Navigation – Plan du site

Le cinéma contemporain et les territoires urbains en mutation : la capacité créatrice en question, pistes de réflexion sur le cas parisien

Cinematic city and urban mutation: creativity in question, the Paris case
Bertrand Pleven
p. 201-2018

Résumés

Paris est-il encore cinématographique ? S’emparer de cette question en géographe amène à réfléchir sur le processus de symbolisation de la métropole parisienne. La créativité est interrogée ici selon deux entrées : la première interroge la capacité au renouvellement de l’iconographie parisienne par les cinéastes, la seconde la manière dont la ville renouvelée est mise en image et en fiction.

Haut de page

Texte intégral

1Joachim Lepastier dans le numéro des Cahiers du Cinéma [Lepastier 2011] portant sur la France interroge la capacité du cinéma contemporain à nous « donner des nouvelles » d’un « Paris corps plastique et mouvant et non plus comme une succession de cartes postales figées « ; Plus loin, il souligne plus directement encore la question de la créativité : « inscrit dans l’ADN de la Nouvelle Vague, l’air de Paris continue-t-il à inspirer les cinéastes ? Si souvent filmée, la capitale est-elle encore capable de générer des approches originales ? ». Cette remarque fait écho à un questionnement plus large : « Paris est-il encore cinématographique ? ». La question est directement posée par l’historienne sociologue québécoise Régine Robin (également diplômée en géographie) : dans un numéro récent de la revue 24 images, elle fait écho aux considérations d’un philosophe comme Thierry Paquot qui considère qu’un bon nombre de films contemporains sont en « retard » de cinquante ans sur l’évolution de Paris. De son côté, un cinéaste comme Jean-Louis Comolli pense qu’il n’est plus possible de tourner à Paris, expliquant ainsi sa migration vers Marseille, ville dans laquelle il dit pouvoir encore trouver des lieux cinématographiques. La revue d’esthétique « socio-critique » Tausend Augen pose, quant à elle, en 2004, un constat proche, dans l’introduction d’un dossier portant sur les villes imaginées, en des termes un peu différents cependant : « Avec ses petites mégapoles (Paris, Londres, Berlin, Moscou, Rome), l’Europe s’inscrit-elle déjà dans un cinéma du passé ? […] Pour Paris, depuis la fin de la Nouvelle Vague, on ne sort plus du cinéma arrondissementier ».

2En quoi ce faisceau de questionnements peut-il intéresser la discipline géographique et dans quelle mesure cette dernière peut-elle l’éclairer ? Notons que ces questions croisent certaines réflexions de géographes : quand Laurent Davezies cherche à démontrer que « Paris s’endort »1 Guy Burgel, dans son essai Paris meurt-il ? s’appuie ponctuellement sur le cinéma : « Les musées, les collections et les expositions, l’architecture, les avenues et les places sont le reflet de ce Paris d’Amélie Poulain […]. Paris donne plus à voir le passé qu’il ne fait espérer l’avenir »2. Réalité ou nouvelle fantasmagorie, ces idées donnent lieu à de nombreux débats3. Sans y prendre part, il nous semble digne d’intérêt de relever le parallélisme entre ces différents discours qui portent les uns et les autres un schème de pensée projeté sur Paris. On voudrait ici proposer quelques pistes de confrontation entre ces questionnements et les représentations fictionnelles de Paris. Le cinéma apparaît, en effet, comme un support permettant, en reprenant le terme de Jean Gottmann, d’envisager l’iconographie4 des lieux [Gottmann,1952]. Ce terme que le géographe envisage essentiellement à l’échelle des États nous semble transposable à celle des métropoles pour deux raisons principales. Tout d’abord elle semble, assez efficiente pour penser les discours portés sur les entités urbaines alors que la métropolisation affecte l’organisation de l’espace et renouvelle les structures d’appréhension du monde. Plus spécifiquement, la dialectique iconographie/mouvement est assez riche de promesses pour penser les discours cinématographiques, leur capacité créatrice face aux mutations urbaines. En effet, à bien y regarder, l’ensemble des constats brièvement rapportés plus haut se fondent tous, en partie, sur les relations qu’entretiennent (ou sont censées entretenir) « formes urbaines » et « formes cinématographiques ». Cette relation, les différents auteurs convoqués l’envisagent de manières certes différentes, mais complémentaires, que l’on peut synthétiser en trois axes de réflexion. D’abord, que montrent de la ville les cinéastes ? Si Paris n’est peut‑être plus cinématographique, ce serait d’abord en raison de la difficulté des cinéastes d’accompagner les mutations urbaines, de les mettre en image et en narration. Cette réflexion d’ordre figurative portant sur l’ « imagibilité » [K. Lynch, 1960] peut rappeler notamment la crise de la « figuration de l’urbain contemporain » évoquée par Michel Lussault [Lussault 2007]. Ce constat d’un certain repli qui caractériserait les représentations cinématographiques de Paris au cinéma rejoint un deuxième niveau d’analyse qui est plutôt d’ordre sémiotique et qui tient, en partie, aux spécificités de la métropole parisienne. Métropole touristique, Paris, présente, en effet, une très forte iconicité à laquelle a participé et continue de participer le cinéma et face à laquelle la capacité au contournement et au détournement par les cinéastes est questionnée. En lien avec cette dernière idée, un troisième niveau d’analyse relève plus du champ discursif : que disent de la ville les cinéastes ? L’idée sous-jacente est que le statut de métropole du vieux monde serait ainsi lié à l’incapacité du cinéma contemporain à sortir d’une vision « pittoresque » et à proposer un discours universel sur l’urbanité contemporaine.

