Navigation – Plan du site

Agricultures dans la ville, agricultures pour la ville : vers de nouvelle figures de l’agriculture et de l’agriculteur (exemples franciliens et français) ?

Conclusion
Conclusion – Agricultures in the city, agricultures for the city: towards new figures of farming and farmers, examples in Île-de-France and France?
Monique Poulot
p. 375-396

Texte intégral

1Un temps considérées comme marginales et en attente de disparition, les agricultures urbaines et périurbaines sont devenues aujourd’hui un enjeu tant de la ville durable que de l’agriculture durable. D’une part, la quasi-totalité des projets de la ville de demain, la ville post-carbone, décrivent une « ville constituée par une concentration de zones urbanisées compactes et un ensemble de fragments de paysages inclus ou englobants, qui rempliront chacun des fonctions urbaines spécifiques. (…) A l’aube du troisième millénaire, près de la moitié de l’humanité habitera dans la Zwischenstadt. Ces conglomérats, gros parfois de 10 à 30 millions d’habitants, ont atteint de telles étendues que leurs habitants n’ont pas la moindre chance de s’en échapper au cours de leur vie quotidienne. Tous les besoins élémentaires, y compris la production alimentaire, doivent être assurés au sein de cette Zwischenstadt, par une économie agricole urbaine. (…) En tant que structures intérieures de la ville, les zones agricoles et naturelles participeront en plus de l’alimentation, aux circuits de recyclage de l’eau et des matériaux. (…) L’image de la ville ne se construit pas seulement à partir de la forme et de la fonctionnalité du bâti ; elle doit également intégrer le non bâti et la végétation » [Sieverts 2002, pp. 26 & 73]. C’était d’ailleurs le thème d’une des expositions de la Cité de l’Architecture et du Patrimoine de Paris en 2011 construite sur la notion de « ville fertile ». Parallèlement, après des crises alimentaires répétées et un contexte qui conjugue peur des pénuries et de la « mal bouffe », l’agriculture, convertie à la multifonctionnalité depuis le sommet de Rio et la Nouvelle Politique Agricole Commune de 1992, est appelée à se réinventer pour retrouver une légitimité [Mundler 2002].

2À l’évidence, nombre d’éléments semblent réunis pour permettre aux agricultures et aux agriculteurs périurbains d’envisager un avenir. D’une certaine manière on pourrait parler d’un nouveau « désir de l’agriculture » de la ville et des urbains [Bourdeau Lepage & Vidal 2013] qui débouche sur la « mise en place de protection réglementaire capable de réserver des espaces agricoles », une des conditions envisagées par Pierre Brunet dans sa conclusion en 1994 pour le maintien de ces agricultures [Brunet 1994, p. 224]. En France, le Schéma de Cohérence Territoriale de Montpellier a certainement constitué un tournant dans ce face à face nouveau entre agriculture et ville : conçu au début des années 2000 (approuvé en 2006) il promeut la notion d’« inversion de regard », appelant à considérer les espaces agricoles comme des pleins et le bâti comme des vides ; surtout pour envisager les espaces mutables à urbaniser dans une agglomération en forte croissance, il prend appui sur l’analyse et la délimitation d’unités agro-physionomiques dans leur fonctionnement et dans leur potentiel de développement [Jarrige et alli, 2006]. Celui de Rennes qui date de 2007 n’est pas moins novateur qui pose comme principe que « les destins de la ville et de l’agriculture sont désormais liés » et fait « le choix d’une ville-archipel avec un développement multipolaire, pour laisser une large part aux espaces agricoles et naturels entre des bourgs et des villes compacts qui ne s’étalent pas » [SCoT de Rennes, 2007]. L’outil inventé pour mener à bien cette politique est celui des « champs urbains (…), espaces agricoles à l’interface de plusieurs communes, espaces d’abord de production agricole mais repérés pour la qualité de leur paysage (schéma des vallées, forêts, etc.), de leur environnement naturel et en raison de la fréquentation de loisirs dont ils sont le support (cheminements, activités équestres, etc.). Le SCoT souhaite éviter l’artificialisation de ces ensembles agronaturels de qualité, proches des centres urbains, en les délimitant et en y pérennisant les fonctions de production agricole et les atouts du paysage, tout en y développant des usages de loisirs verts (chemins…) qui permettent la découverte de la campagne et sa défense par une population qui s’identifie au territoire (agricole) » [Buyck 2010]. Le nouveau SDRIF, en attente de vote par le Conseil Régional à l’automne 2013, n’est pas en reste qui veut « engager la transition de l’aménagement régional » et dont un des défis est, au même titre que la fragmentation urbaine, le défi alimentaire « car nourrir 11,5 millions de Franciliens de façon qualitative, diversifiée et financièrement accessible, interroge directement leur vie quotidienne et leur santé, mais aussi les politiques de maîtrise et de valorisation des espaces agricoles et des filières agroalimentaires » [SDRIF 2012, p. 6]. Les « champs urbains » s’y font « programmes agri-urbains » promus par l’Autorité environnementale, en charge d’évaluer les impacts environnementaux des grands aménagements, « indicateurs de contexte » pour analyser dans la durée une partie des retombées positives du nouveau schéma [SDRIF 2012].

  • 1 Ainsi, les plans d’agriculture durable régionaux ou métropolitains, les plans alimentaires régionau (...)

3Dans ce contexte, éminemment favorable par rapport aux années passées avec des documents d’urbanisme en évolution [Martin et al. 2006], le devenir des agricultures dans la ville continue d’interroger les chercheurs d’autant que les situations demeurent extraordinairement contrastées avec des effets de lieux trop souvent gommés et une tendance comme durant la Révolution productiviste à appliquer partout les mêmes modèles de développement1. Plusieurs thèmes majeurs se peuvent isoler qui renvoient au final à l’avènement d’une autre agriculture et d’un autre métier d’agriculteur : c’est la question de la proximité dans les nouvelles formes agricoles et de commercialisation associées ; c’est celle de l’articulation territoriale entre agriculture et ville aux différentes échelles ; c’est enfin celle de l’ouverture ou de la « publicisation » des espaces agricoles dans la ville élargie.

1. La question de la proximité : une ressource pour les agricultures urbaines

1.1. De la proximité comme ressource de développement local

4Cette question est désormais au cœur de toutes les recherches sur les agricultures périurbaines quel que soit leur champ disciplinaire, au nord comme au sud [Hochedez & Le Gall 2011]. Cette notion, éminemment géographique, met en jeu la notion de « distance » soit l’attribut de la relation entre deux réalités caractérisant leur degré de séparation : elle est toutefois absente des dictionnaires de géographie, qui utilisent plus volontiers les notions de « contact », de « contiguïté » ou encore de « connexité » pour figurer la possibilité d’une interrelation entre deux réalités [Levy & Lussault 2003]. C’est clairement à ces trois entrées que se réfère la proximité interrogée par les agricultures périurbaines : le contact ou la contiguïté avec des lieux de frottement ou de confrontation, la connexité en tant que mise en relation. On retrouve d’ailleurs ces notions dans la formalisation des bassins d’emploi, de chalandise ou encore dans celle des bassins de production agricole [Vaudois 1996, Diry 1998] et dans le schéma de Von Thünen qui a longtemps structuré la réflexion sur les agricultures périurbaines [Sinclair 1967].

5Cette proximité conçue comme une ressource mobilisable par des acteurs a été minorée dans les logiques triomphantes de la mondialisation. Réinvestie dans le sillage des réflexions portées par l’économie spatiale ou économie des territoires, elle est au cœur des études qui traitent des districts industriels et plus généralement des systèmes de productions localisés (SPL) déclinés en systèmes agro-alimentaires localisés (SYAL) pour le secteur agricole [Torre 2000]. Les apports de l’économie de la proximité tiennent notamment à l’élargissement de la notion de proximité à d’autres formes que le rapprochement entre acteurs sous l’angle des distances géographiques. Ce sont les proximités dites organisées [Gilly & Torre 2010] ou organisationnelles [Pecqueur & Zimmermann 2004] qui puisent dans les représentations des acteurs et dans les configurations en réseaux si bien que la proximité peut aussi refléter la similitude soit l’adhésion à des mêmes valeurs sans interconnaissance ou l’appartenance à un même réseau. L’intérêt d’une telle approche est de pointer ce qui permet le passage entre proximité, ressource latente, et proximité, ressource valorisée dans une démarche de développement local. Les études actuelles se centrent ainsi beaucoup plus que par le passé sur la mise en valeur de cette proximité, le jeu des acteurs autour de cette proximité, les formes de rapprochement et de coordination qui permettent la révélation de la proximité. Dans cette approche, l’innovation n’est pas dans la proximité elle-même mais dans les manières de la mettre au jour, de la faire émerger à l’image des réseaux d’interconnaissance qui apparaissent comme des éléments majeurs dans ces processus [Vincq et al. 2010].

