Navigation – Plan du site

Quelle place pour les acteurs locaux dans la gestion de la biodiversité ordinaire ?

Which role for local stakeholders in the management of ordinary biodiversity?
Hervé Brédif et Laurent Simon
p. 17-34

Résumés

Longtemps centrées sur les espaces « naturels » emblématiques, les politiques de protection de la biodiversité s’orientent aujourd’hui de plus en plus vers les espaces de biodiversité ordinaire, espaces ruraux (agricoles et forestiers) mais aussi espaces urbains et périurbains. Cette biodiversité ordinaire présente des caractéristiques spécifiques qui en font un objet à la fois relatif et incertain. Les outils classiques de protection de la nature sont inopérants pour aborder cette dimension du tissu vivant de la planète. L’exemple d’un travail mené sur le plateau de Millevaches explore les voies possibles d’une prise en charge partagée de cette biodiversité.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Longtemps centrées sur les espaces « naturels » emblématiques, les politiques de protection de la biodiversité s’orientent aujourd’hui de plus en plus vers les espaces de biodiversité ordinaire, espaces ruraux (agricoles et forestiers) mais aussi espaces urbains et périurbains. La stratégie nationale pour la biodiversité en 2003‑2004 (SNB), de même que le « Grenelle de l’environnement » à travers notamment la politique de mise en place des trames vertes et bleues (2009) affirment clairement la volonté d’élargir les politiques de protection à l’ensemble des milieux. Or ces espaces de biodiversité ordinaire sont aussi des territoires sur lesquels s’exercent les pratiques et les usages des acteurs locaux. Leur rôle dans la mise en place et dans la durabilité des politiques préconisées apparaît essentiel. Pourtant, rares sont les travaux qui permettent de prendre en considération les motivations, les souhaits de ces acteurs en matière de biodiversité, de telle sorte qu’ils puissent devenir des partenaires actifs de ces politiques et pas seulement des exécutants plus ou moins rétifs aux injonctions venues « d’en haut ». Envisager la biodiversité ordinaire impose de repenser radicalement les politiques de conservation-mise en réserve longtemps dominantes. Le territoire devient le cadre central de cette nouvelle approche qui conduit à reconsidérer la participation des citoyens dans la prise en charge du vivant. Le programme de recherches mené sur le plateau de Millevaches illustre qu’il est possible, autour de cette notion de biodiversité ordinaire, de mobiliser les acteurs du territoire pour envisager en commun une réelle prise en charge de cette biodiversité de proximité.

1. Biodiversité ordinaire : des caractéristiques bien spécifiques

2La biodiversité ordinaire est « le tissu vivant de la planète » [Barbault 2006]. Ce tissu vivant se compose d’un nombre considérable d’espèces (près de deux millions d’espèces animales et végétales sont aujourd’hui connues, soit une faible partie de l’existant) et de relations de concurrence – dépendance – coopération [Bastolla et al. 2009] qui structurent des écosystèmes. Autrement dit, cette biodiversité ne saurait se résumer à des chiffres et des indicateurs ; elle est aussi et surtout un faisceau complexe de relations. En ce sens, la « nature » ordinaire (le bois derrière chez moi, la pelouse dans la cité, l’araignée dans la baignoire) constitue bien l’essentiel d’une biodiversité existante dont l’une des espèces est homo sapiens.

3Ainsi conçue, cette biodiversité possède trois caractéristiques qui conduisent à l’envisager d’une manière radicalement différente de l’approche qui prévaut encore dans les politiques relatives à la biodiversité.

4Elle est d’abord très largement répandue, dans les espaces faiblement anthropisés, mais aussi dans ceux où l’artificialisation est la règle : même les espaces urbains, les infrastructures de transport ou encore les espaces industriels sont des lieux de biodiversité. Cette biodiversité ordinaire n’est pas cloisonnée dans des parcs, dans des aires remarquables mais s’insinue partout, au cœur même des lieux considérés comme les moins naturels. De ce fait, elle est aussi souvent une biodiversité quotidienne, vécue et ressentie par l’ensemble de la population : apprécié ou non, le pigeon (Colombus sp.) est une réalité quotidienne du citadin, tout comme la haie pour l’habitant du bocage, le loup pour l’éleveur du Mercantour. Cette biodiversité n’est donc pas un simple objet d’étude ou de contemplation, mais bien un élément participant de la subjectivité des individus. Quotidienne et répandue, elle est généralement accessible et par là même utilisée, appropriée par un grand nombre d’acteurs. Le pied d’arbre fleuri appartient bien à la ville de Paris, mais il peut être aussi l’espace de plantations de certains, la poubelle des autres, le passage obligé du chien avec son maître. Plus la biodiversité est remarquable, plus elle est lointaine, réservée, encadrée ; plus elle est ordinaire, plus elle devient l’affaire de tous.

5Ainsi considéré, ce tissu vivant de la planète devient le support même de toute biodiversité. Les travaux menés en écologie du paysage, après avoir pendant longtemps considéré la matrice paysagère comme répulsive, voire neutre dans le meilleur des cas [Mac Arthur & Wilson 1967], soulignent aujourd’hui son importance dans le maintien de la biodiversité en général, de la biodiversité remarquable en particulier. Les travaux les plus récents ont ainsi permis de montrer que la réponse des espèces aux caractéristiques du paysage ne dépend pas uniquement des taches d’habitats remarquables mais également de l’hétérogénéité du paysage [Foltête et al. 2012, Fahrig 2010] et de la configuration même de cette matrice [Mimet et al. 2013]. La dichotomie habitat-matrice qui fut la base de l’écologie du paysage est aujourd’hui dépassée au profit d’une approche plus globale qui fait de la biodiversité ordinaire, celle présente dans la matrice, un facteur essentiel de la diversité du vivant dans son ensemble. Ces considérations sont d’autant plus importantes aujourd’hui que les changements climatiques en cours ont mis l’accent sur la nécessité pour toutes les espèces animales et végétales de pouvoir se déplacer afin de s’adapter. Or la possibilité même de ces déplacements dépend très largement de la qualité des espaces considérés, des corridors biologiques certes, mais aussi des mosaïques paysagères qui les environnent. Les travaux de Gaston et Fuller [2008], ceux de Lennon [2011] ont confirmé cette importance des espèces et des espaces « communs » dans la préservation d’une richesse écologique globale. La diminution d’espèces communes est potentiellement plus risquée que la disparition de telle ou telle espèce rare. Cette fonction de support est telle que l’on considère aujourd’hui que c’est à travers l’évaluation de cette biodiversité ordinaire que l’on peut le mieux rendre compte des dynamiques d’ensemble de la biodiversité. Le programme STOC (Suivi Temporel des Oiseaux Communs) coordonné par le Muséum National d’Histoire Naturelle (MNHN) [Julliard et al. 2006] exprime ainsi cette démarche en soulignant à l’échelle de la France la progression des espèces généralistes aux dépens des espèces spécialistes forestières et agricoles. Par la quantité des observations et l’étendue des contextes écologiques et spatiaux qu’elle recouvre, c’est bien aujourd’hui l’analyse de cette biodiversité ordinaire qui fournit l’image la plus globale des processus en cours. Si les indicateurs basés sur des espèces rares ou en danger fournissent des éléments indispensables pour détecter des changements minimes, ils sont en revanche difficilement généralisables et doivent être alors confrontés à ces indicateurs de biodiversité ordinaire.

