Navigation – Plan du site

Avant-Propos ‑ Agriculture dans la ville, agriculture pour la ville : acteurs, pratiques et enjeux

Foreword – agriculture in the city, agriculture for the city: actors, practices and issues
Jean‑Paul Charvet
p. 273-275

Texte intégral

1L’Association de Géographes Français avait consacré, en 1993, donc il y a près d’une vingtaine d’années, une journée de réflexion au « devenir des agricultures périurbaines » sous la coordination de Pierre Brunet et de moi-même. Une dizaine de communications avaient alors été présentées et discutées : on pourra les retrouver dans le numéro de mars 1994 du Bulletin de l’Association des Géographes Français.

2Mon introduction de l’époque insistait sur les contraintes et les opportunités propres aux agricultures périurbaines et j’avais évoqué en particulier, à partir des travaux et des communications, de Jean Vaudois et de Thérèse Rouyres, l’émergence de nouvelles approches et de nouveaux questionnements. Mais il faut bien dire qu’à l’époque la préservation des agricultures et des espaces agricoles périurbains pouvaient être largement considérée comme un combat d’arrière-garde.

3Deux décennies plus tard, les lignes ont bougé et je pense que l’on peut dire désormais que cette préservation fait figure de combat d’avant-garde, même s’il n’est pas gagné d’avance.

4En raison des évolutions de la société globale et de ses représentations des espaces agricoles – même si celles-ci correspondent toujours à des agricultures rêvées –, un large consensus s’est aujourd’hui constitué autour de la nécessité de préserver les agricultures et les espaces agricoles périurbains. Dans les documents d’urbanisme établis par les aménageurs, les espaces ont pris progressivement de la couleur en lieu et place du blanc qui les caractérisait dans les années 1970. Des chercheurs de plus en plus nombreux considèrent à la suite de Christopher Robin Bryant [Bryant 2003], que ces espaces jouent désormais un rôle stratégique dans la compétition qui oppose entre elles les grandes agglomérations urbaines.

5Parallèlement, alors que cette thématique intéressait à l’époque des chercheurs géographes, il n’en est plus de même aujourd’hui comme en témoignent les diverses origines des intervenants de cette journée. Des chercheurs agronomes, sociologues, ethnologues, économistes… sont venus rejoindre les géographes sur le terrain du devenir des agricultures périurbaines et enrichir très utilement les débats.

6L’intérêt croissant porté aujourd’hui aux espaces agricoles périurbains s’est traduit par la multiplication des colloques scientifiques qui leur sont consacrés aussi bien en France qu’à l’étranger. Il serait bien difficile d’en établir une liste tout à fait exhaustive, mais on peut citer le colloque de 2007, « Les agricultures périurbaines, un enjeu pour la ville. Vers des projets de territoire », organisé conjointement par l’Université Paris Ouest Nanterre La Défense (Laboratoire de Géographies comparées des Suds et des Nords / GECKO) et l’École Nationale Supérieure du paysage de Versailles [Fleury, Poulot & Vidal 2013].

7Je note aussi que le dernier Congrès des SAFER, qui s’est tenu en décembre 2011 à Paris, a été consacré au devenir des agricultures périurbaines : à cette occasion, un excellent film portant sur l’avenir de l’agriculture en milieu périurbain a été présenté. La DATAR n’est pas en reste, qui s’est également largement intéressée aux « tiers espaces » [Vanier 2000] que constituent les espaces périurbains et aux espaces agricoles qui s’y trouvent. Plus récemment, soit en février 2012, je citerai le colloque organisé par l’ANDER (Association Nationale de Développement des Espaces Ruraux) à l’Assemblée nationale sur les conditions du maintien d’espaces agricoles dans les espaces périurbains. Cette Association non partisane (www.ander.fr) rassemble des parlementaires ainsi que des élus régionaux et locaux relevant des différentes sensibilités politiques de notre pays, et les débats ont été prometteurs.

8Dans plusieurs propositions d’aménagement établies récemment en relation avec le projet du « Grand Paris », une place a été faite aux espaces agricoles et à l’agriculture, même si cette place n’est pas encore véritablement à la hauteur des enjeux. Plus récemment encore, pour montrer cet intérêt nouveau porté aux agricultures périurbaines, l’Académie d’Agriculture de France a créé en 2010 un groupe de réflexion « intersections » travaillant sur le devenir des agricultures et des forêts en milieux périurbains. Ce groupe a déjà auditionné un certain nombre de chercheurs (dont Monique Poulot ici présente) et en auditionnera d’autres. Ce groupe est co‑animé par Xavier Laureau, agriculteur de la Plaine de Versailles, présent comme exemple d’innovation dans la Journée AGF de 1993, et par moi-même. L’objectif est de pouvoir fournir aux autorités publiques un certain nombre de recommandations ainsi que des propositions concrètes.