1.2. Proximité et circuits courts : une multiplication de formules sur le jeu de l’interconnaissance

  • 2 On parle de circuit court quand le nombre d’intermédiaire est nul ou égal à un.

6La proximité de la ville, le fameux « désir d’agriculture » des urbains devient ainsi une opportunité pour les agricultures urbaines et périurbaines, avec notamment la promotion de circuits courts ou filières de commercialisation qui réduisent le nombre d’intermédiaires entre producteurs et consommateurs et/ou la distance parcourue pour passer de l’un à l’autre2. Une telle orientation émarge a priori à toutes les dimensions de la multifonctionnalité : elle confirme l’agriculture dans sa fonction alimentaire mais dans une logique environnementale et sociale. En effet les short food supply chains sont considérés comme favorables au développement durable en réduisant les food miles [Blanke & Burdick 2003, Ilbery & Maye 2005, Weber & Matthews 2008, Aubry & Kébir 2013] ; de surcroît, ils requièrent une main d’œuvre importante (à l’image des cultures peuplantes comme on le disait en parlant de la viticulture et du maraîchage) et contribuent à la création de liens sociaux entre producteurs et consommateurs à l’occasion de rencontres nouvelles ; ils sont des moyens de communication, de lien social, voire d’insertion territoriale pour des populations fragiles ou marginales [Allen et al. 2003, Jaràsz 2008, Pouzenc 2008, Goodman & Goodman 2009, Guiomar 2009, Traversac 2010, Aubry et al. 2012]. Ils autorisent enfin un déplacement de la valeur ajoutée vers l’agriculture et l’agriculteur (un retour ?) quand le système agro-alimentaire tertiaire avait réservé l’essentiel de cette dernière à la transformation industrielle et plus encore à la distribution [Malassis & Padilla 1986].

7Selon les travaux de recherche réalisés, plus d’une dizaine de formules de circuits courts, du plus traditionnel revisité au plus nouveau, coexistent. C’est le marché forain qui se fait de plus en plus marché fermier ; c’est la vente à la ferme qui devient cueillette ; c’est la livraison de paniers qui évolue vers une Association pour le Maintien d’une Agriculture Paysanne, soit une association solidaire entre un groupe de consommateurs et un agriculteur ; c’est la vente directe à des collectivités (cantines, maisons de retraite…) ou à des professionnels (restaurateurs, grandes surfaces…) ; c’est la vente en bord de route ou plus moderne en ligne ; c’est enfin une floraison de boutiques de vente répertoriées sous le terme de Points de Vente Collectifs (PVC), Boutiques Collectives de Producteurs (BCP), Magasins de Produits de Producteurs (MPP), ou biocop quand il s’agit de produits bio. Le mouvement des AMAP est sans nul doute le plus médiatisé et celui qui a donné lieu aux études les plus nombreuses tant la formule, héritée des Teikei japonais et des Communities Supported Agriculture américaines, est originale [Dubuisson-Quellier & Lamine 2004, Lamine 2008, Amemiya 2011]. Fruits de la rencontre entre un groupe de consommateurs et un ou plusieurs agriculteurs, les AMAP veulent promouvoir un modèle alternatif tant de consommation que de production. D’un côté une consommation « engagée » [Dubuisson-Quellier 2009] ou « critique » [Pleyers 2011], qui brise avec les circuits conventionnels de la distribution, de l’autre un modèle agricole quasi militant autour de nouvelles manières de produire (le bio à tout le moins le raisonné) et autour de circuits courts dans un rapport direct avec le consommateur [Amemiya 2007, Ripoll 2010, Le Caro 2011]. Dans ce nouveau pacte solidaire entre les deux parties qui partagent désormais les aléas de la production, le consommateur deviendrait un « consom’acteur » [Verhaegen 2011] et l’agriculteur un paysan soucieux de son bien-fonds –la terre considérée comme un bien commun-, engagé dans une agriculture de proximité et désireux de s’inscrire dans une logique de durabilité.

  • 3 Le recensement de l’agriculture de 2010 a toutefois montré une certaine stagnation du nombre d’expl (...)
  • 4 La notion reste toutefois complexe : quelle échelle pour une agglomération multimillionnaire ? quel (...)

8Si la forme de l’AMAP est la plus emblématique de ce renouveau des circuits courts3, toutes les formules fondent leur succès sur la re‑connaissance du local : l’agriculteur y vend le produit d’ici, celui dont le consommateur connaît l’origine, celui dont l’acheteur peut savoir comment il a été cultivé, celui qui renvoie à un nom ou mieux à une personne, donc à de l’interconnaissance [De Sartre et al. 2010, Chometon 2011, Poulot 2013]. Dans les cas de vente à la ferme, l’exploitation est ouverte aux clients qui découvrent les modes de production et le cheminement du produit du champ à l’assiette : avec cette traçabilité donnée à voir, le circuit court renoue avec les relations de confiance entre agriculteurs et consommateurs, relations distendues dans le produit anonyme de l’agriculture de filière et ébranlées avec les crises sanitaires. La cueillette où le client rend visite à l’agriculteur sur son lieu de travail se fonde également sur une triple relation au produit, au lieu et au producteur : l’apparence des produits, leur qualité se conjuguent au plaisir de cueillir soi-même et d’échanger. Quant aux principes déclinés dans la charte des Points de Vente Collectifs, ils appellent la présence de producteurs à la vente (le fameux face à face, source de communication), la transparence sur l’origine des produits (étiquette portant la commune de production) et prônent le développement de liens avec le consommateur. L’objectif est clairement de promouvoir l’agriculture d’un groupe de fermiers de lieux proches et d’amener les consommateurs à adopter une démarche volontaire et participative en faisant le choix de revenir. Le maître-mot est celui d’un retour au local4 tant de la production que de la consommation, avec tous les effets de développement attendus dans une nouvelle synergie entre la ville qui abrite les consommateurs et la campagne les agriculteurs.

9Le ressort proximité / vente directe vient donc soutenir une diversification de l’agriculture périurbaine sous le regard/contrôle des habitants et ainsi œuvrer à un rapprochement entre les deux modalités que sont l’agriculture et l’urbain : il représente un des outils de reconnaissance de l’appartenance à un territoire commun. Les collectivités ne s’y trompent pas qui interviennent dans des actions de développement local pour soutenir les filières et engagent les agriculteurs vers des démarches de qualité ou de terroir avec un affichage de marques locales : la marque Terres d’ici a été créée dès 2001 par l’Association pour le Développement et la Promotion de l’Agriculture dans le Y grenoblois (ADAYG), association bipartite qui réunit chambres consulaires et collectivités intercommunales ; Le Lyonnais est le fruit de la collaboration entre les instances syndicales agricoles et les syndicats intercommunaux des Coteaux et des Monts du Lyonnais et les produits d’Île-de-France, dont le petit chèvre d’Île‑de‑France qui a la forme de la région éponyme sont soutenus par la Région et la Chambre d’Agriculture [Delfosse & Bernard 2007, Espositio-Fava 2010, Guiomar 2010, Minvielle et al. 2011]. Il convient toutefois de souligner que ce lien de proximité est parfois ténu : il peut s’atténuer derrière l’exigence technique (mode de production biologique par exemple) [Hochedez 2008, Blanc, 2012] ou se travestir en absence d’intermédiaires avec la vente par internet qui annihile la notion de distance. Surtout, pour les cantines et autres marchés collectifs, la complexité des formulations et des réponses aux appels d’offres publics constitue un obstacle d’autant que la législation n’autorise pas la précision de critères géographiques, susceptibles d’entraîner des distorsions de concurrence [Darly 2012, Aubry 2012, Marty 2013]. Enfin, la multiplication de labels pourrait bien en brouiller la valeur. Surtout aux contraintes agronomiques réels (sols) s’ajoutent des contraintes techniques, voire économiques dans l’hypothèse d’un nécessaire bouclage des flux à grande échelle.