3Ces axes de questionnement nous semblent évidemment attachés à la question des représentations et relever du champ d’investigation défini par Bernard Debarbieux : « en tant que science sociale, sensible au postulat selon lequel les actions individuelles et collectives sont motivées par un certain rapport au monde et à l’environnement des sujets correspondants, la géographie peut légitimement chercher à identifier les représentations spatiales ou territoriales des individus et des sociétés qu’elle étudie »5. En effet, s’il l’on acte de la « cinématographisation » du monde, l’imbrication entre fiction et « réel », la créativité artistique et cinématographique rend compte et participe de l’habitabilité urbaine. Alain Cambier dans le dernier numéro des Cahiers Philosophiques portant sur la relation entre ville et cinéma s’inscrit dans cet ordre de réflexion : « la ville a perdu ses murs, mais grâce à ses méta-objets symboliques, elle peut effectuer cette courbure de son espace-temps, signe de réflexion sur soi » [Cambier, 2009]. Comment, alors, le cinéma, art historiquement citadin [Paquot et Jousse, 2005] peut-il encore participer du processus de symbolisation à l’ « ère de la ville morte » [Choay 1994] ? Autrement dit, est-il condamné, dans le cas parisien, à renforcer le processus de muséification du centre en construisant un Paris « spectaculairement » cloisonné ou est-il capable de faire bouger les lignes et les représentations ? Entre « culture de la conservation » et « culture de la création » ou entre « iconographie » et « mouvement » [Gottmann 1952], les représentations cinématographiques peuvent être envisagées comme un « observatoire », plus encore comme un discours partie prenante des constructions territoriales et de la fabrique de l’urbanité.

4En suivant le précepte de Jean Baudrillard qui nous semble ici particulièrement adapté, on cherchera « à ne pas aller de la ville à l’écran mais de l’écran à la ville » [Baudrillard, 1986], du moins dans un premier temps, avant d’inverser le rapport dans un second. Plus précisément, la relation entre ville et représentations urbaines cinématographiques sera tout d’abord interrogée à l’aune de certaines des spatialités diégétiques de deux films récents qui affrontent directement la question de la représentation des mutations urbaines parisiennes : Paris de Cédric Klapish et Holy Motors de Leos Carax. Il s’agira dans un deuxième temps de transposer cette même relation en privilégiant une entrée urbaine, en l’occurrence un espace ayant connu une spectaculaire requalification : le quartier issu des opérations d’aménagements de la ZAC Rive-Gauche. Comment et à quel degré ce front pionnier cinématographique, attirant un nombre important de tournages, est-il assimilée par les cinéastes ? Que fabriquent-ils dans ce morceau de ville crée ex-nihilo ?

1. Cédric Klapisch et Leos Carax : « à nous deux Paris »

5Œuvres de réalisateurs fortement associés à Paris qui signent avec ces deux films leur retour dans la capitale (après un détour par Tokyo pour L. Carax, Barcelone et Saint-Pétersbourg pour C. Klapisch), Paris et Holy Motors paraissent très dissemblables : une comédie romantique grand public suivant une trame narrative classique d’un côté, un film plus expérimental, considéré comme moins accessible, de l’autre. Ils présentent toutefois des similitudes, notamment dans leur ambition de prendre la « mesure » de Paris, d’intégrer à leur propos la question de l’ « imagibilité » même de la ville. Au-delà, ils nous semblent ainsi suffisamment archétypaux pour constituer un échantillon, certes partiel et partial mais assez représentatif des formes diégétiques contemporaines de la métropole parisienne. On propose ici les jalons d’une analyse ciné-géographique. Celle-ci cherche à envisager les films dans leur déploiement spatial (imagerie et espace narratif), leur dimension discursive (analysée à l’aune du rapport des personnages à l’espace, ce que l’on peut nommer la « médiance » cinématographique) ainsi que dans leur dimension sémiotique (ce qui est signifié sur la ville).

1.1. Paris, Cédric Klapish : portrait éclaté

Synopsis : Pierre, un jeune homme, apprend qu’il est atteint d’une maladie cardiaque grave, et pose du haut du balcon de son appartement un regard neuf sur la ville et ses habitants. Le procédé narratif est le prétexte à un « portrait de Paris » pour lequel il convoque toute une galerie de personnages dont les trajectoires vont se croiser et qui ont pour vocation de représenter la ville dans sa « totalité ». La sœur de Pierre, travailleuse sociale, le maraîcher, l’architecte, son frère, spécialiste de l’histoire de Paris côtoient d’autres personnages- plus secondaires- comme une boulangère réactionnaire, un migrant africain, un sans domicile fixe ou encore un top modèle. Ils sont autant de figures, de types donnant corps à ce qui se veut être une « comédie humaine » parisienne contemporaine.

Figure 1 – Paris, des lieux et des liens

Figure 1 – Paris, des lieux et des liens

Source : Paris, C. Klapish (2008), Cartographie B. Pleven (2013)

  • 6 Pour soutenir une telle affirmation, on peut se fonder sur le nombre important de récurrences des f (...)

6Après avoir « tourné autour du pot », en filmant Paris « sans en faire son sujet central » et en signant par là même des films comme Le Péril Jeune (1995) et Chacun cherche son chat (1996) qui ont compté dans l’imaginaire cinématographique6 de la capitale, C. Klapisch cherche avec Paris à faire de la métropole parisienne son « sujet ». Comment gère-t-il ce changement d’échelle et la sortie de la représentation « arrondissementière » qui caractérise ses premiers films « parisiens » ? Sa filmographie peut être éclairée à la lumière de deux notions géographiques. La notion d’échelle caractérise son cheminement : il s’intéresse d’abord au quartier, puis à l’Europe. Cinéaste urbain, les grandes villes polarisent nettement ses récits européens. Quand il revient à Paris pour son film éponyme, c’est l’échelle métropolitaine qu’il semble viser en étalant son récit au-delà du périphérique (Rungis) et des frontières nationales (pouvoir d’attraction de la ville lumière jusqu’en Afrique). Son prochain film en préparation, inscrit à New York, semble d’ailleurs confirmer ce tournant métropolitain.