9Ce nouvel intérêt ne doit pas faire oublier que la consommation des terres agricoles par l’étalement urbain se poursuit partout dans le monde et qu’elle appelle un changement de modèle de développement, à tout le moins de manière de faire la ville, pour permettre une préservation de cette agriculture. La consommation de terres agricoles par l’étalement urbain demeure d’ailleurs mal connue à l’échelle mondiale. Elle a été estimée à 2 millions d’hectares par an dans une étude récente de l’Académie d’Agriculture de France [2009]. J’aurais tendance à penser que ce chiffre constitue une fourchette basse. Pour les seuls États-Unis, l’USDA (Ministère américain de l’agriculture) estime la consommation annuelle de terres agricoles par l’urban sprawl à quelque 500 000 hectares. Pour la France, les données oscillent entre 60 et 85 000 hectares par an pour la période qui va de 2006 à 2009, en forte hausse dans la décennie 1990 : nous retrouvons là le rythme de consommation des terres agricoles par l’étalement de l’époque de la fin des « Trente Glorieuses »… mais pas dans le même contexte économique. En Allemagne, l’étalement urbain ne consomme « que » 45 000 hectares : faut-il aller chercher dans ce pays, non seulement des modèles d’organisation de la vie économique et sociale, mais aussi des modèles d’aménagement ?

10Je ne mentionnerai pour terminer que quelques éléments des conclusions tirées par Pierre Brunet lors de la journée de décembre 1993 consacrée aux agricultures périurbaines par l’Association des Géographes Français. Après avoir enregistré les exemples de recul et de fragmentation des espaces agricoles périurbains présentés dans les diverses communications (en particulier celles portant sur les régions méditerranéennes) et l’effritement souvent très avancé du modèle de Von Thünen, il terminait sur une note plus optimiste en constatant que « l’agriculture résiste quand elle allie orientation porteuse, dynamisme, structure foncière convenable, organisation commerciale d’aval… » [1994]. Ce sont là des éléments majeurs qui continuent d’intervenir dans la conservation de ces espaces agricoles. D’autres participent, et de plus en plus, du paradigme du Développement Durable et de l’intérêt des Pouvoirs publics pour ces agricultures : ce sera tout l’intérêt de cette séance organisée aujourd’hui par Monique Poulot de les mettre en valeur à partir des communications présentées par les différents intervenants.

Haut de page

Bibliographie

ACADÉMIE D’AGRICULTURE DE FRANCE (2009) – Nourrir le monde en 2050, 14 p.

Brunet, P. & Charvet, J.-P. (coord.) (1994) – « Le devenir des agricultures périurbaines », Bulletin de l’Association de Géographes Français, vol. 71, n° 2, 190 p.

Bryant, C.R. & Charvet, J.-P. (ccord.) (2003) – « Structures et dynamiques au-delà des banlieues », Canadian Journal of Regional Science/Revue Canadienne des Sciences Régionales, n° spécial, vol WWVI, 2 & 3, pp. 229-480.

Fleury, A., Poulot, M., VIDAL, R. (coord.) (2013 - copyright 2008) – « Les agricultures périurbaines. Un enjeu pour la ville. Vers des projets de territoire », Actes du colloque de 2008 Université de Paris Ouest Nanterre La Défense-École Nationale Supérieure du Paysage de Versailles, 3 volumes,

Vanier, M. (2000) – « Qu’est-ce que le tiers-espace ? » Revue de Géographie Alpine, n° 2000-1, pp. 104- 113.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean‑Paul Charvet, « Avant-Propos ‑ Agriculture dans la ville, agriculture pour la ville : acteurs, pratiques et enjeux », Bulletin de l’association de géographes français, 90-3 | 2013, 273-275.

Référence électronique

Jean‑Paul Charvet, « Avant-Propos ‑ Agriculture dans la ville, agriculture pour la ville : acteurs, pratiques et enjeux », Bulletin de l’association de géographes français [En ligne], 90-3 | 2013, mis en ligne le 22 janvier 2018, consulté le 21 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/bagf/2172

Haut de page

Auteur

Jean‑Paul Charvet

Professeur émérite de Géographie, Université Paris – Nanterre – La Défense Courriel : jean-paul.charvet[at]wanadoo.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Bulletin de l’association de géographes français

Haut de page
  • OpenEdition Journals