1.3. Proximité et services à la ville : des formules en invention

10Mais la proximité va bien au-delà des produits agricoles, surtout dans une logique de marche vers la durabilité des formes agricoles : c’est la notion de « panier de biens et de services » forgé par Bernard Pecqueur [Pecqueur et al. 2004]. Il renvoie à une combinaison de biens privés et de biens publics susceptibles d’élaborer l’image et la réputation du territoire ; il exprime une coordination interactive entre les producteurs du panier pour s’approprier et bénéficier pleinement de la rente de qualité territoriale. L’offre des agriculteurs périurbains en termes de services marchands montre d’ailleurs un foisonnement pour répondre à une demande qui ne cesse de croître avec un accès de plus en plus massif aux différentes formes de loisirs. La gestion d’équipements ou d’activités touristiques en forme un des principaux éléments : randonnée, activités équestres, cyclotourisme, chasse, pêche, stages dives à thèmes (pain, miel, fabrication de conserves…) [Job 1994, Le Caro 2007]. Elle débouche logiquement sur l’accueil, ponctuel ou de courts séjours, avec ou sans restauration, voire l’accueil social [Lescureux 2000, Poulot & Rouyres 2003]. Dans tous les cas, ces activités signifient une ouverture des exploitations, une certaine publicisation de l’espace agricole, une acceptation d’un certain partage de l’espace de travail avec les habitants et les consommateurs. La pratique des « goûters à la ferme » ou « goûters de terroir » en constitue un bon exemple : organisés autour de produits de proximité (les mets doivent venir de la ferme ou des fermes voisines), ils appellent aussi une visite de l’exploitation, un dialogue avec l’exploitant et soutiennent la relance de la vente directe.

11Le panier périurbain rapidement brossé montre ainsi une « logique d’assortiments » [Pecqueur 2001] qui puise sa légitimité dans une demande exponentielle de biens et services marchands de proximité. Ces démarches permettent d’afficher les ressources d’un local susceptibles de recueillir l’adhésion de tous et de participer à la construction d’une identité locale. S’y ajoute enfin de plus en plus une dimension citoyenne avec des biens et des services publics. Les agriculteurs sont en effet sollicités pour des services environnementaux, récréatifs et d’entretien des paysages afin d’améliorer le cadre de vie des habitants et de conférer une meilleure attractivité à cet espace. Un des domaines majeurs d’intervention ressortit de l’environnement des villes et concerne des domaines variés depuis le recyclage des déchets urbains jusqu’à l’« empaysagement » [Durbiano, 2003, Aznar et al. 2007]. Si la question des déchets reste difficile, notamment en région parisienne après l’expérience d’Achères, la production et l’entretien des paysage de la ville sont plus consensuels, réglés par des contrats négociés à différentes échelles territoriales avec rémunérations : opérations locales d’aménagement, contrats d’agriculture durable et divers financements régionaux ou départementaux en sont les formes génériques les plus répandues [Montembault 2007].

12Si l’offre est en périurbain assez peu différenciée et peu accrochée au territoire, la forte demande lui donne toutefois une certaine cohérence. Le ressort essentiel est bien celui de la proximité : proximité choisie, proximité rêvée pour la plupart des habitants du périurbain mais proximité qui reste à dévoiler du fait d’une forte méconnaissance. La redécouverte de la fraîcheur, synonyme de qualité, pour les produits est déjà entamée ; celle d’autres produits (énergie, matériaux de construction…) n’en est qu’à ses débuts avec de réelles difficultés techniques de maîtrise des processus ou d’une faible lisibilité en matière de politique nationale ; celle des services marchands est en cours, portée par la vague des loisirs ; celles des services d’utilité publique, à l’image des taches de prévention (contre les risques notamment), d’information, voire d’insertion est plus délicate mais constitue un enjeu majeur pour aller vers une reconnaissance de la légitimité de la présence de l’agriculture dans la ville élargie.

2. De la recherche d’articulations territoriales entre agriculture et ville : revisiter la question foncière

2.1. Rente foncière versus rente urbaine

13Cette évolution vers une agriculture devenue légitime dans la ville avec une production majoritairement destinée à la ville n’empêche pas toutefois les phénomènes de concurrence foncière liés à l’artificialisation des sols et la transformation de parcellaires d’exploitation hachés par les infrastructures. En dépit des discours dominants sur la « reconstruction de la ville sur la ville » et sur des formules urbaines plus économes d’espace, l’artificialisation s’est encore accrue depuis 2006 et elle ne marque le pas que très localement [Agreste 2010]. L’évolution des agricultures périurbaines et urbaines depuis les années 90 montre toutefois un recul modéré, à peine supérieur à celui des agricultures moins enserrées dans les formes urbaines. Les superficies agricoles utilisées diminuent de 3 % durant les deux périodes censitaires (1988‑2000 et 2000‑2010) contre 2 et 2,5 % en « zone rurale ». La même décrue limitée vaut pour le nombre d’exploitations : 35 % des exploitations dont le siège d’exploitation était localisé en zone périurbaine ont disparu entre 1988 et 2000 contre 33 % en zone rurale et les données entre 2000 et 2010 sont respectivement de 26 et 22 %. Des nuances apparaissent toutefois à l’échelle régionale et selon les agglomérations. La diminution est plus rapide dans le sud de la France et dans l’ouest entré plus tard en périurbanisation. Surtout les baisses sont plutôt en retrait pour les grandes aires métropolitaines, plus fortes au contraire pour les agglomérations moyennes qui connaissent une périurbanisation particulièrement vigoureuse. L’incertitude foncière reste toutefois une donnée forte pour les agriculteurs urbains et périurbains, redoublée dans ces espaces par une pratique assez systématique de contrats oraux et précaires susceptibles de se défaire rapidement en cas d’urbanisation [Jarrige 2004, Rouget, 2007, Soulard & Thareau 2009]. Les procédures de classement (au titre de l’environnement ou des sites patrimoniaux) ou l’inclusion dans des parcs naturels régionaux périurbains [Delattre & Napoleone 2011] sont autant d’éléments qui peuvent concourir à asseoir le foncier dans la durée mais ils signifient aussi des contraintes pour les agriculteurs ce qui explique une assez faible appétence pour ces mesures, voire des oppositions [Allie & Bryant 2003, Raymond 2003, Poulot 2006 et 2011, Jarrige et al. 2011].

2.2. Exploitant agricole périurbain déplacé, exploitant agricole relocalisé : des figures symétriques de l’agriculteur en périurbain

14Cette situation périurbaine « précaire » a donné lieu à une figure particulière d’exploitants, celle de « l’exploitant déplacé », repoussé loin du front urbain et s’éloignant de ce front pour retrouver un foncier stable et des conditions d’exploitation acceptables. Il ne s’agit pas d’une figure totalement inédite dans la profession, qui rappelle les migrations des cadets franciliens ou beaucerons allant remettre en culture les terres soissonnaises ou picardes après la Grande guerre ou celles quasi organisées durant la seconde Révolution agricole pour répondre à la « faim de terre » qui saisit alors le monde agricole [Rey 1982]. L’agriculteur périurbain affiche toutefois une différence, pratiquant peu la migration à longue distance, attaché lorsqu’il est spécialiste à conserver son débouché commercial, la ville et les urbains. Michel Phlipponneau évoque ainsi « les spécialistes qui peuvent utiliser le capital provenant de la vente de leur terrain pour aménager une exploitation plus vaste et plus moderne (si bien que) (…) jusqu’à la fin du xixe siècle cette extension des cultures de banlieue vers l’extérieur avait compensé la disparition des cultures de la zone interne » [op. cit., 1956 p. 106]. Plus problématique dans le premier xxe siècle, dans un contexte moins favorable aux cultures spéciales, le phénomène se poursuit toutefois avec un déplacement toujours plus loin qui fait naître certains points d’ancrage encore actuels : ainsi le coteau du Hurepoix autour d’Arpajon ou plus loin encore la région de Verneuil [op. cit., p. 528]. Loin de se tarir, ces mouvements ont connu un regain dans les années 70-80, dans un accord Pouvoirs publics-organisations professionnelles agricoles sur la séparation fonctionnelle ville-agriculture, avec la création autour des villes de Zones agricoles périurbaines [Vaudois 1994]. La zone maraîchère de Saint‑Rémy‑L’Honoré dans les Yvelines reçoit ainsi sept agriculteurs, expropriés de Rueil-Malmaison à partir de 1975 : cet espace maraîcher créé de toutes pièces avait été aménagé par la Société d’Aménagement Foncier et d’Établissement Rural, à l’image des zones industrielles qui fleurissent à la même période. De manière moins dirigée mais tout aussi efficace, la plaine de Chailly‑en‑Bière (77) a accueilli de 1970 à 1985 une bonne dizaine de maraîchers de la partie aval de la Seine, du secteur de Bobigny (93), ou de la zone de Saulx‑les‑Charteux (91). Les derniers déplacements organisés en Région parisienne ont concerné les maraîchers de la vaste zone d’épandage de Pierrelaye-Méry après la succession d’arrêtés interdisant d’abord l’épandage (1977) puis la culture de légumes et de plants aromatiques sur les terres où avaient été épandues des eaux usées (1999 et 2000) : si certains maraîchers se sont convertis sur place à la culture toujours autorisée du maïs pour l’alimentation animale, d’autres ont choisi d’être reclassés à partir de 2000.

