Navigation – Plan du site

Commerce(s) et marge(s)

Retail(s) and margin(s)
Philippe Dugot
p. 419-435

Résumés

L’association commerce et marge n’a rien d’évident. D’une part les géographes pensent trop rarement à mobiliser ce secteur d’activité pour mettre à jour les processus territoriaux. D’autre part, le sujet même des marges semble contradictoire avec une géographie commerciale qui, par définition, fait davantage ressortir les centres que les territoires en retrait. L’objectif de ce texte est justement de montrer la fertilité d’un tel croisement. La diversité des activités commerciales et de leurs évolutions permet de mettre à jour, sous divers angles, les possibilités d’une approche des territoires par les marges.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en octobre 2018.

Plan

1. Un commerce comme marqueur territorial
2. Un commerce aux vertus thérapeutiques
3. La marge comme réceptacle des transformations du commerce et autres pratiques commerciales en marge
3.1. La mutation du commerce moderne par des territoires en marge, l’irruption du « hard discount »
3.2. Reconfigurations multiples du commerce fordiste
3.3. Un commerce résolument en marge ou la notion d’antimonde [Brunet & al. 1993] appliquée à l’échange marchand
3.4. Reconfiguration des échanges commerciaux internationaux et production d’ « espaces discrets »
3.5. Les polarités commerciales périphériques de la marge de l’urbain à son renouveau ?
4. En guise de conclusion, le commerce électronique ou la fin des marges ?

Aperçu du texte

Lorsqu’on associe commerce et marge, c’est le terme de marge commerciale qui s’impose. Courante dans les dictionnaires généralistes, on échappe pour l’essentiel à cette association dans les dictionnaires de géographie. Mais l’idée que l’association entre commerce et marge puisse être fertile n’affleure guère au sein de définitions de la marge qui demeurent de toute façon assez souvent peu éclairantes. On relève aussi une quasi-absence du recours à ce secteur d’activité pour venir étayer contours et fonctionnement des marges géographiques au sein des manuels dédiés à cette question au concours.

Il est vrai, presque par définition, que commerce et marges géographiques ne peuvent faire bon ménage d’un point de vue territorial. Cette question au concours soulève bien des problèmes aux géographes plus habitués à travailler sur les pleins que sur les vides. Elle pose particulièrement problème en termes de géographie commerciale car le commerce est centre ou n’est pas, épousant, accompagnan...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Philippe Dugot, « Commerce(s) et marge(s) », Bulletin de l’association de géographes français, 94-3 | 2017, 419-435.

Référence électronique

Philippe Dugot, « Commerce(s) et marge(s) », Bulletin de l’association de géographes français [En ligne], 94-3 | 2017, mis en ligne le 20 octobre 2018, consulté le 23 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/bagf/2113 ; DOI : 10.4000/bagf.2113

Haut de page

Auteur

Philippe Dugot

MCF-HDR, Université de Toulouse II – Jean Jaurès – UMR LISST-CIEU – 5, allées Antonio Machado – 31058 Toulouse Cedex 9 – Courriel : dugot[at]univ-tlse2.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Bulletin de l’association de géographes français

Haut de page
  • OpenEdition Journals