Navigation – Plan du site

Les forêts périurbaines franciliennes, des marges ?

Can suburban forests in Ile-de-France be considered as margins?
Alexandra Monot
p. 368-384

Résumés

Au sein de la région Île-de-France, se maintiennent des espaces forestiers de différentes dimensions, dont les usages et la destination sont spécifiques. Ces forêts périurbaines sont des marges à plus d’un titre. Espaces « naturels » à l’intérieur ou aux franges d’un espace urbanisé, elles sont protégées et soustraites pour beaucoup aux activités économiques : il leur est assigné en priorité un rôle social récréatif, paysager et écologique. Quand elles existent, les activités qui y ont lieu sont marginales dans le système productif français (chasse, sylviculture). Néanmoins, ces forêts présentent des gradients de marginalité, selon la distance à la ville de Paris et à l’échelle des massifs forestiers eux-mêmes.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en octobre 2018.

Plan

Introduction
1. Les forêts périurbaines, des marges géographiques et paysagères
1.1. Des forêts résiduelles
1.2. Franges à la fois urbaines et rurales en évolution
1.3. Un facteur d’identité francilienne lié à une forte demande sociale
2. Les forêts périurbaines, des espaces de relégation et d’invisibilité, de plus en plus intégrés aux logiques urbaines
2.1. Des activités à la marge voire illicites
2.2. Les forêts franciliennes relèvent de plus en plus de logiques urbaines
2.3. Justifiant une marginalisation voulue par la réglementation
3. Une diversité de forêts périurbaines générant des gradients de marginalité
3.1. Un gradient de marginalité en fonction de la distance à Paris
3.2. Un gradient de marginalité à l’échelle des espaces forestiers eux-mêmes
Conclusion

Aperçu du texte

Introduction

La périurbanisation de l’agglomération parisienne a conduit à la diffusion dans un milieu originellement rural de territoires urbains de résidence et d’activités. Elle s’est effectuée dans un contexte de recherche d’un cadre de vie meilleur, de loyers moins onéreux ou d’accession moins chère à la propriété, et d’amélioration des moyens de transports permettant des mobilités pendulaires. Mais la périurbanisation ne s’est pas réalisée de façon continue et les espaces qui en sont nés comportent encore un certain nombre d’espaces résiduels à dimension rurale, champs, bois et forêts.

Les forêts périurbaines peuvent alors être définies comme des espaces boisés intégrés à ou proches d’un pôle urbain (au sein de l’agglomération parisienne, l’espace n’est pas au sens strict périurbain, mais les forêts y sont tout de même qualifiées de périurbaines, car en position de périphérie de la ville centre), sur lesquels s’exercent une forte pression sociale et foncière, d’importantes atten...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Alexandra Monot, « Les forêts périurbaines franciliennes, des marges ? », Bulletin de l’association de géographes français, 94-3 | 2017, 368-384.

Référence électronique

Alexandra Monot, « Les forêts périurbaines franciliennes, des marges ? », Bulletin de l’association de géographes français [En ligne], 94-3 | 2017, mis en ligne le 20 octobre 2018, consulté le 18 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/bagf/2073 ; DOI : 10.4000/bagf.2073

Haut de page

Auteur

Alexandra Monot

Professeur agrégée et docteur en géographie à l’Université de Strasbourg, Place de l’Université, 67000 STRASBOURG – Courriel : amonot[at]unistra.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Bulletin de l’association de géographes français

Haut de page
  • OpenEdition Journals