15Ce mouvement se poursuit aujourd’hui, même si le stock des exploitants concernés diminue, avec de nouvelles formes plus complexes. L’objectif est de conserver le même potentiel de terres agricoles à des échelles intermédiaires (communautés de communes ou intercommunalités) si bien que déplacements et relocalisations se côtoient sur des territoires proches. On peut citer le cas de la Communauté du pays d’Aix qui inaugure une sorte de balancement inverse du vignoble : après le temps de la colonisation de la plaine entamée avec le phylloxéra, le vignoble est réassigné aux pentes alors que la plaine est dévolue aujourd’hui à la seule urbanisation. Des situations similaires se retrouvent dans quasiment toutes les agglomérations, Montpellier [Jarrige et al. 2006], Aubagne [Consalès 2001] ou la Région parisienne notamment sous l’égide de l’Agence des Espaces Verts, organisme chargé d’appliquer la politique de la Région en matière d’espaces forestiers, agricoles et naturels. L’AEV a ainsi acquis depuis une dizaine d’années près de 2000 hectares de terres agricoles en ceinture Verte dans le cadre de Périmètres régionaux d’intervention foncière et y installent avec des baux à long terme des agriculteurs s’engageant sur des projets d’agriculture de proximité : il en est ainsi aux Mureaux sur des terres inondables en bordure de Seine ou encore à Coubron en Seine-Saint-Denis avec l’installation d’un éleveur bovin lait et d’éleveurs caprins. Ces relocalisations en interne, à données constantes, illustrent les évolutions en cours dans l’intégration de l’agriculture au projet urbain avec un souci de sécurisation foncière sur la longue durée.

16L’éclatement foncier des exploitations périurbaines apporte une autre lecture de ces aspects fonciers. Il participe des logiques d’agrandissement, qui s’expriment partout en France près ou loin de la ville, mais les amputations urbaines accentuent la tendance avec un jeu de compensations parfois très éloignées, sur d’autres communes, voire d’autres départements. L’exploitation agricole périurbaine, la grande surtout, se présente souvent sous la forme de plusieurs morceaux dont chacun peut offrir un parcellaire très concentré : elle devient un ensemble de sous‑exploitations qui fonctionnent en synergie, utilisant souvent le même matériel. Les exemples sont nombreux entre Vexin français et normand, entre Yvelines et Eure‑et‑Loir. Un cas d’école peut être figuré par la plus grosse exploitation céréalière, dont le siège d’exploitation est encore localisé sur la ville de Cergy, avec ses 500 hectares de surface agricole utilisée, structurés en trois morceaux : deux sur la ville nouvelle éloignés de 10 kilomètres l’un de l’autre avec la création d’un atelier « accueil à la ferme » pour le plus enclavé, le troisième dans le Vexin français à plus de 40 kilomètres. Et certains spécialistes franciliens de cultures maraîchères ne craignent pas d’investir à l’achat ou par bail dans des terres du Val de Loire. Le recensement de l’agriculture de 2010 a révélé de nombreux cas de cette structuration : va‑t‑on vers une nouvelle génération d’exploitations associant « terres des villes » et « terres des champs », fonctionnement périurbain et intégration à un bassin de production, en interterritorialité pour reprendre la formule de M. Vanier [Vanier 2008] ?

  • 5 Ils ne sont d’ailleurs sans doute pas totalement exclusifs l’un de l’autre.
  • 6 L’acceptation passe notamment en Île-de-France par le changement des itinéraires de culture : les i (...)

17Ce temps de latence entre deux modèles agricoles (celui de la Révolution productiviste et un autre en train de se définir dans la multifonctionnalité et la proximité avec la ville5) qui est aussi un temps de négociations redonne à l’évidence une place de choix aux logiques individuelles et/ou collectives [Germain et al. 2005]. Elles deviennent des enjeux majeurs, notamment à des échelles territoriales moyennes à grandes, portées aussi par l’adoption de nouveaux modes de gouvernance dans les territoires de projet. On retrouve la question de l’échelle de négociation de l’agri-urbain, celle où la cohabitation n’est pas seulement affaire de zonage : c’est aussi le sens de la « méso-échelle » retenue par C.R. Bryant comme l’échelle la plus pertinente de l’agriculture périurbaine, celle où les acteurs sont en contexte et où s’élabore « une culture locale (qui) peut influencer les choix des individus en agriculture et (…) les choix collectifs des municipalités ou autres instances et affecter ainsi les décisions relatives à un milieu » [Bryant 1997, p. 129]. Le foncier y demeure un élément clef dans cette négociation mais certaines pistes nouvelles se détachent. Le projet pour le territoire de l’ancienne base aérienne de Brétigny situé dans le Val d’Orge (91) pourrait fournir en ce sens un véritable discours de la méthode avec un jeu d’échelles entre le site considéré et le territoire environnant : « La vocation agricole du site doit être maintenue et valorisée. La partie centrale de l’emprise de la base sera vouée au maraîchage biologique sur 90 hectares, en lien avec les surfaces voisines cultivées et avec de nouvelles installations d’agriculteurs. Un front urbain divisera l’ancienne base aérienne en deux secteurs : au nord et à l’ouest des réserves foncières urbanisables à terme et au sud des espaces ouverts à préserver et en partie utilisés pour de la recherche agroalimentaire. Le projet d’écosite devra permettre de définir un projet stratégique autour des technologies de gestion et de valorisation des déchets, limitant l’urbanisation et favorisant son intégration paysagère » [SDRIF, p. 2000]. Il s’agit clairement de fixer un front urbain « intangible », condition nécessaire première mais dans un projet de territoire plus global où la présence de l’agriculture a été discutée, négociée6 et acceptée par tous les acteurs.

3. La question du « faire ville » ou de la publicisation des espaces agricoles périurbains et des agricultures

3.1. Une publicisation réclamée par les habitants

18Les agricultures périurbaines sont ainsi de plus en plus intégrées dans le projet urbain et elles sont convoquées pour remplir aussi des fonctions attachées aux espaces urbains. C’est toute la question des espaces ouverts dont les espaces agricoles sont une catégorie, au même titre que les forêts ou les espaces naturels, bref les espaces non bâtis [Fleury & Donadieu 2003, Banzo & Valette 2006, Banzo 2008, Banos & Sabatier 2010]. Ces espaces ouverts, formes visibles de l’hybridation ville-campagne et de l’autonomie du périurbain, participent des territorialisations en cours dans cet espace longtemps indifférencié, offrant des figures valorisantes d’ancrage et des opportunités de mise en œuvre de développement durablepensées à l’échelle des individus ou de petits groupes (tourisme vert, circuits courts…) [Ripoll & Rivière 2007]. Devenus cadre de vie et reconnus comme de beaux paysages, ces espaces ouverts sont l’objet de revendications de publicisation d’autant qu’ils apparaissent inoccupés, donc sans propriétaires aux nouveaux habitants [Perrier-Cornet 2002]. Nombre de forêts ont déjà connu ce changement de statut et fonctionnent aujourd’hui comme des espaces d’accueil [Decoville 2007] ; la chose est plus complexe pour les espaces agricoles, symboles d’une propriété privée sanctuarisée dans la loi. La demande d’espaces et de pratiques de loisirs de nature d’une population toujours plus nombreuse conduit toutefois à poser la question de leur ouverture. De surcroît l’obtention de classements environnementaux et patrimoniaux redouble la tendance : quand ces derniers dessinent des points de vue ou des cônes de vision l’accessibilité devient une norme ; surtout, l’entrée dans des biens publics appelle à tout le moins un droit de regard, sur des biens jusqu’alors réputés privés. Les espaces ouverts sont donc sommés de se transformer en une « infrastructure ouverte à tous [qui] prolonge en périphérie de la ville, le réseau urbain des parcs et des jardins publics, et plus généralement des réseaux et des corridors verts » [Donadieu et Fleury 2003].

19La demande se fait d’autant plus pressante que le périurbain, longtemps simple zone dortoir pour des habitants navetteurs pouvant pratiquer de manière plus intensive d’autres lieux d’urbanité dans la ville dense, a peu bénéficié d’investissements pour créer des « espaces publics » en tant que lieux d’interactions où se constitue du commun à partir de pluralités [Kilian 1984, Banos & Candau 2006]. Les évolutions actuelles montrent une volonté de proximité pour toutes ces pratiques, à l’égal de celles de chalandise [Aragau 2009, Berger et al. 2010]. Certes, les lieux de l’entre-soi et de la spécialisation monofonctionnelle l’emportent localement sur les lieux partagés par tous [Charmes 2011] mais les espaces ouverts pourraient ainsi figurer de nouveaux « lieux de liens » [Veltz 2004] à l’image des propositions d’Augustin Berque sur le « paysagement » susceptible de contribuer à une nouvelle urbanité dans une relation ou « médiance » entre l’homme et ce qui n’est pas lui [Berque 1995].