1.2. Paris, film « carte postale » ? Étude de l’imagerie, corps en décors

  • 7 Entendu au sens de P. Clerc, le haut-lieu est « haut, c’est-à-dire « élevé dans l’échelle des valeu (...)
  • 8 Le film carte postale a été conceptualisé par D. Bass pour Rome « montre au touriste ce qu’il doit (...)

7Le discours d’un des personnages, celui du professeur d’Histoire citant Charles Baudelaire dans une émission de télévision, annonce clairement le projet même du film : dresser un portrait de la ville par ses « fragments ». Narrativement, le film se construit en effet sur un grand nombre d’histoires entrecroisées (principe du film dit « choral ») et sur un nombre important de lieux auxquels sont attachés chacun des personnages. Enfin, plus formellement, le film apparaît très découpé, de part le nombre de séquences et de plans. Narrativement et formellement, C. Klapisch choisit donc l’éclatement pour figurer Paris. L’imagerie sur laquelle s’appuie le film, tout comme l’espace narratif déployé restent néanmoins cloisonnés à l’hyper centre (Fig. 1). Les hauts‑lieux7 sont très fortement représentés, qu’ils fassent l’objet de séquences, de scènes ou qu’ils apparaissent en arrière‑fond. Les Hauts‑lieux côtoient des lieux communs parisiens (la boulangerie, les terrasses de cafés, voire l’appartement avec balcon de Pierre…) et les deux « ailleurs » : le marché de Rungis- seul lieu situé au-delà du boulevard périphérique et qui polarise trois séquences- et une « Afrique » non localisée qui fait l’objet de trois séquences également. En dehors des séquences situées à Rungis, l’histoire portée par le film ne franchit le périphérique que pour la scène finale… Dans la mesure où l’espace diégétique construit par C. Klapisch est faiblement étendu mais fortement ancré dans l’hyper centre, on peut interroger sa capacité à proposer autre chose qu’une « succession de cartes postales figées »8. Ce sentiment est renforcé par les choix formels opérés par le réalisateur qui privilégie largement les plans d’ensemble et le recours aux panoramiques mais aussi par la « cartographie du social » que produit le film. Celle-ci s’avère tout d’abord nettement gentrifiée, en dépit du projet d’évoquer l’ensemble de la société parisienne : symptomatiquement, en effet, les personnages renvoyant aux classes populaires sont relégués au rang de figures secondaires. Parallèlement, cette cartographie du social apparaît simplifiée. Le film choral a en effet tendance à fondre les personnages dans des lieux qui leur sont attachés, les assignant à territoire diégétiquement. Le prénom du personnage principal n’est ainsi explicitement pas anodin. C. Klapisch semble d’ailleurs conscient de cette limite et tente de contourner cette rigide cartographie du social par certaines séquences, la plus représentative en la matière étant celle qui imagine le personnage du top model visiter Rungis accompagnée de ses amies et y flirter avec les maraîchers.

1.3. Spatialité nostalgique

8Paris peut donc apparaître dans cette mesure comme représentatif des difficultés énoncées plus haut de figurer la métropole et de sortir d’une logique de reproduction des représentations dominantes, d’un point de vue géographique tout du moins. C. Klapisch n’est pourtant pas naïf. Le migrant africain cherche à retrouver le Paris de la carte postale que son frère lui a envoyée, les étudiants s’amusent sur les marches du Sacré cœur à « jouer aux parfaits touristes » et le présentateur télé bégaie son texte à force de répéter les mêmes clichés. Quant à la boulangère, elle apprend à sa stagiaire à arranger une vitrine de manière à faire vrai avec du faux. Ces éléments sont autant d’indices du projet de C. Klapisch : À la manière de Woody Allen dans Manhattan, le cinéaste cherche à dépasser l’iconicité parisienne, à s’en jouer. Le film fonctionne en effet sur un jeu d’échos entre les personnages et les espaces représentés. Tous les personnages principaux sont en effet confrontés à la mort ou du moins à des crises existentielles en rapport avec leur passé et leur présent. Or, comme par analogie, la géographie diégétique repose sur une dichotomie opposant le « vieux au moderne » (le marché de quartier s’oppose à Rungis, le quartier Rive Gauche fait contrepoint à la Sorbonne, La Tour Montparnasse est envisagée en champ contre- champ avec la Tour Eiffel, enfin, les rues en travaux qui font l’objet d’un nombre important de scènes…). Plus encore, le tropisme vers l’hyper centre se trouve justifié par le même procédé : la première séquence voit en effet le médecin expliquer à Pierre que son cœur est malade et que pour voir l’ampleur des dégâts, il faut « élargir » le cadre, se référant explicitement à l’adage baudelairien « la ville qui change plus vite hélas ! Que le cœur d’un mortel ». Paris intègre donc bien à son propos la question de la mise en image et en fiction de Paris mais transfère ces questions dans la narration et loge ces dernières dans la distance entre les personnages et les paysages urbains.

9C’est ainsi aux personnages de trouver la vie citadine. Le réalisateur, quant à lui, sans nécessairement avoir le temps de travailler leurs expériences des lieux – en privilégiant d’autres développements – prend le risque de mettre à l’écran une « ville prétexte » (présentant une iconographie très présente, une fonction narrative marginale et une reproduction d’imageries attendues), prenant la forme d’une somme de tableaux reliés par des ellipses spatiales. En d’autres termes, à l’image du professeur d’Histoire faisant le choix de vulgariser son propos – pour des raisons commerciales –, C. Klapisch fait le choix d’une géographie attendue, mais assumée. Ce constat explique sans doute, en partie, le ressenti de certains critiques allant jusqu’à- de manière sûrement exagérée- rapprocher le film d’une campagne de communication touristique pour la capitale.

