auteur fait basculer son voyage de l’ordinaire, du quotidien, vers l’extraordinaire, le fantastique : le voyage devient littéralement extraordinaire. Anne-Gaëlle Weber résume ainsi la situation :

  • 24 Weber Anne-Gaëlle, op.cit., p. 77.

« Il existe donc bien, dès le premier xixe siècle, un genre romanesque du récit de voyage scientifique ; c’est le modèle générique élaboré notamment par les romanciers du voyage qui sont aussi de grands lecteurs de récits de voyages et qui en identifient si bien les règles qu’ils les transposent dans le domaine de la fiction après avoir aboli la dernière frontière possible du vrai et du vraisemblable »24.

32Ce genre romanesque présenté par Anne-Gaëlle Weber correspond ainsi en tout point au projet retenu par l’auteur et son éditeur :

  • 25 Hetzel Jules (1866). « Avertissement de l’éditeur ». Voyages et aventures du capitaine Hatteras. Pa (...)

« Son but est [la publication des Voyages extraordinaires], en effet, de résumer toutes les connaissances géographiques, géologiques, physiques, astronomiques, amassées par la science moderne, et de refaire, sous la forme attrayante et pittoresque qui lui est propre, l’histoire de l’univers »25.

33Une triple ambition anime donc l’auteur : géographique, pédagogique, encyclopédique. 30 ans plus tard, il revient sur sa volonté de « dépeindre la terre », expression qu’il emploie à de nombreuses reprises dans ses entretiens, ici notamment avec Robert Sherard :

  • 26 Compère Daniel ; Margot Jean-Michel (1998), op. cit., pp. 88 et 92. L’entretien date de 1894.

« Ma matière préférée a toujours été la géographie […] vous remarquerez que la géographie est à la fois ma passion et mon sujet d’étude. […] Mon but a été de dépeindre la Terre, et pas seulement la Terre, mais l’univers, car j’ai quelques fois transporté mes lecteurs loin de la Terre dans mes romans »26.

34Agissant de la sorte, l’auteur a initié avec la série de ses Voyages extraordinaires un genre profondément ancré dans le géographique et à forte valeur pédagogique : le roman géographique. Les Enfants du capitaine Grant en sont une des illustrations les plus emblématiques, notamment grâce à la figure de Paganel qui cristallise un savoir théorique que l’homme souhaite d’une part confronter à la réalité du terrain et d’autre part transmettre aux plus jeunes générations.

35Remarquons enfin comment ce roman s’articule également autour d’une triple logique circulaire – liée directement à la triple ambition des Voyages extraordinaires que nous avons soulignée plus haut – qui assure un véritable retour aux sources :

  • d’abord au niveau géographique, puisqu’il s’agit de réaliser un tour du monde en suivant systématiquement le 37e parallèle de latitude sud,

  • ensuite au niveau pédagogique : Paganel enseigne la géographie aux enfants du capitaine Grant qui en retour lui permettent d’appréhender autrement la constitution et la transmission de son savoir,

  • enfin au niveau symbolique et mythique par la recherche du père qui est opérée.

36Géographie et imaginaire géographique constituent dès lors les clefs de voûte d’un vaste et complexe édifice romanesque qui n’est pas sans rappeler les Géographies universelles dont l’auteur s’est également servi pour écrire ses romans :

  • 27 Ibid., p. 123. L’entretien date de 1895.

« Je voudrais, si Dieu me prête vie, achever en quelque sorte ma « géographie universelle pittoresque » en donnant pour emplacement à chacun de mes romans prochains une contrée non encore visitée par mes lecteurs »27.

37L’exemple du roman Les Enfants du capitaine Grant nous a donc permis de mettre en évidence les ressources offertes par ce type de récit dans la formulation et la transmission du savoir géographique. Articulant réel et imaginaire, ce roman géographique est représentatif du corpus des Voyages extraordinaires dont la publication a pour objet aussi et surtout d’instruire, de faire connaître autrement la réalité d’un monde en profonde mutation durant cette deuxième moitié du xixe siècle.

  • 28 Lettre de Jules Verne à son père, 19 avril 1854. Dumas Olivier (1988). Jules Verne. Lyon : La Manuf (...)
  • 29 30 ans plus tard, en 1894 il déclarera notamment au journaliste Robert Sherard : « J’ai écrit Cinq (...)
  • 30 Compère Daniel ; Margot Jean-Michel (1998), op. cit., p. 136.

38Lorsque Jules Verne déclare à son père en 1854 apercevoir « des systèmes nouveaux »28, nul doute qu’il s’agit du roman géographique. Quelques années plus tard Hetzel ne s’y trompe d’ailleurs pas lorsque sa future figure de proue lui propose le manuscrit d’Un voyage en l’air (qui paraîtra en 1863 sous le titre de Cinq semaines en ballon29). L’éditeur accepte de suite de publier le jeune romancier et confirme l’intuition que ce dernier a eue quelques années auparavant : « Vous venez, sinon de fonder un genre, tout au moins de renouveler d’une façon piquante, un genre qui paraissait épuisé. Labourez ce sillon que le hasard ou votre génie naturel vous a fait découvrir »30.