3.2. Les agricultures périurbaines dans le « faire ville »

  • 7 La terminologie varie selon le lieu d’où l’on parle. Le parc urbain est le cadre référentiel des ur (...)

20De fait, les espaces agricoles sont bien l’occasion de rencontres et les nouveaux habitants « insistent sur les petits riens qui marquent l’échange social dans la commune qu’ils ont choisie pour souligner leur habiter là » [Granié & Guétat-Bernard 2005, p. 28] : « on parle du temps, des plantes, de la vie de la commune ; on se raconte nos vies ». Les chemins ruraux en constituent le lieu par excellence, lieux où l’on se croise à des rythmes différents, lieux de pratiques agricoles et de pratiques urbaines, lieux de contact entre les parcelles agricoles et le reste de la commune, lieux où l’on découvre l’agriculture. Les espaces agricoles interviennent ainsi de plus en plus dans les projets urbains pour produire de l’espace public dans des situations de co‑présence et de mixité : le parc urbain ou parc de campagne7 qui offre « des aires de respiration aux habitants et favorise des situations porteuses de cohésion sociale dans une logique de mixité fonctionnelle » [Banzo & Valette 2006, p. 28] en est la figure la plus emblématique. De tels projets juxtaposent sans solution de continuité parc classique, parc forestier, parc agricole et zones bâties, pour permettre une déambulation ponctuée de rencontres, d’opportunités d’activités de loisirs et de découvertes.

21Les programmes agri-urbains, mis en place en Île‑de‑France après la loi rurale de 2005, en sont une autre illustration. En 2013, on en recense douze et cinq à six autres sont en passe d’émerger. Tous visent à faire advenir tant la « campagne ressource » des agriculteurs que la « campagne paysage-cadre de vie des habitants » ainsi que la « campagne nature » des écologistes [Perrier-Cornet 2002].

Figure n° 1 : Les programmes agri-urbains en Île-de-France

Figure n° 1 : Les programmes agri-urbains en Île-de-France

Source : IAURIF – Cartographie : J. Robert, M. Poulot, Université Paris Ouest 2012

22Les gestes du « refaire campagne » pour aller vers une nature jardinée et respectée, efficace et ouverte, engagent les agriculteurs dans trois directions. Il s’agit d’abord de maintenir et de développer le potentiel économique dans une logique de re-territorialisation : l’objectif est de promouvoir une agriculture valorisant la présence de consommateurs potentiels, désireux de produits frais et de produits porteurs de naturel et d’une identité locale. Tous comptent ainsi des fermes de cueillette ou pédagogiques ; tous ont choisi de soutenir les circuits courts, classiques (marchés, restaurants, grandes surfaces) ou novateurs (boutiques, paniers ou AMAP). Le programme de Versailles envisage même une certification « producteur-vendeur » ou une marque « Produit de la plaine de Versailles » ainsi que la vente d’un « panier de la plaine » Le deuxième volet des programmes est de répondre à la demande paysagère et d’espace public des habitants : les agriculteurs doivent œuvrer au « dessin d’un vaste jardin » pour la ville avec des lieux de promenade et de rencontres. Les gestes du « faire ville » sont la remise en cultures de friches inesthétiques (Vernouillet), la mise en place de circulations douces avec reconstitution de haies aux espèces variées et fleuries et de bandes enherbées le long des rivières (Marne et Gondoire). Les programmes du Plateau Briard et de la Plaine de Versailles envisagent aussi l’amélioration des transitions entre espaces agricole, urbain et forestier pour assurer une continuité visuelle et biologique, et mettre en scène l’espace agricole et son bâti en soignant les abords de ferme et en valorisant le bâti de qualité. L’ensemble débouche sur un partage renouvelé de l’espace commun : si l’aménagement des bords de rivières, d’itinéraires cyclables, de chemins agricoles et forestiers place les espaces agricoles sous le contrôle des résidents au cœur d’un réseau d’espaces récréatifs, il est aussi l’occasion d’expliquer, de faire comprendre l’agriculture et ses modalités d’occupation de l’espace, et partant de les faire respecter. Le parcours en espace agricole s’affirme ainsi pratique de loisirs, découverte patrimoniale et culturelle et occasion de rencontre. La dimension sociale prend dans le Programme du Triangle une dimension forte avec notamment le Lycée agricole les « Orphelins d’Auteuil », un centre d’Aide par le travail « La Vie en Herbes » et « les Potagers de Marcoussis », association d’insertion appartenant au « Réseau de Cocagne ». Les programmes agri-urbains franciliens placent ainsi l’agriculture au cœur de leur projet de territoire et les agriculteurs sont désignés comme les acteurs principaux de ces évolutions. Cette affirmation des espaces agricoles en périurbain comme nouvelle figure territoriale et espace public en devenir participent ainsi des « territorialités réflexives » liées « à une production de connaissances sur un sous-ensemble spatial, à la construction d’un public, à la mise en débat des objectifs de l’action des pouvoirs publics et des devenirs d’un espace » [Melé 2009].

Conclusion

23Avec son intégration dans les projets de territoire et notamment les projets urbains, l’agriculture aux portes des villes semble avoir achevé sa transformation d’une agriculture pensée et organisée pour nourrir les humains à une « agriculture de reliance » entre les lieux et les hommes partageant un même espace. C’est la fameuse « transition agricole » chère à Jean Vaudois, ce « passage progressif d’une agriculture de la période industrielle aux formes plurielles d’une agriculture multifonctionnelle mises en place pour fournir des réponses appropriées aux aspirations de la société [Delfosse & Vaudois 2000].

24Le premier temps, initié depuis le début des années 60 en Ile-de-France, et plus généralement dans la décennie soixante-dix pour le reste du territoire français, s’est caractérisé par une conversion à l’agriculture périurbaine, une agriculture qui apprend à fonctionner dans un cadre certes contraint mais aussi avec des opportunités nouvelles en termes de marché et de fonctionnalités. Cette recherche de futurs pour l’agriculture s’est soldée par une diversification des produits et des offres de biens, une diversification aussi des « clients » – du particulier à la collectivité territoriale, de l’entreprise agroalimentaire au restaurant…–, avec création de nouveaux réseaux professionnels et lente affirmation de nouvelles identités agricoles. Ces agricultures périurbaines présentent une extraordinaire diversité [Bryant 1997], diversité en fonction des histoires agricoles spécifiques, des caractéristiques urbaines des espaces envisagés, voire des trajectoires personnelles des agriculteurs et/ou des membres de leur famille… Si toutes les études de cas le soulignent [Atlas rural et Agricole de l’Ile-de-France 2004, Jarrige 2004, Bertrand et al. 2006, Perrin 2007 et 2011, Rouget 2003], elles montrent aussi des stratégies convergentes d’insertion au sein de la ville élargie.

  • 8 La nouvelle PAC de 1992 annonçait les évolutions à venir mais les instances agricoles françaises n’ (...)

25Le second temps intervient plus récemment au tournant du siècle, marqué symboliquement par la Loi d’Orientation Agricole de 19998 et les nouvelles règles en matière d’aménagement des agglomérations dans le cadre d’un espace à dominante urbaine qui s’est adjoint le périurbain ou l’autre ville. Il vient consacrer des dispositifs, plus anciens, souvent ponctuels et éclatés sur le territoire, d’institutionnalisation des liens de l’agriculture à la ville : l’agriculture périurbaine évolue vers une agriculture en périurbain. Quand la multifonctionnalité devient l’horizon à atteindre pour une agriculture convertie au post-productivisme et entrée dans l’espace de la ville, quand le paradigme du développement durable envahit le champ de l’aménagement urbain et se saisit de la « question périurbaine », un partenariat entre ville et agriculture peut être envisagé pour aller vers une co-construction de ces espaces périphériques reconnaissant leur originalité dans la ville élargie, leur conférant une autonomie via la définition d’une nouvelle identité territoriale.