2. Holy Motors, Leos Carax, vies et morts citadines

2.1. Leos Carax et Paris, faire lieu cinématographique

  • 9 À la manière de la « John Ford view » dans la Monument Valley, L. Carax fait du Pont Neuf un lieu r (...)

10Plus encore peut-être que C. Klapisch, Leos Carax peut être considéré comme un réalisateur parisien. L’ensemble des longs métrages de L. Carax se déroulent à Paris et même quand il tourne à Tokyo pour un moyen métrage (2009), il fait référence à Paris. La capitale apparaît une minute à cette occasion, avec un plan d’ensemble - accompagné de la Marseillaise : une vue de la tour Eiffel. En 1984, L. Carax réalise son premier long métrage, très remarqué, Boy meets girl. Tourné en noir et blanc, ce film fait référence au cinéma muet, à l’univers de Jean Cocteau et au cinéma de Jean‑Luc Godard. Il s’inscrit dans les souvenirs d’enfance du réalisateur. Si l’on devait associer une échelle à L. Carax, ce serait celle du lieu. Au sein de ce premier film parisien, un seul lieu est en effet vraiment reconnaissable, le Pont Neuf, qui accueille une des scènes les plus mémorables du film. Le pont est aussi au centre de son troisième long métrage les Amants du Pont Neuf. L. Carax y imagine l’histoire d’amour entre une jeune femme bourgeoise et un cracheur de feu qui vit dans la rue sur le pont. Le pont, espace central du récit, permet à L. Carax d’envisager la marginalité au cœur de la ville fêtant le bicentenaire de la Révolution Française et agit littéralement comme un haut lieu diégétique9. Néanmoins, le Pont Neuf, du fait des vicissitudes du tournage du film joue également un rôle dans le rapport de l’artiste à la ville. En effet, le film devait initialement être tourné in situ mais le retard au tournage accumulé mène le réalisateur et les producteurs à la reconstitution du pont en province (dans la région de Montpellier). L’histoire est connue, le projet est alors menacé, mais le film sort finalement en salle en 1991…année de l’entrée du pont au patrimoine mondial de l’Unesco. Dans Holy Motors, le pont est visible depuis une séquence sur le toit de la Samaritaine. Une revanche, un clin d’œil… une mise à distance également, car, comme nous allons le voir à présent, l’ensemble du film questionne les nouvelles conditions d’inscription du cinéaste et de la caméra dans l’espace urbain. L’ensemble de la filmographie parisienne de L. Carax revoie ainsi à un étroit et complexe emboitement entre les temporalités urbaines (mutation matérielles et idéelles), cinématographiques (mémoires cinématographiques, évolutions des techniques qui sont autant de choix esthétiques) et temporalités propres à l’artiste.

2.2. Holy motors, entre iconographie et mouvement

Synopsis : La journée de Monsieur Oscar, le personnage principal, commence tôt et finit tard. Il traverse Paris à bord d’une limousine blanche, le trajet est scandé par de mystérieux « rendez-vous » pour lesquels il change d’aspect physique. Monsieur Oscar travaille, inlassablement. Céline, en tailleur impeccable, conduit la limousine et mène un étonnant manège dans lequel l’inaccessible héros enchaîne les rôles : le PDG cynique et parano de la banlieue ouest se mue en mendiante infirme sur le pont Alexandre III, plus tard il se fond en Quasimodo fanatique amateur de belles fleurs au Père Lachaise ou encore en tueur de parking en quête du crime parfait... neufs rôles, neuf moments de lieux et de vies, drôles ou bouleversants dans lesquels Oscar déboule en sortant de sa boîte aménagée en loge mobile.

11Le Paris d’Holy Motors est dans une certaine mesure lui aussi central. Certes, le trajet d’Oscar s’ouvre et se ferme sur des périphéries anonymes (la villa surveillée d’un riche et cynique homme d’affaire, le pavillon d’une banlieue uniforme d’un père de famille rentrant du travail) mais l’action se concentre essentiellement dans la ville centre, et la trajectoire d’Oscar semble subir l’attraction de ce dernier pour situer l’un des paroxysmes du film au cœur de la ville (Fig. 4). Holy Motors se confronte ainsi à la ville hypervisible, donnant à voir un certain nombre de haut lieux (Fig. 4) et de bas-fonds (égouts et grottes) et renvoyant à différentes strates topographiques et historiques de Paris. L’imagerie convoquée est cependant nettement moins appuyée sur des lieux internationalement connus (séquence de la rue Halle, parkings souterrains). Bien que les lieux figurés diffèrent, du point de vue de l’imagerie utilisée on peut donc constater une polarisation par le centre, une tension centrifuge, dans une certaine mesure comparable à celle constatée dans le Paris de C. Klapisch. Cependant, au cours de son périple, Oscar rêve de campagne et ne voit la ville que par le média de l’écran vidéo placé dans la voiture et, à deux reprises, l’image numérique peine à rendre compte d’un paysage urbain devenu irreprésentable, alors même que L. Carax utilise pour la première fois derrière la caméra le numérique. La scène durant laquelle le personnage du réalisateur explique à Oscar qu’il semble fatigué peut se transposer à l’espace urbain figuré. Force est, en effet, de constater que L. Carax ne filme et ne raconte que des lieux urbains morts (Fig. 4).

