Navigation – Plan du site

Penser les marges en France : l’exemple des territoires de « l’hyper-ruralité »

Thinking about spatial fringes in France: the example of “hyper-rural” areas
Samuel Depraz
p. 385-399

Résumés

L’hyper-ruralité, notion polémique proposée par un récent rapport parlementaire sur les espaces isolés de très basse densité en France, embrasse des territoires mal connus, tant ces derniers sont imprégnés des représentations sur le « rural profond », la « désertification » des campagnes ou la « diagonale du vide ». Or les dynamiques démographiques les plus récentes contredisent cette vision et montrent à la fois une recomposition rapide des espaces de très basse densité, et l’existence de nouvelles bases économiques attractives pour les néo-résidents. Pour autant, toutes les difficultés structurelles liées à l’éloignement ne sont pas gommées : l’analyse scientifique se doit donc de concilier à la fois la situation de vulnérabilité de l’hyper-ruralité avec les dynamiques émergentes, dans une situation paradoxale mais caractéristique des territoires de marge. L’article vise donc, à travers l’exemple de l’hyper-ruralité, à montrer plus fondamentalement la valeur herméneutique du concept de « marge » pour la géographie.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en octobre 2018.

Plan

1. La marge, un décentrement de l’analyse au profit d’une lecture sociale des faits spatiaux minoritaires
2. Penser les marges rurales : vers le concept d’hyper-ruralité
3. Trois paradoxes des marges hyper-rurales
3.1. Une renaissance rurale sans rajeunissement
3.2. Une croissance sans production ?
3.3. L’expression de disparités sociales accentuées
Conclusion

Aperçu du texte

La notion de marge, relative à ce qui est à l’écart d’un centre et reste souvent occulté ou discret, semble très prometteuse pour enrichir la réflexion géographique en ce qu’elle permet de rassembler sous une même entrée théorique des faits spatiaux minoritaires, souvent peu présents ou traités de manière très ponctuelle dans l’analyse scientifique de notre discipline. Il s’agirait ainsi de surmonter par ce terme nouveau un traitement de la France encore trop en « mosaïque », selon Olivier Milhaud [Milhaud 2017].

La marge nécessite pourtant d’être précisée par une définition liminaire afin d’éviter trop d’ambiguïtés. En effet, le terme est encore mal stabilisé dans le champ géographique, si bien qu’il subsiste un certain flou dans son utilisation. Peu d’auteurs ont envisagé une réflexion approfondie sur l’usage du terme, hormis sans doute Antoine Bailly [Bailly 1995], Sophie De Ruffray [De Ruffray 2000], Christiane Rolland-May [Rolland-May 2001], Brigitte Prost [Prost 2004] ou Solang...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Samuel Depraz, « Penser les marges en France : l’exemple des territoires de « l’hyper-ruralité » », Bulletin de l’association de géographes français, 94-3 | 2017, 385-399.

Référence électronique

Samuel Depraz, « Penser les marges en France : l’exemple des territoires de « l’hyper-ruralité » », Bulletin de l’association de géographes français [En ligne], 94-3 | 2017, mis en ligne le 20 octobre 2018, consulté le 20 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/bagf/2086 ; DOI : 10.4000/bagf.2086

Haut de page

Auteur

Samuel Depraz

Maitre de Conférences, Université de Lyon (Jean Moulin - Lyon III) – Laboratoire Environnement, Ville, Sociétés (EVS) – UMR 5600 du CNRS – Courriel : samuel.depraz[at]univ-lyon3.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Bulletin de l’association de géographes français

Haut de page
  • OpenEdition Journals