26Cette co-construction n’en est qu’à ses débuts tant elle doit composer avec les schémas anciens encore bien vivaces : les concordances d’objectifs affirmés dans les SCoT et les programmes agri-urbains restent à construire et souvent il convient d’en convaincre les nouveaux partenaires. Elle hérite en effet de décennies de relations conflictuelles avec comme figures dominantes l’absorption et la disparition à l’exception d’enclaves protégées, ou la transformation programmée en coupures ou espaces verts. Mais elle hérite aussi de procédures foncières à réinterpréter dans un nouveau contexte plus favorable – avec un étalement qui marque le pas et une volonté des édiles de conserver l’agriculture - ainsi que de la vogue patrimoniale, environnementale, voire citoyenne qui sous-tend la demande de vert des accourus. Aussi des formes de cohabitation, et plus encore d’imbrication entre agriculture et sociétés urbaines, se repèrent‑elles autour de toutes les agglomérations françaises. Primo, elles innovent par la place centrale donnée à l’agriculture (et plus encore à l’acte de production) dans un projet urbain : c’est la fameuse « inversion de regard » prônée par certains urbanistes. Secundo, elles affichent un souci particulier d’un montage partenarial qui associe agriculteurs, résidents et édiles et débouche sur des documents contractuels croisés signés par tous sous le sceau de la puissance publique. Enfin, le réancrage de l’agriculture confirme la vitalité de « l’autre campagne » obligeant certes à se départir de la traditionnelle opposition urbain/rural mais convoquant bel et bien les champs d’analyse des deux géographies, rurale et urbaine, pour comprendre les fonctionnements originaux de ce périurbain [Vanier 2008]. Ainsi que le formulait Jean-Paul Charvet dans son introduction à l’Atlas rural et Agricole de l’Ile-de-France, « les projets en cours sont le reflet de relations étroites tissées entre les territoires, de dynamiques propres aux espaces ruraux et du nécessaire dialogue avec la ville pour répondre aux nouveaux enjeux de société (…) [surtout si triomphe] le scénario reposant sur une stratégie de développement durable » [op. cit., p. 9].

Haut de page

Bibliographie

AGRESTE PRIMEUR (2013) – « Recul plus marqué des exploitations agricoles en zone urbaine », avril 2013, n° 299, 4 p.

Allen, P., Fitzsimmons, M., Goodman, N. & Warner, K. (2003) – « Shifting plates in the agrifood landscape: the tectonics of alternative agrifood initiatives in California », Journal of Rural Studies, vol. 19, n° 1, pp. 61-75.

Allie, L. & Bryant, C.R. (2003) – « Les Parcs Naturels régionaux Français : un modèle de gouvernance et de planification spatiale pour le milieu périurbain ? », Canadian Journal of Science/Revue canadienne des Sciences Régionales, vol XXVI, n° 2/3, pp. 447-463.

Amemiya, H. (dir.) (2007) - L’agriculture participative, Dynamiques bretonnes de la vente directe, Rennes, PUR, 210 p.

Amemiya, H. (dir.) (2011) – Du teikei aux AMAP : le renouveau de la vente directe des produits fermiers locaux, Rennes, PUR, 354 p.

Aragau, C. (2009) – « Les petites villes du périurbain : pérennités et métamorphoses », in C. Vallat (dir.), Pérennité urbaine, ou la ville par-delà ses métamorphoses, vol. 2, Turbulences, l’Harmattan, pp. 49-58

Aragau, C. & Poulot, M. (2012) – « Habiter en périurbain ou réinventer la qualité de la ville », Historiens & Géographes, dossier « Façons d’habiter les territoires de la ville aujourd’hui », 2012, 419, pp. 115-126.

Aubry, C. (2012) – « Concilier cantine bio et agriculture locale, les voies possibles », Métropolitiques, 17/09/2012. http://www.metropolitiques.eu/Concilier-cantine-bio-et.html

Aubry, C. & Chiffoleau, Y. (2009) – « Le développement des circuits courts et l’agriculture péri urbaine : histoire, évolution en cours et questions actuelles », Innovations Agronomiques, 5, pp. 53-67. : http://www6.inra.fr/ciag/Revue/Volumes-publies-en-2009/Volume-5-Mai-2009.

Aubry, C. & Kebir, L. (2013) – « Shortening food supply chains: a means for maintening agriculture close to urbain areas? The case of the French metropolitan area of Paris », Food Policy, 41, pp. 85-93.

Aubry, C., Kebir, L. & Pasquier, C. (2012) – « Le raccourcissement des circuits alimentaires : une nouvelle ruralité en périphérie des villes ? (étude de cas en Ile-de-France) », in L. Papy, N. Mathieu & C. Ferault (eds), Nouveaux rapports à la nature dans les campagnes, Nancy, Editions Quae, pp. 13-22.

Aznar, J., Guerin M. & Perrier-Cornet. P. (2007) – « Agriculture de services, services environnementaux et politiques publiques : éléments d’analyse économique », Revue d’Economie Régionale et Urbaine, n° 4, pp. 537-586.

Banos, V. & Sabatier, B. (2010) – « Les espaces périurbains non bâtis en France : entre publicisation “urbaine” et “privatisation” rurale » in Articulo — Journal of Urban research, 3, Special issue, http://journals.openedition.org/articulo/1524

Banos, V., Candau, J. (2006) – « Émergence d’un espace public en milieu rural : de la fréquentation d’espaces à la production de normes collectives », Espaces et Sociétés, 4, n° 127, pp. 97-112

Banzo, M. (2009) – L’espace ouvert pour une nouvelle urbanité, HDR, vol. 3, Université de Bordeaux.

Banzo, M. & Valette, E. (2003) – « Les espaces non bâtis, enjeux de nouvelles pratiques et de nouveaux vécus urbains », Sud Ouest Européen, n° 22, pp. 27-39.

Berger, M., Rouge, L., Thomann, S. & Thouzellier, C. (2010) – « Vieillir en pavillon : mobilités et ancrages des personnes âgées dans les espaces périurbains d’aires métropolitaines (Toulouse, Paris, Marseille) », Espace, Populations, Sociétés, n° 2010-1, pp. 53-67, http://journals.openedition.org/eps/3912.

Berque, A. (1995) – « De paysage en outre-pays », Le Débat, n° 65, pp. 4-13.

Bertrand, N., Souchard, N., Rousier, N., Martin, S. & Micheels, M.-C. (2006) – « Quelle contribution de l’agriculture périurbaine à la construction des nouveaux territoires : consensus ou tensions ? », Revue d’Economie Régionale et Urbaine, n° 2006-3, pp. 329-353.

Blanc, J. (2012) – « Construire l’alternative agro-alimentaire : ressorts sociaux et politiques des AMAP en Ile-de-France », Norois, n° 224, pp. 21-34

Blanke, M. & Burdick, B. (2005) – « Food (miles) for thought: energy balance for locally-grown versus imported apple fruit », Environmental Science and Pollution Research, vol. 12, n° 3, pp. 125-127.

Bourdeau-Lepage, L. & Vidal, R. (2013) – « Comprendre la demande sociale de nature en ville », in C. Chomarat-Ruiz (dir.) Nature urbaine en projet, éd. Archibooks, à paraître.

Brunet, P. (1994) – « Conclusions : les agricultures et les agriculteurs périurbains », Bulletin de l’Association de Géographes Français, vol. 71, n° 2, pp. 222-225.

Bryant, C.R. (1997) – « L’agriculture périurbaine : l’économie d’un espace innovateur », Cahiers d’Agriculture, vol. 6, n° 2, pp. 125-130.

Charmes, E (2011) – La ville émiettée, Essai sur la clubbisation de la vie urbaine, Paris, PUF, coll. La ville en débat, 304 p.

Chometon, M. (2011) – « Émergence et registre d’action des associations pour le maintien de l’agriculture paysanne (AMAP) en périurbain : quel lien au territoire ? », VertigO - la revue électronique en sciences de l’environnement, 11, 2, http://journals.openedition.org/vertigo/11085

Consales, J.-N. (2001) – « La charte agricole d’Aubagne. Modèle ou utopie », Rives nord- méditerranéennes, n° 8, pp. 25-35.

Darly, S. (2012) – « Urban food procurement governance: a new playground for agricultural development networks in the periurban area of greater Paris region? », in A.M. VILJOEN & J.S.C. WISKERKE (eds), Sustainable food planning: evolving theory and practice, Wageningen, Wageningen Academic publishers, pp. 115-126.

Darly, S. (2012) – « Le partage de la terre agricole entre conflits fonciers et projet collectif : l’exemple des domaines agricoles du plateau Briard », in F. Papy & N. Mathieu (eds), Nouveaux rapports à la nature dans les campagnes, Paris, Quæ, chap. 2.

Decoville, A. (2007) – « La forêt périurbaine, une nature reconstruite par la ville : l’exemple de la chasse à Strasbourg et Karlsruhe », L’Espace Géographique, n° 2007- 4, pp. 366-374.

Delattre, L. & Napoleone, C. (2011) – « Écologiser les documents d’urbanisme pour protéger les terres agricoles et les espaces naturels », Courrier de l’Environnement de l’INRA, n° 60, pp. 63-75.