6Enfin, comme le souligne L. Godet [2010], c’est la nature ordinaire qui « fournit le plus de ressources à l’humanité ». L’approche de la biodiversité par les services écosystémiques, qui cherche à mettre en évidence les valeurs de la biodiversité (valeur patrimoniale mais aussi économique), a souligné l’importance des ressources issues de l’utilisation de la biodiversité. C’est avant tout la biodiversité ordinaire, courante, qui fournit l’essentiel des services de régulation (séquestration du carbone, qualité de l’air et de l’eau), des services d’approvisionnement (bois, gibier, produits non ligneux, etc…) et des services culturels (valeurs récréatives et touristiques, dimensions esthétiques et sentimentales…). L’enjeu économique est parfois considérable si l’on veut bien considérer les activités économiques qui dépendent de cette biodiversité ordinaire : industrie pharmaceutique, écotourisme, industries alimentaires…

7Cette importance de la biodiversité ordinaire, aussi bien écologique qu’économique et sociale, explique l’engouement récent des différents acteurs. Le développement des sciences participatives, par exemple du réseau Vigie Nature piloté par le MNHN, en témoigne dans le domaine scientifique. Le réseau s’appuie sur les observations de tous, particuliers et associations, pour dresser un tableau des évolutions actuelles de la diversité qui nous entoure. L’observation et l’expertise ne sont plus du seul domaine des experts mais de l’ensemble des citoyens volontaires. Ce lien société – biodiversité ordinaire devient une référence incontournable des politiques publiques. La Stratégie Nationale pour la Biodiversité de 2012 affirme ainsi que « l’objectif général est donc, tout autant, la préservation de la biodiversité remarquable … que celle de la biodiversité ordinaire ».

8Mais s’il paraît ainsi pertinent de dépasser le cadre trop étroit de la biodiversité remarquable, encore faut-il mesurer les implications d’un tel changement de paradigme. La biodiversité ordinaire impose en effet de modifier les outils et les concepts qui ont prévalu pendant des décennies en matière de protection et de conservation de la nature. Alors que la biodiversité remarquable est clairement identifiée, scientifiquement fondée et validée par des experts, la biodiversité ordinaire se laisse plus difficilement appréhender de manière univoque. Alors que la première est cloisonnée et identifiée dans des espaces désignés (parcs, réserves…), la seconde échappe aux découpages spatiaux prédéfinis. Au demeurant, quand l’une est gérée par un acteur unique ou prépondérant, l’autre est investie par une multitude d’acteurs aux aspirations et aux perceptions différenciées. La biodiversité devient alors authentiquement diversité : diversité d’acteurs, de valeurs, de projets, et c’est cette diversité globale qu’il convient de considérer et pas uniquement une diversité écologique.

2. Une nouvelle approche de la biodiversité marquée par la relativité

9Si, comme nous l’avons dit, la valeur des services fournis par la biodiversité ordinaire est considérable, l’évaluation précise de cette valeur reste en revanche très relative. Au-delà des débats qui agitent les économistes de la biodiversité, cette relativité s’explique par plusieurs caractéristiques qui tiennent :

10À la complexité des processus écologiques. Tout le monde s’accorde à reconnaître le rôle positif d’une ripisylve en matière d’épuration des eaux provenant d’un bassin versant caractérisé par de forts intrants chimiques. Pour autant, le service rendu résulte ici davantage d’une interface (sol-rivière-forêt) que d’un écosystème facilement identifiable. Quel est le rôle respectif des arbres, des communautés microbiennes, des composants abiotiques du sol ? C’est souvent un ensemble d’écosystèmes, un écocomplexe [Blandin 1992], qui est à l’origine du service rendu [Chevassus‑au‑Louis 2012]. Même dans le cas d’écosystèmes clairement identifiés, le bénéfice apporté par la biodiversité reste sujet à discussion, le fonctionnement et la productivité des écosystèmes n’étant pas strictement corrélés [Thomson et al. 2006]. Il existe enfin des écosystèmes relativement peu différenciés et pourtant fortement résilients : la forêt boréale canadienne fait preuve d’une remarquable capacité de résistance aux perturbations (feux, insectes), alors qu’elle est l’une des plus homogènes du monde.

11À l’incertitude qui existe encore sur le lien entre biodiversité et service écosystémique. Si les écosystèmes sont bien à l’origine des services considérables rendus à la société, la part de la biodiversité dans ces services n’est pas systématique et presque toujours difficilement quantifiable. Il est ainsi prouvé que la présence d’un espace vert contribue à atténuer les écarts thermiques en ville, mais rien aujourd’hui ne permet d’affirmer que la diversité des espèces présentes dans cet espace joue un rôle vraiment important.