2.3. Tourner dans Paris, la stratégie de contournement de Leos Carax

Figure 2 – Holy Motors, ré enchantement des lieux citadins

Figure 2 – Holy Motors, ré enchantement des lieux citadins

Source : Holy motors, L. Carax, (2012), cartographie B. Pleven (2013)

12La stratégie de L. Carax est donc fondamentalement différente de celle choisie par C. Klapisch, notamment parce qu’elle se joue au niveau d’un méta cinéma qui fonctionne – comme cela a été abondamment pointé par les critiques – par une mise en abyme voyant dans le moteur de la limousine une métaphore de la caméra ou encore dans la figure de la conductrice un double du réalisateur. Pour ce qui nous intéresse ici, si l’on s’accorde à voir dans la limousine une loge mobile, Paris devient alors un gigantesque espace de tournage. Chaque fois, la limousine s’arrête en retrait des lieux de l’action : sous les ponts, dans les petites rues annexes, mettant en scène la fabrique de ces territorialités mobiles, furtives et éphémères, que sont les lieux de tournage. Chacune des rencontres, dans lesquelles il est systématiquement question de vie et de mort, devient alors une célébration de la capacité du cinéma à habiter ces lieux, qu’ils soient souterrains avec les égouts, les catacombes ou les parkings, aériens avec la terrasse en friche de la Samaritaine, virtuels dans le studio... Dans chacun des segments se vérifie que « la beauté naît dans les yeux de celui qui regarde » : dans l’évitement des passants pressés qui ne voient plus la mendiante, dans le frottement sensuel de deux corps enlacés dans une petite mort numérique et encore face à la mort, la vraie. Fortement référencé, Holy Motors construit une « ville texte » portant un discours résolument optimiste sur la capacité du cinéma à faire sortir le spectateur du « monde prison » (W. Benjamin). Chacune des étapes repose sur la capacité du personnage/acteur à rendre cinématographiques les lieux. Implicitement cependant, le film sous tend un constat pessimiste. Il porte d’abord sur le référent urbain devenu factice dans lequel toutes la vie n’est que masques et rôles, dans laquelle la ville n’est plus que fiction. Il porte également sur les conditions de productions cinématographiques qui -de par l’utilisation du numérique et de caméras vidéos légères quasiment invisibles‑ participent de la contamination du réel par la fiction. Au‑delà, Holy motors est aussi peut être représentatif d’une rupture en cours : à l’ère du numérique, c’est-à-dire au moment, se repose la question de l’inscription de la caméra dans l’espace l’urbain et se repose la tentation du tout studio.

  • 10 On peut évoquer, par exemple, la conception du roman chez Stendhal « Un roman est un miroir qui se (...)

13L’étude conjointe des deux films peut donc nous amener à établir quelques parallèles dignes d’intérêt. Dans les deux films la question de la mise en image et en narration même de Paris est intégrée au discours filmique, validant le constat des difficultés à s’emparer en cinéaste de Paris. Les deux films travaillés se mettent à la recherche d’une citadinité perdue. La ville y bénéficie du statut de décor, les organisations spatiales des deux films - éclatée pour Paris, segmentée pour Holy Motors - reproduisent une géographie centrifuge, hyper centrale, comme si la forme de la ville agissait sur la forme de la ville diégétique. En cela, les deux films peuvent être considérés comme des œuvres se confrontant à la ville et sa puissante iconicité. Il est d’ailleurs notable que les deux films s’achèvent au-delà du boulevard périphérique. Pourtant, dans les deux films, la relation ville/cinéma apparaît inversée : Paris cherche à inscrire la fiction dans la ville en y cherchant la vie, la vraie, le second inscrit la fiction dans la ville en tentant de réanimer cette dernière. Paris est construit figurativement sur le mode du miroir et reprend par son thème central la dialectique entre le transitoire et l’éternel, rappelant ainsi quelques-unes des caractéristiques de la modernité littéraire10. Si C. Klapisch reproduit des représentations dominantes et communes, c’est peut-être parce qu’il s’inscrit dans cette filiation littéraire qui a fait de la « capitale de la modernité », une « capitale des signes ». À l’inverse le film de L. Carax, dans sa manière d’interroger la visibilité, voire l’existence même de la ville, dont la citadinité n’est plus que (mais encore) cinématographique, pourrait être rapproché d’une posture plus postmoderne.

3. Paris Rive-Gauche, ressource créative ?

Fiction urbaine ? : Paris Rive Gauche, le scénario de la SEMAPA (Société d’Economie Mixte d’Aménagement de PAris)
« Autour de son bâtiment phare qu’est la Bibliothèque nationale de France François Mitterrand émergent aujourd’hui de nouveaux quartiers rassemblant tous les équipements utiles à la vie quotidienne. Y voient progressivement le jour logements, bureaux et activités, commerces, services, écoles, universités, équipements publics et culturels : peu à peu se tisse, s’imbrique et se complète tout ce qui fait d’une ville un lieu pour vivre.
Pourtant, il y a quelques années encore, en parcourant cette partie du 13ème arrondissement, on ne trouvait qu’une succession d’anciens terrains industriels en mal d’activité. C’est la création d’une zone d’aménagement concerté (ZAC) en 1991 qui a permis le lancement d’une opération menée par la SEMAPA et nommée Paris Rive Gauche.

14Aujourd’hui, Paris Rive Gauche est un quartier où vivent d’ores et déjà 5 000 habitants qui bénéficient au fur et à mesure de l’épanouissement du quartier, des commerces et des services de proximité et où travaillent 15 000 salariés. Bientôt ce seront près de 15 000 habitants, 30 000 étudiants, professeurs et chercheurs et 60 000 salariés qui se croiseront chaque jour à Paris Rive Gauche. Dix hectares d’espaces verts seront créés et 2 000 arbres plantés ».

3.1. Paris Rive Gauche, présentation des données et méthodologie

  • 11 Non sans une certaine emphase, le site internet de la mairie du XIIIème arrondissement considère qu (...)