Delfosse, C. & Bernard, C. (2007) – « Vente directe et terroir », Méditerranée, vol 109, n° 3, pp. 23-29

Delfosse, C. & Vaudois, J. (2000) – « Les dimensions et les enjeux territoriaux de la transition agricole », Hommes et Terres du Nord, n° 2000-4, pp. 189-191.

De Sartre, A., Douence, H. & Mercier, C-E. (2010) – « Choisir et redéfinir le local. L’exemple des filières courtes : les AMAP en Béarn », in J.B. Traversac (coord.), Circuits courts, Contribution au développement régional, Dijon, Educagri éditions, pp. 55-69.

Diry, J.P., (coord.) (1988) – « Géographie des filières agroalimentaires », Bulletin de l’Association de Géographes Français, 1988 n° 2, pp. 125-185.

DRIAAF-IAURIF (2004) – Atlas agricole et rurale de l’Île-de-France, 180 p.

Dubuisson-Quellier, S. (2009) – La consommation engagée, Coll. Contester, Paris, Presses de SciencesPo, 144 p.

Dubuisson-Quellier, S. & Lamine, C. (2004) – « Faire le marché autrement. L’abonnement à un panier de fruits et légumes comme forme d’engagement politique des consommateurs », Sciences de la Société, n° 62, pp. 145-168.

Durbiano, C. (2003) – « De la marginalisation à la reconquête environnementale et patrimoniale des collines de l’aire métropolitaine marseillaise », Rives nord-méditerranéennes, n° 15, pp. 41-52.

Esposito-Fava, A. (2010) – Territorialisation et action agricole : quelles ressources et dispositifs pour quelles gouvernances ? Une analyse à partir des cas du Parc Naturel Régional du Marais du Cotentin et du Bessin, de Métropole Savoie et de Rovaltain, Thèse doctorat de l’Université de Grenoble, 410 p.

Fleury, A. & Donadieu, P. (2003) – « La construction contemporaine de la ville-campagne en Europe », Revue de géographie alpine, n° 91-4, pp. 19-29

Germain, P., Le Guen, R. &Thareau, B. (2005) – « La re-territorialisation du développement agricole : le cas de l’agriculture périurbaine d’Angers », Revue d’Economie Régionale et Urbaine, n° 2006-3, pp. 373-392.

Gilly, J-P. & Torre, A. (dir.) (2000) – Dynamiques de proximité, Paris, L’Harmattan, 301 p.

Goodman, D. &Goodman, M. (2009) – “Alternative Food Networks”, in Kitchin, R. AND Thrift, N. (ed.), International Encyclopedia of Human Geography, Elsevier, Oxford, pp. 208–220.

Guiomar, X. (2009) – « Les utilisations sociales de l’agriculture aux marges de la ville : les jardins d’insertion en Ile-de-France », Innovations Agronomiques n° 5, pp. 111-125, /www.inra.fr/ciag/revue/volume_5_mai_2009.

Guiomar, X. (2010) – « Peri-urban agriculture and local authorities: which policies for which proximities in Île-de-France , » in GALLI M. & LARDON S. (dir)., Agricultural management in peri-urban areas. Milan, Felici Editore, pp. 29-45.

Granie, A.-M. & Guetat-Bernard, H. (2005) – « Territoires du quotidien en pays de Serres de l’Agenais », Sud-Ouest Européen, n° 19, pp. 21-31.

Hochedez, C. & Le Gall, J. (2011) – « Nord et Sud face aux crises. De nouveaux réseaux maraîchers métropolitains au service d’une agriculture de proximité », Norois, n° 4, pp. 25-38

Hochedez, C. (2008) – « Le bonheur est dans le panier. Réseaux alimentaires alternatifs et commercialisation des produits issus de l’agriculture biologique : exemple suédois », Géocarrefour, vol. 83, n° 3, pp. 225-233.

Ilbery, B. & Maye, D. (2005) – « Food supply chains and sustainability: evidence from specialist food producers in the Scottish/English borders », Land Use Policy, 22, pp. 331–344.

Jarosz, L. (2008) – « The city in the countryside: growing alternative food networks in Metropolitan Areas », Journal of Rural Studies, vol. 24, n° 3, pp. 231-244.

Jarrige, F. (2004) – « Les mutations d’une agriculture méditerranéenne face à la croissance urbaine. Dynamiques et enjeux autour de Montpellier », Cahiers Agricultures, n° 13, pp. 67-74.

Jarrige, F., Laurens, L., Nougeredes, B., Soulard, C.-T. & Sabatier, B. (2008) – « Les projets agri-urbains : des innovations territoriales ? Exemple du bâti agricole dans l’Hérault (France », in S. Loudiyi, C.R. Bryant & L. Laurens (dir.), Territoires périurbains et gouvernance : perspectives de recherche, Trois-Rivières (Canada), Université de Montréal/Université du Québec, pp. 83-90.

Jarrige, F., Thinon, P. & Nougaredes, B. (2006) – « La prise en compte de l’agriculture dans les nouveaux projets de territoires urbains : exemple d’une recherche en partenariat avec la Communauté d’agglomération de Montpellier », Revue d’Économie régionale et Urbaine, n° 2006-3, pp. 393-414

Job, L. (1994) – « Externalités agricoles et demandes d’espaces récréatifs : essai d’évaluation des espaces ruraux et naturels », Revue d’économie rurale et urbaine, n° 1994-4, pp. 651-664.

Kilian, T., (1984) – « Public and Private, Power and Space » in Light, A. & Smith, J., Philosophy and Geography Two; The production of public space, Oxford, Rowman & Littlefield, pp. 115-134.

Lamine, C. (avec la collaboration de N. Perrot) (2008) – Les AMAP : un nouveau pacte entre consommateurs et producteurs, Gap, Yves Michel, 163p.

Le Caro, Y. (2011) –- « En Bretagne, un rôle renouvelé pour l’agriculteur : médiateur oecoumenal », in Amemiya H. (dir.), Du teikei aux AMAP : le renouveau de la vente directe des produits fermiers locaux, Rennes, PUR, pp. 45-67.

Le Caro, Y. (2007) – Les loisirs en espace agricole. L’expérience d’un espace partagé. Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 431 p.

Lescureux, F. (2000) – « L’accueil pédagogique dans les exploitations agricoles : une nouvelle dynamique rurale ? Le cas exemplaire du Nord-Pas-de-Calais », in CROIX, N. (dir.). Des campagnes vivantes, un modèle pour l’Europe, Rennes, PUR, pp. 55-68.

Levy, J. & Lussault, M. (2003) – Dictionnaire de la géographie et de l’espace des sociétés, Paris, Belin, 1034 p.

Martin, S., Bertrand, N. & Rousier, N. (2006) – « Les documents d’urbanisme, un outil pour la régulation des conflits d’usage de l’espace agricole périurbain ? », Géographie économie société, n° 8, pp. 329-349.

Malassis, L., Padilla, M. (1986) – Economie Agro-Alimentaire, III : l’Economie Mondiale, Paris, Cujas, 450 p.

Marty, P. (2013) – Les appropriations urbaines de la question agricole. Le cas de Brive de 1945 à 2012, Thèse de doctorat en Géographie-Aménagement, Université Paris1-Panthéon Sorbonne, 630 p.

Mele, P. (2009) – « Identifier un régime de territorialité réflexive », in M. VANIER (dir.), Territoires, territorialité, territorialisation, controverses et perspectives, Rennes, PUR, pp. 45-55.

Minvielle, P., Consales, J.-N. & Daligaux, J. (2011) – « Région PACA : le système AMAP, l’émergence d’un SYAL métropolitain », Économie rurale, n° 322 (2011/2), pp. 50-63, http://www.cairn.info/resume.php?ID_ARTICLE=ECRU_322_0050

Montembault, D. (2007) – « La valorisation des paysages de vallées en Anjou : une campagne plus vraie que nature », in Y. LE CARO, P. MADELINE & G. PIERRE, Agriculteurs et territoires : entre productivisme et exigences territoriale, Rennes, PUR, pp. 191-208.

Mundler, P. (2002) – « Multifonctionnalité de l’agriculture et développement rural », Economie et Humanisme, n° 362, pp. 64-68.

P- AYSAGE, actualités (2011) – La ville fertile. Vers une nature urbaine, hors-série, 87p.

Pecqueur, B. (2001) – « Qualité et développement territorial : l’hypothèse du panier de biens et de services territorialisés », Économie Rurale, vol. 261, pp. 37-49.

Pecqueur B., Roux E. & Vollet D. (2004) – « Les ressources font territoire, les institutions aussi : des produits aux territoires de l’Aubrac et des Baronnies », Colloque de la Société Française d’Économie Rurale, Lille 18-19 novembre 2004, 11p.