12S’il est ainsi difficile de fixer précisément l’apport de la biodiversité ordinaire aux services écosystémiques rendus, il est tout aussi difficile de lui accorder une valeur qui n’a de sens qu’en fonction d’un évaluateur. La biodiversité ordinaire s’apparente davantage à un continuum qui va de la plante ordinaire perdue sur l’asphalte du périphérique jusqu’au paysage de bocage ou encore au paysage forestier. Si la protection du grand Panda de Chine est admise comme résultant d’une valeur d’existence, intrinsèque, pas ou très peu discutable, il n’en va pas de même des éléments ordinaires dont la valeur est toujours doublement relative : relative aux autres éléments du milieu (plus ou moins grande rareté, plus ou moins grand rôle écologique) et relative aux acteurs qui s’en préoccupent. Dans sa correspondance de prison, R. Luxemburg écrit « j’observe les nuages, toujours plus beaux et sans cesse différents, et au total je ne me considère pas plus importante que cette coccinelle et, imbue du sentiment de mon infime petitesse, je me sens ineffablement heureuse ». La coccinelle n’est ni rare, ni menacée ; elle est pourtant aux yeux de R. Luxemburg inestimable. Dès lors qu’il n’est pas étiqueté comme exceptionnel, l’élément naturel ordinaire devient source d’évaluations différenciées, voire divergentes. « Le bois derrière chez moi » peut être à la fois le lieu de cueillette des champignons, de ramassage du bois, une réserve foncière ou une source de stockage du carbone. Son utilité est locale et planétaire, sa valeur est contingente aux acteurs qui s’en emparent et l’intègrent dans leur projet.

13L’incertitude et la relativité sont donc des dimensions centrales dès lors que l’on s’interroge sur l’importance qu’il convient d’accorder à la biodiversité ordinaire. L’affirmation fréquemment reprise d’un lien entre bien-être et biodiversité n’a pour l’instant guère été vérifiée. Au niveau international, les publications témoignant d’une influence positive de la biodiversité sur les sentiments de satisfaction sont rares. Les travaux de Fuller [2007] font référence mais restent isolés. Ils tendent à démontrer, à partir de cas pris en milieu urbain, que la diversité des espèces est un facteur d’intensité des émotions ressenties et favorise une meilleure réflexion. Tous les compartiments de la biodiversité ne participent pas également de cette relation, les plantes constituant des vecteurs plus importants que les oiseaux ou encore les insectes. Des travaux menés en Seine-et-Marne [Simon & Goeldner 2012] ont également montré un lien entre la qualité des sensations éprouvées dans un espace vert urbain et la qualité écologique des lieux. Mais au-delà de quelques exemples encore trop ponctuels, il reste difficile d’établir un lien entre biodiversité et bien-être, sauf à confondre biodiversité et espace vert.

14La relativité est telle que cette biodiversité peut être aussi vécue et perçue comme négative. Les travaux scientifiques l’ont déjà souligné, démontrant par exemple le rôle des corridors écologiques comme vecteurs de colonisation des espèces invasives. L’expansion de la Berce du Caucase (Heracleum mantegazzianum), de l’Ambroisie (Ambrosia artemisiifolia), plantes non seulement invasives mais en plus allergisantes, est ainsi favorisée par l’existence de continuités biologiques. Il existe en ville, ainsi que dans les espaces ruraux, toute « une biodiversité qui dérange » [Lévêque 2008]. L’intérêt actuel pour la biodiversité ne saurait faire oublier les siècles de lutte des sociétés contre certains éléments de la biodiversité, dangereux pour les hommes, les bêtes domestiques ou les cultures. Les notions même d’ « espèce nuisible », d’ « espèce invasive », par les discussions et les polémiques qu’elles soulèvent, témoignent de la relativité des perceptions de la biodiversité. Cette relativité ne se pose pas uniquement en référence au passé. Les économistes envisagent ainsi de donner à la biodiversité une valeur d’option (définie à partir d’un bénéfice potentiel), voire de quasi-option qui pourrait résulter des informations obtenues à l’avenir. On est bien ici dans le domaine de l’incertitude.

15Tant de relativité ne saurait conduire à réfuter toute volonté de préserver cette biodiversité au motif qu’elle serait impossible à évaluer précisément. L’enjeu est bien plutôt de s’interroger sur les outils et les moyens d’une prise en charge renouvelée. Une telle démarche conduit à repenser les espaces et les territoires de la biodiversité. Les espaces tout d’abord car, comme nous l’indiquions précédemment, la biodiversité ordinaire échappe aux découpages et aux zonages établis. Elle est par définition ce qui constitue la matrice, ce qui entoure plus que ce qui est borné. Les travaux que nous avons menés sur Paris permettent d’illustrer concrètement cette dimension spatiale nouvelle. Jusqu’à présent, les politiques en vigueur considèrent l’espace urbain à partir de sources de biodiversité bien identifiées (les grands parcs et bois de la périphérie) et d’espaces de liaison avec des corridors (la Seine, la ceinture verte…) et des petites îles refuges de biodiversité (les parcs et squares intra-urbains). Or l’espace de la biodiversité ordinaire fait éclater ces découpages. Au cœur même de la matrice urbaine existe un ensemble de lieux (« là où quelque chose se trouve ou/et se passe » pour reprendre la définition d’Augustin Berque [in Lévy & Lussault, 2003]) qui participent du tissu vivant de la ville. L’addition de ces lieux fait espace. Pour Paris intra-muros, les jardins privés couvrent 200 hectares et représentent 1200 points de nature (contre 450 pour les espaces verts publics). Si l’on adjoint à ces jardins privés les balcons, les cours, les passages et les toits végétalisés, c’est une mosaïque remarquable de biodiversité ordinaire qui se dessine. Des réflexions identiques pourraient s’appliquer aux espaces ruraux et forestiers. Les travaux menés sur les îlots boisés du Gâtinais [Linglart & Blandin 2006] ont révélé la complexité de ces structures boisées, tant du point de vue écologique que du point de vue des acteurs qui les possèdent ou les utilisent. La biodiversité ordinaire est à la fois tissu, interstice et mosaïque. Elle échappe ainsi très largement aux découpages spatiaux, qu’ils soient écologiques ou territoriaux.