15Paris et Holy motors, films métropolitains, posent un regard nostalgique sur la ville qui change et questionnent à des degrés divers l’inscription de l’œuvre cinématographique dans l’urbain contemporain. De par leur fort ancrage iconographique, ils nous sont apparus dans une certaine mesure résistants aux mutations urbaines, au mouvement. La relation ville/cinéma peut aussi être appréhendée dans le sens inverse, en considérant la ville comme une épreuve mais aussi une ressource pour les cinéastes. En d’autres termes, ce sont les lieux qui ont permis d’offrir un « cadre » lors du tournage. La relation ville/cinéma se joue donc ici au niveau « filmophanique » pour reprendre le terme d’Etienne Souriau [Souriau 1951]. On peut alors envisager la ville en mutation comme une ressource dans le processus créatif des cinéastes. Le choix d’un périmètre d’aménagement correspondant à la ZAC Rive Gauche - soit l’actuel « quartier Paris Rive Gauche » - ne s’explique pas seulement par le fait que cet espace est représenté dans les deux films étudiés précédemment, mais plutôt par l’ampleur de l’aménagement11, le caractère atypique des choix urbanistiques qu’il met en œuvre et par la relative mais réelle attractivité du nouveau quartier auprès des diverses productions audiovisuelles récentes. La question revient donc ici à s’interroger sur la manière dont ce morceau de ville s’invite dans les œuvres.

16L’entrée privilégiée ici est celle des lieux de tournage. Le choix des lieux de tournage et les conditions d’inscription dans la ville des équipes semble un niveau important du processus créatif présentant des implications fortes non seulement sur le propos cinématographique lui-même mais également en termes de retombées économiques et représentationnelles sur les espaces considérés. Les sources permettant de dresser une géographie des lieux de tournage à Paris proviennent ici essentiellement de la Préfecture et de la Mairie, qui sont les deux organismes recevant et validant les autorisations de tournage sur la voie publique. Le travail sur ces sources permet de produire une « photographie » des lieux utilisés comme supports et ressources narrative et/ou esthétique.

3.2. Paris Rive Gauche, la forme d’un front pionnier cinématographique

17La figure 5 amène plusieurs remarques. Tout d’abord, il semble assez justifié de parler pour notre périmètre d’étude d’un front pionnier cinématographique. Si le treizième arrondissement apparaît comme un espace très secondairement représenté au cinéma proportionnellement aux arrondissements occidentaux et centraux, il apparaît que l’aménagement dont il a fait l’objet a produit une certaine attractivité. Ce constat doit tout de même être nuancé et la relativité même de l’intérêt des cinéastes pour le nouveau quartier doit, dans l’attente de recherches plus poussées et notamment d’entretiens auprès de producteurs et de cinéastes, nous conduire à la prudence quant à la capacité du quartier « à faire » ressource esthétique et narrative. Néanmoins, le quartier Paris Rive Gauche fait figure de d’espace surreprésenté au sein de l’arrondissement et même au sein du quart sud-est de l’hyper centre parisien. Si l’on se penche à présent sur l’échelle interne au périmètre d’aménagement, on notera tout d’abord la relative dispersion des lieux de tournage à l’ensemble du quartier, tout en relevant toutefois la forte polarisation des deux aménagements emblématiques que sont la Bibliothèque François Mitterrand et de manière encore plus nette la passerelle Simone de Beauvoir.

Figure 3 – Éléments pour une géographie des lieux de tournages dans le quartier Paris Rive Gauche

Figure 3 – Éléments pour une géographie des lieux de tournages dans le quartier Paris Rive Gauche

Fig 3 a (haut) : source Préfecture de Paris (2007/2011), cartographie B. Pleven
Fig 3 b (bas) : source Open Data Mairie de Paris (2002/2010)
http://opendata.paris.fr/​opendata/​jsp/​site/​Portal.jsp?document_id=110&portlet_id=106

3.3. Mise en espace fictionnel et logiques spatiales

18Si une analyse plus poussée des fictions audiovisuelles figurant cet espace doit être menée, quelques constats peuvent d’ores et déjà être soulignés. Le quartier n’est investi que par des équipes françaises, que ce soit pour les longs métrages, les séries ou les courts métrages. Ainsi, si le quartier étudié fait sens et image, qu’il participe à la symbolisation de Paris ou de la ville en général, il semblerait que cela ne soit vrai que dans un contexte national. La deuxième remarque tient lieu aux œuvres réalisées : l’assez faible nombre de longs métrages et le poids important des séries télévisées, des courts métrages ainsi que le poids très important des publicités peuvent mener à considérer là encore le quartier comme un espace en réserve de développement fictionnel. Enfin, à l’intérieur des fictions, le quartier est assez faiblement traité pour lui‑même, pour ce qu’il est, mais le plus souvent traiter de manière impersonnelle.

  • 12 Notre univers impitoyable (2007) de Léa Frazer raconte l’histoire d’un couple habitant et travailla (...)

19Le quartier figuré dans les films semble, en effet, à la lumière des premières analyses de contenus relever de quelques spatialisations symboliques récurrentes. Les paysages ont en effet tendance à porter un certain nombre de thèmes récurrents : le monde de l’entreprise (Notre univers impitoyable12 en est un exemple assez archétypal), celui de la justice (Le juge est une femme, Engrenage…), où encore le monde des adolescents (la série de France 2 Clash transposition de la britannique Skins). Bien que l’analyse des discours audiovisuels doive être approfondie et affinée, on peut d’ores et déjà noter une récurrence forte : le recours à l’imagerie d’un urbanisme « froid » qui a souvent tendance à être dramatisé et représenté comme inhabitable dans le cadre de genres assez spécifiques (science‑fiction, séries policières…). L’hypothèse de travail qui reste à confirmer serait que ce morceau de ville, rendu attractif pour des raisons d’ordre logistique (facilité de tournage notamment quand le quartier était encore en grande partie un chantier) et/ou pour la rupture paysagère et viaire qu’il introduit, a tendance à aboutir à la mise en image d’une « ville sans qualité » reprenant la thématique d’ailleurs déjà présente dans Paris de C. Klapisch. Le quartier de la Nouvelle France aurait tendance à symboliser une anti ville générique, du fait même de l’écart urbanistique qu’il introduit par rapport à l’imagerie dominante de Paris. Ces quelques éléments questionnent- en fait- la relation entre les temporalités urbaines et cinématographiques. Les mutations urbaines créent de nouveaux possibles cinématographiques, investis ou non par les cinéastes. Dans le cas de Paris Rive Gauche, l’investissement des lieux est donc à relativiser. Il participe néanmoins à une essentialisation : le quartier est présenté de manière récurrente comme une « non ville » ou ville autre opposée à une ville centre qui fait référence en termes d’urbanité. Il reste à définir si ces représentations sont liées à une conjoncture urbaine spécifique (celle d’une urbanité en chantier), si elles vont évoluer avec le quartier, et si cette évolution va renforcer ou au contraire affaiblir l’attractivité des lieux comme support esthétique et narratif pour les cinéastes. En d’autres termes, le quartier Rive Gauche semble un bon observatoire pour mesurer le degré de conservatisme des représentations cinématographiques.