  • 31 Berdoulay Vincent (2012). « Crise de la modernité ou crise de la géographie ? La perspective du tem (...)

39Le roman géographique constitue dès lors un support pertinent et efficace dans la transmission du savoir géographique. Récit (romanesque) et imaginaire offrent des possibilités et des terrains d’étude dont les géographes s’emparent désormais de plus en plus, en témoigne la montée en puissance des publications et des manifestations scientifiques relatives à ces thèmes. Et c’est finalement à un autre retour aux sources que nous assistons pour le géographe, le regain d’intérêt pour une période où la géographie se disait avant tout par le récit et l’imaginaire31. Relire Jules Verne dans cette perspective, c’est donc procéder à un voyage dans le temps et l’espace qui doit nous éclairer aussi sur ces nouveaux territoires que le géographe est susceptible d’explorer, dans une période où s’esquissent les contours d’une géographie que l’on qualifie désormais de « littéraire ».

Haut de page

Bibliographie

(L’) Année géographique, 1864 (1865), Paris : Hachette, 524 p.

(L’) Année géographique, 1866 (1867), Paris : Hachette, 585 p.

(L’) Année géographique, 1867 (1868), Paris : Hachette, 632 p.

(L’) Année géographique, 1870-1871 (1872), Paris : Hachette, 504 p.

(L’) Année géographique, 1872 (1873), Paris : Hachette, 527 p.

Berdoulay, V. (1988) – Des mots et des lieux. La dynamique du discours géographique, Paris, Éditions du CNRS, 108 p.

Berdoulay, V. (2012) – « Crise de la modernité ou crise de la géographie ? La perspective du temps long », in E. Mukakayumba & J. Lamarre, coord., La géographie en question, Paris, Armand Colin, pp. 49-58.

Brosseau, M. (1996) – Des romans-géographes, Paris, L’Harmattan, 246 p.

Compère, D. & Margot, J.-M. (1998) – Entretiens avec Jules Verne 1873-1905, Genève, Slatkine, 275 p.

Dumas, O. (1988) – Jules Verne, Lyon, La Manufacture, 519 p.

Duperrein, B. (1999) – « Pédagogie et Écologie humaine », Actes de L’International Congress of Ecology (INTECOL), Toulouse, 7 p.

Dupuy, L. (2008) – Drôle de Jules Verne. Humour, ironie et dérision dans l’œuvre de Jules Verne, Dole, La Clef d’Argent – Littératures de l’imaginaire, 46 p.

Dupuy, L. (2009) – Géographie et imaginaire géographique dans les Voyages extraordinaires de Jules Verne : Le Superbe Orénoque (1898), Thèse de Doctorat en Géographie, Pau, Université de Pau et des Pays de l’Adour, V. Berdoulay & J.-Y. Puyo dir., 332 p.

Dupuy, L. (2011) – « Jules Verne et la géographie française de la deuxième moitié du XIXe siècle », Annales de Géographie, n° 679, pp. 225-245.

Dupuy, L. (2013) – Jules Verne, la géographie et l’imaginaire. Aux sources d’un Voyage extraordinaire : Le Superbe Orénoque (1898), Aiglepierre, La Clef d’Argent – Littératures de l’Imaginaire, 152 p.

Embs, J.-M. (2002) – « Une caution scientifique aux débuts de Jules Verne : Louis Vivien de Saint-Martin », Bulletin de la Société Jules Verne, n° 142, pp. 53-55.

Lejeune, D. (1993) – Les sociétés de géographie en France et l’expansion coloniale au XIXème siècle, Paris, Albin Michel, 236 p.

Verne, J. (1867-68) – Les Enfants du capitaine Grant, Paris, Hetzel, 3 volumes.

Weber, A.-G. (2006) – « Le genre romanesque du récit de voyage scientifique au XIXe siècle », Sociétés et Représentations, n° 21, pp. 59-77.

Haut de page

Notes

1 Dupuy Lionel (2009). Géographie et imaginaire géographique dans les Voyages extraordinaires de Jules Verne : Le Superbe Orénoque (1898). Thèse de Doctorat en Géographie. Pau : Université de Pau et des Pays de l’Adour. Vincent Berdoulay et Jean-Yves Puyo dir., 332 p. Une version publiée, réduite et remaniée de cette thèse, est également disponible : Dupuy Lionel (2013). Jules Verne, la géographie et l’imaginaire. Aux sources d’un Voyage extraordinaire : Le Superbe Orénoque (1898). Aiglepierre : La Clef d’Argent – Littératures de l’Imaginaire, 152 p.

2 Compère Daniel ; Margot Jean-Michel (1998). Entretiens avec Jules Verne 1873-1905. Genève : Slatkine, p. 179.

3 Voir particulièrement à ce titre :
– Embs Jean-Marie (2002). « Une caution scientifique aux débuts de Jules Verne : Louis Vivien de Saint-Martin ». Bulletin de la Société Jules Verne, n° 142, pp. 53-55.
– Dupuy Lionel (2009). Op. cit., pp. 77-94.
– Dupuy Lionel (2011). « Jules Verne et la géographie française de la deuxième moitié du XIXe siècle », Annales de Géographie, n° 679, pp. 225-245.