16Ce décloisonnement de l’espace conduit à s’interroger sur la multiplicité des acteurs impliqués. L’approche protectionniste qui privilégie la mise en défens, l’injonction venue d’en haut (instances internationales ou nationales) n’est plus pertinente. Il convient ici de s’intéresser davantage aux motivations des acteurs, aux réseaux de relations qu’ils tissent (ou pourraient tisser) autour de la biodiversité et finalement aux démarches qui font sens dans un territoire. Si la biodiversité reste pour les citoyens une notion peu connue et difficile à identifier, elle est toutefois perçue et ressentie comme importante. Les travaux menés dans le cadre d’un précédent programme [Brédif et al. 2010] ont également souligné la sensibilité des acteurs forestiers du Morvan ou du Médoc pour des compartiments de la biodiversité. À Paris, les expériences menées par Assaf Schwartz [Schwartz et al. 2012] ont permis de mobiliser les habitants autour de l’observation et de la connaissance de la biodiversité. La même équipe [Cosquer et al. 2012] s’est intéressée aux papillons de jardins impliquant les citoyens dans l’identification de la diversité existante. Les résultats montrent qu’une implication des acteurs se traduit par une attention plus poussée à l’ensemble de la biodiversité (les papillons mais aussi les plantes hôtes, le jardin mais aussi les espaces plus lointains) et débouche sur des pratiques plus attentives à la biodiversité. Tous ces travaux confirment l’attachement, l’affinité des individus pour le vivant, ce qu’E. Wilson appelle biophilie [Wilson 1984]. La prise en charge de la biodiversité ordinaire échappe ainsi en partie aux logiques avant tout contraignantes pour s’intéresser aux outils d’une prise en charge partagée de ce tissu vivant. À l’inverse des conclusions de Garrett Hardin sur la tragédie des communs, c’est bien plutôt vers une démarche visant au renforcement du capital social telle que proposée par Elinor Ostrom qu’il convient de s’orienter. La réconciliation, thème très en vogue actuellement, n’est pas seulement une réconciliation avec une nature supposée oubliée [Fleury & Prévost-Julliard 2012], mais plus encore une réconciliation entre acteurs dans une démarche qui dépasse l’asymétrie des savoirs et des pouvoirs qui prévaut encore trop souvent dans les politiques en faveur de la biodiversité.

3. Favoriser la prise en charge de la biodiversité : premiers enseignements du plateau de Millevaches

17Les développements suivants s’appuient sur les résultats d’un projet de recherche-action intitulé OPTIQ-Biodiversité (Outils et Processus pour une Territorialisation Intégrée de la biodiversité), financé par le Ministère de l’Écologie dans le cadre d’un programme « Biodiversité et Gestion forestière ». Pluridisciplinaire, ce projet réunit des équipes de l’Institut Technologique FCBA, du laboratoire LADYSS et de l’École Normale Supérieure de Lyon. Il se déploie en Limousin, sur le plateau de Millevaches qui forme la bordure nord-occidentale du Massif central. Aujourd’hui faiblement peuplé (18 habitants/km2), le plateau a subi en l’espace d’un siècle une véritable inversion paysagère [Périgord 1993]. Autrefois dominé par l’activité pastorale et l’élevage ovin, il connaît un fort exode rural dès la fin du xixe siècle et plus encore dans la première moitié du xxe siècle. Les friches sont massivement replantées en résineux, à tel point que les deux tiers de la superficie du plateau sont aujourd’hui occupés par des forêts. Depuis plusieurs décennies, le Douglas ne cesse d’affirmer son statut d’essence-reine dans les secteurs suffisamment élevés en altitude. Un ensemble de dispositifs législatifs organisent la protection des espaces naturels jugés remarquables. Un Parc Naturel Régional a vu le jour en 2004 ; il comprend 113 communes, couvre une superficie de 300 000 hectares et compte 38 000 habitants. Dans le cadre du projet de recherche, les travaux ont plus particulièrement porté sur un sous‑ensemble : le plateau de Gentioux (282 km2, 2220 habitants), situé au nord du plateau de Millevaches.

3.1. Comment appréhender concrètement la biodiversité ordinaire ?

18Une surprise de taille attend celui qui décide d’envisager la diversité du vivant sous l’angle des acteurs et de leur engagement. En effet, s’il s’avère difficile de fonder en science la valeur « objective », monétisée ou non, de la biodiversité ordinaire, il n’est pas moins ardu de s’en remettre à la subjectivité des acteurs. Première question, premier défi : de quoi parle-t‑on ? Doit-on s’en remettre à la science pour constituer le référentiel de la biodiversité ordinaire d’un territoire avant de le soumettre, pour qualification et valorisation, aux acteurs de celui-ci ? Avec le secret espoir de parvenir à une hiérarchisation des multiples espèces, milieux, écosystèmes et autres paysages, moyen de définir ou de forcer un « accord objectif » sur ce qu’il convient de rechercher et de faire. Ou bien faut-il avancer sans référentiel préconçu, sans classement ou inventaire prédéfini, en s’appuyant en premier lieu sur ce qu’expriment spontanément les acteurs ?

19Ce premier dilemme a rapidement été levé, suite aux entretiens réalisés auprès des naturalistes et spécialistes reconnus de la biodiversité en Limousin. Quand il était espéré de ces entretiens qu’ils permettraient d’établir une liste d’entrées pertinentes pour appréhender la biodiversité ordinaire, ils ont avant tout suggéré la difficulté sinon l’impossibilité de cette voie. Pour ces différents experts en effet, la biodiversité digne d’intérêt du plateau s’est réfugiée dans les derniers milieux remarquables – tourbières, landes humides, abris rocheux pour les chauve‑souris, îlots de vieux feuillus ; pour le reste, ils soulignent avant tout la médiocrité de la biodiversité présente, celle-ci étant appréhendée en termes de variété et de rareté, d’espèces ou de milieux. Aussi, les plantations de Douglas font‑elle figure de quasi-désert de biodiversité ; les forêts de feuillus sont mieux considérées, même si, dans l’ensemble et à l’exception de la chouette de Tengmalm, elles « abritent des espèces que l’on trouve à peu près n’importe où » ; quant aux landes, « la biodiversité spécifique s’avère assez faible, bien qu’à l’échelle régionale, elles contribuent à l’enrichissement de la diversité biologique ». Outre les quelques aspects remarquables, ces spécialistes retiennent surtout du plateau de Millevaches les bouleversements considérables qu’il a connu au cours des décennies passées, la fermeture générale des milieux s’étant accompagnée d’un appauvrissement global de la biodiversité (liée, pour une large part, aux milieux ouverts). Pour le reste, la biodiversité ordinaire du plateau de Millevaches, somme toute assez banale à leurs yeux, ne présente qu’un faible intérêt. Difficile dans ces conditions de constituer un quelconque référentiel « objectif » de la biodiversité ordinaire permettant, dans un second temps, de solliciter l’appréciation des acteurs du territoire.

