Navigation – Plan du site

Tourisme de marges, marges du tourisme. Lieux ordinaires et « no-go zones » à l’épreuve du tourisme

Tourism at the margins, margins of tourism. Ordinary places and “no-go zones” challenged by tourism
Maria Gravari-Barbas
p. 400-418

Résumés

Depuis quelques années, aussi bien les destinations établies que les nouvelles destinations touristiques lancent des initiatives visant à conquérir leurs marges touristiques – que ce soit des lieux « ordinaires » ou de zones socialement marginalisées. Ces projets redessinent la géographie touristique, décloisonnent des territoires, modifient les équilibres sociaux et économiques et poussent plus loin les limites notionnelles et conceptuelles du tourisme. En s’appuyant sur l’exemple de la métropole parisienne, ce texte examine les acteurs et espaces du développement touristique qui se situent dans les marges du tourisme, et questionne la façon dont ces évolutions esquissent des situations post- ou hyper- touristiques.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en octobre 2018.

Plan

1. Tourisme des marges, marges du tourisme
1.1. L’émergence d’un nouveau paradigme touristique métropolitain
1.2. Les lieux « ordinaires » mis en tourisme
1.3. De la marginalité banale des lieux ordinaires
2. Paris, le tourisme métropolitain, à la conquête des marges
2.1. Le contrat « Destination Paris, La Ville Augmentée »
2.2. Bastina, raconter les marges touristiques par ceux qui y vivent
3. Le tourisme hors des sentiers battus, l’entrée dans une nouvelle ère touristique ?
3.1. Vers une nouvelle compréhension du phénomène touristique
3.2. Post- ou hyper-tourisme. Limites conceptuelles du tourisme 
Conclusion

Aperçu du texte

Depuis ses origines, le tourisme a été étudié dans les rapports qu’il entretient avec des centralités touristiques. La bibliographie s’est focalisée sur les lieux touristiques affirmés, davantage concernés par un tourisme qualifié de « masse ». Elle a abordé prioritairement les « hauts lieux » touristiques et les hyperspécialisations spatiotemporelles qui semblent tracer des limites entre les lieux touristiques et les lieux « ordinaires », a fortiori les lieux qualifiés de répulsifs ou marginaux [Condevaux, Djament-Tran & Gravari-Barbas 2016]. Pourtant, comme le remarquent fort justement Capellà Miternique et Marcotte [Capellà Miternique & Marcotte 2014] « Mine de rien, les régions en marge de l’industrie touristique représentent la plupart des territoires de la planète ». Ces contrées situées aux « marges du tourisme » ne sont pas que des « continents presque entiers comme l’Afrique ou l’Océanie, et une large partie des continents américain et asiatique », mais représentent aussi l...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Maria Gravari-Barbas, « Tourisme de marges, marges du tourisme. Lieux ordinaires et « no-go zones » à l’épreuve du tourisme », Bulletin de l’association de géographes français, 94-3 | 2017, 400-418.

Référence électronique

Maria Gravari-Barbas, « Tourisme de marges, marges du tourisme. Lieux ordinaires et « no-go zones » à l’épreuve du tourisme », Bulletin de l’association de géographes français [En ligne], 94-3 | 2017, mis en ligne le 20 octobre 2018, consulté le 18 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/bagf/2097 ; DOI : 10.4000/bagf.2097

Haut de page

Auteur

Maria Gravari-Barbas

Professeure, Université Paris1 Panthéon-Sorbonne, IREST, EA 7337-EIREST – Courriel : maria.gravari-barbas[at]wanadoo.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Bulletin de l’association de géographes français

Haut de page
  • OpenEdition Journals