4 Nous précisons dans cette section les dates de parution dans les numéros du Magasin d’Éducation et de Récréation.

5 L’Année géographique, 1864 (1865), Paris : Hachette, p. 271.

6 C’est l’auteur qui souligne.

7 L’Année géographique, 1864 (1865), Paris : Hachette, pp. 408-409. L’auteur fait référence ici à la première version du roman, celle où ne figurent pas encore les chapitres relatifs à la découverte de Boucher de Perthes.

8 L’Année géographique, 1866 (1867), Paris : Hachette, p. 511.

9 L’Année géographique, 1867 (1868), Paris : Hachette, p. 507.

10 L’Année géographique, 1870-1871 (1872), Paris : Hachette, p. 432.

11 L’Année géographique, 1872 (1873), Paris : Hachette, p. 429.

12 Sur les rapprochements possibles entre Paganel, Vivien de Saint-Martin, Élisée Reclus et les frères Arago, voir notre thèse aux pages 84 et suivantes, et l’ouvrage de Dominique Lejeune (Les sociétés de géographie en France et l’expansion coloniale au xixe siècle. Paris : Albin Michel, 1993) page 119.

13 Verne Jules. Les Enfants du capitaine Grant. Chapitre VI, Première partie.

14 Ibid.

15 Ibid. Chapitre VII, Première partie. Ironie du sort, quand le roman sort en 1867-68 aux éditions Hetzel, Jules Verne fait justement partie de cette commission centrale.

16 Duperrein Bernard (1999). « Pédagogie et Écologie humaine ». Actes de L’International Congress of Ecology (INTECOL), Toulouse, 7 p.

17 Verne Jules. Les Enfants du capitaine Grant, op. cit., chapitre XIII, Seconde Partie.

18 Dupuy Lionel (2008). Drôle de Jules Verne. Humour, ironie et dérision dans l’oeuvre de Jules Verne. Dole : La Clef d’Argent – Littératures de l’imaginaire, 46 p.

19 Ibid., chapitre XIII, Seconde Partie.

20 Berdoulay Vincent (1988). Des mots et des lieux. La dynamique du discours géographique. Paris : Éditions du CNRS, 108 p.

21 Brosseau Marc (1996). Des romans-géographes. Paris : L’Harmattan, p. 102.

22 Weber Anne-Gaëlle (2006). « Le genre romanesque du récit de voyage scientifique au xixsiècle ». Sociétés et Représentations, n° 21, p. 61.

23 Comme nous l’avons mis en évidence dans notre thèse avec Le Superbe Orénoque (1898).

24 Weber Anne-Gaëlle, op.cit., p. 77.

25 Hetzel Jules (1866). « Avertissement de l’éditeur ». Voyages et aventures du capitaine Hatteras. Paris : Hetzel, p. 2

26 Compère Daniel ; Margot Jean-Michel (1998), op. cit., pp. 88 et 92. L’entretien date de 1894.

27 Ibid., p. 123. L’entretien date de 1895.

28 Lettre de Jules Verne à son père, 19 avril 1854. Dumas Olivier (1988). Jules Verne. Lyon : La Manufacture, p. 350.

29 30 ans plus tard, en 1894 il déclarera notamment au journaliste Robert Sherard : « J’ai écrit Cinq semaines en ballon non pas comme une histoire centrée sur une ascension en ballon, mais plutôt sur l’Afrique. J’ai toujours eu une grande passion pour la géographie et les voyages, et je voulais faire une description romanesque de l’Afrique ». Compère Daniel ; Margot Jean-Michel (1998), op. cit., pp. 90- 91.

30 Compère Daniel ; Margot Jean-Michel (1998), op. cit., p. 136.

31 Berdoulay Vincent (2012). « Crise de la modernité ou crise de la géographie ? La perspective du temps long », La géographie en question (Édith Mukakayumba et Jules Lamarre coord.), Paris : Armand Colin, pp. 49-58.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Lionel Dupuy, « Un exemple de roman géographique (et pédagogique) au xixe siècle : Les Enfants du capitaine Grant (Jules Verne, 1867‑68) », Bulletin de l’association de géographes français, 90-1 | 2013, 82-93.

Référence électronique

Lionel Dupuy, « Un exemple de roman géographique (et pédagogique) au xixe siècle : Les Enfants du capitaine Grant (Jules Verne, 1867‑68) », Bulletin de l’association de géographes français [En ligne], 90-1 | 2013, mis en ligne le 22 janvier 2018, consulté le 20 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/bagf/1386 ; DOI : 10.4000/bagf.1386

Haut de page

Auteur

Lionel Dupuy

Docteur en Géographie – Chercheur associé, Laboratoire « SET » – UMR 5603 CNRS, Université de Pau et des Pays de l’Adour – Courriel : lionel.dupuy[at]univ-pau.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Bulletin de l’association de géographes français

Haut de page
  • OpenEdition Journals