20Cependant, l’autre voie se révèle bientôt des plus délicates aussi, mais pour d’autres raisons. Une série d’entretiens effectués en tête à tête avec différents acteurs du territoire montre tout d’abord que, d’une personne à l’autre, les aspects de la biodiversité qui retiennent l’attention varient considérablement. Quand certains propriétaires forestiers ou acteurs de la filière s’appesantissent sur les différentes essences forestières, d’autres, habitants, représentants d’associations de défense de l’environnement ou élus, s’attardent plus volontiers, qui sur les aspects paysagers, qui sur les couleurs ou les fragrances, qui sur la présence de rapaces, de truites ou de moules perlières dans les ruisseaux, qui sur la fertilité des sols. Point positif ressortant de ces différents entretiens : la biodiversité suscite bel et bien un intérêt marqué chez les interlocuteurs. Leur attention se polarise toutefois sur des aspects souvent bien spécifiques, en rapport étroit avec leurs préoccupations ou leurs pratiques. En outre, ces affinités électives vis-à-vis de la biodiversité relèvent pour une large part de la relation personnelle et du champ de l’intime, les personnes rencontrées confirmant avoir rarement eu l’occasion de les expliciter et de les évoquer avec d’autres. Revers de la médaille donc, comment, sur des bases aussi variables, voire insaisissables de prime abord, se repérer dans cette question de la biodiversité ordinaire ? Est-on inexorablement condamné au relativisme le plus total, chaque acteur voyant la question sous un angle qui lui est propre ?

21Quelques mois plus tard, un travail en groupe est proposé avec le soutien des élus, auquel dix-sept acteurs prennent part. Chaque participant est invité à donner deux mots-clés caractéristiques de la biodiversité du plateau, avant d’expliquer pourquoi il a retenu ces mots, ce qu’il met derrière et en quoi ces aspects de la biodiversité lui paraissent importants pour le territoire. À première vue, la pluralité des entrées retenues donne le vertige (Fig. 1). Comment se repérer dans une telle multiplicité ?

Figure 1 La biodiversité au travers des mots des acteurs

Figure 1 – La biodiversité au travers des mots des acteurs

Les mots sont indiqués dans le désordre, à mesure qu’ils sont évoqués

22À partir des expressions formulées en groupe par les différents acteurs et de la matière recueillie lors des entretiens en tête à tête, l’équipe de recherche s’est employée à repérer, au-delà de la variété des expressions individuelles, quelles étaient les principales raisons formulées pour dire en quoi les différents aspects de la biodiversité évoqués sont effectivement importants pour le territoire du plateau de Gentioux. Ce que nous avons appelé, dans la suite de la démarche, les grandes motivations. À l’issue de ce travail d’analyse, cinq motivations principales se révèlent :

  1. La responsabilité. « Nous devons nous en occuper parce que nous en sommes responsables » est une idée qui revient très régulièrement, en particulier pour les aspects liés à l’eau, à la qualité de l’eau, ainsi que pour certaines espèces endémiques.

  2. La biodiversité comme signe de qualité du territoire, aujourd’hui et dans l’avenir, constitue pour plusieurs personnes une source de motivation à part entière : « avoir une biodiversité riche, c’est le signe d’un territoire de qualité, aux pratiques respectueuses de la vie » ; « cela permet d’en tirer une certaine fierté quant à la manière de ménager la vie actuelle et à venir ».

  3. Elle est une composante d’importance de la qualité de vie et du bien-être. La dimension paysagère, l’équilibre et la diversité des formes d’occupation de l’espace, la gestion à long terme des peuplements sont autant d’aspects qui structurent cette composante. Cette dimension paraît d’autant plus significative que beaucoup de personnes ont choisi de s’installer sur le plateau en raison même de la qualité de vie qu’il offrait.

  4. La biodiversité s’avère aussi pourvoyeuse de ressources : produits (bois de chauffage, bois d’œuvre, champignons, miel, etc…) et services (qualité de l’air, attrait touristique, résilience des peuplements). De manière étonnante, ces aspects ont été finalement assez peu approfondis lors de la première réunion du groupe.

  5. La biodiversité participe également au projet de territoire et à son identité. Elle contribue au désir et au projet d’autonomie des personnes qui ont choisi de s’y installer (autonomie énergétique, modèle moins consumériste, moins hétéronome et plus solidaire).

23Ces grandes motivations, initialement exprimées par des acteurs différents, au travers d’illustrations ou d’aspects singuliers, ont fait l’objet d’une présentation devant l’ensemble des acteurs impliqués dans la démarche. Ceux-ci ont avalisé l’importance conjointe de ces cinq motivations, en refusant de les hiérarchiser, considérant qu’elles devaient être appréhendées dans leur globalité. Elles correspondent finalement aux raisons de fond qui conduisent les acteurs de ce territoire à considérer que la biodiversité revêt une réelle importance. Des raisons qu’ils n’avaient jusqu’alors pas eu l’occasion d’exprimer en public et qui prennent tout leur sens dans le fait que les acteurs, entre eux, s’accordent à reconnaître qu’elles sont effectivement significatives pour le territoire qui les concerne. En les reconnaissant ensemble, ils sont finalement conduits à affirmer ou réaffirmer le projet qui les anime et à renforcer son caractère partagé. Au demeurant, il convient de souligner que c’est en demandant aux différents acteurs quels étaient les aspects de la biodiversité qui étaient les plus importants ou qui posaient le plus de problèmes au regard de ces cinq grandes motivations, qu’ils ont été progressivement en mesure de dégager cinq grands thèmes, spécifiques là aussi des caractéristiques du plateau. De sorte que le référentiel de la biodiversité ordinaire qui paraissait si difficile à obtenir au début du processus a finalement pu être mis au jour et doit se penser dans une dialectique entre, d’un côté, les motivations fondamentales au regard de la biodiversité et, de l’autre, les grandes thématiques de biodiversité, celles-ci n’étant pas, dans le cas présent, réductibles à des espèces ou à des milieux donnés.