Conclusion : pour une étude des urbanités cinématographiques

20La géographie du cinéma de fiction esquissée ici se donne pour tâche d’étudier comment l’urbanité s’invite dans les œuvres. Cette démarche est assez originale dans la mesure où la plupart des études de la ville au cinéma plaident, à priori, une autonomie totale du double cinématographique par rapport à leur « envers réel ». C’est pourtant dans les relations entre ces deux types de fictions (la ville « réelle » et la ville cinématographique) que se joue, selon nous, la capacité créatrice du cinéma, sa capacité à créer de nouvelles spatialités, à épaissir notre condition urbaine et à déstabiliser les représentations dominantes, qu’elles soient communes, cinématographiques voire scientifiques.

21Le cas parisien nous semble particulièrement intéressant pour proposer une démarche cherchant à étudier les formes diégétiques et filmophaniques. D’après l’échantillon étudié, il semble assez pertinent de penser cette relation sur la base d’une dialectique reproduction/déstabilisation qui se justifie d’autant plus que cette dernière est intégrée dans le propos des deux films évoqués ici. Paris apparaît comme un « môle iconographique » agissant fortement sur la structure des narrations cinématographiques, sur l’imagerie qu’ils portent mais aussi sur l’inscription dans la ville des fictions. Les pistes proposées sont autant de pistes de lecture qui doivent être étendues à un plus grand nombre de films de manière à mettre en lumière des récurrences figuratives, discursives et sémiotiques afin de dégager d’éventuelles logiques de territorialisations cinématographiques..

Haut de page

Bibliographie

Aitken, S.C., Zonn, L.E. (dir.) (1994) – Place, Power and Spectacle, A geography of film, Lanham, RLP.

Bass, D. (1997) – « Insiders and outsiders: latent urban thinking in movies of modern Rome », Penz F. et Thomas M. (dir.), Cinema and architecture, Londres, British Film Institute, pp. 84-99.

Baudrillard, J. (1986) – Amérique, Paris, Grasset, 252 p.

Burgel, G. (2008) – Paris meurt-il ?, Perrin, 184 p.

Cambier, A. (2009) « Quand la ville faite monde », « La ville », Cahiers philosophiques, 2009/2, n° 118, Paris CNDP, pp 9-21.

Choay, F. (1994) – « Le règne de l’urbain et la mort de la ville », La ville, art et architecture en Europe, 1830-1993, Paris, Centre Pompidou, 288 p.

Clerc, P. « Haut lieu », Hypergéo, http://www.hypergeo.eu/spip.php?article144

COLLECTIF, (2004) – Villes imaginées, villes rêvées, Tausen Augen, Lille, Hors Série n° 3.

Davezies, L. (2008), « Paris s’endort », La vie des idées, http://www.laviedesidees.fr/Paris-s-endort.html

Debarbieux, B. « Représentation », Hypergéo, http://www.hypergeo.eu/spip.php article141.

Gottmann, J. (1952), La Politique des États et leur géographie, Paris, Armand Colin, 228 p.

Jousse, T., Paquot, T. (2005) – La ville au cinéma, Encyclopédie, Paris, Edition des Chaires du cinéma, 895 p.

Lepastier, J. (2011) – « Paris délaissé ? », « La France, qu’en pense le Cinéma ? », Les Cahiers du cinéma, mars 2011, pp. 8-10.

Levy, J. (2003) – « Érasme, l’Europe et moi », EspacesTemps.net, Dans l’air,
http://www.espacestemps.net/articles/rasme-leurope-et-moi/

Lussault, M. (2007) – L’Homme spatial, la construction sociale de l’espace humain, Paris, Seuil, 366 p.

« Le Paris de Leos Carax », http://blog.forumdesimages.fr/index.php?2012/07/02/139-le-paris-de-leos-carax

Lynch, K. (1960) – The image of the city, Cambridge, Londres, M.I.T Press, 222 p.

Moretti, F. (2000) – Atlas du roman européen, 1800-1900, Paris, Seuil, 237 p.

Robin, R. (2011) – « Paris est-il encore cinématographique », 24 images, Montréal, n° 153.

Souriau, E. (1947) – La correspondance des arts, éléments d’esthétique comparée, Flammarion, 280 p.

Filmographie indicative

Klapisch, C. (2008) – Paris, disponible en DVD Studio Canal, bande annonce visible sur http://www.allocine.fr/video/player_gen_cmedia=18776056&cfilm=114860.html.