Pecqueur, B. & Zimmermann, J-B. (dir.) (2004) – Économie de proximité, Paris, Hermès-Economica, 264 p.

Perrin, C. (2007) – « La vigne et l’olivier en Provence : un moyen de préserver les espaces agricoles périurbains », in Y. Le Caro, P. Madeline & G. Pierre (dir.), Entre productivisme et exigences territoriales, Rennes, PUR, pp. 173-189.

Perrin, C. (2011) – « La territorialisation de l’agriculture périurbaine du Chianti : entre terroir et proximité urbaine », Norois, n° 2011-4, pp. 97-110.

Pleyers, G. (dir.) (2011) – La consommation critique : Mouvements pour une alimentation responsable et solidaire, Paris, Ed. Desclée de Brower, coll. Solidarité et Société, 336 p.

Poulot, M. (2006) – « De la clôture des territoires périurbains dans l’ouest francilien », Socio-Anthropologie, n° 19, pp. 109-125, http://journals.openedition.org/socio-anthropologie/663

Poulot, M. (2011) – « Des arrangements autour de l’agriculture en périurbain : du lotissement agricole au projet de territoire », VertigO - la revue électronique en sciences de l’environnement, Volume 11, n° 2. URL : http://journals.openedition.org/vertigo/11188.

Poulot, M. (2013) – « Histoires d’Amap franciliennes : quand manger met le local dans tous ses états », Territoires en mouvement, n° 21, à paraître.

Poulot, M. & Rouyres T. (2003) – « L’accueil social à la ferme : une nouvelle fonction pour les agriculteurs ? Quelques éléments de réflexion à partir d’une étude en Ile-de-France », Innovations in rural areas. Clermont-Ferrand, Comité national de Géographie-University of Worcester et Presses Universitaires Blaise Pascal, CERAMAC n° 22 , pp. 189-198.

Pouzenc, M. (dir.) (2008) – Les relations de proximité agriculteurs-consommateurs : points de vente collectifs et AMAP en Midi-Pyrénées, Rapport d’études, appel d’offres SHS Conseil Régional Midi-Pyrénées, http://geo.univ-tlse2.fr (rubrique « recherche » puis « dynamiques rurales »).

Raymond, R. (2003) – La nature à la campagne : identification sociale et argument pour la gestion d’un territoire rural partagé. L’exemple du Vexin Français, Thèse de doctorat de géographie, Université Paris 1-Sorbonne, 412 p.

Rey, V. (1982) – Besoin des terres des agriculteurs, Paris, Economica, 311 p.

Ripoll, F. (2010) – « Le concept AMAP : promotion et mise en pratique(s) d’une nouvelle norme d’échange entre consommateurs et producteurs agricoles », Géographies et cultures, n° 72, pp. 99-116.

Ripoll, F. & Rivière, J. (2007) – « La ville dense comme seul espace légitime ? », Les Annales de la Recherche urbaine, n° 102, pp. 121-130.

Rouget, N. (2003) – « Les dynamiques agricoles dans les espaces périurbains : le cas de la périphérie nord de l’agglomération de Lens », Canadian Journal of Science/Revue Canadienne de Sciences Régionales, vol. XXVI, 2 & 3, pp. 373-388.

Rouget, N. (2007) – « Adaptations et diversification de l’agriculture dans les espaces urbains et périurbains. Entre spécialisation et reconversion. Le cas de la périphérie Sud-Est de l’agglomération lilloise (Pévèle-Mélantois) », Communication au colloque, Les agricultures périurbaines, Université de Nanterre-ENSP, 10-12 octobre 2007, consultable sur http://agriurbanisme.fr/nanterre/

SDRIF (2012) – Ile-de-France 2030. Evaluation environnementale. Projet de Schéma Directeur de la Région Ile-de-France, 116 p.

Sieverts, T. (2004) – Entre-ville, une lecture de la Zwischenstadt, Marseille, Parenthèses, 192 p. (édition allemande 2001).

Sinclair, R.J. (1967) – « Von Thünen and urban sprawl », Annals of the Association of American Geographers, vol. 57, n° 1, pp. 72-78.

Soulard, C & Thareau, B. (2009) – « Les exploitations agricoles périurbaines : diversité et logiques de développement », 5° Colloque des Carrefours de l’Innovation agronomique, INRA, Versailles,
http://www.inra.fr/audiovisiuel/web_tv/ciag/agriculture_peri_urbaine

Sinclair, R.J. (1967) – « Von Thünen and urban sprawl », Annals of the Association of American Geographers, vol. 57, n° 1, pp. 72-78.

Torre A. (2000) – « Economie de la proximité et activités agricoles et agroalimentaires », Revue d’Economie Régionale et Urbaine, 3, pp. 415-453.

Traversac, J-B. (coord.) (2010) – Circuits courts, Contribution au développement régional, Dijon, Educagri édition, 224 p.

Vanier, M. (2008) – Le pouvoir des territoires. Essai sur l’interterritorialité, Paris, Economica, 160 p.

Vaudois J. (1996) – « Économie de filière et dynamique des territoires : les bassins endiviers de la France du Nord », in Recherches de géographie humaine, Société Géographique de Liège, hors-série, pp. 237- 243.

Veltz, P. (2002) – Des lieux et des liens : Politiques du territoire à l’heure de la mondialisation, La Tour d’Aigues, Éditions de l’Aube, 160 p.

Verhagen, E. (2011) – « Le consommateur en tant que consom’acteur », in Pleyers G. (dir.), La consommation critique : Mouvements pour une alimentation responsable et solidaire, Paris, Ed. Desclée de Brower, coll. Solidarité et Société, pp. 259-282.

Vincq, J-L., Mondy, B. & Fontorbes, J-P. (2010) – « La construction de la qualité dans les réseaux alimentaires de proximité », Économie Rurale, n° 318-319, pp. 5-19

Weber, C. & Matthews, H. (2008) – « Food-miles and the relative climate impacts of food choices in the United States », Environmental Science and Technology, vol. 42, n° 10, pp. 3508-3513

Haut de page

Notes

1 Ainsi, les plans d’agriculture durable régionaux ou métropolitains, les plans alimentaires régionaux qui sont des déclinaisons des plans nationaux et proposent des solutions quasi identiques : l’entrée par la restauration collective pour développer les circuits courts et l’agriculture biologique en est un exemple [Aubry & Chiffoleau 2009].

2 On parle de circuit court quand le nombre d’intermédiaire est nul ou égal à un.

3 Le recensement de l’agriculture de 2010 a toutefois montré une certaine stagnation du nombre d’exploitations pratiquant les circuits courts.

4 La notion reste toutefois complexe : quelle échelle pour une agglomération multimillionnaire ? quel local pour des populations immigrées avec des consommations qui restent parfois ancrées dans les pays d’origine ?

5 Ils ne sont d’ailleurs sans doute pas totalement exclusifs l’un de l’autre.

6 L’acceptation passe notamment en Île-de-France par le changement des itinéraires de culture : les installations soutenues par la Région se font exclusivement en itinéraire biologique/

7 La terminologie varie selon le lieu d’où l’on parle. Le parc urbain est le cadre référentiel des urbanistes (Banzo 2009) quand celui de campagne est plutôt celui des paysagistes ou ruralistes (Donadieu 1998).

8 La nouvelle PAC de 1992 annonçait les évolutions à venir mais les instances agricoles françaises n’ont réellement changé de discours qu’au tournant des années 2000.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure n° 1 : Les programmes agri-urbains en Île-de-France
Crédits Source : IAURIF – Cartographie : J. Robert, M. Poulot, Université Paris Ouest 2012
URL http://journals.openedition.org/bagf/docannexe/image/2264/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 283k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Monique Poulot, « Agricultures dans la ville, agricultures pour la ville : vers de nouvelle figures de l’agriculture et de l’agriculteur (exemples franciliens et français) ? », Bulletin de l’association de géographes français, 90-3 | 2013, 375-396.

Référence électronique

Monique Poulot, « Agricultures dans la ville, agricultures pour la ville : vers de nouvelle figures de l’agriculture et de l’agriculteur (exemples franciliens et français) ? », Bulletin de l’association de géographes français [En ligne], 90-3 | 2013, mis en ligne le 22 janvier 2018, consulté le 22 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/bagf/2264 ; DOI : 10.4000/bagf.2264

Haut de page

Auteur

Monique Poulot

Professeure de Géographie, Université Paris Ouest – Nanterre – La Défense, 200, Avenue de la République, 92001 Nanterre Cedex – Courriel : mpoulotmoreau[at]u-paris10.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Bulletin de l’association de géographes français

Haut de page
  • OpenEdition Journals