3.2. Du risque de relativisme absolu à une forme organisée et contenue de complexité

24En somme, le risque d’aboutir à une forme de relativisme illimité, chacun défendant des raisons et des aspects de la biodiversité qui lui sont propres, a finalement été évité. En l’espace de quelques réunions, une forme de décantation s’est opérée, qui a permis de contenir la multiplicité et la complexité première du sujet. Il s’est avéré possible de dépasser la vision fragmentée initiale des acteurs pour parvenir à une forme agglomérée et enrichie des avis et des remarques des uns et des autres. Au risque de relativisme absolu a succédé ce que l’on pourrait appeler une forme de relativisme restreint, car contenu dans des proportions raisonnables : certes les acteurs s’intéressent au premier chef à certains aspects de la biodiversité, mais ces affinités électives peuvent être mises en rapport avec des motivations plus fondamentales et transversales qui réunissent les acteurs, au-delà des différences d’expressions premières concernant la biodiversité et ses manifestations. Au demeurant, ces différents aspects se révèlent en nombre limité : ils peuvent se ranger en grandes familles ou thématiques jugées par la majorité des acteurs comme étant effectivement décisives pour le territoire dans son ensemble. En définitive, la question initiale : « biodiversité ordinaire : de quoi parle-t-on ? » s’est transformée en « Qu’est-ce que représente pour vous la biodiversité ? Et la réponse apportée suppose de penser conjointement des grandes motivations transversales et des thématiques correspondant à des compartiments de la biodiversité, dont la pertinence est reconnue par les acteurs eux-mêmes.

25Enfin, il apparaît que cette question des motivations, telle que nous l’évoquons ici, constitue une autre manière de répondre à la question de la valeur de la biodiversité : non pas une sorte de valeur absolue ou universelle, mais une valeur qui fait pleinement sens pour les acteurs d’un territoire et le projet qu’ils portent. Mieux, elle donne du corps à ce projet, dans la mesure où les acteurs sont conduits à partager des expériences et des motivations qu’ils n’auraient pas nécessairement eu l’occasion d’exprimer en temps normal et de négocier entre eux.

Figure 2 – Les acteurs s’accordent à reconnaître 5 grandes motivations conduisant à se préoccuper de la biodiversité du plateau de Gentioux. En se référant à ces raisons de fond, ils retiennent 5 thématiques particulièrement stratégiques ou critiques pour le territoire.

Figure 2 – Les acteurs s’accordent à reconnaître 5 grandes motivations conduisant à se préoccuper de la biodiversité du plateau de Gentioux. En se référant à ces raisons de fond, ils retiennent 5 thématiques particulièrement stratégiques ou critiques pour le territoire.

3.3. Des acteurs doués d’une capacité d’expertise : comment reprendre en main le devenir du territoire pour mieux en piloter la biodiversité ?

26Lors des réunions suivantes, la démarche a consisté à demander aux participants de réaliser en groupe une forme de diagnostic stratégique de la situation au regard des cinq thématiques retenues pour qualifier la biodiversité. Il s’agissait premièrement et pour chaque thématique de caractériser la situation observée et d’expliciter les éventuels problèmes ou insatisfactions ressentis. Puis, d’essayer d’en rendre compte en évaluant le système d’actions dans sa capacité ou non de corriger les problèmes repérés. En recoupant ces différents diagnostics thématiques, un diagnostic plus général pouvait être posé. Il n’est pas possible, dans le format ici imparti, de détailler comme il le faudrait la progression de cette phase. Les enseignements majeurs en sont les suivants :

27Les acteurs expriment tout d’abord le sentiment que la quasi-totalité des grandes qualités liées au vivant qui retiennent leur attention ne sont pas du tout sous contrôle. Ils mettent en cause un ensemble d’évolutions sociétales et économiques, des politiques publiques nationales, régionales ou départementales qui conduisent à mettre sous pression les forêts du plateau, notamment feuillues, mais également résineuses. Le mode général de gestion et d’exploitation des forêts se caractérise ainsi par sa non-durabilité, que celle-ci soit d’ordre écologique (dilapidation de la fertilité des sols ; parcelles de feuillus exploitées de manière systématique et converties en résineux ; risques sanitaires et changement climatique mal pris en compte par la monoculture du douglas) ; d’ordre économique (bois exploités de plus en plus jeunes, sans réel souci de reconstitution du capital forestier ; absence de retours financiers pour le territoire ) ; ou encore d’ordre social (interventions de la filière, mais également des institutions publiques qui la soutiennent sans vraiment prendre en compte les aspirations des habitants). Le cumul de ces différents impacts fait que l’écart entre les attentes des habitants et les pratiques effectives du système forêt‑bois‑papier dominant s’accroît de jour en jour, suscitant une grogne croissante de la part des habitants locaux.

28Certains propriétaires présents lors des réunions montrent que ce problème de relation entre filière et territoire se double d’un autre problème. Un très grand nombre de propriétaires forestiers sont aujourd’hui des propriétaires « dormants » qui n’interviennent pas ou plus dans leurs forêts, soit qu’ils s’en désintéressent, soit qu’ils ne se retrouvent pas dans les modes d’intervention actuellement proposés par les institutions forestières dominantes, soit qu’ils se sentent totalement démunis pour savoir concrètement comment procéder pour gérer leurs forêts de manière satisfaisante. En fait, il n’existe pas à proprement parler d’offre de gestion forestière suffisamment organisée qui permettrait à ces propriétaires de contribuer de manière active à la qualité du territoire et à la compétitivité de la filière.