Klapisch, C. (1996) – Chacun cherche son chat, disponible en DVD Keep Case, bande annonce visible sur http://www.allocine.fr/video/player_gen_cmedia=19426010&cfilm=14363.html

Carax, L. (2012) – Holy Motors, disponible en DVD Potemkine, bande annonce visible sur http://www.allocine.fr/video/player_gen_cmedia=19345604&cfilm=195032.html

Carax, L. (1991) – Les Amants du Pont-Neuf, disponible en DVD Keep Case, bande annonce visible sur http://www.allocine.fr/video/player_gen_cmedia=19437670&cfilm=7114.html

Frazer, L. (2007) – Notre univers impitoyable, disponible en DVD Keep Case, bande annonce visible sur http://www.allocine.fr/video/player_gen_cmedia=18794378&cfilm=127505.html

Haut de page

Notes

1 Davezies, L., (2008), « Paris s’endort », La vie des idées,
http://www.laviedesidees.fr/Paris-s-endort.html

2 Burgel, G. (2008), Paris meurt-il ?, Paris, Perrin, pp. 12-13.

3 Voir, par exemple, la réponse de Jean-Louis Missika http://www.laviedesidees.fr/Paris-ville-monde-dans-une-France.html

4 Gottmann, J. (1952), La Politique des États et leur géographie, Paris, A. Colin. Voir sur J. Gottmann : Muscara, L (1998), « Les mots justes de Jean Gottmann », Cybergeo : European Journal of Geography, URL : http://journals.openedition.org/cybergeo/5308 ; DOI : 10.4000/cybergeo.5308.

5 Debarbieux, B., « Représentation », Hypergéo, http://www.hypergeo.eu/spip.php article141.

6 Pour soutenir une telle affirmation, on peut se fonder sur le nombre important de récurrences des films de Klapisch dans les filmographies parisiennes proposées par les guides touristiques français et étrangers, dont Paris fait d’ailleurs partie (Pleven 2012).

7 Entendu au sens de P. Clerc, le haut-lieu est « haut, c’est-à-dire « élevé dans l’échelle des valeurs » (Rey, A. Dictionnaire historique de la langue française, 1994, p. 1127). Cette « hauteur » procède de sa distinction sociale et physique : le haut lieu est à la fois reconnu par une communauté et souvent matérialisé par une superstructure ou une forme naturelle qui permet de le repérer facilement dans le paysage » (Hypergéo, http://www.hypergeo.eu/spip.php?article144).

8 Le film carte postale a été conceptualisé par D. Bass pour Rome « montre au touriste ce qu’il doit voir », Il altère la topographie romaine tout comme les contextes historiques et culturels, la ville diégétique s’apparente à une collection de découvertes désirables rejetant dans les interstices du montage les lieux ne correspondant pas au point de vue du réalisateur.

9 À la manière de la « John Ford view » dans la Monument Valley, L. Carax fait du Pont Neuf un lieu récurrent de sa filmographie, Boys meet girls (1983), Les Amants du Pont Neuf (1991), Holy Motors (2012), non sans conséquences sur l’imaginaire collectif si l’on en croit la visibilité importante sur le moteur de recherche Google Image.

10 On peut évoquer, par exemple, la conception du roman chez Stendhal « Un roman est un miroir qui se promène sur une grande route. […] Son miroir montre la fange, et vous accusez le miroir » et par ses thèmes opposant le transitoire et l’éternel, il reprend la dialectique baudelairienne énonçant que « la modernité, c’est le transitoire, le fugitif, le contingent, la moitié de l’art, dont l’autre moitié est l’éternel et l’immuable ».

11 Non sans une certaine emphase, le site internet de la mairie du XIIIème arrondissement considère que « jamais depuis l'immense remodelage haussmannien de la capitale au 19ème siècle, n'avait eu lieu à Paris une opération d'aménagement d'une telle ampleur ».

12 Notre univers impitoyable (2007) de Léa Frazer raconte l’histoire d’un couple habitant et travaillant dans la portion aménagée. Ils font partie de la même entreprise et leur vie va souffrir de la porosité entre leur vie professionnelle et personnelle. L’environnement spatial du film supporte donc le propos.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 – Paris, des lieux et des liens
Crédits Source : Paris, C. Klapish (2008), Cartographie B. Pleven (2013)
URL http://journals.openedition.org/bagf/docannexe/image/2319/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 344k
Titre Figure 2 – Holy Motors, ré enchantement des lieux citadins
Crédits Source : Holy motors, L. Carax, (2012), cartographie B. Pleven (2013)
URL http://journals.openedition.org/bagf/docannexe/image/2319/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 316k
Titre Figure 3 – Éléments pour une géographie des lieux de tournages dans le quartier Paris Rive Gauche
Légende Fig 3 a (haut) : source Préfecture de Paris (2007/2011), cartographie B. PlevenFig 3 b (bas) : source Open Data Mairie de Paris (2002/2010)http://opendata.paris.fr/​opendata/​jsp/​site/​Portal.jsp?document_id=110&portlet_id=106
URL http://journals.openedition.org/bagf/docannexe/image/2319/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 540k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Bertrand Pleven, « Le cinéma contemporain et les territoires urbains en mutation : la capacité créatrice en question, pistes de réflexion sur le cas parisien », Bulletin de l’association de géographes français, 90-2 | 2013, 201-2018.

Référence électronique

Bertrand Pleven, « Le cinéma contemporain et les territoires urbains en mutation : la capacité créatrice en question, pistes de réflexion sur le cas parisien », Bulletin de l’association de géographes français [En ligne], 90-2 | 2013, mis en ligne le 22 janvier 2018, consulté le 26 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/bagf/2319 ; DOI : 10.4000/bagf.2319

Haut de page

Auteur

Bertrand Pleven

Agrégé de géographie, formateur à l’Université Paris Sorbonne - Paris IV (IUFM), Doctorant au sein de l’équipe Géographie-cités (EHGO) Ŕ Courriel : bpleven[at]paris.iufm.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Bulletin de l’association de géographes français

Haut de page
  • OpenEdition Journals