29En somme, en croisant ces deux diagnostics, le problème auquel sont confrontés les habitants du plateau de Gentioux se révèle comme il suit : un plateau peu peuplé, avec des habitants qui se retrouvent aujourd’hui écrasés entre, d’un côté, une logique de filière qui conduit à une exploitation peu durable des espaces forestiers ; de l’autre, une masse de propriétaires assez insaisissables et dormants qui ne contribuent pas au développement du plateau. En d’autres termes, les habitants et responsables du plateau estiment que l’avenir de leur territoire - dont notamment ses aspects de biodiversité - leur échappe dans une large mesure.

30Sur la base de ces considérations, trois éléments méritent d’être soulignés. Il convient tout d’abord de noter qu’il est impropre de réduire la compétence des acteurs locaux en matière de biodiversité à des savoirs vernaculaires ou de les envisager au mieux comme des porteurs de représentations, nécessairement « subjectives », de la diversité du vivant. Non seulement, les acteurs avec lesquels nous avons travaillé vouent un intérêt prononcé à certains aspects de la biodiversité, mais ils disposent d’une véritable capacité d’expertise pour rendre compte de l’état actuel de cette biodiversité et analyser finement le système d’actions qui la génère actuellement et pour le futur. Cette capacité d’expertise n’est sans doute pas exhaustive, mais elle met l’accent sur des déterminants très importants, économiques, organisationnels et sociopolitiques qui conditionnent au moins autant la biodiversité de demain que peuvent le faire des déterminants physiques et écologiques. En second lieu, pour qui sait révéler et combiner dans une démarche adaptée la capacité d’expertise d’une pluralité d’acteurs locaux, il s’avère possible de parvenir à un diagnostic stratégique enrichi et contextualisé de l’état actuel et potentiel de la biodiversité. Un diagnostic qui permet de mieux identifier le problème majeur auquel un territoire est confronté. Dans le cas présent, le problème tient à ce que le territoire subit une pression extérieure considérable sur ces forêts, sans réussir à reprendre les choses en main. Le seul fait d’avoir aidé une fraction des acteurs du territoire à faire ensemble ce constat et, au-delà, à se dire en quoi la biodiversité est importante pour le territoire a permis à ces derniers de formuler une esquisse de projet partagé là où ils ne faisaient jusqu’à présent que subir l’évolution des choses avec un sentiment d’impuissance caractérisée. Ainsi vont‑ils pouvoir passer à l’étape suivante qui consiste à présenter ce projet aux acteurs de la filière et à des institutions publiques, afin de réfléchir aux moyens de mieux articuler les logiques de la filière avec celles du territoire dans un contrat négocié, afin aussi de réfléchir aux conditions et moyens permettant d’organiser une offre de gestion forestière susceptible de remettre en mouvement un certain nombre de propriétaires peu impliqués à ce jour. Une perspective susceptible de motiver des acteurs de la filière qui sont également confrontés à ce problème de désinvestissement forestier… et ne savent pas vraiment comment l’appréhender.

Conclusion

31La démarche conduite à l’échelle du plateau de Gentioux n’est pas achevée. Il reste encore à établir dans quelle mesure le projet élaboré par un groupe restreint d’acteurs locaux pourra effectivement servir de plate-forme de réflexion et d’échanges avec des acteurs et des institutions opérant à des échelles supérieures du plateau de Millevaches et du Limousin. Dès à présent, cette démarche montre que la difficulté ne se résume pas, comme on l’entend trop souvent au sujet de la biodiversité, à une question de prise de conscience et d’évolution des mentalités ; avec, pour corollaire, l’idée que l’enjeu consiste in fine à user avec doigté de la carotte et du bâton pour que les comportements et les pratiques prennent la direction souhaitée. Ici, les acteurs locaux, pour une part significative d’entre eux, se montrent étonnamment concernés par des composantes et des aspects majeurs de la biodiversité ordinaire. En revanche, un ensemble de conditions ne sont pas réunies pour que ces préoccupations et ces manifestations d’intérêt se traduisent par un pilotage et une prise en charge active de la diversité du vivant. Face à la multiplicité des opérateurs conditionnant le devenir de la forêt, au caractère insaisissable d’une partie d’entre eux aussi, les acteurs locaux subissent avant tout des évolutions et des transformations de leur territoire qui s’imposent à eux. Il leur est d’autant plus difficile d’en parler ensemble et d’essayer de reprendre les choses en main que chacun entretient une relation spécifique avec la diversité du vivant. Chacun est alors renvoyé à sa propre sensibilité, l’absence de signes patents d’une mobilisation plus importante à l’égard du vivant renforçant le sentiment d’impuissance à agir. C’est dire aussi combien le travail de facilitation stratégique opéré via ce projet de recherche-intervention s’avère déterminant pour envisager la question de la biodiversité ordinaire.

Haut de page

Bibliographie

Atlas des paysages du Limousin (2005) – DREAL, Université de Limoges, Région Limousin

Barbault, R. (2006) – Un éléphant dans un jeu de quilles. L’homme dans la biodiversité, Paris, Seuil, 265 p.

Bastolla, U., Fortuna, M.A., Pascual-Garcia, A., Ferrera, A., Luque, B. & Bascompte, J. (2009) – « The Architecture of Mutualistic Networks Minimizes Competition and Increases Biodiversity », Nature, n° 458 (7241), pp. 1018-1020.

Blandin, P. (1992) – « De l’écosystème à l’écocomplexe », in Jollivet, M. (éd.), Entre Nature et Société, les passeurs de frontière, Paris, Éditions du CNRS, pp. 267-279.

Brédif, H., Arnould, P. & Bailly, A. (2010) – « Recherche des voies, conditions et moyens d’une prise en charge renforcée des enjeux de la biodiversité par les propriétaires et les gestionnaires forestiers », in Bonhême I. & Millier C. (coord.), Programme « Biodiversité et Gestion Forestière », Résultats scientifiques et acquis pour les gestionnaires et décideurs, projets 2005-2009, Paris, GIP Ecofor - MEEDDM, pp. 29-43.

Chevassus-Au-Louis, B. (2012) – « Les services écologiques des forêts : définition des concepts, origine et typologies », Revue Forestière Française, vol. LXIV, n° 3, pp. 213-223.

Cosquer, A., Raymond, R. & Prevot-Julliard, A. (2012) – « Observations of Everyday Biodiversity: a New Perspective for Conservation? », Ecology and Society, vol. 17, n° 4, http://www.ecologyandsociety.org/vol17/iss4/art2/

Fahrig, L., Baudry, J., Brotons, L., Burel, F.G., Crist, T.O., Fuller, R.J., Sirami, C., Siriwardena, G.M. & Martin, J.-L. (2010) – « Functional landscape heterogeneity and animal biodiversity in agricultural landscapes », Ecology Letters, vol. 14, pp. 101–112, http://www.glel.carleton.ca/PDF/webDump/11FahrigetalEcolLett.pdf

Fleury, C. & Prévost-Julliard, A.-C (2012) – L’exigence de la réconciliation. Biodiversité et société, Paris, Editions Fayard, 375 p.

Foltête, J.-C., Clauzel, C., Vuidel, G. & Tournant, P., (2012) – « Integrating graph-based connectivity metrics into species distribution models”, Landscape Ecology, vol. 27, pp. 557-569, http://link.springer.com/article/10.1007/s10980-012-9709-4#page-1

Fuller, R. A., Irvine, K.N., Devine-Wright, P., Warren, P.-H., & Gaston, K.-J.. (2007) – « Psychological benefits of greenspace increase with biodiversity », Biology Letters, vol. 3, n° 4, pp. 390-394,

Gaston, K. J. And Fuller, R. A. (2008) – « Commonness, Population Depletion and Conservation Biology », Trends in Ecology and Evolution, vol. 23, n° 1, pp. 1419.

Godet, L. (2010) – « La « nature ordinaire » dans le monde occidental », L’Espace Géographique, n° 2010-4, pp. 295-308.

Hardin, G. (1968) – « The Tragedy of the Commons », Science , vol. 162, n° 3859, pp. 1243-1248.

Julliard, R., Clavel, J. Devictor, V., Jiguet, F. & Couvet, D. (2006) – “Spatial Segregation of Specialists and Generalists in bird Communities », Ecology Letters. vol. 9, n° 11, pp. 1237-1244.

Lennon, J.J., Beale, C.M., Reid, C., Kent, M. & Pakeman, R. (2011) – « Are richness patterns of common and rare species equally well explained by environmental variables? », Ecography , vol. 34, pp. 529-539.

Lévêque, C., (2008) – La biodiversité au quotidien : le développement durable à l’épreuve des faits, Versailles, Paris, Quae, 304 p.

Levy, J. & Lussault, M. (dir.),(2003) – Dictionnaire de la géographie et de l’espace des sociétés, Paris, Belin, 1032 p.

Linglart, M. (2000) – La biodiversité végétale des îlots boisés en terre de grande culture. Approche ethnoécologique, exemple du Gâtinais occidental, Thèse de doctorat en ethnoécologie, Muséum National d’Histoire Naturelle, 2 vol. , 415 p.

Luxemburg, R., (1977) – J’étais, je suis, je serai !, correspondance 1914-1919, Paris, Maspero, 340 p.

Macarthur, R. H. & Wilson, E. O. (1967) – The Theory of Island Biogeography, Princeton, Princeton University Press, 203 p.

Mimet, A., Houet, T., Julliard, R. & Simon, L. (2013) – « Assessing functional connectivity: a Landscape Approach for handling multiple ecological Requirements », Methods in Ecology and Evolution, vol. 4, n° 5, pp. 453–463.

Périgord, M. (1993) – « La notion de paysage de montagne en Limousin », Norois, n° 159, pp. 481-496.

Shwartz, A., Cosquer, A., Jaillon, A., Piron, A, Julliard, R., Raymond, R., Simon, L., Prévot-Julliard, A.-C. (2012) – « Urban Biodiversity, City-Dwellers and Conservation: How Does an Outdoor Activity Day Affect the Human-Nature Relationship? », PLoS ONE, 7(6): e38642. doi:10.1371/journal.pone.0038642

Simon, L. & Goeldner-Gianella L. (2012) – « Quelle biodiversité pour quels habitants dans la trame verte urbaine ? L’exemple du Val Maubuée (Seine-et-Marne, France) », Développement Durable et Territoires, vol. 3, n° 12, http://journals.openedition.org/developpementdurable/9326

Thompson, R. & Starzomski, B.M. (2006) – « What does Biodiversity actually do? A review for Managers and Policy Makers », Biodiversity and Conservation, vol. 16, n° 5, pp. 1359-1378.

Wilson, E. O. (1984) – Biophilia, Cambridge, Harvard University Press, 157 p.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 La biodiversité au travers des mots des acteurs
Légende Les mots sont indiqués dans le désordre, à mesure qu’ils sont évoqués
URL http://journals.openedition.org/bagf/docannexe/image/1908/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 244k
Titre Figure 2 – Les acteurs s’accordent à reconnaître 5 grandes motivations conduisant à se préoccuper de la biodiversité du plateau de Gentioux. En se référant à ces raisons de fond, ils retiennent 5 thématiques particulièrement stratégiques ou critiques pour le territoire.
URL http://journals.openedition.org/bagf/docannexe/image/1908/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Hervé Brédif et Laurent Simon, « Quelle place pour les acteurs locaux dans la gestion de la biodiversité ordinaire ? », Bulletin de l’association de géographes français, 91-1 | 2014, 17-34.

Référence électronique

Hervé Brédif et Laurent Simon, « Quelle place pour les acteurs locaux dans la gestion de la biodiversité ordinaire ? », Bulletin de l’association de géographes français [En ligne], 91-1 | 2014, mis en ligne le 22 janvier 2018, consulté le 22 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/bagf/1908 ; DOI : 10.4000/bagf.1908

Haut de page

Auteurs

Hervé Brédif

Maître de Conférences à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, UMR LADYSS CNRS, Institut de Géographie, 191 rue Saint-Jacques, 75005 Paris – Courriel : hbredif[at]univ-paris1.fr

Articles du même auteur

Laurent Simon

Professeur à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, UMR LADYSS CNRS, Institut de Géographie, 191 rue Saint-Jacques, 75005 Paris – Courriel : lsimon[at]univ-paris1.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Bulletin de l’association de géographes français

Haut de page
  • OpenEdition Journals